AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-28%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur mobile et réversible Argo Milo Plus – 13000 BTU/H
394 € 549 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu
Anaïs Belécu

Messages : 2321
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 14 Mai - 17:06

Elle est toujours debout alors qu’elle fait face à un bien triste spectacle. Le passé flirte avec le présent, le sang coule dans le théâtre mais aussi sur le bras de la Compagne qui l’a rassurée quelques minutes auparavant. Plus facile à dire qu’à accepter le fait que ce ne soit pas de sa faute. Elle allait devoir vivre avec cette idée d’avoir entaillé le bras de cette femme. Les paroles de Serenus la font se retourner et la forme de la main équivoque  de ce dernier la fait grimacer. « J’en sais pas plus que toi ». Ce n’est que le constat de son impuissance qu’elle formule d’un air las.

Elle écoute les paroles qui s’échangent regarde ces hommes et ces femmes de la Rose qui s’éloignent. Elle entend aussi les termes de Trêve de couleur écarlate. Le mouchoir immaculé de Maelenn rougit de minute en minute. La guerrière maintient son regard dessus et reste silencieuse. Elle n’a aucun mot, aucune idée de ce qu’il convient de faire dans cette situation.

Elle est libérée de son entrave mais elle s’obstine à ne pas bouger comme paralysée par la vérité qui s’offre à ses yeux. Une paix bâtie sur des massacres. Elle réfléchit aussi la jeune mercenaire au fait qu’à l’heure actuelle les deux empires se vouent une guerre pour l’instant stoppée. Elle espère en son for intérieur que aussi peu nombreux soit-il à cet instant le bruit courra parmi les duchés qu’il faut poursuivre l’arrêt des combats. La guerre est inutile, elle l’a toujours été. Anaïs n’a jamais échangé dans ce sens  avec ses plus proches amis. La guerrière a comme vocation de les protéger et de les aider mais demain sera-t-elle capable de laisser entendre le son de sa voix ? Aussi elle grince des dents alors que d’un pas puis d’un deuxième bien rapidement suivi d’un troisième elle se rapproche du bord de la scène.

Au pied de celle-ci se trouve l’arme de Serenus. Silencieuse elle descend de l’estrade et la récupère. Rapidement elle remonte afin de la rendre à son propriétaire lui offrant sa main pour l’aider à se relever.

« Je ne sais pas pourquoi on nous a montré tout cela, je ne sais pas quel sera notre poids pour changer un avenir qui est incertain » elle soupire alors qu’elle se rapproche cette fois ci d’Abigail et de Teagan « La Trève doit se poursuivre avant qu’une telle tuerie n’ait lieu de nos jours, d’ailleurs elle a eu lieu tout le monde le sait… » d’un rire jaune « Je ne suis qu’une femme du peuple mais les grands de ce monde doivent avoir conscience de ce qu’il s’est passé ici » elle poursuit s’enhardissant à mesure de ses paroles « A moins qu’eux aussi ne soient au courant de ce sur quoi la paix est bâtie ? Et que l’on nous mente depuis des décennies ? ».

La jeune femme réservée s’exprime un peu plus fortement minute après minute. Elle n’a pas supporté que son esprit soit ainsi utilisé et a cette fois ci décidé d’aller de l’avant. Elle ne veut plus que les informations restent cachées et pour ce faire, elle commence à descendre à nouveau de l’estrade pour s’éloigner. Cette porte là-bas persiste à se maintenir fermée mais il doit y avoir un moyen alors elle se dirige fermement décidée à sortir, elle en a trop vu, elle veut s’évader, respirer l’air pur et non vicié aussi compliqué cela s’annonce.

spoiler:
 












Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 14 Mai - 19:59

Tout est fini. Les guerriers revenus à eux, il observe d'un regard absent ceux qui sont venus sauver ceux qui peuvent encore l'être – parmi eux les deux hommes qu'il a déjà vus sur la Symphonie – puis l'arrivée des pièces de la Rose Écarlate. Les pièces du puzzle terminent de se mettre en place, les paroles énigmatiques de son invité indésirable également. Il ne détourne même pas le regard de tous ces corps sans vie ; quand il ferme les yeux, il les voit tout aussi nettement, avec une intensité qu'il ne peut chasser.

Puis, peu à peu, le silence se fait à nouveau. Autour de lui, ses compagnons se questionnent, ils s'indignent. Teagan ne parvient qu'à prononcés quelques mots, d'une voix à peine plus élevée qu'un murmure. « La guerre devait être vraiment terrible, pour qu'ils en viennent à de telles extrémités. » Quelles horreurs ont-ils vues et vécues, pour que le sacrifice de centaines – de milliers – d'innocents paraisse être un acte acceptable ? Qu'a-t-il pu bien se passer dans les années qui ont précédé la Trêve pour que les dirigeants d'autrefois décident d'un commun accord de supprimer ces magies et ces savoirs, ainsi que ceux qui en sont les acteurs et les gardiens ? Un frisson glacé parcourt son échine : n'est-il pas l'un de ceux-là désormais ?

Presque automatiquement, son regard se tourne vers les deux mages du Sang, une magie bien plus reconnaissable, bien plus difficile à dissimuler. Depuis les événements survenus à Lorgol, auprès de la Chasse Sauvage, il se pose bien des questions, le luthier. Il en veut un peu à ce homme de lui avoir forcé la main, de ne guère lui avoir laissé le choix. Mais personne n'a le choix, quand il s'agit de magie.

Il voit la guerrière s'éloigner, se diriger vers la porte, et il a l'envie irrépressible d'en faire de même. Il n'en peut plus, de cet endroit. Alors il se lève, il s'assure que les autres suivent, et s'y dirige à son tour. La porte est fermée, mais est-ce la porte de ce passé terrible ou de leur présent ? S'ils s'y mettent à plusieurs, peut-être qu'elle finira par céder.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 RandomSurvivantChasse
Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EchosAccord
Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 14 Mai - 22:27

Une fois les deux personnes libérées de l’emprise des fantômes et Anaïs de la mienne, Abigaïl se rapproche de moi. Je lui souris. Je l’ai toujours appréciée. « Je crois que l’on n’a malheureusement pas choisi ces ennuis-là. »

Je fronce les sourcils en repensant à tous les événements qui se sont enchaînés. C’est comme si les murs de ce théâtre voulaient lever le voile sur un événement important de notre histoire. Et lorsque l’on met bout à bout les indices, je suis convaincu que la lumière peut se faire sur l’époque à laquelle nous nous trouvons.

« C’est la Rose et je crois savoir à quelle époque nous sommes. » j’ajoute au moment même où l’on entend une voix hélée les gens. Une voix féminine qui porte et qui sait se faire respecter. Elle parvient à regrouper quelques survivants. Instinctivement j’aimerais les aider, mais nous n’avons aucun pouvoir en ces lieux. Nous ne pouvons qu’être spectateur d’un massacre en bonne et due forme. Heureusement, pourtant, quelques personnes ne seront pas des victimes innocentes.

Mais grâce à cette apparition, tout le monde comprend désormais que nous sommes au moment de la signature de la Trêve. Une Trêve acquise par le sang. Et même si Maelenn rappelle à juste titre qu’elle n’a pas été exempte de sacrifices pour les deux camps, le voir est tout autre chose. La violence est toujours un comportement qui me touche au plus profond de mes entrailles car je suis convaincu que nous pourrions faire de bien meilleures choses sans cette dernière. Je ne peux donc que me rapprocher d’Abigaïl et de lui prendre la main pour l’apaiser alors qu’elle s’exclame sur la violence des faits en rebondissant sur les mots de Maelenn.

Et alors que je la lâche, je la vois s’éloigner du groupe. Je la garde dans mon giron pour veiller sur elle quand je vois qu’elle semble ne pas se sentir bien. Je sais que cela ne me ressemble pas mais pour une fois, je fais un effort et je la rejoins.

« Ca va aller ? »

Il semblerait que oui puisqu’elle revient vers les autres avec moi, rapidement. Tout le monde est sous le choc et réagit à sa manière. Je dois bien avouer, que pour ma part, je cherche à comprendre, ce qui est très difficile n’ayant pas toutes les pièces du puzzle. Mais comment accepter un tel massacre, même pour la une paix au final bancale ?

Je finis par baisser la tête en soufflant. Que va-t-il se passer maintenant ? Les lieux semblent si calmes tout à coup. Plus de rire, plus de pièce, plus de discussions. Rien. Le néant et le sang… Finalement, l’idée d’Anaïs est peut être la meilleure. Je lui emboîte alors le pas, prenant à nouveau Abi par la main pour qu’elle nous suive et ne pas la laisser seule.

« En espérant que cette satanée porte s’ouvre désormais. » je chuchote à l’attention de ma comparse.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 14 Mai - 23:15

Abigaïl n'a pas prévu qu'une telle vérification la conduirait dans les vestiges d'un passé lointain, marqué par le sang et le désespoir. C'est un peu trop pour la Chevaucheuse. Ce ne sont pas les morts qui s'étalent sous ses pieds, mais l'addition de plusieurs faits qui détruisent presque tout ce dont elle a cru. Ainsi que le fait qu'elle ait laissé l'une des complices de ce carnage prendre possession de son esprit. Elle sent une présence amicale et bienveillante à ses côtés et reconnaît Lucas. Elle lui offre un petit sourire reconnaissant et ne retire pas sa main lorsqu'il l'attrape. Une preuve bien évidente qu'elle n'est pas totalement maîtresse de ses émotions. D'ordinaire, la Chevaucheuse n'aime pas spécialement ces marques d'affection. Ou montrer un tel signe de faiblesse.  

Ces compatriotes se regroupent, chacun allant de son commentaire. Abi, elle, ne détache pas ses yeux de la porte où la Rose s'est évaporée quelques instants plus tôt. Elle n'ose même pas regarder Rhaps. Sa détresse lui est insupportable. Elle en ressent une immense culpabilité. Elle voudrait lui épargner un tel spectacle, lui épargner un tel passé. Leur passé. Un passé oublié. L'homme qu'elle a aidé quelques instants plus tôt à ligoter Serenus s'exprime également faisant ressortir un élan de rage. La guerre ? Terrible ? La guerre est toujours terrible. La guerre qu'ils vivent actuellement est une horreur qui n'a rien à envier aux guerres précédentes. La maladie a fait tellement de dégâts. Les attentats de Svaljärd. Même s'il s'agit d'Ibélène, les dégâts ont été considérables. Et le Jour des Anciens. Chimène. Il y a eu beaucoup trop de morts, beaucoup trop de dégâts et rien qui ne justifie la mort de centaine de personnes. Aussi terrible que la guerre ait pu être, il n'y a aucune raison pour en venir à de telles extrémités. L'idéal aurait été de trouver une solution alternative pour préserver le maximum de personnes innocentes en instaurant une Trêve qui a fait du bien à tous. Une Trêve qui a tout de même condamné d'autres mages à vivre dans la clandestinité de part leur magie interdite.

C'est Anaïs qui leur propose de se diriger vers la porte, faisant écho aux paroles de l'étrange personne que semble connaître Rhapsodie. Des paroles qui la sort de ses réflexions intenses alors que Lucas attrape à nouveau sa main pour la conduire avec les autres.
La porte.
Oui. Elle a besoin de sortir, Abigaïl. Elle ne peut rester ici. Elle veut retrouver Royale et Titou et s'éloigner de cet endroit maudit, souillé par le sang. Elle ne veut plus penser à tout ça mais veut aussi réfléchir à tout ce qu'elle vient de voir. Un curieux paradoxe. Un souvenir douloureux auquel elle est maintenant enchaînée contre son gré. Certains tentent de l'ouvrir mais la porte reste fermée. La rouquine dégage sa main de celle de Lucas et s'approche de Rhapsodie, lui passant une main dans les cheveux, un sourire triste et las vieillissant son visage. Elle ne veut pas rester là. Elle ne veut pas non plus laisser Rhaps une minute de plus dans un endroit aussi sordide. La rage bouillonne en elle, mêlée à la tristesse, mêlée à la douleur. Non, elle ne laissera personne une minute de plus dans cet endroit malfamé. Le souvenir est terminé, ils ont assisté à quelque chose d'inhumain, maintenant elle veut sortir, goûter à nouveau l'air pur de l'extérieur, monter sur Royale et laisser le vent balayer tous ses soucis pour quelques heures avant son retour à La Volte.

-Reculez, ordonne-t-elle d'une voix sourde.

L'Eté brûle en elle, la consume, l'envoûte presque de son feu ardent. Elle n'a pas besoin de trop se concentrer, elle le contient depuis déjà trop longtemps. Et d'un coup elle relâche sa tristesse, sa douleur, sa rage dans un seul et unique but destructeur. Droit sur la porte. Ils sortiront d'ici.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Modo
PNJ • Modo
La Fatalité
La Fatalité

Messages : 858
J'ai : /
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyMar 15 Mai - 20:17




Chroniques d'Arven

Intrigue 3.3

Les Échos du Passé

30 mai 1003



Intrigue animée par Lemon Tart


Le Chant du Cygne

Pour la paix.

Voilà une notion qui en dépasse beaucoup, et pourtant, jamais la Rose Écarlate n'a nié défendre cet idéal. Le prix à payer était lourd néanmoins, l'écarlate de leur nom n'a pas été attribué au hasard. À une époque où chaque empire était à l'apogée de sa puissance, à une époque où magies et savoirs rivalisaient à armes égales et ravageaient le continent depuis des années, le sacrifice devait sembler bien minime pour les souverains d'autrefois.

Le théâtre retombe dans un silence de mort. Les quelques compagnons d'infortune se sont rassemblés près de la porte, déterminés à sortir de là. Et la magie de l'Été flamboie.

BOOM.

La porte sort de ses gonds, le bois se désintègre en fin copeaux qui retombent sur le sol. Derrière eux, une dernière âme est fauchée, et un souffle semble s'engouffrer dans l'ouverture créée. Lentement, le bâtiment perd de ses couleurs, perd de sa luminosité. L'écarlate sur le sol disparaît, s'estompe, les rideaux se flétrissent et les corps s'évaporent sous leurs yeux.

Il est des souvenirs qui ont une portée profonde sur les êtres, il est des souvenirs qui marquent et qui imprègnent autant l'âme que l'esprit. Les dieux, dit-on, avaient détourné les yeux de cet endroit. Il est peut-être temps que les souvenirs qu'il renferme soient déterrés.




Sixième Tour

Consignes



IRL : du mardi 15 mai au mardi 22 mai (18h).
IRP : le 30 mai 1003, fin d'après-midi

• Ce topic concerne les personnages inscrits à l’intrigue au préalable (Abigaïl, Anaïs, Faustine, Gauthier, Lucas, Maelenn, Rhapsodie, Serenus & Teagan). Si ce n’est pas votre cas, un petit MP à la Fatalité et nous verrons si vous pouvez intégrer le groupe !

• Le tour couvre le retour à la réalité, au moment où la dernière personne présente dans le passé perd la vie et où Abigaïl fait exploser la porte d'entrée, puis votre retour chez vous.

• Le théâtre est exactement dans le même état qu'à votre arrivée, en dehors de la porte en morceaux.

• Les Familiers et dragons n'approchent pas le périmètre, ça les rend mal à l'aise.

• Vous êtes en Cibella, il fait plutôt bon et le ciel est découvert. :couronne:

• Vous pouvez poster plusieurs fois dans un tour, mais veillez toujours à laisser deux personnes répondre entre deux de vos interventions.

• Pour ce dernier tour, la limite de mots est abolie. :oui:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance, dragonnets ! :angel:





♦ Je suis le PNJ utilisé par les modératrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyMer 16 Mai - 21:20


Serenus ne comprenait plus rien. La Rose Ecarlate ? Responsable de ce massacre ? C’était impensable ! Serenus revoyait le Roi Noir, sur l’île des Amoureux du Vent, et il l’avait vu comme un héros, non pas comme un meurtrier. Après, la personne qui incarnait une telle figure pouvait être bien différente suivant les générations. L’actuel pouvait être bien plus bon que l’ancien. Mais ce massacre entacherait la réputation de la Rose, aussi bien dans le cœur de Serenus que dans celui des témoins qui étaient avec lui, et dans celui du peuple, si cela venait à se savoir. Le guerrier se laissa aider par Anaïs, et la remercia quand celle-ci lui rendit son épée. Quand il sentit le poids de son arme dans sa main droite, il se sentit plus en sécurité. Même blessé, il pourrait se défendre, c’était déjà ça. Il écouta les paroles de la jeune femme, mais, dépité, il resta silencieux. Il décida de la suivre quand celle-ci se mit une nouvelle fois en quête d’un moyen de sortir. Sa main lui faisait terriblement mal. Quand il avait été détaché, sa première réaction avait été de regarder dans quel état se trouvait sa main. Elle était dans un sale état. Il avait remarqué la grimace désolée d’Anaïs, et il comprit que c’était bel et bien elle qui était à l’origine de sa blessure. Il ne lui en voulait pas, mais il se sentait dépité quand il se disait qu’il allait mettre plusieurs semaines à s’en remettre, et que ça allait le handicaper dans son travail. Moins de travail, moins d’argent. Il allait devoir tout faire pour maintenir sa situation stable, pour que sa fille ne soit pas dans le besoin.

Abigaïl eu la même idée qu’eux, mais à un point beaucoup plus… radical. Elle leur ordonna de reculer, et, vu son expression, Serenus comprit qu’il ne fallait pas plaisanter. La chevaucheuse était furieuse, elle en avait marre. Le guerrier recula, et profita de ce moment de répit pour se fabriquer une sorte de bandage pour recouvrir sa main et la maintenir immobile contre sa poitrine. Moins sa main bougerait, plus vite elle guérirait. Il se sentait tellement las qu’il sursauta à peine quand la porte explosa. Il ne remarqua même pas qu’une dernière personne avait été tuée. C’était triste, mais, après tellement d’évènements, Serenus se sentait vidé. Il ne réagit que quand il constata que le théâtre reprit son apparence réelle, celle qu’il conservait actuellement. Ils étaient revenus. C’était fini. Le guerrier tomba à genoux, et lâcha un soupir. Il en revenait encore pas de ce qu’il avait appris. Que devait-il faire ? Garder tout cela pour lui ? Ou tout raconter ? Un bien beau dilemme. Mais, pour une fois, il avait le temps de réfléchir. Quand il sentit l’air de l’extérieur caresser son visage, il trouva la force de se relever et alla dehors en titubant. Son étalon l’attendait, broutant l’herbe fraiche. L’explosion l’avait visiblement effrayé, vu sa réaction quand Serenus avait émergé de la porte. Il avait levé la tête, cessant de brouter, et s’était éloigné de quelques pas. Le guerrier s’était dépêché de le rattraper et il avait rejoint Anaïs. Il caressa l’encolure de Molosse et demanda à la jeune femme :

« -Que compte tu faire ? »

Spoiler:
 



Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Gauthier Coeurbois
Gauthier Coeurbois

Messages : 1185
J'ai : 45 ans
Je suis : Adepte du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire
Mes autres visages: Martial ; Jehanne ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyVen 18 Mai - 22:26

Il avait eu un espoir fou, un peu trop brûlant au fond de lui, d’en apprendre plus. Que l’histoire pourrait continuer sous leurs yeux dans ce théâtre. Qu’il comprendrait. Oh, d’une certaine manière l’Assassin avait bien saisi ce qu’il s’était passé, l’horreur atroce, la douleur et la mort planant autour d’eux. Mais, alors que l’amie de Rhapsodie faisait exploser leur porte de sortie, qu’il reculait pour ne pas se recevoir un éclat de bois dans l’œil ou le reste de son corps – ce qui ne fut pas nécessaire, vu l’état dans lequel se retrouva la porte – , il commençait à se sentir de plus en plus… Investi, du lieu. Quelque chose le taraudait, dans cette histoire.

Même lorsque les cadavres eurent disparu autour d’eux, le théâtre de nouveau intact, il ne se sentit pas apaisé. Ce n’était sans doute rien. Mais c’était bien assez pour qu’il décidât d’en parler à ses consoeurs. Enfin, tout du moins, à une en particulier. Elle lui avait confié sa propre expérience, il n’était que justice qu’il lui parlât de la sienne. Qu’ensemble, ils éclaircissent quelque peu ce mystère qui enveloppait l’Accord, dont elle semblait avoir aidé à la libération – ses paroles étaient restées gravées dans un coin de sa tête –.
Et, peut-être était-ce un peu fou, mais il voulait voir ce que contenait les archives de la Tour à propos du théâtre. Un lieu si plein de ressentiment, de colère et d’envie de vengeance inassouvie… C’était songeur, sans sembler réellement affecté par les visions d’horreur qui venaient de lui passer sous les yeux – il avait quand même plus l’habitude des cadavres que certains, bien que la débauche de violence eut été à son avis inutile et grossière, la mort injustifiée – qu’il tenta de rassembler ses idées.

Partir. Ils pouvaient partir. Il jeta un regard à Rhapsodie, avec un petit sourire, avant de détailler ses compagnons et de se diriger vers la sortie. Une fois à la porte, réduite limite en sciure, il se retourna pour contempler le théâtre. Embrasser du regard l’endroit poussiéreux où il pouvait encore deviner les corps entassés, comme il le ferait avant de terminer l’un de ses contrats.
Il n’était pas pressé de mettre de la distance entre lui et l’endroit. Il était, par contre, pressé de retrouver sa monture, et de se rendre au sanctuaire de Lida le plus proche. Il avait ce besoin, avant de rentrer, de passer un moment silencieux avec la déesse qui gouvernait sa vie. Néanmoins, il estima qu’attendre que sortent au moins l’amie de Rhapsodie – pour la remercier, certainement pas pour s’excuser, malgré la froideur dont elle semblait vouloir faire preuve à son égard –, et la Compagne serait une bonne idée.

Dire au revoir à celle qu’il considérait comme sa petite sœur, avant de repartir. Une fois à l’extérieur, éloigné de quelque pas du théâtre, l’assassin se permit de jeter un œil alentour. Combien de temps était passé, depuis leur départ pour ce passé angoissant ? Combien de jours ou d’heures ? Une chose était sûre. Il n’oublierait rien.

Spoiler:
 



#5E0021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptySam 19 Mai - 1:34

Toute sa rage, toute sa frustration explose tel un volcan en éruption alors que Abigaïl laisse libre cour à sa magie. L'Eté destructeur frappe sa cible avec une force démesurée, réduisant en cendre la porte dans un grand fracas et quelques volutes de sciures. Derrière, en même temps, alors que présent et passé se confondent, une âme ancestral rend son dernier soupir, emportée pour cette même cause « juste ». La Chevaucheuse ne peut que se sentir trahie. Trahie par une âme qu'elle a accueilli et dont le rêve a fait écho au sien. Trahie par une cause qu'elle a cru juste alors qu'elle a utilisé des méthodes qu'elle condamne. Son propre rôle, en tant que Chevaucheuse, est de protéger les Faës, pas de la condamner à la nuit éternelle.

Au même moment, alors que s'ouvre à nouveau les portes du présent, les derniers souvenirs du passé s'évanouissent. Toutes traces de ce qui a été commis a disparu mais des images continuent de la hanter alors qu'elle a l'impression que l'odeur du sang continue de flotter dans l'air. La rouquine reste un moment immobile, devant cette porte ayant subi l'assaut de sa colère, laissant entrevoir un extérieur qu'ils n'ont quitté que quelques instants mais qui, pour elle, semble avoir duré une éternité. Elle est presque aveuglée par la lueur du jour alors que le théâtre sommeille de nouveau dans sa torpeur tragique. L'Outreventoise ne peut regarder en arrière. Elle sait qu'il n'y a plus l'ombre d'un corps mais le souvenir hante les lieux, persiste et elle n'a pas besoin qu'il soit réel pour continuer à le voir. Alors, fermement, elle fait un pas, puis deux, et s'éloigne de cet endroit maudit, prisonnière de pensées sombres et d'une rage indigné. Elle ne s'arrête que quelques mètres plus loin, lorsque la porte désintégrée et la silhouette figée du théâtre soient bien derrière elle. Abi ne peut partir sans dire au revoir à Rhapsodie et refuse d'ailleurs de la laisser rentrer seule. Tant pis, elle rentrera avec elle, même si le trajet sera plus long. Son cœur palpite, vibrant au rythme de son offense. Abi... Petite... les voix de Royale et de Titou ne parviennent même pas à l'apaiser. Le lien n'a jamais été rompu, ils ont suivi chacun de ses états d'âme. Ils ont été témoins de sa souffrance, de sa colère, de son indignation. Témoins du cheminement de chacune de ses pensées et aucun des deux n'osent véritablement parler pour le moment. Ils comprennent son besoin de silence. Elle inspire une grande goulée d'air puis se retourne, refusant de poser ses yeux sur la ruine qui paraît toujours sombrer dans un bain de sang et d'agonie. Ses yeux se posent sur Rhaps et elle lui fait un signe de la main. Plus que jamais, elle se refuse de la quitter. Elle aussi a souffert de cet enfer. A une échelle sûrement différente mais Abi n'oublie pas la détresse qu'elle a pu lire dans son regard. Une détresse qui a fait écho à la sienne. Elle s'approche et lui tend la main, l'enjoignant à l'attraper. Elle a besoin de sentir le contact de son amie. Sentir qu'elle n'est pas seule et qu'elles continuent d'être unies malgré tout.

-Tu rentres comment ? souffle-t-elle d'une voix rendue rauque par l'émotion.

Peu importe comment d'ailleurs. Nul question de la laisser seule. Il ne lui tarde qu'une chose. Rentrer. Faire son rapport. Et boire une potion qui la plongera dans un sommeil sans rêve où l'oubli sera son seul salut.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu
Anaïs Belécu

Messages : 2321
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptySam 19 Mai - 16:14

Anaïs s’est dirigée vers la porte du théâtre avec une seule intention l’ouvrir par tous les moyens qui soit possible. Toutefois, dans ces lieux résident de la magie et elle se rend compte que même si toutes les forces sont combinées elle ne parviendra pas à son but.

La guerrière va pour trouver une autre issue lorsqu’elle entend le signal d’Abigaïl, le souhait que tout le monde s’écarte de cette porte qui reste fermée. Elle se détourne pour observer la Chevaucheuse. La lueur dans le regard de celle-ci témoigne d’un feu profond, prêt à sortir. Elle s’écarte de la trajectoire juste à temps pour la laisser agir. Anaïs détourne les yeux soulevant son coude par peur de recevoir un éclat mais rien ne se passe hormis un courant d’air  balayant cette scène d’horreur pour les positionner dans un présent qui ne sera plus jamais le-même.

C’est fini, tout est terminé, ils sont sains et saufs de corps mais l’esprit cela reste à prouver. Le silence accompagne la sortie de chaque membre du groupe. Toujours morne, silencieuse elle se rapproche de son cheval Constant et palpe l’encolure. Elle reste de longs instants ainsi silencieuse, tentant de comprendre l’irréel. Les paroles de Serenus la tirent de sa rêverie. Elle secoue la tête ne se retourne pas. Que veut-il qu’elle lui réponde ? Elle n’a pas la réponse aux questions qu’il se pose, elle ne sait même pas si une seule personne présente dans ce théâtre en dispose. Ce soir quand elle se couchera elle dormira d’un sommeil sans rêve. Elle n’est qu’une dame du peuple devenue guerrière que peut-elle faire si ce n’est protéger un peu plus ceux qu’elle sert ?

Puis elle sent le poids du regard du guerrier sur elle, le silence est juste troublé par la brise qui se lève.

« J’en sais rien » un aveu d’ignorance, de son incapacité à comprendre ce qu’elle a vu. « Que pouvons-nous faire nous gens du peuple face à ce que l’on a vu ? C’est un épisode de notre passé mais la vie n’est qu’un éternel recommencement après tout ».

Elle maintient le silence sur ce trésor évoqué entre les deux étrangers alors qu’elle enfourche déjà Constant. D’un sourire maladroit elle désigne la main de Serenus « Ca va aller ? ». Elle veut revenir sur la conséquence de ses actions, la douleur du guerrier. Son regard se relève visualisant Abigaïl et les autres un peu plus loin « Il nous appartient de les raccompagner tu ne crois pas ? En cela je suis bonne escorter, comprendre j’en suis dépourvue ».

Triste constat alors que déjà elle claque de la langue pour se rapprocher du groupe.

« Rentrons ensemble à la Volte rester ici n’est bon pour aucun d’entre nous vous ne croyez pas ? ».

Cette fois ci elle ne donne pas d’ordre, elle a juste besoin de s’assurer que chacun de ses compagnons est en état de marche.

« Tout le monde peut marcher ou chevaucher pour ceux qui ont une monture ? ».

D’un pâle sourire elle survole les têtes de chacun d’entre eux les identifier pour les reconnaître peut être dans quelques jours voire mois. Compagnons d’infortune, compagnons de l’horreur ils se reconnaîtront et s’en serviront pour noyer leur incompréhension.

spoiler:
 












Revenir en haut Aller en bas
Les Compagnes
Les Compagnes
Rhapsodie Épi-d'Or
Rhapsodie Épi-d'Or

Messages : 1275
J'ai : 28 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyDim 20 Mai - 14:30

Ils comprennent, tous, ce qui s’est joué sous leurs yeux. Rhapsodie l’entend dans leurs voix, le lit sur leurs visages. Elle sent le malaise, la colère mêlée au puissant sentiment d’injustice qu’ils doivent tous ressentir. Et pourtant… Maelenn a raison. Seulement, Rhapsodie ne s’était jamais demandé quels sacrifices avaient été faits, exactement. Elle songeait que seuls des Magies et Savoirs anciens avaient disparu. Pas les gens les possédant. Pas de cette façon. Et elle est à peu près certaine que ce qu’il s’est passé au Théâtre n’est pas un cas isolé. Par Mnémosie, comment tout cela a-t-il pu rester véritablement secret, pendant un millénaire ? Comment ont-ils fait, tous, pour oublier une telle chose ?

Aux paroles de Gauthier, elle hoche la tête et l’imite, se rapprochant elle aussi des autres. Sans esquisser un seul geste, sans essayer de se faire entendre, elle se contente de suivre le mouvement alors qu’ils se dirigent vers la sortie en essayant de faire abstraction du décor qui l’entoure. Elle n’a rien à dire, de toute façon. Et elle ne le peut pas. Son carnet est quelque part sur la scène et elle se refuse à baisser les yeux pour le chercher. Dans le pire des cas, si elle a vraiment besoin de s’exprimer, elle fera des gestes, comme lorsqu’elle était enfant.

La Compagne étreint brièvement Abigaïl lorsque son amie se rapproche d’elle. Elle doit être bouleversée, elle aussi, parce qu’elle a vu. Rhapsodie se souvient encore de la manière dont elle parlait d’Astrée, quelques mois plus tôt. La Chevaucheuse doit se sentir terriblement trahie, et coupable, peut-être. Sans opposer un geste de résistance, elle s’écarte d’elle quand la rouquine ordonne à tous de se reculer, et l’observe concentrer sa magie afin de faire exploser la porte, leur offrant à tous la liberté. Et la Cibellane ne se fait pas prier bien longtemps avant de s’avancer vers la sortie, sans aucun regard derrière elle. Elle ne veut plus jamais, jamais, poser les yeux sur ce Théâtre maudit.

Elle s’empresse de rejoindre Abigaïl et lui attrape la main pour la serrer fort, pour la réconforter à elle comme pour se rassurer. Elles sont deux. Comme pour le jour des Anciens, elles ont affronté l’horreur ensemble, et elles feront face à la suite toutes les deux. A sa question, elle hausse les épaules. Elle ne sait pas. A l’origine, elle voulait retourner à Chantemillet avec Maelenn, puis prendre un portail jusqu’à la Volte. Mais avec la tournure des événements, elle préfèrerait rester avec le groupe. Elle regarde Maelenn, l’air interrogatif, afin de savoir ce que désire faire son amie, puis arrête son attention sur Gauthier. Que va-t-il faire, lui ? Elle imagine qu’il ne s’éternisera pas en Cibella, maintenant que Gisèle n’y est plus, et qu’il rentrera à Lorgol une fois son… travail terminé. Peut-être est-ce déjà fait, même, et qu’il n’attend que l’instant de repartir, seul.

Lâchant la main d’Abi, elle se rapproche de lui et lui sourit, avant de le serrer à nouveau de ses bras frêles, en guise d’au revoir. Elle aurait aimé le retrouver dans d’autres circonstances, un autre jour, à un autre endroit. Elle se détache de lui et vient lui prendre la main, avant de tracer quelques lettres du bout du doigt, lentement pour être certaine qu’il comprenne bien. On communique comme on peut.

Tu reviendras.

Ce n’est pas une question. Il reviendra. Il lui a promis des gâteaux. Et il faudra qu’elle lui demande des nouvelles de Gisèle, aussi. Là, le moment ne s’y prête pas. Mais un jour prochain, quand ils auront le temps, il reviendra la voir – ou elle ira faire un tour à Lorgol. Un sourire, et elle se détourne, ramenant son attention vers le reste du groupe. S’ils décident de rentrer tous ensemble vers La Volte, elle suivra.

Spoiler:
 




Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 21 Mai - 20:17

L'air doux de l'extérieur semble défaire les derniers éléments du souvenir qui les a pris en otages. Durant un instant – un très court instant – Teagan s'imagine que ce n'était qu'une illusion, que les événements ne se sont pas réellement déroulés, que tout ce qu'ils ont vu n'était que le pan d'imagination d'un esprit fou. Mais il sait. Au fond de lui, il sait. Il l'a sentie, cette magie puissante, qui résonne en son être en une mélodie aussi belle que terrible. Et il sait qu'elle est revenue.

L'Outreventois remarque à peine les autres, dont les visages contiennent la même horreur que la sienne. Il hoche la tête quand l'un d'eux propose de faire un bout de chemin ensemble, mais il ne s'exprime guère. L'envie de parler de tout ce qu'il s'est passé ne lui traverse même pas l'esprit. Il n'y a qu'une personne dont il désire entendre les réponses et celle-ci ne se trouve pas ici. Alors il entame la route pour retourner d'où il est venu.

Quelques jours se sont écoulés depuis le moment où il est entré dans le théâtre et celui où il a pris le portail pour retourner à Souffleciel. Il retrouve ses enfants avec un plaisir non dissimulé, il les serre fort contre lui et s'efforce de se montrer enthousiaste face à leurs nombreuses questions. Ce n'est que lorsqu'ils s'endorment enfin, cette nuit-là, que Teagan fait face à l'homme qui est venu le rejoindre jusque dans sa demeure, qu'il examine attentivement ses traits et que les questions remontent à la surface.

« Tu savais ce que j'allais trouver, en me rendant là-bas ? » demande-t-il sans détours. Le sourire du musicien n'est pas aussi fourbe que ce à quoi il s'attendait. Il y a un peu de tristesse, dans les traits qui l'animent. « Pourquoi ne pas m'en avoir parlé avant ? » « Est-ce que tu m'aurais cru ? » Il a envie de répondre que oui, il l'aurait cru, mais il sait que ce n'est pas vrai. Les dernières nuits ont été difficiles, elles sont peuplées des événements auxquels il a assisté sans rien pouvoir faire. Il se demande si son invité voit les mêmes images en fermant les yeux. « Raconte-moi, s'il te plaît. » Et il raconte enfin. La Trêve, l'Accord, les conséquences pour ceux qui étaient comme lui. Et tout ce que ça implique désormais pour lui, à présent qu'il s'est ouvert à cette magie.


Spoiler:
 


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 RandomSurvivantChasse
Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EchosAccord
Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 21 Mai - 21:07

Que peut-elle y faire, si ses propos ne font pas l’unanimité ? Ils ne sont que vérité, autant que ces événements passés auxquels ils ne peuvent rien changer, même si chargés de trop de laideur et d’injustice.

L’explosion qui réduit la porte du théâtre à rien du tout semble signer la fin de se souvenir, qui s’efface peu à peu. Les couleurs perdent de leur vivacité, autant que les sons et les odeurs, et il ne reste aux spectateurs assemblés que leurs souvenirs, ainsi que ceux enfermés dans la pierre. À Maelenn, la brûlure de sa blessure, en sus, qui sera rapidement soignée dès son retour à Chantemillet, ou à Edenia. Pas même une cicatrice ne pourra témoigner de cette aventure, pour autant qu’elles ne seront pas imprimées sur sa peau, mais sur son âme.

La Compagne ne se fait pas prier pour sortir du Théâtre de l’Étincelle, revenu à cet état étrange entre en ruines et intact. L’air qu’elle hume lui semble d’autant plus pur, maintenant qu’il est déchargé de ce lourd parfum de sang, et elle en emplit plein ses poumons. Maelenn a l’impression de redécouvrir comment respirer, comment vivre, sa poitrine libérée d’un poids dont elle prend pleinement compte uniquement maintenant. Rentre au plus vite. Gavriel n’a jamais eu une voix si désemparée, alors que leur séparation physique lui pèse plus que tout. À elle aussi.
Elle devine l’interrogation dans le regard de Rhapsodie, à propos de ce qu’elles feront. La rousse Chevaucheuse ne lâchera pas son amie, c’est plus qu’évident - et l’autre rouquine, la guerrière, leur demande s’il ne ferait pas mieux qu’ils rentrent tous ensembles à La Volte. Ne pas être seule. Être entourée. « Nos affaires sont à Chantemillet. Les siennes, comme celles de Rhapsodie, attendant seulement le retour des deux Compagnes curieuses. J’y portaillerai jusqu’à Edenia. » Avec Faustine, probablement, ainsi que monsieur Malion, si les deux mages du Sang le veulent bien. Après tout cela… elle n’a point envie de laisser son aînée seule et elle suppose que celle-ci ne veut pas non plus abandonner son mentor.

Elle a envie de serrer Balian contre son coeur et de lui jurer que si le sang qui coule dans ses veines le révèle mage ou non, et qu’importe cette magie, elle le protégera contre tout. Faustine l’a promis, en portant cet enfant à sa place, et Maelenn en a aussi fait serment.

Que d’autres n’aient pas à souffrir comme ceux qui ont tant souffert, depuis mille ans.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyLun 21 Mai - 21:40

Rhapsodie est avec elle, prêt d'elle, en sûreté. Sa prémonition s'est révélée exacte mais à une échelle passée qui ne leur laisse aucune séquelle physique. Pour le moral, en revanche, la Chevaucheuse ne peut en dire autant. Elle garde sa main dans la sienne autant qu'elle le peut jusqu'à ce que la Cibellane la lâche d'elle-même pour aller voir l'étrange pervers qu'elle connaît et qu'elle étreint un moment. La jolie rousse fronce les sourcils mais ne dit rien. Rhapsodie est assez grande pour se faire ses propres amis. L'homme ne lui inspire rien de bon mais ce ne sont pas ses affaires. Tant qu'il ne lui fait pas de mal, bien évidemment.
Anaïs finit par les rejoindre, proposant que tout le monde rentre à La Volte. Pour sa part, c'est bien là qu'elle va. En tout cas, c'est là qu'elle allait avant de s'arrêter. Mais maintenant... elle jette un regard à Rhapsodie, elle-même cherchant des réponses dans les yeux de son amie Compagne. Cette dernière finit par expliquer qu'elles ont encore à faire à Chantemillet. Soit.

-Alors je vous accompagne là-bas, dit-elle d'un ton sans réplique. Je rentrerai à La Volte ensuite.

Elle sent l'approbation de Royale et Titou face à cette décision et les remercie de leur soutien. Elle se sent plus rassurée à l'idée de raccompagner Rhaps dans un endroit plus sûr, loin de ce maudit théâtre. Un mauvais pressentiment continue de l'habiter et la Chevaucheuse ne sera pas tranquille tant que Rhaps ne sera pas en sécurité.
En s'éloignant du théâtre, elle perçoit les battements puissants des ailes de Royale qui finit par arriver à sa hauteur. Titou ne tarde pas à suivre, jetant son esprit dans celui d'Abi dans une étreinte mentale soulagée. La Chevaucheuse couve ses deux amis du regard, sa main venant caresser le flanc écailleux de Royale. Émue, soulagée, elle pose sa tête dessus, se laissant apaiser par sa douce chaleur et son grondement apaisant. Vous m'avez manqué. J'ai eu peur tu sais. Ne t'inquiètes pas petite, nous aurons le fin mot de cette histoire. Je l'espère. Pour le moment, concentres-toi sur ta mission. Nous aurons le temps de s'en préoccuper une fois de retour à la Caserne. Tu as raison.

Le trajet jusqu'à Chantemillet s'est fait en toute tranquillité, même si l'ambiance n'était pas aux grandes conversations. Abigaïl n'a presque pas desserré la bouche du trajet, plongée dans ses pensées et ruminations. Elle serre Rhapsodie contre elle, lui promettant de la revoir bientôt, puis monte sur Royale pour un retour à La Volte. L'air lui fait un bien fou. La caresse du vent sur son visage, l'immensité du ciel s'étendant sous ses yeux, suffisant à faire envoler ses pensées les plus sombres le temps du trajet. Bientôt la capitale Cibellane s'étendra devant ses yeux et bientôt elle sera face à son Capitaine pour un rapport riche en révélation. Mais, en attendant, plus rien ne compte. Rien que la caresse du vent et le bruit apaisant des ailes de Royale.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Modo
PNJ • Modo
La Fatalité
La Fatalité

Messages : 858
J'ai : /
Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 EmptyJeu 31 Mai - 23:47




Chroniques d'Arven

Intrigue 3.3

Les Échos du Passé

30 mai 1003



Intrigue animée par Lemon Tart


Le Chant du Cygne



Intrigue terminée







Conséquences

Générales et personnelles




• Les nouvelles sur le théâtre se répandent peu à peu dans la région, puis au-delà des frontières cibellanes. Des curieux viennent d'un peu partout pour voir ça de leurs propres yeux, notamment quelques historiens et architectes faës.



♦ Je suis le PNJ utilisé par les modératrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne   Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 3.3 • Le Chant du Cygne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: