AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Apple AirPods Pro à 221 € (livraison ...
Voir le deal
221 €

Partagez
 

 La harpe tremble encore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: La harpe tremble encore   La harpe tremble encore EmptyDim 28 Oct - 13:55


Livre III, Chapitre 6 • Puisse le sort vous être favorable
Faustine de Rivepierre & Teagan le Sustain

La harpe tremble encore

Et la flûte soupire



• Date : 10 octobre 1003
• Météo (optionnel) : Froid et brumeux
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Teagan reçoit une missive de la part de Faustine, le convoquant à Rivepierre afin de lui confectionner une harpe sur mesure. Il s'y rend sans tarder.
• Recensement :
Code:
• [b]Mettre la date ici :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4267-la-harpe-tremble-encore]La harpe tremble encore[/url] - [i]Faustine de Rivepierre & Teagan le Sustain[/i]
Teagan reçoit une missive de la part de Faustine, le convoquant à Rivepierre afin de lui confectionner une harpe sur mesure. Il s'y rend sans tarder.



dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

La harpe tremble encore RandomSurvivantChasse
La harpe tremble encore EchosAccord
La harpe tremble encore JoueuseFluteCouler


Dernière édition par Teagan le Sustain le Dim 28 Oct - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: La harpe tremble encore   La harpe tremble encore EmptyDim 28 Oct - 13:58

Voilà plusieurs jours qu'il attend une réponse et son appréhension commence à atteindre un niveau critique. Il dort peu, il s'inquiète pour sa soeur, il s'inquiète pour ses enfants ; que deviendront-ils s'il venait à être pointé du doigt comme un ennemi du duché ? Son frère acceptera-t-il de les prendre sous son aile malgré la colère qu'il éprouve de ne pas avoir mis été mis au courant plus tôt par son cadet et la benjamine ? Car oui, il est en colère, il est outré même. À son retour à Souffleciel, Teagan est allé tout lui révéler et il a reçu la remontrance de sa vie, comme il n'en avait plus reçu depuis qu'il était môme et qu'il avait cassé un vase hérité d'une lointaine aïeule. Levor lui en soit témoin, il s'est montré sage, il a laissé l'orage passer et il a promis à son aîné qu'il repasserait lui raconter tout ce qu'il sait dans les détails, quand celui-ci le désirerait. Depuis, il n'a pas de nouvelles – Trevor a toujours mis du temps à pardonner – et il n'en a toujours pas non plus de son duc, à qui il a écrit sans tarder en espérant qu'il lui accorderait sa clémence. Toujours rien pourtant, pas une lettre, pas même un garde venu l'arrêter pour trahison, ce à quoi il s'attend un peu plus chaque jour.

C'est un matin froid et brumeux, alors qu'il est concentré dans son atelier, que l'on frappe à sa porte. Teagan s'y rend avec appréhension et quand il s'empare de la missive adressée à son nom, son estomac se transforme en plomb. Il voit le messager s'éloigner et il n'attend même pas d'être retourné à l'intérieur pour l'ouvrir. Le parchemin n'est cependant pas cacheté du sceau ducal mais de celui de Rivepierre, qu'il reconnaît aisément. D'un geste précautionneux, il le détache et déroule la lettre, totalement surpris par les mots qu'il y lit. Il s'agit d'une invitation de la comtesse de Rivepierre qui aimerait le voir au sujet d'une harpe. Complètement embourbé dans des pensées fatalistes depuis plusieurs jours, il ne s'attendait pas du tout à une telle demande. Contre toute attente, celle-ci parvient même à le faire quelque peu redescendre sur terre, il retrouve l'envie de se remettre au travail, mais il est également intrigué par cette demande un peu particulière. Il a eu l'occasion de voir les doigts de la dame et il sait qu'il ne sera pas aisé d'accéder à sa demande, mais il a envie d'essayer.

De retour dans sa demeure, il fait une rapide toilette – et il se rase enfin, pour la première fois depuis des jours. Peut-être s'est-il trop longtemps laissé emporter par la peur de ce qui arriverait. Il est temps qu'il reprenne sa vie en main. Si une femme aussi influente que la comtesse de Rivepierre veut encore de ses services, tout n'est pas encore perdu pour lui, malgré l'Accord. D'autorité, il demande à Théobald de veiller sur ses enfants en son absence et il s'en va quérir une harpe de voyage dans son atelier – celle de sa soeur est encore en cours de confection, mais il en a quelques unes déjà prêtes à la vente. Il lui faudra bien ça pour mesurer les ajustements qu'il aura à faire pour satisfaire la comtesse.

C'est en début d'après-midi qu'il prend le portail qui le mène au coeur de Rivepierre. Immédiatement, la vue des terres de son enfance embaume son coeur d'une joie indescriptible et son regard se perd sans tarder sur chaque détail, ceux qui n'ont pas changé, ceux qui ont changé. Tout ce qui fait de ce lieu un havre paisible qu'il n'oubliera jamais. Ses yeux suivent le chemin qui mène à son ancienne demeure, mais il ne peut s'y rendre sur le champ. Il passe tout d'abord au manoir, il rendra ensuite visite à ses parents. Il a bien des choses à leur dire, à eux aussi.

Sur l'allée qui mène au manoir, enveloppé d'un épais manteau, il gravit le chemin en pente douce sans quitter la bâtisse des yeux. Elle ne semble pas aussi grande que dans ses souvenirs, mais elle est toujours imposante. Il s'arrête devant les lourdes portes et frappe quelques coups à l'aide du heurtoir. Dans le silence qui suit, il replace distraitement le col de son manteau et passe une main dans sa chevelure indisciplinée, malmenée par les vents venus de la mer. Et il patiente, dans l'attente de la maîtresse de maison ou d'un domestique qui le mènera à elle.


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

La harpe tremble encore RandomSurvivantChasse
La harpe tremble encore EchosAccord
La harpe tremble encore JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La harpe tremble encore   La harpe tremble encore EmptyMar 30 Oct - 21:21

Cela fera bientôt quatre mois que le mariage a été célébré. Un beau mariage, avec moult invités prestigieux, grande renommée, superbe fête dont on parlera encore un bon moment dans la campagne ; mais le fait est que la jeune mariée peine à se sentir réellement comtesse. Elle essaie, pourtant, et de son mieux : mais la vérité est là, Faustine ne sent pas vraiment légitime au bras de Lionel. Ce n’est pas la faute de ses beaux-parents : sire Hadrien et dame Eanna ont été d’une politesse toute protocolaire, puis d’une amabilité courtoise, et enfin d’une chaleureuse gentillesse, une fois les mois passés, et rassurés de retrouver en elle la petite Maidhenn de jadis qui avait été fiancée à leur fils. Blessée et brisée, reniée et calomniée, mais toujours respectueuse des coutumes d’Outrevent, et fort dévouée à leur endroit. Le petit Balian, cet orphelin de guerre recueilli par charité, avait également été un atout non négligeable pour la jeune mariée : le digne seigneur et la sérieuse douairière s’illuminent de câliner le bambin, et Faustine trouve auprès d’eux une compagnie fort agréable tandis que l’hiver approche.

Ce n’est pas non plus la faute de son époux, qui se montre d’une courtoisie exemplaire et qui a réellement tout fait pour qu’elle se sente chez elle à Rivepierre. À commencer par le Noroît, officiellement tombé en déshérence et offert par le duc Liam au Capitaine de ses Chevaucheurs – futur héritage de Balian, que Lionel a proposé à son épouse d’administrer avec lui. Que faire, de ces vieux murs abîmés par le temps, spectateurs silencieux de tant de rejet, de larmes et de dépit ? C’est avec une touchante délicatesse qu’il lui a offert d’en décider l’avenir avec lui, préparant un domaine plus digne pour l’enfant de son meilleur ami, qui ne connaîtra jamais son père mais qui aura au moins la vigilante protection d’un tuteur pour abriter ses jeunes années. Faustine a redouté que cela ne jette une barrière entre son enfant et son époux, mais il n’en a rien été : le Chevaucheur semble s’être attaché au nourrisson, et la nouvelle comtesse ne peut retenir un sourire attendri lorsque parfois son époux s’attarde dans la pouponnière, se penchant avec une tendresse toute digne au-dessus du berceau. Voit-il en lui un fils ? Elle l’espère. Ils n’en ont pas parlé.

D’où vient la faute, alors ? De ces bonnes gens de Rivepierre, qui chuchotent lorsque passe l’attelage de leur dame, et qu’ils croisent en s’approchant son regard cerclé d’écarlate ? Des jaloux qui murmurent que la petite Maidhenn répudiée a réussi à se glisser dans le lit du maître des lieux avec sa magie impie, certainement en usant des méthodes scandaleuses apprises par sa gueuse de sœur, cette Maelenn aux mœurs inacceptables ? De son ventre qui reste vide malgré les efforts de Lionel en ce domaine, occasionnels mais très sérieusement entrepris, et de cet héritier qui ne vient décidément pas alors que c’était là le cœur de leur contrat ? La tristesse latente qui a grandi en elle ces dernières semaines ne doit pas être montrée, et si Eriath en est le seul confident, son époux visiblement a pourtant réussi à en intercepter une partie. Voilà qu’un matin il s’est présenté, souhaitant lui faire un présent, et lui a demandé ce qui lui ferait plaisir – un cadeau, en hommage à sa jeune épouse, pour adoucir la rigueur de l’hiver à Rivepierre, pour qu’elle s’y sente pleinement chez elle. Prise de court, elle a balbutié « une harpe », avant de préciser, rougissant comme les tulipes du printemps, « une harpe dont je pourrais jouer ». Elle en a une, de harpe : la belle Honorine, instrument éveillé doté d’une conscience, de facture extraordinaire mais hélas adaptée à des doigts bien plus souples que ne le sont les siens. Peut-être est-il possible de la faire adapter… ?

Lionel a souri, Lionel a consenti, et Lionel a conseillé l’excellent luthier qui équipe tout le comté d’instruments fort réputés : le sieur Teagan. Celui-là même auquel Marjolaine avait commandé la jolie vielle dont Faustine se sert quotidiennement. Le hasard étant plaisant et le monde, somme toute, fort petit, c’est derechef que la comtesse a écrit à l’artisan ; et voilà aujourd’hui qu’il se présente, prêt à remplir son office. Le seigneur des lieux est absent, retenu par ses nombreuses occupations, c’est donc la dame de céans que le majordome s’en vient prévenir de son arrivée. Le temps qu’elle descende, l’on a installé l’homme dans le petit salon, et c’est avec Honorine dans les bras, enveloppée d’un épais velours protecteur. C’est avec mille précautions qu’elle dépose l’instrument sur une table, sans le déballer pour le moment, avant d’accueillir Teagan comme le veut la politesse toute outreventoise qui a cours en ces terres. « Soyez le bienvenu en mon logis, messire. Mon époux est absent, mais me charge de vous transmettre ses salutions. Permettez-moi d’ajouter qu’il m’est plaisant de vous revoir, en des circonstances plus plaisantes que lors de notre séjour en Cibella. Je me réjouis chaque jour de la vielle que vous avez façonnée pour moi. » complète-t-elle dans un sourire qui creuse ses fossettes.

Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
Les Mages • Admin
Teagan le Sustain
Teagan le Sustain

Messages : 151
J'ai : 35 ans
Je suis : luthier & Accordé des Vents

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam, duc d'Outrevent
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
Message Sujet: Re: La harpe tremble encore   La harpe tremble encore EmptyDim 6 Jan - 21:35

Teagan n'a jamais été des plus à l'aise dans les nobles demeures des grands de ce monde. Les pièces spacieuses lui font l'effet de vide et le moindre objet précieux semble à tout instant sur le point de se briser sur son passage. Car s'il est minutieux dans son travail, ses gestes n'en sont pas moins ceux d'un homme qui n'a guère l'habitude de manipuler des bibelots dont la valeur dépasse largement celle de sa maison. Et pourtant, il se sent étrangement plutôt bien dans le salon de la demeure des Rivepierre, où tout respire la dignité des landes outreventoises, où les tapisseries chaleureuses représentent les hauts faits de l'histoire de leur duché, où le vent qui siffle contre la pierre est celui qui apporte les effluves salés venus des hautes falaises.

Le luthier observe la pièce, les mains jointes sur ses genoux, les pieds grattant distraitement le tapis épais. Et quand la porte s'ouvre, il se redresse presque d'un bond, se fendant immédiatement d'une révérence pour saluer la dame des lieux. « Soyez le bienvenu en mon logis, messire. Mon époux est absent, mais me charge de vous transmettre ses salutations. Permettez-moi d’ajouter qu’il m’est plaisant de vous revoir, en des circonstances plus plaisantes que lors de notre séjour en Cibella. Je me réjouis chaque jour de la vielle que vous avez façonnée pour moi. » Teagan relève la tête et lui adresse un sourire franc. S'il est encore surpris de voir l'écarlate de ses yeux – particulièrement en un tel lieu – il n'en est plus guère choqué. Encore moins depuis qu'à son tour, il a accepté en son sein une magie que d'aucuns qualifieraient d'impie. « Je suis plus que ravi de vous l'entendre dire. Et croyez bien que le plaisir de cette rencontre est partagé, ma dame. » Nouvelle inclinaison du chef, avec toute l'élégance et la politesse dont il est capable. Les salutations protocolaires ne sont pas sa tasse de thé et il cherche dans sa mémoire ce qu'il ne doit pas oublier. « Vous pourrez remercier votre époux de m'avoir si aimablement invité sur ses terres et j'aimerais vous féliciter pour votre union. Vous semblez plus... dans votre élément, ici. » Maladroits sont les mots du luthier qui toussote légèrement pour faire passer le trouble.

Son regard se pose sur l'objet posé sur la table, dissimulé sous du velours – et dont il devine la forme. Puis son attention revient à la dame des lieux. « Vous avez demandé mes services au sujet d'une harpe, il me semble ? Pouvez-vous m'en dire un peu plus à ce sujet ? » Il entre directement dans le vif du sujet, mais c'est un domaine dans lequel il est bien plus à l'aise que les palabres de la noblesse. Peut-être pourra-t-il alors enfin se détendre – et oublier les soucis qui le troublent intérieurement.


dialogues • mediumvioletred




The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee

La harpe tremble encore RandomSurvivantChasse
La harpe tremble encore EchosAccord
La harpe tremble encore JoueuseFluteCouler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: La harpe tremble encore   La harpe tremble encore EmptyVen 1 Mar - 19:33

Teagan semble tout aussi mal à l’aise dans son rôle de visiteur que Faustine l’est dans celui d’hôtesse ; mais les salutations sont cordiales et la mage répond avec sincérité au franc sourire du luthier. Il est plaisant de constater que son affiliation au Sang n’est pas source de rejet ! Certes, ils se sont déjà rencontrés à deux reprises, et la fille de l’artisan a lié une solide amitié avec le Familier de la ménestrelle – mais, quand même, la tolérance dont l’homme fait preuve à son égard apaise la légère gêne de la comtesse. « Vos remerciements seront dûment transmis, et je vous remercie pour vos félicitations. Je dois bien confesser qu’il m’est agréable de retrouver les landes battues par le vent de mon enfance, d’autant plus ici, à Rivepierre, qui n’est pas entaché par le souvenir des pénibles mois d’avant mon exil. » Le sourire de Faustine se fige quelque peu, et ses doigts gantés se crispent nerveusement, en souvenir des fractures infligées, de la torture subie pour une faute dont elle n’était nullement responsable.

S’arrachant à ces sombres pensées, elle sort Eriath de la confortable poche de ses jupes, déposant la tortue près de la harpe encore recouverte de son drap de velours. Aujourd’hui, c’est un habit d’abeille que porte le Familier avec fierté, et sa joie d’être bien au chaud alors que les frimas de l’automne s’installent sur la lande est contagieuse. Les traits de sa mage se détendent, et c’est sérénité qu’elle répond à la question de Teagan, entré directement dans le vif du sujet. « Précisément. Vous n’êtes pas sans connaître l’infirmité qui m’empêche de jouer de cet instrument. Mon époux m’a suggéré de faire appel à vos services, que je sais fort compétents, pour étudier avec vous la possibilité de façonner une harpe à la mesure de mes doigts. Je ne sais trop quel en serait le son ni la gamme, mais c’est une solution qui pourrait me convenir. Cela étant dit… » Pensive, Faustine tapote un instant ses lèvres du bout des doigts, songeant à la meilleure façon d’arranger ses propos, et choisissant soigneusement ses mots. « Cela étant dit, je dispose déjà d’un instrument précieux, et je voudrais vraiment pouvoir en jouer. Je ne prendrais pas le risque de faire travailler un étranger sur cette harpe, elle est ancienne et bien particulière, mais… vous avez déjà montré que ma magie ne vous répugnait pas. Mais voyez plutôt. »

Saisissant le drap de velours, Faustine dévoile prudemment l’instrument, qui étincelle de ses mille dorures dans la lumière. Une convoitise profonde lui brûle les doigts : elle est si belle, la dame d’or et de soie, avec ses courbures élégantes et le soin apporté à ses finitions ! Caressant amoureusement le socle du revers de la main, Faustine reprend la parole. « Je vous présente Honorine. » Dégantant sa main droite, elle la place sur le corps de l’instrument, souriant tandis que la harpe s’éveille dans son esprit, curieuse et vive. « Il y a un millénaire, avant la Trêve, un mage du Sang l’a dotée d’une conscience, à l'instar des vivenefs qui arpentent l'océan. Je rêve de pouvoir en jouer, mais je ne veux pas qu’elle soit mutilée. Pensez-vous pouvoir… ? Mais vous devez d’abord faire connaissance, bien sûr ! Venez, touchez-la ; Honorine, mon amie, je vous présente Teagan le Sustain, luthier réputé. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La harpe tremble encore   La harpe tremble encore Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La harpe tremble encore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: