AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
Voir le deal
102 €

Partagez
 

 La Forge est avec toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyMer 12 Sep - 14:12




Livre III, Chapitre 5 • La Joueuse de Flûte
Lidjä de Sylvamir & Richard le Harnois

La Forge est avec toi

& avec ton esprit




• Date : le 25 mars 1003
• Météo (optionnel) : Il fait bien clair dehors et côté température on a connu plus froid ! Il ne neige pas en tout cas et le soleil est haut.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Richard et Tybalt discutent en marchant entre Palais et Caserne jusqu'à croiser le chemin de la Skjaldmö Lidjä. Si le premier compte bien se limiter à un salut et passer son chemin, Tybalt lui n'est pas du même avis, éblouit devant quelques pièces d'armures arborées par la femme qui ne le laissent pas indifférent.
• Recensement :
Code:
• [b]Le 25 mars 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4134-la-forge-est-avec-toi]La Forge est avec toi[/url] - [i]Lidjä de Sylvamir & Richard le Harnois[/i]
Richard et Tybalt discutent en marchant entre Palais et Caserne jusqu'à croiser le chemin de la Skjaldmö Lidjä. Si le premier compte bien se limiter à un salut et passer son chemin, Tybalt lui n'est pas du même avis, éblouit devant quelques pièces d'armures arborées par la femme qui ne le laissent pas indifférent.



Dernière édition par Richard le Harnois le Mar 2 Oct - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyMer 12 Sep - 14:21

C'est le long des murs du palais et à proximité de ceux de la caserne que l'on pouvait l’apercevoir ; Richard le Harnois. Maréchal de Serre, ses yeux semblables à deux charbons ardents, il n'avait d'achèvement comme de plaisir en cette heure que celui de remettre droit dans ses bottes une recrue non pas prometteuse mais désastreuse au premier regard. L'uniforme que ce dernier arborait, décousu sous le coude Kern sait comment, à l'approche de l’événement de taille, ne pouvait que faire battre les veines à ses tempes. Il en fallait peu en ces jours pour lui sortir par les yeux. Si peu. Parce-qu’il fallait bien que tout soit parfait pour le couronnement d'Octave d'Ibélène. Tant en apparence, qu'en formation et protection. Et si, certes, il n'avait pas véritablement à cœur le prochain empereur, le jugeant trop faible, sa tête lui disait de faire son devoir envers la couronne avant tout et... quelque part aussi, une part de lui espérait se tromper lourdement sur le compte du jeune prince. Peut-être deviendrait-il, avec le temps, beaucoup de temps, un homme digne de l'aura de feu son père comme de s'asseoir sur le trône précédemment ayant soutenu Augustus et bien d'autres empereurs puissants dans l'Histoire d'Arven avant lui.

D'un mot d'un geste, la recrue fini par s’éclipser pour retourner livrer les précieux mots du maréchal au major sous qui il se trouvait. Richard, quant à lui, tout en soufflant d’exaspération non contenue, se retourna vers l'ombre qui le suivait depuis quelques jours et qui s'était montrée admirablement muette lors de ces légers débordements complètement justifiés.

« Poursuivons. » déclara t-il enfin à l'ombre solennelle et presque effacée à ses côtés ; Tybalt Ondenoire. Malgré les quelques airs d'assurances que ce dernier avait réussi à gratter au cours de sa formation d'apprenti presque achevée dans une forge de bonne réputation appartenant à la Guilde des Guerriers, il  n'en restait pas moins affreusement timide face à la domination de son oncle et maréchal.

Leur marche se poursuivit ainsi sous les critiques et remarques du plus âgé au plus jeune jusqu'à ce que leur pas s’arrêtent devant l'apparition d'une femme blonde plus loin. Femme et armure qui troubla l'homme un instant, faisant accélérer d'un frémissement les battements de son cœur en souvenir à une autre.... qui n'était pas celle-ci, par les dieux merci. Et une fois le trouble passager enfuit, n'en resta qu'un vent sec et froid à l’intérieur de lui devant l'aberration qu'elles représentaient ; ces Skjaldmös. Ces femmes fortes et cuirassées se battant et protégeant avec un bouclier et une épée. Surtout le bouclier. Des vierges selon l'image de leur déesse. Des inutiles surtout. Car les femmes servaient à engendrer des hommes forts, point. Double point.. En tout cas en Bellifère, jamais on aurait vu une femme lever une arme autre qu'une louche pour signaler la soupe ! La teigne De Sombregemme mise à part.

Son exaspération aussi forte que la curiosité désastreuse de Tybalt à leur égard, se calma quelque peu à son approche. Ce n'était après tout ni le lieu ni l'instant de faire esclandre, il fallait prendre sur soi et feindre, au mieux en tout cas, d'accepter toutes ces absurdités, celle là en tout cas. Il comptait la saluer d'un signe puis poursuivre son chemin... mais l'ombre parla soudain.

« Permettez-moi, guerrière Skjaldmö, fit Tybalt en inclinant la tête de salut si bien poli que Richard aurait pu se mettre à pleurer de honte devant les joues rougies qu'arboraient le plus jeune en s'adressant à la femme, de vous interrompre afin de saluer la qualité de vos brassards. Puis-je oser vous demander le nom de leur créateur ? »

Et dire que je suis le sien, pensa Richard vis à vis du lien de parenté qui l'unissait à Ondenoire sans que cela ne soit su. C'était honteux de voir qu'il s'adressait à une Skjaldmö en rougissant et en presque cafouillant. C'était honteux toutes ses étoiles qui brillaient dans ses yeux à contempler l'armure de la femme. Mais c'était presque un soulagement et une fierté de le voir si attentif et passionné envers les pièces qui constituaient son apprentissage et son futur métier. Alors Richard la salua à son tour, avec nettement plus de retenu et beaucoup moins d'étoiles dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyMar 16 Oct - 18:13

Ce n’était pas tous les jours que l’on assistait à un couronnement, surtout celui de l’empereur d’Ibélène, alors tout naturellement, la guerrière au bouclier avait prévu de s’y rendre. C’était presque même une obligation puisque les Skjaldmös devaient participer à la sécurisation de l’événement, mais la jeune femme y allait avec grand plaisir. Chaque occasion de revoir son cher duché était prise sans la moindre hésitation. Sachant sa soeur adorée très occupée, elle ne savait pas encore si elle la verrait à cette cérémonie, mais elle l’espérait du moins.

Afin de régler tout ce qui avait trait aux préparatifs, à l’organisation et la répartition des secteurs de surveillance avec ses soeurs d’armes, Lidjä était arrivée à Ibelin quelques jours plus tôt. Une première réunion avait eu lieu au palais et bien d’autres s’en suivrait car il y avait encore beaucoup à voir et discuter. Lors d’une des prochaines, leur équipement serait passé au crible, mais pour cette fois le temps avait manqué. Qu’à cela ne tienne, ses armes, son armure, elle les portait presque tous les jours à quelques rares exceptions près. Ce jour n’en était pas une et c’était d’un pas assuré que la blonde kyréenne, vêtue de sa tenue de combattante au complet, avait quitté ses soeurs et le palais en direction de l’auberge où elle avait élu domicile pour les jours à venir. La natte de ses longs cheveux clairs reposait sur son épaule droite et elle arborait un sourire continu. Revoir ses soeurs l’avait mise en joie et elle ne pouvait plus se départir de ce bonheur lié aux retrouvailles.

Joyeuse, mais pas perdue dans ses pensées pour autant, elle saluait les personnes croisées et faisait attention où elle posait les pieds ainsi qu’à la direction qu’elle prenait. N’ayant rien de prévu dans l’immédiat, elle ne se pressait pas, mais ne flânait pas non plus. Marchant droit, elle vit arriver face à elle un duo d’hommes, dont elle devina de par sa mise que le premier devait être un guerrier, comme elle. Son sourire se fit plus léger, sans disparaître complètement. “Comme elle” ne voulait pas dire forcément amical, tout dépendait de l’origine du sieur et cela n’était malheureusement pas écris sur les visages. Dans sa grande réserve donc, elle avait rendu son expression un peu moins enjouée, plus neutre. Manquerait plus que l’on croie à tort qu’elle se moquait, ça lui ferait une belle jambe… Sa légère appréhension fut rapidement balayée par le second homme. Le jeune tout poli qu’il était s’émerveillait devant ses brassards. Etait-ce par timidité qu’il avait une légère teinte carmine sur ses pommettes ?

- Hum...

Prunelles olivines fixées sur ses brassards en plates polies estampées d’ornements et fixés à ses poignets par des sangles en cuir, elle prit un temps avant de répondre, occupée par le souvenir qui remontait à la surface de par la question posée.
Je suis navrée, je l’ignore. Ils m’ont été offerts par ma marraine. Néanmoins en effet ils sont très robustes, j’en suis très satisfaite. Sans doutes un forgeron de Svaljärd.
Polie également, elle ne manqua pas de se présenter et de saluer les deux hommes avant de poser une question à son tour, le sujet de conversation n’ayant pas raté d’éveiller sa curiosité.

- Je m’appelle Lidjä de Sylvamir. Vous vous y connaissez en forgeage ?

A sa façon de regarder l’objet, elle supposait que oui, à voir s’il s’agissait d’une passion pratiquée ou juste de l’admiration pour l’armurerie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyJeu 15 Nov - 16:31

Bien, fort bien, se fit Richard en lui-même quand la blonde tressée Skjaldmö avoua ignorer la réponse à la question de sa chair et de son sang. Au mieux pouvait-elle supposer que le créateur était Kyréen, ce qui n’avançait en rien Tybalt à ses yeux. La conversation serait donc bref et peu enrichissante, pile ce qu'on attendait d'une femme en Bellifère. Dommage que l'habit porté par la jeune femme n'aidait pas à la fondre dans le décor. L'armure brillait trop, attirait l'attention par sa qualité et, comble d'effroi, ajustée à sa taille, était bien portée.

Le tableau sous ses yeux était purement et simplement ridicule. Elle restait de marbre, elle semblait solide et son fils à côté paraissait... intimidé et effacé. Se frapper le front n'aurait pas suffit à remettre de l'ordre dans cette présente scène. Pire encore, les petites lèvres rosées de la femme s'agitèrent pour poursuivre la conversation. Au moins y en avait'il un des deux qui se réjouissait, le jeune.

« Richard le Harnois, Maréchal de Serre. » Fit-il l'effort de se présenter en saluant de nouveau tout en prenant l'initiative devant Tybalt. La salutation était pour le moins rigide mais plus polie qu'attendue compte tenu du personnage. Son nom ne lui avait pas échappé, de Sylvamir, aussi  faisait-il attention à garder bon profil face à elle. Quant à la question, elle ne lui semblait pas adressée à sa personne, sans doute dirigée vers Tybalt , victime de la mode, aussi ne glissa t'il rien à ce niveau. Pourtant il aurait pu lui dire, lui répondre qu'il avait travaillé dans une forge il y a des années, pavaner qu'on l'avait qualifié d’extrêmement doué, qu'on avait regretté son choix de s’arrêter là pour se tourner vers la Voltige, qu'il avait fort apprécié apprendre au côté de son maître de l'époque, mais il n'en fit rien. Il laissa à Tybalt le soin de répondre, espérant qu'il présenterait bien.

« Tybalt Ondenoire, enchanté ! Enchanté de quoi ? S'interrogea le barbu en lui-même. Je suis apprenti forgeron sur Lorgol, j'aspire à me faire un nom dans l'Art de Forger. Je ne pouvais passer à côté de vous sans me renseigner au sujet de ces brassards de qualité. Veuillez excuser mon impolitesse. » Il sembla couiner, le gueux, sur la fin. Et semblait vraiment honteux d'avoir accosté la femme aussi 'agressivement'. Cela en était vraiment agaçant aux yeux de Richard. Comment pouvait-il s’aplatir autant devant une personne lambda ? Certes elle avait un nom de taille, mais elle semblait clairement avoir coupé les ponts avec les manières nobliotes imposées à son sexe et à son nom. Elle ne méritait donc rien de plus qu'une salutation. Et pourtant. Il avait indiqué, enfin, avoir une ambition ce qui n'était pas rien et se trouvait même suffisant pour que Richard reprenne la suite.

« Il est prometteur. Je porterai moi-même une part de ses créations pour le couronnement. Je ne peux que vous conseiller de retenir son nom si vos sœurs d'armes et vous, un jour, désirez faire affaire avec un forgeron de talent. » Il avait failli dire 'si vous désirez un jour changer vos déguisements' mais c'était abstenu, se limitant d'indiquer hautement la valeur de son sang. Pour un coup il était fier de Tybalt, il irait loin et se ferait un bon nom avec les bons contacts. Il lui en fallait, quitte à passer par les Skjaldmö. Que lui, Maréchal de Serre, indiqua porter prochainement ses créations pour un événement de taille démontrait clairement qu'il avait confiance envers le plus jeune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyMer 21 Nov - 16:18

Maréchal de Serre, autrement dit le plus haut gradé dans sa hiérarchie, pas n'importe qui donc... Elle inclina respectueusement la tête. Ce n'était pas tous les jours que l'on croisait le chef de l'escadre des Voltigeurs.

- Honorée de vous rencontrer Maréchal.

Ce qui était sincère. La loyale ne pouvait qu'être admirative et respectueuse envers ceux qui, comme elle, avaient pour vocation de défendre et protéger la famille impériale ibéenne et les habitants de l'empire. Lors de la guerre, elle avait combattu aux côtés de bon nombre de Voltigeurs et savait apprécier leurs talents et utilité sur le terrain. Le jeune se présenta à son tour d'une façon enjouée qui la fit sourire. Un apprenti forgeron donc, ceci expliquait cela. Vouloir se faire un nom dans le domaine que l'on aimait le plus était un beau rêve et elle lui souhaitait d'y parvenir. Il semblait d'ailleurs sur la bonne voie si elle en croyait les dires de Richard. Si effectivement ce dernier avait choisi cet apprenti pour lui confectionner l'armure qu'il porterait au couronnement, c'était qu'il devait être plus que prometteur.

- Enchantée de même. Il n'y a pas de mal à certaines curiosités, surtout si elle découle d'une telle passion. J'observerai donc votre armure de ce jour avec attention Maréchal. Et je note votre nom sieur Tybalt. Je vis moi-même à Lorgol aussi il me sera bien aisé de venir en votre échoppe pour mes futurs achats. Evidemment si je suis satisfaite je ne manquerai pas de parler de vous à mes soeurs et mes apprenties.

Et à vrai dire elle n'en doutait pas. Néanmoins prudente, elle ne pouvait promettre que ses soeurs d'armes en feraient de même. Après tout elle n'était pas gestionnaire des équipements, mais juste instructrice.

- Je suis d'avis que lorsque l'on a trouvé le bon artisan, il faut lui rester fidèle, ainsi nous sommes certain de la qualité de l'ouvrage demandé.

Un avis qui était aussi valable pour un boucher ou un boulanger d'ailleurs. Et outre la qualité, c'était aussi le lien social avec l'artisan qui lui semblait important. Si elle avait déjà eu l'occasion de se rendre dans une forge, elle ne mesurait pas toute l'étendue des objets possibles et imaginables qui pouvaient être fabriqués. Se doutant qu'il devait y avoir de très nombreuses choses, elle demanda par curiosité :

- Qu'est-ce que vous avez le plus l'habitude de forger ?

Puis, parce que cela la concernait personnellement, elle demanda de plus :

- Avez-vous déjà réalisé des umbos ? J'assemble moi-même les pièces de mon bouclier, mais je ne saurai les fabriquer. Le plus difficile dans l'assemblage ce n'est pas de clouter les pièces, mais l'étape juste après, lorsqu'il faut tordre la pointe des clous forgés qui dépassent. Elle doit être suffisamment grande pour pouvoir la tordre et il faut beaucoup de force pour faire plier le métal.

Une étape indispensable. Ainsi repliés, les clous apportaient une résistance supplémentaire à l'arrachement. Sans cela, au moindre choc son bouclier volerait en morceaux. Impossible donc de choisir des clous plus petits ou de les laisser à nu et de risquer de s'écorcher inutilement. La guerrière regardait les deux hommes tout en prenant la liberté de poursuivre la discussion amorcée. L'un la faisait sourire et éveillait la bienveillance qui était en elle, l'autre lui intimait bien plus de réserve et de solennité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyMer 28 Nov - 17:39

Si elle pouvait se brosser pour l'entendre dire un 'de même' il accepta néanmoins de lui offrir un signe de tête plus que courtois. Respectueux surtout envers lui-même. Envers sa fonction. Envers son nom, quelque part, à elle, plus que pour sa profession qui le mouchait sérieusement intérieurement. Tybalt s'était ensuite présenté en quelques joyeusetés et rougeurs honteuses. Et si Richard ne pouvaient tolérer son comportement face à la femme, au moins était-il fier d'entendre sa chair et son sang se vouer corps et âme dans un métier. Il avait même pris à cœur, le Maréchal, de saluer les talents du jeune en vendant son futur prometteur. Talent, travail, nom et contacts. Les maîtres mots pour réussir dans bien des domaines. Aussi fut-il satisfait d'entendre que la blonde le regarderait, lui, et rendrait surement visite à Tybalt un jour prochain. Lorgol avait tendance à rapprocher les gens selon les dires de certains. Sauf lui et Diane de la Fère il fallait croire. *Irritation. Indignation.* Et sa bouffonne de dragonne et la majestueuse Adamante. L'homme soupira, cachant un grognement, à ce souvenir déplaisant, avant de se remettre dans la conversation actuelle.

« Avis partagé. Hocha t'il à sa propre surprise d'être du même avis qu'une femme. Pourtant il l'était. Jusqu'à ce que meilleur se présente à nous. » Parce-que oui, il était d'accord avec elle mais si une autre pointure venait soudain frapper à sa porte, il lui donnerait sa chance. Et si il était bien reçu et que la qualité était supérieure au travail de son ancien fournisseur, il changerait sans hésiter pour son bien à lui comme pour celui de l'Empire qu'il servait. En outre cela mettait une claque au plus jeune, tout du moins l’espérait-il. Si Tybalt se relâchait ou se confortait dans ce qu'il faisait sans chercher à toujours s’améliorer, un autre prendrait sa place un jour... et ses contacts. Convaincu au vu de l’acquiescement de Tybalt, un peu nerveux, que ce dernier avait compris, il écouta la suite. Suite clairement pour l'apprenti forgeron.

« J'apprécie particulièrement œuvrer sur les plastrons, les armures en général, les épées, les armes ensuite, mais en tant qu'apprenti je donne véritablement du travail là où mon Maître me le demande et m'ordonne. Si je peux dire où va ma préférence, je ne peux pas exiger de me limiter à ça. »

Qu'il était sage et plein de volonté son garçon caché ! Il était bien le sien, digne d'être pleinement reconnu le moment venu. Digne que Richard s’intéresse à lui. Digne qu'on s’intéresse à lui et son avenir. Et pour avoir déjà perçu le plastron de Tybalt qu'il porterait lors de la cérémonie, le Maréchal était convaincu qu'il aurait beaucoup de monde revendiquant pareil création avec le temps.

« Je vois ce que vous voulez dire, je n'ai pas encore suffisamment de connaissances au niveau des boucliers mais ca ne saurait tarder. Par contre, j'ai pu voir mon Maître travailler sur ces pièces et les assembler. »

« La force musculaire fait beaucoup. »
ajouta Richard plus pour faire comprendre à la blonde que c'était une chose dont une femme manquait naturellement, qu'autre chose. Il savait qu'il n'y avait pas que ça, bien sûr, l’expérience faisait beaucoup, mais il n'avait pu pour autant s'en empêcher.

« Bien sûr, mais outre sa force, mon Maître a quelques bonnes techniques de par son expérience. Je pourrai me renseigner pour vous si vous le souhaitez ? Ou vous le présenter ? Des clous, on en fait beaucoup, et des bons bien longs. »

Gentil Tybalt complètement dévoué à son Maître et à la Forge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyDim 10 Mar - 16:56

L'animosité que les Bellifériens avaient pour les Skjaldmös, elle la connaissait bien et à tout moment elle s'attendait à y voir des traces dans les réponses ou l'attitude du Maréchal de Serre. Pourtant, ce dernier était plutôt courtois, probablement sa position et sa bonne éducation. En toute logique donc, elle ne s'attendait pas à plus de sa part, au contraire elle était même étonnée qu'à un moment il soit du même avis qu'elle. Enfin... Non pas étonnée que ce genre de chose puisse arriver, mais plutôt qu'il l'affirme clairement. Néanmoins, elle se garda de dire ou faire quoi que ce soit. C'était plutôt bon signe si tout se passait mieux qu'elle n'aurait pu l'imaginer a priori.

Par la suite son attention alla toute à l'apprenti forgeron, l'écoutant parler de ses préférences et de ses possibilités. La blonde opina, comprenant très bien qu'en tant qu'apprenti il ne puisse pas faire ce que bon lui plaisait. Elle-même devait toujours à un moment ou un autre obéir à ses supérieurs et répondre de ses actes s'ils n'étaient pas conformes à ceux attendus. Evidemment, elle avait toujours été une élève studieuse et obéissante alors elle n'avait jamais été confrontée à un soucis de ce genre. De plus, les maîtres étaient toujours les plus à même de savoir ce que leurs apprentis devaient faire pour s'améliorer et progresser dans leur pratique.

- Bien sûr et il faut toucher à tout pour apprendre.

Quant à la suite, même si elle percevait le sous-entendu de la remarque du plus âgé sur la force nécessaire pour tordre les clous, elle n'irait pas chercher plus loin. Après tout en un sens il avait raison, la plupart des femmes n'arriveraient pas à avoir assez de puissance. Là où leur avis différait, c'était que pour elle ce n'était pas une généralité et elle connaissait même des hommes qui n'en seraient pas plus capable que leurs compagnes.

- Effectivement il faut que le bouclier soit bien stabilisé et qu'il y ait l'équivalent d'une enclume sous le clou pour que la tête ne sorte pas. Alors je vous remercie pour votre aimable proposition, mais vrai dire, ce n'est ni la technique, ni la force qui me manque, mais plutôt le matériel pour cette tâche.

Et non elle ne cachait pas de mini-forge chez-elle, cela aurait prit bien trop de place ! Dommage, ce genre de bricolage lui aurait bien plut. Un trait de famille sans-doute puisque sa soeur baignait à fond dans ce loisir qui était même devenu un travail à temps plein pour elle. A sa façon de répondre, elle soutenait la réponse de l'apprenti tout en montrant subtilement au plus âgé qu'elle était une exception au stéréotype qu'il se faisait de la gente féminine. Elle était un peu orgueilleuse, et aimait bien faire les choses elle-même mais elle n'était pas vaniteuse et si elle était fière de ce qu'elle pouvait faire, dans le cas présent elle n'en montrait rien, restant humble. Un esclandre ne serait pas créé pour si peu.

- Toutefois je prendrais bien l'adresse de la forge de votre maître, d'ici là que vous ayez la vôtre, je pourrais suivre votre évolution et passer vous voir dès que j'en aurai besoin si vous êtes d'accord.

Ce jeune apprenti lui plaisait bien et promettait de devenir très doué et renommé, donc si elle pouvait na pas le perdre de vue, elle serait ravie de faire partie de ses premiers clients.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi EmptyMer 27 Mar - 15:12

Soit elle était trop stupide pour comprendre et rétorquer à ses vilenies, soit elle était bien sage et ses remarques glissaient loin, au-dessus d'elle. Richard préférait, naturellement, opter pour la première solution. Après tout, il n'attendait pas d'une femme qu'elle soit réfléchie ou forte. Ou qu'elle ait du répondant. Non. Pour lui, la femme parfaite (pour ce qu'elle pouvait atteindre de perfection dans ses idéaux) était muette, docile, serviable, stupide et jolie. La vraie, s'occupait du ménage, d'ouvrir ses cuisses à la demande et permettait une descendance. Elle disait souvent 'oui' et rarement 'non'. Elle s'occupait du confort de l'homme, prenait soin de ses atouts virils et succombait à ses désirs. Elle trouvait honteux et anormal, ces autres femmes qui tentaient de se tenir à la hauteur de l'homme. Parce qu'un homme était supérieur et qu'elle était bien heureuse de son statut et de sa place. Bref, ce genre de femme se trouvait principalement en Bellifère. Et encore, il arrivait qu'on en trouve quelques exceptions disgracieuses. Exceptions qui devenaient normalités une fois les frontières de son duché dépassées. Que d'ignominies, avait-il croisé en grandissant. Que d'ignominies, pour un Bellifèrien, qui ne lui avait nullement inspiré l'envie de fonder quoique ce soit au risque que sa compagne imaginaire s’avéra trop bavarde et intelligente... Semer au gré de ses voyages et de ses envies lui avait évité ainsi ce genre de désagréable surprise. Et il ne regrettait nullement cette manière de vivre. Moins d'attachements. Moins de tracas. Plus de temps pour le travail. Et du travail, ce n'était pas ce qui manquait quand on était Maréchal. *Femme armée. Richard pas content. Moquerie* Sans compté qu'il avait déjà Adamante. *Fierté* Et qu'elle n'était pas un cadeau. *Agacement* Malgré sa perfection en tant que Griffon. *Fierté*

Enfin soit, la Skjaldmö face à lui, comme celle qu'il avait croisé autrefois, faisait partie de ces femmes qui auraient pu lui faire regretter d'avoir un jour osé quitter son duché. Et qui lui faisait retrousser le nez volontiers, même s'il se contenait au mieux selon les situations, comme c'était le cas ici, malgré quelques remarques sous-entendues de sa part. Accompagné de Tybalt, il faisait preuve d'une assez belle retenue dans ses propos pour offrir au plus jeune de briller par son talent. Un talent en forge qu'il devait pour beaucoup à la graine que Richard avait semé un jour dans le ventre d'une serveuse ravie qu'un homme de sa trempe la regarde et la désir une nuit ou deux. Belle, calme et gratuite, il aurait été bien fou de la laisser filer.

« Je comprends, » répondit Tybalt calmement, sentant qu'il perdait peut-être l'intérêt qu'elle avait pu lui porter au début. Richard, lui, ne comprenait pas pourquoi ils étaient encore en train de discuter et de perdre du temps. Les mots d'un maréchal valaient leur pesant de fleuron. Alors son temps, il ne fallait pas trop en abuser. Et Richard en avait suffisamment dit pour valoriser le talent de sa chair et son sang.

- Toutefois, je prendrais bien l'adresse de la forge de votre maître, d'ici là que vous ayez la vôtre, je pourrais suivre votre évolution et passer vous voir dès que j'en aurai besoin si vous êtes d'accord.

Le visage du plus jeune s'illumina de soulagement, de joie et de fierté. Et Richard, malgré un soupir las discret, fut content pour lui. Même s'il aurait pu trouver mieux comme potentiel futur client.

« Ce sera avec joie que je vous accueillerai et vous présenterai mon Maître et la forge. Jusqu'à posséder la mienne, » répéta t-il un peu tremblant et rêveur dans un souffle. Il lui faudrait pourtant attendre un moment, un long certainement, mais au moins ce rêve-là était possible et dans les cordes de Richard à l'aider à se réaliser financièrement.

« En attendant de gagner encore en expérience et renommée, » ajouta Richard avant de reprendre, plus sérieusement. « Parlant de temps, il me faut retourner vaquer à mes devoirs, » expliqua t-il tout sérieux et rigide. Et souffler loin de ce genre de femme. Respirer et profiter d'une vision où l'homme est roi et où la femme se soumet – s'il pouvait la trouver ici. *Beaucoup de femmes en armures* ce qui serait difficile. « Skjaldmö de Syvamir, » la salua t-il d'un signe de tête mesuré et d'un ton à frisson. Puis se tournant vers Tybalt. « Nous nous retrouverons plus tard. »

« Maréchal, » salua Tybalt, gardant son 'mon oncle' pour plus tard, surpris, non pas d'être laissé derrière, mais de se retrouver seul avec la guerrière dont il espérait compter comme cliente un jour.

La silhouette de Richard sorti de son champ de mire, laissant à Tybalt le loisir de donner l'adresse de la forge, de discuter peut-être encore un peu, de s'affirmer également avant que leur rencontre ne s'achève à leur tour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La Forge est avec toi   La Forge est avec toi Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Forge est avec toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: