AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-36%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
109 € 170 €
Voir le deal

Partagez
 

 Qu'un rideau de feu soit linceul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Qu'un rideau de feu soit linceul   Qu'un rideau de feu soit linceul EmptyDim 8 Avr - 2:11


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Astrid d'Evalkyr & Sixtine d'Ibélène

Qu'un rideau de feu soit linceul

Le ciel doit nous punir



• Date : 31 mars 1003
• Météo (optionnel) : nuageux avec quelques rayons de soleil
• Statut du RP : privé
• Résumé : Sixtine se remet doucement de ses émotions et Astrid, qui va bientôt quitter le palais, vient prendre de ses nouvelles
• Recensement :
Code:
• [b]31 mars 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3575-qu-un-rideau-de-feu-soit-linceul#132997]Qu'un rideau de feu soit son linceul[/url] - [i]Astrid d'Evalkyr & Sixtine d'Ibélène[/i]
Sixtine se remet doucement de ses émotions et Astrid, qui va bientôt quitter le palais, vient prendre de ses nouvelles

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Qu'un rideau de feu soit linceul   Qu'un rideau de feu soit linceul EmptyDim 8 Avr - 2:12

Tu as les yeux perdus dans le vague, allongée dans le lit, fixant les rideaux de ton lit. Tu sens, près de toi, la présence discrète de Hjördis. Hjördis qui ne cache pas sa joie depuis que tu es revenue de... tu ne sais même pas d'où. Tu as cet air absent. Ce regard presque affolé et paniqué comme si tu viens de vivre la pire des horreurs. Les rideaux se troublent, laissant place à un destrier encore plus noir que la nuit, dont le martèlement des sabots hantent ton esprit. Pourtant, il fait jour. Les contours de ta chambre sont bien distincts et si tu regardes pas la fenêtre tu verras quelques rayons timides percer les nuages du ciel. Toutefois, tu n'as pas le cœur ni le courage de te lever du lit. Tu es encore faible. Faible moralement. Tu es revenue du royaume des esprits qu'il y a deux jours à peine. Et tu as encore dû mal à assimiler tout ce qu'il sait passer.

En premier, c'est la confusion. Tu tentes encore de t'extirper de la brume qui a pris possession de ton esprit. Depuis deux jours, à la tombée de la nuit, tu perçois l'éveil de la Chasse alors que le cor retentit dans tes oreilles. Tu n'as rien oublié. Tu te souviens de tout. Tu te revois, chevauchant à la tête de la Chasse, traquant des proies dans tout Arven, tuant des innocents pour les rallier à ta mission. C'était toi mais ce n'était pas toi. Tu étais là. Tu as vu, tu as assisté à tout ça. Tu as été la meneuse, celle qui les a conduit. Et pourtant, tu ne te reconnais pas. Tu te souviens de cette absence totale d'émotion. De ce regard inerte, de cette satisfaction juste qui t'a habité pendant deux mois. Tout ça... tout ça parce que tu as été assez faible pour boire une potion. Tout ça parce que tu n'arrivais pas à trouver le sommeil. Et bien, tu ne le retrouveras pas de sitôt. Tu subis les conséquences de cet instant de faiblesse. Et tu te maudis pour ça. Tu te détestes pour ça. Tu ressens une rage haineuse contre toi, contre cette décision, contre ces rêves. Tu n'as pas pu assister au couronnement de ton frère et, de ce que tu as entendu de Hjördis et des autres, c'est sûrement une catastrophe bien pire que la Chasse. Alors oui. Tu te détestes tellement. Tu as provoqué la mort de centaines d'innocents. Tu peux toujours dire que ce n'était pas toi mais c'était bien ton corps qui a guidé la Chasse vers eux. C'est bien ton enveloppe charnelle que la Chasse a utilisé pour accomplir sa mission. Et c'est bien toi, dans ce chaos incertain, qui t'es retrouvée au chevet de ton frère mort, hurlant ton désespoir et ordonnant à l'un de tes Cavaliers de lui redonner la vie. Voilà que, parmi les crimes les plus ultimes, tu as défié la loi même de Sithis, lui ôtant une âme de son royaume. Voilà que tu as défié un dieu. Et le pire, c'est que cette fois, tu étais consciente. Pas totalement, certes. Même tout de même assez pour briser la mission de la Chasse et ramener une vie sur terre. Un acte hérétique. Un acte qui te fascine et qui te répugne. Comment as-tu pu agir ainsi ? Tu l'as fait. Tu as ramené ton frère à la vie, pour le meilleur et pour le pire. Tu te souviens de cette douleur qui a étreint ton cœur au point de le détruire définitivement quand tu as vu que la dernière personne de ta famille t'abandonnait. Tu te souviens de ce chagrin, de cette rage, de ce désespoir. Maintenant, si tu es soulagée de voir que ton frère est encore en vie, une part de toi est horrifiée par ce que tu as accompli. Et une part encore plus profonde, te murmure sournoisement que si tu l'avais laissé mort, la couronne serait sûrement pour toi à ton réveil. Un murmure sournois que tu n'arrives pas à ôter de ta tête, même si tu sais que tu préfères que ton frère soit vivant que dans un cercueil.

Vivant, face à un empire en déclin. Quelle... tristesse. Et en deuxième, c'est la fureur. Autant tu es en colère contre toi d'avoir ainsi failli et de ne pas avoir été là pour assister ton frère, autant ta fureur est décuplée face à l'incompétence, à l'immoralité et à la corruption des conseillers. Assoiffés par le pouvoir, devenus condescendants face à l'autorité ducale, ils sont les responsables de ce carnage politique. Des manques de courtoises élémentaires, des offenses faites sans le moindre scrupule. Et ton frère lâché ainsi parmi les lions, sans personne d'autres qu'une bande de vieux croûtons séniles pour le guider. Ô combien ta fureur est grande alors que tu songes aux milles tortures possibles que tu pourrais leur faire subir. Un duché tout juste remis d'un coup d'état, un autre ouvert aux mages, un troisième très mécontent du deuxième qui se méfie du nouvel empereur et, enfin, un dernier qui a totalement rompu son allégeance. Voilà un bien bel empire. Il faudra un miracle pour que Ibélène conserve sa puissance devant Faërie toujours alliée. Tu n'en veux pas au duc d'Erebor. Les Erébiens sont des gens fiers, facilement susceptibles, et ton père avait déjà commencé à entamer leur dignité. Autant tu l'aimes et l'admires, autant tu n'as pas toujours été d'accord par ses décisions. Et Octave, jeune empereur très mal conseillé, a tout fait à l'envers et a fini par porter le coup final. Tu es même étonnée que les autres soient restés face à un tel carnage. Et ce n'est pas toi, pas remise de ces deux mois loin de tout, qui va être d'une grande aide dans les jours à venir. Tu parviens à peine à canaliser toutes ces pensées affolées. Tu en es à faire le tri, à faire le point mais prendre des décisions c'est beaucoup trop prématuré pour le moment. Même ressasser tout ça te fatigue énormément.

-Altesse ?

La voix timide de Hjördis te fait tourner la tête vers elle. Une tête où des cernes creusent tes yeux et où la fatigue a pris l'emprise de ton visage. Hjördis est beaucoup trop heureuse de t'avoir retrouvé pour s'en affoler. Tu sais qu'elle pense que le temps pansera tes blessures. Comme il l'a toujours fait. Tu as survécu à un amour brisé, à un avortement, à la perte de ta famille, au couronnement de ton frère à ta place. Tu survivras à la Chasse. Avec dignité et détermination, comme la princesse impériale que tu es.

-Sa majesté la duchesse de Valkyrion demande à vous voir.

Tu hoches doucement la tête, indiquant qu'elle peut entrer. Doucement, tu te redresses dans ton lit tandis que quelques domestiques arrangent tes oreillers pour te fournir un meilleur dossier. Tu n'es pas très présentable mais tu ne te sens toujours pas la force de quitter ton lit. Après deux mois, tu as eu la surprise de voir que ton physique n'a pas changé d'un pouce mais c'est une fatigue incroyable qui te terrasse. Tu salues donc ton invitée en inclinant la tête, ne pouvant guère offrir mieux compte tenu des circonstances.

-Bienvenue, Majesté, pardonnez ma tenue peu appropriée, souffles-tu d'une encore un peu rauque.

Après deux longs mois sans parler, il s'est avéré plus compliqué que prévu de retrouver l'usage de la parole. Mais au moins, tu n'as pas perdu tes mots. Tu arrives même à lui adresser un pauvre petit sourire, bien lointain de ce que tu as pu faire, avant toute cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Qu'un rideau de feu soit linceul   Qu'un rideau de feu soit linceul EmptyMar 19 Juin - 16:36

Les doigts lui brûlaient, tant la duchesse les avaient écrasés contre l’intérieur de sa paume. Et ses poumons que sa voix avait sollicités ne s’étaient pas encore remis de la tension qui leur avait été imposé, quand bien même cela faisait presque une demi-heure que Hjalden et elle s’étaient disputés. Cela n’arrivait jamais… Comment cela avait-il pu se produire ? Elle qui était d’ordinaire si douce… Comme toujours depuis le drame et le scandale du couronnement d’Octave, Hjalden tempêtait un vent glacial et Astrid lui répondait en soufflant un peu de chaleur. Bien évidemment, elle était également très inquiète de ce qui était arrivé à Octave : si la vie et la mort n’étaient plus respectées, vers quel chaos courraient-ils ? Mais cela méritait-il une telle méfiance, une telle défiance ? Ses pensées raisonnaient au même rythme que la scène se rejouait. « Ce n’est pas admissible ! » Elle s’était emportée, incapable de résister à l’inflexibilité de son époux. Elle avait élevé la voix sans le réaliser… emportée dans ses émotions. Hjalden ne l’avait pas remise à sa place, mais il avait répliqué, aussi froidement qu’à son habitude. Et Astrid n’avait pu résister à son emballement. Cela n’avait duré que quelques minutes mais… C’était suffisamment inattendu et remarquable pour laisser la jeune femme dans cet état d’émoi.

S’ils étaient encore ici, ce n’était que par sa volonté… Astrid avait insisté, encore et encore, pour s’assurer qu’Octave et Sixtine se remettaient avant de partir. Qu’il le fallait pour le bien d’Ibélène. Hjalden n’avait pu trouver de contre-argument mais… Sa patience s’amenuisait. Il souhaitait rapidement rentrer à Svaljärd. Elle aussi avait envie de retrouver son peuple, ceux qu’ils avaient abandonnés après les attentats, mais… Elle se sentait également tellement coupable envers les enfants impériaux, enfin… envers l’empereur et sa sœur, désormais. Sixtine… Sixtine avait été enlevée par la Chasse… Comment auraient-ils pu se douter d’un tel drame lorsqu’ils avaient constaté sa disparition ? La jeune femme avait dû traverser une épreuve qui la marquerait à jamais. Astrid éprouvait au moins autant de compassion et de douce pour elle que de frayeur. Mais… l’intégrité demande parfois un peu de courage, et ils en méritaient plus que n’importe qui.

Dans les couloirs qu’elle avait fini de traverser, sa tension avait fini par s’apaiser suffisamment finalement. Elle prenait la bonne décision, elle le savait… Et ça la rendait sereine, ses doigts désormais délicatement entrelacés sur son ventre.

- Je souhaiterai voir la princesse Sixtine d’Ibélène, demanda-t-elle poliment à la domestique qui vint l’accueillir aux appartements de ladite jeune femme.

La demoiselle s’exécuta prestement et on lui annonça que Sixtine acceptait de la recevoir. Toutes les résolutions de la duchesse s’effondrèrent lorsque ses yeux se posèrent sur le minois éreinté de la princesse.

- Sixtine… lâcha sa voix alarmée, suintant la compassion, oubliant jusqu’à l’usage cérémoniel des présentations. La jeune femme semblait revenir d’outre-tombe, de ces royaumes qu’aucun mortel ne devrait avoir à voir. Je suistellement désolée… murmura-t-elle finalement, les yeux nacrés d’Astrid laissant entrevoir de fines larmes.

Après le couronnement, quand les choses se furent tassées, Astrid avait veillé auprès de la princesse, se demandant si elle se réveillait à nouveau. Ses traits étaient déjà tirés par les épreuves mais, éveillée, la réalité n’en devenait que plus pesante. Son sourire lui déchire le cœur… Prestement, il n’en fallut pas plus pour que ses pas la mènent jusqu’au lit de la malade.

- Tout va bien, restez allongéeNe vous fatiguez pas, la rassura gentiment la duchesse, qui s’était précautionneusement assise sur le bord du lit, un peu en retrait néanmoins, afin de ne pas indisposer la princesse impériale. Son regard ne pouvait quitter celui de la jeune femme, encore si jeune, et déjà tellement affectée. Je suis tellement désolée de tout ce qui vous est arrivéNous aurions dû faire mieux. Peut-être s’excusait-elle pour n’avoir pas su mieux la protéger, pour ne pas avoir su mieux aider son frère, pour ne pas avoir empêché Hjalden d’éloigner Valkyrion. Pour un peu tout. Rien de ce qui aurait dû ne s’était passé de la bonne manière… Et un grand vide égrenait le cœur de la duchesse a en plus devoir se rallier à Hjalden et Valkyrion sans aucune solution de secours. Comment vous sentez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Qu'un rideau de feu soit linceul   Qu'un rideau de feu soit linceul Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'un rideau de feu soit linceul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: