AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-19%
Le deal à ne pas rater :
Disque SSD Interne – 860 QVO – 1To à moins de 100€
96.67 € 119.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Quel homme a donc pris ton coeur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet
Ewen Treflet

Messages : 1359
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Quel homme a donc pris ton coeur ?   Quel homme a donc pris ton coeur ? EmptyLun 30 Juil - 20:00


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Ewen Treflet

Quel homme a donc pris ton coeur ?

Et quel est celui qui a profité de ton corps ?



• Date : 21 juin 1003
• Météo (optionnel) : La nuit est claire et un petit vent souffle agréablement
• Statut du RP : Solo
• Résumé : Alors que sa cousine est enceinte, Ewen a discuté avec l'homme qu'elle accusait, Manaël l'Ardence, afin de comprendre ce qui s'était passé. L'homme étant totalement innocent, le Chevaucheur a décidé de questionner à nouveau sa cousine sur l'identité du véritable père. La nuit les langues se délient plus facilement ...
• Recensement :
Code:
• [b]21 juin 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3996-quel-homme-a-donc-pris-ton-coeur#149446]Quel homme a donc pris ton coeur[/url] - [i]Ewen Treflet[/i]
Alors que sa cousine est enceinte, Ewen a discuté avec l'homme qu'elle accusait, Manaël l'Ardence, afin de comprendre ce qui s'était passé. L'homme étant totalement innocent, le Chevaucheur a décidé de questionner à nouveau sa cousine sur l'identité du véritable père. La nuit les langues se délient plus facilement ...



Ewen : #0000CC Patience : #FF005B











Dernière édition par Ewen Treflet le Lun 30 Juil - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet
Ewen Treflet

Messages : 1359
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Quel homme a donc pris ton coeur ?   Quel homme a donc pris ton coeur ? EmptyLun 30 Juil - 20:01

Le jeune Chevaucheur avait passé la soirée avec son cousin Gringoire, sa femme et ses deux jumeaux. L'ambiance était joyeuse, le temps des retrouvailles était arrivé, celui de la découverte suivait à son tour. Il apprenait à connaître ses deux petits cousins et leur mère, redécouvrir ce cousin avec lequel il avait grandi. Gringoire n'avait pas changé. Il était toujours protecteur, discret, avec cet indéniable sourire engageant. Il avait grandi bien sûr, pris en force, en détermination. C'était un bel homme, un bon entrepreneur et un bon père de famille. Tout ce dont Ewen rêvait. Mais malgré toute cette joie autour de lui il n'arrivait pas à mettre de côté l'idée qu'Odile lui avait menti. Il avait un semblant de réponse certes, mais pas toute la réponse. Il ne pouvait pas rentrer comme ça en Outrevent et ne donner que des morceaux de réponse à Théodore. Peut-être qu'il devrait mentir pour la protéger, mais peut-être que la vérité était simple. Trop de peut-être qui le tourmentaient.

Il n'avait rien contre ce Violin Librenote. Il aimait peut-être sincèrement Odile, avait peut-être une situation stable et était peut-être prêt à assumer ses responsabilités. Encore là, de nouveaux peut-être venaient s'ajouter. Il fallait véritablement qu'il parle à sa cousine. Pas demain, ni plus tard. Ce soir, maintenant. Il n'arriverait pas à dormir sinon. C'est dans cet état d'esprit que le fils Treflet c'était éclipsé de la maison. Les hautes tours de la capitale cibellane lui rappelaient Lorgol. Cette façon élégante de vouloir se rapprocher du ciel, comme une tentation d'attraper les étoiles. De si nombreuses fois, enfant, il s'était imaginé voler avec son dragon assez haut pour prendre une de ces perles lumineuses et la mettre dans une petite boîte, la garder précieusement. Petit éclat de lumière pour les nuits sombres, pour les moments de doute. Pour regarder son éclat briller dans les yeux d'une femme un jour. L'Homme a voulu monter vers les étoiles, écrire son histoire dans la pierre. Ces pierres qui racontent chacune une histoire, l'histoire des hommes qui ont donné leur cœur, qui ont mis leur âme dans leur œuvre. C'était ce qu'il aimait avec les arts. Cette possibilité de raconter ce que l'on veut, dans le verbe ou dans la pierre. Le calme des rues était bien différent de la festivité de la journée, il lui faisait du bien. Un effleurement dans son esprit le fit sourire. Oui, après avoir parlé à Odile il s'offrirait sûrement un moment de liberté sur le dos de Patience, sentir le vent contre sa peau, les muscles de la dragonne jouer en dessous de lui, être en communion avec elle et les éléments.

C'est perdu dans ses pensées que Ewen arriva devant chez sa cousine. À l'intérieur, la lueur de chandelles lui assurait qu'elle ne dormait pas. Par la fenêtre il croisa son regard bleuté, l'invitant à entrer. Le doute s’immisça à nouveau en lui. Que ferait-il si à nouveau il déclenchait ses larmes, si au lieu de lui montrer son soutien elle ne ressentait que des reproches ? Il ne supporterait pas de voir à nouveau une tristesse dans ses yeux. « Alors tu sais maintenant. » Elle avait parlé, de cette voix tremblante qui lui confirmait la naissance de larmes, une boule dans sa gorge. Ils n'avaient jamais eu besoin de beaucoup de mots pour ce comprendre, les deux Outreventois. Leur lien familial sûrement. Ewen avait alors tiré une chaise et s'était assis, croisant ses mains devant lui. « Je lui ai parlé, oui. Tu savais que je le ferai, Odile. Je ne pouvais pas rester là sans savoir ... » Son regard noisette était rivé sur ses doigts qui jouaient nerveusement entre eux. Comment s'y prendre ? Il ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir menti. Manaël avait cette figure rassurante de l'homme qui peut protéger, de celui qui est prêt à l'aider, à la soutenir. Il ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir tenté de le rassurer. Mais elle savait qu'il vérifierait, qu'il irait voir cet homme. Qu'il prendrait soin d'elle. « Qui est-ce ? Je ne peux pas me défiler, blondinette, tu le sais. Je souhaite uniquement ton bien. » Lentement il avait relevé ses yeux vers elle. C'est là qu'il comprit, qu'il comprit qu'il y avait dans cette histoire quelque chose qui ne lui plairait pas. Du bout de ses doigts elle avait glissé une mèche de cheveux derrière son oreille avant de se lever et de lui tendre la main. Ewen avait tourné à la tête, cherchant des yeux cet élément. Une fois trouvé, il avait saisi sa paume pour la suivre. Dans un coin de l'unique pièce, une sorte de petit banc était installé, avec des nombreuses couvertures que les parents Treflet avait fabriqué. En hauteur, une lucarne avec une vue imprenable sur les étoiles. Petits, ils aimaient s'emmitoufler dans ces couvertures et regarder le ciel, se raconter leur journée, parler de leurs rêves et de leurs espoirs, de leurs peurs aussi. Il s'était donc assis là, avait soulevé une couverture et lorsque sa cousine avait trouvé le chemin réconfortant de ses bras, il les avait doucement enveloppés.

Le silence les avait aussi doucement entourée avant que sa voix douce, tout près de son épaule ne s'élève. « La Cruche Percée était pleine ce soir là. Tu sais ce que c'est, l'ambiance d'une taverne. Les rires résonnent, les hommes réclament et nous on sert. Lui il ne réclamait pas, il était calme. C'est peut-être ça qui m'a attirée. On a un peu bu, à la fin de mon service. Il était beau tu sais, avec sa belle tenue et sa longue natte. Tu te souviens, les nattes qui partent du haut de ta tête, celles avec lesquelles tu étais profondément affreux. » Le rire les souleva tous les deux quelques instants. Il la reconnaissait bien là, à tenter de l'humour lorsqu'elle plongeait plus loin dans ses souvenirs, rendant sa voix un peu plus grave. Ewen n'avait pas prononcé un mot encore, écoutant sans la brusquer. « Enfin. Il était vraiment sympathique, je crois qu'il me rappelait Violin. » Le Chevaucheur s'était légèrement tendu. Violin Librenote, le ménestrel ? Comment ça cet homme lui rappelait Violin ? Le ménestrel n'était pas le père de son enfant ? « Non … non ce n'est pas lui ... »

Le Chevaucheur avait alors quitté l'étreinte réconfortante de la demoiselle pour se lever, croisant les bras sur son torse. Ne pas s'énerver, Odile ne méritait pas ça. Il se devait d'être compréhensif, plus compréhensif que Théodore, il ne devait pas la juger. Dans la pièce, ses pieds le menaient à faire des allers-retours nerveux. « Mais qu'est-ce qui t'es passé par la tête, nom  d'une Vivenef à roulettes  ? Qui sont tous ces hommes pour toi ? » Sa voix s'était fait plus dure qu'il ne le voulait. Il avait juste si peur pour elle. Il savait désormais que Manaël n'y était pour rien. Mais ce Violin et l'homme à la natte, qu'en était-il d'eux ? « Ewen s'il-te plaît ... » Les larmes. Il les avaient entendues et les voyaient désormais glisser lentement sur ses joues, deux petites billes brillantes sous la lumière des étoiles. Bien vite il était retourné la reprendre dans ses bras, caresser ses cheveux d'une main réconfortante. « Excuse-moi Odile … C'est juste que ... » Elle le savait, Ewen était sûr qu'elle le sentait, qu'elle le comprenait. Il était inquiet. Elle lui avait dit qu'ils avaient bu ce soir là. Certains hommes profitent souvent de cette situation pour … Enfin bref, il fallait qu'il ait la suite si elle ne voulait pas qu'il s'énerve à nouveau. « Il n'a pas été un monstre, comme tu peux le penser. C'était un homme bien, vraiment. Un Chevaucheur, comme toi. Il a été attentionné, et tendre. Ce n'était qu'une seule fois, une seule nuit, un souvenir futile comme la ballade sur son dragon. »

Un Chevaucheur donc ? Intérieurement, il sourit. Il faudrait qu'il pense à le dire à Mélinda ça. Ils n'avaient pas besoin de lui retirer sa peur des dragons, elle l'avait bien fait toute seule. Mais si c'était véritablement un Chevaucheur, pourquoi avoir accusé Manaël ? Être Chevaucheur était une situation stable, rien de honteux là-dedans. Il aurait pu retourner en Outrevent sans avoir à mentir à son oncle, car il sentait bien qu'il y avait un mais dans son récit. « Le lendemain, il reprenait son service et de lui je n'ai gardé que son nom, Aloïs Belepi, et un être au fond de moi. » Un homme d'une nuit, un homme dont on ne garde que les gestes en mémoire mais pas le reste. Un homme qui passait par là mais qu'on ne garde pas dans sa vie. Il pouvait le comprendre. Mais pourquoi avoir accusé l'Ardence alors ? « C'était plus simple. Ce Chevaucheur, j'aurai peut-être détruit sa vie si je l'avais retrouvé pour lui dire. C'était plus simple de parler de Manaël, il est souvent à la Cruche Percée, nombreuses femmes tombent dans ses bras. Il aurait pu être une simple erreur d'un soir, sans que cela ne choque ici. » Ewen comprenait mieux, maintenant. Il n'était pas forcément d'accord avec ses actes mais il comprenait. C'était tout là la Odile qu'il connaissait, à vouloir protéger au mieux les personnes autour d'elle. L'Ardence était suffisamment habile pour se défendre lui-même, pour conserver sa dignité. La flamme de la chandelle sur la table vacilla un instant avant de s'éteindre, les laissant dans la pénombre calme de la nuit. Les étoiles qu'ils pouvaient apercevoir à travers la lucarne les replongeaient dans des souvenirs plus anciens, des temps où ils étaient encore tous les deux insouciants, sans problèmes à gérer. Le jeune homme se serait sûrement endormi si la voix de la serveuse n'avait pas repris, presque dans un murmure. « Mais c'est Violin que j'aime. » Dans son ton il sentait que ce n'était pas qu'un simple ménestrel pour elle. Rien qu'à la manière de prononcer son nom, de lui murmurer cette affirmation, il pouvait presque ressentir les battements de son cœur, son rythme plus soutenu pour cet homme. La petite Odile, sa petite blondinette était amoureuse. Il le devinait, il était pareil lorsque toutes ces années il avait pensé à ... « Papa n'acceptera jamais que je l'épouse. Il est si adorable pourtant. Et il est prêt à m'aider, à élever avec moi ce bébé qui n'est pourtant pas de lui. »

La façon dont elle parlait de Librenote le laissait penser qu'il devait lui aussi l'aimer sincèrement. Il l'aurait sûrement abandonnée si ça n'avait pas été le cas. Bien sûr Ewen ne manquerait pas de lui parler, pour s'assurer qu'il était fiable. Il s'occuperait plus tard de la version qu'il raconterait à son parrain. Plus tard. La respiration contre sa joue se fit plus lente, plus calme. La fille Aquilin s'était endormie. Lentement, le Chevaucheur s'était levé, reposant doucement le corps endormi de la demoiselle sur les couvertures avant de se glisser en silence dans la nuit. Quelques minutes plus tard, il prenait la direction des airs avec sa plus fidèle amie. Le vent caressait son visage, instant de liberté et d'insouciance, pendant la majestueuse dragonne décrivait de longues courbes dans la nuit. Demain sera un autre jour.


Ewen : #0000CC Patience : #FF005B









Revenir en haut Aller en bas
 
Quel homme a donc pris ton coeur ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» Quelle délicieuse prestation {Hentaï} [PV Siin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: