AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -33%
Moulinex Multicuiseur Intelligent Cookeo+ 6L –
Voir le deal
175 €

Partagez
 

 Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons EmptySam 27 Oct - 3:51


Livre III, Chapitre 6 • Puisse le sort vous être favorable
Agathe de Vigdir & Aurore Aubétoile

Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons

Ou lorsque la vie pique parfois autant qu'une horde de hérissons




• Date : 16 août 1003
• Météo (optionnel) : Nuageux
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Agathe a quitté Sinsarelle pour quelques jours, à peine, afin de renouer avec Lorgol et visiter son fiancé. Elle profite de son passage pour retrouver Aurore. Les deux jeunes femmes ont vécu bien des choses, et le temps est à la confidence.
• Recensement :
Code:
• [b]16 août 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4263-petits-malheurs-grands-drames-et-quelques-herissons#157363]Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons[/url] - [i]Agathe de Vigdir & Aurore Aubétoile[/i]
Agathe a quitté Sinsarelle pour quelques jours, à peine, afin de renouer avec Lorgol et visiter son fiancé. Elle profite de son passage pour retrouver Aurore. Les deux jeunes femmes ont vécu bien des choses, et le temps est à la confidence.



Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons EmptySam 27 Oct - 3:53

Les jupons empoignés à pleine main. Un souffle irrégulier. Elle allait vite, si vite, la jeune Agathe, son coeur pulsant à vive allure. Courir. Grimper plus haut. Encore plus haut. Encore plus vite. Elle eut un regard derrière elle, alors que sa poitrine s’enflammait, et poussa un petit cri en voyant qu’on la suivait d’aussi près. Il y avait eu, l’espace d’une seconde, une forte impression de déjà-vue. C’était elle, dans un rêve brumeux. C’était elle qui courait ainsi pour fuir la Chasse, pour survivre. Si elle tentait de redoubler d’ardeur, si elle oubliait combien ses longs cheveux risquaient d’être décoiffés, elle n’en avait cure, pour l’instant. Rien d’autre n’importait que de cavaler l’escalier.

- ...Mais Aurore! Tu m’as laissée partir en avance, pourtant…

Elle s’inclina légèrement devant la porte fermée, les joues roses de l’effort fourni et une pain à sa gorge qui brûlait un peu. La jolie Aurore n’avait rien, si ce n’était qu’un souffle plus rapide, peut-être bien. Elle l’enviait, bien sûr, son amie si habituée à repousser les limites de son corps, à valser dans les cieux sur le dos d’une créature légendaire. La jeune femme gloussa un peu, adoucissant ses petits cris de jeu poussés un peu plus tôt dans l’escalier.

- Viens… Viens, je voulais te montrer quelque chose. Je voulais t’annoncer quelque chose de merveilleux, aussi.

Il était vrai qu’elle l’avait invitée à venir à la tour de Séverac lors de son passage à Lorgol, et son amie lui avait fait l’honneur suprême d’accepter sa requête. Elle avait fait dans le fort joli, Agathe, en envoyant une lettre officielle cachetée de ses armoiries. La jeunette invitait la Chevaucheuse à venir la visiter à la tour de sa tutrice pour une annonce d’importance, mais également pour le plaisir un peu égoïste de converser à nouveau avec elle. La lettre ne le disait pas, mais le bonheur d’Agathe la trahissait quelque peu : Aurore était très certainement sa seule amie. Ou du moins, la seule de son âge. Lorsque la blonde Outreventoise était entrée dans la tour, lorsqu’un domestique l’avait accompagnée jusqu’à Agathe, la pupille des Sylvamir l’avait invitée à courser avec elle jusqu’à une pièce toute spéciale.

- Tu ne dois pas parler trop fort, Aurore. Je sais que tu es calme, alors ça ne posera aucun problème...

Elle retenait un rire fin, alors que l’euphorie de retrouver son amie se dissipait peu à peu pour un bonheur plus paisible. Agathe en avait vécu, des choses, depuis l’hiver. Des choses merveilleuses, désormais qu’elle était de la même famille que Melsant de Séverac, mais horribles, aussi. Des morts-vivants qui la traquaient dans le spacieux manoir d’Automnal. Un empereur ayant succombé devant ses yeux pour mieux se relever. Mais maintenant, il y avait Aurore, avec elle, qui profitait de la joliesse de la Tour de Séverac. Il y avait aussi toute une horde d’adorables hérissons dissimulés ici et là. L’étage leur appartenait, et Agathe, bien trop heureuse de partager sa passion, laissa son amie entrer la première.


Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons EmptyMar 30 Oct - 12:20

C'est tout ce dont elle avait besoin. De légèreté et d'insouciance, de rires et de complicité. Tout ce qu'elle n'arrive plus à retrouver depuis la disparition d'Astrée. Ca ne fait même pas un mois qu'elle est sans nouvelle de sa soeur et pourtant, ça semble déjà faire une éternité. Elle voit bien à la mine sombre de ses parents qu'ils redoutent le pire, qu'ils craignent que jamais elle ne revienne. Aurore, pourtant, refuse de céder au désespoir. Chaque nuit, elle prie la déesse qui veille sur elles depuis leur naissance, mais chaque nuit, Valda reste muette à ses appels. L'entend-elle seulement, celle qui règne sur la voûte céleste ? L'Outreventoise en doute mais n'abandonne pas pour autant. Un jour... un jour, ses prières seront entendues.

Elle ne s'attendait pourtant pas, au milieu de tout cela, à recevoir la missive d'une amie. Bientôt deux ans qu'elles se sont rencontrées par le biais de sa dragonne bien trop gourmande pour son bien, bientôt deux ans qu'elles se voient de temps en temps, qu'elles communiquent par échanges épistolaires, bientôt deux ans qu'elle a appris à faire confiance à cette jeune Belliférienne désormais élevée sous la tutelle de Cielsombrois. En lisant les mots couchés sur la papier, Aurore a longuement hésité à inventer une excuse quelconque pour ne pas avoir à la revoir, pour éviter Lorgol et sa foule. Pour éviter les gens, tout simplement. Mais Sucre a su la convaincre et c'est même sur son dos qu'elle a fait le trajet, un voyage dans les cieux qui lui a fait le plus grand bien. Elle ne débute de toute manière sa formation sur le terrain que dans quelques semaines – bientôt, si tôt !

Le visage réjoui et enthousiaste de son amie lui a fait un instant oublier le malheur qui pèse sur son coeur. Elle l'a étreinte avec tendresse et elles ont fait la course dans la tour de Séverac, dans laquelle Agathe l'a entraînée. Celle-ci n'a su garder le rythme de la cadette Chevaucheuse et le rire d'Aurore résonne à l'étage quand son amie la rejoint, à bout de souffle.

« Viens… Viens, je voulais te montrer quelque chose. Je voulais t’annoncer quelque chose de merveilleux, aussi. » Elle est tout à fait intriguée cette fois et elle la suite promptement. « Tu ne dois pas parler trop fort, Aurore. Je sais que tu es calme, alors ça ne posera aucun problème... » Aurore fronce les sourcils et pose ses mains sur ses hanches. « Tu ne vas pas me montrer quelque chose de trop bizarre, hm ? La seule fois où je suis entrée dans une tour de la noblesse, c'était dans celle de la princesse de Cibella et il n'y avait rien de particulier, mais les Cielsombrois ont des moeurs si étranges ! » Mais il semblerait que ça a du bon d'être sous la tutelle de Cielsombrois excessif – véritable pléonasme, il est vrai – car Agathe possède également son propre domaine à présent, elle le lui avait dit un jour, dans l'un de ses courriers. Aurore se demande ce que ce doit être que d'avoir cette chance. « Il n'y a personne avec toi dans cette tour ? Tu es venue toute seule ? » Lui laissent-ils réellement cette liberté ? Comme pour appuyer ses paroles, Aurore regarde de tous côtés, mais elle ne risque pas de voir grand chose sur le palier d'une porte, en plein coeur d'un tour.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons EmptyMer 28 Nov - 19:57

Devant ses promesses de merveilleux et de sublimes, Aurore marqua ses hanches de ses poings, la mine dubitative. Agathe reconnaissait là toute la méfiance de son Outreventoise d’amie devant les choses cielsombroises. Elle riait, l’enfant des Miracles, à l’entendre supposer le pire, et c’est le regard tendre et le sourire croqué qu’elle s’empressa de la rassurer en déniant du chef à plusieurs reprises. Non, il n’y avait rien d’étrange dans cette salle, ou si peu..! Puis la cadette glissa sa rencontre avec la princesse de Cibella tout naturellement, comme s’il s’agissait là de l’affaire la plus banale qui soit, et Agathe écarquilla les yeux d’admiration. La princesse de la magie! Les questions se bousculaient à son esprit alors qu’Aurore s’aventurait dans la salle, ne lui laissant pas le loisir d’assouvir sa curiosité.

- Est-elle aussi jolie que Madeleine de Sombreciel? Je n’ai vu que la princesse d’Erebor, mais ce n’est pas réellement une princesse puisqu’elle ne l’était que dans son duché… Il y a mon oncle, aussi, qui est désormais duc de Bellifère, mais… C’est plutôt inquiétant. Et il n’a rien d’un prince charmant.

Étalage de rêveries douces. Elle avait gardé pour elle sa promenade avec Octave d’Ibélène, sa main sur son bras. Agathe soupirait à son souvenir, souvenir le plus précieux qu’elle chérissait de tout son coeur. Il y avait là, dans ces titres sans fin, dans cette noblesse vieille de plusieurs générations, quelque chose de futile, certes, mais qui la laissait toujours autant rêveuse. Ces gens étaient si importants, si glorieux, si légendaires…! Et Aurore et elle en connaissaient une infime partie, à leur plus grand bonheur.

C’est en revenant à la réalité un peu plus banale - bien qu’elles coursaient dans la tour la plus splendide de la Ville Haute de Lorgol, rien de moins -, qu’elle remarqua qu’Aurore n’avait pas encore traversé le seuil de la pièce. Elle se faufila entre son amie et le cadre de bois pour entrer la première puis, quelques pas plus loin, s’accroupit, main tendue. Sa langue claqua contre son palais d’une manière mignonne, comme pour appeler un chiot ou un petit animal. C’est plutôt un hérisson à ruban qui trottina joyeusement vers elle, le museau en l’air. Hallebarde, aussi important à son coeur que tous les princes charmants de tous les duchés.

- Hallebarde, tu te souviens d’Aurore n’est-ce pas? C’est l’amie de sucre.

Et comme si le hérisson la comprenait, il sautilla jusqu’à ses mains en coupe avec une habitude qui ne mentait pas. La jeunette se redressa alors, portant la petite boule d’épaule à son épaule, derrière ses cheveux pâles.

- Il y a Arsène, il m’a accompagnée, avec quelques protecteurs. C’est un petit séjour de quelques jours. Je vais devoir retourner à Sinsarelle, ensuite.

Alors qu’elle lui parlait, qu’elle cajolait Hallebarde et qu’elle admirait sa si précieuse amie, plusieurs petites boules d’épines apparaissaient, ici et là, entre les refuges fabriqués pour leur seul confort ou derrière les quelques meubles douillets disposés pour les visiteurs humains.


Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons EmptyDim 6 Jan - 18:49

La mention de la princesse de Cibella lui a échappée, comme s'il s'agissait de la plus naturelle des rencontres, mais elle réalise l'ampleur de ses paroles lorsqu'elle aperçoit la mine stupéfaite de son amie. Aurore rougit légèrement de son impudence mais ses traits sont fiers quand elle se rappelle cette rencontre ; Gabrielle de la Volte lui a ouvert la porte de sa tour et a partagé le thé avec elle ! C'est un petit rien qui est veut dire beaucoup pour la jeune Outreventoise née du peuple, dans un duché où les exploits des grands sont contés aux petites gens qui ne peuvent que rêver de leur grandeur. Il arrive pourtant, parfois, que les deux mondes se rencontrent de façon inespérée.

« Est-elle aussi jolie que Madeleine de Sombreciel? Je n’ai vu que la princesse d’Erebor, mais ce n’est pas réellement une princesse puisqu’elle ne l’était que dans son duché… Il y a mon oncle, aussi, qui est désormais duc de Bellifère, mais… C’est plutôt inquiétant. Et il n’a rien d’un prince charmant. » La bouche de la cadette s'arrondit en un « oh » de surprise. Elle avait bien entendu parler de sa rencontre avec la princesse d'Erebor, brièvement, mais pas de son lien de paréenté avec le... duc de Bellifère. « J'ignorais pour ton oncle. Il est vrai que je ne voudrais pas me retrouver face à lui... » déclare-t-elle d'un ton convaincu. Tout d'abord parce que les rumeurs ne le dépeignent pas de la plus belle des façons, mais également parce qu'en Outrevent, il n'y a aucune raison pour que qui que ce soit apprécie les souverains du duché de la Guerre. « Gabrielle de la Volte est bien plus charmante, c'est certain. Je l'ai rencontrée lors de notre trajet pour Roc-Épine, l'été dernier. Elle était une Épine, tu le savais ? Elle est si courageuse. » Le ton est un peu rêveur, emprunt d'une réelle admiration pour cette princesse qui a accompagné un convoi en risquant sa magie et sa vie, comme tant d'autres, alors qu'elle aurait pu rester à l'abri de son domaine. Aurore en garde un souvenir chaleureux. « Attends une seconde. Si ton oncle est duc, ça veut dire que tu es... princesse ? » C'est ainsi que ça marche, non ? Elle regarde son amie d'un air ahuri, les yeux ronds. À moins que les coutumes de Bellifère ne soient différentes au point que ça ne fonctionne pas de la même manière qu'ailleurs ?

La cadette suit son amie à l'intérieur de la pièce et pour toute réponse, elle la voit qui se penche en avant pour appeler un animal – elle agit de la même manière à la maison, lorsqu'elle s'occupe de ses lapins. Un petit hérisson fait alors son apparition et Aurore esquisse une moue attendrie. « Hallebarde, tu te souviens d’Aurore n’est-ce pas? C’est l’amie de sucre. » L'Outreventoise s'approche pour tenter de caresser le museau du hérisson, du bout du doigt. « Bonjour Hallebarde » minaude-t-elle avec douceur. « Il y a Arsène, il m’a accompagnée, avec quelques protecteurs. C’est un petit séjour de quelques jours. Je vais devoir retourner à Sinsarelle, ensuite. » Il y a une légère déception dans les yeux d'Aurore. Elle est triste de voir Agathe repartir, même si elle-même doit bientôt retourner chez elle. « Arsène c'est ton-ton demi-frère, c'est ça ? » demande-t-elle, tâchant de se rappeler leurs conversations et les lettres échangées. « On dirait bien qu'entre lui et Hallebarde, tu ne risques rien ! » rit-elle doucement, d'un rire un peu absent, pas aussi franc qu'il a pu l'être lors de leurs dernières rencontres. Car en toile de fond, il y a toujours un manque, quelque chose qui la gêne sans qu'elle ne le réalise tout le temps, qui ne disparaît jamais, même quand elle n'y pense pas. « Est-ce que tu vois parfois le reste de ta famille, quand même ? » demande-t-elle alors, curieuse. Peut-être pas son oncle qui est duc, mais... les autres.
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons EmptySam 9 Mar - 14:13

Médire sur le nouveau duc de Bellifère avait quelque chose d’agréable, étrangement, pour la Belliférienne déracinée qu’elle était. Il y avait eu la doyenne Ermengarde qu’elle avait appréciée, l’oeil rêveur, puis Martial de Bellifère, un héros comme il y en avait bien peu, dans ce monde. Quant à son oncle, Guillaume, il lui inspirait une peur profonde, celle de retourner sur les terres d’ocre, et un dégoût diffus. Il était de cette famille qui avait renoncé à tout lien avec elle, sitôt que Grâce avait pris la fuite. La possibilité qu’il s’intéresse à elle, petite Martel maudite par le sang indigne de sa mère, était mince, certes, mais faisait toujours office d’épée suspendue au-dessus de sa tête. En entendant Aurore, du haut de sa bravoure de Chevaucheuse, assurer qu’elle non plus ne désirait pas rencontrer pareil homme, Agathe gloussa, soulagée.

C’est en entendant Aurore parler de Gabrielle de la Volte comme étant Épine et la questionner sur sa connaissance de ce fait que la jeunette se figea imperceptiblement. Son amie la soupçonnait-elle d’être l’une d’Elles? Avait-elle glissé quelques informations dans leur correspondance qui aurait pu la trahir? Son appréhension ne dura pas, car Aurore brisa le silence pour évoquer la possibilité qu’elle soit princesse. Agathe de Vigdir, princesse de Bellifère. Elle n’avait jamais vu les choses sous cet angle, mais si elle considérait la position de Grâce aux yeux de Guillaume de Brumecor… Elle ne serait jamais considéré comme une princesse par son oncle.

- Une princesse…

Elle se fit la promesse d’exhiber ce titre faux mais plausible auprès du vieux bouc d’Ysgramor, ne serait-ce que pour le voir grimacer de s’incliner devant elle avec plus de déférence encore. La conversation s’éloigna vers Hallebarde et Arsène, et Agathe acquiesca à sa question tout en déposant un hérisson entre les mains de son amie. Javelotte, sans doute. Elle n’en était plus très certaine ; tous les hérissons se ressemblaient, à ses yeux, hormis Hallebarde.

- C’est mon petit frère, enfin, je le ressens ainsi. Mélusine et Hiémain lui ont offert une terre voisine de la mienne, à mon anniversaire, lorsqu’ils l’ont adopté. Lorsque je ne serai plus pupille, lorsque je ne serais plus dans leur famille… J’aurais toujours Arsène près de moi.

Son sourire était chagrin, un petit peu du moins. Elle considéra un moment Hallebarde qui ne la laisserait sans doute jamais tomber, tant et aussi longtemps qu’il vivrait. Il n’y avait pas si longtemps, elle avait cette même conviction profonde, que jamais son frère ne la laisserait tomber. La vie était surprenante, et si Agathe avait appris à affectionner cette vie nouvelle, bien plus douce que tous ses rêves sucrés, il fallait bien reconnaître que la rupture violente d’avec son jumeau lui faisait encore mal.

- J’ai un jumeau, moi aussi, Aurore, sais-tu? Arnaut… Il me manque beaucoup. Je ne l’ai pas revu depuis… Depuis mon enlèvement. C’est difficile, parfois, lorsque je suis triste, ou que j’ai peur. C’était lui qui me protégeait, là-bas, à Brumecor. Mais au moins, je peux voir ma soeur aînée et ma mère.

Elle laissa Hallebarde sur son épaule avant de se poser contre le rebord de la fenêtre où un coussin rembourré l’attendait. D’ici, la vue sur Lorgol était spectaculaire. Sans doute moins que sur le dos de Sucre, mais pour une jeune femme qui n’avait jamais volé, c’était là un paysage précieux et rare.

- Comment va Astrée? Ça fait… Longtemps, vraiment, que je ne l’ai pas revu. Elle est en Outrevent, maintenant, n’est-ce pas?


Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons   Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Petits malheurs, grands drames et quelques hérissons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: