AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -60%
Trottinette électrique pliable – GO RIDE ...
Voir le deal
99 €

Partagez
 

 Trois gouttes de poison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyMer 18 Juil - 2:46




Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Faustine de la Fugue & Hermine Chantelune

Trois gouttes de poison

Pour absoudre un crime sans pardon




• Date : 01 juin 1003
• Météo (optionnel) : /
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Il est temps pour le seigneur et la dame du Noroît d'expier enfin les crimes commis sur la personne de leur fille aînée il y a quinze ans : Faustine et Hermine vont s'en assurer.
• Recensement :
Code:
• [b]01 juin 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3961-trois-gouttes-de-poison#147363]Trois gouttes de poison[/url] - [i]Faustine de la Fugue & Hermine Chantelune[/i]
Il est temps pour le seigneur et la dame du Noroît d'expier enfin les crimes commis sur la personne de leur fille aînée il y a quinze ans : Faustine et Hermine vont s'en assurer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyMer 18 Juil - 2:48

Ce n’est pas un lieu où l’on devrait emmener les enfants, spécialement les nouveaux-nés ; mais, paradoxalement, avec Balian dans les bras, Faustine se sent en sécurité à la Loge du Canal. Les mages du Sang y ont apparemment droit d’asile : c’est ce que Malion lui a expliqué, lorsqu’elle s’est enquise auprès de lui des endroits susceptibles de la recevoir. « L’actuel propriétaire a un frère cadet qui est des nôtres, il est su, sous le manteau que nous y sommes les bienvenus. Tu y auras logis et protection. » Et l’homme s’est montré à la hauteur des louanges du vieux professeur : à la simple vue de ses iris écarlates, et contre espèces sonnantes et trébuchantes dont elle n’est heureusement pas dépourvue, par la grâce de sa chère Marjolaine, la jeune mage a pu s’y établir confortablement, dans une chambre d’une propreté nette qui l’a surprise. Il faut bien avouer que les abords de l’établissement ne sont guère reluisants – mais il ne faut jamais se fier aux apparences, et en voilà un rappel net.

Elle est venue en portail, clandestinement, avec bébé et Familier – elle est venue négocier un contrat impie, elle est venue acheter deux vies au prix de la Confrérie. Elle a prié, Faustine, avec l’aval de Maelenn ; elle a supplié Lida et Sithis de venger, enfin, un tort vieux de quinze ans. Elle a supplié, la fille d’Outrevent éclaboussée par la magie du Sang, pour que les fils et filles de la Nuit fassent couler celui de ses parents. Parce qu’elle refuse de remettre un pied dans son duché de naissance tant que ses tortionnaires y respireront encore ; parce qu’elle refuse d’exposer Balian à leurs exactions ; parce qu’elle-même porte encore les marques des supplices qu’ils lui ont infligés. Elle a prié, de tout son cœur, de toute son âme ; et elle s’est rendue à Lorgol, sous couvert d’un anonymat bienveillant, pour rencontrer le négociateur que la Sombre Mère voudra bien lui envoyer.

Et elle attend, la nuit venue, depuis deux soirs déjà – patiemment, berçant doucement l’enfançon qui dort au creux de ses bras, la tortue sur ses genoux, chantonnant à mi-voix au crépuscule qui illumine l’horizon, dans la solitude de la petite chambre, Faustine attend.
Que l’aide qu’elle appelle ardemment lui soit accordée.
Que l’heure trop retardée d’un trépas justement mérité sonne enfin.
Que la Mort elle-même daigne entendre sa prière.

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Hermine Chantelune
Hermine Chantelune

Messages : 394
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyMer 18 Juil - 3:43

Elle a entendu.

La Sombre Mère a entendu, et elle a écouté, la voix d’une des enfants de son consort. Les suppliques d’une ménestrelle outreventoise demandant vengeance pour des actes terribles, pour une condamnation à mort injuste survenue il y a quinze ans, des mots et de la main de ses propres parents. Elle a écouté et Sa voix a susurré à l’oreille d’une fille de Sombreciel, au coeur tendre et à la main cruelle, afin de la mander de rencontrer celle qui est prête à payer pour le meurtre de ceux qui lui ont donné la vie.

Tu as écouté, Hermine, et tu as laissé la rage inonder ton être, à l’écoute des terribles crimes qui te sont contés. Tu as versé quelques larmes, pour une enfant blessée, brisée - pour une soeur éloignée, sur laquelle votre père Sithis a posé la main et bénie de sa magie. Lida te souffle que la demoiselle est d’ores et déjà à Lorgol, et qu’elle attend, patiemment, ta visite. Elle te confie ses pensées, ses peurs, ses suppliques, elle te raconte la délicatesse de l’enfant qu’elle berce entre ses bras et pour lequel elle espère un avenir meilleur que l’a été son passé. Elle te souffle ses sombres voeux, ceux qu’elle a entendu. Ceux que vous exaucerez, selon la volonté de vos dieux.

À la Loge du Canal, tu te fais ombre, tu glisses entre les murs comme si tu n’existais pas, comme si tu t’évaporais pour mieux réapparaître devant la porte de la chambre de Faustine de la Fugue. Tu sais la porte déverrouillée, qu’aucune clé n’y est tournée.
On t’y attend, Hermine Chantelune.
Tu entres dans la chambre sans un bruit, furtive comme la nuit, et en refermes la porte derrière toi, toujours sans un son. Le masque des assassins cache presque tout de tes traits fins et de ta peau d’albâtre. Il n’y a que tes yeux de velours noir, pour briller dans le crépuscule qui baigne Lorgol de ses dernières lueurs. Ta voix est basse, pour ne pas éveiller l’enfant endormi, sagement lové entre les bras de sa mère - et même si basse, même si grave, chaque mot qu’elle prononce est parfaitement audible pour celle qui t’attendait : « Je suis Hermine, Écoutante du Poison. Fille de Lida, fille de Sithis. La Sombre Mère et le Sans-Visage ont entendu vos prières, dame Faustine. » Tu sens la présence de la Sombre Mère, dans la chambre, Elle dont le regard vengeur veille sur chacune de ses Lames. Plus ténue, celle de Sithis, enveloppant la silhouette de la ménestrelle, comme un manteau délicatement posé sur les épaules d'une enfant.
Vous écoutez.
Enfin, le châtiment lavera le crime.


Dialogues en darkslateblue

Trois gouttes de poison RandomWikiFredia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyMer 25 Juil - 0:17

Quelqu’un est là.
Quelqu’un de silencieux comme un chat, qui ne fait pas plus de bruit qu’une ombre sur le mur, se déplaçant avec la furtivité de ceux qui n’existent pas vraiment, léger et évanescent. N’eût-elle pas été fille du Sang, fidèle de Sithis et capable de discerner les étincelles de vie, Faustine n’aurait sûrement pas perçu l’arrivée discrète de l’assassin envoyé par Lida pour accomplir son contrat. C’est sans crainte aucune qu’elle lève le regard sur la sombre silhouette voilée de nuit, qui s’avance et s’incline poliment avant de se présenter. Sans crainte, qu’elle laisse Balian exposé au regard d’encre qui se pose sur lui un instant – son enfant n’aura jamais rien à craindre de ceux qui vénèrent Sithis, elle s’en est fait le serment.

Gravement, elle incline le buste à son tour, légèrement, pour ne pas éveiller l’enfant qui sommeille de la bienheureuse torpeur des innocents. « Louée soit Lida d’ainsi exaucer ma supplique par votre venue, dame Écoutante. » murmure-t-elle dans la paisible sérénité de la nuit. Quelle étrange situation que la sienne : enfant, l’on racontait les histoires terrifiantes des assassins avides de sang, de pouvoir et de richesse, tuant sans distinction, raclures de caniveau et engeances inhumaines. Les enfants de Lida ne sont point aimés en Outrevent, et pourtant – pourtant, depuis son exil, Faustine se prend à prier Sithis pour son patronat des mages du Sang, et Lida pour son serment de rendre la justice divine là où celle des hommes faillit à ses devoirs. Ne peut-on donc vénérer tout autant la droiture de Levor que l’impitoyable jugement de la Sombre Mère ?

Elle veut y croire, et rencontrer ce soir cette dame Hermine ne fait que renforcer sa foi. Elle semble venue de loin pour remplir cette mission, à en juger par son accent, et Faustine en ressent une gratitude d’autant plus forte. « Je présume que vous êtes déjà informée des termes du contrat que je souhaite sceller avec vous ? Je demande vengeance, pour le crime perpétré contre moi il y a des années, pour la torture et l’exil, pour la souffrance et la calomnie. Je demande vengeance envers des parents qui ont commis la plus impardonnable des fautes envers leur enfant ; je demande vengeance, en mon nom ainsi qu’en celui de ma sœur, victime elle aussi de l’opprobre et du désaveu alors qu’aucune raison ne les justifie. Vengeance, pour les filles du Noroît, dame Écoutante ; pour cet enfant que je porte dans mes bras, et que je refuse d’exposer à la noirceur de mes géniteurs. Je m’en remets à vous. »

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Hermine Chantelune
Hermine Chantelune

Messages : 394
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyDim 5 Aoû - 20:35

Tu es accueillie avec respect, dans cette chambre où l’on attendait ta venue. La ménestrelle parle avec la même voix feutrée que la tienne, et dès qu’elle relève la tête, tu captes l’éclat d’écarlate qui brille dans son regard, mince cercle de rubis entouré de saphir : « Louée soit Lida d’ainsi exaucer ma supplique par votre venue, dame Écoutante. » Tu amènes à toi une seconde chaise, sur laquelle tu t’assis comme le ferait une reine. Envers la mage, cependant, aucune hauteur. Tu l’écoutes comme tu le ferais d’une soeur.
N’en est-elle pas une ?

À travers ses mots, tu peux vivre sa souffrance, ce passé si sombre et éloigné de l’amour parental que tu as reçu toute ta vie. Tu comprends encore davantage sa demande et la portée qui est sienne, toutes ces âmes touchées par la justice réclamée. Pour elle, pour une soeur aimée, pour un enfant à l’avenir encore balbutiant, pour tant de mages du Sang qui ont souffert des mêmes horribles traitements. Tu aimes les clients que tu visites - de plus en plus rarement, de par l’importance de tes fonctions. Tu aimes lire le soulagement dans leurs yeux, à égale mesure que ce désir de vengeance que tu embrassé toi-même il y a des années. Tu es là pour les aider, pour les délivrer de ce poids, pour permettre à la justice et à la rédemption de régner. « Avoir votre confiance entre mes mains est un honneur et un devoir. Notre Père, le Sans-Visage, veille sur vous et votre enfant. » Un second regard, furtif, vers le poupon, et sous ton masque, un sourire tendre vient étirer tes lèvres. Tu t’émerveilles sur ce visage rond et rose, ces cils sombres fermés sur ces joues pleines, Cielsombroise emplie de gratitude pour chaque bénédiction de Maari. « Je puis les faire souffrir, dame Faustine, comme je puis faire que leur mort ne soit qu’un seul instant. Je peux faire venir la mort en silence, sans même qu’ils s’en doutent, et qu’uniquement au moment de leur trépas, ils comprennent leur faute. Tes astuces et tes merveilles, comme un attirail de douceurs et de douleurs pour laver l’injustice. Tu parles de mort avec le calme de ceux qui en ont embrassé la profession, la fatalité, la beauté. Quelle mort désirez-vous pour vos parents ? »


Dialogues en darkslateblue

Trois gouttes de poison RandomWikiFredia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyMar 2 Oct - 21:23

Balian dort du sommeil des innocents, et Faustine le berce doucement, pour ne pas qu’il s’éveille au son des voix murmurées dans la pièce close. Il y a quelque chose de puissant à ourdir l’innommable par une nuit si paisible, et en ces instants précieux la ménestrelle aux doigts brisés se sent pleinement fille de Sithis. Elle trouve un réconfort inattendu à s’en remettre aux toutes-puissantes mains qui œuvrent dans l’obscurité, à confier son destin au Dieu Sans-Visage qui patronne tout autant les assassins que les mages du Sang – et lorsque l’Écoutante lui confirme que son dieu veille sur sa modeste personne et sur l’enfant innocent que le Destin l’autorise à revendiquer comme sien, un sourire reconnaissant fleurit sur ses lèvres. Quel agréable changement, que de pouvoir se réclamer sans rougir d’une divine tutelle ! Ce n’est pas l’intolérant Levor des quatre vents qui accepterait parmi ses ouailles une mage éclaboussée d’écarlate.

La question que lui pose l’assassin est la seule qu’elle n’est pas réellement parvenue à trancher. Les avis ont été partagés, lorsqu’elle en a parlé avec Maelenn, avant d’invoquer le nom de Lida pour quérir l’attention de la Sombre Mère et proposer son contrat. Elles savent ce qu’elles veulent, les deux sœurs reniées : le trépas de leurs géniteurs, indignes de la noblesse de leur nom, pour leur permettre à l’une et l’autre d’envisager un retour au Noroît en toute sérénité. Et la sécurité de Balian, cet enfant qui leur est profondément cher, à toutes les deux. Le poison s’est imposé de lui-même, pour la froide subtilité de son approche, terriblement personnelle ; mais elles n’ont pas vraiment réussi à décider s’ils devaient souffrir ou non. Une part de Faustine voudrait les savoir agonisants pendant des heures, rendus fous par la douleur de leur corps, l’esprit incandescent de souffrance ; et une autre part d’elle appelle à une fin prompte et brève, afin que le temps ne soit pas gaspillé en raffinements éphémères.

Et c’est là, entre deux souffles, qu’elle prend sa décision. « Paralysez-les, dame Écoutante. Je ne veux pas leur souffrance, je veux leur impuissance : qu’ils se trouvent enfermés, sans parole, sans ouïe, sans vue, dans leur propre corps qui ne réagit plus à leurs demandes, et que leur esprit se brise. Je veux qu’ils se trouvent sans échappatoire. Et qu’ils sachent, avant que l’effet ne frappe trop avant et qu'ils ne meurent asphyxiés – qu’ils sachent, que c’est la volonté de leurs filles bafouées qui a fait pencher la décision de la Sombre Mère. » Elle espère que Maelenn approuvera.

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Hermine Chantelune
Hermine Chantelune

Messages : 394
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyVen 23 Nov - 19:12

Tu ne presses pas la réponse des lèvres de la jeune mère. La mort est trop importante pour être traitée sans égards et ce double meurtre doit convenir aux attentes de celle qui le commandite. Surtout au prix qui sera payé. Rares sont les clients qui négocient, sauf parfois quelques Ansemariens malavisés, et tu ne penses pas un instant que cette femme rechignera à mettre le prix nécessaire pour s’assurer du trépas de ses géniteurs. Autant que ce soit fait selon ses désirs, même les plus fous.

Tu observes le bébé lové entre ses bras, incapable de garder ton regard loin du poupon bien longtemps. Faustine de la Fugue souffle enfin le châtiment désiré pour ses géniteurs. Ce désir de les emprisonner, de les priver de la maîtrise de leur corps, de leurs sens, qu’ils ne puissent pas se sauver du destin que vous tissez pour eux à cet instant, sombres tisserandes. Tu hoches gravement la tête, Hermine, gravant chacune de ces paroles dans ta mémoire. Tu sais déjà quel poison utiliser et il te suffira d’à peine un peu de travail, pour affiner son effet et le faire convenir aux désirs de ta cliente. Toutefois, une idée se tricote dans ta tête, aussi belle qu’elle est cruelle. Tu l’énonces avec simplicité : « Votre soeur et vous-mêmes êtes musiciennes, n’est-ce pas ? Y aurait-il une chanson de votre enfance que vous chérissez particulièrement ? Peut-être vos parents apprécieraient-ils de l’entendre une dernière fois, avant leur trépas. » Une dernière musique, avant que leur ouïe ne soit plus qu’un souvenir, pour qu’ils se questionnent avec horreur, probablement sans même deviner, jusqu’à ce que la fatalité, la vérité, se révèle à eux. Une simple suggestion dont la poétique morbidité te charme. Déjà tu réfléchis à quel Assassin aux talents de musicien réclamer, pour cette excursion en Outrevent, mais tu n’insistes pas davantage sur ta suggestion. Tu ne veux pas lui forcer la main. C’est à elle, de décider.

Tu vas les espionner, les maîtres du Noroît, avant de les exécuter. Tu vas observer leurs faits et gestes, leurs habitudes, te faire juge de leur caractère, de leurs manies. Mission délicate, que l’assassinat de la noblesse, qui demande un doigté de maître. « Désirez-vous que je vous rapporte quelque chose ? » Une preuve, un souvenir, de tes actes. Certains demandent des bijoux, une recette secrète, des jupons brodés. D’autres une main tranchée.


Dialogues en darkslateblue

Trois gouttes de poison RandomWikiFredia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptySam 5 Jan - 21:34

Elle devrait être terrifiée. Prise de panique, là, l’enfant au creux de ses bras et un assassin devant elle – elle devrait être morte de peur, prête à s’enfuir, ou tétanisée. Mais non : sous le manteau complice d’une pénombre réconfortante, Faustine baigne dans la présence familière de Sithis qui baigne l’aura de l’Écoutante, et qui s’étend comme un bras protecteur sur Balian endormi. Le regard d’Hermine ne semble pas menaçant non plus ; s’il elle devait mettre un mot sur l’impression qu’elle en tire lorsqu’elle le pose sur le bébé, Faustine serait encline à nommer tendresse l’émotion diffuse qui traverse un instant les prunelles de l’étrangère.

« La première chanson que j’ai appris à jouer, et que j’ai ensuite enseignée à ma sœur, est la Ballade des Fées au Brisant. » C’est un vieux chant outreventois, qui parle de cercles où dansent les fées tout en haut des falaises, illuminant de minuscules lanternes pour jeter les navires sur les récifs – loin des comptines traditionnelles pour les enfants, mais fort prisée aux veillées. Tu te rappelles encore ces années lointaines, où parfois vous vous promeniez le long des remparts, une bougie à la main, prétendant être des fées guidant de vilains pirates vers un funeste sort !

La seconde question d’Hermine te prend au dépourvu et tu restes un instant silencieuse. Ramener quelque chose ? Se trouve seulement le moindre objet que tu aimerais récupérer ? Tu te doutes bien que ta chambre a dû être vidée de ses effets, et de toute manière tu n’es plus l’enfant de naguère. La pierre tombale portant ton nom, sur le tertre où ton corps est supposé reposer depuis plus d’une décennie ? Ridicule. Ta harpe de jadis, celle dont tu jouais encore avant que tes doigts ne soient ravagés ? Elle a sûrement été détruite, donnée, ou revendue. Vous n’en avez pas parlé, avec Maelenn. Désirerait-elle quoi que ce soit venant d’eux ?

« Je vous remercie de votre proposition, mais cela ne sera pas nécessaire. Qu’ils périssent – et que je puisse laver les pierres du Noroît de leur souvenir pour le fils que j’ai porté, le seul héritier de notre lignée, voilà ce qui importe, dame Écoutante. »

Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Hermine Chantelune
Hermine Chantelune

Messages : 394
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyLun 14 Jan - 4:07

« La première chanson que j’ai appris à jouer, et que j’ai ensuite enseignée à ma sœur, est la Ballade des Fées au Brisant. » Quel nom poétique ! Tu es charmée par cette mélodie que tu ne connais pas encore et tu espères bien trouver, parmi tes confrères musiciens, une personne apte à égrener les notes de cette ballade. Tu en aimerais la cruauté mélancolique, les fées délicates et meurtrières, malicieuses et sombres.

Ta seconde question appelle la réflexion de la ménestrelle, pendant quelques instants, et tu es curieuse de connaître le fil de ses pensées, sans pourtant oser demander. Il y a certaines choses que tu ne pourras savoir, qu’importe où tu mettras ton joli nez. « Je vous remercie de votre proposition, mais cela ne sera pas nécessaire. Qu’ils périssent – et que je puisse laver les pierres du Noroît de leur souvenir pour le fils que j’ai porté, le seul héritier de notre lignée, voilà ce qui importe, dame Écoutante. » La seule chose que tu ramèneras du Noroît sera la justice demandée, au nom de l’enfant porté entre les bras de Faustine de la Fugue.

« L’exécution vous coûtera deux mille fleurons. » Deux victimes, nobles, qui mourront sans le savoir, pour ensuite avoir la révélation de leur châtiment et de celles qui l’ont commandité, dans un dernier instant de douloureuse lucidité. Le prix est conséquent, mais presque minimal, pour cette double demande. Pour cette enfant de Sithis, tu es magnanime. Elle a probablement préparé même bien plus encore, sans savoir le prix final attribué à sa demande. Une partie bien peu romantique du meurtre, mais bien nécessaire. Vous n’êtes, après tout, que des hommes.

Ton esprit est un instant tourné vers la Sombre Mère et ses murmures. Ton regard sombre et grave, un instant absent, alors que tes prunelles sont à nouveau posées sur l’adorable poupon. Tu réfléchis, autant que tu écoutes. « Je procéderai moi-même à cette exécution. Un honneur, certainement, qui te revient de moins en moins. Tu es si proche de votre déesse, mais parfois si éloignée de votre tâche, il te semble, avec toutes ces considérations bureaucratiques qui sont les tiennes. Les dieux se taisent et dans leur silence, tu retrouves une approbation de ton choix. Celle-ci sera faite dans les jours qui suivent, avant la moitié de ce mois. » D’autres ont souhaité la mort de Ioann et Mairead du Noroît, outre les deux soeurs. Un homme, dont les prières diffuses datent d’il y a plus de trente ans. Une jeune femme, dont le besoin sanglant de justice a déjà attiré le regard de votre Mère, sans que pourtant elle ne t’ait encore soufflé son nom. Pas encore prête, pas encore mûre, tel un fruit qui patiente et qui bientôt pourra être cueilli. Il y a longtemps, qu’ils doivent mourir, longtemps que l’ombre plane et pèse sur eux. Il te revient d’enfin faire tomber le couperet, cette sentence inévitable. « Puis-je… ? » Tu désignes l’enfant entre ses bras d’un geste, demandant posément, poliment, si tu peux le prendre entre tes bras. Si émotive et affectueuse, tu ne peux résister, et puis… tu sens quelque chose, en toi, en vous, qui te pousse à vouloir bercer le bébé contre toi. Quelque chose de plus grand que toi, quelque chose comme l’encouragement d’un Père envers ses filles.


Dialogues en darkslateblue

Trois gouttes de poison RandomWikiFredia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison EmptyVen 1 Mar - 15:58

Le prix annoncé pourrait faire frémir les timorés, mais vous vous y êtes préparées, Maelenn et toi. Elle t’a fourni les fonds, plus que nécessaire au vu du tarif demandé par l’assassin. Deux mille fleurons, pour ôter à vos parents le souffle de vie dont ils auraient certainement voulu te priver ; deux milles fleurons suffiront, pour acheter la sécurité de Balian et ton retour en Outrevent. Silencieuse, tu opines du chef brièvement, pour indiquer à la fille de Sithis ton assentiment. Ce prix te semble juste, et il est temps de sceller le contrat. Il est temps pour toi d’aller de l’avant. Elle l’a visiblement perçu, et savoir qu’elle se chargera en personne d’exécuter cette mission te rassure : elle ira leur porter la mort avec en mémoire l’image de l’enfant que tu veux protéger. C’est le plus important.

Et c’est pour bientôt. Tu préviendras Maelenn, dès ton retour en Lagrance, du tournant pris par les événements. Tu lui diras de se préparer à voir le Noroît tomber en déshérence : l’aînée prétendue morte, la cadette destituée, ne restera personne pour recueillir le vieux domaine solitaire perché au sommet des falaises. Peut-être écriras-tu à Liam, demander le domaine pour Balian – pour ce fils qui est à la fois le tien et celui de ta sœur, l’héritier convenable pour ces pierres plusieurs fois centenaires gravées de vraies valeurs, jadis. Si Maelenn y consent. Vous en parlerez.

Pour le moment, tu te penches en avant, vers la silhouette élégante de l’Écoutante, déposant le nourrisson entre ses bras. Tu n’as pas peur de l’aura de Sithis – il est ton propre protecteur, et veille sur Balian depuis sa naissance. Pourquoi craindrais-tu une autre de ses filles ? « Je vous remercie, madame. » murmures-tu dans le silence paisible de la nuit.

Sujet terminé

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Trois gouttes de poison   Trois gouttes de poison Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Trois gouttes de poison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: