AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Prix cassé sur les baskets Nike LeBron Witness ...
Voir le deal
60.47 €

Partagez
 

 Une rencontre pour présent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptySam 18 Aoû - 15:33


Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Sifaï Sinhaj & Anthim d'Erebor

Une rencontre pour présent

Un voeux réalisé comme cadeau



• Date : 6 août 1003
• Météo (optionnel) : //
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Pour remercier ses Voltigeurs de leurs actes lors de l'incident avec les momies en Sombreciel et Cibella, Anthim décide de rencontrer ceux-ci et écouter leurs réclamations. Sifaï fait parti de ce groupe de Voltigeurs et a l'honneur de rencontrer son souverain.
• Recensement :
Code:
• [b]6 août 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4080-une-rencontre-pour-present#151667]Une rencontre pour présent[/url] - [i]Sifaï Sinhaj & Anthim d'Erebor[/i]
Pour remercier ses Voltigeurs de leurs actes lors de l'incident avec les momies en Sombreciel et Cibella, Anthim décide de rencontrer ceux-ci et écouter leurs réclamations. Sifaï fait parti de ce groupe de Voltigeurs et a l'honneur de rencontrer son souverain.







Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptySam 18 Aoû - 15:34

Ce qui était arrivé dans les vallées funéraires avait été des plus préoccupants, et même encore aujourd’hui, alors que les choses étaient rentrées dans l’ordre, des conséquences plus lourdes se levaient à l’horizon. Anthim pouvait les voir, les percevoir sans mal car le secret sur cette affaire était tombé, et les momies s’étaient échappées là où elles n’auraient jamais dû aller. Arven tout entier serait au courant, quand bien même Erebor n’était pas responsable de ce malheur, car jamais les erebiens n’auraient utilisés et humiliés leurs morts de la sorte. Les dégâts étaient certes nombreux, hélas, et Anthim avait accepté d’en payer certains. D’autres seraient sujets à discussion, et une enquête demeurait toujours pour élucider plus clairement le mystère sur le rituel lancé sur les morts. Les coupables étaient morts depuis longtemps, mais leur magie avait perduré, et peut-être que d’autres mages s’étaient avancés dans leurs vallées pour continuer leur tâche contre nature. Bien des choses restaient à faire, sans compter l’indépendance d’Erebor qui, quoique devenue plus stable désormais, demandait toujours autant d’attention.

Néanmoins, malgré tout ce qui attendait le sultan des sables, Anthim avait tenu à rencontrer ses Voltigeurs dépêché sur place, en récompense de leurs bons services lors de cette mission. La veille, il avait rendu à Rejwaïde son titre et sa place dans l’un des escadrons, et aujourd’hui, il rencontrait les titulaires qui avaient parfaitement bien agi pour défendre la cause d’Erebor et protéger malgré tous les morts relevés. Un à un, il s’était entretenu avec eux, écoutant si nécessaire leur demande qui n’étaient jamais excessives. L’honneur de rencontrer le sultan était grand pour eux, mais Anthim était cependant heureux de pouvoir faire quelque chose pour ceux qui avaient risqué gros en passant la frontière sans autorisation, pour le bien de leur royaume. La dernière qu’il verrait ce jour n’était pas encore titulaire, mais il connaissait le nom de celle-ci, accolé bien souvent à celui de la Danseuse Astrale ou de la dame de Sombregemme, devenue Séverac d’ailleurs. Une cadette, bien jeune encore, mais qui sur ordre de la Maréchale avait été dépêché sur place et s’en était sortie avec brio. En privé, comme les autres, elle fut invitée à entrer dans le bureau du sultan, loin de la foule et des regards des courtisans comme ça aurait pu être le cas dans la grande salle d’audience. C’était un cadeau qu’Anthim faisait à ses Voltigeurs, il ne tenait pas à ce que les mots et les actes, parfois maladroits, soient retenus contre eux face à des vipères du désert bien trop heureux d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Dans ce bureau il serait au calme avec son invitée. Le serviteur avait fait attendre la jeune Sifaï seule dans ce lieu, le temps que le sultan termine une affaire urgente venue entre deux rencontres. A peine dix minutes d’absence, et il arriva enfin, entouré de deux hommes qui attendraient derrière la porte. Le serviteur qui tenait compagnie à la jeune Voltigeuse s’éclipsa aussi, laissant le tout puissant souverain d’Erebor avec la cadette aux ailes encore fragiles.

Elle s’incline, bien bas comme le veut la coutume et comme tous les autres l’ont fait avant elle. D’un geste accompagné d’un bienveillant sourire, Anthim l’intime à se relever, puis désigne un siège moelleux avant de lui même s’installer dans le sien.

« Soit la bienvenue Sifaï Sinhaj. Sais-tu pourquoi tu es ici ? »

La question pourrait être intimidante. Elle l’est sans doute d’une certaine manière, mais le ton du sultan n’a rien d’agressif, et le visage reste ouvert. Il n’est pas là pour lui faire peur, tout au contraire, mais peut-être ne sait-elle pas qu’il l’a inviter comme remerciement de ses services dument rendus à la couronne d’Erebor, elle pourtant si jeune.






Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptySam 1 Sep - 15:56

Elle était revenue avec des ornements funéraires plein sa besace et les avait tendus, mains ouvertes, à la Garde Thaumaturge. Il manquait la main momifiée. La main que la fille de la Confrérie Noire avait tailladée et avait refusée de ramener jusqu’au coeur du désert. Elle lui en voulait, Sifaï, blessée dans son orgueil d’avoir cru aux bons sentiments de la petite silhouette masquée lorsqu’elle avait exprimée sa désolation. Blessée aussi pour ce mort qui ne revenait pas entier dans la Vallée de la Reine. La cadette avait sombré dans un sommeil lourd, sitôt revenue à sa chambre, à la caserne de Vivedune. Dix heures de repos. L’énergie et la fougue qu’elle avait déployées, depuis sa constatation des tombeaux vides, avaient enfin eu raison d’elle. Puis l'entraînement avait repris avec plus d’acharnement encore de sa part. Si Sifaï s’était montrée assidue et studieuse à la Caserne de Serre ou dans le désert de glace, elle l’était plus encore depuis son retour de mission. Le combat rapproché méritait son acharnement, et c’est sans relâche qu’elle s’entraînait avec les siens, les autres cadets, dans l’espoir d’être plus efficace si une situation similaire à la pièce bondée se reproduisait. Elle ne serait pas prise au dépourvue, maladroite avec son arme dans un espace trop restreint pour se battre convenablement.

Lorsque son souverain avait souhaité rencontrer les Voltigeurs présents à l’expédition, Sifaï avait senti gonflé en elle un étrange sentiment de petitesse mais également d’orgueil. Toute timide qu’elle était, se voir affronter le regard du sultan lui semblait presque impossible. C’est Hafid qui la rassura, bien que brièvement, avant que son tour de rencontrer Anthim d’Erebor ne vienne. Il lui avait dit, le Voltigeur, qu’il s’agissait d’une rencontre généreuse et qu’il ne lui fallait qu’être elle-même. L’homme fait avait déposé sa large patte sur son épaule, un sourire bienveillant aux lèvres. La petite l’avait rattrapé, lors de l’expédition, lorsqu’il avait manqué un saut sur les toits cielsombrois. Il semblait l’estimer bien plus depuis leur retour qu’avant leur départ.

Sifaï n’était pas encore réellement rassurée lorsqu’on l’accompagna jusqu’au bureau douillet. Bien peu fortunée, la cadette s’était drapée du même sari coloré qu’elle avait porté lors du mariage de sa titulaire. Les mêmes ornements d’or sur ses bras. Le bracelet de lapis-lazuli, acheté au marché en compagnie d’Anwar, marquait son bras dans l’espoir qu’il puisse l’aider à dépasser sa propre timidité. Elle en était là, à détailler les dorures des moindres coussins sous le regard du serviteur, lorsqu’on introduisit Anthim d’Erebor, roi du Sable et du Roc, dans cet espace désormais bien trop petit pour sa majesté. Elle s’était inclinée bassement, comme se devaient de le faire les enfants des dunes, jusqu’à ce qu’il l’invite à prendre place. Alors elle s’était posée sur le fauteuil aussi joli que confortable, les mains sagement posées sur ses cuisses, la posture impeccable pour mieux dissimuler son manque d’assurance. Son regard, lui, était perdu vers les lèvres de son roi. Ne pas croiser son regard, jamais, car elle s’en sentait bien peu digne.

Il lui souhaitait la bienvenue. Il la questionnait sur la raison de sa présence. La cadette fronça un brin les sourcils car la question ne lui semblait pas si innocente. Braver sa timidité. Se laisser bercer par la quiétude que lui partageait Simoun, en bien mince soutien. Elle n’avait pas l’arrogance de prétendre connaître les motivations du sultan, mais elle se doutait bien, Sifaï, de la raison de sa présence.

- Sultan, je vous remercie de me recevoir. C’est un honneur d’être ici, devant vous.

Ces mots, elle les avait répété jusqu’à les savoir par coeur, jusqu’à ne plus hésiter. Une formulation courtoise mais sentie, que l’acharnement avait ancré à son esprit. Il lui fallait toutefois répondre à la question et voler de ses propres ailes, malgré sa timidité.

- J’ai cru comprendre que vous aviez rencontré plusieurs Voltigeurs. Je crois que ma présence au coeur du palais est lié à cet honneur qui est également mon devoir, celui de défendre les terres d’Erebor.

Elle patientait alors, lui laissant entièrement les guides de cette conversation. Très bientôt, elle n’en doutait pas, elle saurait plus clairement ce que son seigneur lui voulait.


Une rencontre pour présent TitreSifai1
Une rencontre pour présent RandomDescartes
Une rencontre pour présent LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptyVen 5 Oct - 16:23

Plus que la posture respectueuse et humble, il y avait dans l’attitude de cette jeune fille une forme de timidité qui rongeait peut-être la confiance. Il pouvait comprendre, Anthim, le sentiment proche de la peur qui en cet instant devait se faufiler jusqu’aux pensées de la petite voltigeuse qui avait l’immense honneur de rencontrer son sultan. Parmi les gens du sable qui n’étaient pas nés avec le sang chargé de noblesse, ce n’était pas chose facile que de voir de si près, d’une presque intimité, le maître tout puissant d’Erebor. Et pourtant, c’était le cas à cet instant. Ce n’était là ni une illusion ni un mensonge, et le sourire bienveillant du souverain du Sable et du Roc avait cette véritable sincérité lorsqu’il posait ses yeux si clairs sur le visage effacé de cette demoiselle aux fragiles ailes.

Le côté un peu mécanique des paroles ne le dérange pas, sans doute bien apprises pour ne pas paraître malpolie. Simples remerciements auxquels Anthim répond d’un léger hochement de tête qui fit tinter l’or des bijoux autour de son cou et sur le turban richement ornementé. Ce qu’il attend plutôt, c’est la réponse à la question posée, mais elle semble le deviner et connaître, en quelques détails, les raisons qui ont poussées le roi à convoquer les honorables Voltigeurs qui s’étaient fait connaître dans cette sombre affaire. Une histoire de devoir, oui, elle n’est pas la première à le dire et le répéter, et Anthim en a pertinemment conscience. Mais le devoir ne pouvait-il lui même pas être récompensé lorsqu’il œuvrait pour réparer quelque chose qui aurait pu être autrement plus grave ? Le courage de ses Voltigeurs face aux morts et aux ancêtres méritait remerciements de la part du souverain d’Erebor. A chacun d’entre eux.

« C’est exact. Si tu es ici c’est parce que j’estime que les Voltigeurs qui ont participé à ramener nos morts dans leur dernière demeure méritent bien quelque chose de ma part. » Peu importe si eux ne voyaient ça que comme une tâche à accomplir aux vues de leur métier, la décision du sultan restait la première et la prioritaire. « Nous avons évité grâce à vous et aux agents de la Confrérie Noire une crise qui aurait pu s’avérer bien plus grave. Les agents ont été récompensés et c’est à votre tour. »

Ce n’était plus un secret hélas qu’Anthim avait fait appel aux enfants de la Sombre Mère dans cette histoire, révélant d’une certaine manière quelques liens qu’il pouvait entretenir avec eux dans le plus grand des secrets. Le doute demeurait, mais il s’éclaircissait peut-être sur certains points. Ses Voltigeurs cependant ne pouvaient l’ignorer, pas plus que la jeune Sifaï.

« En plus de mes remerciements que je t’offre personnellement pour ton courage et ta dévotion envers notre terre, je suis disposé à écouter toute réclamation que tu pourrais avoir. »

Un désir, un espoir. Une demande ou même quelque chose de plus trivial comme de l’or ou des terres… C’était là quelque chose qu’Anthim était prêt à accepter, si bien sûr ça n’excédait pas sa générosité. Mais il doutait que la jeune Voltigeuse ait ce genre de demande.






Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptyDim 4 Nov - 19:15

Sois téméraire. C'était le conseil que lui avait donné Rejwaïde avant qu'elle ne rencontre le sultan d'Erebor. Ce n'était pas le moment de s'effacer, qu'on lui avait rappelé, à la caserne. Elle s’était drapée de tout ce support, de toutes ces jolies images réconfortantes que soufflait Simoun à son esprit, pour traverser le grand hall aux arches dorées. Il lui semblait pourtant que son audace s’étiolait sous l’élégance de l’architecture et la noblesse d’Anthim d’Erebor. Posée là, devant son roi qui la remerciait et souhaitait entendre ses réclamations, la fille des dunes s’efforçait de se rappeler qui elle était. Elle était la plus jeune des cadettes à avoir quitté la caserne pour soutenir les Voltigeurs, lors de la terrible guerre. Elle avait vécu beaucoup. Elle avait vu ce qu’elle n’aurait jamais dû voir. Elle avait appris, aussi. Elle était là, auprès de Grâce de Sombregemme, lors que la Chasse Sauvage avait relevé Octave d’Ibélène. Elle était là lorsque les morts d’Erebor avaient quitté les vallées funéraires. Peut-être était-ce maigre, dans l’histoire d’un champion d’Erebor, mais tous ces exploits lui appartenaient et la façonnaient, malgré sa jeunesse. Sifaï tentait de ne pas s’oublier et de croire les paroles généreuses du roi des gitans.

- Pour vous, mon roi, je présente une… Non, deux souhaits. Mes requêtes semblent peut-être gourmandes en nombre, mais l’une d'entre elles concerne mon rôle de Voltigeuse.

Le visage bas, humble devant Anthim d'Erebor, la cadette cherchait péniblement le courage d'avancer un peu plus. Était-ce de l'audace, de la folie ou de la simple clairvoyance, que de demander autant à celui qui était si clément et disposé à l’entendre? Elle ne doutait pas qu'il imposerait les limites de sa bienveillance. Sifaï craignait plutôt de découvrir cette limite. D'être celle qui ne comprenait pas la frontière à ne pas franchir. À son esprit, elle sentait celui de Simoun, aussi fébrile qu'elle de la savoir seule face au sultan. Honneur. Fierté. Simoun rêvait toujours de grandeur, pour sa petite humaine, pourtant lui-même si peu désireux d’être remarqué.

- Je ne possède rien. Je me présenterais à ma nouvelle ailière armée de ma seule loyauté et de mon dévouement. Le mot semblait étrangement lourd, entre ses lèvres, mué du poids des obligations, du devoir et de l’honneur. Sifaï avait marqué un silence avant de reprendre, alors qu’elle réalisait sans doute l’importance de ce que sa nouvelle vie impliquait. J’aimerais que dans sa bonté et sa générosité, le Sultan d’Erebor me juge digne d’un sabre de grande qualité qui me rappelerait Erebor, où que mes obligations me portent. Un sabre unique, qui serait mon prolongement. Une arme qui serait assez légère pour mon bras et aussi tranchante que l’impétuosité des enfants des dunes. Une arme qui me permettrait de miser sur ma force : ma rapidité.

La grande enfant qui n’en était plus vraiment une, à présent, relevait lentement son regard sur le sultan. D’abord ses atours richissimes. Puis ses lèvres, où Sifaï espérait voir naître un peu d’indulgence pour cette requête qu’elle jugeait osée. Pour la seconde réclamation, celle qui serait bien personnelle, la presque Voltigeuse patientait l’invitation de son roi. Peut-être avait-il quelques commentaires à lui offrir quant à sa demande, quelques précisions sur la nécessité d’une arme toute personnelle.


Une rencontre pour présent TitreSifai1
Une rencontre pour présent RandomDescartes
Une rencontre pour présent LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptyLun 26 Nov - 15:51

Audacieuse mais humble. Ce sont les mots qu’utiliserait Anthim pour décrire la jeune Voltigeuse devant lui, dont le regard n’ose pas toujours croiser le sien. Par peur ou par respect, ou peut-être un peu des deux. En tous les cas, ce courage lui plait bien, car ils sont peu à avoir essayé de demander plus que ce que la générosité du sultan proposait. Mais aucun n’était à même de juger de la grandeur de la bienveillance du souverain du Sable et du Roc, et tout dépendrait en vérité de la première requête. S’il la jugeait raisonnable, il était tout disposé à offrir un autre présent, pour peu qu’il ne dépasse pas l’impossible. Mais ça, il en serait le seul décisionnaire.

« Parle sans crainte, je suis prêt à écouter tes souhaits. »

Il n’en dit pas plus, mais son ton chaud et paternel est pleinement là pour la rassurer. Du moins l’espère-t-il. En tout cas, elle reprend la parole, quoique marquant un silence avant de donner les contours de sa requête, les expliquer par des mots. Une simple demande en vérité, quoique pleine de sens pour une si jeune Voltigeuse, presque encore cadette. Cette arme, qui marquerait son évolution, son passage vers un autre statut, et surtout la preuve de ses talents, aussi bien à voler dans les cieux à qu’à défendre ce qui lui est cher. Elle est bien jeune oui, cette petite Sifaï à la carrure frêle, et pourtant elle à ce même feu qu’on tous les erebiens, brûlant au fond de ses prunelles en de farouches braises. Et s’il n’est pas impressionné outre mesure, Anthim, il apprécie grandement de l’observer, chez une sujette qui semble avoir connu des jours compliqués. Et il lui espère un bon avenir.

« L’on pourrait croire que c’est là quelque chose de bien trivial, pour un cadeau offert par le sultan, que de demander une épée. Mais c’est là l’arme qui te permettrait d’exprimer ta force, avec je dois le dire, une certaine élégance. » Il est loin d’être un amateur d’arme, le sultan, bien peu habile avec ce genre d’outils en main. Et pourtant, il en admire autant la richesse que la beauté qui peut se dégager de pareils bijoux d’artisanat, quand ceux-ci sont bien faits. « Je ferais mander le plus grand et le plus talentueux forgeron d’Erebor. Et pour toi, en suivant ton désir et tes indications, il forgera l’arme qui te correspondra le mieux. » Erebor, le royaume des artisans. Oh il savait bien qu’il n’aurait pas de mal à en trouver un qui pourrait forger quelque chose, mais pour cette demande bien particulière, il fallait un maître dans cet art.

Se calant un peu mieux dans son siège, il observe l’espace de quelques secondes avec curiosité à cette jeune Voltigeuse devant lui, les yeux sructateurs mais le sourire doux. Son simple silence pouvait être pris pour quelques songes sur la suite de cet entretien et c’était bien le cas. Car brisant le silence, il reprit enfin :

« Avant que tu ne me dises ton second souhait, j’aimerais que tu me parles un peu de toi. On m’a dit que tu t’étais engagée bien jeune, alors raconte moi. »






Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptyJeu 6 Déc - 2:07

Il comprenait, son roi, combien importante était sa requête. Il ne s’agissait pas d’une simple arme, il était plutôt question d’une arme reflétait qui elle était, qui la suivrait tout au long de sa carrière qu’elle espérait longue. Protéger les dunes avec une arme forgée par l’un des siens. Une arme légère et acérée qui ne l’encombrerait pas, elle, si féline. Alors qu’il concédait à sa requête avec autant de générosité, l’Erebienne s’inclina devant lui avec un respect toujours marqué. Un silence flotta un moment bref, alors qu’elle sentait peser sur elle le regard d’Anthim. Ce fut lui qui reprit parole en lui demandant quelques filaments de son histoire. Une histoire bien simple, bien jeune aussi, et Sifaï prit un temps pour rassembler ses mots. Sa vie était d’une simplicité… Et d’une tristesse, avant Simoun. Elle allait donc lui raconter, à ce souverain, que sa vie n’avait commencé que sur le dos de son griffon.

- L’oasis géante de Ventavel est spectaculaire. Tout le monde le chante. Même en Valkyrion. Mais c’est l’oasis du Couchant qui a entendu mes premiers cris, et je sais qu’elle est la plus belle car c’est là qu’on perçoit les dernières lueurs du soleil avant la nuit.

Elle s’obstinait à ne pas le regarder directement, la petite Erebienne, mais son sourire ne démentait pas. Elle l’aimait, son oasis sauvage qui reflétait les dernières lueurs du jour avant la pénombre. Elle l’aimait tant qu’elle semblait percevoir ses eaux pures, de son regard vague et songeur. Il y avait longtemps qu’elle n’y avait pas mis pied, entre son départ pour Lorgol, son intronisation en tant que cadette puis Valkyrion. Erebor lui avait cruellement manqué, et son retour, malgré une décision difficile par son roi, avait été un événement joyeux pour elle. Elle avait retrouvé sa chaleur, son peuple, sa famille.

- Nous sommes douze enfants. Je suis née dernière, et tous mes frères, et toutes mes soeurs avaient leur place en Erebor. Je les ai vu exceller dans leur profession ou dans leur art. Il n’y avait que moi qui ne trouvait pas sa place… Il n’est pas chose aisé, mon roi, pour une fille des dunes, d’aimer à ce point Erebor et de ne pas y trouver son propre rôle.

Car elle aimait les terres d’Erebor à en avoir mal, parfois. Ses terres qui avaient tant souffert, marquées par le sang et les larmes des endeuillés. Ses terres qui avaient perdu de leur éclat, au fil des siècles, jusqu’à n’être plus que l’ombre d’une gloire passée. Le souvenir de sa propre incompétence, adolescente maigre et inutile, lui donnait une étrange sensation de vulnérabilité. La jeune femme serra la mâchoire en effaçant ce mal-être qui semblait vouloir la contaminer, quelques années plus tard, à peine.

- Il y a deux ans, j’ai visité Lorgol pour aider un cousin. La Caserne de Serre était immense… Je me suis perdue, et un griffon m’a trouvée puis réclamée, à l'amphithéâtre de sélection. C’est ma cousine Rejwaïde qui m’a aidée à comprendre la grandeur de l’honneur que Simoun m’offrait. ..Je ne comprenais pas très bien la langue.

C’est une bien douce tendresse entremêlée d’amusement qui teintait le sourire de l’Erebienne, alors qu’elle évoquait ce souvenir précieux. Combien d’heure avait-elle travaillé avec Simoun, son seul confident, alors que les autres cadets ne la comprenaient pas ou l’ignoraient? Une petite seconde, à peine, et elle reprenait une mine plus sérieuse, rattrapée par sa timidité de se trouver là, devant lui, le roi des gitans.

- Simoun m’a offert la liberté d’être qui je souhaitais être. Il m’a donné l’amitié alors que j’étais seule. Il m’offre ses ailes et me permet d’avoir ma place en Erebor. Je n’étais personne. J’ai dû m’envoler pour exister. ...C’est une chance et un privilège que je ne pouvais pas ignorer.


Une rencontre pour présent TitreSifai1
Une rencontre pour présent RandomDescartes
Une rencontre pour présent LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent EmptyLun 14 Jan - 10:47

Il pourrait l’envier, cette petite à la vie si simple qui a trouvé sa place en Erebor en chevauchant la liberté elle même sous la forme d’un Seigneur des Cieux sublime et prodigieux. Oui Anthim pourrait l’envie de pouvoir faire ce qu’elle désir, d’avoir forgé sa place en retrouvant le sable brûlant d’Erebor avec son seul mérite. Mais s’il admire bien la vie de cette petite encore bien jeune, c’est son devoir et sa fierté qui lui font apprécier la place qui est sienne, le coeur même du sable et du roc. A l’inverse, il ne souhaiterait à personne sa place, lui qui se doit être le soutien indéfectible et la force puissante gouvernant cette terre ancienne pleine de mystère et rudoyée par le temps et les âges. Il ne souhaiterait à personne de naître dans le harem, ce lieu où il a vu le jour et a vécu les premières années de sa vie avant de devenir l’héritier de son père. Il ne souhaite à personne le poids d’un pouvoir si lourd qu’il assume avec fierté. Mais oui parfois il envie cette liberté de contempler les cieux et toucher du bout des doigts les étoiles. Un sourire sage, paisible, se dessine sur les traits du sultan d’Erebor, posant un regard paternel sur cette jeune fille toujours si timide, même après avoir conté son histoire et partagé avec lui une part, même infime, de son intimité.

“Merci, Sifaï Sinhaj d’avoir partagé avec moi quelques fragments de ta vie. C’est une place mérité que tu as trouvé, et je suis fier de compter parmi mes sujets une jeune fille comme toi.”

Et ils sont nombreux, les fils et filles d’Erebor à avoir cette même foi en leur terre, à transpirer tant la farouche démarche des gitans des sables ou la solide stature des gardiens des montagnes. Tous aiment Erebor comme lui aime ses terres, et à entendre de telles paroles, il ne regrette pas un seul instant la décision qu’il a prise, pour son peuple. Il sait que certains sont encore dérouté par ce choix, triste de quitter des amis des duchés voisins, mais la plupart des Voltigeurs avec qui il a pu s’entretenir sont heureux de retrouver la chaleur des dunes et la hauteur des montagnes.

“Tu avais je crois une seconde chose à me demander, n’est-ce pas ? Alors demande moi, en me regardant dans les yeux, jeune Sifaï.”

Il ne capte pas immédiatement de la jeune Voltigeuse. Mais si celle-ci relevait les yeux, elle ne verrait qu’une douceur chaleureuse et patiente. S’il comprend la timidité, Anthim préférait néanmoins qu’on le regard en face, lorsque l’on s’adresse à lui.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Une rencontre pour présent   Une rencontre pour présent Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre pour présent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: Territoires Libres :: Erebor :: Palais royal d'Erebor-
Sauter vers: