AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
30% sur les abonnements PlayStation Plus & PlayStation Now
41.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptyLun 1 Fév - 13:10


Livre I, Chapitre 2 • Le Carnaval des Miracles
Sixtine d'Ibélène, Ismaïl de l'Ancre, Siméane Adelphe

La Princesse, la Guérisseuse et
... la Momie.

Ou comment saucissonner un pirate ...



• Date : 4 Février 1 001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Désireuse de se rendre utile en cas de conflit, la Princesse Sixtine demande à Siméane de lui  apprendre à donner les premiers soins, et à panser les blessures. Ismaïl va servir de cobaye ...



Dernière édition par Siméane Adelphe le Lun 1 Fév - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptyLun 1 Fév - 13:27



Notre premier baiser, échangé à l'ombre des colonnades du Palais Impérial d'Alfaë, en a appelé d'autres, une kyrielle d'autres, ardents et passionnés. Révolues, mes câlineries gentillettes ou un peu folles, mes caresses ambiguës, mes étreintes équivoques, empreintes de cette gaieté trop ostentatoire qui sert à masquer à la fois le trouble et le désir. Oui, elles sont définitivement révolues, car la réciprocité de nos sentiments m'a libéré, et notre retour vers Ibelin a été ponctué de moult embrassades torrides. Une lune pâle a été l'unique témoin de cet amour enfin avéré et de notre harmonie parfaite. J'avais emmagasiné des montagnes de tendresse, et j'étais impatient de les partager avec ma belle amie, à laquelle elles étaient, depuis toujours, entièrement destinées.

***

Voilà trois jours que ma Samy et moi nous vivons désormais ensemble. Depuis qu'elle a été appelée à la cour d'Augustus et de Catarine, elle occupe un ravissant pavillon, niché dans les jardins attenant au palais, non loin des appartements de la princesse Sixtine, dont elle est l'amie et la confidente. Son cabinet médical, qui lui sert également de laboratoire, se situe au rez-de-chaussée de la bâtisse, tandis que les pièces à vivre et la chambre sont à l'étage. C'est tout petit, tout croquignolet, et décoré avec goût. C'est ce que j'appelle une jolie bonbonnière, et Siméane est la plus exquise des friandises. Quant à moi, sapristi, j'adore les friandises, j'adore les déballer, et j'adore y goûter sans la moindre retenue. Ma Samy est extrêmement désirable, je ne me lasse pas de poser les lèvres sur ses courbes graciles, si bien que j'ai acquis une certitude à son sujet : elle a manifestement dévoré des tonnes de carottes durant sa jeunesse pour avoir ces jolies fesses aussi délicieusement roses.

Entre deux escarmouches de nos papilles, cependant, nous flânons souvent sous le feuillage un brin rabougri que nous offrent les arbres disséminés dans le parc. Afin d'éviter tout souci, ma toubib m'a présenté aux gardes qui patrouillent au cœur des allées, et je suis rapidement devenu « persona grata ». Bien entendu, ils ignorent tout de l'énergumène qui leur cause, car j'ai adopté l'apparence et les excellentes manières d'un brave citoyen habitué à fréquenter le gotha. Inutile de leur confier que mon véritable gagne-pain est de détrousser d'honnêtes bateaux marchands et que j'ai jeté à la mer plus d'un vertueux marin cherchant à contrecarrer les plans de notre capitaine ! Notre version est donc la suivante : je suis tout simplement un cartographe chevronné, issu de l'Académie de Lorgol. Étant donné qu'il s'agit là d'un métier encore méconnu, ce pieux mensonge nous évite un tas de questions indiscrètes qui nous plongeraient, ma Samy et moi, dans le plus cruel des embarras. Seule la princesse Sixtine pourrait éventuellement disposer de quelques renseignements assez évasifs à mon sujet, si elle s'est interrogée à propos du grand gaillard qui serrait de près son amie Siméane lors des récentes festivités en l'honneur de la jeune Impératrice Chimène, mais ce n'est pas une certitude. Et d'ailleurs je ne vois pas pour quelle raison elle nous créerait des problèmes, compte tenu de l'amitié qui la lie à ma toubib.

Quelques griffons survolent lentement les jardins, et j'entraîne ma compagne sous une tonnelle joliment décorée qui nous protégera de leurs éventuels regards. Un banc nous y attendait, et nous y serons tranquilles pour papoter de tout et de rien. Je ne suis pas impressionnable, je me targue même de n'éprouver que du mépris pour ce soi-disant gratin qui dirige le monde, mais j'angoisse un tantinet à l'idée de rencontrer cette Sixtine. Est-elle une pécore capricieuse et hautaine, ou bien est-elle sociable et aisément abordable ? A t-elle de l'humour ? Bref, comment se déroulera l'entretien programmé ? A mots voilés, j'interroge la plus merveilleuse toubib de la terre, ne désirant nullement paraître inquiet à ses yeux. Parle-moi d'elle, ma chérie. Je veux tout savoir. Tu crois que nous allons nous entendre, elle et moi ?  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptyVen 11 Mar - 17:36



Revenir à Ibelin avec Ismaïl n'était pas prévu, ni même imaginable, il y a une semaine. Si notre rapprochement soudain était sans doute inévitable, et peut-être évident pour nos proches, il ne l'était pas pour moi. Pourtant notre belle amitié s'est épanouie pendant ces cinq dernières années au gré de nos rencontres épisodiques à Lorgol, et de nos nombreuses missives. Mon coeur était partagé, et peut-être aussi trop accaparé par mes désirs de vengeance, Ismaïl était devenu un ami très cher, il me manquait beaucoup lorsque nous étions séparés, mais j'avais trop peur de perdre notre complicité dans une relation amoureuse. Manifestement je me trompais. À nos discussions animées s'ajoutent désormais la tendresse passionnée de nos étreintes, de nos baisers, et je reconnais que c'est tout à fait plaisant, grisant.

Seule ombre au tableau idyllique de notre amour, cette addiction pour l'alcool qui détruit sa santé ainsi que ses relations avec l'équipage de l'Audacia. Nous en avons déjà beaucoup parlé, nous nous sommes aussi disputés à ce sujet, et les efforts d'Ismaïl sont restés vains. Mais cette fois pas question de flancher ! L'Audacia est à quai pour quelques semaines encore, et j'espère que le sevrage se fera sans trop de heurts cette fois-ci. Je m'y emploierai de toutes mes forces, de tout mon savoir, je ne supporterai pas de le voir se détruire, ni de le perdre …

Nous nous sommes arrangés avec les gardes pour qu'Ismaïl soit connu comme mon invité, sans apporter plus de précisions. Les commérages iront sans doute bon train, mais après tout je ne suis que le médecin de la Cour et ils s'apaiseront vite. Nos journées sont occupées de façon à ce que mon pirate ne pense pas trop à boire, j'ai banni le rhum, et caché soigneusement mes réserves d'alcool destinées aux soins, ou à la fabrication de potions. Et jusqu'à présent, malgré quelques sautes d'humeur, quelques douleurs abdominales, il semble tenir le coup.

Notre promenade d'aujourd'hui nous a menés jusqu'à une petite tonnelle, sous laquelle nous avons l'habitude de nous asseoir et de bavarder, de refaire le monde, ou bien d'essayer d'envisager l'avenir, notre avenir. Mais aujourd'hui, je devine à ses silences que quelque chose tracasse Ismaïl, et lorsqu'il finit par me révéler ses inquiétudes, je lui souris affectueusement, enferme ses grandes mains dans les miennes, ravie de pouvoir le rassurer :

- Tu sais, Ismaïl, la Princesse Sixtine est une femme très abordable et sympathique. Même si elle a un certain goût pour le pouvoir, elle parle, mange et dort comme toi et moi, mon amour. Je l'aime beaucoup, elle est intelligente et très courageuse … Son père ne la considère que comme une jolie poupée à marier, mais elle est - et de très loin, - bien plus que cela. J'espère qu'un jour il s'en rendra compte, elle a une volonté de fer. Tu ne vas d'ailleurs pas tarder à t'en apercevoir, il est temps de rentrer. Elle a dit qu'elle passerait en début d'après-midi.

Le soleil est haut dans le ciel d'hiver qui s'habille d'un bleu pur aujourd'hui. D'élégants griffons et leurs Voltigeurs le traversent, affairés à la protection du Palais. En observant leurs évolutions, j'ai une pensée amicale pour Marianne et Grâce, et leurs deux compagnons ailés. J'espère que tout va bien pour elles, et que je les reverrai bientôt …
Nous voici dans ma petite maison, j'ai préparé quelques bandes et pansements pour les exercices que je souhaite pratiquer avec Sixtine. Son intention est louable, même si panser des blessés est une toute petite partie de leurs soins, ainsi elle ne se sentira pas inutile, si jamais un conflit éclatait entre Ibélène et Faërie, ce qui serait un véritable désastre. Qu'Argon, dans sa sagesse, veille sur les décisions de nos souverains et les guide vers la paix …

- Voilà tout est prêt pour la leçon de la Princesse, et toi Ismaïl, tu es prêt à servir de cobaye ? Je sens que cet après- midi va être des plus amusants.
Je l'enlace tendrement pour un dernier baiser avant l'arrivée de notre invitée, et j'ajoute en souriant :
-  Anzaplasthe, l’Apaisant nous guidera dans nos exercices, et nul doute que Sixtine apprendra vite !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptyVen 11 Mar - 19:56

Sixtine avait enfilé sa plus simple robe bleu marine, elle était d’ailleurs si simple qu’elle la faisait presque passer pour une servant, elle avait attaché ses cheveux en un chignon strict pour se donner une allure professionnelle et sérieuse. Elle ne voulait surtout pas décevoir Siméane sa seule amie à la cour avec Lucia. Elle voulait montrer à quel point elle pouvait se montrer adulte et responsable. Pas de maquillage sur son visage, dieu comme cela la rajeunissait on aurait dit une adolescente, son visage rond, ses yeux bruns de biche, sa bouche pulpeuse tous en elle évoquait une certaine candeur quand elle ne se fardait pas, elle ne faisait pas ses 20 ans.
 
Lucia l’accompagnait elle aussi sobrement habillée d’une robe brune encore plus misérable et d’une cape, ses long cheveux blond la rendait immanquable elle était obligée de les cacher. Heureusement elles n’avaient pas à sortir du palais sinon elle aurait dû subir une escorte de garde toute entière. Elle aimait cela quand elle devait faire une démonstration de pouvoir, mais quand elle voulait voir une amie ce n’était vraiment pas nécessaire. Le dispensaire de son amie n’était pas loin des appartements royaux en cas ou une urgence se présentaient. La santé de la famille impériale était une priorité.
 
Quand elle arriva elle respira un bon coup et toqua, on lui ordonna d’entrer et elle entra. Très vite elle vit Siméane qu’elle serra dans ses bras et entrevit un parfait inconnu, probablement leur cobaye. La Princesse Sixtine tendit sa main afin qu’il lui fasse un baisemain, elle n’avait pas encore remarqué l’odeur d’alcool du pirate.
 
- Princesse Sixtine, voici Lucia ma suivante et tendre amie, fit-elle en présentant la sublime blonde qui calmement retirait sa cape, ses yeux turquoise transpercèrent le pirate et elle tendit sa main presqu’à regret.
 
Sixtine n’était pas aussi regardante, elle était très pressée d’apprendre, elle eut un sourire sincère et se tourna vers Siméane.
 
- Merci encore de bien vouloir me dispenser un peu de tes connaissances et merci à vous de m’aider. Quel est votre nom ? demanda-t-elle à Ismaël.
 
Lucia resta dans un coin, laissant son amie à ses occupations excentriques, elle avait l’habitude. Sixtine voulait tout savoir et tout apprendre afin de se montrer la plus digne à régner, elle n’était pas idiote, elle voyait bien l’ambition de son amie.
 

HRP : Désolée c’est court mais je reprend.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptySam 12 Mar - 18:06




Ma toubib préférée me dresse donc un tableau flatteur de la princesse Sixtine, un tableau qui me rassérène un tantinet mais excite encore davantage ma curiosité. Certes, j'ai croisé sa prestigieuse amie lors des festivités organisées en l'honneur de la jeune Impératrice Chimène, mais, mêlé de près à la confusion générale orchestrée par cette inénarrable Alméïde d'Erebor, endossant le rôle de pourvoyeuse de serpents, je n'ai pas eu l'occasion de l'observer vraiment, et son image n'est qu'évanescence au fond de ma caboche.

J'ai donc accepté de confier mon corps de fieffée canaille à la virtuosité des douces menottes blanches de ma Samy et aux premiers essais thérapeutiques de son acolyte, la princesse Sixtine. Voilà, en gros, comment j'imagine la scène : un brave pirate – moi – servant de spécimen unique, saucissonné de la tête aux pieds par cent rouleaux de bandages, pansements, compresses et tout ce qui s'ensuit, et, à ses côtés, deux coquines qui s'amusent à ses dépens. Sympa, non ? Cependant, je me fourre peut-être le doigt dans l’œil jusqu'à l'oigne ! Il est possible que cette séance soit infiniment sérieuse et même mortellement ennuyeuse. Cela ne dépend pas de moi. Qui vivra verra.

Une double surprise m'attendait lorsque la confidente et amie de ma toubib pénètre dans son cabinet. Tout d'abord elle n'est pas seule. Une jolie blonde l'accompagne, qu'elle nous présente comme sa suivante, une dénommée Lucia. Une troisième coquine préposée à l'emballage du fier pirate ? Non, apparemment ce ne sera pas le cas, car le regard qu'elle pose sur moi n'est guère complaisant. Je suis pourtant mignon dans mes fringues de gentilhomme, et j'ai adopté l'air sérieux et digne d'un respectable amant d'une honorable érudite. Bref, je ne cherche pas à comprendre ses raisons. Si ma tronche ne lui revient pas, elle peut passer son temps à compter les éprouvettes alignées dans l'officine de mon illustre professeur Samy. Ça l'occupera un moment.

Ma seconde surprise est la tenue de la princesse. Un chignon sévère, une toilette très stricte, presque trop simple, aucun fard sur sa jolie frimousse. J'en suis étonné, même s'il est vrai que les appartements de la mignonne sont à deux pas et qu'elle n'a pas dû quitter le somptueux palais. Peut-être a t-elle décidé d'abandonner tous les artifices de beauté pour paraître plus impliquée par la tâche qu'elle s'impose ?  Si tel est le cas, c'est là une preuve de sagesse et de maturité. Même si, comme tout mâle qui se respecte, je suis plutôt partisan des riches parures et des éblouissantes garde-robes aux décolletés aussi profonds que les insondables abysses sous-marins.

Je ne suis pas un habitué du baise-main, lequel est, comme vous pouvez l'imaginer, peu pratiqué dans les infâmes gargotes de Lorgol, mais je ne vais pas créer un incident ou un malaise en refusant de léchouiller la menotte de Sixtine. Par contre, Lucia peut aller se brosser, jamais je ne lui bécoterai les doigts, je préférerais plutôt lécher le derrière d'un pourceau. Je tourne donc ostensiblement le dos à la blondasse afin de dévisager la princesse et de lui répondre.
- Je me nomme Ismaïl de l'Ancre, cartographe issu de l'Académie de Lorgol. Pour vous servir, princesse ... ajouté-je en effectuant une petite courbette. Inutile de préciser devant elle que je n'ai pas terminé mon cycle d'études, que je ne fréquente que des gueux et des flibustiers, et que j'éprouve beaucoup de mal à vaincre ma dépendance à l'alcool, ce triple aveu risquerait de nuire à la réputation de ma Samy d'amour.

Plutôt satisfait par ce joli préambule, je m'apprête à poursuivre. Cependant, sans le moindre avertissement, un large sourire s'échappe du plus profond de ma grande carcasse et s'en vient orner mes lèvres. Oups, je sens que je vais énoncer une ânerie, mais je ne puis m'en empêcher, c'est plus fort que moi.
- Mon corps tout entier est à votre disposition. Usez-en à votre guise, princesse ...

Je me tourne aussitôt vers ma toubib, et je l'interroge du regard. J'ai gaffé ou bien c'est pas trop grave ?



Dernière édition par Ismaïl de l'Ancre le Mer 23 Mar - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptyMer 23 Mar - 10:13


L'exactitude est la politesse des rois mais aussi des princesses : Sixtine est ponctuelle comme à son habitude, du moins avec moi. Je lui offre un sourire approbateur en découvrant sa robe toute simple, et son visage exempt de tout apprêt, toutes les ruses sont bonnes pour s'échapper du Palais sans se faire remarquer, et nos activités nécessite une tenue confortable. Je lui rends son accolade avec chaleur, et salue plus froidement sa dame de compagnie, Lucia, que je n'apprécie guère. Il semble que sa beauté est aussi glacée que son humeur, surtout envers Ismaïl. Ce qui m'irrite au plus au point, mais je ne veux pas gâcher cet après-midi de travail à cause de cette pimbêche. Personne ne sait à Ibelin, qu'Ismaïl est un membre actif du Pavillon Noir, ni que je ne dis jamais non lorsque l'Audacia a besoin d'un médecin. Bien sûr, il n'est pas de la noblesse, mais son coeur est certainement plus noble que celui de cette Lucia …

La réaction d'Ismaïl ne se fait pas attendre, il ignore superbement la jeune femme qui s'isole au fond de la pièce, dans un fauteuil. Le visage fermé, elle se désintéresse de ce qui va suivre, et cela m'arrange bien. Quant à mon pirate, il ne peut s'empêcher de faire le pitre ... Et de s'en mordre les doigts ensuite … Je lui lance un regard rassurant, souriant au double sens de sa phrase :

- J'ai bien l'impression que cet après-midi risque d'être mémorable, Sixtine ! L'humour d'Ismaïl est sans égal, mais s'il dit trop de bêtises, j'ai de quoi le faire taire dans cette corbeille, n'est-ce pas mon cher ami ?
Je dépose sur la table un panier rempli de bandes de tissu de toutes tailles, ainsi que des carrés d'étoffe que j'ai découpés à l'intention de la Princesse. Cependant je me dois d'être honnête envers mon amie :

- Sixtine, vous vous doutez bien que vous n'apprendrez pas l'art des pansements en quelques heures. Mais je vais tenter de vous en expliquer les rudiments cet après-midi. Je suis certaine que votre esprit vif en retiendra le maximum. Si vous avez la moindre question, n'hésitez surtout pas, et puis nous pourrons nous revoir quand vous le désirerez pour approfondir vos connaissances.
Instinctivement j'ai adopté le vouvoiement en présence de Lucia, alors que lorsque nous sommes seules, nous nous tutoyons. Ce que les convenances peuvent se révéler pesantes, parfois !

- Par chance, je n'ai jamais eu à soigner des soldats blessés lors d'un conflit, mais à Lorgol, j'ai eu mon lot de blessures à l'arme blanche en tous genres, de membres cassés ou bien simplement tordus, de bosses …
Tout en parlant, je saisis une bande assez longue, dont je fais un petit rouleau entre mes doigts, afin de la poser plus facilement ensuite, et je fais de même avec une deuxième que je tends à la princesse.

- Ce que vous devez garder à l'esprit, Sixtine, c'est que toute lésion nécessite un nettoyage et une désinfection avec l'alcool que vous aurez sous la main, peu importe lequel du moment qu'il est fort. Il évitera les infections. Bien entendu, si c'est une simple entaille vous pourrez le faire vous-même, sinon il faudra laisser la place à une personne plus qualifiée … Ensuite, il faut protéger cette blessure et c'est là que les bras d'Ismaïl vont nous être utiles.  
De la main, j'invite mon tendre pirate à s'asseoir sur la chaise que nous avons préparée à cet effet tout à l'heure :

- Tu veux bien retirer ta veste et remonter bien haut les manches de ta chemise, Ismaïl, nous allons commencer par une plaie toute simple à l'avant-bras.
J'attrape deux carrés qui vont me servir à presser la plaie en cas d'hémorragie, ce que j'explique rapidement à Sixtine, puis j'en pose un sur le bras tendu d'Ismaïl, faisant mine d'appuyer sur la coupure imaginaire.

- Voilà, première étape, vous pouvez vous exercer sur l'autre bras, Sixtine, et toi Ismaïl, sois bien sage ! Tu nous as autorisées à user de ton corps comme bon nous semble, alors laisse-nous oeuvrer !
La situation pourrait vite dégénérer en tendre escarmouche, si nous étions seuls. Le caractère coquin d'Ismaïl est contagieux, à son contact, je me suis découverte plus taquine également. Et je ne me gêne pas pour le titiller un peu, profitant de l'immunité que me procure la présence de la Princesse. Plus l'atmosphère sera détendue, plus nous progresserons agréablement, même si la blonde Lucia nous observe d'un air hautain.

Je suis attentivement les mains de Sixtine, prête à la corriger ou bien à répondre à ses interrogations. Va-t-elle prendre un carré d'étoffe et tenter de réaliser un pansement sur le bras de cet inconnu qu'est Ismaïl ? Ou bien est-ce déjà trop inconvenant ? Les règles de bienséance sont bannies en temps de guerre, et je suis certaine que Sixtine en est pleinement consciente ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. EmptyMar 26 Juil - 20:22

RP non recensé dans la chronologie, j'archive !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.   La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Princesse, la Guérisseuse et ... la Momie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: