AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -47%
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et ...
Voir le deal
24.99 €

Partagez
 

 Le cœur qui crie des désirs enchaînés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Le cœur qui crie des désirs enchaînés.   Le cœur qui crie des désirs enchaînés. EmptyJeu 22 Fév - 23:20


   
Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Edwige Sombreplume & Césaire Chesnenoir

   
Le cœur qui crie des désirs enchaînés.

   
Parce qu'est-il réellement trop tard?

   


   
• Date : 14 mars 1003
• Météo (optionnel) : Frais mais ensoleillé.
• Statut du RP : En cours.
• Résumé : Le palais est vide. Tous, ils sont partis assister au couronnement d'Octave. Seul, Césaire fait rétrospective de sa vie amoureuse inexistante. Sorti prendre l'air, il se retrouve, sans réellement s'en rendre compte, à inviter cette dame qu'il ne connaît pas à prendre le thé.
• Recensement :
   
Code:
• [b]14 mai 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3422-le-coeur-qui-crie-des-desirs-enchaines]Le cœur qui crie des désirs enchaînés.[/url] - [i]Edwige Sombreplume & Césaire Chesnenoir[/i]
    Le palais est vide. Tous, ils sont partis assister au couronnement d'Octave. Seul, Césaire fait rétrospective de sa vie amoureuse inexistante. Sorti prendre l'air, il se retrouve, sans réellement s'en rendre compte, à inviter cette dame qu'il ne connaît pas à prendre le thé.
   

   


Dernière édition par Césaire Chesnenoir le Jeu 22 Fév - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Le cœur qui crie des désirs enchaînés.   Le cœur qui crie des désirs enchaînés. EmptyJeu 22 Fév - 23:29


Les événements des derniers mois s’étaient enchainés dans une frénésie telle qu’ils avaient laissé Césaire hâtif au départ de Castiel et sa seconde épouse vers Ibelin. Un mariage et des préparatifs de voyage pour assister à un couronnement ; le poids des années était lourd à porter et bien qu’en forme le majordome se faisait vieux et l’énergie n’était pas telle elle l’eut été dans une jeunesse qui lui semblait aujourd’hui bien lointaine. Il en était sorti épuisé, et à présent que le palais retrouvait son calme, il devenait pensif.

À son réveil ce matin-là il s’était extirpé de ses draps courbaturé. Fort heureusement qu’il n’avait pas eu à accompagner le duc, il doutait que son corps et ses os aient survécus au voyage. Il n’avait plus la fougue de ses jeunes jours, et se lever demandait maintenant un certain temps. Laisser le temps à ses muscles de reprendre leur force, laisser le temps à son esprit de s’éveiller. Ses matins commençaient toujours pareils, une tisane d’herbes pour calmer les tremblements de son cœur, qu’on lui avait conseillée. Il évitait de trop s’attarder devant la glace, le blanc de ses cheveux et les rides qui minaient son visage n’étaient en rien pour égailler sa matinée. Il eut un temps où il était jadis charmant, et même encore quand le gris avait commencé à parsemer ses cheveux, le reflet qu’il pouvait observer était celui d’un homme bien tenu et attirant. Mais il était maintenant passé cela, et quand il se regardait il ne voyait pas le charme qu’il pouvait encore dégager, il ne voyait que la mort qui le guettait.

Quand il repensait au duc et à sa belle, à leur sourire et leurs regards complices, aux mains jointes et aux promesses d’un futur heureux, il se demandait s’il n’avait pas oublié quelque chose dans sa propre vie. L’amour, les étreintes et les corps enlacés étaient partout en Sombreciel, et lui était là, de marbre et esseulé dans cet univers où s’aimer et s’abandonner dans les bras d’autrui était la lueur quotidienne. Il s’était interdit ce monde plus jeune, pour mieux se concentrer à ce rôle qu’on lui avait confié, et maintenant il se l’interdisait, pourquoi? Par peur qu’on le regarde et qu’on ne voit que ce vieillard à quelques pas de la tombe? Il n’y avait pas de réelle réponse, il était simplement resté dans le confort de ce qu’il connaissait si bien. Oh, combien de fois Castiel lui avait dit, qu’il lui ferait du bien d’aller se perdre un peu dans les bras d’une dame.

Et quand maintenant il le voyait, jubilant, enfant, sourire, à la pensée d’Alméïde, il se demandait s’il était toujours possible pour lui de vivre cela, s’il était réellement trop tard. Sauf qu’il se souvenait que si son âme pouvait peut-être se permettre ces allégresses, son corps vieilli n’en aurait certainement plus la force. Mais alors peut-être qu’un peu de compagnie lui ferait du bien, une compagnie autre que ce duc exigeant, que cette duchesse certes plus douce et calme mais sous qui il se gardait réserve. Avait-il encore espoir de partager des instants candides, où il pourrait mettre de côté tous ses tracas et toutes ces obligations, et simplement profiter de la présence d’une dame, écouter son rire, savoir son écoute sincère?

Debout depuis l’aurore, il avait passé les premières heures du jour occupé à valider les diverses tâches qu’il voulait accomplies durant l’absence du duc. C’était l’occasion idéale de faire l’entretien de la tour, de valider les ressources, mais aussi peut-être de revoir le personnel, et d’ouvrir quelques postes pour intégrer de nouveaux espions. Césaire savait qu’il n’était pas éternel, et il préférait organiser la relève en le palais ducal de Sombreciel quand il était encore là…

Vers onze heures il était finalement sorti. Il s’accordait généralement quelques heures ainsi en milieu de journée pour venir prendre l’air, souvent en de longues marches qui lui permettait de mettre de l’ordre dans ses idées. Peut-être était-il plus pensif, ou bien préoccupé, en cette claire journée de mars, mais ses pas s’arrêtèrent d’un seul mouvement juste avant qu’il n’entre en collision avec une dame. Et Césaire reste ainsi un moment, l’air hébété, observant cette dame comme s’il n’avait jamais de sa vie vu de femme. Un seul petit instant, la fraction d’une seconde, avant qu’il ne s’écarte d’un pas, courbant la tête en guise de politesse. « Veuillez me pardonner, j’étais perplexe et pensif, je dois vous avoir causé frousse ainsi. » Qui est-il en cet instant, lui d’ordinaire si alerte et réfléchi, de laisser des sentiments enfouis et des espoirs évanouis prendre le contrôle sur sa maîtrise d’ordinaire si complète? Mais la proposition sort de ses lèvres avant même qu’il ne puisse l’arrêter. « Si vous n’êtes pas trop pressée, venez prendre le thé au palais, j’y suis le majordome. Je ne peux vous laisser partir ainsi, sans convenablement m’excuser du dérangement. »

Elle refuserait. De toute façon, pourquoi accepterait-elle, qu’il se rassurait. Il aurait eu l’air d’un vieil idiot un instant, et puis elle partirait, et il pourrait reprendre cette droiture qui le caractérisait tant.
   
   


dialogue en #003366






Le cœur qui crie des désirs enchaînés. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
 
Le cœur qui crie des désirs enchaînés.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: