AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-60%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
165.98 € 419.90 €
Voir le deal

Partagez
 

 Rencontre des opposés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Rencontre des opposés   Rencontre des opposés EmptyMar 19 Juin - 20:09


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Niallan de Hurlevent & Anaïs Belécu

Rencontre des opposés




• Date : 15 Juin 1003
• Météo (optionnel) : Ensoleillé, la chaleur de ce début d'été se fait sentir.
• Statut du RP : En cours
• Résumé : Alors que Niallan rentre de mission un brin amoché. Il fait la rencontre d'une comparse, Anaïs, de façon inattendue.
• Recensement :
Code:
• [b]15 Juin 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3874-rencontre-des-opposes]Rencontre des opposés[/url] - [i]Niallan de Hurlevent & Anaïs Belécu[/i]
Alors que Niallan rentre de mission un brin amoché. Il fait la rencontre d'une comparse, Anaïs, de façon inattendue.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre des opposés   Rencontre des opposés EmptyMar 19 Juin - 20:28

Aujourd'hui, chose commune à cette heure avancée de l'après-midi, la salle était relativement animée. Tour à tour guerriers et guerrières venaient récupérer leur prime. Niallan lui observait ce balai, affalé sur un des bancs disposés le long des murs. Ses blessures le lançaient toujours mais elles n'étaient pas trop graves. Il jetait régulièrement un œil à l'entaille sur la gauche de son abdomen pour surveiller la coagulation. Il l'avait désinfectée a à grand renfort d'alcool en voyant l'état de la lame qui avait mordu sa chair. Une esquive à la dernière seconde et son gambison avaient amorti le coup de hache. La tête de métal n'avait que peu atteint la chaire mais l'impact du coup avait tout de même laissé un large hématome autour de la plaie. Il lui restait à bander la plaie proprement, mais pour ce faire, quelques achats s'imposaient. Une seconde ecchymose s'était étendue, telle de l'encre sur un tissu, sur son omoplate droite. Un coup de massue qu'il n'avait pas vu venir mais que le cuir de sa cuirasse avait en bonne partie absorbé. Il allait devoir utiliser ses dernières réserves d'arnica sur ces blessures. Il avait acheté un onguent à base de cette fleur chez une herboriste des années auparavant. La femme lui avait assuré que cette plante montagnarde avait de puissantes vertu anti-inflammatoire et antiecchymotique. Il avait pu constater par lui-même à de nombreuses reprises la véracité de ses propos. Une partie de la prime du jour passera dans le réapprovisionnement de son stock.

Il se décida finalement à abandonner le confort très relatif du banc pour aller lui aussi réclamer son dû. C'est un certificat tâché de sang et imbibé de sueur qu'il déposa sur le comptoir. Derrière celui-ci une vieille femme le fixait. Elle le détailla de pied en cap et lui lança un "T'as une sale gueule" avant de mettre la main sur le papier poisseux.

- Toujours aussi prompt à dispenser des compliments à ce que je vois. C'est pour ça que je t'aime Marie. Lui répond-il avec un faux air de charmeur un brin exagéré.

- Hm. Pas trop grave ? Qu'est-ce qui t'a mis dans cet état-là ? Derrière son apparent détachement Niallan avait reconnu sa réelle inquiétude. Une sollicitude qu'elle montrait pour chacun de ses comparses guerriers.

- Bah ! Ce n'est rien de bien grave t'en fait pas. Tu verrais dans quel état j'ai laissé les autres. "Les autres" étaient effectivement dans un état bien plus critique et définitif. À cette heure ci les rats devaient déjà avoir entamés les carcasses qu'il avait laissées derrière lui. -  Pour ce qui est de savoir le "Qui" de l'histoire ... J'ai accepté la requête d'un marchand qui souhaitait une protection lors d'une négociation commerciale. Putain tu parles d'une "négociation commerciale" ... C'était tout bonnement un rendez-vous avec la pègre qu'il avait le bougre. À ça, ajoute le fait que l'imbécile était avare comme pas deux et tu te retrouves seul guerrier pour la protection. Il avait recruté quelques hommes de main en plus va savoir où mais au final j'étais le seul professionnel. ça a rapidement tourné au vinaigre et après ça, ça a été un massacre. C'était le chaos, un bordel pas possible, les coups qui pleuvaient de partout. Je pense que je ne suis pas passé loin du cimetière cette fois-ci. Alors quand j'en ai eu fini avec la bande de bandits, je me suis occupé de cet escroc de marchand de mes deux. Je lui ai bien fait comprendre que c'était une bien mauvaise idée de tenter de rouler la guilde et ne survivrait peut-être pas à une prochaine fois. J'ai mis les poings sur les i ... et dans sa gueule aussi. Enfin voilà, tu sais tout

- Hm. Un marchand, le meilleur moyen de lui faire mal c'est de taper dans sa bourse. Si jamais il a le culot de revenir ici, il aura droit un tarif ... personnalisé, réévalué et adapté.

Malgré le détachement qu'elle affichait Niallan surpris le regard de l'ex-guerrière. Il voyait que ses yeux cherchaient à évaluer ses blessures.

- Ce n'est rien je t'assure. Et je suis sur que tu adores les hommes arborant fièrement leurs cicatrices, ça améliore mes chances avec toi. Dit-il en s'appuyant sur le comptoir et en singeant un air charmeur exagéré. Mais, tiens, si je peux te rassurer, juge par toi-même. Il s'affaira sur son côté, essayant de détacher les sangles de sa cuirasse en grimaçant. Il laissa tomber le cuir au sol et s'attaqua alors au gambison. Celui-ci rejoignit la cuirasse à ses pieds. Vint le tour de sa chemise, partiellement imbibé de sang, qu'il retira en essayant tant bien que mal de masquer la douleur qui lui lançait au côté. Il révéla à Marie un torse meurtri, une plaie d'où coulait du sang et un hématome aux nuances de violet qu'elle jugea un instant avant de sourire.

- Continue je t'en prie, je suis certaine que la dame en serait ravie. Allez, laisse passer ceux qui travaillent et arrête de faire l'imbécile Niallan. Dit-elle retenant son rire.

Le Niallan en question se retourna d'un geste vif. Il resta là un moment, un sourire idiot sur le visage, sans trop savoir comment réagir devant la guerrière rousse qui attendait visiblement son tour pour retirer sa prime.
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu
Anaïs Belécu

Messages : 2321
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Rencontre des opposés   Rencontre des opposés EmptyMar 19 Juin - 22:39

Cela fait 15 jours qu’elle est partie de ce théâtre, un temps long mais court à la fois où la guerrière s’est affairée à des besognes à la Volte ou dans les environs. Une escorte, une surveillance, quelques jours de repos. Elle ne dort plus, ses nuits ne sont que succession de cauchemars. La Rose est à l’origine de ce massacre il y a cela des années en arrière. Qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce que c’est elle aussi qui est derrière tous ces événements de par Arven ? Elle s’interroge la guerrière. Aussi, pour comprendre, Anaïs s’évertue à travailler, enchaînant les contrats les uns après les autres. Il y a encore quelques mois elle voulait se faire un nom la jeune femme en Cibella mais désormais elle veut obtenir des réponses sur ces questions qui la taraudent.

Lasse elle rejoint la guilde pour toucher son dû. Le client qu’elle a escorté jusqu’à la Volte est un régulier. Les chemins qu’il emprunte ne font pas partie pourtant des plus dangereux qui soit mais il est un brin paranoïaque craignant pour sa sécurité pour juste quelques kilomètres. Il paie grassement et c’est après tout ce qui compte. D’un air nonchalant mais fatigué la jeune femme pousse la porte de la guilde. Il y a bien du monde en cette fin de journée et elle fronce les sourcils. Des hommes, des femmes attablés ou appuyés contre un mur. Tous semblent bien épuisés d’une journée de dur labeur. Elle fait le tour de la pièce d’un coup d’œil circulaire cherchant à identifier une personne qu’elle pourrait reconnaître. Sa mère est un peu plus loin et elle s’en approche souriante.

« Salut m’man, bonne journée ? » Les deux femmes ne collaborent que peu ensemble mais elles se respectent tout autant. « Oui tranquille Anaïs, des fauteurs de trouble à quelques kilomètres de là qui ont bien failli faire en sorte que je dégaine mon arme mais quand ils m’ont vu arriver ils ont détalé ». La mère d’Anaïs est affectée en ce moment à la protection d’un noble en compagnie d’autres guerriers. La femme est sur la fin de son activité et se contente de quelques contrats moins épuisants. Les deux femmes discutent tranquillement jusqu’à ce qu’Anaïs ne se fasse interrompre subitement par sa mère qui s’exprime sur un ton pour le moins moqueur

« Mais qu’est ce qu’il fait celui-là ? ». Elle regarde ouvertement vers le comptoir ; c’est la raison pour laquelle la guerrière en fait de même. Elle aussi ne manque de hausser un sourcil face à la la scène qui se déroule sous ses yeux. Elle échange même un regard interrogateur avec sa mère avant de se lever et de se rapprocher de l’homme qui se dévêtit. Elle croise les bras regardant avec attention l’inconnu, l’écoutant aussi conter son aventure. Le corps de l’homme est parsemé de bleus, du sang tâche la chemise qui a rejoint le sol. Elle fronce les sourcils, inquiète des blessures qu’il peut avoir sans même le connaître. Sur quel genre de bête est-il donc tombé pour être aussi marqué ? Elle ne voit guère les plaies à cette distance mais il semblerait bien que ce soit une lame qui soit à l’origine de ses blessures.

Anaïs sursaute quand Marie reprend la parole et elle rougit lorsque l’inconnu se retourne. Un instant elle rougit troublée par ce face à face pour le moins inattendu. Sans attendre ni parler pour l’instant elle dépose son certificat sans lâcher du regard le guerrier.

«Anaïs bien passé ? » un hochement de tête pour seule réponse avant finalement de rétorquer sobrement « Oui, comme d’habitude le paranoïaque est arrivé à bon port mais le principal c’est qu’il paie je crois non ? » auréolé d’un petit clin d’œil à l’égard de Marie. Elle s’accoude au comptoir Anaïs tout en examinant l’homme et ses blessures. Elle s’agenouille pour récupérer la chemise avant de se relever pour la tendre à son propriétaire « Il serait malvenu pour toi de rester dans cette situation je crois » puis tendant la main « Anaïs et toi ? » une interrogation visant à faire connaissance. Elle le voit grimacer et soudainement elle reprend contenance « Allons donc nous asseoir à voir ton état on dirait bien que tu en as besoin je me trompe ? » Elle s’est laissée allée au tutoiement mais au sein de la guilde, tous les guerriers se connaissent. Un échange de regard avec sa mère qui n’a pas bougé un peu plus loin signifie à cette dernière qu’elle en a fini avec elle pour l’instant. Elle lui contera peut être lors de la soirée l’histoire de cet homme qui se dévêtit pour obtenir son dû.












Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rencontre des opposés   Rencontre des opposés EmptyJeu 21 Juin - 19:19

C'est volontiers qu'il accepte la chemise et la main tendue. "Niallan, enchanté" lui répondit-il en la lui serrant. Il enfile le vêtement avec difficulté et ramasse son attirail resté au sol avant d’enchaîner.

- Oui merci, j'admets qu'il serait temps que je soigne tout ça. Dit-il en désignant les contusions d'un geste. Alors qu'ils commençaient à s'éloigner, il entendit la voix de Marie le rappeler à l'ordre.

- Hep, une minute vous deux. Niallan tu n’oublierais pas quelque chose ? Elle agitait une bourse par le cordon qu'elle pinçait entre ses doigts. La jolie rouquine te fait perdre la tête ou ce sont les effets de l’hémorragie qui se font sentir ? Les yeux brillants de malice, un sourire en coin, l'ancienne guerrière prenaient plaisir à taquiner l'outrepontois. Lui-même sa bouche s'étirer en un grand sourire, amusé par sa pique.

- Oh, Marie, serais-tu jalouses ? Il dévisagea un instant la rouquine en question. Elle avait des traits élégants, des lèvres fines et de beaux yeux clairs en amande. Il ajouta alors - Elle est tout à fait ravissante en effet, mais comment peux-tu penser qu'elle puisse te faire de l'ombre ? voyons ma chère, nulle ne le peut. Il attrapa la petite bourse et s'écarta en une révérence exagérée, comme il aimait tant l'en gratifier. En se relevant, péniblement, il siffla "oh ! C'était une mauvaise idée ça." alors qu'il sentait un liquide chaud dégouliner au côté. Se tournant vers la guerrière qui s'était présenté comme étant Anaïs il se sentit obligé de se justifier.

- Pardonne-nous cette petite scène, c'est un petit jeu entre nous. C'est qu'elle est taquine la vieille.
Niallan remarqua le coup d'oeil qu'elle donnait à une autre guerrière un peu plus loin. Il leur trouvait un air de ressemblance et se demandait si elles étaient de la même famille. L'idée que mère et fille puissent partager la profession de guerrière dans la même guilde l'amusait.
Après un moment de réflexion et alors qu'ils se dirigent tous deux vers le banc qu'il avait quitté quelques instants plus tôt, il se décida à demander de l'aide. Il avait certes sa fierté mais il voyait mal comment il pourrait recoudre la plaie proprement là où elle se situait.

- Je suis un peu gêné de te demander ça alors qu'on se rencontre à peine mais hm ... Penses-tu que tu saurais suturer l'entaille là
? Dit-il en désignant la large coupure d'un geste du menton. Je dois avoir du fil et une aiguille dans mon escarcelle mais je ne pense pas pouvoir me débrouiller tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anaïs Belécu
Anaïs Belécu

Messages : 2321
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Message Sujet: Re: Rencontre des opposés   Rencontre des opposés EmptyMar 26 Juin - 21:15

Anaïs reste imperturbable devant la scène qui se déroule sous ses yeux. Elle était en premier lieu fort surprise de voir l’homme se dévêtir de la sorte devant l’assemblée. Cette attitude est fort surprenante et la laisse perplexe. Quant aux paroles du guerrier et sa présentation pour le moins sommaire elle hoche la tête sans autre commentaire superflu, la seule chose qu’elle veut à l’instant présent est récupérer sa bourse et s’en retourner vers sa mère. Un sourire à l’égard de Marie qui lui remet sa bourse puis  elle s’écarte pour laisser passer le guerrier un brin tête en l’air.

En revanche, ce à quoi ne s’attendait pas ce sont tant les compliments tant dans la bouche de Niallan que celle de Marie. Elle commence même à rougir. Il faut dire que la jeune femme n’est guère habituée à recevoir des flatteries. L’homme flatte son ego sans même s’en rendre compte. Les courbettes du guerrier à l’égard de l’ex-guerrière lui laisse présager un séducteur né raison pour laquelle Anaïs étouffe un rire discret. C’est pourquoi ce constat la remet sur le chemin de la maîtrise. Il serait bien malvenu de se laisser déstabiliser par des paroles aussi enjoliveuses soient-elles.

Malgré tout, elle ne reste pas de marbre à la grimace de douleur de l’homme et elle l’aide à se diriger vers le banc où il s’allonge.

« Ne bouges pas » sont les seuls mots qu’elle utilise en réponse à sa demande. Elle n’a pas envie de fouiller dans le paquetage d’un inconnu encore moins celui d’un homme. En ce qui la concerne elle est minutieuse et suturer une plaie vite fait le temps de revenir à la guilde pour se soigner elle sait faire. Anaïs a vu du coin de l’œil Marie s’affairer pour aller chercher qui de droit mieux à même de soigner le mercenaire allongé.

Elle se rapproche de sa mère et au travers de ses dents serrées jute pour elleq deux elle murmure

« Les hommes et leur délicatesse me font doucement sourire ; le jour où ils penseront avec leur tête au lieu de penser avec autre chose ils se feront bien moins mal ». Il n’y a pas à dire cette maxime est applicable également à certaines femmes un brin fonceuses sur les bords. Ce faisant, elle sort une aiguille non utilisée jusqu’alors avec un fil de suture. Se relevant elle s’empare d’une cruche d’eau et d’une serviette posée juste là comme si cela avait été fait exprès.

Aussi rapidement qu’elle s’en était éloignée elle se rapproche du blessé  et d’une voix adoucie tout en saisissant son regard.

« Je vais nettoyer un peu avant et j’te promets, j’suis loin d’être la plus douée en suture mais ce s’ra toujours ça en attendant qu’un médecin arrive tu veux ? ». Après tout il lui a demandé aussi elle poursuit humectant la serviette elle tamponne la blessure «  C’est pas très profond mais ça saigne beaucoup à ce niveau » la marque est nette « Qu’est ce qui t’a donc fait ce truc ? » La curiosité supplante la réserve alors qu’elle assèche les contours peu à peu de la plaie.

Elle n’a pas encore commencé à le suturer mais elle commence à lui tendre un autre torchon pour mordre dedans.

« Tiens tu mordras là dedans quand je te recoudrai car je suis une femme guerrière la douceur est loin d’être mon fort et ma mère un peu plus loin n’est guère mieux on ne fait pas la dentelle » dans un sourire fugace alors qu’elle s’empare désormais de l’aiguille et du fil «  Je peux y aller ? » une question pour s’assurer que l’homme ait pleinement conscience de ses capacités à suturer proche du néant après tout.












Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Rencontre des opposés   Rencontre des opposés Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre des opposés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: