AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -35%
Promo sur les baskets Nike Air Max 200 – ...
Voir le deal
81 €

Partagez
 

 La mélodie du silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptyVen 3 Aoû - 23:10


Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Bartholomé d'Ansemer & Vanessa l'Atone

La mélodie du silence

Les chaînes de l'absence



• Date : 23 septembre 1003
• Météo (optionnel) : Il fait nuit, on s'en fiche.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Première rencontre entre Vanessa, l'Accordée machiavélique aux rêves brisés, et de Bartholomé, le duc au cœur ensanglanté qu'elle a décidé d'épouser.
• Recensement :
Code:
• [b]23 septembre 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4032-la-melodie-du-silence]La mélodie du silence[/url] - [i]Bartholomé d'Ansemer & Vanessa l'Atone[/i]
Première rencontre entre Vanessa, l'Accordée machiavélique aux rêves brisés, et de Bartholomé, le duc au cœur ensanglanté qu'elle a décidé d'épouser.













Dernière édition par Mélusine de Sylvamir le Ven 3 Aoû - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptyVen 3 Aoû - 23:11

Faërie • Mages



Vanessa

l'Atone



3.5 La Joueuse de Flûte

Présentation



Tu es prête.
Ô Dieux, voici venu le moment où les sorts basculent – où les nantis choient de leur trône, où les miséreux s’élèvent vers la lumière ! Tu es prête, Vanessa – prête à saisir ta chance. Pas la saisir, non – à la provoquer, à la brusquer, à la violenter jusqu’à ce que les forces suprêmes qui président à la Tapisserie sur le Métier du Tisserand se plient à ta volonté. Tu es prête à la secouer, ta chance, à la gifler et à la meurtrir, à la torturer et à la saigner, si cela peut te permettre de trouver vengeance pour mille ans d’isolement. Pour ce terrible abandon que les autres Accordés de la Symphonie t’ont infligé, par cette trahison insupportable qui t’a enfermée loin de la liberté jusqu’à ce que ta magie, enfin, puisse courir à nouveau sur le continent.

Tu n’as jamais été aussi prête de ton existence toute entière.
Depuis l’instant où Sébastien et Morgane t’ont permis de fuir la Symphonie, tu suis la course folle de tes espoirs, droit en direction d’Ansemer où se trouve la clé de ta liberté. Plus de carcan étouffant, plus de fers ni de barreaux, plus d’interdits ni de privations. Tu veux une vie étourdissante de couleurs, riche de mille saveurs, et cette simple promesse fait bondir ton cœur. Tu veux le sol sous tes pieds – où alors pas trop loin, là où tu peux l’apercevoir depuis le bastingage, et t’y rendre quand tu le veux. Tu veux l’or et le marbre, la soie et l’hermine ; tu veux des serviteurs pour exaucer tes souhaits, tu veux être celle qui ordonne, celle que l’on révère.

Tu es prête à exister vraiment – même si tu dois écraser quelques vies pour te hisser au sommet.
La chance t’a donné deux alliés, ton frère un peu insipide et ton amie pas forcément très maligne, mais tous deux loyaux, tous deux motivés pour s’enfuir à tes côtés, tous deux prêts à t’épauler pour atteindre ton but.
Que te faut-il de plus ?

Une couronne, Vanessa.
Tu veux une couronne sur ton front et un trône où siéger.
C’est donc dans ce but que vous avez sauté dans le premier portail venu pour traverser le continent, droit vers Port-Liberté où tu as compris qu’une opportunité allait se présenter. Il n’a pas fallu longtemps pour convaincre les gardes du palais de vous laisser entrer, quelques notes effilées du bout des doigts de Morgane ont produit un effet remarquable ; et c’est une fois le crépuscule bien installé que tu es entrée dans les appartements ducaux, jouant les servantes, une carafe emplie d’un vin bien spécial posée sur un plateau élégant.
Un vin largement assaisonné d’une potion d’influence, afin de soumettre complètement le duc à ta magie.
Avec la discrétion des serviteurs, tu as versé une coupe, puis tu l’as disposée sur le bureau où le souverain semble plongé dans une épaisse pile de parchemins visiblement très officiels.

Qu’il boive, maintenant.










Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Bartholomé d'Ansemer
Bartholomé d'Ansemer

Messages : 644
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptySam 4 Aoû - 19:55

Deux mariages. Longue journée, à laquelle il s’est dépêché de s’éclipser dès lors qu’il en était convenable. Portaillant à nouveau pour retrouver la quiétude du palais ducal, qui était bien vide et calme ces derniers temps. Plus de duchesse silencieuse pour arpenter les couloirs, plus de duchesse enceinte enfermée et gardée nuit et jour. Seule Bertille, pour laquelle on s’efforçait encore de créer autour d’elle une atmosphère joviale et enrichissante. Mais la mère manquait cruellement à la petite, et nombre de fois les nourrices avaient essuyé les larmes qui roulaient sur ses joues. Bartholomé tâchait de passer le plus de temps avec elle, et si elle semblait heureuse de ces moments partagés, il voyait dans son coeur d’enfant qu’elle ressentait le vide de Jehanne qui était partie.

Il s’était ainsi éclipsé de ces festivités célébrant l’amour ; sentiment qui lui semblait bien abstrait et étrange ces derniers temps. Il faisait tout juste encore le deuil de Jehanne et de son frère, que déjà Geneviève était là à lui murmurer des promesses qu’il ne voulait pas entendre. Pas tout de suite. Qu’on lui laisse du temps avant qu’il n’enfile à nouveau les chaînes du mariage. Mais il savait que ça ne durerait pas. Il savait que bien trop tôt ses conseillers reviendraient avec cette même idée, que sa cour serait de nouveau prise d'assaut de jeune femme ambitieuse ou de pères souhaitant présenter leur fille au duc. On lui dirait qu’il est encore jeune, qu’il peut encore donner des enfants, et que n’avoir qu’une seule héritière est dangereux. Dangereux alors que les temps sont troubles, alors que la Chasse court encore. Que se marier à nouveau, à une femme fertile qui lui procurerait de nouveaux héritiers rapidement, serait chose à faire.
Encore un peu de temps, par contre. Les mariages de la journée ne lui avaient pas donné envie.

Alors il était revenu ici, dans son palais, dans ces murs qu’il connaissait si bien, dans ses appartements, attablé devant une multitudes de papiers et parchemins qui demandaient son attention ou sa signature. C’était une façon de s’occuper l’esprit alors que le sommeil ne lui venait pas encore. Dehors, les lunes étaient déjà haute dans le ciel, et leur lueure blanchâtre entrait dans la pièce par les grands rideaux laissés ouverts.

Un bruit. Quelque chose que l’on dépose sur le bureau. Le duc relève à peine le regard pour le poser sur la coupe qu’on a mise là. Pas plus de question, ses serviteurs connaissaient ses habitudes après tout, alors la plume dans une main à rédiger, l’autre s’étire pour venir prendre le vin qu’il porte à ses lèvres. Léger froncement de sourcils, alors que le goût de ce dernier lui semble… différent? Étrange? Pas assez toutefois pour que le questionnement persiste dans son esprit, et il cale l’entièreté du breuvage, redéposant la coupe vide sur le bureau. Signant le parchemin devant lui d’un geste assuré et habitué, avant de le prendre et de le déposer sur une pile plus à gauche, de poser son regard sur le suivant.

Et le vin absorbé, les effets de la potion qui lentement se mêle à son sang, à son être.

Il est déjà trop tard.


dialogues en #006666
La mélodie du silence TitreBartholome1
La mélodie du silence RandomDrama
La mélodie du silence RandomFamillefonctionnelle
La mélodie du silence RandomRespect
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptyMer 15 Aoû - 17:18

Faërie • Mages



Vanessa

l'Atone



3.5 La Joueuse de Flûte

Présentation



Il boit.
Victoire ! Victoire, il a pris la potion, dans son intégralité, et tu n’as même pas eu à l’y inciter ! Tout est là, tout ce en quoi tu as cru pour tenir bon au fond de ta prison, trompant l’obscurité et l’abandon par la promesse d’une revanche éclatante sur l’oppression. Se doute-t-il, ce duc courbé sur son travail, qu’il porte sur ses épaules masculines le poids de mille ans d’espoirs cristallisés, nourris dans l’adversité et prêts à éclore, enfin, pour l’esquisse d’un meilleur destin ? Et s’il se montre à la hauteur de tes attentes, s’il sait se montrer suffisamment docile pour te sauver de la tourmente – alors, Vanessa, alors tu le traiteras bien.

Il y a un fond de pitié, soigneusement enfoui au fond de ton esprit, pour cet homme brisé à qui l’on a volé son titre de mari. Tu viens d’une époque où ces liens-là n’auraient su être galvaudés, et si tu dois poser ton poignet contre le sien pour nouer votre union, tu comptes bien l’honorer comme il se doit – tu es avide, même cupide, sans l’ombre d’un doute, Vanessa ; mais déterminée à prouver ta compétence et la force des idéaux auxquels tu crois. Tu ressens le poids de la tradition, après un millénaire passé à ressasser ta jeunesse insouciante de naguère, tu as eu le temps de réfléchir à tes ambitions : épouser sire Bartholomé est un objectif tout aussi égoïste que noble, et tu as décidé qu’être une bonne duchesse serait ta première mission.

Une duchesse puissante, pour être précise.
Puissante, et redoutée.
Une couronne solide pour asseoir la supériorité du trône d’Ansemer et jouir des multiples richesses que ton nouveau statut te donnera. Et, également, pour jouir pleinement du corps musclé de ce mari que la rumeur prétend fort adroit et que ta magie mettra entre tes draps. Oh, tu y crois, à présent, Vanessa – ce rêve que tu as caressé des années durant, seule à fond de cale parmi les rats, voilà maintenant que tu le touches du doigt ! Il suffit de peu pour achever ton plan de liberté et de gloire : quelques notes tirées de ta flûte que tu as emportée avec toi, la persuasion tentatrice que tu déploieras,  les murmures suggérés au creux de son oreille et qui feront force de loi.

Tu l’as décidé : tu l’auras.

De quelques pas tranquilles, tu te déplaces dans la pièce – suffisamment pour entrer à la lisière de son champ de vision. Il ne sait rien de toi, ni ta nature ni ton nom : il te prend pour l’une de ces souillons qui œuvrent en cuisine, loin des nobles et de leur horizon ; mais tu l’as rendu réceptif à tes suggestions en lui faisant absorber la potion, et il est temps à présent de passer à la phase déterminante de ton plan d’action.

« Votre Grâce, vous semblez fort tourmenté ; j’ai entendu en chemin l’un de vos conseillers mentionner qu’un peu de musique vous reposerait. Je n’oserais outrepasser ma position, soyez-en, assuré ; mais permettez-moi, seigneur, de jouer pour vous quelque balade ou quelque lai. Je vous promets, que ces tourments qui vous affligent s'en verront effacés… »











Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Bartholomé d'Ansemer
Bartholomé d'Ansemer

Messages : 644
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptyMar 21 Aoû - 19:58

Il ne les voit pas, ces domestiques qui s'affairent autour de lui. Habitué, depuis toujours, à ces présences constantes, prête à écouter ses mots, à lui obéir, anticiper ses moindres désirs. Alors il reste concentré, sur le parchemin devant lui, il trempe la plume dans l’encrier, appose une signature ici, raye quelques mots là.

Il ne l’a pas aperçu non plus, elle. Il n’a pas même levé le regard quand elle avait déposé la coupe de laquelle il s’est abreuvé. Il n’a pas pris conscience qu’elle est encore là, juste un peu plus loin. Mais elle s’approche. Elle s’approche et sa silhouette se dessine dans son champ de vision. Ce n’est pourtant qu’à ses mots qu’il relève finalement le regard vers elle.

Il ne la connaît pas ; bien évidemment. Mais il ne connaît pas vraiment non plus tous ces domestiques qui oeuvrent continuellement pour lui. Pourquoi bien, après tout? Ils ne sont pas nobles, souvent bien même de la simple roture, et le travail qu’il leur offre au palais est déjà bien assez grande récompense. Oh elle est jolie, celle-ci, mais son regard ne la détaille pas plus que cela, parce que son esprit ne voit encore en elle qu’une simple demoiselle de cuisine. Il aime les femmes, le duc ; mais il n’est pas homme à se rabattre sur de petite serviteure alors qu’il peut avoir entre ses draps de la noblesse.

Pourtant elle parle, et il l’écoute, et il se surprend à acquiescer à sa proposition. « Bien, oui. Jouez-moi un air. » Il n’est pas particulièrement fervent de musique, le duc. Il préfère d’ordinaire la musique de l’océan, la mélodie des vagues qui se brise sur la coque d’un navire, le sifflement du vent et les accents des oiseaux qui viennent ponctuer le tableau. Mais pas à cet instant ; elle lui propose balade et lai et la seule mention lui donne envie. Et puis elle lui promet que ses tourments en seront effacés, et son coeur déjà veut devenir plus léger. Il dépose la plume sur le bureau, l’encre encore retenue lentement s’échappe créant une petite tâche sombre sur le document. Il se cale, bien confortablement, dans son fauteuil, vient croiser les bras contre son torse, incline doucement la tête, le regard sur la jeune femme qu’il détaille. « J’ignorais avoir dans ma domesticité quelques talentueux musiciens. Mais je vous suis tout ouïe, et si votre musique peut m'apaiser, il est bien trop vrai que je puisse en avoir besoin. »


dialogues en #006666
La mélodie du silence TitreBartholome1
La mélodie du silence RandomDrama
La mélodie du silence RandomFamillefonctionnelle
La mélodie du silence RandomRespect
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptySam 25 Aoû - 14:37

Faërie • Mages



Vanessa

l'Atone



3.5 La Joueuse de Flûte

Présentation



La potion que ta ruse lui a fait absorber semble faire effet – reposant la plume près de l’encrier, sans considération pour le parchemin désormais taché par l’encre gaspillée, Bartholomé dédaigne soudain ses occupations pour t’accorder sa pleine attention, confortablement installé dans son fauteuil douillet, appuyé négligemment contre le dossier. Tu le veux détendu, réceptif, décontracté – c’est parfait, et le regard attentif qu’il porte sur toi te plaît. Tu as retenu son attention, capté son intérêt – charge à toi, à présent, de t’assurer que ton poisson soit convenablement ferré.

« À votre bon plaisir, monseigneur », réponds-tu d’un ton mutin, dans une révérence profondément exécutée, qui fait adroitement bâiller l’échancrure de ton décolleté. Il n’y a plus de temps à perdre maintenant ; c’est le moment que tu attendais tant, celui de briller, celui de conquérir, celui de triompher. Avec les gestes habiles d’une habitude parfaitement maîtrisée, tu extrais ton instrument de son étui ouvragé, saluant respectueusement ta flûte tout en la présentant d’un geste fluide au regard de Bartholomé. C’est ta complice, c’est ton amie, c’est le meilleur des équipiers : un bel outil, un merveilleux atout, un avantage incontesté, qui te procure une indéniable supériorité. Et voilà l’heure de le prouver !

Portant l’embouchure à tes lèvres, tu inspires ; puis, délicatement mais avec la fermeté à laquelle tu es habituée, tu souffles presque amoureusement dans l’ouverture, jouant des doigts sur le corps de l’instrument, habilement, pour en tirer cette musique sacrée que tu as façonnée pour être le parfait vecteur de cette magie que tu veux déployer. Entre tes mains, c’est l’Accord qui vibre – depuis le creux de ta poitrine où il murmure en sourdine, le voilà qui serpente et qui sinue dans la colonne d’air de ta flûte enchantée, pour en émerger grandi et forgé, frémissant comme un chuchotement intime à l’oreille de Bartholomé qui, déjà, ne peut plus t’échapper.

Regarde-moi, frissonne la magie délicate tandis que ton esprit saute d’une note à l’autre pour effleurer enfin le sien. Regarde-moi, seigneur couronné, grave mon image dans ta mémoire pour l’éternité, et ne m’oublie jamais. Efface de tes souvenirs le nom de cette femme qui m’a précédée à tes côtés, renie toutes celles qui sont passées avant moi entre tes draps – il n’y aura plus que moi, désormais. Imagine la plénitude du bonheur que tu trouveras, la félicité de ma présence sur le trône où tu m’auras installée ; la grâce de la couronne sur mon front,  la splendeur des enfants que je saurai te donner. Regarde-moi, roi des océans, cesse de te morfondre en époux bafoué, en père lésé, cesse de t’apitoyer ; regarde-moi, je suis là, je suis venue pour toi, et pour toi uniquement. Je t’ai choisi entre tous, c’est moi qui l’ai décidé ; regarde-moi, car je serai tienne, si tu me choisis à ton tour, Bartholomé. Ne pense plus qu’à moi, quel que soit l’endroit où te porteront tes pas – languis-toi de sentir mon corps s’offrir sous tes doigts, et que mon absence te torture sans répit tant que tu seras loin de moi. Efface les tourments de ton esprit à présent, mon roi – et embrasse la passion que je t’offre à plein bras, tant que tu vivras dans le désir de moi.

Doucement, tu écartes la flûte de tes lèvres, saluant une nouvelle fois le souverain dont tu as désormais la pleine attention – la voilà, la victoire, Vanessa, à un cheveu de tes doigts ! « J’espère que ce que je vous offre est à votre goût, Votre Grâce… ? » interroges-tu, toujours stratégiquement inclinée, coulant un regard de braise sous tes cils allongés.











Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Bartholomé d'Ansemer
Bartholomé d'Ansemer

Messages : 644
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence EmptyMer 29 Aoû - 16:55

Jolie, la musicienne, qu’il ne peut s’empêcher de penser alors que toute son attention est sur elle à présent. Plus belle que les simples servantes qu’il d'ordinaire se promènent dans son palais. Peut-être même plus jolie que certaines de ces jeunes filles de la noblesse qui dansent et ricanent dans sa cour, qu’il irait même jusqu’à dire, alors que son regard glisse sur le décolleté qu’elle expose en lui offrant une révérence. Et de cette échancrure invitante son oeil remonte pour se poser sur ses lèvres, qui se déposent sur la l’embouchure de la flûte, et si son esprit n’était pas tant réceptif à entendre cette musique qu’elle lui offre certainement qu’il divaguerait et imaginerait ses lèvres embrasser autre chose.

Mais les premières notes se font entendrent, glissent dans son esprit, l’emplissent. Il la regarde, la musicienne, et il ne voit plus qu’elle. Son regard et la courbe de son visage, la pente douce de son nez et les lèvres invitantes. Il devine sous ses vêtements les rondeurs stratégiques de son corps, le galbe de sa poitrine, le creux de ses reins. Il a envie de la voir nue, nue dans ses draps, son corps qui frémit sous les caresses de ses doigts. Et s’il a l’habitude des Compagnes où des dames qui partagent son lit, à cet instant elles lui semblent si fades comparées à celle qui joue pour lui. Ce n’est qu’elle dont il a envie à présent. Et Geneviève n’existe plus, Jehanne n’est plus rien dans son esprit, un nom qu’il oublie même. Plus personne ne semble important à cet instant, sinon celle-ci. Celle-ci dont il ne connaît pas même le nom, celle-ci qui ne connaît aucunement en fait. Mais il doit savoir. Il doit savoir parce qu’elle lui semble envoyée des Dieux eux-mêmes, sinon pourquoi l’imagine-t-il déjà couronnée à ses côtés? Elle est là pour lui, il le sait. Et ce ne peut qu’être là que Messaïon lui-même qui le récompense en posant cette femme sur son chemin. Il ne peut la laisser partir. Ne doit pas.
Son esprit lui est plus léger, ses tourments semblent lointains, distants, inexistants. Toute son attention est focalisée sur la jeune femme, sur sa musique, sur l’enchantement qu’elle implante dans les limbes de son cerveau.

C’est son état, couplé à cette potion et à cette magie, qui le fait basculer sous l’emprise de l’Accordée. Il n’en a pas conscience, il n’a pas conscience d’être devenu un pantin ; et c’est là toute la beauté de la chose.

Les notes cessent. Mais il en voudrait plus. Son regard la caresse et la déshabille, alors qu’elle s’incline à nouveau face à lui, mais c’est ses mains qui brûlent d’envie de glisser sur son corps, de lui retirer ses vêtements. « Vous êtes incroyablement douée. » Mais la musique est superflue, ce n’est plus ce qu’il l’intéresse. « Approchez. » Il sent dans son regard qu’elle ne semble pas indifférente à ses charmes, il sait dans son esprit qu’elle est déjà à lui, qu’il ne lui faut que la prendre. « Comment ce fait-il que je ne vous ai jamais vu avant? » Mais ça n’a pas d’importance. « Quel prénom portez-vous? » Parce que le nom n’a pas d’importance, il l’imagine déjà devenir une d’Ansemer.




Vanessa. C’est ainsi qu’elle se nomme, qu’il apprendra, alors que le prénom se gravera dans sa mémoire, et que l'image de la femme qui rejoindra ses draps alors viendra se parer de la couronne ducale dans son esprit. L’épouser devient alors une certitude aussi simple que violente et au lendemain matin il se lèvera avec l’aurore pour rédiger une missive qu’on enverra aux quatres coins de Faërie. Tous convié au mariage du duc, tout juste quelques jours plus tard. Inutile d’attendre plus longtemps alors que Messaïon lui-même venait de le choyer du plus beau des cadeaux. Ansemer serait fort de cette nouvelle duchesse, qu’il pensait. Et il était heureux, déjà, de ce mariage qui approchait et de la perspective de passer le reste de ses jours auprès de la belle musicienne.

Oh s’il avait pu savoir. Oh que les prochains jours seraient une effervescence de bonheur aussi puissante que serait le désastre qui suivrait. Se souviendrait-il seulement, après, des charmes de l'envoûtement et du sentiment doux et léger qui l’enveloppait alors, quand il retrouvera la cruelle réalité, devenue alors un peu plus compliquée.

Pauvre duc tourmenté ; à l’esprit si propice aux charmes de cette opportuniste.
Mais il ne saurait pas encore, qu’il profite, un peu, d’être heureux.


dialogues en #006666
La mélodie du silence TitreBartholome1
La mélodie du silence RandomDrama
La mélodie du silence RandomFamillefonctionnelle
La mélodie du silence RandomRespect
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La mélodie du silence   La mélodie du silence Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La mélodie du silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: