AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony MDR-1AM2
129 € 220 €
Voir le deal

Partagez
 

 Des mots lancés au vide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Jehanne d'Ansemer
Jehanne d'Ansemer

Messages : 336
J'ai : 33 ans
Je suis : Gouvernante des princesses erebiennes, dame de compagnie de Shéhérazade d'Erebor

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Des mots lancés au vide   Des mots lancés au vide EmptyVen 28 Déc - 9:05

La lettre est un peu trempée, mais est lisible dans son ensemble. Jehanne a longuement hésité avant de l’envoyer à la Caserne de Flamme accompagnée d’une autre demandant à ce que celle-ci parvienne à Bertin. Une lettre envoyée au vide. Une de plus.



Vivedune
Le trente novembre mil trois

Bertin,

Je ne sais si cette lettre t’arrivera, où que tu sois, mais je prie pour que cela soit le cas. J’espère qu’Ambroisie se porte bien. Que tu te portes bien, également.
Il m’a fallu du temps pour oser t’écrire. Que t’aurais-je dit ? Qu’aurais-je pu te dire ? Nous ne nous sommes pas quittés en de bons termes, et chaque jour j’en viens à regretter notre dernière entrevue. Je pensais pouvoir te protéger ainsi. Maintenant que je regarde ce qu’il s’est passé, je me rends bien compte qu’à part nous blesser encore plus, je n’ai rien accompli.

J’ai encore l’impression de ne pas savoir quoi t’écrire.
Je ne cherche pas tonpardon pour toutes les atrocités que mon amour pour to i t’a faites vivre : je suis consciente d’être la seule raison et la seule cause de ta disgrâce et chaque instant de cette vie me rappelle que je t’ai tout fait perdre. Aucun mot n’est assez grand pour décrire la douleur de ton absence, en sachant que je mérite celle-ci et pire encore.
Tu n’as été qu’une victime de ces dix dernières années, et la punition a été si dure, pour toi qui n’a rien fait ! Je ne l’ai su que bien trop tard, sinon j’aurais tout mis en oeuvre pour obtenir de Bartholomé qu’il adoucisse ta peine.
Désormais, je ne peux qu’espérer que sa colère à ton égard, au vu des évènements, s’apaise. Que tu puisses au moins retrouver ta famille.

Tu n’as pas à me répondre. Peut-être est-ce mieux si tu ne le fais pas.
Je te souhaite d’être enfin heureux, Bertin, car tu le mérites.

Jehanne



Tomorrow's been slipping away and nothing remains.




JJ: #BE945A
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: Des mots lancés au vide   Des mots lancés au vide EmptyVen 4 Jan - 17:05


Une écriture inattendue, reçue soudain vers la fin décembre. Si l’adresse est nettement écrite, la lettre en elle-même tremble de l’émotion de son auteur. Des émotions, car il y en a beaucoup. Beaucoup trop.


Caserne de Flamme
16 décembre 1003

Jehanne,

Votre sollicitude aurait pu me toucher si elle n’avait pas été si blessante. N’avez-vous donc rien appris au cours des années que nous avons passées ensemble ? Ne vous ais-je pas maintes fois répété que notre amour – notre amour – était partagé ? Que la faute ne vous incombait pas seule et que je participais à ces événements de façon parfaitement volontaire ? Vous rendez-vous seulement compte à quel point il est insultant de lire que, malgré toutes ces années, vous rejetez encore la véritable nature de mes sentiments pour me faire passer victime ?

Je vous ai sincèrement aimée… Pourtant vous achevez, ma dame, par votre missive, la destruction que vous aviez commencé à notre dernière rencontre. Puissiez-vous trouver, dans votre nouvelle vie, le bonheur qui vous fuyait dans l’ancienne. S’il m’est un jour donné de revoir Bertille, je lui dirai que vous l’aimez.

Au revoir, ma dame.

Bertin Vif-Envol








Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Jehanne d'Ansemer
Jehanne d'Ansemer

Messages : 336
J'ai : 33 ans
Je suis : Gouvernante des princesses erebiennes, dame de compagnie de Shéhérazade d'Erebor

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Erebor
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Hector ; Meldred
Message Sujet: Re: Des mots lancés au vide   Des mots lancés au vide EmptyMer 30 Jan - 17:06


Vivedune
le vingt-cinq décembre mil trois

Sieur Vif-Envol,

Vous n’êtes en rien responsable.
Quoi que vous en disiez. Quoi que vous affirmiez. Si nos sentiments ont été partagés, s’ils ont été pour moi une source de grande joie, sachez que je regrette chaque jour le tourment dans lequel ils ont du vous plonger. Vous ne pouvez nier la douleur de blesser celui qui reste votre frère. Vous ne pouvez guère plus nier que de devoir La nommer autrement que votre fille ne vous a pas peiné. Vous n’êtes en rien responsable de nos errances amoureuses, et vous l’êtes encore moins de l’horreur qui s’est abattue sur nous. De ces désastres je me porte entière garante. Revoyez ces années de malheur et de secret : vous m’avez apporté la joie, et n’avez jamais précipité la moindre catastrophe.
Rien n’est de votre fait, dans cet enchaînement malheureux. Étiez-vous là lorsque j’ai brisé cette promesse de silence face au duc, m’avez-vous forcée à parler ? Peut-être êtes-vous celui qui a eu la stupidité, alors, de ne pas se prémunir en janvier dernier de ces fioles si utiles aux femmes ?À  moins, mon ami, que vous ne soyiez la personne qui treize ans auparavant a choisi de s’engager sur le chemin du silence en offrant sa voix à un dieu qui depuis reste bien sourd ?
Rien n’est de votre fait, si ce n’est la lumière et l’amour de vos actes.

Je vous fais souffrir encore, j’en ai conscience. La douleur passera. Vous guérirez de cette “insulte”.
N’imaginez pas que je prends un malin plaisir à ainsi vous torturer : je veux vous offrir une libération, quoi qu’il en coûte.
Nénamoins, je vous souhaite nombre de choses. Je vous souhaite de retrouver un jour notre fille, ainsi que le reste de votre famille et ce duché que vous avez du fuir. Je ne sais que trop ce que cela fait, d’être forcé loin de chez soi. Si vous souhaitez vous enfermer dans ce rôle de victime, et me placer en vile destructrice sans coeur, grand bien vous fasse.

Jehanne



Tomorrow's been slipping away and nothing remains.




JJ: #BE945A
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: Des mots lancés au vide   Des mots lancés au vide EmptyDim 3 Mar - 19:44



Caserne de Flamme
17 janvier 1004

Ma douce Jehanne,

J’ai maintes fois débuté cette lettre au cours des dernières semaine. Chaque fois pourtant, les mots me fuient terriblement pour vous répondre… Aujourd’hui encore, ils tardent à venir, mais je refuse de vous inquiéter davantage avec mon silence. Ou pire peut-être encore, de vous blesser à travers lui.

Peut-être devrais-je commencer par vous dire que vous avez raison. Vous me connaissez mieux que quiconque et savez le tourment dans lequel notre relation a pu me placer par moments. Vous connaissez mes douleurs, mes doutes, mes remords… et mon amour tant pour vous que pour Elle. J’en parle sans honte à présent, sans mots couverts, sans murmures, de nos années ensemble. Car j’ai été heureux, à vos côtés. Plus peut-être que vous ne puissiez l’imaginer…

Si heureux que, en toute honnêteté, je ne regrette rien. Je ne vous regrette pas, ni vous, ni Elle. Vous avez été ma lumière, ma raison de vivre. Je me suis laissé aller à vous aimer de mon plein gré. J’ai repoussé des années durant mes propres remords, car votre présence à mes côtés, même si brève, allégeait mon cœur. Jehanne, vous ne m’avez jamais forcé la main dans cette histoire. Je suis resté à vos côtés de mon plein gré, j’ai pris des risques que je croyais calculés pour profiter un peu davantage du bonheur que votre présence pouvait me procurer. J’ai choisi moi-même de vous rester fidèle, de repousser au possible le mariage que nous savions tous les deux inévitables, car je ne voulais en toute honnêteté que vous. Le saviez-vous ?

Les mots me manquent pour décrire à quel point je vous ai aimez. Peut-être suffirait-il que j’avoue que, sans vous, j’ignore si je serais rentré vivant du front ? Vous avez été ma raison de me battre pour survivre chaque jour malgré les horreurs, malgré la fatigue, malgré ce que toutes ces années de chevauche ne m’avaient pas préparé à vivre… Qu’il a été difficile de ne pas vous écrire tous les jours ! De ne rien laisser paraître alors que je n’avais qu’une envie : vous revoir, vous prendre dans mes bras et ne plus jamais vous laisser vous éloigner si loin de moi… Si j’avais su…

Lorsque je suis rentré, admettez tout de même que, dans ma hâte, j’ai précipité nos retrouvailles plus qu’il ne l’aurait fallu pour éviter les soupçons. Si je vous avais laissé le temps de préparer vos affaires correctement, cette potion que vous regrettez ne pas avoir eue aurait été dans nos paquetages. Si je n’avais pas été si pressé de vous retrouver… Si, si si…

Tout cela pour souligner, ma douce, que vous n’êtes pas l’unique responsable du drame qui nous a frappé et dont nous payons tous les trois fort le prix, à présent. Tout cela pour vous dire, également, que je ne vous en veux pas. Que je ne vous en voudrai jamais. Et que, si tout devait recommencer, je choisirais à nouveau mes années de bonheur à vos côtés, malgré tout.

J’ignore où cela nous laisse, à présent. Il y a tant à dire encore, tant de choses que nous passons sous silence. Pour nous protéger, sans doute… Le silence n’a-t-il pas toujours été notre armure ? Sachez, ma douce, que vous pouvez tout m’écrire. Toute votre colère, toute votre douleur… Je vous suis toujours dévoué.

J’espère qu’un jour vous passerez par Lorgol et accepterez de me laisser vous voir. Je voudrais pouvoir vous tenir dans mes bras une dernière fois au moins. Vous dire de vive voix à quel point je vous aime… Avoir la chance de vous dire aurevoir, s’il le faut. Faire les choses bien, pour changer. Parce que vous le méritez.

En espérant recevoir de vos nouvelles, ma dame.

Sincèrement,

Bertin Vif-Envol








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Des mots lancés au vide   Des mots lancés au vide Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Des mots lancés au vide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Parchemins et dossiers :: Correspondances-
Sauter vers: