AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
Compresseur digital programmable Michelin 12V – ...
Voir le deal
44.99 €

Partagez
 

 Retrouver une certaine harmonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
Les Mages
Meldred de Séverac
Meldred de Séverac

Messages : 363
J'ai : 32 ans
Je suis : Mage Accordé (percussions)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Harmonie, l'équipage de la Symphonie
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Hector
Message Sujet: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyMar 23 Oct - 12:07


Livre III, Chapitre 6 • Puisse le sort vous être favorable
Tancélie le Sustain & Meldred de Séverac

Retrouver une certaine harmonie

Où des excuses sont prononcées, et où Meldred tient à la rousse sans se l’avouer



• Date : 2 novembre 1003
• Météo (optionnel) : Froid :argh:
• Statut du RP :  Privé
• Résumé : Meldred, après le drame d’Ansemer, culpabilise de ne pas avoir su protéger Tancélie. Après des échanges de lettres quelque peu sporadiques, et lorsqu’il apprend qu’elle vient à Lorgol, il s’arrange pour la voir. Lui faire visiter, lui présenter Harmonie… Et s’excuser.
• Recensement :
Code:
• [b]2 novembre 1003 : [/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4255-retrouver-une-certaine-harmonie]Retrouver une certaine harmonie[/url] - [i]Tancélie le Sustain & Meldred de Séverac[/i]
Meldred, après le drame d’Ansemer, culpabilise de ne pas avoir su protéger Tancélie. Après des échanges de lettres quelque peu sporadiques, et lorsqu’il apprend qu’elle vient à Lorgol, il s’arrange pour la voir. Lui faire visiter, lui présenter Harmonie… Et s’excuser.




Là où la pensée a peur, la musique pense.  







Meldred parle en #99CCFF

On dit merci à Mab:
 


Dernière édition par Meldred de Séverac le Mar 23 Oct - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Meldred de Séverac
Meldred de Séverac

Messages : 363
J'ai : 32 ans
Je suis : Mage Accordé (percussions)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Harmonie, l'équipage de la Symphonie
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Hector
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyMar 23 Oct - 12:09

La douleur l’a suivi depuis Ansemer. Lorsqu’ils ont quitté Port-Liberté, laissé les Outreventois en s’excusant, avec un regard désolé, la douleur a suivi Meldred. Elle s’est accrochée dans le vide de son coeur, cette révélation faite par le silence de ses amis, de son équipage, de sa famille. Ils ont rejoint la Symphonie par le premier portail. Harmonie, douce, protective, une vraie mère, n’a rien demandé - instantanément, elle a semblé savoir.
Maël aussi. L’Accordé qui a, un temps, joué avec le trio renégat n’a rien demandé. Il s’est contenté d’écouter Meldred. Meldred au regard vide et au coeur blessé. Meldred qui n’a jamais vraiment connu la mort, et l’a maintenant tenue dans ses bras. Meldred qui se réveille apeuré, en sueur quand les vents font tanguer la Symphonie. Avec l’automne, la bise se fait forte, surtout dans le port où ils sont amarrés. Meldred qui n’ose pas se plaindre à son compagnon de cabine, qui ne dit rien.

Parce que le Cibellan le connaît bien assez, après tout. Quand il est réveillé par le bruit du griffonnement sur le papier, Maël sait que le brun à la moustache a besoin de parler. Quand le navire danse, que les gestes sont trop assurés pour être naturels.
“Meldred. Tu veux en parler ? ”

Un mouvement de tête. Assis en tailleur, son carnet entre les mains, Meldred se cale contre son ami de toujours, pour ne pas le voir, sans doute. Pour éviter la honte. Le silence s’installe. Il parlera quand il sera prêt.
Il passera la nuit sans rien dire. Sans lui dire la peur du naufrage, à nouveau. Sans lui dire ses cauchemars, ses poumons remplis d’eau, le bateau qui coule, sa famille qui s’éloigne, là où Mélusine cette fois est adulte - cauchemar teinté par la vérité, maintenant qu’il sait à quoi elle ressemble. Sans lui dire le corps inerte de Vanessa qui se vide de son sang entre ses bras. Sans lui dire la haine dans les yeux, la peur dans les mots, dans les interdictions qui fleurissent désormais autour.
Maël n’a pas besoin de savoir, ça. Il l’a déjà vécu.

~0~


Petit à petit, cette peur faiblit. Les cauchemars mettent du temps à s’atténuer, mais ils disparaissent un peu. Meldred reprend de l’assurance. Il s’engage dans les rues de sa ville, se mêle à la foule de Bassois, joue dans les tavernes qui ne craignent pas qu’un musicien vienne, encore - de toute manière, l’alcool sans musique finit par être triste. Il reprend contact avec ses amis outreventois aussi, et notamment Tancélie. Celle-ci lui a annoncé venir sur Lorgol en ce début de novembre,peu après la célébration de l’anniversaire de son frère - à qui Meldred a envoyé un présent, avec l’aide avisée de Théobald. Il saute sur l’occasion, le brun, pour revoir la jeune femme. Il veut la présenter à Harmonie, lui montrer la Symphonie, la beauté d’une vivenef. Même sans naviguer, un bateau est une chose magnifique.  Plus que tout, également, rongé par la culpabilité de sa chute à l’eau, il veut s’excuser.
Il est présent, à la sortie de la guilde des Mages, par où elle est supposée arriver, pour la récupérer et l’emmener voir le monde par ses yeux.

Ils ne se perdront pas, à deux. Son visage s’illumine légèrement quand il la voit. Si elle est là, qu’elle a accepté, après tout, c’est bien qu’elle ne le hait pas, pas vrai ?  Après l’avoir saluée, il l’entraîne à sa suite dans les rues, manquant de trébucher sur un pavé. “Le chemin ne sera pas long, promet le brun. Harmonie sera heureuse de vous rencontrer. Mais racontez-moi comment s’est déroulé l’anniversaire de Teagan ? Et comment vous portez-vous ? Et comment vont les enfants ?  ” Les questions fusent et s’entrelacent, dans son esprit soulagé de la revoir.



Là où la pensée a peur, la musique pense.  







Meldred parle en #99CCFF

On dit merci à Mab:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Tancélie le Sustain
Tancélie le Sustain

Messages : 278
J'ai : 28 ans
Je suis : mage accordée et ménestrelle

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyLun 19 Nov - 20:42

Le voyage avait été bref mais les adieux, eux, s’étaient avérés être interminables. Morgan s’était jeté dans ses jupons pour la faire rester plus longtemps et, devant les arguments chargés de bon sens de son père et de sa marraine, le petit avait renversé le contenu de son large coffre à jouets entre les larmes et les vociférations afin de faire barrage à son départ imminent. Tancélie, interdite quelques longues seconde, était subjuguée devant cet excellent moyen de négociation. L’humanité avait très certainement oublié qu’elle avait eu six ans, elle aussi. Qu’aurait pu faire Liam d’Outrevent devant deux Sustain en crise, au sol, lançant harpe et violon pour  protester les brimades quant à la magie de l’Accord éveillée en eux? L’image avait de quoi retirer le tragique du moment. Devant la crise de son filleul, la rouquine avait encaissé ses cris en silence et avait éloigné Teagan et sa colère toute paternelle pour discuter plus calmement avec le petit. Il avait fallu patienter qu’il se calme enfin pour lui faire avouer ce que Tancélie savait déjà, qu’il comprenait. Seulement, les départs lui étaient plus difficiles à lui qu’à d’autres, pour une raison évidente. À son anniversaire, lorsque l’hiver partirait, elle reviendrait. Promesse faite sur la terre de l’Honneur. Elle reviendrait.

Sitôt le portail traversé et la Guilde des Mages derrière elle, l’étrange beauté de Lorgol la frappa. La ménestrelle s’étonnait toujours que la ville résiste à la tristesse de novembre, que là où un ciel gris comme l’ardoise embrumait les coeurs, les mille tours de la Ville Haute illuminaient l’espace de leur couleur et leur splendeur. Elle prit un moment, le museau en l’air, sa lourde harpe de voyage à ses côtés, pour survoler l’horizon oppressé de superbes et de beautés. Lorsqu’elle abaissa son regard, se fut Meldred qui l’attendait là, lumineux et souriant. Une beauté moins tapageuse que Lorgol, mais un charme intemporel. La rouquine sentit ses joues se réchauffer malgré la morsure du froid et l’accompagna dans les dédales de Lorgol. Il avait soulevé sa harpe de voyage comme si elle ne pesait rien et la soutenait à son dos. Même s’il avait trébuché contre un pavé, l’Outreventoise lui faisait aveuglément confiance pour transporter son nouvel instrument. Elle, pour sa part, se contentait de le suivre, le regard perdu sur l’architecture qui changeait peu à peu, selon l’origine ou la richesse des propriétaires.

- Le chemin ne sera pas long. Harmonie sera heureuse de vous rencontrer. Mais racontez-moi comment s’est déroulé l’anniversaire de Teagan ? Et comment vous portez-vous ? Et comment vont les enfants ?

Devant le flot de questions empressées, Tancélie avait esquissé un sourire amusé. Il était bon de le revoir, de le retrouver, même si leurs derniers souvenirs étaient sanglants et tragiques. Il avait retenu Vanessa contre lui, alors que la vie la quittait. Elle n’avait pas pu rester, demandée auprès de la duchesse de Lagrance, les poumons encore gorgés d’eau suite à sa noyade. Un petit mois, à peine, sans se voir, et il lui semblait qu’il y avait déjà une éternité. Oh… Elle lui en avait voulu, un peu, de l’avoir abandonnée à la merci de Vanessa. De ne pas l’avoir aidée, alors que l’eau l’engloutissait toute entière. Mais était-il réellement en faute? Au fond d’elle, Tancélie savait que non. Elle avait décelé un piège dans lequel Marjolaine du Lierre-Réal semblait captive, et dans sa volonté de la sauver, elle avait frôlé la mort. C’était son choix. Sa décision. Son amertume s’était dissipée rapidement, et son plaisir de retrouver le moustachu était sincère.

- J’ai très hâte de la rencontrer également. Croyez-vous qu’elle appréciera ma présence?

Elle déposa une main sur le coude de Meldred, de sa main gantée, l’invitant à éviter une flaque d’eau, alors que la Ville Basse se dresser autour d’eux.

- Je craignais que quelques souvenirs tristes hantent la journée, mais ce fut joyeux, et léger. L’épouse de Trevor, notre aîné, avait préparé de la nourriture pour une légion de dragons, au moins. Et Teagan a apprécié votre cadeau. C’était élégant de votre part, de vous faire présent malgré votre absence. Tout le monde se porte bien, et Sa Grâce Marjolaine s’est assurée qu’un mage de guérison soigne mon état, lors de mon séjour en Lagrance.

Difficile de lui faire croire qu’elle n’avait rien eu, de son passage sur le pavillon ansemarien. Des cauchemars l’avaient hantés, elle aussi, d’une autre manière peut-être. Et son corps fragile avait peiné à se remettre. La mage talentueuse l’avait retrouvée, même à Souffleciel, afin de s’assurer d’un suivi.

- Mais vous, Meldred? Êtes-vous sur Lorgol depuis tout ce temps? Vous êtes-vous remis de toutes ces sombres affaires? Comment allez-vous?

Il y avait dans son sourire une pointe d’amusement, alors qu’elle le pressait de question comme il l’avait fait, quelques instants plus tôt. Aucune méchanceté, dans sa voix et son sourire car, après tout, la rouquine était curieuse et les réponses étaient très attendues.


Retrouver une certaine harmonie JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Meldred de Séverac
Meldred de Séverac

Messages : 363
J'ai : 32 ans
Je suis : Mage Accordé (percussions)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Harmonie, l'équipage de la Symphonie
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Hector
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyJeu 22 Nov - 21:50

Qu’il est heureux de la savoir en vie, sauvée des eaux comme il a pu l’être. Qu’il est heureux, un peu trop, de la voir arpenter à ses côtés les rues de Lorgol alors qu’ils s’éloignent lentement de la guilde. Tancélie est l’une de ses amis, après tout. Et elle, elle n’a pas dépassé le millénaire d’existence, c’est une amie presque de son âge - et pourtant, quelquefois, il semble y avoir tout un monde entre eux. Un monde fou, un monde qui a été le sien, qui est à présent le leur. Un monde de mille ans qui forge la langue et les pensées, l’histoire dont Meldred encore aujourd’hui ignore pas mal de choses - dix mois sur cette terre et il semble ne pas encore en saisir toutes les subtilités profondes. S’il savait… Personne ne peut comprendre, pas même ceux ayant vécu mille ans, combien ceux-ci ont aidé à façonner le monde. Personne ne peut comprendre entièrement.
Quoi qu’il en soit, Tancélie reste une personne chère au coeur du brun, tout comme son frère l’est. Et puis, peut-être encore l’est-elle plus que l’Outreventois d’une certaine manière : comme Meldred, elle a embrassé de sa propre volonté l’Accord, sans pression extérieure comme cela a pu être le cas pour l’homme de sa fratrie. Alors oui. Meldred l’aime bien.
Sa harpe sur le dos, il n’arrête pas de lui jeter des coups d’oeil pour vérifier qu’elle n’est pas plus pâle qu’à son habitude, ou plus frêle, ou plus abîmée, ou moins joyeuse, ou moins rousse. C’est sans doute pour cela qu’il manque de s’empêtrer et s’entremêler les pieds sur un pavé légèrement disjoint.
Pas du tout.

Pourtant, ce n’est pas qu’il est distrait, non ! Au contraire, il écoute avec intérêt et impatience les réponses qu’elle va lui fournir. Avec impatience, justement : le grand fléau du Séverac, qui est pourtant appliqué et attentif, c’est son incapacité totale à pouvoir attendre. Il veut le résultat, il veut savoir, et il a une notion désastreuse du temps. C’est cette impatience qui peut justifier sa démarche, un pas ne se finit pas que déjà il voudrait faire l’autre. Même des années à prendre le temps n’ont pas su le régler totalement. Mettez-le avec une personne qu’il estime, et juste le fait qu’ils puissent trop réfléchir à leur réponse fera pétiller son sang d’envie de savoir la suite.

« Bien sûr ! » sourit-il franchement, évitant de peu une flaque.  « Merci. » glisse le trentennaire alors qu’elle le guidait loin de l’étendue glauque dans laquelle il avait failli marcher. Parenthèse polie. « Elle n’a aucune raison de ne pas apprécier votre venue. Ne vous en faites pas. Vous verrez ! » Il y a dans le ton de sa voix une immense joie, et une affection non-feinte, pour celle qui l’a élevé.

Meldred ralentit un peu son pas pour l’écouter narrer l’anniversaire de Teagan, inclinant poliment la tête. Il n’allait pas ne pas lui envoyer de cadeau, tout de même !  « Je ne sais quand je pourrais le voir à nouveau, alors c’était la moindre des choses à faire. »
Il la fait biffurquer, prendre une rue, puis une autre, essayant d’éviter les plus étroites où ils flirtent dangereusement avec les canaux… Ou avec le danger. Autant éviter une mauvaise rencontre. En lui jetant un sourire rassuré, il continue d’avancer.  « Me voilà rassuré. Nous sommes partis si vite, je n’ai pas pu m’assurer que vous, ou votre frère, soyez soignés comme il en convenait. »
Il avait d’autres choses à penser. Une souffrance à repousser – Sébastien, ou la noyade dont les souvenirs remontent encore rien qu’en voyant l’eau.

La jeune femme et l’Accordé progressent raisonnablement vite, d’une démarche cadencée et presque unique, sur un chemin que Meldred a l’air de connaître.   « Pendant longtemps, je n’ai eu d’autre demeure que la Symphonie. Et après … Après ces événements, je n’ai pas eu le coeur de la laisser. » Il n’en dit pas plus, se pousse pour laisser passer une jeune femme, avant de pencher la tête vers son amie.  « Mais je vais bien. La vie continue. »
Il ne parlerait pas de sa famille,  dans ces rues, sur ce chemin, non. Il attendrait le pont sécuritaire de la Symphonie, pour tout lui raconter. « Il a été quelque peu ardu de s’habituer à notre nouvel effectif, dans un premier temps. Et apprendre la nouvelle aux autres également. Sans compter que suite à la révélation de notre retour… Disons que l’on se méfie aisément des musiciens. » Evidemment.
Trop optimiste, lui, par moments. « Avez-vous eu quelque ennui à ce sujet ? En Outrevent… Ou en Lagrance ? Ou ailleurs, je ne sais où vous vous êtes rendue. »
Il se souvient, Meldred, qu’elle n’a pas joué, qu’elle n’a rien fait sur ce navire funeste qui puisse l'avoir condamnée. Elle ne peut pas être accusée… Si ?



Là où la pensée a peur, la musique pense.  







Meldred parle en #99CCFF

On dit merci à Mab:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Tancélie le Sustain
Tancélie le Sustain

Messages : 278
J'ai : 28 ans
Je suis : mage accordée et ménestrelle

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptySam 22 Déc - 17:29

Ils traversaient la Ville Basse d’un seul souffle, sans s’attarder, et Tancélie lui en était reconnaissante. Lorgol avait ses charmes, il était vrai, mais l’Outreventoise ne s’était jamais réellement sentie en sécurité loin de la Ville Haute. Les rumeurs étaient si inquiétantes, quant à ce dédale de ruelles et de passerelles… Mais Meldred était là, et, avec lui, sa magie impressionnante. Elle se savait en bonne compagnie, plus encore en sachant qu’il empruntait ce chemin régulièrement, et que son visage ne devait pas être tout à fait étranger aux Bassois. Il lui disait être rassuré de son état, de celui de Teagan, aussi, et la rouquine inclina la tête en guise de remerciement. Il était vrai que les adieux ne s’étaient pas faits, sur le pont du navire ansemarien à la dérive. Ils avaient survécu, chacun de leur côté, avec leurs propres blessures à panser.

- Aussi cruels étaient vos ...amis, à mon endroit, je  peux comprendre votre perte et m’en chagriner. Vous avez partagé avec eux de bien grands moments, j’en suis consciente, alors que je n’ai essuyé que leur volonté d’en finir avec moi.

Elle comprenait le chagrin d’un deuil, assurément, même si les savoir morts était rassurant, pour elle. Il n’y avait que la Chifonie qui avait été engloutie par les eaux. Rien ne prouvait cette détestable gredine ne soit pas réellement décédée, ou encore qu’elle ait pu être sauvée. Son souvenir prenait le son caractéristique d’un bois qui éclatait ; son talon sur son instrument. La rouquine détourna le regard, se laissant volontier distraire par le flot de paroles de Meldred. Il allait bien, la vie continuait, qu’il disait, et elle ne put qu’opiner ses paroles. La vie était ainsi faite, cruelle à sa manière, de continuer inlassablement malgré les deuils et les pertes.

- Avez-vous eu quelque ennui à ce sujet ? En Outrevent… Ou en Lagrance ? Ou ailleurs, je ne sais où vous vous êtes rendue.
- Liam d’Outrevent est forgé par les principes et l’honneur de son duché. C’est un homme attentif ; il a deviné tout de suite que l’Accord s’était éveillée en moi.

Un regard lancé sur les environs, discrètement, et elle se confiait quelque peu à son ami. Personne ne semblait les suivre ou s’intéresser à eux, alors que les pavillons se profilaient de plus en plus clairement devant eux. Elle n’avait joué aucune note, sur le pont, mais sa simple présence sur le navire avait convaincu son duc de cette magie proscrite éveillée en elle. N’aurait-il pas pu simplement la croire ménestrelle invitée aux réjouissances, comme elle l’avait été pour Lionel de Rivepierre à son mariage? Le mensonge lui était étranger, et la rouquine n’avait pas démenti les doutes de Sa Grâce Liam, la tête haute et le regard clair de celle qui ne regrettait pas. Qui assumait.

- Nous avons parlé longuement avec lui, après que Teagan ait demandé audience. Je vous en reparlerai, Meldred, lorsque nous serons loin des oreilles indiscrètes, tout comme je vous raconterai ma rencontre avec Marjolaine du Lierre-Réal.

Le port s’ouvrait clairement, devant eux, et Tancélie offrit à l’homme un sourire qui se voulait rassurant. Les détails pouvaient attendre encore un peu. Un petit chaos s’annonçait aux devants, entre les marins de toutes sortes, les cargaisons en déplacement, l’odeur prenante du port mêlée à la sueur des hommes et les silhouettes massives des navires et vivenefs. Elle s’était arrêtée quelques secondes, sa main sur le bras de Meldred pour lui intimer une halte improvisée. Autour d’eux et de leur immobilité, le port fourmillait. Elle ne pointait pas de la main, Tancélie, mais son regard tout entier était destiné à une vivenef esseulée qui ne partageait pas l’aura d’inquiétude des autres navires.

- C’est elle. N’est-ce pas? Oh.. Présentez-moi, Meldred, je vous en prie.


Retrouver une certaine harmonie JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Meldred de Séverac
Meldred de Séverac

Messages : 363
J'ai : 32 ans
Je suis : Mage Accordé (percussions)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Harmonie, l'équipage de la Symphonie
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Hector
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyDim 23 Déc - 22:51

Comprend-elle réellement ? Comprend-elle, Tancélie, la douleur qui a pu prendre Meldred quand Théobald et Taliésin ont confirmé devant l’équipage la mort de Sébastien ? Il n’est pas sans savoir qu’elle a sans doute essuyé bien des pertes dans sa vie, elle aussi. Il n’est pas stupide, il n’est pas insensible – loin de là. Mais peut-elle réellement comprendre ? Peut-elle comprendre que la mort encore n’était jamais montée à bord pour l’un des leurs aux yeux du petit ? Que de voir mourir trois Accordés millénaires, c’était avoir une des bases de son monde qui se fissure ? Elle ne peut peut-être pas le deviner, mais le moustachu Accordé n’a pas le coeur ou le courage d’en parler plus que ça. Il laisse couler. Lorsque son coeur encore à vif de la trahison sera soigné alors, peut-être…
Ou peut-être pas. Peut-être que c’est une douleur qu’il emportera pour toujours avec lui et qui finira par tout détruire.

L’Accordé ne comprend pas. Ses sourcils se froncent, sa bouche se plisse un peu dans une moue dubitative. Était-il omniscient, le duc du duché de l’Honneur ? Pouvait-il voir dans les âmes et les coeurs de ses sujets ? Pouvait-il deviner, ainsi, une magie qui ne laissait aucune trace sur son porteur ? Nul éclat écarlate dans leurs iris, sans doute des mains plus agiles que la moyenne, des doigts plus souples, une voix plus mesurée, une ouïe plus fine, une musicalité dans le souffle mais rien de visible, rien qui ne puisse trahir un Accordé d’une autre personne. Comment a-t-il pu le deviner, eux qui, autour, ne semblaient pas tous au fait de cette magie bannie ? Si Teagan s’était présenté avec eux, sa sœur, elle, n’avait rien fait.
« Nous en parlerons une fois arrivés. » acquiesce-t-il alors que le port se dessine, non loin. La nouvelle trotte dans sa tête, et il se promet d’y revenir quand ils le pourront : il veut savoir. Le sort des Accordés qui lui sont chers, ses amis, ses alliés à défaut d’être sa famille, leurs déboires à cause de cette magie qu’ils ont choisis lui importent grandement.

« Oui, c’est elle. » Le brun sourit, alors qu’un coup de vent joue dans ses cheveux, glacé. Doucement il entraîne Tancélie à sa suite, en s’assurant qu’elle reste près de lui : si lui a appris à avoir confiance en la faune plus en plus nombreuse chaque jour qui peuple cette partie du port, il ne voudrait pas qu’elle s’y perde ou qu’on lui cherche quelque problème. Ils se rapprochent, sur le ponton de bois, de la figure de proue si familière à l'Accordé.

Maman ?  « Harmonie ? Je suis de retour… Je viens te présenter quelqu’un. » Elle est belle, Harmonie, et elle ne porte pas son nom en vain. Sa présence même dégage une impression de maîtrise, d’alliance parfaite. Meldred semble… À l’aise. Plus en sûreté.  « Il s’agit de la sœur de Teagan, Tancélie. Taliésin a du t’en parler, Théobald l’a éveillée. C’est une harpiste. » Et lui aussi lui en a parlé. Son accent, lourd, qui roule ses consonnes et tord les sons revient naturellement. Il termine, afin de la laisser ensuite s’exprimer si elle le désire. « Tancélie, je vous présente Harmonie. »
C’est court. C’est peu. Mais Meldred ne dit pas tout, sinon il y serait encore demain. Sa mère adoptive, Harmonie… Elle a la voix qui se mêle aux leurs sur des chants que d’autres ont oublié. Elle a un rire clair et lumineux, comme le son d’un carillon. Meldred l’appelle Monie, Maman Monie, parce que c’est joli.

Elle aime les musiques outreventoises et les comptines pour enfants. Les poèmes épiques et les berceuses. Les airs populaires, les chants funéraires. Les histoires, pourvu que ça rime, la paix par dessus tout – la musique des canons et de la mort n’est pas de celle que la Symphonie veut réentendre de sitôt. Elle aime peut-être Meldred un peu, aussi, l’enfant ne lui a jamais demandé, l’adolescent et l’adulte non plus – par contre il ne s’est pas privé de le lui dire, toute cette affection filiale qu’il éprouve à son égard.
« Peut-on monter ? Je voudrais la présenter aux autres. Mais elle reviendra te voir. On reviendra. »
ajoute-t-il en glissant un œil à la rousse.
Son regard est empli de joie et de fierté, à naviguer entre elles deux. Harmonie ne refusera pas qu’une jeune Accordée monte à son bord, n’est-ce pas ? Pas quand Meldred les regarde avec des yeux aussi brillants.
Pas quand il a l’air si heureux.



Là où la pensée a peur, la musique pense.  







Meldred parle en #99CCFF

On dit merci à Mab:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Tancélie le Sustain
Tancélie le Sustain

Messages : 278
J'ai : 28 ans
Je suis : mage accordée et ménestrelle

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyVen 22 Fév - 15:25

Elle avait vu le mécontentement, ou le doute, dans le regard de Meldred, alors qu’elle lui parlait de Liam d’Outrevent et de sa suspicion à son sujet. Il était vrai que la réserve des Outreventois était légendaire, en ce qui concernait les magies oubliées. Pourtant, la magie de sang s’était faufilée jusqu’à Souffleciel, par le mariage de Lionel de Rivepierre, conseiller et ami de Liam. Cela montrait pour les enfants de l’Honneur la grande tolérance de leur duc. Tous ne pouvaient le voir ainsi, et Tancélie comprenait aussi la méfiance des étrangers pour un duc tout-puissant si prompt et volontaire à anéantir ce qui représentait un danger, pour son peuple. Mais elle était là, devant elle, la figure de proue animée, et les paroles de Meldred portaient en elles la chaleur d’une affection toute filiale.

- Harmonie. Meldred m’a parlée de vous avec tant d’éloquence et de gentillesse qu’il me tardait d’enfin rencontrer la légende que vous représentez.

La mère des Accordés. La protectrice de ces mages bannis. Tancélie s’était inclinée devant elle, le regard brillant à la simple vue de cette figure de proue bien vivante. L’envie de la toucher, de glisser ses doigts fins sur le bois sculpté, de ressentir le battement de son coeur, la chaleur de sa peau noueuse, était grande…! Mais la rouquine n’en fit rien, se contentant d’une observation admirative plutôt sage. Elle s’animait, Harmonie, détaillant avec curiosité et bienveillance la ménestrelle nouvellement éveillée à l’Accord.

- Rien ne me ferait plus plaisir que de jouer sur le pont de la Symphonie avec mon cher Meldred. Me le permettrez-vous, Harmonie?

Lorsque la figure de proue animée les pressa de monter à bord, la rouquine redressa sensiblement l’échine, fière de ce privilège qu’on lui accordait. Quelle chance elle avait! Celle de suivre sa passion, en dépit de ses origines outreventoises. Celle d’avoir été éveillée à une magie ancienne qui lui permettait de faire le bien grâce à ses notes harmonieuses. Celle de fouler le pont d’une vivenef légendaire. Meldred la soulageait de sa harpe de voyage, et Tancélie eut tout le loisir de survoler le bastingage de sa main, frôlant à peine le bois chargé d’histoire du bout des doigts. Les souvenirs du mariage d’Ansemer lui revenaient, par vagues houleuses, alors que le navire tanguait paresseusement, mais le bonheur d’être présente sur la Symphonie semblait chasser ses craintes. Ici, elle était en sécurité. Personne ne lui en voulait, d’avoir agit pour les Accordés. Meldred n’allait pas disparaître, cette fois.

- Meldred… Arrêtons-nous ici, la vue est si belle… Je n’avais jamais encore vu Lorgol sous cet angle.

Elle leva la main, faisant mine de vouloir retenir le bras du musicien de ses doigts, mais s’arrêta un peu trop tôt. Par pudeur, sans doute. La rouquine désigna d’un mouvement de la tête les eaux calmes et le paysage figé de ce début de mois de novembre. Car la cité aux mille Tours s’étendait devant eux, laissant voir une multitude de tourelles percer le ciel de leurs ardoises colorées et de leurs particularités architecturales. Elle l’aida à remettre sa harpe de voyage au sol avec mille précautions, délestant Meldred de cette charge conséquente, puis croisa ses mains gantées sur le bastingage, le regard rivé sur le paysage bien particulier.

- Je peine à croire que la Symphonie sera mon quotidien pour les prochaines semaines. ...Je vous raconterais Liam d’Outrevent et Marjolaine du Lierre-Réal, dans les moindres détails si l’affaire vous plaît, mais avant tout, Meldred, mon ami, comment allez-vous? Comment allez-vous, réellement?

Son regard se reposa sur lui, plus franchement, avec le sérieux que l’on accordait aux affaires d’importance. Elle le connaissait bien mieux que d’autres, il était vrai, mais bien trop peu encore à son goût. Leur vie avait changé si brusquement, ces derniers mois, que le bonheur de l’étrange musicien ne lui semblait plus aussi évident que lors de leurs nombreuses promenades, dans les rues de Souffleciel.


Retrouver une certaine harmonie JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Meldred de Séverac
Meldred de Séverac

Messages : 363
J'ai : 32 ans
Je suis : Mage Accordé (percussions)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Harmonie, l'équipage de la Symphonie
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Hector
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyVen 1 Mar - 23:56

Son cher Meldred. Le nom gonfle d’orgueil – somme toute humain – et d’une joie puérile la poitrine du Séverac. Oh, ce n’est rien, vraiment ! Mais on se sent toujours privilégié quand quelqu’un se réfère à vous en des termes aussi tendres et charmants. Il lui semble qu’Harmonie aussi, alors qu’elle enjoint Tancélie et son fils à monter à bord, retient une remarque dans son sourire. Il ne répondra rien. Il n’est qu’humain. Que Tancélie le porte ainsi dans son coeur, malgré le lâche abandon qu’il a pu lui imposer lors du désastreux mariage veut tout dire à ses yeux : elle le lui pardonne au moins un peu.
Il reste près d’elle alors qu’elle s’engage sur la plance et grimpe à bord de la nef. Derrière elle, presque protecteur, il sera là si jamais les souvenirs d’un désastre se rappellent à elle. Il en connaît un rayon, l’Accordé, sur les souvenirs dangereux et le mal qu’ils peuvent faire à un esprit. La peur de l’eau, peur panique qui s’infiltre et s’insinue en vous et finit par vous incapaciter entièrement est celle qu’il a muselée, qu’il retient vaillamment chaque jour. Il l’a travaillée, modelée, réduite, emprisonnée au son de la musique de Maël, mais elle est toujours là.
Il ne lui en parlera pas.

A bien y réfléchir, Tancélie ne sait que peu de lui. Jamais il ne lui a parlé plus sérieusement de sa famille, de sa sœur qu’il a retrouvée il y a quelque mois ; jamais il ne lui a dit son nom de famille, à cause de la réaction, disons-le, proprement terrifiante de Teagan ; jamais il ne lui a parlé de sa noyade, enfant. De l’eau qui le submerge, du bois sous ses doigts. Il ne lui a pas dit qu’il a failli ne plus exister.
Heureux, sautillant quasiment, l’Accordé moustachu entraîne son amie le long de la vivenef. Il ne parle pas : la beauté de la Symphonie qui est musique jusque dans ses mouvements au rythme de la houle doit s’apprécier seul.
La harpe est déposée au sol alors qu’ils s’arrêtent face à la ville Haute, au loin. Il suffit de lever un peu les yeux. Proche d’elle, accoudé si près qu’il en toucherait presque son bras, il n’ose pas la regarder en lui répondant.

« Je vous en prie, je n’attends que cela. Que vous me racontiez, vraiment. Je me suis tant inquiété pour vous à ce sujet, Tancélie, ainsi que pour votre frère ! Notre présence n’était que bien peu tolérée, et c’est pour cela que nous sommes rentrés immédiatement. » Pour faire le deuil aussi de trois de nos compagnons. Deux sont partis par le fond, anciens amants. La dernière…
La dernière, Meldred suppose qu’elle a également rejoint Messaïon dans l’abîme, avec le navire du duc. « Nous préférions ne pas nous attarder. Défendre notre cause dans un environnement aussi hostile aurait été folie. »
Ses doigts tapotent le bois du bastingage à un rythme bien particulier et ses pensées virevoltent à la même vitesse. « Je ne souhaite pas vous mentir, mon amie. Je suis heureux de vous savoir ici, à nos côtés… Car ici, vous êtes en sûreté, en tant qu’Accordée. Je me réjouis de vous avoir auprès de nous au moins pour ces quelques semaines. Il y a tant à vous montrer. » Il lui sourit, doucement. Ses yeux en viennent à se poser sur elle, alors qu’il mord sa lèvre. Ca et là, la peau part un peu en lambeaux – vestiges des angoisses passées.
« Les temps sont durs, pour cette magie que nous tentons de présenter au monde, et je m’angoisse d’un rien. Ne soyez pas inquiète. »
Il sourit, mais le coeur n’y est pas. Courage, Meldred. Il ne peut détourner son regard d'elle ; ses doigts tapent encore, dans un battement désordonné. « La vie est assurément plus mouvementée une fois que le monde se remet en branle autour de vous. Les gens changent, existent… meurent... »
La voix de Meldred craque. Ses yeux se ferment pour retenir les larmes.

Il ne s’y fait pas, à cette partie de l’existence.
Il n’y a jamais, jusque là, été confronté. Le temps a toujours été une vague succession de moments où il a grandi pendant que tous autour de lui restaient immuables.
Solides.
Eternels.
Et quand un d’eux disparaît, Meldred s’effondre. De l’extérieur, il a simplement l’air triste, mais tout son être pleure et se craquelle violemment depuis la mort de Sébastien. Il lui faut accepter que l’éternel ne signifie pas immortel, qu’un jour ou l’autre ils décéderont.
Il lui faut apprendre la mort.

« Excusez-moi. » C’est une supplique douce qui passe ses lèvres quand il rouvre les yeux et reporte son regard vers la Ville Haute, au loin - si loin, par-delà les canaux. « J’ai grandi proche de ces Accordés. En particulier l'homme qui a disparu. Et son absence, ce vide, c'est juste... »



Là où la pensée a peur, la musique pense.  







Meldred parle en #99CCFF

On dit merci à Mab:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Tancélie le Sustain
Tancélie le Sustain

Messages : 278
J'ai : 28 ans
Je suis : mage accordée et ménestrelle

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et Lionel de Rivepierre
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyJeu 11 Avr - 3:23

Elle lui avait raconté la bonté de la duchesse des Jardins et de son offre généreuse. Tancélie s’émerveillait presque de cette femme de grande noblesse qui croyait en sa musique, en sa passion, et qui l’accueillait à bras ouverts sans porter le moindre jugement quant à cette magie qui s’était éveillée en elle. Presque, car les Lagrands avaient leur réputation, n’oublions pas. Elle lui avait raconté combien elle craignait un exil des terres de l’Honneur pour avoir osé accepter de plein droit la magie de l’Accord, magie bannie et redoutée. Puis sa surprise, ainsi que celle de Teagan, en entendant le duc Liam leur faire confiance, comme lorsqu’ils étaient enfants, et leur offrir un rôle bien particulier. Celui  d’être responsables des Accordés sur les terres d’Outrevent. Elle gardait pour elle sa méfiance, taisant dans l’ombre de son coeur ses doutes quant à ce titre. Comment oser parler de suspicion envers son propre duc, celui qui méritait non seulement son respect, mais sa plus grande loyauté? Alors elle se taisait, la ménestrelle, gardant jalousement ses craintes de prison dorée. Elle pourrait jouer de sa harpe à nouveau, Liam d’Outrevent le lui avait promis, mais il ne tenait qu’à elle de gagner à nouveau la confiance de son auditoire. Elle y arriverait. Coûte que coûte.

- Voilà toute l’histoire, Meldred. Nous logerons au palais ducal, avec les enfants. Teagan m’a assurée de rendre ma chambre la plus accueillante possible, pour mon retour, mais je ne doute pas de l’hospitalité de mon duc. Ni de sa générosité.

Il avait dit vrai, son cher Meldred. Ici, sur le pont de la Symphonie, elle était en sécurité. Elle se sentait en sécurité, du moins. Les vagues douces faisaient tanguer la vivenef en un balancement agréable, presque, et les souvenirs de cette journée d’horreur s’estompaient peu à peu sous les attentions discrètes mais nombreuses de cet homme venu d’une autre époque. Il y avait cette harpe de voyage toute nouvelle, ouvragée par les mains talentueuses de Teagan, que Meldred s’entêtait à transporter pour elle. Il y avait des sourires qui s’attardaient sans raison, mués d’une complicité encore jeune. Il y avait des regards qu’elle surprenait parfois, sur elle, et qui lui faisaient détourner les yeux tant son trouble était grand et inexplicable. Un automne à bord de Symphonie. C’était ce qu’il lui avait fallu pour laisser le musicien frôler ses doigts des siens, un matin, alors qu’ils s’apprêtaient à jouer de concert. Un baiser volé. Elle aurait bien dû se dérober, continuer de feindre ne rien voir, sauver sa réputation, mais ici, dissimulée entre les bastingages protecteurs de Symphonie, à apprendre la magie de l’Accord, il lui semblait légitime de le laisser l’approcher. De ne pas le dissuader. L’ami de Teagan. L’Accordé libre et avenant. Celui qui aimait Outrevent et qu’Outrevent aimait, à sa façon.

Le détachement s’était fait avec autant de douceur que s’était approché Meldred d’elle. Sans un mot, sans une promesse, avec le naturel d’une amitié qui se liait ou se déliait, au fil du temps. Les premiers froids arrivaient et la harpe se retrouvait délaissée à l’attention de Maël. Quelques flocons tombaient et les sourires de l’étrange moustachu ne lui semblaient plus destinés. Sous les bourrasques de décembre, Meldred ne la regardait plus. Que son coeur était lourd d’être à ce point malmené et trompé! Trop fière pour montrer sa peine, trop digne pour ne pas être outragée de la légèreté et l’inconstance du musicien, la rouquine avait fait taire son coeur le temps de ses derniers moments à Lorgol. Profiter de la douce Harmonie. Profiter de l’équipage qu’elle estimait. Profiter des dernières leçons, avant son retour en Outrevent.

Teagan apprendrait tôt ou tard. Lorsque sa fierté serait pansée. Lorsqu’elle serait assez détachée pour affronter la tempête impétueuse que pouvait être son aîné. Il comprendrait la violence de l’outrage, elle en était convaincue, Tancélie. Il n’y avait bien qu’un Outreventois pour en comprendre une autre.


Retrouver une certaine harmonie JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Meldred de Séverac
Meldred de Séverac

Messages : 363
J'ai : 32 ans
Je suis : Mage Accordé (percussions)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Harmonie, l'équipage de la Symphonie
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Hector
Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie EmptyDim 21 Avr - 22:13

Meldred finit de lui expliquer, doucement. Le lien qui l’a lié autrefois à Sébastien en oblitérant celui, plus charnel et honteux presque à ses yeux qu’il a noué et dénoué avec Morgane. Elle était comme sa sœur, la chose est compliquée à avouer. Il lui raconte quand la joie revient, chaque jour un peu plus clairement et aisément, combien la vie aux côtés des autres est paisible et sereine. Il lui raconte la sécurité dans la présence d’Harmonie qui couvre la jeune femme d’affection. Il lui présente son maître pour son séjour, l’Accordé qui l’accompagnera, elle, dans la découverte de ce pouvoir que l’Accord n’a fait qu’éveiller en elle.
Il reste, chaque jour, à ses côtés. Il se fait guide, ami, confident presque confiant alors qu’ensemble ils arpentent le pont de la Symphonie et quelquefois la quittent pour découvrir les abords. Il se fait proche, il ne sait pas la laisser à d’autres et on l’avertit du regard sans qu’il ne remarque. Pas encore, Meldred. Fais attention.
Et il n’écoute pas.
Il croit qu’il a grandi, que les blessures sur un coeur fragile et mal pansé peuvent se résorber sans aucun souci : ces mois sans accepter de la voir, ces années sans oser lever le regard, ces heures et ces nuits sans sommeil où même la simple pensée suffisait à matérialiser son visage tordu par un sourire sans joie. Il croit qu’il a grandi, il croit que la situation ne se reproduira pas – en son caractère, Tancélie est bien différente de l’Accordée désormais morte.
Et il n’écoute pas.
Et il pense pouvoir aimer.

L’élan qui le pousse à se rapprocher encore d’elle et à, un jour, doucement lui voler un baiser du bout des lèvres n’est pas feint. La tendresse et l’attirance qui s’y mêlent sont réels : l’Accordé a pour elle toutes les considérations et un sentiment bien à lui qui fleurit dans son coeur. Cette fois, tout se passera bien.
Sauf qu’ils n’en parlent pas.
Les regards se font doux, les doigts s’effleurent, mais ils ne mentionnent pas le baiser.
Alors entre le doute.
Alors débarque la distance.
Alors s’entremêlent les sentiments et la raison, les souvenirs et les peurs qui font trébucher son coeur.

Tu ne sais pas aimer, Meldred.
Les nuits sans repos viennent, à tourner et retourner sur sa couchette jusqu’à en réveiller Maël. Conseiller fidèle, ami de toujours, jaloux sans que le moustachu ne le sache. Les jours d’interrogation viennent, la distance qui chaque jour se fait plus grande. Les regards qui glissent vers le Cibellan – gratitude, peur, doutes. Confusion. Il se raccroche à lui car il n’est pas prêt, qu’il n’est pas guéri, qu’il n’a pas la moindre idée de comment réagir alors qu’elle est là, qu’il n’arrive pas, qu’il ne sait pas, Maël aide-moi.

Alors il sombre, l’homme qui n’a pas su se réparer pour en aimer une autre. Il sombre et se raccroche aux sentiments rassurants, réconfortants, qu’il a pour le frère qui l’épaule et l’attire loin d’elle.
Alors le doute se nourrit de sa peur, et l’éloignement du doute.
Ainsi, lorsque vient la fin de l'an, leur histoire en vient à s’achever.
Ainsi se laissent-ils, l’une offensée et l’autre rongé par des sentiments qui ont plongé dans l’abîme qui en onze ans n’a jamais été réparé.
Ainsi s’éloignent ceux qui auraient pu s’aimer.



Là où la pensée a peur, la musique pense.  







Meldred parle en #99CCFF

On dit merci à Mab:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Retrouver une certaine harmonie   Retrouver une certaine harmonie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouver une certaine harmonie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: