AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
Voir le deal
109 €

Partagez
 

 Un vent de fraîcheur sur les dunes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptySam 25 Aoû - 20:41


Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Anthim d’Erebor et Liam d’Outrevent

Un vent de fraîcheur sur les dunes




• Date : 4 août 1003
• Météo (optionnel) : Chaud, TROP CHAUD. :arrow:
• Statut du RP : Fermé
• Résumé : Suite à la déclaration d’indépendance d’Erebor et aux récents événements qui ont secoué le royaume, Liam va rendre visite à son vieil ami au cours d’une visite diplomatique pour renouer contact entre Outrevent et Erebor.
• Recensement :
Code:
• [b]04/08/1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4095-un-vent-de-fraicheur-sur-les-dunes] Un vent de fraîcheur sur les dunes[/url] - [i]Anthim d’Erebor et Liam d’Outrevent[/i]
Suite à la déclaration d’indépendance d’Erebor et aux récents événements qui ont secoué le royaume, Liam va rendre visite à son vieil ami au cours d’une visite diplomatique pour renouer contact entre Outrevent et Erebor.



Un vent de fraîcheur sur les dunes 446197TitreLiam1Un vent de fraîcheur sur les dunes 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptySam 25 Aoû - 20:42

Voilà bien de longs mois que je n’avais plus eu l’opportunité de revoir mon vieil ami, Anthim d’Erebor. Ou devrais-je parler en années ? La guerre entre les deux empires ne nous avait que plus sûrement séparés, et le retour de la magie se faisait timidement dans ce royaume qui en avait été longtemps privé, me laissant enfin entrevoir la possibilité de lui rendre visite. Qui plus est, les récents événements me laissaient entrevoir qu’Erebor était plus isolée que jamais, à l’image d’Outrevent. Aucun de nous deux ne parvenait à se reposer sereinement sur ses voisins, et bien que mon allégeance à Gustave de Faërie soit incontestable, l’initiative d’Anthim de faire sécession ressemblait à un vieux rêve qui prendrait réalité. Je l’enviais tellement, brûlant d’envie d’en faire de même… Mais cette possibilité ne m’était pas offerte. A défaut, c’était une opportunité à ne pas négliger pour renouer entre nos deux terres, si lointaines et pourtant si proches par certains aspects.

J’avais convié le mage des portails dans la salle d’audience, étant habillé le moins chaudement possible en vue du voyage, en simple tunique légère, ce qui était pour le moins inconvenant en Outrevent mais parfaitement indispensable dans le fier royaume erebien. Je n’avais pas souvent eu à affronter des conditions aussi extrêmes qu’en Erebor et avait choisi, à dessein, l’heure à laquelle l’entrevue devait avoir lieu… Le plus tardif possible sans que cela ne gêne mon hôte. A mes côtés se tenait une escorte minimaliste et quelques hauts représentants diplomatiques qui seraient affairés auprès d’autres personnalités erebiennes et, bien entendu, quelques serviteurs dépêchés pour l’occasion pour remettre quelques présents à Anthim d’Erebor que je n’avais pas eu l’occasion de voir depuis un moment. Ils amenaient notamment avec eux des tapisseries d’une grande qualité, retraçant quelques scènes illustrant Erebor, ainsi que des spécialités propres à mon duché, quelques mets exquis à base de fruits de mer, et du whisky d’un grand âge.

Je vérifiai que tous étaient parés avant de faire signe au mage des portails, jouant de son art pour ouvrir un portail d’une taille raisonnable permettant à tout ce petit monde de s’engouffrer en direction de Vivedune. La chaleur, étouffante, parvint à me prendre par surprise même si j’y ai été préparé… Apparemment pas assez. J’arborai une expression neutre, et digne, en m’avançant vers le palais royal, alors même que je me sentais déjà en nage dans des vêtements pas suffisamment appropriés. J’espérais que ce n’était qu’une mauvaise impression, et parvins à sourire à Anthim quand on me présenta devant lui, en clamant mon nom et mes titres.

Je saluai d’un geste un peu raide mon homologue, mais mon ton chaleureux était sans équivoque. « C’est un plaisir de vous revoir, Anthim. J’ai l’impression que cela fait une éternité, depuis notre dernière entrevue, en des temps qui me paraissent si lointains maintenant. Je vous ai apporté quelques présents qui, j’espère, seront à votre goût. » Je me retournai vers les serviteurs qui défilèrent, les dits présents en main, en s’inclinant devant lui avant de se retirer. Je ne pus m’empêcher de tirer un peu sur mon col, restant avec cette désagréable impression de suffoquer. « Et si nous rattrapions le temps perdu ? Comment vous portez-vous, vous et votre famille, depuis le temps ? »


Un vent de fraîcheur sur les dunes 446197TitreLiam1Un vent de fraîcheur sur les dunes 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptyMer 19 Sep - 16:38

Anthim avait de quoi être anxieux de cette première grande visite qu’il recevait depuis qu’Erebor avait fait sécession avec l’empire d’Ibélène. S’il avait rapidement contacté les souverains couronnés de tout Arven et noué déjà différentes alliances avec ceux-ci, cette entrevue et ce séjour seraient très différents de tous les échanges de lettre jamais faits. Pourtant, l’invité qu’il recevait était un ami de longue date, un homme au caractère qui ne différait pas tant du sien et pour qui le sultan d’Erebor avait un immense respect. C’était d’ailleurs une façon de le montrer à Liam d’Outrevent, que de l’inviter ici en premier. Les choses avaient été préparé avec beaucoup de soin et d’attention, ne laissant rien au hasard. Il fallait que le palais et Vivedune resplendissent, quand bien même il savait que les Outreventois n’étaient pas tant portés sur ce genre d’image. Mais il avait de la fierté, Anthim, à montrer la force d’Erebor, plus rayonnante que jamais alors même que le royaume avait quitté l’empire qui était censé le soutenir. Force était de constater que les erebiens n’avaient besoin de personne et que l’arrêt de cette guerre sordide avait été pour eux libérateur. Le sultan savait aussi combien son acte avait montré aux autres têtes couronnées la force de sa détermination, et peut-être fait craindre aux empereurs en place une autre décision semblable de la part de leurs administrés. Après tout, si l’un l’avait fait, pourquoi pas d’autres ? En cela, Liam d’Outrevent lui était semblable, et Anthim n’était pas sans se douter que la monté sur le trône de Gustave de la Rive plus d’une année plus tôt avait fait douter son homologue. S’il n’avait été sous le coup de la menace, il aurait sans doute fait sécession avant tous les autres.

A l’heure dite, on fit enfin annoncer l’arrivée du duc d’Outrevent au sein du palais, dans un défilée de nombreux serviteurs et accompagnants, menés par Liam lui même. Un regard assuré de la part d’Anthim nota sans mal la gêne que pouvait avoir son ami dans un environnement qui était si différent du sien. La chaleur d’Erebor avait tendance à surprendre ceux qui n’y étaient pas habitués, et Liam, à n’en pas douter, faisait parti de ces personnes. Mais à sa décharge, ses landes battues pas les vents ne couvaient pas autant de chaleur que les dunes de son royaume. Et à l’inverse, il se souvenait de ces lointains voyages en  Outrevent et des rhumes qu’il avait pu ramener là bas. Même si ils différaient beaucoup en ça, les deux hommes s’entendaient pourtant bien et s’il n’y eut pas de grandes émotions visibles sur le visage de Liam, le ton qu’il employa pour s’adresser à lui ne laissait que peu place au doute. A l’inverse, le sultan accueillit son visiteur avec un sourire sincère, et se leva pour le saluer avec amitié :

« Le plaisir est partagé Liam. Je suis heureux que vous ayez pu faire le voyage. Vous êtes chez vous en Erebor le temps que durera votre séjour. »
Il était vrai que les erebiens n’étaient pas les premiers à accepter les étrangers sur leurs terres et étaient plutôt conservateurs de celles-ci… mais ils savaient accueillir les invités comme il se doit. Et respectant les usages, le sultan observa le défilé de présents que lui faisait Liam pour cette rencontre. Un geste qu’il appréciait, et à leur juste valeur, il observa chacun des cadeaux avec grand intérêt. « Vos présents me touchent beaucoup Liam, je vous remercie. » Et ce dernier avait raison, il était temps de rattraper le temps perdu, car la guerre les avait séparé et ce sur quelques souvenirs qu’il n’était guère agréable de retracer. Ces jours passés en Outrevent dans le sépulcre des martyrs et les souterrains n’étaient pas des événements particulièrement joyeux, et avaient séparés presque définitivement les deux empires à cette époque. Aujourd’hui heureusement, les choses étaient différentes.

« Ma famille se porte très bien, et ma sultane est enceinte. Vous aurez certainement l’occasion de la rencontrer plus tard. » Il n’a pourtant pas très envie d’en parler, car la famille lui évoquait inexorablement la perte de Sitara, qu’il ne pouvait toujours pas oublier et qu’il n’oublierait certainement jamais. Même s’il y avait Shéhérazade, elle ne remplacerait jamais un cœur arraché, et s’il y avait ses enfants, cela n’apaiserait pas non plus la plaie. Aussi, posant une main sur l’épaule de Liam, il l’invita à le suivre. « Allons nous restaurer dans un endroit plus frais, des boissons nous attendent et nous serons plus tranquille. » L’endroit serait mieux pour Liam qui, il pouvait le comprendre, accusait mal les températures d’Erebor. C’est à cet effet qu’Anthim avait prévu un lieu plus rafraichi pour l’occasion. « Je me dois de vous féliciter pour vos fiançailles d’ailleurs. Votre mariage est pour bientôt je crois ? » Demande-t-il alors qu’ils arrivent dans ledit salon aéré, somptueusement préparé. L’information est parvenue aux oreilles des Ibéens, et elle avait de quoi surprendre, mais c’était là les affaires des Faës. La survie de leur ancienne impératrice ne regardait que peu les erebiens, mais la supercherie sur sa mort avait fait le tour de bien des bouches.






Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptyMar 6 Nov - 19:00

L’accueil du sultan était chaleureux, tout comme son sourire ne laissait planer aucun doute. Je constatais avec soulagement que rien ne semblait avoir changé entre nous, malgré la distance, malgré la guerre. Erebor avait été plus ou moins préservée par ses frontières difficilement franchissables, tout comme le duché continuerait de l’être maintenant qu’Anthim d’Erebor avait pris la décision de faire sécession. Ce qui lui manquait surtout à l’heure actuelle étaient des alliés solides en qui se fier, et c’était aussi le cas d’Outrevent. Je serais certainement venu plus tôt le trouver, si l’ombre de Gustave de la Rive ne planait pas constamment au-dessus de moi, dictant mes actes à défaut de ma volonté. « Ce sera plus facile de venir se voir souvent, avec quelques mages de portail en plus. » C’était un luxe difficile à se passer. Je peinais à comprendre comment les Ibéens pouvaient faire autrement, à l’heure actuelle.

De nombreux présents défilèrent ensuite devant les yeux du duc qui sembla apprécier l’attention. Tous sans exception étaient des produits issue de l’artisanat outreventoise, des présents aussi symboliques que somptueux, et surtout rares en Erebor. C’était également un avant-goût de ce que nos deux duchés pourraient à nouveau échangés, si un accord commercial se concluait. Mais il serait temps plus tard d’aborder de pareilles questions. Dans l’immédiat, je voulais surtout profiter de la présence de ce vieil ami que la guerre m’avait privé… D’autant que nous nous étions quittés sur une note plutôt désagréable, en Outrevent même. Difficile pour moi d’oublier les événements qui avaient secoué mon duché à l’époque.

J’eus un sourire triste, à l’entendre mentionner sa nouvelle sultane. Je n’étais pas sans savoir le terrible sort qui avait été réservé à Sitara d’Erebor, que j’avais appris à apprécier. La douce et aimante Sitara, à qui j’avais fait la promesse d’être là pour l’aider. Je n’avais pas pu l’honorer comme il se devait. Je compris sans mal, au silence d’Anthim, qu’il ne souhaitait pas en parler dans l’immédiat. « Ce serait un honneur de pouvoir rencontrer la nouvelle sultane. Et mes félicitations, pour l’enfant à naître. » Je ne m’épanchai pas non plus, me laissant entraîner à sa suite. Nous parvinrent à un salon bien plus aéré, où la chaleur se faisait moins étouffante. J’eus l’impression de pouvoir à nouveau respirer correctement. Les boissons furent également les bienvenues pour aider à passer ce sentiment, me rendant les idées plus claires.

Mon sourire était plus détendu, à l’adresse de mon homologue, tandis que je prenais place. « Je vous remercie. Le mariage est prévu pour le 23 septembre, à la Fête de l’Engagement. » Je marquai un silence, glissant à son intention : « Me feriez-vous l’honneur de votre présence, la sultane et vous-même ? L’invitation arrive peut-être un peu tardivement pour pouvoir vous organiser convenablement, mais la situation change rapidement ces derniers temps. Je comprendrais que vous ne puissiez pas laisser Erebor livrée à elle-même, ne serait-ce qu’une journée, ce serait néanmoins un plaisir de vous accueillir en retour lors d’un tel événement. Ou plus tard, si vous préférez. » J’aurais réellement aimé qu’Anthim soit présent à mon mariage, ce qui devait s’entendre au ton sincère que j’employais. Si ça n’avait tenu qu’à moi… Mais la situation était encore tendue, Faërie et Ibélène restaient à couteaux tirés. « Je suppose que vous avez fini par être avisé de la situation, pour Chimène. Ce mariage a amené son lot de concessions à faire. » Je bus quelques gorgées de ma tasse, avec un soupir perceptible qui se mua en sourire. « Je vous envie, Anthim. J’aurais emprunté la même voie que vous sans l’ombre d’une hésitation, si ma famille n’était pas menacée. C’est une voie difficile, mais la meilleure que vous pouviez offrir à votre peuple. »


Un vent de fraîcheur sur les dunes 446197TitreLiam1Un vent de fraîcheur sur les dunes 1480783555-liam


Dernière édition par Liam d'Outrevent le Dim 6 Jan - 21:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptySam 8 Déc - 16:16

Liam avait raison. Avec le retour des mages, et plus exactement celui des portailleurs, en Erebor, se déplacer et renouer des ententes serait bien plus facile. Profondément attaché aux coutumes de son peuple et féru de sciences et de savoirs, Anthim n’avait jamais eu pour les enfants d’Aura beaucoup d’attachement, bien qu’appréciant leur utilité. Il reconnaissait sans l’ombre d’un doute que leur retour au sein de son royaume était un avantage non négligeable. Et puis il n’aurait jamais repoussé un fils ou une filles d’Erebor même si la magie coulait dans ses veines. Un don des dieux ne se refusait pas.

Après avoir reçu les superbes présents de son invité et échangé quelques mots, Anthim conduisit celui-ci en un lieu plus calme et plus agréable. La salle du trône avait beau être aérée grâce à sa haute architecture, la chaleur demeurait forte pour qui n’y était pas habitué. Le salon où il le mena était bien plus frais et surtout plus isolé, loin de l’effervescence des courtisans et serviteurs qui s’affairaient dans le palais. L’heure des réjouissances viendrait plus tard dans la soirée et dans les journées à venir. Pour l’instant, quelques retrouvailles et discussions autour d’un verre suffisaient. Tous deux installés autour d’une table basse sur des coussins agréables, un serviteur s’approcha pour apporter les boissons et les servir : un thé frais au goût fruité et sucré qui saurait sans doute rafraichir comme il se doit son invité. Une fois sa tâche terminée, le serviteur s’éclipsa pour laisser les deux souverains seuls. Au contraire de beaucoup de discussion qu’Anthim avait pu avoir avec certains de ses homologues couronnés, il n’avait pas ce sentiment de tension lourde qui pesait au dessus de sa tête. Prenant une petite gorgée dans sa tasse, le sultan un air désolé face à la proposition de Liam :

« Cela aurait été avec plaisir, vraiment, mais comme vous vous en doutez, je ne peux pas quitter mon royaume pour l’instant. De récents événements m’obligent à rester ici. » Oh l’Outreventois avait certainement entendu parler de ce qu’il s’était passé avec les momies conservés dans les vallées funéraires, et l’invasion de celles-ci en Cibella et Sombreciel. Une affaire qui prendrait un peu de temps à se régler. Pourtant, il aurait sincèrement voulu se rendre à ce mariage, pour cet homme qu’il considérait comme un ami. Mais il était peut-être encore trop tôt pour qu’Erebor s’invite de la sorte à un événement aussi important en plein Faërie. Et s’il avait parfaitement confiance en Liam et la protection que celui-ci pourrait lui assurer, il ne voulait pas créer de tension, quand bien même des alliances étaient déjà nouées. « Mais je vous promet que je viendrais à mon tour en Outrevent vous rendre visite. » Une promesse oui, que Liam devinerait ne pas être lancée à la légère. Quand, cela restait encore à décider, mais il était certain qu’Anthim respecterait sa parole en rendant à son homologue la visite qu’il lui faisait en ce jour.

Le froncement de sourcils chez le sultan est parfaitement visible lorsque Liam aborda un sujet sensible, accompagné d’un soupir et d’un sourire qui n’a manifestement rien d’heureux. Il a de la peine, lui souverain d’Erebor, pour son ami, dont il sait la situation complexe et triste à la fois. Et il sait que si Liam n’avait pas eu les pieds et poings liés, il aurait été le premier à se séparer de son empire par divergence avec son souverain.

« Je crois que j’aurais agi comme vous Liam si quelqu’un avait menacé ma famille comme l’on a menacé la vôtre. Je suis désolé que les choses se soient passées ainsi pour vous, si j’avais pu assister à cet événement… » Oh il était bien là, ce jour là, mais plongé dans un coma profond à cause des créatures monstrueuses qui s’étaient trouvées dans les profondeurs des souterrains du sépulcres. Lorsqu’on lui avait raconté, il avait ressenti une sincère et farouche colère à l’encontre de cet empereur qui avait pris le pouvoir par la force, en réduisant ses ducs au silence avec des méthodes qu’il réprouvait. A l’époque malheureusement, ces affaires ne l’avaient pas concernés. Mais il comprenait la douleur de Liam, et l’indifférence d’un empereur pour la peine d’un peuple entier. « J’ai eu la chance de pouvoir mettre ma famille à l’abri, même si elle a beaucoup souffert. Mais je ne pouvais plus supporter de voir mon peuple souffrir dans cette guerre et ne recevoir qu’un soutien minime de la part de l’empereur Augustus. Son fils a payé pour lui, mais Octave n’a jamais eu les épaules pour soutenir le poids du pouvoir, je ne pouvais pas lui faire confiance comme j’avais eu confiance en son père. Et ce qui lui est arrivé ensuite… » Le souvenir de la mort de ce jeune garçon et son retour à la vie donnait toujours des frissons à Anthim… « Ne les laissez plus avoir d’emprise sur vous Liam, et surtout faite ce qui est le mieux pour votre peuple. » Il sait quel est le poids d’une parole donnée chez les Outreventois, mais il espérait que si la gouvernance de l’empereur Gustave désavantageait les siens, Liam saurait prendre la décision qu’il convenait. Il ne voulait bien sûr pas le pousser à s’isoler, car le choix était compliqué et difficile à gérer ensuite, mais tous deux savaient, eux souverains couronnés, que leur peuple était ce qui comptait le plus.






Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Liam d'Outrevent
Liam d'Outrevent

Messages : 1199
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de Faërie
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptyDim 6 Jan - 23:09

Installés tous deux confortablement sur des coussins, avec un courant d’air frais et un thé en main qui l’était tout autant, on pouvait dire qu’Anthim savait recevoir ses invités avec la même prévenance dont faire preuve tout Outreventois. Je m’acclimatais avec bien moins de mal au climat, comblé de ces attentions discrètes et efficaces. Qui plus est, mon entrevue avec Anthim tenait davantage de retrouvailles entre deux bons vieux amis que de réels échanges à caractère diplomatique. J’osais imaginer que nous savions tous deux pouvoir compter l’un sur l’autre, sans avoir besoin nécessairement de le montrer.

Je ne pris donc pas ombrage de son refus à mon invitation à mon mariage à venir. J’hochai lentement la tête en signe d’assentiment. « Je comprends parfaitement. » Je marquai une pause, lui lançant un regard équivoque. « J’étais en Cibella, ce jour-là, quand ces momies ont déferlées. Vous n’aviez vraiment pas besoin de ce type d’incidents peu de temps après la scission, même si je sais pertinemment que vous n’y êtes pour rien, Anthim. » Il avait tant à faire, tant à régler, pour assurer la sécurité de son duché. Si Anthim ne se trouvait pas rapidement des soutiens, il pouvait craindre que son ancien empire ne l’entende pas de cette oreille et se retourne contre lui pour annexer Erebor… Mais je ne doutais pas qu’il avait mûrement réfléchi son retrait pour pallier à cette éventualité. Le peuple d’Erebor était un peuple fier, mais nullement dénué de bon sens. « Vous serez le bienvenu, quand vous voudrez. » Ce n’étaient pas des paroles en l’air, ni pour l’un ni pour l’autre. Je tenais à ce qu’il se sente toujours le bienvenu en Outrevent et mettrais un point d’honneur à ce que ce soit le cas, quand il se déciderait à nous rendre visite.

Les paroles de soutien d’Anthim étaient sincères. Je ne doutais pas une seule seconde que nous aurions fait les mêmes choix, dans pareille situation, mais peut-être que le sultan ne se serait pas laissé ensuite dicter sa conduite par un serment prêté sous la contrainte. Or, rompre une telle parole en Outrevent ferait de moi un traître à l’honneur et à Levor lui-même. « Je vous remercie de votre soutien, Anthim. » Je pensais également ma famille à l’abri, car une certaine façon, je n’en avais plus aucune en dehors de mon neveu retrouvé. Maintenant, l’empereur avait plus de leviers encore pour me faire chanter, avec Chimène miraculée. Je ne doutais pas qu’il saurait me le rappeler, s’il me venait à l’idée de me rebeller. Je serrai les poings, ravalant une colère froide qui me hantait depuis ce jour-là, restant pieds et poings liés. Je ne pouvais être que le spectateur de ma propre défaite sur Gustave de la Rive. « C’était bien trop tôt, pour le jeune Octave. Vous avez choisi le moment le plus propice pour agir, et vous avez bien fait Anthim. » Je pouvais toujours pousser l’empereur à la faute pour trouver un motif suffisant par la suite, pour mettre de la distance. « Je vais me marier à l’ancienne impératrice de Faërie, vous vous doutez bien du danger que je pourrais constituer à ses yeux s’il n’avait plus aucun contrôle sur moi. » Je pourrais prétendre lui reprendre son titre qu’il avait usurpé, et Gustave ne prendrait jamais ce risque. Je rendis un mince sourire à mon homologue. « Il ne fera pas cette erreur, et je ne lui céderais rien de plus. Alors sachez que vous avez mon soutien plein et entier, Anthim. » Je pesai mes mots. Je voulais nouer une alliance plus étroite avec Erebor avant qu’on ne cherche à me l’interdire, laissant Gustave de la Rive devant le fait accompli. « Il n’a rien stipulé à l’encontre des états indépendants, puisqu’il n’en existait pas à ce jour. Je peux donc vous proposer une alliance économique, mais également militaire. »


Un vent de fraîcheur sur les dunes 446197TitreLiam1Un vent de fraîcheur sur les dunes 1480783555-liam
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Anthim d'Erebor
Anthim d'Erebor

Messages : 509
J'ai : 36 ans
Je suis : Sultan d'Erebor et roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor et son peuple avant tout.
Mes autres visages: Denys ◊ Hiémain ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes EmptyLun 29 Avr - 12:57

Ainsi donc, Liam avait assisté à cette dramatique aventure avec les momies. La nouvelle surprit quelque peu Anthim, mais éveilla surtout un sentiment de gêne, masquée par une expression indéchiffrable sur son visage. Son regard, droit et fier néanmoins laissa paraître de la reconnaissance envers cet ami, qui comprenait très bien le problème que rencontrait Erebor en cet instant. Lui savait que jamais les morts n’auraient été traités de cette façon. Mais il s’en voulait cependant, le sultan des Sables, de constater que ce duc, ainsi que d’autres, avaient été mis en danger, malgré les dispositions qu’il avait tenté de prendre.

« Je suis navré que vous ayez assisté à cela Liam, et il me coûte de reconnaître que nous avons perdu le contrôle de la situation, pour un temps du moins. Heureusement, les discussions avec la duchesse de Cibella ne sont pas fermées, j’ai rapidement repris contact avec elle... » Il en va de même avec le duc de Sombreciel, mais de lui, Anthim ne veut pas parler. Pour l’instant, malgré l’incident, les choses ne semblent point aller trop mal, mais il ne veut pas crier victoire trop vite, Anthim. Il sait que tout peut basculer facilement, et que la situation de son duché est encore précaire. Et il devine que Liam doit s’en douter aussi, car son homologue est loin d’être un imbécile.

Implicitement, même si rien n’est officialisé, ils savent tous deux, malgré les mois sans s’être rencontré, qu’un soutien existe toujours entre eux, forgé d’une amitié et de deux esprits qui semblent mieux se comprendre. De bien des manières, leurs attitudes correspondaient, et leurs visions, vis-à-vis des empereurs notamment, correspondaient.

« Trop tôt, oui. Et je pense sincèrement qu’il ne fera jamais un bon empereur, il n’en a pas l'étoffe. » A la différence sans doute de Gustave de Faërie, qui semblait avoir les épaules assez large pour supporter le poids du pouvoir, mais qui s’en était emparé de la pire façon qui soit. Ce n’était pas tant ses capacités qui étaient remises en cause que la lâcheté malhonnête qui l’avait mené sur le trône. Malgré tout, et pour assurer à son royaume des alliances prospère, Anthim avait entamé des discussions avec lui aussi, et attendait de voir pour remanier son jugement sur l’empereur Faë. Pour Liam, il était vrai que le sultan n’avait pas vu les choses du même point de vue que lui, ce mariage à venir, cette menace pesant sur sa tête. « Vous savez que vous avez mon soutien aussi, Liam, quoique vous décidiez un jour de faire à ce sujet. » S’il devait, un jour, lui aussi, couper les ponts avec son empire. Il savait, qu’en ce cas là, il trouverait de l’aide en Erebor. Une aide que lui apportait Liam en cet instant, d’une façon bien plus poussée qu’il ne l’avait imaginé. Jusqu’ici, il n’avait poussé avec ses contactes que des alliances commerciales, ne cherchant pas à demander plus pour l’instant compte tenue de la situation toujours tendues entre les empires. Aussi ne s’attendait-il pas à ce que son homologue lui fasse si clairement la proposition.

« Je n’en attendais pas tant, Liam, au vu de la situation actuelle. C’est une proposition des plus appréciable qu’il me serait difficile de refuser. Êtes-vous certain ? J’offre la réciproque, mais certains pourraient ne pas être de cet avis. » Gustave de Faërie, notamment, comme il l’évoquait un peu plus tôt. Bien qu’en l’état, Liam avait raison, si rien n’avait jusqu’ici était stipulé. Et puis il savait que l’Outreventois n’aurait pas fait pareille offre à la légère. « J’accepte, bien évidemment, et je compte bien faire en sorte que notre alliance soit profitable à nos deux patries. » Mais ça, ils le savent tous deux, et cette alliance n’en sera que plus profitable. Dans une certaine complicité, toute droite et solennelle néanmoins, les deux souverains passeront une longue partie de la journée à discuter de la sorte, se promettant dès le lendemain de mettre en place ces documents qui scelleraient leur alliance et leur amitié.

RP TERMINÉ






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Un vent de fraîcheur sur les dunes   Un vent de fraîcheur sur les dunes Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vent de fraîcheur sur les dunes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: