AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -16%
Ventilateur de table Rowenta Turbo Silence ...
Voir le deal
58.91 €

Partagez
 

 Couronnement imprévu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Couronnement imprévu   Couronnement imprévu EmptyMer 28 Fév - 1:52



   

   
Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Walid Khamsin & Shéhérazade d'Erebor

   
Couronnement imprévu

   
Retrouvailles

   

   


   
• Date : 14 février 1003
   • Statut du RP : Privé
   • Résumé : Walid part vers Vivedune pour y retrouver son clan et partir avec eux au couronnement d'Octave. Lors de son arrivé, il va faire face à un autre couronnement auquel il ne s'attendait pas, celui de sa cousine Shéhérazade...
   • Recensement :
   
Code:
• [b]14 février 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3442-couronnement-imprevu]Couronnement imprévu[/url] - [i]Walid Khamsin & Shéhérazade d'Erebor[/i]
    Walid part vers Vivedune pour y retrouver son clan et partir avec eux au couronnement d'Octave. Lors de son arrivé, il va faire face à un autre couronnement auquel il ne s'attendait pas, celui de sa cousine Shéhérazade...

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Couronnement imprévu   Couronnement imprévu EmptyMer 28 Fév - 1:55

12 février

Une lettre fraîchement ouverte trônait sur la table principale, dépouillé de son contenu. L’intérieur renfermait un message à l’écriture masculine, aux lettres plus fermes, plus rudimentaire. Le jeune homme attachait beaucoup d’importance à ce genres de détails, tout d’abord car l’écriture pouvait de temps à autre refléter le caractère de son auteur. Lorsqu’il ne connaissait pas le visage de celui-ci, il venait à l’imaginer. Un homme ? Une femme ? Brun ? Blond ? Des détails bien sûr sans importance pour bon nombre de personnes, mais cela attisait sa curiosité. Le détail qu’il portait à la calligraphie pouvait d’ailleurs même être utile à la Cour des Miracles, la découverte de faux messages et d’imitations d’écritures pouvait parfois révéler certaines informations et même éviter à certains espions de tomber dans des pièges inutiles. Mais le message qu’il avait reçu ce matin n’avait rien à voir avec la guilde, oh non. Il provenait d’Erebor, duché du Sable et du Roc. Son frère, Sinbad, lui demandait de l’accompagner au couronnement et de le retrouver à Vivedune.
C’est donc avec hâte qu’il prépara ses affaires pour les voyages à venir. Depuis Lorgol, il allait partir en direction de Vivedune puis de ce même point, il partirait pour Ibelin. C’était l’occasion pour Walid de retrouver son clan et récupérer des informations pour le compte de la guilde.

Il évita de trop se surcharger, ne prenant que le strict minimum. Quelques vêtements, de l’argent, de l’eau, à manger et son invitation au couronnement. Un seul grand sac suffisait amplement, il avait toujours l’occasion d’acheter ce qu’il lui manquait en ville, un peu avant son autre départ. Il avait prévu de partir deux jours plus tard

14 février, fin d’après-midi.


La chaleur du désert, il était chez lui. Le sable l’avait manqué, ce sable si fin et exceptionnel en ce monde, trouvable uniquement en Erebor. Les courbes de la cité se profilaient au loin, tel un mirage. Il avait demandé à un mages des portails de la Cour de l'y envoyer gratuitement : il avait une dette envers lui, une dette maintenant remboursé. Walid était fatigué, il avait eu du mal à dormir ces deux derniers jours, pressé de retrouver son clan. Il avait eu certains détails à régler en Lorgol avant son départ, c'est la raison pour laquelle il n'était pas parti plus tôt.

Il remarqua le comportement étrange de certains habitants alors qu’il venait de passer les portes de la ville. Ils semblaient fêter un évènement, la ville était animée. Y avait-il un rapport avec le regroupement pour le couronnement ? Walid n’en savait rien et il n’avait pas la volonté d’en apprendre davantage pour le moment. Il pourrait toujours demander à son frère lorsqu’il le verrait. Il se mit alors en quête de chercher son clan. L’agitation en ville l’agaçait un peu, s’il n’avait pas plusieurs heures de sommeils à rattraper, il aurait demandé au premier inconnu à croiser son chemin. Il les trouva assez rapidement et ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. Malgré la fatigue, sa famille était précieuse pour lui. Il s’approcha d’une de ses sœurs qu’il aperçut au loin.

« Waïba ! » L’intéressée se retourna, riant en voyant son visage. Un rire qu’adorait le jeune homme. Un rire bienveillant.

« Tu as triste mine, mon frère. Que fais-tu là ? Walid ne comprenait pas cette question. Sinbad ne l’avait pas prévenu de sa venue ? Ce n’était pourtant pas le genre d’information qu’il oubliait d’annoncer à son clan

« Eh bien, tu n’es pas au courant ? Je viens me joindre à vous au couronnement en Valkyon. Waïba secoua la tête en signe de négation, puis sourit.

« Je voulais dire, pourquoi n’es-tu pas avec tous les autres ? N’es-tu pas au courant ? Shéhérazade, elle sort du harem. Notre cousine va devenir sultane d’Erebor, Walid. Va, va la retrouver. Je sais que tu attends ce jour depuis des années. »

L’esprit de Walid s’éveilla à l’entente de ses mots. Brusquement, il rebroussa chemin en direction du palais, animé par la seule envie de voir sa cousine qui l’avait tant manqué. Il se dirigea vers la foule pour assister au couronnement. Il en oublia la fatigue, n’hésitant pas à écarter les gens qui lui bloquaient le passage afin de se frayer une voie, jusqu’à se retrouver au premier rang, aux premières loges, subjugué par la vue qui s'offrait à lui.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Shéhérazade d'Erebor
Shéhérazade d'Erebor

Messages : 137
J'ai : 29 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope
Message Sujet: Re: Couronnement imprévu   Couronnement imprévu EmptyDim 11 Mar - 1:31

Tout s’est passé si vite.
Si vite, par Joseï !

En l’espace d’une semaine, c’est tout l’univers familier de Shéhérazade qui a volé en éclats, et elle peine encore à cerner l’ampleur des changements qui ont bouleversé sa vie. Ce soir où Anthim est venu la chercher au harem, l’informant que son couronnement allait avoir lieu incessamment. Son couronnement, à elle. La petite Shéhérazade, la fille de l’émir rebelle des Khamsin, la princesse du clan des vallées funéraires – couronnée, souveraine, duchesse. Sultane du Sable et du Roc. Toute la nuit, l’angoisse l’a tenue éveillée ; elle n’a sombré dans un sommeil épuisé qu’au lever du jour, profitant de brèves heures de repos avant que l’on ne vienne la chercher pour la préparer.

Et la projeter hors du harem, avec ses enfants en pâture à une légion d’assassins. L’angoisse a tenaillé la sultane – et tout est passé dans un tourbillon. Ce matin, tout est… différent. C’est dans le luxueux appartement de la sultane qu’elle s’éveille – et qu’une légion de servantes s’empresse autour d’elle, pour la laver, la parer, la coiffer et l’habiller. Que va-t-elle pouvoir bien faire de sa journée ? Son premier réflexe, bien sûr, a été de vérifier que ses enfants allaient bien – ses filles, Mansour, mais également ceux de Sitara. Chère Sitara, où peut-elle donc bien être, reviendra-t-elle un jour ? L’existence était bien moins angoissante, recluse dans le confinement du harem, loin des atteintes de l’extérieur. Dans un monde clos, presque contrôlé, où le danger devait trouver moyen de passer moult barrages et sigisbées avant de pouvoir atteindre ses enfants !

Tout a changé, désormais.

Anthim a pris le temps de répondre à ses questions, cette nuit, alors que le sommeil se dérobait encore ; et elle connaît ses attributions. Plus tard, dans l’après-midi, elle commencera à répondre aux missives de félicitations accompagnées de cadeaux divers et variés, qui ont commencé à arriver aux bons soins des Voltigeurs d’escorte messagers. Plus tard – pour l’instant, Anthim étant occupé avec ses tâches du quotidien, elle a la matinée pour explorer son nouveau domaine. Elle s’apprête à quitter ses appartements, une fois le petit-déjeuner avalé, lorsqu’un garde se présente. « Votre Grâce, un homme se prétendant votre parent sollicite audience. » « A-t-il donné son nom ? » « Walid, du clan Khamsin, Votre Grâce. »

Walid.
Dans l’esprit de Shéhérazade, c’est une frimousse enfantine qui surgit, puis les traits d’un tout jeune homme – si jeune encore, lorsqu’elle a tourné le dos au monde pour entrer au harem. Walid, son cousin, l’un des frères de Marjane. Presque son frère à elle, tant ils ont élevés proches les uns des autres ! « Menez-le à la salle d’audience privée ! » L’ordre s’est doublé d’un sourire éblouissant de joie, tant la sultane est heureuse de retrouver un membre de sa famille. Discrètement, elle demande à l’une des petites servantes de la guider jusqu’à la salle d’audience en question – elle connaît son existence, mais le chemin pour y retourner lui échappe complètement. Il faudra vraiment qu’elle prenne le temps d’explorer le palais, pour éviter de s’y perdre à la première occasion…

Une fois arrivée à destination, Shéhérazade salue les deux gardes qui veillent à la porte ; avant de tourner en rond dans la petite pièce, incapable de tenir en place tant son impatience est grande. Elle n’attend que quelques minutes avant que le garde ne revienne, accompagné d’un homme qu’il ne quitte pas des yeux – sait-on jamais, si l’inconnu était un imposteur venu agresser la sultane… ! Il est rapidement rassuré par l’exclamation de joie émise par la souveraine – oui, c’est bien Walid, plus âgé que dans sa mémoire, mais fidèle au souvenir qu’elle garde de lui. Rassuré, l’homme salue et s’éclipse, gardant la porte avec ses deux homologues, laissant cousin et cousine se retrouver.

Elle est à court de mots, la jolie sultane, tant l’émotion étreint son cœur. Cet homme-là, elle a cru lui avoir adieu pour de bon il y a dix ans déjà, et le revoir aujourd’hui, c’est… c’est intense. Elle porte une main tremblante à ses lèvres, dans le gai tintement de ses bracelets qui s’entrechoquent, presque incrédule encore, peinant à croire qu’elle peut le revoir, que c’est autorisé, que c’est permis. « Mon cousin… ! Je n’aurais jamais osé espérer que ce jour béni puisse arriver ! » Fi du protocole, fi des convenances : dans le bruissement de son sari, elle le rejoint de quelques pas pour le prendre dans ses bras dans une étreinte émue.




Couronnement imprévu TitreSheherazade1

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Couronnement imprévu   Couronnement imprévu Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Couronnement imprévu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: