AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-35%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike Air Max 200 – Noir/Blanc
81 € 125 €
Voir le deal

Partagez
 

 Astuces et fantaisies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptySam 17 Mar - 5:30


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Maelenn du Noroît & Marjolaine du Lierre-Réal

Astuces et fantaisies

Et innombrables ressources



• Date : Le 14 mars 1003.
• Météo (optionnel) : Il fait froid, c'est encore l'hiver, mais les beaux jours approchent et le soleil brille à l'extérieur.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Les noces d'étain du couple ducal de Lagrance approchent à grands pas, et la duchesse tient à souligner cet anniversaire de façon bien particulière. Elle demandera conseil auprès de Maelenn, afin de rendre ce moment unique.
• Recensement :
Code:
• [b]14 mars 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3515-astuces-et-fantaisies]Astuces et fantaisies[/url] - [i]Maelenn du Noroît & Marjolaine du Lierre-Réal[/i]
Les noces d'étain du couple ducal de Lagrance approchent à grands pas, et la duchesse tient à souligner cet anniversaire de façon bien particulière. Elle demandera conseil auprès de Maelenn, afin de rendre ce moment unique.



Dernière édition par Maelenn du Noroît le Sam 17 Mar - 5:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptySam 17 Mar - 5:38

La matinée est belle, en ce jour de fin d’hiver, de presque printemps. Maelenn a pris plaisir à voir Edenia s’éveiller, elle-même debout depuis l’aube. Elle a prié en silence - prié Sild afin de protéger ce jour et les autres à venir, prié Maari de veiller sur sa soeur et l’enfant à venir. Prié la Muse, également, car aujourd’hui, elle aura bien besoin de ses dons et de ses grâces. La duchesse Marjolaine l’a convié, la veille, pour un entretien, et si Maelenn a accepté la demande avec beaucoup de déférence… ça n’a pas été sans un brin de curiosité et même, de suspicion.

À la chambre de la duchesse, qu’elle est invitée, et non pas d’un salon. La chose implique une intimité supplémentaire qui surprend la mage, qui en vient à appréhender cette rencontre, alors que ses pas la mènent vers les appartements privés de Marjolaine du Lierre-Réal. Uniquement une affaire de musique, qu’elle se dit. C’est ce que la duchesse lui a transmis, et ce n’est en rien inhabituel, pour qu’elle a déjà joué quelques airs à la harpe à sa souveraine, et que celle-ci semble sincèrement apprécier la chose. Mais… à sa chambre ? Peut-être veut-elle te punir pour t’être accaparé son mari, jadis ? Tu as un tel don pour me remonter le moral. Gavriel siffle dans son cou, le chatouillis de sa langue comme pour la rassurer. Il faut dire que l’idée lui a traversé l’esprit plusieurs fois.
Ça, ou encore la punir pour la grossesse de sa soeur aînée, la punir d’avoir ainsi honteusement délégué le don de Maari à une autre, comme si un enfant était un objet dont il est facile de disposer. Toutefois, la duchesse Marjolaine n’est pas ainsi et ces idées angoissantes ne sont que cela. Des angoisses. Fausses. Impossibles.

Sa harpe, la plus petite de celles qu’elle possède, est transportée avec prudence. Elle y a adjoint un manchon, dans lequel Gavriel pourra se réfugier pour conserver sa chaleur, si elle devait le retirer de ses épaules. Celui-ci est pour l’instant soigneusement enroulé autour de son cou, se réchauffant à même sa peau, en partie dissimulé sous son élégante robe. La mage inspire longuement, une fois les appartements de la duchesse en vue, et grave sur son visage une expression calme et avenante. Maîtrise totale. Elle frappe à la porte et attentive, attend qu’on l’invite à entrer avant de l’ouvrir et de s’introduire dans la chambre de Marjolaine. Elle est déjà entrée maintes fois dans la chambre du duc, jamais dans celle réservée au couple, et encore moins dans les appartements privés de la souveraine des Jardins… Elle se retient pourtant de détailler la pièce avec curiosité, son regard gris déjà posé sur la dame qu’elle est venue y rejoindre. « C’est un honneur et un plaisir d’être d’être à vos côtés aujourd’hui, Votre Grâce, salue poliment la musicienne en s’inclinant devant sa duchesse. J’espère que ma compagnie vous sera agréable. »
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptySam 24 Mar - 20:46

Elle avait longuement hésité.  Elle Marjolaine, faire ce genre de démarches?  Elle le concevait difficilement elle-même, mais l'idée lui trottait en tête depuis quelques temps déjà quand elle s'était enfin décidée à passer à l'acte.  La Lagrane n'avait jamais été particulièrement une femme d'action.  Quand il le fallait, certes oui.  Mais ce qu'elle désirait entreprendre ne l'était pas.  Enfin, pas particulièrement, cependant elle y accordait une certaine importance.  Dont le premier pas était de faire appeler Maelenn à elle.  Ce n'était pas chose inhabituelle, elle avait déjà fait appel à ses talents de musicienne, la harpe étant du goût de Marjolaine et plaisant bien à son oreille.  Ce qui différait cette fois des autres, c'est qu'elle avait demandé à la Compagne de la retrouver dans ses appartements privés.  Jusque dans sa chambre.  C'était que la belle avait quelque chose de particulier à demander à son invitée et ce n'était pas quelque chose qui pouvait être discuté là où des oreilles indiscrètes pourraient surprendre leur conversation.  Au moins dans sa propre chambre, elle gardait un contrôle des gens qui entraient et sortaient.  Enfin, comme partout ailleurs, mais Marjolaine préférait cet arrangement à tout autre, car voilà, elle était embarrassée de ce qu'elle demanderait.  Elle ne savait même pas si maintenant que c'était amorcé, elle arriverait même à aborder le sujet.  Ce n'était pas quelque chose qui lui était naturel, mais pour une fois, elle avait envie d'explorer de nouveaux horizons et pour cela, elle avait besoin des talents d'une femme comme la Compagne, même si elle était embarrassée de l'avouer.

Ressentait-elle quelque jalousie à l'égard de Maelenn, ce n'était pas impossible, mais avant tout elle l'appréciait pour ses talents et pour être la sœur de Faustine.  Si elle était un peu trop proche de Denys, elle fermait les yeux là-dessus avec clémence.  Puis, c'était justement à propos de son époux qu'elle désirait rencontrer la jeune femme.

Alors qu'elle tâchait de répondre à ses correspondances, une lettre de Gabrielle attendait une réponse depuis quelques jours déjà et elle n'avait toujours pas eu le temps d'amorcer une missive en retour, on l'avertit que Maelenn était arrivée.  Elle rangea plume et parchemin pour prendre place dans un petit fauteuil de lecture, prête à recevoir son invitée qui entrait déjà et qu'elle gratifia d'un sourire aimable.

« Asseyez-vous Maelenn, je suis ravie de vous recevoir, » déclara-t-elle en lui désignant un siège emmené là à son intention.  Elle glissa un regard sur le serpent posé sur les épaules de la Compagne en réprimant un frisson : les Familiers de certains mages pouvaient se montrer effrayants.

Une servante vint rapidement apporter des rafraîchissements à sa maîtresse et sa visiteuse avant de se retirer : il ne restait plus que les deux femmes.  Elle laissa échapper un léger soupir discret : il était beaucoup plus facile de s'entretenir avec Faustine, Marjolaine était si timide, et même si entre les deux sœurs elle pouvait deviner des traits semblables, la différence était marquante. Elle ne pouvait de toute façon pas commencer l'entrevue en entrant dans le vif du sujet.  Cela aurait été indécent.  Enfin le sujet lui-même l'était de toute façon.

« J'espère que vous vous portez bien? » demanda-t-elle avec politesse alors que ses pensées se tournèrent un instant vers Faustine et le bébé qui viendrait bientôt.  Son cœur se serra en songeant à sa pauvre amie.  Elle lui aurait souhaité de connaître la maternité autrement, mais c'était son choix et Marjolaine ne désirait pas s'immiscer dans sa vie personnelle autrement qu'en un support sur lequel elle pouvait compter.





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyLun 2 Avr - 0:56

La duchesse l’invite à prendre place sur un siège, et Maelenn s’exécute aussitôt. Son Familier resserre doucement ses écailles autour de ses épaules et de son cou, décidé à profiter de sa chaleur encore un peu. Elle reste silencieuse, le temps que la servante serve les rafraîchissements, puis enfin les laisse seules. À cette scène quelque peu étrange, celle d’être reçue dans la chambre de la duchesse, la harpiste remarque également que celle-ci est tout à fait seule. Sans même la princesse Raiponce, pourtant encore si petite. Sa vilaine curiosité s’attise un peu plus à chaque instant et en l’attente de pouvoir jouer, de pouvoir concentrer son esprit sur son instrument et la mélodie, elle doit s’occuper. Une de ses mains caresse distraitement Gavriel, l’autre s’empare d’un verre d’eau, dont elle boit une longue et fraîche gorgée.

« J'espère que vous vous portez bien ? » La question est un piège, depuis des mois. Depuis l’été, en vérité. Son coeur meurtrit, son ventre vide, les deux de ce qui ne sera jamais sien. De ce qui toujours appartiendra à d’autres. Maelenn ne peut pas laisser les ombres l’envahir, ces sentiments si inappropriés devant sa souveraine, alors elle répond avec enthousiasme : « Je me porte bien, Votre Grâce, je vous remercie de votre sollicitude. L’imminence d’Ostara m’emplit de joie, à l’image de tous les habitants du duché. J’espère que nous aurons la chance de vous y voir encore cette année, en compagnie de votre époux et des deux princesses. La duchesse Marjolaine, protectrice du peuple et des arts, est probablement celle que tous les Lagrans espèrent accueillir au cours des quatre jours d’Ostara. Aux kiosques des uns, aux concours des autres. Avoir son attention, son sourire, est une grâce. Les festivités prévues à Edenia, ainsi qu’à Arc-en-Fleur, promettent d’être grandioses. » Un client - le châtelain de Tiercelierre, pour ne pas le nommer - a d’ores et déjà réservé sa compagnie, pour la journée et la nuit de l’Équinoxe. Un temps privilégié, qu’elle est ravie de passer à ses côtés. Et les autres jours… elle ira probablement tenir compagnie à sa soeur à la Fugue, là où se déroule sa grossesse, dans le plus grand des secrets. Jouer et chanter quelques mélodies apaisantes, la distraire, et préparer tout son trousseau pour la naissance, puis son mariage. « Les princesses Roses et Raiponce se portent-elles bien ? Vous me voyez surprise de ne pas vous trouver en compagnie de votre cadette, Votre Grâce. Elle est si adorable, je n’ai pu m’empêcher d’espérer la voir, aujourd’hui. » Si Maelenn ne croit (croyait) pas avoir la fibre maternelle, cela ne l’empêche pas de s’attendrir devant les adorables bébés qu’on lui présente, et la princesse Raiponce est un joli spécimen de bébé mignon. Un petit sourire en coin, sincère et amusé.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyDim 8 Avr - 19:03

Le joyeux discours de la musicienne rassura Marjolaine qui se sentait un peu nerveuse de cet entretien.  Ce genre de démarche semblait ne guère lui ressembler et pourtant l'idée avait bien pris naissance dans son esprit même.  Elle en éprouvait quelque gêne, mais peut-être que les manières de Maelenn suffirait à la mettre plus à l'aise dans ses projets.  Pas tout de suite, elle attendrait un peu, le temps de quelques morceaux, avant de poser sa requête.  Elle craignait un peu le jugement de la Compagne, cela lui ressemblait si peu et si Faustine avait la moindre idée du plan qu'elle formulait, elle serait extrêmement choquée.  Elle regrettait sa présence, mais il était peut-être plus heureux qu'elle ne soit pas là en raison de ses plans.  Elle craignait de perdre le respect de cette amie qu'elle considérait comme une petite sœur, un membre à part entière de la famille.  Et si Ostara était venue sur la conversation et que la duchesse s'ingéniait déjà à s'impliquer dans les préparations de la fête, un autre événement heureux était sur le point d'être célébré.  Il était encore un peu tôt pour y penser, il restait encore près de deux mois, mais mai verrait arriver le dixième anniversaire de mariage du couple ducal lagran et la Lagrane tenait à rendre l'occasion spéciale.  Et c'était là que son invitée entrait en jeu.  Si elle acceptait la demande de la duchesse.  Plus tard.  Pour le moment, parler d'Ostara suffirait amplement et il fallait admettre que Marjolaine était pleine d'anticipation à l'idée d'y participer.  Ce serait la première fois pour la princesse Raiponce d'ailleurs, peut-être encore trop petite pour comprendre, mais sa sœur Rose serait d'autant plus ravie qu'elle s'attaquerait à tout montrer à sa cadette.  Elle se rappelait encore de la splendeur de la fête l'année précédente et elle se questionna à savoir si cette fois encore Denys serait béni de Cerah.  Le chemin de fleurs qui s'était tracé sous ses pas avaient séduit le peuple lagran et leur avait confirmé la bénédiction des dieux.

« Il me tarde que les festivités ne commencent.  Ostara est l'occasion de grandes joies pour les Lagrans et Rose s'impatiente déjà grandement de voir les expositions de fleurs.  J'ai bon espoir que cette année les réjouissances soient nombreuses, » répondit-elle avec bonne humeur.  Cela lui faisait oublier la raison pour laquelle elle avait fait venir la Compagne, en-dehors de ses talents musicaux.

Évidemment, les raisons pour lesquelles aucune des deux princesses n'étaient présentes étaient très claires dans l'esprit de Marjolaine, mais elle pouvait comprendre que Maelenn se soit attendue à ce que l'une d'elle au moins fusse là.  Il y aurait toujours moyen d'aller chercher la princesse Raiponce dans la pièce à côté.  Quand le moment embarrassant serait passé.

« Rose et Raiponce se portent bien, je vous remercie.  La première est sous la surveillance de sa gouvernante qui tente de lui inculquer comment tracer des lettres, la seconde dort encore dans la pièce voisine.  Lorsqu'elle se réveillera, elle pourra nous rejoindre. »

Marjolaine n'avait pas de plus grande fierté que ses enfants et les compliments tombaient à point nommé.  Elle était ravie d'entendre dire de Raiponce qu'elle était charmante et elle en rosissait même de plaisir.  Elle éprouvait un énorme contentement de voir que ses filles grandissaient bien et en santé, avec leurs cheveux foncés et leurs yeux bleus.  Les plus belles du monde.

« Avez-vous appris de nouveaux morceaux récemment? » demanda-t-elle finalement, n'osant pas aborder tout de suite le véritable motif de sa convocation.





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyLun 7 Mai - 7:09

La réponse de la duchesse, à propos des activités de ses deux filles - l’une à l’étude, l’autre entre les bras de Niobé - est tout à fait convenable. Si admirablement convenable que ça en est louche, même. Ou est-ce uniquement une fabrication de son esprit ? Invente-t-elle des intentions à Sa Grâce Marjolaine, là où elle n’est que pureté et innocence ? Comment réellement douter, alors que la femme rosit aux compliments donnés au nom de Rose et Raiponce ? Sans doute est-ce seulement Maelenn qui imagine quelques palpitantes (ou dangereuses) choses, là où il n’y a rien à voir d’inhabituel. Tu es bien optimiste.

« Avez-vous appris de nouveaux morceaux récemment ? Son sourire devient fier, alors qu’elle redresse un peu le menton. Ah, pour apprendre un nouveau morceau… elle le fait ! Une collègue et amie, Rhapsodie Épi-d’Or, de La Volte, et moi montons une sonate à deux harpes. » Elle hésite à révéler le nom de la pièce en question, mais elle la conserve plutôt pour elle. Autant ne pas vendre immédiatement tout à fait la mèche, même si ce n’est pas spécialement un secret. Elles ont répété au sein du palais, il y a déjà des mois de cela, et leurs rencontres sont régulières, afin d’assurer que leur performance soit parfaite. L’exigente harpiste n’attend rien de moins d’elles deux. « Nous avons grand espoir de la présenter à nos cours respectives, lorsque celle-ci sera maîtrisée. Lorsque le temps sera venu, je viendrai vous demander audience, Votre Grâce, afin que vous puissiez nous écouter. Ce sera superbe. Rhapsodie est une excellente musicienne, au caractère tendre et doux, elle vous plaira, j’en suis certaine. » Comment ne pas apprécier la belle Cibellane, dont le mutisme rend d’autant plus ravissant tout le reste de son être ? Maelenn est heureuse d’avoir pu nouer un lien d’amitié avec elle, lors de leurs années d’apprentissage, et de l’entretenir avec attention encore aujourd’hui. « J’ai grand plaisir à explorer le répertoire musical lagran. Il est très différent de celui d’Outrevent et m’offre de très beaux défis. Il y a dans la musique une telle… multitude d’émotions et d’histoires. » La musique d’Outrevent est riche et vaste, en émotions, en histoires, mais il y a dans ses notes une mélancolie certaine. Celle-ci berce l’âme et ramène tous et chacun, musiciens et spectateurs, au passé. À un temps ni meilleur, ni pire, mais toujours honorable. Ce n’est plus de cela dont elle a soif, de cette magnification de jadis, au détriment du présent et de l’avenir. Elle a besoin de joie, de lumière, d’espoir, et dans les compositions de Lagrance, elle trouve plus que son compte.

Une autre gorgée d’eau permet d’hydrater son gosier, déjà déshydraté par cette nervosité qu’elle cache à merveille. Puis enfin, elle ose poser une question qui peut-être la sortira de cette incertitude qui règne depuis sa convocation : « M’avez-vous fait venir afin d’entendre un de ces morceaux, Votre Grâce ? Ou y a-t-il un autre sujet dont vous désirez m’entretenir ? »
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyJeu 24 Mai - 7:27

L'intérêt de Marjolaine fut vivement piqué lorsque la Compagne mentionna sa collègue Rhapsodie.  La duchesse avait eu l'occasion de la rencontrer grâce à Denys qui la lui avait recommandée en raison de sa magie.  Peu satisfaite de ses prédictions, elle avait toutefois eu raison sur toute la ligne et de ce fait la Lagrane la tenait en haute estime et aspirait à quémander à nouveau ses services quand le moment serait venu.  Elle ne la savait toutefois pas musicienne et l'idée de cette collaboration l'enchanta.  Il fallait que les arts se développent en Lagrance.  Il ne pouvait y avoir de plus beau progrès pour la duchesse qui encourageait plutôt la beauté que la guerre.  La trêve était un soulagement certain pour son cœur généreux.  De savoir que la vie reprenait son cours normal après une année presque entière de conflit était un baume bienvenue sur ces blessures de l'âme.  Songer à tous  ceux qui avaient inutilement perdu la vie la rendait malheureuse.  Et avec conviction, elle pensait qu'ils vivraient en les gardant en mémoire, honorant leur vie disparue.  De ce projet dont elle entendait les premiers bruits, elle était ravie et hochait la tête avec assentiment en écoutant la harpiste le lui décrire.  L'idée l'enchantait et elle éprouvait déjà un semblant d'anticipation quant à sa réalisation.

« Je serai ravie de vous entendre jouer toutes les deux, rien ne pourrait me faire plus plaisir, » glissa-t-elle dans la conversation pour montrer son plein assentiment.  Égarer ses pensées sur le domaine de la musique lui avait fait oublié un instant les motifs qui lui avait fait appeler aux talents de Maelenn.  Un court moment consacré à tout ce qu'il y avait de plus beau en ce monde.  Elle était heureuse d'entendre vanter les mélodies de son duché, elle qui éprouvait une immense fierté d'être lagrane et de siéger auprès de Denys dans ses tâches ducales.  C'était un plaisir sans égal pour elle que de savoir qu'on reconnaissait le talent de ses sujets qu'elle aimait tout comme une mère aime ses enfants.

Perdue dans la satisfaction de cette discussion à propos de musique et d'initiatives qui la réjouissaient, elle avait espéré que ce moment perdurerait encore un peu.  Cependant, il fallait bien qu'elle explique ses motifs d'avoir appeler Maelenn dans ses propres appartements plutôt qu'au salon comme elle l'aurait fait en temps normal.   Elle rougissait déjà de cette audace qui ne lui ressemblait pas, mais elle était décidée et dans le palais, il n'y avait personne de mieux qualifié pour cette requête un peu particulière.  Marjolaine tenta de contrôler la teinte de rouge qui colorait ses joues, mais sa timidité l'emportait sur tout le reste.  Elle s'éclaircit la gorge et porta sa coupe à ses lèvres, sentant sa bouche complètement desséchée pendant un instant.

« Il m'est toujours agréable de vous entendre jouer Malenn, votre talent est délicieux, mais… » Elle marqua une pause, incertaine de savoir comment poursuivre.  Elle était pourtant lancée et que ce soit maintenant ou une heure plus tard après avoir entendu son content de musique, sa demande serait toujours aussi embarrassante.  « Pardonnez-moi, ma requête est peu commune et je ne sais comment la formuler tant j'en suis embarrassée. »  Le rouge sur ses joues qui n'était plus lié au plaisir d'entendre dire du bien de ses enfants en témoignait cruellement.

Dans un geste nerveux, elle traça des pouces le contour de la coupe qu'elle tenait entre ses mais, en fixant son contenu transparent.  Avait-elle vraiment toute sa tête quand elle avait formé ce projet insensé?  Elle commençait à en douter.  Il était cependant trop tard pour reculer.

« J'ai besoin de votre assistance et vous seule dans ce palais pouvez m'aider, » déclara-t-elle d'abord, incapable de lever le regard vers son interlocutrice.  Allait-elle réellement réussir à le dire?  « Je désire que vous m'appreniez certaines choses..  Denys… Ce sera notre dixième anniversaire de mariage, je voudrais lui faire une surprise… » balbutia-t-elle à voix basse, d'un ton précipité comme si le fait de marteler rapidement les mots les rendraient moins difficiles à prononcer.  Plus rosissante que jamais, elle ne comptait pas quitter des yeux ses mains un seul instant.  Que devait penser d'elle la Compagne désormais?





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyLun 16 Juil - 19:40

L’assurance que la duchesse Marjolaine entendra leur sonate est un bonheur, et Maelenn a bien hâte d’aller écrire à Rhapsodie que leur entreprise musicale est déjà garante de fruits prometteurs. La musique n’est pas au coeur de cet entretien, toutefois - elle en est même bien vite chassée, des mots hésitants et timides de la duchesse : « Il m'est toujours agréable de vous entendre jouer Maelenn, votre talent est délicieux, mais… Une pause, légère, qui attise un peu plus la curiosité de la jeune femme. Pardonnez-moi, ma requête est peu commune et je ne sais comment la formuler tant j'en suis embarrassée. N’ayez nulle timidité avec moi, Votre Grâce », dit-elle avec douceur, observant avec application le non-verbal de sa souveraine, comme elle le ferait d’un nouveau client. Ce qui n’est pas très éloigné de la vérité, elle l’apprendra rapidement. Le rose de ses joues devenu nacarat, son regard fuyant, ses pouces qui s’attardent à sa coupe d’eau, comme si elle était d’un intérêt supérieur. La tête noire de son Familier émerge de sous ses vêtements, seconde paire d’yeux fixée sur la belle tête couronnée, avec cette même intrigue, partagée avec la mage. « J'ai besoin de votre assistance et vous seule dans ce palais pouvez m'aider. » Sa première pensée est envers ses talents magiques, et non plus ceux musicaux - qui donc la duchesse désire-t-elle subjuguer ? Cette pensée toutefois se tord, lorsque la belle Lagrane poursuit, ses yeux clairs fixés sur ses mains avec une admirable obstination : « Je désire que vous m'appreniez certaines choses..  Denys… Ce sera notre dixième anniversaire de mariage, je voudrais lui faire une surprise… »

Et à voir comme elle rougit encore davantage, la duchesse ne désire pas que Maelenn lui apprenne quelques airs de flûte.
Ou quelques airs d’un tout autre genre de flûte.

La Compagne ne laisse pas le silence s’éterniser, alors qu’il risque bien de continuer de plonger la duchesse dans l’embarras : « Ne rougissez pas ainsi de vos désirs, duchesse. Il est tout à fait normal de vouloir faire plaisir à un homme qu’on aime, lui dit-elle avec un sourire compatissant que sa vis-à-vis peut capter du coin de l’oeil, sans être empli de pitié. Elle est Outreventoise et ne peut que trop bien comprendre l’audace qu’est celle d’aspirer au plaisir, à autre chose que la conception. Marjolaine du Lierre-Réal a été entre de bonnes mains, celles de son duc d’époux sont expertes et elle a plus que certainement eu son quota de plaisir, mais désirer soi-même le créer… c’est autre chose que de le recevoir. Je suis flattée que vous faites appel à moi et je vous promets de vous aider autant qu’il m’est possible. » La brune prend une gorgée de sa coupe - elle regrette de ne pas avoir quelque chose de plus corsé soudainement à se mettre dans le ventre afin d’entreprendre cet apprentissage inédit, elle qui ne boit que si peu ! Puis, elle dépose son verre et concentre ensuite toute son attention sur sa duchesse, affectant toujours cette expression ouverte… désormais définitivement soulagée, un peu enlevé de ses délicates épaules. « Que désirez-vous que je vous apprenne ? »
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyJeu 16 Aoû - 6:06

Elle avait réussi à le dire.  Enfin, la formulation n'était pas exactement des plus claires, mais elle avait bien l'impression que Maelenn avait compris son désir malgré tout.  Ses joues gardaient cette jolie teinte rosée que lui donnait sa timidité naturelle.  Vraiment, c'était beaucoup d'audace de la part de la duchesse de faire une telle demande, elle toujours si réservée.  D'ailleurs, elle ne s'expliquait pas tout à fait d'où venait cette idée bien étrange de sa part, elle s'en étonnait encore beaucoup même.  C'était probablement pour cela qu'elle n'arrivait pas à l'exprimer en des termes clairs.  Heureusement, elle ne s'était pas trompée en décidant de faire confiance à la Compagne pour cette question.  Son sourire était encourageant et compréhensif.  Marjolaine n'était toujours pas tout à fait à l'aise, c'était impossible qu'elle ne se départisse de sa gêne aussi rapidement pour un simple sourire, mais elle était confortée dans l'idée que l'Outreventoise ne trouve pas sa requête risible.  Elle semblait même en être en quelque sorte honorée et la duchesse était contente de son choix, même si elle ne savait toujours pas comment formuler sa demande plus clairement.  Elle ne voulait pas non plus porter atteinte à la dignité de la Compagne, qu'elle respectait pour ses talents de musicienne, mais aussi pour cette personnalité qu'elle avait entrevue et qui lui plaisait.  Il lui avait sûrement fallu surpasser bien des tabous et des embarras pour en arriver où elle en était maintenant.  Et c'était la sœur de Faustine, n'était-ce donc pas un peu aussi sa sœur?  Marjolaine tentait de s'encourager à parler avec de telles pensées.  Elle qui n'avait eu pour toute compagne que l'aînée des filles du Noroît pendant son adolescence, amie qu'elle considérait comme un membre de sa famille dont elle était plus proche que ces sœurs nées de la seconde union de son père et beaucoup plus jeune qu'elle, elle cherchait tous les moyens de s'ouvrir un peu plus.  Considérer Maelenn comme une sœur par extension contribuait à chasser une part de son embarras.

« Je vous remercie, » réussit-elle d'abord à articuler.  Elle porta sa propre coupe à ses lèvres pour calmer sa rougeur ou tout du moins pouvoir l'imputer à autre chose que sa gêne.  Elle fixa ses mains pendant un moment, cherchant comment mettre en mot son désir.  En vérité, elle n'y avait pas penser exactement clairement.  Elle avait simplement songé que pour une fois, elle aurait aimé être celle qui lui ferait plaisir à lui, faire quelque chose de différent, le surprendre.  Combien de fois avait-il fait battre son cœur en lui préparant quelques surprises?  Elle voulait lui rendre la pareille, lui montrer qu'elle songeait à lui et qu'elle aussi pouvait faire preuve d'initiative.

« En vérité, pour être tout à fait honnête, je ne sais pas ce que j'attends exactement.  Normalement, enfin… C'est toujours Denys qui me prépare quelque douceur, quelque idée nouvelle… »  Elle n'osait toujours pas lever les yeux et regarder directement la Compagne à qui elle ne jetait que des coups d'oeil de biais, guettant ses réactions à chaque parole.

« J'ai songé que peut-être… peut-être vous sauriez mieux que moi ce qui pourrait le surprendre, agréablement. »  Nerveuse, elle prit une nouvelle gorgée et dans sa gêne, ses mains tremblaient et elle échappa le récipient qui se renversa sur l'ourlet de sa robe ce qui augmenta sa rougeur.  Peut-être finalement n'aurait-elle mieux  fait de laisser le breuvage reposer sur la table.  Gênée, elle ramassa la coupe tombée sur le tapis à ses pieds et elle la posa silencieusement sur la table en espérant que le bruit mat de sa chute n'ait alerté personne.





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyMer 7 Nov - 23:50

Voir sa duchesse si gênée, si timide et nerveuse, lui renvoie sa propre image, il y a des années. Lorsqu’elle est entrée dans la maison des compagnes, à Souffleciel, forte de cette décision outrageante qu’elle avait prise, mais tout autant terrifiée de ses conséquences. Chaque regard était difficile, chaque mot encore davantage. C’est bien pour cela qu’elle comprend plus que tout la belle Marjolaine, qui rassemble son courage pour poursuivre sur sa lancée : « En vérité, pour être tout à fait honnête, je ne sais pas ce que j'attends exactement.  Normalement, enfin… C'est toujours Denys qui me prépare quelque douceur, quelque idée nouvelle… Un sourire tendre étire brièvement ses lèvres, un léger signe de tête d’assentiment. Vous avez un époux très attentionné, duchesse. » Une véritable chance. Ce n’est pas tout le monde qui a ce plaisir. Ses pensées se dirigent fugacement vers la duchesse Jehanne, délaissée par son noble époux depuis des années au profit de la splendide Madame d’Ansemer. Si Denys n’a pas été un modèle, en ce qui a trait aux infidélités, il n’a au moins pas été jusqu’à de tels agissements.

« J'ai songé que peut-être… peut-être vous sauriez mieux que moi ce qui pourrait le surprendre, agréablement. » La demande semble être celle de trop, pour la nervosité de la Lagrane, qui en échappe sa coupe d’eau et mouille ses vêtements du même coup. Heureusement, personne ne vient les déranger et le dégât est bien vite oublié. Puis, ce petit instant de maladresse a donné une idée, à Maelenn. Une idée qui demande une grâce qu’elle sa souveraine posséder… si elle en vient à maîtriser un peu de cette nervosité qui fait trembler ses mains. « Votre époux aime les arts, alors pourquoi ne pas lui offrir une performance très… personnelle ? La musicienne hausse un sourcil entendu, avant d’expliquer davantage sa pensée : Une danse saurait certainement lui plaire. Une danse où vous sauriez vous déshabiller avec grâce, autant pour vous dévoiler que pour faire monter le désir en lui. Vous serez en contrôle, et vous saurez le rendre fou. » Avec son corps, qui lui semblera d’autant plus attirant qu’il ne pourra pas y toucher avant qu’elle le décide. Des atours inédits, confectionnés par la meilleure couturière du duché, afin de transformer chaque courbe en scandale, en astre devant lequel s’agenouiller pour le vénérer.

La Compagne se lève de son siège et tend une main à son cou, afin de laisser son Familier serpenter le long de son bras, puis se déposer sur le fauteuil. Son visage de madone affiche une expression douce, bien que décidée, alors que sa voix grave énonce une proposition osée : « Je peux vous faire une démonstration, Votre Grâce, avant de vous enseigner. »

Rien ne vaut de voir, pour savoir.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyDim 6 Jan - 23:04

Au fur et à mesure que Maelenn avançait dans son discours, le visage de Marjolaine prenait une teinte de plus en plus rosé.  C'était bien ce qu'elle était venue demander à la Compagne, qu'elle lui apprenne, mais la pudeur et la timidité de la duchesse supportait difficilement d'aborder à voix haute ce genre de sujet avec quiconque qui ne fut pas Denys.  Elle ne se sentait pas en contrôle et imaginait péniblement qu'elle puisse l'être un jour.  Pourtant, si elle voulait le surprendre, il fallait bien aller chercher la science ailleurs.  Au demeurant, il valait mieux que ce soit auprès de Maelenn que d'une parfaite inconnue.  Marjolaine avai confiance que l'Outreventoise n'irait pas bavasser à propos de sa demande et qu'elle saurait se montrer discrète.  Il n'y avait rien de mal à vouloir satisfaire son époux, mais il n'était certainement pas nécessaire que tout le palais sache rien de la forme que prenait les rendez-vous du couple ducal dans leur chambre.  Personne ne se douterait de rien, elle devait s'en persuader.  En l'absence de Faustine, il n'était pas surprenant non plus qu'elle fasse appel aux services d'une autre musicienne pour la distraire et converser avec elle : il était généralement connu à quel point Marjolaine appréciait la musique et les arts en général et il n'y aurait personne pour questionner cette soudaine faveur de la duchesse pour la harpiste.  Il n'y avait rien à craindre.  Elle tentait de se raisonner sur le bien fondé de sa démarche de telle façon qu'elle en perdait le fil de la conversation et restait muette devant les suggestions de la Compagne.  Toute sa gêne paraissait, imprimée sur son visage.  Rendre fou Denys.  Une simple danse saurait-elle attiser une telle passion que pendant près de dix ans de mariage elle n'avait su maintenir?   Peut-être aurait-elle dû songer à ce moyen pour rattacher son époux à elle plus tôt, l'attente eut été peut-être moins longue.  Pourtant, elle ne regrettait pas toutes les épreuves à travers lesquelles ils étaient passés et la façon dont elles les avaient rapproché, tout aussi douloureuses fussent certaines d'entre elles.

Elle n'avait pas remarqué tout de suite que la Compagne s'était levée en laissant son Familier reposer sur le fauteuil.  Marjolaine n'arrivait pas exactement à se prononcer sur l'effet que lui causait la présence du serpent.  Les reptiles n'avaient pas spécialement sa préférence et la mettait un peu mal à l'aise, il en allait que même pour Eriath qui partageait la vie de Faustine depuis longtemps et par conséquent aussi la sienne.  Elle acquiesça d'un léger hochement de tête à la suggestion de Maelenn, détournant son attention du serpent.  Elle savait qu'il ne représentait pas un danger pour elle et lui accorder de l'attention ne serait pas une protection supplémentaire.  Puis, la vérité frappa Marjolaine qui leva la même un instant pour arrêter tout geste.

« Vous n'allez pas tout retirer réellement? »

À prime abord, il s'agissait d'une danse et il ne lui était pas apparu de mal à la voir avant de l'apprendre, mais la réalisation qu'elle enlèverait peut-être tous ses vêtements venait de faire jour dans son esprit et si Marjolaine était habituée à être baignée et habillée par ses servantes, elle n'avait pas l'usage de voir d'autres femmes dénudées, ni de se dévêtir sans but pragmatique.  Ses pommettes prirent une teinte rouge vif.

Pourtant, il fallait bien que la Compagne lui enseigne et elle ne pouvait pas simplement faire les choses à moitié, si?  Marjolaine se confrontait à un dilemme entre son désir de faire plaisir à Denys et sa pudeur.

« Vous croyez que cela plaira à Denys?  Vraiment? » demanda-t-elle timidement.  Est-ce que pareille audace de sa part saurait séduire son époux?  Si ce n'était pas le cas, Maelenn ne le lui proposerait pas, n'est-ce pas?  Elle n'oserait certainement pas mal conseiller Marjolaine, elle n'y avait aucun intérêt.  Elle baissa les yeux et fixa ses mains croisées sur ses genoux.  « Dans ce cas, montrez-moi je vous prie.  Vous savez certainement mieux que moi. »

Elle ne lui enseignerait sûrement rien de trop impudique.  Après tout elle était Outreventoise, bien que Compagne.  Elle devait garder certaines réserves, non?





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyVen 18 Jan - 22:36

La duchesse l’interrompt avant même qu’elle commence quoi que ce soit, un air proprement alarmé remplaçant celui gêné de son visage. Elle n’a même pas le temps d’esquisser un geste, la Compagne, avant que la duchesse lui pose sa question : « Vous n'allez pas tout retirer réellement ? Pas si vous ne voulez pas, Votre Grâce. » L’exemple n’aura pas tout à fait l’effet escompté, si elle ne retire pas ses vêtements, mais elle saura bien s’en accommoder. Elle enseignera les gestes appropriés à la duchesse, de toute manière, la conseillera sur les vêtements et sous-vêtements à porter pour l’occasion, afin qu’aucun tissu ne se mette dans le chemin de son effeuillage. Le but n’est pas d’embarrasser la duchesse, ou de la faire revenir sur sa décision, douce Mirta ! Celui, plutôt, de lui montrer comme il est simple, d’attiser le désir d’un homme, comme il suffit de peu de choses.

De son propre corps, de son propre désir, de son regard. Point d’artifices, dans ces danses à la fois simples et sensuelles, point de magie. Il suffit d’apprendre, d’accepter et d’aimer, et de ne pas se dérober aux sentiments.

Les doutes semblent toutefois persister chez Marjolaine du Lierre-Réal. « Vous croyez que cela plaira à Denys ? Vraiment ? » La croit-elle désireuse de lui nuire ? Elle n’y aurait aucun intérêt. Son sourire se fait un peu amer, que la si aimable duchesse puisse penser que ses intentions soient malicieuses. Qu’elle soit surprise de cette demande n’empêche pas qu’elle soit sincère, dans son envie d’aider la souveraine de ce duché qu’elle a choisi comme étant sien. « Dans ce cas, montrez-moi je vous prie. Vous savez certainement mieux que moi. Faites-moi confiance », dit-elle d’une voix qu’elle veut rassurante, mais qui ne cache pas la pointe d’orgueil, à entendre la belle brune avouer qu’elle est certainement mieux outillée et savante, en ce qui a trait au plaisir. Il est loin le temps où elle aurait poussé des cris outrés, à l’idée qu’on lui prête de telles connaissances !

Maelenn lisse les plis de sa robe, puis replace une mèche de sa chevelure, comme pour y chercher l’inspiration pour son cours particulier. Celle-ci vient dans un premier conseil, presque trop simple, mais pourtant peu aisé pour une femme aussi timide que Marjolaine : « Vous devrez apprendre à vous regarder, Votre Grâce. À vous regarder danser et bouger dans un miroir. Connaître et reconnaître son corps. Une chose si importante, pour les Compagnes. L’accepter, tel qu’il est, pour ensuite le sublimer. Je ne vous cache pas que vous aurez d’abord l’impression d’être ridicule, mais bien vite, vous n’aurez plus envie de vous cacher, ni de détourner ls yeux. Un petit rire compatissant. Vous trouverez ce que vous préférez de vous-même et comment bouger, comment vous habiller, pour mettre ces atouts en valeur. » Elle bouge lentement, Maelenn, ses mains remontant le long de ses jambes, de ses cuisses, s’arrêtant au niveau de ses hanches, alors qu’elle tourne doucement, offre un aperçu de son dos, dénudé par la coupe flatteuse de sa robe de soie. Mains qui soulignent sa taille délicate, son ventre plat, qui effleurent la courbe de ses seins. Ce n’est pas une danse, tout à fait, une simple mise en bouche, qui suffit pourtant à peindre encore davantage de couleurs vives sur le visage de la belle Marjolaine, qui ose à peine la regarder. La musicienne se penche vers la duchesse et glisse ses doigts sous son menton avec douceur, lui fait remonter le visage et le regard, les yeux bleus de la souveraine contre ses iris gris. « Ne quittez jamais votre époux du regard et ne le laissez jamais regarder autre chose que vous. »
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies EmptyJeu 14 Fév - 16:25

Si Marjolaine avait encore quelques doutes sur la méthode, ce n'était sûrement pas par méfiance, mais bien par pudeur.  Oh, les nuits avec Denys n'étaient pas nécessairement des plus sages et toutes les surprises qu'il lui avait réservées jusqu'alors n'avait jamais manqué de lui plaire.  Seulement le projet lui paraissait fort audacieux, elle qui ne se mettait pratiquement jamais de l'avant, encore moins en pareille situation.  Il serait faux de dire qu'elle n'avait jamais cherché à provoquer le désir de Denys, cependant cette fois, elle s'imaginait quelque chose de différent et spécial qui marquerait leur anniversaire de mariage, certainement pas une nouvelle habitude, un rite qui reviendrait régulièrement.  C'était pour ces raisons qu'elle avait fait appel à Maelenn, persuadée qu'elle saurait l'aider avec sincérité.  La Compagne était installée à Edenia depuis suffisamment longtemps pour que ses qualités n'aient pas échappé à la duchesse, mais aussi pour qu'elle lui accorde sa confiance pour une pareille demande.  Si ce n'était pas le cas, elle ne l'aurait pas dérangée dans ses activités quotidiennes.  C'est en ayant conscience d'être entre de bonnes mains que Marjolaine se préparait à boire toutes les paroles de l'Outreventoise et à observer le moindre de ses gestes.  Dans la mesure de sa pudeur.  On ne pouvait espérer qu'en un seul jour la duchesse puisse vaincre toute sa timidité naturelle et bien évidemment, elle comptait revoir la musicienne à ce sujet autant qu'il le faudrait.  Elle n'était peut-être pas organisée Marjolaine, mais elle savait s'appliquer lorsqu'elle se mettait une idée en tête.

C'est avec un peu d'hésitation que Marjolaine acquiesça au premier conseil : c'est qu'elle ne savai pas exactement ce qu'entendant la Compagne par celui-ci.  Les appartements de la Lagranes étaient bien dotés de glace dans lesquelles elle pouvait se mirer, s'assurer que sa coiffure était réussie et pour appliquer quelques cosmétiques sur son visage pour l'embellir.  L'objet était également très utile lorsqu'il lui prenait quelques élans de coquetterie.  Néanmoins, on ne pouvait dire qu'elle prenait réellement le temps de s'y observer.  Cela tombait sous le sens qu'un miroir était là pour s'y regarder, mais elle concevait difficilement ce que Maelenn entendait par apprendre à se regarder bouger.  Tout s'éclairerait sûrement rapidement, alors elle ne posa pas tout de suite de questions.  Elle comprenait ce qu'on lui enseignait, mais plus que d'une impression de ridicule, l'exercice l'embarrassait cruellement : mais peut-être était-ce justement parce qu'elle craignait d'avoir l'air idiote et de ne pas voir se refléter ce qu'elle désirait.  Elle s'imagina un instant, debout devant son miroir à tenter de reproduire les mêmes mouvements que Maelenn et rougit violemment.

Elle n'exécuta aucun geste particulièrement indécent la Compagne, pourtant Marjolaine ne put s'empêcher d'admirer la façon dont elle savait se mettre en valeur.  Combien de temps lui avait-il fallu pour atteindre un tel niveau de grâce avec de tels mouvements?  Très certainement pas seulement quelques semaine comme elle-même avait.  Le projet lui sembla un peu fou un instant.  Saurait-elle comment rivé les yeux de Denys sur elle, comme elle-même n'arrivait pas à détacher son regard de Maelenn?  Denys ne prendrait certainement pas de notes pour reproduire le mouvement.  Du moins, c'était bien pour cela que Marjolaine n'arrivait pas à quitter des yeux la Compagne, n'est-ce pas?  Pas parce qu'elle est aussi envoûtée qu'on ne puisse l'être.  Si elle regardait de côté, comme si elle osait à peine observer, ce n'était pas parce qu'elle était somme toute fascinée par ce qu'elle voyait.

« Comment faites-vous cela? » arriva-t-elle finalement à balbutier après un court moment de silence qui lui parut pourtant une éternité.  Elle comprenait ce que l'Outreventoise tentait de lui apprendre, elle comprenait les objectifs, mais elle n'avait pas la moindre idée de la façon de mettre en œuvre ses conseils.  Elle n'avait fait que glisser ses mains sur son corps, cela semblait si simple, mais reproduire ces mêmes gestes…  Marjolaine comprenait tout le ridicule de la chose.  Elle ne saurait avoir la même fluidité de mouvements, la même élégance et surtout, la même assurance.  Maelenn était magnifique et elle le savait sûrement pour savoir se présenter aussi bien et avec autant de confiance.  La duchesse n'ignorait pas être très bien de sa personne, mais elle était loin d'avoir autant d'aplomb.

« Je crois qu'il vaudrait mieux que je me lève avant de poursuivre, » souffla-t-elle finalement.  L'idée d'abandonner le projet avait effleuré son esprit, mais le découragement ne faisait pas partie des traits de caractère de la duchesse.  Elle espérait également que Maelenn s'éloignerait, dans les circonstances cette proximité entre leurs deux visages la rendait particulièrement embarrassée.  Pourtant, il faudrait bien qu'elle apprenne à soutenir ce regard gris, car comment arriverait-elle ensuite à garder rivées sur elle les prunelles de son époux si elle échouait maintenant à maintenir un simple contact visuel avec une autre femme?





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Astuces et fantaisies   Astuces et fantaisies Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Astuces et fantaisies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: