AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -11%
Réduction -34% sur la caméra sport DJI ...
Voir le deal
249.99 €

Partagez
 

 Je te reviendrai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyLun 23 Juil - 2:49


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Astarté des Sables & Anwar Sinhaj

Je te reviendrai

Longue est la route qui me sépare de toi



• Date : 27 juillet 1003
• Météo (optionnel) : Le soleil brille haut et fort
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Anwar est mandé par Anthim pour une mission et il doit quitter Vivedune quelque temps.  Avant de partir, il a des choses à dire à Astarté et des promesses à lui faire.
• Recensement :
Code:
• [b]27 juillet 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3969-je-te-reviendrai#147927]Je te reviendrai[/url] - [i]Astarté des Sables & Anwar Sinhaj[/i]
Anwar est mandé par Anthim pour une mission et il doit quitter Vivedune quelque temps.  Avant de partir, il a des choses à dire à Astarté et des promesses à lui faire.

Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyLun 23 Juil - 2:51

Tu as reçu les ordres et percevant l'urgence de la situation, tu n'as pas tardé à accepter et à ramasser les quelques effets qui te seraient nécessaires pour ta courte absence.  Tu n'as pas discuté, ni traîné : avant de quitter, tu dois faire quelque chose d'important, tu dois aller la voir.  Il a déjà plusieurs semaines que tu es installé à Vivedune et que tous les soirs, vous vous retrouvez, soit dans son atelier, soit à la petite chambre où tu loges.  Rares sont les nuits où elle ne dort pas dans ses bras, ses cheveux parfumés chatouillant ton visage, sa peau soyeuse réchauffant la tienne.  Sa présence t'est peu à peu devenue nécessaire, indispensable et il te semble étrange de songer que pendant toutes ces années passées, elle n'était pas à tes côtés tellement cela semble si naturel désormais.  Pour ce que tu sais de ce qui vous attend, la mission ne devrait pas être longue, ni extrêmement dangereuse, néanmoins on ne peut jamais être trop prudent : tu ne peux pas quitter Vivedune sans lui laisser le moindre mot alors qu'elle porte le fruit de vos ébats en son sein.  Alors que tu as également pris ta décision.  Tu y a longuement réfléchi sans oser poser le sujet sur la table, mais à la veille de ton départ, tu sens qu'il est temps de mettre en mot ce que tu penses.  Et pour cela, tu n'as pas d'autres choix que de te rendre à elle, de la rejoindre.  Bien qu'elle ait déjà passé quelques soirées à tenter à te montrer les secrets de l'écriture, tu ne sais toujours que tracer que quelques lettres, vaguement ton nom.  Ce que tu as lui dire, tu ne peux le faire que par la parole et pour ce genre de choses, c'est ce qui est le mieux.

Plus ou moins pressé, tu rejoins à grandes enjambées l'atelier de la joaillère, traversant rapidement les rues et marchés qui t'en séparent.  Doucement, sans t'annoncer, tu te glisses à l'intérieur.  L'apprenti de ta belle est là et tu l'interroges du regard sur l'endroit où se trouve son maître.  Discrètement, il t'indique qu'elle est dans sa chambre.  Rapidement, tu devines qu'elle dort.  Douce Astarté, elle se fatigue beaucoup trop.  Silencieux, tu te glisses jusqu'à sa chambre, même si tu sais que tu n'auras pas le choix de la réveiller, beaucoup trop tôt.  Dans la semi-pénombre, tu vois bien son visage que tu connais désormais par cœur à force de l'avoir contemplé.  La courbe de son nez, ses pommettes hautes, les yeux fermés tu pourrais les deviner si facilement.  Un certain regret s'empare de toi à l'idée de devoir la tirer de ce sommeil paisible, mais tu sais que tu n'as d'autre choix.  Tu ne pourras pas rester aussi longtemps que tu ne le voudrais.

À pas feutrés tu t'avances jusqu'au lit où tu t'assois doucement.  Ta main glisse et repousse quelques mèches de cheveux indisciplinées à l'écart de son visage avant de te pencher pour poser un baiser sur sa joue tendre.

« C'est moi.  Je dois te parler. »

Tu parles doucement pour ne pas la brusquer et ne pas la mettre en panique.  Le réveil est inévitable.  Tu n'aurais pas pu partir en laissant la tâche d'annoncer ton départ à son apprenti.
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyLun 23 Juil - 13:51

La fatigue l’avait prise par surprise et Astarté avait accepté, à regret, d’abandonner son atelier et ses précieuses ambres pour rejoindre sa chambre. Il était peu avant le zénith et la gitane avait cette impression de trahison en provenance de son nombril. Il y avait plusieurs jours, déjà, que les fatigues l’avaient enfin abandonnée, et voilà qu’elle nécessitait d’une petite sieste en plein jour. Elle avait baillé, avait longuement lutté, puis, lorsque ses yeux de chat finirent par pleurer des larmes de sommeil, elle avait demandé à son apprenti de lustrer les gemmes dorées et de la réveiller lorsqu’il terminerait. C’est ainsi que, toute vêtue, Astarté se roula avec délice et hâte sur son lit si confortable. Elle s’était recroquevillée sur le flanc, le minois rivé vers l’autre côté du lit, là où Anwar la gratifiait parfois de ses visites, et avait peiné à trouver le sommeil.

Son ventre arrondi tendait chacun de ses vêtements et il lui semblait qu’il lui serait bientôt impossible de cacher sa grossesse aux clients comme aux amis. Sa famille d’adoption connaissait déjà la nouvelle, et la lettre pour Solal avait quitté Vivedune ce matin-même. Il saurait bientôt la bonne nouvelle et il se réjouirait pour elle, la gitane en était convaincue.  Il fallait encore contacter la Guilde des Accoucheuses afin de s’assurer qu’elle ne soit pas seule, le jour où le petit être déciderait de sortir de là. Seule. Anwar lui avait dit que sa famille d’avant n’importait pas, mais Astarté savait que c’était faux. N’était-elle pas précisément à lutter contre le sommeil en se questionnant si sa mère, celle au parfum de santal, serait fière de la savoir maman à son tour? Désormais qu’elle portait la vie, l’idée de se faire dérober son propre enfant lui serrait plus encore le coeur. Quel drame avait-elle dû vivre, cette mère, en n’ayant plus sa petite à ses côtés, pour vivre son quotidien et partager son affection.

Elle somnolait entre deux mondes, à songer à tout ce qu’elle pourrait dire ou non à sa mère, à rêvasser à sa renommée qui grandissait et qui attirerait peut-être l’attention d’une femme ayant perdu sa fillette, vingt ans plus tôt, lorsqu’il s’était approché sans un bruit. C’est à son geste doux qu’elle fronça les sourcils, troublée dans ses pensées, et à son baiser qu’elle ouvrit des yeux tout ensommeillés sur lui. Anwar. Il était beau, avec les quelques rayons lumineux filtrés par les voilages, et si l’envie de réclamer un nouveau baiser et de l’attirer à elle pour un peu plus que cela lui traversa l’esprit, l’Erebienne n’en fit rien. Sa voix était sérieux et sa phrase appelait les mauvaises nouvelles. Il faisait jour… N’aurait-il pas dû être au palais, auprès d’Anthim? S’était-il passé quelque chose de grave?

… Avait-on retrouvé Sitara d’Erebor?

Astarté s’était redressée tout à fait sur son lit, son petit ventre joliment perceptible sous son gandoura, à dévisager le défenseur du Sable et du Roc avec appréhension. Elle attendait la nouvelle qu’elle croyait mauvaise avec sérieux et calme, fidèle à elle-même et digne enfant des dunes. Qu’il dise, maintenant que son attention était sur lui ; elle n’en était pas à sa première tempête de sables.





Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyMer 29 Aoû - 23:31

Tu notes l'inquiétude dans le visage de l'Erebienne aisément, le temps t'a appris à reconnaître ces légers tressaillements qui trahissent le fond de ses pensées.  D'un geste câlin, tu prends en coupe sa joue dans ta main et pose une nouveau baiser sur ses lèvres, rassurant.  Ton ton est plein d'urgence, mais elle n'a pas à nourrir de craintes.  Tu es sérieux simplement parce que le temps presse et que ton départ subit te rappelle que ta position n'est pas assurée pour toujours, qu'il te faudra parfois la quitter pour mieux lui revenir.  Comme cette fois.   Tu t'assois sur le lit, ce lit qu'elle t'avait réservé pour ta première visite alors que tu te remettais de tes blessures.  Ton bras passe autour de sa taille, épaissie par la vie qui grandit en elle.  Un peu d'elle et un peu de toi.  Plus que jamais, elle t'apparaît belle et lumineuse, bien qu'elle sorte tout juste des nimbes du sommeil.

« Ce n'est rien, » réponds-tu à sa question muette.  L'espace d'un moment tu profites simplement de la chaleur de son corps.  Tu sais que tu ne peux faire attendre trop longtemps Anthim, les autres dépêchés pour la mission.  Tu as confiance que tu reviendras vite, l'histoire d'une journée ou deux, mais maintenant que tu es auprès d'elle, la distance à parcourir semble encore plus loin, le temps à l'écart semble encore plus long.  « Tu es belle, » souffles-tu, comme si retarder le moment où tu lui annoncerais la vérité effacerait tout projet de départ.  Pris d'un élan, tu la serres contre ta poitrine, amoureusement.

Le menton frôlant sa joue, tu inspires profondément quelques coups.  Tu ne peux pas prolonger plus longemps l'attente et tu dois lever le voile sur le mystère de ta visite.  Tu soupires doucement et t'écartes, posant tes mains sur ses épaules.  « Je dois partir, quelques jours. »  Tu lui expliques brièvement la situation dans les détails que tu peux lui communiquer.  Tu lui parles de la courte durée de cette absence, du peu de danger.  Avant même qu'elle ne puisse te dire si elle éprouve la moindre crainte, la moindre inquiétude, tu tentes de la réconforter.  Car tu penses qu'elle se ferait du soucis pour toi.  Tu te préoccupes de la laisser avec l'esprit ombragé d'inquiétudes.

« Je te reviendrai rapidement.  J'aimerais que nous fassions quelque chose à mon retour. »

Tu as longuement tourné l'idée dans ta tête et il t'apparaît qu'il est plus que temps pour vous deux d'aborder le sujet alors que l'abdomen d'Astarté se tend doucement, laissant paraître les premières courbes de la maternité déjà.  Oui, l'heure est venue.
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyJeu 30 Aoû - 14:38

Il lui parlait comme un homme qui n’allait pas revenir. Elle l’entendait, la gitane, mais ne pouvait s'empêcher de songer aux risques qu’il allait prendre, même s’il disait l’inverse. Il lui dépeignait une mission fragmentée, Astarté s’en rendait bien compte, préservant quelques informations pour lui. Sans doute était-ce un sujet sensible du Sultanat, sans doute n’était-elle pas assez méritante pour se voir confier ces quelques bribes. Elle avait accueilli ses baisers avec chaleur, ses caresses avec une pointe de coquinerie, son compliment avec une timidité mâtinée de fierté, mais ce départ de quelques jours la rendait soucieuse. Il le voyait bien, sans même qu’elle ne se prononce, et ses mots qui se voulaient rassurants empruntaient plutôt la voie d’une défense bien maigre. Blottie contre son torse, son oreille contre son coeur, elle ne relevait pas à ce qu’il désirait faire, à son retour. Son esprit était toujours confiné quelque part où sa mission se dérouleraient.

- Tu dis que c’est sans danger. Tu dis que tu ne risques rien. Mais me laisserais-tu y aller à ta place, si tel était vraiment le cas?

Elle en doutait, loin d’être dupe, et son regard se plissait sur le menteur. La gitane relevait son minois jusqu’à lui faire face, totalement réveillée à présent. Il la disait belle. Elle le savait beau. Bien plus qu’elle. L’une de ses mains se perdait sur le renflement à son ventre. Un geste désormais habituel pour la jeune mère qu’elle serait prochainement. Elle ne lui en voulait pas de partir. Un jour. Deux jours. Un mois, s’il le fallait. Astarté s’inquiétait simplement de le voir alléger sa tâche et minimiser les risques. Si l’affaire était sans danger, jamais Anthim d’Erebor n’enverrait le défenseur du Sable et du Roc, désormais lié au palais. Quelques novices feraient l’affaire.

- Je veux que tu sois prudent. Je veux que tu me reviennes.

Sa requête se faisait prière, murmurée pour lui seul. Qu’il lui revienne. Qu’il leur revienne, à elle et au petit qui grandissait de plus dans son ventre. Il était prêt à s’engager auprès d’elle, homme fou ou courageux, et avait accepté cette famille que le Destin leur imposait par le hasard des choses. Anwar devait lui revenir. N’est-ce pas? Oublier, cette mystérieuse proposition pour son retour. Il n’y avait que cette absence, qui comptait, pour le moment.

- Quand dois-tu quitter Vivedune?

Combien de temps avaient-ils, à s'enlacer et s’apprécier, avant que les obligations ne les ratrappent?





Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyJeu 27 Sep - 3:02

Tes bras se serrent autour d'elle, elle qui curieusement sait si bien lire ton cœur.  Jamais tu ne la laisserais quitter la sécurité de Vivedune.  Tu crois, sincèrement, que cette mission est sans danger.  Tu ne veux pas l'effrayer en parlant avec tant de précautions, seulement ta vie, ton expérience de sentinelle est trop pleine d'histoires qui ont mal tourné.  D'expéditions qui devaient être toute simple, que rien ne devait entraver et pourtant, des hommes étaient tombés et n'avaient pu se relever.  Tu aurais pu partir sans le lui annoncer, ou simplement lui dire que tu serais occupé pour les prochains jours, cependant tu trouvais qu'elle méritait, que tu lui devais même, la vérité.  En son sein grandissait le fruit de vos amours.  Il était venu tôt, comme une bénédiction, comme une confirmation que c'est avec elle que tu trouveras la paix et le bonheur.  Ce lien entre vous s'était établi avant même que vous n'eussiez pensé en jeter les bases, avant même qu'elle ne puisse comprendre les exigences de ta profession, les risques que tu serais appelés à prendre jusqu'à ce qu'un jour un cimeterre ne te pourfende, parce que trop vieux, trop usé, tu n'aurais su arrêter le coup fatal.  Tu poses un baiser sur le dessus de son crâne comme une promesse de ton retour.

« Je pars ce soir, dès que je te quitterai. »

La réponse tombe comme une sentence et le moment du départ te semble encore plus près, plus étouffant.  Tu as toujours eu l'habitude de vivre sans savoir ce que t'apporterait le lendemain, parti en urgence a longtemps fait partie de ton quotidien.  Ça ne t'avait jamais rebuté, mais désormais qu'elle est là, qu'elle est l'astre de tes jours, qu'elle porte votre enfant, partir devient un déchirement brûlant.  Tu as foi, foi que les dieux ne t'abandonneront pas, qu'ils ne l'ont pas mise sur ta route pour la séparer de la sienne si tôt.  Pas quand tout converge pour les unir pour longtemps encore.

« Je te promets, je reviendrai.  N'aie pas crainte.  Bientôt, par tous les moyens. »

Ta main glisse sur le ventre légèrement rebondi d'Astarté, là où se cache une vie encore fragile, encore si irréelle malgré la bosse qui grossit doucement de semaines en semaines.  Il est difficile pour toi de réaliser pleinement que tu seras bel et bien père.

« Cet enfant aura besoin d'un père, je ne peux pas vous abandonner lui et toi. »  De l'autre main, tu esquisses un geste tendre, tes doigts glissent sur la joue soyeuse de la jeune femme.  Elle n'a pas relevé ta demande, peut-être devine-t-elle ce dont tu veux l'entretenir et elle l'a ignoré sciemment.  Peut-être est-ce l'inquiétude qui la fait parler aussi.  Tu ne peux en être certain, ainsi tu vas parler le premier, sans attendre.  « Et toi aussi.  Tu auras besoin d'un homme pour te protéger et prendre soin de toi, besoin d'un époux avec qui partager les fardeaux et les peines, comme les succès et les joies.  Je voudrais que tu remettes ton bonheur entre mes mains, que nous annoncions que désormais je suis à toi comme tu es à moi. »  Tu regrettes d'être sur le départ et de le lui demander ainsi, mais c'est le meilleur moment pour le faire.  Une promesse inébranlable de retour en formant un engagement aussi fort.
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyDim 30 Sep - 16:57

Un baiser. Un autre. Un bras qui se glissait jusqu’à son dos pour mieux l’attirer vers lui. Elle roulait la tête pour mieux sentir ses lèvres. Elle arquait le dos pour mieux sentir sa main sur son ventre. La gitane n’était pas une femme à lancer des mots qu’elle n’avait pas mûrement réfléchis, elle-même si taciturne, si discrète. Elle croyait ce qu’elle voyait et les gestes avaient plus de poids que le discours le plus flamboyant d’un orateur de profession. Son roi avait parlé de diviser Erebor d’Ibélène, d’honneur et de respect pour son peuple. Elle n’y avait cru que lorsque l’harmonie avait semblé dominer le ciel de Vivedune peuplé de Voltigeurs. Malgré ses paroles nébuleuses, malgré l'insouciance qu’il semblait arborer, Anwar semblait confiant. Jusque dans ses baisers. Jusque dans ses gestes. Astarté décida alors d’abaisser sa garde, de le croire, de faire confiance.

Ne lui devait-elle pas sa confiance, au moins un peu, à cet homme magnifique qui avait accepté l’enfant sans l’ombre d’une hésitation? Qui l’avait acceptée, elle, malgré ses mains chapardeuses?

Il lui parlait de l’enfant à venir comme siège de sa promesse et l’Erebienne caressa discrètement son ventre bombé. Cet enfant aurait un père, une mère. Cet enfant aurait un clan, une famille. Un parrain, même, dans la personne de Solal Aluddin. Cet enfant serait aimé. Il resterait auprès d’elle, simple joaillière, protégé des dangers par les amitiés de Rejwaïde, de Soltana, de Grâce, protégé de la guerre par la bonté  et la sagesse du roi des Gitans. Son amant soulignait qu’il ne pouvait laisser l’enfant sans père. Qu’il ne pouvait l’abandonner, elle.  Anwar promettait. Si elle avait pu douter, par le passé, si elle avait tremblé par crainte de le voir s’enfuir, la gitane se savait désormais conquise. Astarté l’aimait. Astarté lui faisait confiance et le croyait.

… Tu auras besoin d'un homme pour te protéger et prendre soin de toi, besoin d'un époux avec qui partager les fardeaux et les peines, comme les succès et les joies.

Elle avait tressailli en entendant ses mots. Il poursuivait la conversation mais Astarté demeurait hébétée, comme si le temps s’était arrêté à un mot précis. Époux. La croyait-il digne de devenir sienne? En avait-elle le droit? Sicq Qoraïch avait trouvé l’idée absurde, plusieurs années auparavant, et avait fait croire à la toute jeune femme timide qu’elle était qu’il était amusant de la savoir liée à un homme. Mais Anwar était différent… Il lui avait prouvé à tant de reprises, déjà. Et il la dévisageait, à présent, patientant sa réponse, et elle ne savait plus ce qu’il lui avait dit exactement, l’esprit embrouillé par le flot d’émotions qui la traversait et humidifiait ses yeux de chat.

- Tu as ma confiance, Anwar Sinhaj. C’est mon bien le plus précieux. Tu as ma confiance, et je t’aime.

C’était elle, cette fois, qui avait glissé ses mains fines sur ses joues, cerclant son visage avec toute la délicatesse dont elle était capable. Après avoir capturé son regard du sien pour lui démontrer tout son sérieux, Astarté redressa l’échine jusqu’à cueillir un baiser sur ses lèvres. Elle lui avait dit, déjà, qu’elle était sienne depuis la brunante, à Roc-Épine. Elle lui disait maintenant, avec le sérieux d’un serment, que son coeur était sien. Qu’elle l’aimait.





Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
Les Guerriers
Anwar Sinhaj
Anwar Sinhaj

Messages : 374
J'ai : 39 ans
Je suis : Garde du palais de Vivedune

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyJeu 15 Nov - 0:41

Tu attends avec une certaine impatience sa réponse.  Tu n'es pas certain de l'accueil qu'elle fera à ta proposition.  Après tout. Votre relation est encore nouvelle, elle est fraîche et peut-être vas-tu un peu trop vite.  N'était-ce pas toi le premier qui craignais l'engagement après le désastre de ton mariage précédent?  Mais Astarté, c'est différent.  Ça n'a rien à voir avec, puis elle porte déjà les fruits de votre amour encore naissant.  Peut-on ignorer ce signe des dieux qui vous poussent à vous unir?  Non, pas quand chaque heure passée à ses côtés semblent plus que courtes que la précédente, pas quand auprès d'elle, tu te sens si bien, si libre de toutes contraintes.  Tu as eu peur de lui ouvrir la porte de ton cœur, tu as tes hésitations, tes moments de doute, mais plus le temp passe, plus tu sens que tu as fait le bon choix en laissant ce nous s'imposer entre vous.  Tes n'osent plus se détacher d'elle, tu guettes le moindre tressaillement de ses muscles.  Ses prunelles à elle se laissent envahir par les larmes retenues, comme des perles de rosées logées sur de jolies fleurs.  Ses mots n'ont pas besoin d'être plus clairs, ils sont déjà plein de promesses et alors que ses mains s'emparent de ton visage, un sourire étire tes lèvres, alors que ton cœur, lui, se met à battre follement, sans rythme régulier.

Tes lèvres goûtent à nouveau les siennes.  Chaque fois, elles sont plus douces, plus désirables.  Chaque fois tu en veux plus et tu songes qu'elles sauraient suffire à ton bonheur pour toute l'existence.  C'est un sentiment que seule Astarté sait faire naître en toi et tu sais que tu fais le bon choix en lui demandant de t'épouser.  Certes, ta demande n'a rein de la grandiloquence et du romantisme dont certains peuvent faire preuve lorsque leurs sentiments sont exacerbés : tu n'es pas cielsombrois, animé de discours sans fin.  Si l'amour que t'inspire la belle joaillère n'est pas brûlant et dévastateur, s'il ne soulève pas les passions violentes, il est fort et constant.  Il s'est développé rapidement, mais il a déjà la maturité nécessaire à former un couple solide et durable.  Déjà, tu sais que tu veux veiller sur elle, mais aussi t'appuyer sur elle quand tu dois aussi faiblir.  Puisque ce sentiment est réciproque, tu le sens depuis longtemps, il ne manquait plus que ces mots qui viennent enfin confirmer votre confiance mutuelle, scellée par un  tendre baiser.  Il te fait oublier que tu dois partir, l'espace d'un furtif instant.  Dans le monde, il n'existe plus que vous deux, vos lèvres enchaînées ensemble par les plus douces chaînes, vous deux et ce bébé qui grandit dans son ventre.  Le vôtre.

Tu t'écartes et caresse sa tête dans un geste tendre, ses cheveux soyeux glissent sous tes doigts.  Tu en emporteras les douces effluves avant de partir et elles te rappelleront combien tu l'aimes avant de s'effacer trop vite, tes mains assujetties au devoir.

« Quand je reviendrai, envoyons les invitations à nos proches.  Je n'ai que peu de famille, ils ne seront pas long à se réunir.  Nous pourrions offrir une maison à l'enfant, je t'aiderai à le bercer, à le choyer. »

Ta famille ne pourra pas venir.  Rejwaïde, peut-être, mais la présence d'Anthim ou d'Alméïde sera impossible, tu le sais.  Tes doigts glissent sur sa joue, dans un geste empli d'une forte promesse.  Tes mains tremblent.  Le moment de partir approche, mais tu souhaites le repousser encore plus loin, plus tard.  Ne jamais la quitter.

« Je reviendrai et te serai entièrement acquis.  Mes heures de repos serviront à être avec toi.  Te rendre les services qui ne te devraient être rendus que par moi.  J'ai le pouvoir te prendre soin de toi, je le réclame désormais. »

Tu embrasses délicatement son front.  C'est l'heure de partir.  Tes mains se nouent sur les siennes.

« Je dois te quitter.  Tu m'attendras? »
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Astarté des Sables
Astarté des Sables

Messages : 2640
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai EmptyVen 23 Nov - 16:15

Elle s’était redressée sur son coude pour mieux le voir, alors que la conversation gagnait en sérieux. Un mariage. Un homme - qu’elle aimait - désirait unir sa vie à la sienne. Une euphorie bien étrange la traversait lentement. D’abord son coeur qui débordait de sentiment, puis son ventre, où une chaleur agréable semblait indélogeable. C’était le petit être qui poussait en elle, elle en était certaine, qui la rendait aussi émotive, qui faisait glisser les larmes sur ses joues hâlées. Il la rendait faible, mais si forte, en même temps. La gitane avait laissé entendre un rire tout en retenu, une main devant ses lèvres charnues, comme si elle pouvait réellement dissimuler son état à cet homme qui la connaissait si bien sans la connaître vraiment, à la fois. Il ne lui avait pas dit qu’il l’aimait, en retour, mais elle savait, Astarté, combien les sentiments n’avaient pas besoin de s’exprimer pour exister réellement. Elle le ressentait. Anwar ne se jouait pas d’elle. Il ne se jouerait jamais d’elle.

Une caresse dans ses cheveux bouclés et il parlait d’invitation à envoyer, de sa famille si peu nombreuse, de maison et d’enfant à bercer. Elle s’était glissée tout contre lui jusqu’à le faire basculer sur le dos, sagement posée sur son amant, à califourchon.

- Ta famille, et celle qui m’a accueillie… Et ceux qu’ils inviteront. Et ceux qui passeront par l’oasis de Ventavel. Et ceux qui seront curieux. Ce sera à la fête d’Imbolc…

Que leur mariage soit fertile! Qu’elle lui offre une famille nombreuse, vivante, faite d’enfants turbulents et espiègles! Pour assister à leur union, il y aurait cette famille aimante qui l’avait élevée comme l’une des leurs, malgré la noirceur de son passé et les ombres qui hantaient ses songes. Il y aurait Solal, son père de coeur qu’elle idolâtrait. Reja et Grâce, si une permission leur était accordées. Il y aurait bien d’autres Erebiens, encore, qui la rendraient mal à l’aise, elle si timide, si discrète, mais la simple idée de tous ces gens réunis, étrangement, ne lui inspirait aucune crainte. Il lui parlait de la quitter, mais elle savait que c’était faux. Anwar avait dit qu’il partait ce soir, uniquement, et le soleil lui semblait si clair, si lumineux, plus encore que d’ordinaire. Ses cuisses se resserraient sur ses flancs, réaffirmant sa prise sur cet homme qui détenait son coeur entre ses mains.

- Le soleil est encore brillant… Tu me demandes ma main pour quitter quelques instants plus tard.

La gitane n’avait pas élaboré plus encore sa supplique, alors que ses mots lui semblaient être ceux d’un enfant capricieux. Si elle quémandait son affection, si elle se montrait plus faible encore, il partirait et ne reviendrait pas. Mais… Mais il désirait la marier. Il désirait s’unir à elle. Ne lui devait-elle pas un peu de franchise? Alors elle s’inclina sur lui, ses cheveux fous venant le chatouiller au passage. Elle le laisserait partir bientôt, très bientôt. Le temps d’un dernier baiser. Le temps de derniers ébats. Le temps de lui montrer tout ce qu’il avait à gagner à lui revenir.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Je te reviendrai   Je te reviendrai Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Je te reviendrai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: