AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Enceinte connectée Amazon Echo (3ème génération) avec Alexa
69.99 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 La ronde-bosse de Mélusine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptyDim 10 Juin - 1:39


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Narcisse de Croquelune & Mélusine de Sylvamir

La ronde-bosse de Mélusine

"Chaque voyage est le rêve d’une nouvelle naissance" - Jean Royer



• Date : 22 mai 1003
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Une commande passée il y a de cela plusieurs mois. Une noble dame enceinte, désireuse de se faire représenter le ventre rond. Forcément, le projet a particulièrement intéressé Narcisse, qui se rend donc à l'hôtel de Sylvamir à Svaljärd pour honorer la requête de Mélusine.
• Recensement :
Code:
• [b]22 mai 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3814-la-ronde-bosse-de-melusine]La ronde-bosse de Mélusine[/url] - [i]Narcisse de Croquelune & Mélusine de Sylvamir[/i]
Une commande passée il y a de cela plusieurs mois. Une noble dame enceinte, désireuse de se faire représenter le ventre rond. Forcément, le projet a particulièrement intéressé Narcisse, qui se rend donc à l'hôtel de Sylvamir à Svaljärd pour honorer la requête de Mélusine.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptyDim 10 Juin - 6:03

Le contact avait été pris il y a quelques mois déjà. En vérité, dès lors que Mélusine avait appris sa grossesse, s’il ne faisait pas erreur. Le projet n’avait pu qu’emballer alors le Croquelune, forcément. L’opportunité de graver dans le marbre les contours d’une femme enceinte, voilà qui n’était pas donné tous les jours. Intérêt qui redoublait encore sur le fait qu’il s’agissait de Mélusine de Sylvamir, bien entendu. Des mois s’étaient donc écoulés, le temps que ce ventre s’arrondisse. Entre temps, toutes les dispositions nécessaires avaient été prises. Et l’on pouvait dire que la marquise ne lésinait pas sur les moyens lorsqu’elle désirait quelque chose… Son matériel et lui rejoindraient donc l’hôtel de Sylvamir à Svaljärd grâce au mage des portails personnel de la dame – comment avait-elle donc fait pour en réobtenir un si vite après la trêve ? Diantre, il ne manquerait pas de le lui demander – tandis qu’un voyage en griffon lui avait été proposé pour le retour… « Les petits plats dans les grands », comme on dit !

Le jour par contre, c’était Narcisse qui en avait décidé sur base du créneau présenté. Il avait souhaité en effet passer son anniversaire sur ses terres, et se réserver quelques jours ensuite afin de pouvoir s’en remettre. Et dire qu’au final, il avait failli oublier son propre jour de naissance… Finalement, c’était par un présent de son duc qu’il avait fini par en prendre conscience, et… ah, quel cadeau ! Pas sûr que celui qu’il avait eu avait réellement été ainsi destiné, mais bon, dans la vie il fallait savoir saisir les occasions, non ? Bref ! L’on pourrait dire du moins que ces « petites festivités improvisées » avaient su le mettre d’assez bonnes dispositions, et ce fut donc un Narcisse sifflotant qui franchit le portail pour se retrouver soudainement en le duché voisin, un majordome s’inclinant déjà pour le saluer alors que derrière lui, des serviteurs suivaient avec tout le matériel qui lui serait nécessaire – ou pas, mieux valait prendre trop que pas assez, le tout était défrayé de toute  manière – et tout notamment le bloc de marbre qui servirait à représenter la Cielsombroise.

Sans trop perdre de temps, la salle qui lui servirait d’atelier leur fut indiquée afin de pouvoir y entreposer matériel et matières premières, procession que le marquis suivit tout en donnant ses directives. Ses effets personnels quant à eux furent menés à ce qui seraient ses appartements, mais qu’il n’était pas vraiment pressé de découvrir. Ce qui le souciait plus, c’était cet atelier qu’il désirait visiter et organiser au plus vite. Manière également de s’imprégner de l’endroit, où il devrait bien prendre ses aises s’il souhaitait y pratiquer son art dans les meilleurs conditions. D’ailleurs… s’il devait y agir « comme chez lui », il commencerait donc par s’approcher d’une fenêtre, qu’il entr’ouvrirait.

La vue forcément n’avait rien de comparable avec ce dont il était coutumier. S’en sent même une sensation désagréable lui remontant l’épine dorsale jusqu’à l’échine. Ses mâchoires qui se contractent doucement, une moue qui s’accapare de son visage. Plouf, sa bonne humeur qui s’éclipsait soudainement, comme cela arrivait souvent. Une pensée pour son épouse – ce qui arrivait encore plus souvent – comme il se rendit compte qu’elle avait vécu ici enfant. Oui, le moment était bien choisi de prendre ses aises, en effet… Narcisse sort sa pipe, sa blague, dans laquelle il pioche afin de remplir la première. Son mélange personnel, qu’il s’empressa d’allumer et d’en prendre quelques bouffées nerveuses, commençant déjà à l’apaiser quelque peu… Il ignorait si Mélusine le rejoindrait, ou le ferait mander. S’il la verrait aujourd’hui déjà ou plus tard, lorsque tout serait installé. Si cela avait été dit par le majordome, eh bien, il n’y avait tout simplement pas pris garde, son attention aussi changeante que son humeur. Boh… après tout, il n’y avait pas à s’inquiéter. Suffisait à présent d’attendre et voir...
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptyLun 25 Juin - 23:51

L’idée était venue assez tôt après la naissance de Meldred, qui avait laissé le couple Sylvamir encore tremblant d’une frayeur rétrospective, tant le bain de sang avait manqué de peu faucher la vie de la baronne. Dans le secret de l’esprit de Mélusine, un projet un peu ambitieux, un peu fou, comme le sont souvent les lubies de Sombreciel : un témoignage de la femme qu’elle était, un souvenir d’elle dans la gloire de sa maternité, rayonnante de la promesse d’une vie grandissant en elle – quelque chose qui permettrait à Hiémain de se rappeler de son épouse, si jamais quelque chose devait lui arriver. Elle a longtemps réfléchi : que choisir, comme support ? Elle a hésité quelques semaines, envisageant un portrait d’elle en pied, réalisé par l’un de ces maîtres des arts que l’on trouve dans son duché de naissance ; mais une part d’elle sait que Hiémain ne serait pas nécessairement réceptif au talent des Cielsombrois lorsqu’il s’agit de manier la palette et le pinceau.

C’est la charmante Sonjä qui lui a donné l’idée finale, tandis qu’elle séjournait à Sylvamir quelques jours pour câliner le petit Meldred : l’art de Valkyrion réside dans le granit et dans la pierre, ce qui n’est pas pour déplaire à la marquise de Sinsarelle dont le domaine est perché dans le roc d’Erebor ; alors pourquoi ne pas commander une statue… ? Plus délicate à réaliser qu’un portait, il est vrai ; mais nettement plus kyréenne dans l’essence ! Ravie de la proposition, Mélusine avait chaudement remercié sa cousine par alliance, avant de lui faire jurer le secret ; puis elle avait attendu, patiemment, le jour où de nouveau son ventre s’arrondirait joliment sous la poussée fragile d’une vie en devenir. Le jour avait fini par arriver ; et fin mars, Mélusine s’adressait à la Guilde de la Pierre pour obtenir les noms des sculpteurs de renom. Son choix s’était finalement porté sur un Cielsombrois dont la réputation était parvenue jusqu’à elle : prévoyant un chef d’œuvre apte à choquer ses harpies de parentes par alliance, c’est nue qu’elle se ferait sculpter, et qui mieux que Narcisse de Croquelune pour la rendre éternelle ?

Un échange de courrier intensif s’ensuivit ; jusqu’à la prise de rendez-vous deux grands mois plus tard. Mélusine serait alors à quelques semaines de son terme, et encore suffisamment mobile pour supporter les séances de pose nécessaires à la réalisation de l’œuvre. Et le jour dit est arrivé : portaillant depuis Sombreciel, l’artiste ne devrait plus tarder, et la baronne a hâte de faire formellement sa connaissance. Hiémain appréciera-t-il la surprise, une fois la statue achevée ? L’avenir le dira – elle, en tout cas, prendra plaisir à poser pour les mains expertes du sculpteur. « Madame la baronne, votre invité est arrivé. » Abruptement tirée de ses pensées, Mélusine adresse un sourire ravi à son majordome, avant de rejoindre à grands pas guillerets le salon où l’on a fait patienter le seigneur de Croquelune.

« Messire, je vous remercie d’avoir pris la peine de vous déplacer jusqu’ici pour vous plier à mon caprice. Soyez le bienvenu en la demeure de Sylvamir – je suis Mélusine, et honorée de vous rencontrer enfin. » sourit-elle, chaleureuse et avenante comme sa mère le lui a enseigné, bien plus que les Kyréens toujours si dignement réservés. Cela sera peut-être un défi, pour l’artiste, de parvenir à restituer sa flamme intérieure dans la froideur de la pierre, ce brasier très erebien lové sous les excès d’un caractère typiquement cielsombrois ; mais si quelqu’un en est capable, la rumeur prétend que ce serait celui-là.











Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptySam 7 Juil - 10:55

Narcisse n’avait profité bien longtemps des vapeurs apaisantes de sa fumée. Assez toutefois que pour se détendre un peu et donner quelques directives quant à la disposition de ce qui lui servirait d’atelier. En effet, après quelques minutes, le majordome était venu lui rappeler qu’il était attendu en un salon afin de pouvoir rencontrer la commanditaire. Aussi à regret déposa-t-il sa pipe – il n’en aurait sans doute pas l’usage devant une femme enceinte – et suivi le domestique. Ce dernier n’avait d’ailleurs bien sûr rien montré de s’il avait été agacé de devoir rappeler l’artiste à l’ordre ou non. Évident en une telle maison que le personnel ne se laisserait pas aller à pareille démonstration, mais le marquis y trouva là matière à sourire, à se demander s’il était déjà parvenu à se faire mal voir du domestique ou non.

À ces pensées ainsi que d’autres, multiples et un brin chaotiques, la statuaire fut donc mené au salon où avait été préparés quelques rafraîchissements. Voilà qui tombait bien, et qui lui éviterait d’avoir la bouche par trop pâteuse lorsque la maîtresse des lieux viendrait à le rejoindre. Bientôt, selon ce qui lui avait été communiqué. Et en effet, il ne tarda pas avant que la porte ne fut poussée par une des jumelles de Séverac. Narcisse n’avait jamais été le plus mêlé aux affaires importantes de son duché, loin de là, mais il lui était tout de même arrivé quelques fois d’être présent – « participer » était souvent un grand mot pour lui, outre concernant son goût des bonnes choses – à quelques festivités de la cour d’Euphoria, d’Ibelin, et même aussi loin qu’Alfaë il y a quelques années de cela. Aussi, bien sûr, Mélusine avait déjà pu être aperçue, bien que ce serait ici la première fois qu’ils s’adresseraient réellement la parole.

Aussi lorsqu’elle vint illuminer l’endroit de sa présence et de son sourire radieux, Narcisse passa son bras gauche à plat dans son dos et s’inclina, alors que sa dextre vient délicatement saisir sa main et respectueusement à peine effleurer ses doigts de ses lèvres. Courtoisement, sans qu’il n’y ait là aucun jeu de séduction – une dame mariée et enceinte en la demeure de son époux, tout de même, même lui avait ses limites – avant de se redresser en lui rendant pareil sourire au sien. D’un mouvement de tête, le marquis débarrasse son visage de sa crinière qu’il n’avait pris la peine de dompter d’un catogan comme il s’en donnait parfois la peine lors de pareilles circonstances.
- Narcisse de Croquelune, comme vous vous en doutez. Tout le plaisir et l’honneur sont pour moi, soyez-en assurée !
Il esquisse un sourire, la scrute un instant. Le Croquelune aime à observer, aussi la détaille-t-il un peu du regard, une part de son esprit à l’œuvre déjà.
- Pour être honnête, il se trouve que votre « caprice » tel que vous l’appelez a su parfaitement captiver mon intérêt. Votre demande est quelque chose de rare, et tout ce qui est rare a de la valeur, n’est-ce pas ? Considérez donc que ce projet en a beaucoup à mes yeux. Souhaitez-vous peut-être que je vous entretienne d’ores et déjà de la marche à suivre que j’appliquerai, ou bien préférez-vous que nous prenions tout d’abord le temps de faire plus ample connaissance afin de savoir si les convenances à base de « un honneur », « enchanté » ou « ravi » s’avéreront ici ?
Son sourire s’étend quelque peu, très brièvement.
- Certaines personnes sont plus à l’aise lorsqu’elles connaissent un minimum l’artiste au moment de poser… de la manière dont vous le souhaitez. D’autres préfèrent l’anonymat, que je leur sois le plus étranger possible. J’ignore encore de quelle catégorie vous pourriez faire partie, même si vous me donnez l’impression en l’instant qu’aucune des deux situations ne saurait vous déstabiliser...
Ses herbes avaient le mérite de le rendre loquace, dès lors que la dose consommée ne virait pas à l’abus. Il le sait, et en pinçant un peu les lèvres, cassant un peu un nouveau sourire, Narcisse se retient d’en rajouter pour l’heure. Sa coupe portée à sa bouche fera bien l’affaire pour tenir sa langue occupée quelques instants, qu’il lui soit donné l’heur de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptyMar 24 Juil - 13:23

Narcisse s’incline, Narcisse babille, s’envolant dans ces circonvolutions discursives dont les Cielsombrois sont particulièrement friands. Il y a quelque chose dans ses manières qui rappelle un peu Castiel à Mélusine, et elle ne peut empêcher un sourire amusé de fleurir sur ses lèvres. Son frère adoptif n’a rien d’un artiste, c’est sûr ; mais cette loquace volubilité typique de certaines herbes de Sombreciel ne peut être niée. Peu importe, au final, que le sculpteur soit sous l’influence de quelques-unes des spécialités de leur terre natale, tant qu’il est capable de la sculpter comme elle l’entend. D’un geste de la main, elle l’invite à prendre place dans l’un des fauteuils confortables de la pièce, avant de s’enfoncer elle-même dans un canapé moelleux dont elle ne saura vraisemblablement pas s’extraire seule plus tard, au vu de l’embonpoint douillet qui encombre sa taille.

« Messire, vous allez me sculpter si peu vêtue que je serai à peu près nue sous vos yeux – soyez assuré que je n’en suis nullement gênée, j’ai déjà fait… bien pire, dans ma folle jeunesse. » Un petit rire amusé lui échappe au souvenir des célèbres frasques de la plus tapageuse des jumelles de Séverac, et elle est à peu près certaine que l’artiste qui lui fait face en a eus quelques échos en son temps. « Voyez-vous, mon époux est sénéchal de la couronne de Valkyrion, et la hauteur de ses fonctions le garde parfois bien loin de notre foyer, sur des périodes assez prolongées. Qu’il s’agisse de notre baronnie kyréenne de Sylvamir, de notre marquisat erebien de Sinsarelle, voire de notre logis seigneurial en notre tour à Lorgol, nous sommes souvent séparés ; et je tiens à ce que cette sculpture lui rappelle son épouse et ses enfants, lorsque je suis loin de lui. Nos enfants grandiront, mais la grossesse a toujours le même aspect ; aussi, c’est cette promesse de vie que je voudrais vous voir représenter. » Elle rassemble un instant ses pensées – il y a tant de niveaux de signification dans cette œuvre qu’elle commande, qu’il lui faut bien peser ses mots.

« Lorsqu’il la regardera, je veux qu’il se souvienne des efforts consentis pour nous construire ce foyer à deux, en dépit des harpies de sa parentèle, en dépit de ma réputation plus que discutable. Je veux qu’il voie dans cette sculpture la femme qu’il a su découvrir sous les scandales et les ragots : une femme qui l’aime, plus que tout le reste, et qui se considère plus qu’honorée de porter sa descendance. Je veux qu’il y voie la Cielsombroise éprise de liberté et amoureuse de l’aventure qu’il a rencontrée à Lorgol ; et je veux aussi qu’il y trouve la jeune fille capricieuse et égoïste de naguère, qui a ouvert son corps et son âme à Rhéa de Sombreciel pour héberger en elle l’essence du Fou Noir de la Rose Écarlate, pendant dix années, et qui ce faisant a appris à servir et à protéger. Lui-même était l’écrin du Roi Blanc, comme vous le savez sûrement. » L’identité des pièces a fait le tour du continent ; et la quantité de Séverac et affiliés en son sein a certainement agité les commérages et les bruits de couloir. « En fait, sire Croquelune, je souhaite que votre statue représente toutes les femmes qui se cachent derrière mon visage : l’épouse, la mère, l’amante, la protectrice, la combattante. Vous sentez-vous en mesure de l’accomplir ? »











Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptyLun 6 Aoû - 9:20

La réponse tomba, et comme Narcisse l’avait estimé, mieux le connaître ou non ne changerait rien pour elle. Cela bien sûr fait s’étirer ses lèvres alors qu’il s’installe comme elle le lui avait indiqué. À lui de l’écouter désormais, lui faisant se demander avec amusement qui des deux pouvait être le plus loquace au final. Cependant, les réponses lui plaisent. Une certaine spontanéité apaisée qui laisse en effet entrevoir celle que Mélusine avait pu être d’antan, avec mariage et grossesse. Mentalement, il fait déjà le tri entre les diverses informations dont elle le pourvoit. Ce qu’il retient, c’est la dualité que la Sylvamir souhaite exprimer. Un tempérament de braises couvant sous les cendres de la maturité acquise par l’amour et les responsabilités. Un cocktail du nuances, néanmoins aiguillées par ces deux pôles majeurs. Tout le reste n’est que détails, pour le marquis qui opine, comprenant bien ce qui lui était ici demandé.
- Eh bien… si je n’étais pas en mesure de réaliser votre demande, serais-je actuellement en train de deviser avec la célèbre Mélusine de Sylvamir ?
Le Croquelune laisse un instant l’argument en suspens. Oh oui, certes, il était Cielsombrois, ce qui avait pu jouer dans la décision de l’engager. Le fait d’avoir ces origines partagées avait en effet son importance, surtout compte-tenu du caractère sulfureux de la commande. Mais sans la réputation d’un talent suffisant, cela n’aurait pas suffit. S’il avait demeuré un doute, il y aurait eu des entretiens préalables, présentations de sculptures afin de démontrer par l’échantillon de quoi il pouvait être capable… Alors, sans cela, sa notoriété avait dû faire le travail pour la convaincre de faire appel à lui, ou tout du moins se montrer suffisante pour qu’elle soit prête à faire ce pari coûteux.
- Le fait est que je suis bien mal placé pour faire état de mon propre talent. Si je vous affirme sans ciller que je suis l’artiste qu’il vous faut, cela ferait sans doute de moi un homme trop imbu de lui même, dépourvu de modestie. Si je vous exprimais quelconque doute quant à mes capacités, ce serait ma foi assez contre-productif pour cette… hmm… collaboration que nous nous apprêtons à concrétiser. Le plus simple serait sans doute d’en rester sur ma précédente réponse. Mais…
Narcisse se lève, manifestement amusé, effectuant quelques pas avant de se tourner vers elle à nouveau.
- Je suis l’artiste qu’il vous faut. S’il en existe un capable de combler vos attentes, c’est moi et moi seul. Non seulement car je suis techniquement irréprochable, mais aussi parce que je suis celui qui pourrait le mieux sentir et exprimer votre dualité. Je sais les volcans et les lacs apaisés. Je sais la foudre et la douce brise. Je sais les braises et la brume, le soleil indomptable et la fraîcheur de la pluie une nuit d’été.
Bon, oui, d’accord, Narcisse parlait trop. Paraissait beaucoup aimer le son de sa voix, jubilant presque avant de conclure.
- Enfin… c’est soit ça, soit mon sang lagran qui prend le dessus. D’après vous, était-ce assez convaincant ?
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptyMar 2 Oct - 20:51

Ce qu’elle demande est complexe, Mélusine en a parfaitement conscience – non pas une simple représentation, une image extérieure et lisse véhiculant simplement l’apparence de ses traits et de sa personne ; mais le vivant témoignage de tout ce qu’elle est, de la somme de son être, la tournure de son esprit et la profondeur de ses serments. Tout ce qui fait d’elle Mélusine. Toutes les couches de sa personnalité, toutes les facettes de son caractère, tout autant ses forces que ses faiblesses, ses défauts que ses qualités, ses plus grandes peurs, et les plus sacrées de ses valeurs. Est-il seulement possible de distiller tout cela dans une sculpture, par nature statique et solennelle ? Existe-t-il vraiment un artiste capable de conjuguer ces multiples filigranes pour en extraire l’essence première de son âme, et la restituer entière et inchangée ?

Si un tel artiste existe, Narcisse de Croquelune est sûrement celui-là, et l’entendre le lui confirmer tire un sourire amusé à la baronne. Il y a dans son le discours qu’il lui sert cette insupportable saveur lagrane qu’elle en est venue à abhorrer tant elle lui rappelle Denys du Lierre-Réal et la balafre qui a mutilé les sentiments que son jeune cœur encore naïf lui portait – peste soit de ces Lagrans et de leur bagout insolent. Mais il y a également cette appétit de la grandeur typique des Cielsombrois, cet amour de la démesure, cet art du grandiose, cette tendance outrageusement encouragée à accomplir l’impossible pour passer à la postérité. Oh, oui, les inventeurs du duché de l’Esprit sont vastement reconnus ; mais les artistes d’Euphoria le sont tout autant, par la splendeur parfois scandaleuse de leurs accomplissements, et par les extrémités auxquelles ils ont parfois recours, tutoyant l’impossible avec une impertinence audacieuse. C’est cela qu’elle attend du sculpteur, qu’il ose ce que d’autres, trop sages, trop classiques, trop peu ambitieux, n’envisageraient même pas.

Douillettement enfoncée dans son canapé, c’est avec un rire amusé qu’elle lève à demi la main, comme pour tarir le flot de paroles qui virevoltent dans toute la pièce sous la faconde de Narcisse. Le sérieux se lit toutefois au fond de ses yeux tandis qu’elle accroche son regard à celui de l’artiste. « Je n’ai guère de sympathie pour le sang lagran, comme le fol moulin des rumeurs de notre terre natale vous l’aura sûrement appris ; mais si je vous ai fait venir jusqu’ici, c’est que j’ai pleine confiance en l’excellence de vos compétences. Si vous m’affirmez être capable d’accomplir ce que je demande, je vous crois, mon ami – charge à vous de prouver au monde entier, dorénavant, que vous êtes à la hauteur d’une telle aspiration. Il n’est guère aisé de satisfaire mes lubies, cela aussi vous le savez déjà sûrement – je compte sur vous pour ne pas me décevoir. » Les caprices insensés de Mélusine de Séverac agitent les rumeurs depuis qu’elle est entrée dans l’adolescence – son mariage ne les a point taries, et la renommée du Croquelune augmentera sûrement s’il s’assure le patronage de la fantasque baronne de Sylvamir. Posant une main sur son ventre rebondi où un coup de pied vigoureux signale la présence de l’enfant, elle reprend plus posément. « Vous imaginez bien que le stade avancé de ma grossesse ne me permettra pas de poser pendant des heures ; aussi, expliquez-moi à présent comment vous comptez vous y prendre, je vous prie. Je dois bien vous avouer que la curiosité m’a tenaillée, ces dernières semaines ! »











Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Modo
PNJ • Modo
La Fatalité
La Fatalité

Messages : 858
J'ai : /
Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine EmptySam 6 Avr - 21:32

Sans réponse depuis plus d'un mois, RP corbeillé.
Envoyez un MP sous Géralt pour le sortir des archives. :oui:


♦ Je suis le PNJ utilisé par les modératrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La ronde-bosse de Mélusine   La ronde-bosse de Mélusine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La ronde-bosse de Mélusine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: