AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -85%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
23.05 €

Partagez
 

 La vengeance est un plat qui se mange froid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tyr Parle-d'Or
Tyr Parle-d'Or

Messages : 813
J'ai : 42 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
Message Sujet: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyDim 25 Nov - 17:48


Livre III, Chapitre 6 • Puisse le sort vous être favorable
Tyr Parle-d’Or & Ljöta d’Evalkyr

La vengeance est un plat qui se mange froid

Après vingt longues années d’attente…



• Date : 1er Octobre 1003
• Météo (optionnel) : Une nuit noire qui invite la brume dans un vent doux mais froid, en ce début du mois d’Octobre.
• Statut du RP : Fermé
• Résumé : Il est temps d’en finir, pour Tyr. Il veut mettre un point final à cette sordide histoire et réclame la mort de Jamal, celui qui l’a privé de vingt ans d’existence, et avec qui il a fait de même en le traquant si longtemps comme un animal. Tyr en appelle à la Sombre-Mère pour que justice soit rendue, et que sa vengeance s’accomplisse. Vengeance qui prend le visage de nulle autre que Lia l’assassine.
• Recensement :
Code:
• [b]01/10/1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4316-la-vengeance-est-un-plat-qui-se-mange-froid]La vengeance est un plat qui se mange froid[/url] - [i] Tyr Parle-d’Or & Ljöta d’Evalkyr[/i]
Il est temps d’en finir, pour Tyr. Il veut mettre un point final à cette sordide histoire et réclame la mort de Jamal, celui qui l’a privé de vingt ans d’existence, et avec qui il a fait de même en le traquant si longtemps comme un animal. Tyr en appelle à la Sombre-Mère pour que justice soit rendue, et que sa vengeance s’accomplisse. Vengeance qui prend le visage de nulle autre que Lia l’assassine.


La vengeance est un plat qui se mange froid TitreTyr1
La vengeance est un plat qui se mange froid QTGsqxW0_o
La vengeance est un plat qui se mange froid CoffreChef
La vengeance est un plat qui se mange froid LabyrintheCuriosite
La vengeance est un plat qui se mange froid LendemainFeu


Dernière édition par Tyr Parle-d'Or le Lun 26 Nov - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tyr Parle-d'Or
Tyr Parle-d'Or

Messages : 813
J'ai : 42 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyDim 25 Nov - 17:49

Il était temps.
Je fermai les yeux, encaissant le poids des années, d’une douleur qui ne m’avait pas quittée pendant près de vingt ans. Pardon, Isil, mais cette mascarade n’a que trop durée. Il n’avait que trop bénéficié de sa protection, à la Gardienne des Ombres, qui l’avait constamment dissimulé à mon regard implacable. Oui, il était plus que temps de mettre un terme à cette longue traque insensée, qui avait laissé trois existences suspendues, arrêtées, comme incapables de vivre. L’un devait mourir pour que les autres reprennent en main leur vie, pour mettre un point final à cette longue agonie.

Mes pas résonnèrent dans le silence oppressant du sanctuaire de la Sombre Mère. Ces pierres-là, ce chemin caillouteux qui ne ressemblait en rien aux pavés de la Cour, je les parcourais pour la première fois de ma vie, ombre silencieuse qui se souciait bien peu de la justice et n’ôtais la vie que lorsque c’était nécessaire. La plupart du temps, ce n’était dû qu’à un malheureux hasard, à une échappatoire qui se refermait trop vite, ou un coup de malchance. La lame ne fauchait la vie que pour assurer celles des autres, de ses innombrables voleurs, mendiants et espions, que j’avais juré de protéger. Je pouvais les lister, ces morts, car il n’était pas aussi nombreux que l’on pouvait le croire. Entraîner la mort, pour un maître-stratège, relevait plus souvent d’un échec du plan initial. Et l’échec, je m’assurais de l’accuser le moins possible.

Mais ce qui me conduisit cette nuit-là à pousser la vieille porte du sanctuaire de Lida… C’était bien à cause d’une âme qui m’avait tenue en échec, vingt ans durant. J’avais infligé une traque, longue et implacable, à Jamal. Je m’étais assuré qu’il ne puisse jamais s’installer durablement au même endroit, sans risquer que je ne le rattrape. Je lui avais infligé, pour le meurtre de ma sœur, une vie entière à fuir et à se terrer. Et même si Tara m’était revenue, ma rancœur était restée intacte pour celui qui m’avait privé de vingt ans de ma vie, qui l’avait privée de vingt ans de sa vie. Je l’avais retrouvée brisée, sa vie toujours suspendue à ce choix crucial, qui l’avait vue se précipiter dans le Gouffre de Roc-Epine. Elle n’était pas morte, mais Tara refusait de vivre à nouveau. Elle s’était parée d’illusions, comme pour s’inventer une nouvelle vie. Ma sœur ne serait plus jamais la même, par sa seule faute. Je voulais le briser, l’anéantir de mes mains… Mais maintenant, je n’aspirais plus qu’à le voir mourir, qu’il paie de sa vie pour ses crimes passées. L’agonie devait prendre fin.

Je m’agenouillai dans le sanctuaire, caverne obscure, comme accablé d’un poids invisible qui, après tant d’années, avait réussi à me faire plier. La Sombre-Mère écouterait-elle mes prières ? Y répondrait-elle, là où Isil était restée muette ?

« Ô Sombre-Mère, puissiez-vous entendre mon appel. Je viens vers vous pour réclamer vengeance, sang et mort. Je viens vers vous pour réclamer justice, pour une innocence brisée, un cœur lacéré et broyé, par la faute d’un seul homme sans honneur qui conduit ma sœur, fleur de Lagrance belle et farouche, à se jeter dans le précipice. Une vie fut déshonorée, brisée. Jetée dans le Gouffre de Roc-Epine, abandonnée à son triste sort.

J’ai attendu vingt ans, Sombre-Mère, vingt longues années de pouvoir obtenir vengeance pour cette sœur perdue. Vingt longues années avant de pouvoir la revoir, miraculée, mais à jamais marquée par cet homme qui refusa de prendre ses responsabilités. Celui qu’elle a aimé et qui fut son bourreau. Celui qui lui a ôté le goût de vivre, et l’a à jamais brisée. »


Je sortis un couteau de son étui dissimulé, passant le fil de ma lame contre ma paume. Je serrai le poing dans une grimace, le regard meurtrier, l’ouvrant doucement pour laisser une trace ensanglantée sur la pierre. Voilé de noir, les mains ensanglantées.

« Déesse de l’Agonie, du Sang Versé, de la Vengeance… Faites que Jamal Basir rende son dernier souffle, de ma main et de la vôtre. Que ma soif de vengeance soit enfin étanchée. Que justice soit faite pour Tara Orchamp, et que plus une seule année ne s’écoule, à le voir encore en vie. Qu’il souffre, autant que j’ai souffert. Qu’il supplie, pour que l’agonie prenne fin. »

Je me relevai, dans un dernier murmure, dans un dernier regard, prêt à me détourner. « Sa vie est entre vos mains. »


La vengeance est un plat qui se mange froid TitreTyr1
La vengeance est un plat qui se mange froid QTGsqxW0_o
La vengeance est un plat qui se mange froid CoffreChef
La vengeance est un plat qui se mange froid LabyrintheCuriosite
La vengeance est un plat qui se mange froid LendemainFeu


Dernière édition par Tyr Parle-d'Or le Dim 13 Jan - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptySam 5 Jan - 21:21

C’est une porte dans une haie, délabrée et qui ne ferme plus depuis longtemps ; dont les planches disjointes ont été rongées par le temps et qui bat fréquemment quand la brise vient l’agiter – une barrière symbolique, le vestige d’une occupation humaine, d’un passage ponctuel, d’un va-et-vient discret. C’est une haie sauvage, touffue et dissuasive, hérissée d’épines et de ronces, que la main de l’homme n’a plus taillée depuis des années, mais qui continue à remplir son office – le signe qu’il y a eu là, jadis, un territoire à cercler, une enceinte à protéger, un secret à dissimuler. C’est un chemin caillouteux et abrupt, dont les pierres roulent sous le talon et que l’obscurité du taillis qui le ceint entoure d’une aura angoissante, même en pleine journée – une voie pavée de promesses et de murmures, une voie solennelle que l’on n’emprunte que si le Destin lui-même y sourit. Et lorsque le visiteur prudent s’en vient toucher le terme de son parcours, lorsqu’il quitte le chemin pour traverser la haie là où la porte s’entrebâille pour lui ouvrir passage, c’est une grotte à flanc de colline. Une ouverture qui semble naturelle et oisive, mais presque trop régulière pour que la main de l’homme n’y soit pas pour quelque chose, et dans laquelle nulle poussière ne se dépose.

C’est le sanctuaire de Lida.

Dans la campagne lagrane, à quelque distance d’Edenia, au milieu d’un bois vallonné, sur une route oubliée que bien peu empruntent encore si ce n’est précisément dans ce dessein, l’autel de la Sombre Mère et du Dieu sans Visage, accessible à tous et toutes, sans restriction sociale, sans limite d’âge, s’ouvre à tous les vents. Il suffit pour y parvenir que la quête de justice fasse bouillir le sang du requérant. Loin de là, à Lorgol, de l’autre côté du continent, un frisson familier court le long de l’échine d’une Écoutante. « À Boisépine, au sanctuaire » murmure une voix familière qu’elle est seule à entendre, « un visiteur approche pour demander justice. Va. » Si la Sombre Mère l’ordonne, l’Écoutante obéit ; et en quelques minutes, son masque celant ses traits, elle emprunte le portail ouvert pour elle par l’outremarcheuse de la Confrérie. Dans les ombres de la grotte, elle attend – le suppliant arrive bientôt, et la surprise le dispute au plaisir dans l’âme de l’assassin. Quelle étrange tournure des événements qui réunit ainsi Tyr et Ljöta, bien loin de Lorgol ou se déroulent d’ordinaire leurs rencontres – et leurs ébats. Ce qui amène le Voleur devant l’autel de Lida cette nuit est bien sérieux que quelques étreintes clandestines, toutefois ; et la fille de Sithis écoute attentivement la demande.

C’est un sourire sombre qui étire ses lèvres sous le masque, tandis qu’une lame étincelle dans la pénombre et fait couler quelques gouttes écarlates sur la pierre. Elle n’hésite guère, l’Écoutante dissimulée : si bien des assassins sous sa tutelle sont très capables de trancher une vie sans ciller, le raffinement de la torture délicate lui est plus spécifique, et elle se réjouit d’avoir été choisie par la Sombre Mère pour délivrer justice au mécréant qui a suscité la colère des dieux. « Quel prix es-tu prêt à payer pour sa vie, Tyr Orchamp ? » chuchote-t-elle depuis l’ombre familière où la dissimule le manteau complice de la nuit. Orchamp – voilà un nom qu’elle ne lui connaissait pas, mais si cette Tara le porte et qu’elle est sa sœur, alors… Alors, elle aura plaisir à venir personnellement en aide à Tyr.  





« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tyr Parle-d'Or
Tyr Parle-d'Or

Messages : 813
J'ai : 42 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyDim 13 Jan - 22:03

Je me relevai, dans un silence pesant, de cette caverne sombre où les murs sombres paraissaient comme intangibles. Il n’y avait que moi, ma dague en main, d’où mon propre sang perlait goûte à goûte jusqu’au sol de pierres. Ou je croyais qu’il n’y avait que moi, pour être exact. L’ombre chuchota. Je réprimai un sursaut, presque vexé de m’être fait si aisément surprendre, alors même que les ombres étaient mes plus grandes alliées depuis presque toujours. Je savais qu’elles l’étaient aussi des enfants de Lida. Et ils étaient à la hauteur de leur réputation. Je me retournai dans la direction du chuchotement, lâchant sur un ton narquois : « On dirait que les murs ont bien des oreilles. »

Mais je ne souris pas. Drapé du manteau de la nuit, à l’image de l’assassine, elle me posait une question qui exigeait une réponse. Quel prix étais-je prêt à payer pour avoir sa tête ? Tout, n’importe quoi tant qu’il meurt… J’étais tenté de le dire. « Que voulez-vous ? De l’argent ? Votre prix sera le mien. J’en ai bien suffisamment pour vous donner votre poids en or. »

Elle avait répété ce nom, et c’était étrange de l’entendre à nouveau. Tyr Orchamp était mort et enterré depuis bien longtemps. Il n’aurait pas survécu à la perte de sa sœur, de l’être qu’il chérissait plus que tout au monde. Tyr Parle-d’Or, lui, ne parvenait à s’attacher à personne, même si cette résolution était mise à mal ces derniers temps. La barrière fine entre ces deux identités s’étiolait depuis moins d’un an. « Vous savez qui je suis, apparemment. Je n’ai pas eu besoin de le dire, alors vous savez également que je tiendrais parole, peu importe le prix exigé. »

Je n’avais pas prononcé le nom de Tyr. Qui était réellement sous ce masque ? Je m’approchai, à pas feutrés, pour mieux la voir. Ce n’était qu’un masque et l’assassine ne ferait pas l’erreur de me révéler son identité, mais je perçus quelques mèches blondes et un regard bleu-gris qui me mit le doute. La voix, même étouffée par ce masque, m’aurait parue familière. J’osais le souffler, sans même réellement le savoir. Le Destin sourit aux audacieux, paraît-il. « … Et je crois savoir qui vous êtes. M'accompagnerez-vous, sur le chemin de la justice ? »


La vengeance est un plat qui se mange froid TitreTyr1
La vengeance est un plat qui se mange froid QTGsqxW0_o
La vengeance est un plat qui se mange froid CoffreChef
La vengeance est un plat qui se mange froid LabyrintheCuriosite
La vengeance est un plat qui se mange froid LendemainFeu
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyMer 16 Jan - 11:44

Insolent !
Impossible Voleur inconscient, qui parvient encore à se montrer narquois alors même qu’il se tient au cœur du sanctuaire de la Sombre Mère et du Dieu Sans-Visage. Sait-il vraiment le danger qu’il court à provoquer ainsi l’ire de ces dieux sans merci ? Ou s’amuse-t-il de courir ce risque ? Elle n’en sait rien, l’Écoutante tapie dans la pénombre, mais son soupir désabusé est éloquent. Elle n’aurait dû pas s’attendre à une quelconque autre réaction ; et par chance Lida ne prend pas ombrage de la légèreté du requérant. Tyr s’abstient de sourire, en tout cas, et Ljöta lui accorde mentalement un bon point pour avoir à quel stade arrêter la provocation.

Elle est déçue, toutefois, lorsqu’il propose un paiement aussi banal que des fleurons. Est-ce donc là tout ce que le Second des Ombres a à offrir ? « La Sombre Mère n’a que faire de quelques pièces d’or, ses cryptes en regorgent. Ce que vous avez à offrir est bien plus intéressant à ses yeux – ce qu’elle veut, requérant, ce sont des informations. » Sur ce qui se passe actuellement dans les hautes sphères de la société, sur ce qui pourrait être amené à se dérouler prochainement ; et sur, peut-être, ce qui agite les sphères dirigeantes de l’Ordre du Jugement. Des renseignements sur les secrets de Lorgol, sur les accès de l’Académie, sur la contrebande et le trafic – bref, des connaissances pour agrandir le cercle d’influence de la Main de la Nuit ! Ljöta a parlé à voix haute cette fois, sans chuchoter, et le timbre de sa voix a résonné dans le sanctuaire – voilà à présent que Tyr s’approche, avec une lueur de curiosité familière au fond des yeux, clairement visible même dans la pénombre des lieux.

La voilà reconnue – soupçonnée, en tout cas, et une fierté saugrenue traverse un instant le cœur de l’assassin, heureuse d’être devenue suffisamment familière au Voleur pour qu’il l’identifie, même sans certitude, dans cet environnement nouveau. Il ne peut pas voir le sourire qui traverse un instant le visage caché sous le masque de la Confrérie – sourire ravi, sourire amusé, sourire soulagé. Elle se force à reprendre une expression neutre, avant de lever une main prudente pour dévoiler son visage. Elle ne peut déguiser, toutefois, l’étincelle de sombre gaieté qui danse au fond de ses yeux – la perspective d’une mise à mort selon ses goûts, le plaisir de venir en aide à quelqu’un qu’elle apprécie, la satisfaction d’être reconnue par Lida pour ses talents bien particuliers, tout cela combiné la rend de fort agréable humeur et c’est de bonne grâce qu’elle opine gravement du chef. « La Sombre Mère m’a chargée d’entendre votre demande et de désigner l’assassin le plus indiqué pour y répondre selon vos critères. Il se pourrait que je sois à même d’accomplir ce que vous sollicitez. » Elle n’explicite pas – il se souvient certainement de ce bal auquel il a fait irruption, il n’aura pas oublié les mots qu’elle a clairement énoncés ce soir-là. Il sait qu’elle est dangereuse, et qu’elle tire une joie profonde de ce qu’elle est parfois amenée à faire. À la place, elle creuse un peu plus le sujet qui l’a amené là, sur le seuil de Lida. « Dites-m’en plus sur l’homme que vous souhaitez châtier. De quelle manière voulez-vous qu’il s’en aille rejoindre Sithis ? »





« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tyr Parle-d'Or
Tyr Parle-d'Or

Messages : 813
J'ai : 42 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyDim 17 Fév - 23:11

Je lui adressai un bref sourire sans joie, quand l’Ecoutante me répondit par la négative. Evidemment que la Sombre Mère n’avait que faire de mon or, ou même de celle de la Cour des Miracles, mais c’était certainement ce qui m’était le moins coûteux, ironiquement. « J’aurais tenté. » Elle savait pertinemment à qui elle avait affaire et, quand en temps normal de l’or aurait pu convenir, le prix était plus élevé pour le Second des Ombres. « Je crois déjà avoir informé une de vos Ecoutantes que partager les informations entre la Cour des Miracles et la Confrérie Noire ne serait que plus profitable pour nos deux Ordres… Mais soit. Vous voulez certainement parler d’informations que je ne serais pas prêt à donner sans contrepartie. » Toutes mes informations avaient un prix, et certaines se payaient même très chères… Je n’aurais pas songé à les vendre pour une affaire personnelle. Ca me dérangeait au plus haut point, même si je ne reculais devant rien pour obtenir la tête de Jamal. « Je n’imposerais pas de limite à ce marché, mais je me réserve le droit de ne pas tout vous dire, si les informations que vous désirez pourrait nuire à la Cour. » Et c’était tout, rien qu’un respect mutuel et une collaboration dans les deux sens, rien que je ne me serais refusé à leur donner.

Suite à cette promesse murmurée, le masque se leva sur ce visage si familier. Tara avait raison. Peut-être l’avais-je su depuis toujours pour elle, car le regard de Ljöta m’était devenu aussi peu étranger que celui de ma sœur, mais pour d’autres raisons… Je me souvenais de tous ces instants volés avec une nette précision, son regard ancré en le mien, nos soupirs pour seul écho sous le voile de la nuit et du secret. Je l’avais dessiné, encore et encore, mais jamais mes dessins ne m’avaient paru rendre hommage à la réalité. C’était Lia, l’Ecoutant de la Lame. Je soufflai à voix basse, avec un regard ravi, mais acéré. « Le Destin s’immiscerait-il dans les affaires de la Sombre Mère ? » Elle serait parfaite, en tout point. Personne ne maniait aussi bien la lame qu’elle, Lia serait l’incarnation de la Justice, ma Justice, et celle de la Sombre-Mère. Je la savais froide et cruelle, quand elle exerçait, et nul doute qu’elle comprendrait mieux que personne mon désir brûlant de faire payer cet homme qui s’en était pris à ma sœur. Je soufflai avec un sourire mauvais : « Je n’aurais souhaité avoir personne d’autres que vous à mes côtés, Lia. »

Mon sourire se perdit, pour un détachement plus sinistre que celui dont je faisais preuve habituellement. Je me sentais comme hors de mon corps, ou consumer par la haine, invariablement, à parler de lui. « Je souhaite qu’il souffre mille morts, qu’il supplie et demande grâce, qu’il demande le pardon qu’il ne recevra pas. Seulement à ce moment-là, son existence pourra prendre fin. »


La vengeance est un plat qui se mange froid TitreTyr1
La vengeance est un plat qui se mange froid QTGsqxW0_o
La vengeance est un plat qui se mange froid CoffreChef
La vengeance est un plat qui se mange froid LabyrintheCuriosite
La vengeance est un plat qui se mange froid LendemainFeu
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
Ljöta de Hvergelmir
Ljöta de Hvergelmir

Messages : 371
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyMer 27 Fév - 20:52

Tyr semble content du choix d’émissaire de la Confrérie, et Ljöta ne peut retenir une bouffée de fierté toute glorieuse, de se voir la bienvenue auprès du requérant venu solliciter les faveurs de la Sombre Mère. À titre professionnel, bien sûr : elle est pleinement convaincue de ses propres compétences, elle sait que la responsabilité d’Écoutante lui va comme un gant, et constater la satisfaction du client ne peut être que flatteur pour sa vanité. Bien sûr, il ne l’a jamais directement vue à l’œuvre ; mais le Second des Ombres a nécessairement accès à des informations détaillées, et la rumeur de son talent a bien dû lui parvenir. Et il lui faut bien reconnaître qu’elle est tout autant satisfaite au niveau strictement personnel – cet insupportable Voleur impertinent, c’est SON insupportable Voleur impertinent, et elle n’aurait pas aimé qu’un autre enfant de Sithis ait le privilège de le côtoyer. Satisfaction, oui, pour les deux partis concernés : quoi demander de plus gratifiant qu’un contrat effectué au plein contentement de tous les participants ?

La victime ne partagerait peut-être pas ce bon sentiment, mais… il y aurait toujours des critiques, ainsi est fait le monde, Ljöta le sait bien. Pour le moment, la curiosité se fait plus intense, tandis que Tyr commence à lui expliquer ce qu’il attend d’elle. La souffrance, l’impuissance, elle s’y connaît : elle a appris de Lubin, l’Écoutant qui l’a précédée, l’art subtil de la torture – à la fois comme méthode d’interrogatoire, et de simple punition. Elle ne niera pas la sombre joie qui l’envahit lorsqu’elle détient entre ses mains le pouvoir d’infliger la douleur à autrui ; cette sensation de contrôle qui la fait se sentir toute-puissante, presque invincible. C’est presque une drogue, tant elle aime à s’en étourdir ; même si elle restreint ses talents aux contrats qui ont payé d’avance pour ce petit supplément délicat. C’est donc là ce que souhaite Tyr ? Très bien. Rien n’aurait su lui faire plus plaisir que de laisser libre cours à sa créativité, et savoir que c’est pour le compte d’un ami apprécié, c’est… encore mieux. L’anticipation pleine d’allégresse qui étincelle au fond de son regard fait écho au sourire de Tyr, porteur de mille promesses de représailles. Il se fait plus sombre, ensuite, la haine émanant de sa silhouette comme une aura implacable, et l’assassin perçoit bien l’importance que son Voleur attache à cette mission.

Tendant la main vers lui, elle pose la main sur son bras, tout autant en signe de compassion que pour recentrer sur elle son attention. « Une punition, alors, et la mort pour seule délivrance à son expiation. Je peux faire en sorte que cela dure, aussi longtemps que vous le demanderez. Avez-vous des… spécificités en tête, mis à part ce point précis ? Des demandes particulières que vous souhaiteriez que je respecte ? Un message particulier à lui délivrer, peut-être… ? » Attentive et concentrée, elle est prête à graver chaque détail dans sa mémoire, pour exécuter ce contrat comme il se doit et honorer l’engagement pris au nom de la Confrérie. Il arrive fréquemment que les clients expriment des exigences particulières – le choix d’une arme entre toutes, une heure déterminée d’avance, quelques mots à prononcer, parfois même un parfum, ou un vêtement… Le Voleur a-t-il quelque chose de particulier en tête, pour le trépas que la Sombre Mère a consenti à lui accorder ?





« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tyr Parle-d'Or
Tyr Parle-d'Or

Messages : 813
J'ai : 42 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid EmptyMar 5 Mar - 23:04

Mon regard étincelait d’une haine à peine contenue, jusqu’à ce qu’elle dépose cette main sur mon bras en signe de soutien, captant soudainement mon attention. Je relevai la tête pour la dévisager, alors qu’elle récapitulait mes vœux, mes désirs les plus sombres, pour se les approprier elle-même. Je n’avais aucun doute qu’elle saurait les appliquer avec une cruelle froideur, voir même avec jouissance. Une joie malsaine me hantait à cette simple perspective.

Elle me demanda, à demi-mots, si je n’avais pas d’autres demandes à lui formuler. Si, bien sûr que si. Mais l’écouterait-elle ? Ce n’était certainement pas dans ses habitudes, seulement… « Je veux être là. » Les mots fusèrent, avec une telle rapidité. Moi qui aimais les manier avec habilité et un dosage savant, je me surprenais à être bien plus impulsif, laissant la passion s’exprimer. « Je veux le voir souffrir, supplier, et finalement mourir sans être exaucé, de mes propres yeux. Je veux être le témoin de sa chute, et lui transmettre moi-même cette promesse de mort, de justice. » Je posai ma main sur la sienne, pour l’enserrer avec une douceur presque dérangeante, mon regard ancré en le sien. « Montre-moi, Lia. Montre-moi comment tu apportes la mort, comment tu rends justice. »

Je n’avais pas peur d’elle. Je ne craignais pas de voir ce nouveau visage, ce nouveau masque, qu’elle ne manquerait pas d’arborer. J’avais compris, depuis longtemps déjà, la personnalité complexe qu’était Ljöta – Lia – aux multiples facettes. La sublime princesse Kyréenne. La farouche Skjaldmö. L’implacable assassine. Elle était tout cela à la fois. Elle était à la fois si semblable et si différente, selon le rôle qu’elle endossait, et aucun n’était factice. Elle paraissait aussi à l’aise dans ses beaux atours de princesse que dans ses cuirs d’assassine.

Non, je ne craignais pas que cette noirceur enfouît en elle. C’était la mienne à laquelle j’étais moins familier. Ce profond sentiment de haine me consumait de l’intérieur depuis bientôt vingt ans, et même la justice sauvage que me procurerait ma vengeance ne saurait sans doute l’éteindre. Je ne savais pas où Lia allait me mener, quel chemin allions-nous emprunter ensemble. J’avais la certitude de ne pas en revenir le même, mais rien n’aurait su m’arrêter, surtout si elle était à mes côtés.

Je murmurai ces mots chargés d'une promesse macabre : « Faisons-le ensemble. Je te suivrais, comme ton ombre. »


La vengeance est un plat qui se mange froid TitreTyr1
La vengeance est un plat qui se mange froid QTGsqxW0_o
La vengeance est un plat qui se mange froid CoffreChef
La vengeance est un plat qui se mange froid LabyrintheCuriosite
La vengeance est un plat qui se mange froid LendemainFeu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La vengeance est un plat qui se mange froid   La vengeance est un plat qui se mange froid Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La vengeance est un plat qui se mange froid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: