AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
133 € 190 €
Voir le deal

Partagez
 

 D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyVen 2 Mar - 10:02


   
Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Teagan le Sustain & Isabeau Ventdoré

   
D'une pureté toute enfantine

   
D'innocentes rencontres

   


   
• Date : 13 Mars 1003
• Météo (optionnel) : Froid mais ensoleillé.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Des suites d'une promenade impromptue dans les rues glaciales de Souffleciel, Isabeau prend sous un aile pour un temps un jeune garçon blessé. Ce qu'elle ne sait pas encore, c'est qu'elle s'apprête à faire face à la version adulte de ce dernier, et que l'échange pourrait s'avérer bien moins innocent.
• Recensement :
   
Code:
• [b]13 Mars 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3453-d-une-purete-toute-enfantine-teagan-le-sustain#127965]D'une pureté toute enfantine[/url] - [i]Teagan le Sustain & Isabeau Ventdoré[/i]
    Des suites d'une promenade impromptue dans les rues glaciales de Souffleciel, Isabeau prend sous son aile pour un temps un jeune garçon blessé. Ce qu'elle ne sait pas encore, c'est qu'elle s'apprête à faire face à la version adulte de ce dernier, et que l'échange pourrait s'avérer bien moins innocent.
   

   


Dernière édition par Isabeau Ventdoré le Sam 31 Mar - 13:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyVen 2 Mar - 10:03

Si Souffleciel était épargnée par les affres de la guerre, un tout autre mal s’infiltrait insidieusement dans les rues de la belle cité outreventoise : le froid. Portée par les vents violents de la région, une vague de froid s’attaquait aux inconscients en cette fraiche matinée de mars. La raison aurait voulu que la délicieuse Isabeau reste enfermée toute la journée. Pourtant, rien ne devait venir remettre en cause la planning méticuleux que la demoiselle avait préparé. Il y avait tant de choses à faire et si peu de temps. Compagne, elle ne baignait toutefois pas dans l’oisiveté. Sortant de son bain brûlant imprégné d’huiles odorantes, l’enfant passa en revue les différents choix qui s’offraient à elle. Lilas ? Rose ? Bleu Ciel ? Quelle couleur serait la plus adaptée pour cette journée ? Nue comme un vers, Isabeau prit quelques instants avant de se décider. Parée de lilas, ce serait ainsi qu’elle s’exposerait au monde ce jour-là. Son ensemble était exquis, quoi que beaucoup trop outreventois au goût des autres duchés. Sa robe était simple, blanche bordée du mauve pâle qu’elle aimait tant, mais ainsi allait la mode en ce pays. Se démarquer par son extravagance était une mauvaise idée, surtout lorsqu’on était une Compagne. Plus que satisfaite de son allure, Isabeau vint couvrir son visage d’une fine couche de maquillage. L’exubérance était une fois de plus déconseillée. La demoiselle préférait teindre de rose ses joues, telle une innocente demoiselle, et élégamment rehausser ses yeux et ses lèvres. Les plus ignares ne verraient même pas les artifices s’affichant fièrement sur son visage, et c’était exactement le but. Nattant ensuite ses longs cheveux dorés, Isabeau était enfin prête à quitter la tiédeur de ses appartements. En dépit du froid, la journée s’annonçait belle.

Le marché, endroit préféré de la belle demoiselle, c’était là qu’elle se dirigeait. Les nombreux objets loufoques et intéressants que l’on pouvait y trouver ne manquaient jamais de l’émerveiller. Le froid était mordant, bien plus virulent que ce qu’elle n’avait pu imaginer. Alors qu’elle se rendait jusqu’au marché, le froid fit son travail, accentuant dramatiquement le rose placé avec minutie sur ses pommettes. Qu’importe, Isabeau devait acheter tant de choses qu’elle ne pouvait pas rebrousser    chemin. Plus maintenant. Certains produits de beauté, des fleurs pour ramener la campagne au sein de ses appartements. Sa liste était fort complète, pourtant, elle ne se découragea pas, voguant parmi le peuple de Souffleciel avec une habileté presque surprenante. Cela faisait maintenant si longtemps qu’elle vivait ici que la ville ne lui cachait plus rien du tout. Elle se fondait dans la masse comme personne d’autre, malgré sa réputation plus que sulfureuse. Non pas qu’elle était sulfureuse elle-même, mais être une Compagne suffisait à alimenter les commérages du coin. Le regard des autres, Isabeau ne le sentait même plus. Elle avait appris à vivre avec, comme n’importe qui d’autre l’aurait fait dans sa situation. Au marché, elle y passa une heure, peut-être même deux, perdant toute notion de temps alors qu’elle s’émerveillait devant des bizarreries des quatre coins d’Arven. Il était grand temps de rentrer chez elle, mais maintenant qu’elle était imprégnée du froid ambiant, l’étrange idée de se promener encore un peu vint à l’esprit de l’érudite. Quittant le brouaha du marché, Isabeau traversa avec langueur d’adorables petites ruelles, profitant de l’air frais tant qu’elle le pouvait. La journée était, en effet, belle. Tout se passait jusqu’alors comme elle voulait, pourtant, bientôt, le malheur viendrait se jeter dans ses jupons.

Alors qu’elle continuait sa délicieuse promenade, les pleurs sonores d’un enfant vinrent la tirer de ses pensées. Trouvant la source de cette nuisance sans trop de difficulté, Isabeau s’en approcha. C’était un petit garçon, aussi adorable que tous les autres garnements de son âge. Sa chevelure rousse était belle, flamboyante, ravissant l’esprit d’esthète de la Compagne. En analysant avec plus d’intérêt la situation, Isabeau remarqua le sang qui coulait du genou du petit, s’étant probablement blessé en tombant. Et ce gosse, il était seul, complètement seul. Aucun adulte n’était présent à ses côtés. Comme c’était étrange. Inquiète par cette simple réalisation, la demoiselle se décida à approcher l’enfant. S’agenouillant non sans mal auprès du petit blessé, Isabeau tira son visage jusqu’à elle, déposant un baiser plein de bienveillance sur son front. Le sol était froid, horriblement froid, pourtant elle ne laissa rien transparaitre. L’enfant était déjà dans un état de détresse, il était donc inutile de lui causer encore plus de déplaisir. Voir une créature si innocente ainsi souffrir lui était insupportable. Lui offrant un sourire radieux alors qu’il arrêtait pour un instant de pleurer, elle pensa qu’il était grand temps de se présenter.

- Bonjour. Je suis Isabeau. C’est quoi ton nom à toi ? Ne pleures plus petit ange, je vais m’occuper de toi.

Et alors qu’elle prononçait ces quelques mots, Isabeau tira de l’intérieur de sa robe un mouchoir finement ouvragé. N’y réfléchissant pas à deux fois, elle vint éponger le peu de sang qui sortait de la blessure, ne s’offusquant aucunement alors que des gouttes de sang venaient par moment souiller sa robe. Quand le tissu fût bien imbibé, la Compagne sortit un second mouchoir, son dernier malheureusement, et le noua fermement autour du genou du petit. Le sang cesserait ainsi de couler, et tout le monde s’en porterait bien mieux. Isabeau gardait toujours ce sourire radieux au bout de ses lèvres, passant avec amour sa main dans les cheveux rouges du petit soldat. Mais après tant d’inquiétudes, la curiosité prenait enfin le pas. Il y avait tant de chose qu’elle désirait désormais savoir.

- Pourquoi es-tu seul comme cela ? As-tu perdu de vue ta maman ?


Question classique, innocente, et pourtant. Elle ne connaissait rien de l’enfant, pas plus que son histoire. Peut-être venait-elle de tirer sur une corde sensible, mais ça elle ne le savait pas. Ce qu’elle semblait bête, assise comme ça au milieu d’une rue, un enfant sur ses genoux, mais Isabeau n’en tenait pas rigueur. La situation était bien trop intéressante pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyDim 11 Mar - 14:53

Le marché rassemble de nombreuses personnes de la capitales, venues profiter des denrées délicieuses des marchands, malgré les températures froides et le vent qui s'insinue dans les ruelles. Le soleil est au beau fixe malgré tout, c'est le temps idéal pour une petite promenade et quelques emplettes. Et aussi pour l'exploration impromptue de toutes ces merveilles alentours.

Les yeux clairs du petit garçon se posent partout, avec une curiosité toute enfantine et l'insouciance qui lui est propre. La main enveloppée dans celle de son père, il babille quelques paroles enjouées sur les nouveaux jeux inventés avec ses cousins, sur les histoires racontées par sa tante, sur les voisins qui lui ont offert une part de tarte la veille parce qu'il avait été poli avec eux. Il passe d'un sujet à l'autre, parfois sans réelle transition et son père ponctue son discours décousu par quelques commentaires. Le jeune garçon lève les yeux vers l'homme qui paraît occupé à autre chose, concentré sur une discussion entre adultes. Il a même relâché sa main pour appuyer ses mots de quelques gestes et son avertissement à ne pas s'éloigner n'a pas été entendu.

Le petit garçon est libre et il part à l'aventure.

C'est un petit chien qui attire son attention, tout chétif, traînant entre les étals certainement à la recherche de nourriture. Le petit aventurier s'en approche et sort un morceau de biscuit, resté dans sa poche depuis ce matin – il a dû le dissimuler rapidement dans la poche de son pantalon pour ne pas se faire attraper et gronder. Il avance doucement pour tenter d'amadouer l'animal mais celui-ci prend peur et se sauve en sens inverse, alors le gamin décide en toute logique de le suivre. S'en suit une course poursuite, interrompue par instant lorsque le chien s'arrête et que le petit essaie de l'approcher encore. Il finit par poser le morceau de biscuit sur le sol et par s'éloigner un peu, pour laisser l'animal s'approcher. Celui-ci s'avance, la victoire est proche quand... « Eh gamin, qu'est-ce qu'tu fous dans ma cour ? File d'ici ! » Le chien prend la fuite et le petit garçon, surpris, en fait de même, détalant comme un lapin. Il se met à courir dans les rues, cherchant à retrouver son père, mais quand il parvient à l'endroit où il se trouvait, il n'est plus là. L'enfant regarde autour de lui de ses petits yeux humides, les joues rouges d'avoir couru, la lèvre tremblante. « Papaaaa ? » Mais pas de réponse, alors il file à nouveau dans l'autre sens, le regard levé vers tous les adultes sur son passage.

Il avance, moitié marchant, moitié courant, et c'est alors qu'il trébuche sur les pavés et qu'il s'écorche violemment le genou en tombant. La réaction ne se fait pas attendre ; des pleurs sonores emplissent les lieux et quelques regards étonnés se retournent pour voir ce qu'il se passe. Le petit garçon se redresse, secoué de sanglots, les yeux embués de larmes. « P-pa-papaaaa ! » Il s'arrête soudain, quand il voit la femme qui s'approche de lui. Ses pleurs se font plus forts encore, même quand elle s'agenouille auprès de lui. Puis, ce sont de grands yeux qui accueillent le baiser sur le front, et l'enfant la regarde, désormais secoué de sanglots silencieux. « Bonjour. Je suis Isabeau. C’est quoi ton nom à toi ? Ne pleures plus petit ange, je vais m’occuper de toi. » Le petit renifle piteusement, hoquetant de détresse devant cette étrangère qui se montre si gentille. « Mo-Morgan. » qu'il répond, timide, quand elle lui demande son nom. Il essuie son nez d'un revers de manche et laisse échapper un geignement douloureux quand elle pose un mouchoir sur son genou. Les larmes se remettent à couler de plus belle.

« Pourquoi es-tu seul comme cela ? As-tu perdu de vue ta maman ? » Il secoue la tête, son petit corps secoué de quelques sanglots plus espacés désormais. Ses joues sont baignées de larmes. « M-maman elle est p-p-partie. » Partie oui, pour toujours. Emportée par le mal, Madenn elle a dit. Allongée sous le tumulus qu'ils vont voir parfois et couvrir de fleurs, pour qu'elle ait quelques couleurs là où elle se trouve à présent. Morgan renifle encore un peu. « Y avait le ch-chien et, et, et il a couru. Mon papa il a dit de, de rester et il est p-pas resté et le m-monsieur il m'a gron-ondééé. » Et il se remet à pleurer de plus belle.

Quelques rues plus loin, un homme paniqué fend la foule en hurlant le nom de son fils.


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain RandomSurvivantChasse
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EchosAccord
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyDim 11 Mar - 16:29

Le cœur battant d’une émotion étrangère, et presque agréable, Isabeau détaillait le jeune homme. Son instinct maternel qu’elle ne saurait jamais vraiment exaucé ressortait de tous ses pores. Elle ressentait le besoin de protéger cette fragile et adorable petite créature. Plus besoin de l’appeler le rouquin, dans tous les cas. Morgan, voilà comment il s’appelait. La demoiselle essayait bien de le calmer comme elle le pouvait, mais il était bien difficile de contrecarrer l’irrationalité d’un enfant. Les yeux gris de la Compagne étaient, pourtant, voilées par la tristesse. Isabeau ne pouvait s’empêcher de ressentir au plus profond de son cœur la peine des gens qu’elle approchait. Ainsi, c’est pour cela qu’elle essayait toujours d’irradier la bienveillance et la douceur. Si les malheurs du petit Morgan étaient, en toute honnêteté, franchement insignifiants, l’Outreventoise se sentait tout de même inquiète. Comme il était amusant de voir cette figure si pure se confronter à Isabeau, Isabeau qui représentait tant de maux pour les habitants de la Cité. D’ailleurs, déjà, quelques regards inquiets étaient jetés sur le plus qu’étrange duo. Sa réputation la précédait, Madame douceur, tendresse, langue d’acier. Mais pourquoi une Compagne aurait-elle représenter le moindre danger pour un enfant ? Le peuple était parfois bête, si bête.

Malgré toutes ses bonnes intentions, Isabeau venait toutefois de faire une erreur, une grossière erreur. Elle savait pourtant mieux que quiconque qu’il ne fallait pas bêtement écraser quelqu’un sous un flot de questions, questions qui pouvaient potentiellement toucher à un point sensible. C’était peut-être même l’une des règles primordiales lorsque l’on était Compagne. Qui aurait cru que dans une telle situation ses enseignements de courtisane lui serviraient également ? Sa mère. Partie ? Morte ou avait-elle abandonné les siens ? Qu’importe. Isabeau avait bêtement réouvert une plaie, et il était de son devoir de tout faire pour redonner le sourire au gamin. Sans trop se soucier du regard mauvais des passants, elle vint passer ses bras autour de Morgan, le serrant avec tendresse, plaçant ses petites boucles rousses dans la chaleur réconfortante de sa poitrine. Elle laissa quelques instants ses sanglots se noyer dans ses seins, silencieuse, se transformant en un roc, solide et digne. Pourtant, elle savait que le plus efficace des baumes, c’était sa voix. Pas son corps, pas sa douceur, pas sa chaleur non plus. Quand les hoquètements du petit furent de plus en plus espacés, elle desserra son étreinte, plongeant son regard grisâtre dans celui du petit. Elle se voulait, une fois de plus, rassurante. Son sourire brillait de mille feux, bienveillant.

-Un monsieur t’a grondé ? Ce n’est vraiment pas gentil ça. Tu es un très bon garçon Morgan, ça se voit. Ne pleures plus, ce méchant monsieur n’est plus là, et ce n’est pas moi qui vais te gronder. C’est une promesse !

Isabeau aurait pu se sentir bête d’ainsi parler, mais il n’en était rien. Il fallait s’avoir s’adapter à son public, et lui lancer une tirade sophistiquée n’aurait franchement servi à rien. Le message, ainsi, allait être très clair. Elle espérait bien que cela suffirait, mais la Compagne ne souhaitait remettre le résultat de ses actions au destin. Elle savait exactement comment parfaire son plan pour redonner le sourire au gosse. Cela promettait d’être grandiose, vraiment grandiose. Détournant son attention du petit pour un instant, Isabeau releva le torchon qui recouvrait son panier en osier. C’était son butin de la journée, les merveilleuses emplettes qu’elle avait fait avant de se retrouver dans cette étrange situation. Au milieu de ce trésor, une petite boite laissait passer une odeur délicieuse. Une odeur sucrée, ne pouvant qu’animer la gourmandise chez qui que ce soit. Isabeau avait espéré pouvoir profiter de cette merveille seule, mais ce n’était pas le moment d’être égoïste. Attrapant la boite sans aucun remord, elle la présenta à Morgan, un sourire de plus en plus chaleureux étalé sur son délicat visage. Ouvrant avec habileté le conteneur, une moitié d’un délicieux quatre-quarts au miel se dévoila au regard de tous. Faire vivre les spécialités de son duché, c’était presque un devoir !

-Ne pleures plus d’accord ? Si tu pleures tu ne pourras pas manger du gâteau. La morve et les larmes dans le gâteau ce n’est pas très bon, tu n’es pas d’accord ?


Un petit rire sonore s’échappa alors de sa gorge, clair et harmonieux. Elle se serait bien empressée de fourrer une part dans les mains gelées de l’enfant, mais cela s’avérait bien plus difficile que cela. Isabeau, à la plus grande surprise de tous, ne se promenait pas avec un couteau. Pas à Souffleciel en tout cas. Et fourrer un quatre-quarts entier dans la bouche de l’enfant ne semblait, bizarrement, pas être la meilleure des idées. Ne s’intéressant une fois de plus pas aux convenances, la Compagne arracha un gros morceau de gâteau grâce à ses petites griffes limées, et l’apporta ensuite jusqu’aux lèvres de son charmant interlocuteur. Après tout cela, Isabeau ne pensait trouver rien de plus qu’un sourire radieux sur le visage du petit Morgan. Elle espérait vraiment que son stratagème avait fonctionné. Elle ne voulait vraiment pas le laisser seul, entre peine et douleur. Dans tout ça, la demoiselle se demandait vraiment ce que l’accompagnateur du gamin pouvait bien faire ? Elle n’était pas en colère, loin de là. Il était hors de question de juger. Mais dans tout ça, Isabeau avait des choses à faire. Et le temps coulait, encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptySam 31 Mar - 11:49

« Un monsieur t’a grondé ? Ce n’est vraiment pas gentil ça. Tu es un très bon garçon Morgan, ça se voit. Ne pleure plus, ce méchant monsieur n’est plus là, et ce n’est pas moi qui vais te gronder. C’est une promesse ! » Il lève des petits yeux curieux sur la dame si gentille. Elle parle un peu comme sa tante, la jolie musicienne. Elle a les mêmes manières douces et les mêmes mots qui apaisent. Le petit Morgan cligne des yeux et renifle encore un peu piteusement, ses mains tirant sur le bas de sa chemise mal rentrée dans son pantalon. Son gros chagrin semble derrière lui, et il observe l'inconnue de ses petits yeux curieux, la mine soudain plus attentive. Il la voit qui fouille dans un panier et la gourmandise du petit garçon surpasse tout le reste. Son regard s'attarde sur le gâteau dont la bonne odeur lui met déjà l'eau à la bouche. Son petit estomac gargouille et il doit faire preuve de toute la bonne volonté du monde pour se retenir de ne pas le lui arracher des mains. Papa serait très fâché qu'il agisse de la sorte.

« Ne pleure plus d’accord ? Si tu pleures tu ne pourras pas manger du gâteau. La morve et les larmes dans le gâteau ce n’est pas très bon, tu n’es pas d’accord ? » Morgan acquiesce timidement et essuie son nez d'un revers de manche. Il veut goûter au bon gâteau, pas le gâcher bêtement avec son gros chagrin. Il tend les mains quand Isabeau lui présente un morceau de gâteau et il croque dedans avec avidité. Ce n'est qu'à la moitié de sa part qu'il se met à babiller quelques mots à sa nouvelle amie si gentille.

***

« Morgan !!! »
Par tous les dieux du panthéon, où a bien pu passer ce gamin ? L'Outreventois fend la foule, moitié agacé, moitié angoissé, incapable de retrouver la chevelure rousse au milieu du marché bondé. Quelques regards se tournent sur son passage, certains reconnaissent le luthier et lui affirment ne pas avoir vu son fils passer par là. Ce n'est qu'au bout de longues, très longues minutes, qu'il l'aperçoit de dos. Il reconnaîtrait sa tignasse rousse entre mille.

« Morgan ! » Il se précipite en avant, bouscule quelques personnes et s'accroupit près de son fils, maintenant ses épaules fermement entre ses mains. « Morgan, qu'est-ce qui t'a pris de t'éloigner comme ça ? Tu m'as flanqué une peur bleue. Ne refais jamais ça ! » Entre douceur et remontrances, il finit par serrer son fils contre lui. Le miel sur les doigts du petit garçon colle à ses vêtements et Teagan le regarde un instant, caressant la joue de son fils qui se met à expliquer ce qu'il s'est passé d'une voix hachée ; son récit n'a ni queue ni tête, mais le père écoute attentivement, puis son regard se lève enfin vers la jeune femme à côté d'eux. « Merci de vous être occupée de lui. » déclare-t-il, avant de froncer les sourcils devant la silhouette féminine. Ce faisant, il remet en place la chemise de son fils qui arbore une mine boudeuse. Ca démange la chemise dans le pantalon comme ça, son père devrait pourtant le savoir ! Mais le père en question est en train de détailler la jeune femme d'un oeil de plus en plus sceptique. « Ca vous arrive souvent de recueillir des enfants dans la rue, comme ça ? » demande-t-il, plus dur. À sa robe et à son allure, elle n'est certainement pas une artisane de la capitale. Il se doute même fortement de ce qu'elle est réellement. Son nez se plisse, il ne la lâche pas du regard. « Elle m'a donné du gâteau. » intervient le petit garçon d'un air ravi, le menton encore couvert de miel. Teagan lui adresse un sourire tendre mais son regard reste dur envers l'inconnue. « Oh, vraiment ? » Qui est donc cette femme qui ose approcher son fils ?


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain RandomSurvivantChasse
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EchosAccord
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptySam 7 Avr - 20:40

Les larmes cessèrent, enfin. Isabeau était satisfaite. Tant par ses talents de mère qu’elle ne saurait jamais assouvir que par la réaction de l’adorable petit garçon. La Compagne en avait rencontré des sales garnements, mais jamais aussi docile. Triste, elle ne l’était en tout cas pas. Il existait tant d’enfants juste dans les rues de Souffleciel, alors à quoi bon mettre au monde son propre monstre ? La sulfureuse et étrange tante, Isabeau se plaisait dans ce surprenant rôle. Osant défaire son regard de la silhouette adorable du jeune garçon, la demoiselle observa ses mains, poisseuse de miel. Un nouvel éclat de rire vint faire écho à sa précédente hilarité. Ce qu’elle avait l’air folle agenouiller ainsi, les mains dégoutantes, les cheveux mis à mal par le vent. Elle était peut-être Compagne, mais elle ne se privait certainement pas de vivre de la façon dont elle souhaitait. Ayant d’ores et déjà utilisé ses mouchoirs pour venir à bout de la blessure de Morgan, Isabeau n’avait malheureusement rien pour venir s’essuyer les mains. N’y réfléchissant pas à deux fois, la jeune femme vint lécher ses mains, alliant efficacité et plaisir. Elle ne pourrait profiter de son gâteau alors elle allait se contenter des restes. Sur ses mains.

Des cris vinrent sortir Isabeau de son petit jeu. Morgan. Quelqu’un criait le nom du galopin. L’érudite n’eut aucun mal à trouver la source de ce bruit. Sa voix était après tout si sonore qu’on ne pouvait y échapper. Et puis, ce séduisant homme à la chevelure de feu ne pouvait qu’être le père du petit. Ils se ressemblaient tant qu’Isabeau en avait presque le tournis. Teagan ne lui adressa même pas un regard, bien trop occupé par l’état de son enfant. La Compagne ne s’en offusquait aucunement. Profitant d’avoir les mains propres, elle put enfin se redresser, soulevant ses nombreux volants à l’aide de ses doigts de fée. Elle aurait pu s’éclipser sur le champ, adresser un bref signe de tête au musicien, disparaitre dans la foule. Mais quelle demoiselle bien élevée se comportait ainsi ? Alors elle patienta, silencieuse, observant avec intérêt ces adorables retrouvailles. Habituellement, des remerciements n’auraient été que l’unique issue pour cette étrange rencontre. Pourtant, Isabeau se préparait au pire. En tant que Compagne faisant des ravages à travers toute la cité, tout pouvait soudainement advenir. Elle le savait pertinemment bien. Si seulement la douceur de l’enfance avait pu animer, aujourd’hui encore, le cœur de cet homme.

S’attendre au pire avait été un choix judicieux, une fois de plus. Teagan avait satisfait ses plus sombres considérations en un simple claquement de doigt. Son ton brusque, son regard soupçonneux, son évidente réalisation qu’il avait à faire à une Compagne. Isabeau se sentait offensée, comme à chaque fois pour dire vrai. Elle en avait toutefois tant l’habitude que son visage resta figée en une délicieuse frimousse. La demoiselle ne comprenait pas cette haine farouche pour les Compagnes au duché de l’Honneur. Ce métier n’avait rien de honteux, elle y croyait dur comme fer pourtant personne ne semblait vouloir acquiescer. Ce qu’elle rêvait de l’incendier, cette créature du feu, lui montrer qu’il n’était pas acceptable d’ainsi se comporter. Bien sûr, de tout cela, elle ne fit rien. Par défi, ou peut-être fierté, Isabeau planta son regard grisâtre dans celui de son interlocuteur, lui offrant un sourire charmeur. Ni honte ni chagrin ne semblait pouvoir l’atteindre. Elle restait magistrale, maitresse de son propre corps dans cette situation plus qu’embêtante. Ne rien faire pour desservir la Guilde, voilà ce qui motivait chacune de ses actions, de ses réactions. Il les aurait, ses réponses.

-Ce fût un vrai plaisir. Morgan est un enfant charmant. Laisser une âme si pure souffrir sur le bord de ce chemin me semblait cruel. Dois-je comprendre que j’ai mal agis ?

Isabeau se voulait polie, pourtant elle ne pouvait s’empêcher de mettre en avant l’impolitesse de son interlocuteur. Était-ce un crime, de venir en aide à un enfant perdu et malheureux ? Isabeau ne l’avait pas jugé, ce Teagan, pas même un seul instant alors qu’il tardait à voler au secours de sa progéniture. Sa méfiance était si insultante.

-Pour dire vrai, je n’avais jamais rencontré un jeune homme pleurant si fort, seul, au milieu de notre belle cité. Mais il y a un début à tout j’imagine ?

La jeune femme n’était pas agressive, loin de là, elle essayait simplement de rester honnête au possible sans manquer de respect au musicien. Et dieu ce qu’elle avait envie de lui manquer de respect en cet instant. Isabeau se laissa enfin le temps de détailler son nouvel interlocuteur. Visage viril, tenue du peuple, chevelure rousse. Un bel homme en dépit de tout. Sa personnalité incluse. La Compagne était curieuse, cet homme aurait pu être n’importe qui et maintenant qu’elle s’était éprise de son fils, elle ne pouvait calmer toutes les questions qui virevoltaient dans son esprit.

-Je suis Isabeau Ventdoré. C’est un plaisir de vous rencontrer. J’espère que ce plaisir, s’il n’est pas partagé, n’est toutefois pas mécompris.

Et alors qu’elle disait ces quelques mots, son regard tomba à nouveau sur le petit Morgan. Avec ses grands yeux et sa petite bouille, Isabeau ne pouvait s’empêcher de sourire. Ce n’était pas cette chose surfaite et charmante qu’elle se collait sur le visage non. C’était un sourire radieux, sincère. Un sourire que le garnement avait mérité, mais certainement pas son père.
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyJeu 3 Mai - 18:56

Il est méfiant, Teagan, et il a des raisons de l'être. Depuis la mort de sa femme, il veille sur ses enfants comme une louve veillerait sur ses petits. Il n'aime pas les voir approcher des étrangers, pas plus que se lier à des femmes inconnues qui lui rappellent bien trop souvent qu'ils n'ont plus de figure maternelle à la maison pour s'occuper d'eux. Les enfants voient régulièrement leurs tantes, mais est-ce réellement la même chose que d'avoir une présence féminine au sein de la demeure ? Parfois, il sent le poids de cette absence peser bien trop lourdement sur ses épaules, le voyant contraint à endosser le rôle de celle qu'il aimait, sans parvenir à faire aussi bien qu'elle. Il y avait tant de douceur dans son sourire et tant de force dans son regard, elle était une mère extraordinaire et le luthier doute de pouvoir combler ce manque auprès de ses enfants. Alors il veille sur eux, il est certainement un peu trop insistant parfois, avec eux, mais il a à coeur de faire en sorte qu'ils ne manquent de rien.

Quand il s'est aerçu de l'absence de Morgan, c'était comme un choc pour son coeur. Il s'est imaginé mille et un dénouements possibles, il a senti la peur s'immiscer jusque dans chaque fibre de son être. Il vient assez souvent au marché pour savoir qu'il ne risque pas grand chose et pourtant... Il suffirait d'une fois, pas vrai ? Cette femme, il ne l'a jamais vue, il ne peut que deviner qui elle est, ce qu'elle est. Et ça ne lui inspire guère confiance.

« Ce fut un vrai plaisir. Morgan est un enfant charmant. Laisser une âme si pure souffrir sur le bord de ce chemin me semblait cruel. Dois-je comprendre que j’ai mal agi ? » Il se renfrogne, l'Outreventois. Trop têtu, certainement, il ne daigne même pas répondre à la jeune femme, se contentant de porter toute son attention sur son fils pour essuyer un peu du miel qui colle à sa joue. « Pour dire vrai, je n’avais jamais rencontré un jeune homme pleurant si fort, seul, au milieu de notre belle cité. Mais il y a un début à tout j’imagine ? » Cette fois, il fronce les sourcils et il se relève, gardant une main sur l'épaule de son garçon. « Je suis Isabeau Ventdoré. C’est un plaisir de vous rencontrer. J’espère que ce plaisir, s’il n’est pas partagé, n’est toutefois pas mécompris. » Il n'est guère enchanté, non. Mais il n'est pas impoli pour autant. « Teagan le Sustain. » se présente-t-il, laconique. Il pourrait se dire ravi également, mais ce serait mentir et il est au-dessus de ça.

« Je vous ai remercié de vous être occupée de lui, je préfère qu'on en reste là. À moins que ce ne soit pas suffisant pour vous ? » Le ton est posé, peu agréable, mais pas agressif non plus. Il sait bien que ces femmes sont pétries d'ambition et seraient capables de beaucoup pour parvenir à leurs fins, comme cette vipère du Noroît qui use certainement de sa magie traîtresse pour obtenir ce qu'elle désire. Et si cette Isabeau était une mage manipulatrice, elle aussi... ?


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain RandomSurvivantChasse
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EchosAccord
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptySam 9 Juin - 21:50

Teagan le Sustain. Ce nom ne lui disait strictement rien. Le monde d’Arven était si densément peuplé que ce n’était pas vraiment étonnant. Le musicien, en tout cas, ne s’embarrassait pas de la courtoisie qu’Isabeau était pourtant en droit de réclamer. La Compagne ne s’en faisait pas, elle était habituée désormais. Ce n’était pas sa première rencontre du genre et ce ne serait pas la dernière. Elle aimait tant ses frères et sœurs d’Outrevent mais il était parfois difficile de supporter une telle injustice. La réaction de Teagan n’était pas si surprenante que ça au final. Il était un digne outreventois. La demoiselle pouvait dire ce qu’elle voulait, elle se sentait blessée à chaque fois qu’une telle situation arrivait. Être habituée ne voulait pas dire qu’on acceptait ou approuvait un tel comportement. Elle se serait bien énervée mais cela ne changerait rien. Elle le savait pertinemment bien. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était garder ce délicat sourire au bout de ses lèvres. Du moment qu’elle n’attisait pas plus les flammes qui alimentaient la haine du peuple outreventois pour les Compagnes, la journée serait pour sûr un véritable succès. La jeune femme gardait encore le contrôle de son visage mais malgré tout cela, elle était incapable de dissimuler la pointe de mélancolie qui valsait derrière ses pupilles.

Le père de famille n’avait pas encore détalé. Ce n’était pas particulièrement agréable, mais c’était plus sympathique que ce qu’Isabeau avait l’habitude de subir. Hormis ses clients et ses sœurs, c’était peut-être la première fois qu’elle parlait si longtemps avec l’un de ses concitoyens. Quelle horreur. Teagan était suspicieux. Après tout, une monstrueuse Compagne avait posé ses griffes sur son fils adoré. Il ne pouvait que douter des intentions de la jeune femme et pourtant, il se trompait terriblement. Isabeau vivait pour les autres. Qui oserait donc réclamer une récompense pour avoir séché les larmes d’un enfant perdu et paniqué ? Même la pire des ordures n’aurait rien demander en échange, pourquoi le musicien devait-il persister, continuer à injurier cette pauvre Compagne qui n’avait rien demandé ? Isabeau essayait du mieux qu’elle le pouvait de ne pas s’énerver, de ne pas reprocher à son interlocuteur sa bigoterie. Pourtant, maintenir les apparences devenaient de plus en plus compliqué. Il ne fallait pas qu’elle craque, pas maintenant. Si elle sombrait dans la colère, elle ne ferait que confirmer ses préjugés. Isabeau disposait d’une opportunité et elle comptait bien la saisir.

- Je ne comprends que très difficilement vos paroles pour dire vrai. Que pourrais-je donc réclamer si ce n’est un remerciement ? C’était amplement suffisant monsieur.

Et alors qu’elle prononçait ces quelques mots de sa voix délicate, Isabeau plongea à nouveau son regard grisâtre dans celui de son interlocuteur. Elle espérait qu’il y sentirait son honnêteté. La demoiselle aurait pu s’efforcer de le convaincre pendant des heures et des heures mais à quoi bon ? S’il n’était même pas prêt à reconnaitre que la Compagne avait pu aider son fils par bienveillance seulement, il était inutile de perdre ainsi son temps. Isabeau en avait déjà tant perdu à réconforter le jeune Morgan. Elle ne le regrettait pas, pas même un seul instant mais le comportement de son père la rendait toute chose. La demoiselle en aurait bien profité pour déguerpir sur le champ, mais sa curiosité presque maladive lui soufflait quelque chose. Elle voulait attendre, voir la prochaine ineptie que Teagan proférerait. Reconnaitrait-il l’aide précieuse de la Compagne ou continuerait-il son flot d’injures dissimulés par sa pseudo-courtoisie ? Isabeau n’avait pas besoin d’entendre ces mots pour se sentir mieux ou pour conforter les choix de la vie qu’elle avait fait. Elle voulait découvrir cet étrange personnage, tout simplement. Allait-il être à la hauteur ?

-Puisque Morgan a déjà dévoré une partie de mon gâteau, je me sens bête de ramener une telle horreur chez moi. Accepteriez vous de prendre ce qu’il reste ? Je suis sûre que cela vous fera très plaisir à tous les deux.


Et sur ces quelques mots, accompagnant tout cela d’un sourire radieux, Isabeau vint trouver à nouveau la boite dans laquelle avait tiré le quatre-quarts quelques minutes auparavant. Sans dire quoi que ce soit d’autre, elle tendit le paquet au musicien, toujours le même sourire bienveillant s’étirant sur tout son visage. Il était peu probable que Teagan accepte mais dans tous les cas, Isabeau comptait bien se montrer irréprochable jusqu’au bout. Le gâteau n’était qu’une excuse, elle se fichait pas mal que son dessert donne l’impression de s’être fait martyrisé. Ce qu’elle voulait, c’était une réaction. Et puis faire plaisir à Morgan. L’enfant venait toujours en premier dans son esprit. Puisqu’elle ne comptait jamais être mère, cela ne lui donnait-il pas le droit d’offrir son amour à tous les enfants semi-errants de la capitale ?
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyJeu 28 Juin - 18:57

Teagan n'a guère envie de s'éterniser, mais la jeune femme persiste dans son plaidoyer. Est-elle si innocente qu'elle semble vouloir le dire ? Le luthier émet quelques doutes et il sait qu'ils ne sont pas totalement infondés ; l'histoire récente d'Outrevent a bien démontré que ces femmes-là n'étaient pas dignes de confiance et ce, malgré toute la bonne volonté qu'elles pouvaient y mettre.

« Je ne comprends que très difficilement vos paroles pour dire vrai. Que pourrais-je donc réclamer si ce n’est un remerciement ? C’était amplement suffisant monsieur. » Il se contente d'un haussement de sourcil, perplexe quant à la soi-disant naïveté de la dame. Se demande-t-elle réellement ce qu'elle pouvait attendre de plus ? Elle est peut-être bonne actrice, c'est même très certainement le cas ; chacun sait qu'une personne ambitieuse peut profiter des gestes les plus anodins du quotidien. Mais peu importe au fond, car Teagan n'a pas l'intention de baisser sa garde.

« Puisque Morgan a déjà dévoré une partie de mon gâteau, je me sens bête de ramener une telle horreur chez moi. Accepteriez vous de prendre ce qu’il reste ? Je suis sûre que cela vous fera très plaisir à tous les deux. » « Pas ques... » « Je peux papa, dis ? Je peux ? » Immédiatement, ses yeux se baissent sur son fils. Sa détermination fond comme neige au soleil devant le regard embué de son fils, à ses joues encore sillonnées de larmes, à son menton encore collant de miel. En d'autres circonstances, le luthier aurait tout simplement refusé sans même une seconde d'hésitation. Toutefois, il y a Morgan, secoué par ses dernières mésaventures, et ses yeux suppliants. Teagan pousse un soupir et acquiesce poliment. « C'est gentil à vous. » Il hoche la tête face à son fils qui ne se fait pas prier pour tendre les mains et s'emparer du gâteau que la Compagne lui tend, le regard brillant. « Merci m'dame. » Et poli, en plus de ça. L'Outreventois esquisse un sourire à la fois fier et attendri. Puis il relève les yeux une nouvelle fois vers la jeune femme.

« Je ne vous retiendrai pas plus longtemps, j'ai encore du travail. Passez une bonne journée, madame. » Il incline poliment la tête, sans plus de cérémonie. D'un geste doux, il s'empare de la main libre de son fils et s'éloigne avec lui, à travers la foule. Morgan se retourne un instant pour faire signe à la Compagne, un grand sourire accroché aux lèvres, puis ils disparaissent dans la foule, en direction de la maison.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain RandomSurvivantChasse
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EchosAccord
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain EmptyMer 25 Juil - 19:30

Dame Bienveillance devait être en peine en cette journée. Isabeau, qui ne ressentait rien d’autre qu’amour pour les gens qu’elle rencontrait, se retrouvait une fois de plus incomprise et elle ne pouvait rien y faire. Si le musicien était persuadé qu’elle était une créature vile et manipulatrice, il semblait impossible de lui faire changer durablement d’avis. La Compagne avait bien essayé mais rien ne semblait venir effriter sa résolution de fer. Les Compagnes étaient des catins, ou c’était en tout cas ce qu’il pensait. Rien de nouveau. Rien de surprenant. Teagan était tout simplement un outreventois comme les autres. Morgan lui faisait de la peine. Il était mauvais de penser de telles choses, mais elle craignait pour l’avenir de cet adorable enfant. Grandir dans l’intolérance était quelque chose d’abominable. La demoiselle l’avait elle-même vécu. S’il tombait parfaitement dans le moule, peut-être que cette éducation typiquement outreventoise le satisferait. Dans n’importe quel autre cas, il serait malheureux. Isabeau n’était pas en colère, elle était simplement triste. Triste d’être la cible de tous ces préjugés, de toutes ces idioties. Elle aurait bien aimé secouer violemment tous les gens, mais cela n’aurait fait qu’empirer la position plus que précaire qu’elle et ses sœurs occupaient.

En gage d’adieu, Isabeau avait absolument voulu donner le reste du gâteau que le petit Morgan avait commencé à dévorer. Elle doutait que son interlocuteur accepte et pourtant, sous le coup des gémissement de son fils, Teagan ne put se résoudre à ignorer ce présent. Le musicien n’était pas si mauvais que ça, elle le sentait plus limpidement que jamais désormais. Cela n’excusait en rien sa méfiance et son agressivité, mais elle voyait tout l’amour qu’il avait pour son enfant, et rien que pour ça, elle était capable de se retirer en paix. Qu’il devienne une pauvre âme plongée dans l’obscurantisme n’était pas si grave que ça si l’amour primait dans sa vie au final. Isabeau n’en saurait sûrement jamais rien, mais il était toujours intéressant d’esquisser les nombreuses possibiltiés qui attendaient cette petite famille. Bien que surprise par les remerciements du rouquin, Isabeau garda son port altier, se content d’incliner poliment la tête à ce dernier. Si seulement cette simple rencontre pouvait lui donner l’impulsion suffisante pour changer sa façon conservatrice et vieillote de voir le monde. Ah. Si seulement il était aussi facile de transformer quelqu’un. Les êtres humains n’étaient malheureusement pas des projets à finir, il était presqu’impossible de vraiment changer. Le naturel finissait toujours par revenir.

Alors comme ça il partait ? Rien de bien étonnant. C’était l’issue logique et rapide à une conversation morne et non-voulue. Du moins de la part du jeune homme. Isabeau était elle aussi bien occupée de toute façon. Il fallait qu’elle retourne à ses appartements, range les nombreuses denrées qu’elle avait glané tout au long de la matinée et enfin, se préparer pour ses clients. La journée serait longue, et elle avait déjà perdu beaucoup de temps à s’occuper de ce pauvre enfant. Il était avec son père et le monsieur en question ne souhaitait pas rester plus longuement. Bien. C’était excellent. En dépit de tout ce que Teagan avait pu dire, ou en tout cas sous-entendre, Isabeau ne remettait strictement rien en question. Elle était tout aussi résolue que lui. Pas très surprenant que leur échange ait été si glacial. Isabeau ne comptait s’incliner qu’au jour de sa mort. Jusqu’à son dernier souffle elle se battrait pour réhabiliter la réputation des Compagnes en Outrevent. Elle ne verrait jamais son plus grand rêve se réaliser de son vivant mais elle comptait bien y participer ardemment. Qu’il était cruel d’aimer tout autant son pays que son métier. Le choix était impossible alors Isabeau avait décidé de se frayer un tout autre chemin. Elle espérait bien faire au moins un peu la différence.

-Ce fût un vrai plaisir de vous rencontrer Monsieur.. et toi aussi Morgan. Je vous souhaite une excellente journée et qui sait… Peut-être à un autre jour ?

Et alors qu’elle finissait tout juste de déclamer ces quelques mots de sa délicate voix, Isabeau fit volteface, bien décidée à rejoindre au plus vite la Guilde des Compagnes. Elle était en retard, fichtrement en retard ! Bien que cela n’allait pas dans ses habitudes, elle pressa le pas de manière presque indécente. Il était hors de question de causer du tort à ses sœurs ou même à ses clients par simple négligence. Qu’importe qu’elle passe pour une furie au milieu des rues de Souffleciel. Tout le monde pensait déjà qu’elle était une catin, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain   D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
D'une pureté toute enfantine ☼ Teagan le Sustain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: