AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-42%
Le deal à ne pas rater :
Antivol pour porte de garage basculante MASTER LOCK
89.20 € 154.95 €
Voir le deal

Partagez
 

 Entendez-vous le son de ma détresse ? [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Entendez-vous le son de ma détresse ? [LIBRE]   Entendez-vous le son de ma détresse ? [LIBRE] EmptyMar 9 Fév - 17:06


Livre I, Chapitre 2 • Le Carnaval des Miracles
Chimène de Faërie

Entendez-vous le son de ma détresse ?

Ô nuit, toi qui portes conseil...



• Date : 02/02/1001
• Statut du RP : Libre
• Résumé : Il est temps pour Chimène de prendre ses responsabilités, de trouver une stratégie pour enrayer définitivement les menaces de guerre de sa propre soeur. On raconte que les nuits aident à prendre des décisions... Qu'en est-il lorsque celles-ci sont aussi brèves que douloureuses ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Entendez-vous le son de ma détresse ? [LIBRE]   Entendez-vous le son de ma détresse ? [LIBRE] EmptyMar 9 Fév - 17:07

La fin de la journée s'annonçait. La luminosité commençait déjà à baisser. Je pouvais le voir à travers les fenêtres de la grande salle dans laquelle mes conseillers s'étaient réunis. Chacun avait sa propre opinion sur la conduite à tenir face aux menaces de guerre. Prendre les devants et attaquer ? Je m'y refusais. Il devait bien y avoir une option diplomatique. Ma sœur n'était pas devenue à ce point avide de pouvoir, ce n'était pas possible. Elle souffrait certainement autant que moi de la mort de Chrysolde de cette façon si atroce. La mort des membres de ma famille n'était pas acceptable. Je me perdais dans mes pensées et décidais de mettre fin à cette réunion. Je me levais, ils en firent de même avant de me présenter leur respect. Je me faisais raccompagner jusqu'à ma chambre. Ce soir j'y dînerai, souhaitant prendre le temps de réfléchir et de prendre ma décision. J'avais besoin de me retrouver seule. Le désastre de ma soirée d'anniversaire me pesait encore. Comment les choses avaient-ils pu dégénérer de cette manière ? Je ne comprenais pas. Je sentais de la colère monter en moi. Un sentiment de plus en plus fréquent, me rongeant parfois de l'intérieur. Je congédiais les personnes présentes dans ma chambre et m'asseyais sur le bord de la fenêtre, libérant mes cheveux prisonnier depuis bien trop longtemps de cette énorme coiffure. Il me fallait un plan d'action et rapidement.

Je n’avais pas touché à mon repas, je n’avais avalé que quelques fruits. Les pages devant moi étaient noircis par l’encre, pleine de rature, certaines étaient sur le sol. La lumière de la bougie se mettait à vaciller alors que l’on frappait à la porte, afin de savoir si je souhaitais me coucher. Ma vieille gouvernante s’asseyait à côté de moi et ordonnait aux jeunes femmes de me préparer pour mon couché. Je ne protestais pas. Ses conseils étaient toujours très terre à terre : il était temps de prendre un peu de repos, il était inutile d’avoir les traits tirés demain matin. La nuit allait peut-être me porter conseil, faute de m’apporter quelques heures de répits. Je me levais et les laissais défaire mon corset sans adresser un seul mot, un seul geste. J’enfilais mes vêtements de nuit et retournais m’asseoir à mon bureau. Je devais finir quelques affaires, notamment concernant mon courrier personnel.

Le vent soufflait fort à l’extérieur, faisant grincer les fenêtres. Je n’avais fermé l’œil que quelques minutes. Des tas d’interrogations se bousculaient dans mon esprit. Des questions sans réponse, lorsque ce n’était pas les fantômes du passé qui surgissaient devant mes yeux fatigués. Je ne supportais plus ce calme environnant. Le palais impérial semblait totalement désert. N’y avait-il donc pas une seule âme éveillé ? Je posais les pieds sur le sol et enfilais rapidement une robe afin de me couvrir. Pour des raisons évidentes de sécurité, il ne m’était pas permis de me promener seule la nuit. Je décidais de braver cet interdit. N’étais-je pas l’impératrice, ou en passe de le devenir. Je pouvais aller où bon me semblait. Je me sentais étouffée entre les murs de ma chambre. Prenant les plus grandes précautions, j’ouvrais la porte et observais le couloir. Totalement désert. J'enfilais ma capuche afin de faire disparaître mon visage et bravais l'interdit. Je pressais le pas jusqu’à l’un des passages couverts donnant sur l'extérieur. Le vent faisait voler mes cheveux qui brillaient sous les rayons de la lune. Celle-ci était à son point culminant à cette heure. Je m’asseyais prudemment sur le rebord, à l’abri des regards, derrière une large statue et contemplais les jardins. Je me perdais peu à peu dans une douce mélancolie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Entendez-vous le son de ma détresse ? [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: