AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Case Logic Snapview Étui pour Apple iPad 10,2″
11.23 €
Voir le deal

Partagez
 

 Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 20:52


Bartholomé d'Ansemer
ft. Eric Bana

« Love not too well the work of thy hands and the devices of thy heart; and remember that the true hope lieth and cometh from the Sea. »




Âge : 39 ans
Date et lieu de naissance : 7 juillet 961, à Port-Liberté, Ansemer
Statut : Duc d'Ansemer
Allégeance : Ansemer
Groupes : Faërie / Noblesse

Anecdotes :
♕a plusieurs maitresses ♕ ne s'en cache pas le moins du monde ♕ a horreur de voyager autrement que sur un bateau ♕ n'aime pas du tout la terre ferme ♕ a souvent tendance à faire le contraire de ce qu'on lui dit de faire ♕ n'a pas du tout confiance en son épouse ♕ aime sa fille par dessus tout ♕ attend impatiemment qu'elle soit majeure pour pouvoir lui passer le titre et le commandement du duché ♕ ne sait absolument pas que sa fille n'est pas... sa fille.



Dans la vie, je suis...

Donne trois valeurs morales que tu juges indispensables ?
- Loyauté: je suis quelqu'un d'extrêmement loyal. Attention, pas envers n'importe qui, ni pour n'importe quoi. Mais dès que j'offre ma loyauté, elle est quasi-indestructible.
- Témérité: Quand on a un engagement, on le tient. Le travail est rude, mais il doit être fait, quitte à s'époumoner ou à se couper les mains sur les cordages.
- Opiniâtreté: Etre obstiné sans être têtu, être franc sans être vindicatif. Être ferme sans être agressif.
Donne trois vices que tu juges impardonnables ?
- Vol: Pirates, marauds, tous que vous êtes... Je vous déteste.
- Fourberie: le mensonge, la traitrise, encore des qualités dignes des forbans et des pères prêts à tout pour accéder au titre...
- Couardise: Fuir le danger sans l'affronter... Je trouve cela révoltant.
Quelles sont tes trois principales qualités ?
- Erudit
- Aimable
- Téméraire
Quels sont tes trois principaux défauts ?
- Impétueux
- Jaloux
- Caractériel
Quelles sont les cinq choses que tu préfères ?
- Les embruns de la mer
- Le coucher de soleil
- Le bruit des ris sur les voiles
- Le silence éternel des espaces marins infinis
- Le cri d'un goéland
Quelles sont les cinq choses que tu détestes ?
- Une pièce close
- Devoir voyager à cheval
- Être retenu sur cette terre
- Le bruit des villes
- Un lit vide
En qui crois-tu?
Parmi toutes la ribambelle de dieux d'Arven, je prie chaque jour :
- Messaïon, Maître incontesté des Océans, parce que ma vie réside dans ses mers tumultueuses, que j'aime incommensurablement.
- Idril, Déesse de l'Adolescence, afin qu'elle protège mon enfant dans sa vie de tous les jours
- Levor, Dieu du Vent, pour qu'il gonfle les voiles de mes navires
- Atal, Capitaine absolu des Navires. Malgré le fait que les pirates, ces parias, le prient également, un bâtiment voguant sur la mer est le seul refuge de l'homme terrestre.
Que respectes-tu ?
Mon allégeance va en tout premier lieu en mon duché. Ansemer. Ensuite à Faërie. Néanmoins, avec la nouvelle... impératrice, des doutes m'obsèdent...
Que ne respectes-tu pas du tout ?
Les pirates, la lie des hommes. Un jour, ils seront tous exterminés, sans aucune exception.
Que penses-tu du mariage ? De la chasteté ?
Avec ces deux questions-ci, si je le pouvais, j'invoquerais un "joker". Car le mariage, je n'en ai jamais voulu. Ma loyauté va avant tout en l'équipage d'un navire, en la camaraderie des hommes. Malheureusement, un traitre a glissé un serpent dans mon lit et j'ai croqué la pomme. Me voilà marié, malgré moi à une femme que je n'aime pas et n'aimerais sans doute jamais. Quant à la chasteté, elle est oubliée depuis... trop longtemps pour que je m'en souvienne...
Quels sont tes loisirs préférés ?
Ferler les voiles, sortir du port, regarder l'horizon, découvrir de nouvelles terres.
De quoi as-tu peur ?
De ne plus pouvoir embarquer. D'être contraint, à jamais, de rester à terre.
Qu’est-ce qui te remonte le moral ?
Le vent dans les voiles, une femme dans un lit.
De quoi es-tu le plus fier ?
- De ma fille, bien évidemment, Bertille d'Ansemer est ce que j'ai de plus cher à mes yeux.
- De la flotte de guerre d'Ansemer, la plus armée qui soit et qui peut rivaliser avec les pirates.
Es-tu plus à l'aise en milieu urbain ou rural ?
Cela va s'en dire, j'ai horreur de la ville. L'immobilité de ses rues, la vanité de ses gens. Je préfère la mer, pas même la campagne, non, la mer, uniquement la mer.
Pour quelles causes serais-tu prêt à donner ta vie ?
Celles qui me semblent justes, à mes yeux. La sécurité de ma fille, la survie d'un navire... l'anéantissement des pirates...
Penses-tu que tu vivras vieux ?
Je l'espère et en même temps, je ne le désire pas. Je veux embarquer de nouveaux sur un bateau, découvrir de nouveaux continents. Je suis patient dans ces moments-là, et ainsi, pourrais-je attendre une vie entière. Mais mourir de vieillesse, non... Je préfère mourir l'arme à la main pour une cause que j'ai choisie.
Quelles sont tes relations avec ta famille?
- Mon père a disparu lorsque j'avais 5 ans. Je ne me souviens pas de lui.
- Ma mère a dû régner en son absence. Elle est une femme froide et sévère. Je n'ai pas de grandes affinités avec elle. Elle me reproche ma vie débauchée, mais je fais comme si de rien était. Elle a beau être régente quand je ne suis pas là, je reste le maître d'Ansemer.
- J'aime mon frère tendrement. J'ai bien remarqué, que depuis quelques temps, il s'est éloigné, mais je pense que c'est à cause d'une femme, aussi, aimè-je le taquiner.
- Bertille, ma fille, est mon rayon de soleil. Je donnerais absolument tout pour elle.
- Jehanne est une fille de comte lagran. J'ai dû l'épouser. Si je pouvais la bazarder à nouveau chez son paternel, je ne m'en priverais pas.
As-tu une maison à toi ?
Je loge au Palais Ducal à proprement parlé, qui se situe en hauteur de la ville, sur la terre ferme, trop loin, à mon humble avis, des flots.
Es-tu heureux ?
Non, pas en ce moment. Je me languis de reprendre la mer. Je n'attends qu'une seule chose, que ma fille ai l'âge de régner, afin que je puisse reprendre le large et voguer de par le monde.
En amour, comment es-tu?
Je suis du genre grivois, je ne me prive de rien. Malgré le fait que j'ai une femme attitrée, j'ai plusieurs maitresses et dont une, favorite, que j'affiche en plein jour.
Où as-tu passé ton enfance ?
A Port-Liberté, entre professeurs, précepteurs, nourrices et autres personnalités peu aimables... L'atmosphère était froide et je n'avais que mon frère à qui me confier.
Manges-tu épicé ou fade ? Salé ou sucré ? Amer ou acide ?
Epicé ou salé, surtout. Mais j'aime gouter à toutes sortes de plats, découvrir de nouveaux gouts.

Et voilà comment j'en suis arrivé là.


Le Septième du Septième mois de l'année Neuf Cent et Soixante et Un vit le jour sous les acclamations des Ansemariens. Tôt en cette matinée, naissait l'Héritier de Bruce d'Ansemer, un futur gabier, bien dodu, bien rose, braillard et bien vivant. Il aura pour nom : Bartholomé Bénoni d'Ansemer protégé de Messaïon, dieu des Océans. Si le Destin le veut, il sera Duc d'Ansemer. Sa destinée était déjà toute tracée, son futur déjà écrit, sa fortune déjà prononcée. Et on salua le bambin emmailloté. Bartholomé faisait déjà la fierté de ses parents. De son père, surtout, qui était fier, terriblement fier d'avoir un petit moussaillon. C'est donc particulièrement heureux qu'il resta, quelques années, au Palais Ducal, sans reprendre la mer. Mais cette dernière n'avait pas dit son dernier mot... Bartholomé sortait à grand peine des jupes de sa mère quand un petit frère apparut. Le Duc, fier comme pas possible proclama haut et fort qu'avec deux fils, la relève était assuré et confiant, il fit gréé quelques navires pour repartir en mer. Avant cela, il fit nommé son deuxième fils : Bertin, Comte de Vivécume.

Voilà comment se résume les cinq ou six premières années de ma vie, je ne m'en rappelle plus très bien. Je me souviens d'un bébé, bavouillant, blblbletant, gigotant, je me souviens du vide... du silence... des longs couloirs déserts... de la froideur impénétrable de ma mère... des murs glacés... des questions sans réponse... de l'absence de ce père dont je ne me rappelais plus le visage malgré les portraits sur les murs de pierre du palais. Je me souviens d'avoir soulevé un drap noir pour regarde cet homme qui m'était inconnu, j'y restais longtemps avant que la voix de ma mère me ramène sur cette terre. Je retournais à mes devoirs, à mes obligations, sagement, espérant qu'un jour, ce père si attendu rentre, un jour, peut-être... En grandissant, son absence se fit plus pesante, plus détestée, je prenais de l'âge, je devenais un homme, et je n'avais personne à qui le montrer, personne qui aurait pu être fier de moi. Je me suis donc rabattu sur le seul être qui pouvait me comprendre. Mon frère. Bertin devint mon confident, mon ami le plus cher. Quand il put crapahuter, je l'emmenais partout. Nous courrions à travers le Palais, riant, hurlant, comblant ce vide. Mais rapidement notre mère, la Duchesse, nous remettait au pas, calmant nos ardeurs, taisant notre joie. Nous devions apprendre, savoir, étudier, comprendre... C'est ainsi que nos études tournèrent autour de la bienséance, de l'art suprême de l'équitation, de la gestion d'un duché, de son économie, de son histoire, de l'Histoire d'Arven même avec un grand H majuscule, de la politique, de la rigueur, des combats à l'épée, de l'honneur.

Les années passèrent ainsi. Nous pouvions sortir du Palais, bien entendu, mais toujours tournés vers la contrée verdoyante d'Ansemer. Notre mère ne supportait plus l'océan voleur d'âmes, piégeur de marins, faiseur de veuves. Elle préférait largement les étendues désertes à l'intérieur des terres. C'est dans une forêt proche de la capitale que nous pouvions rêver de voyager, mon frère et moi, à bord d'un bateau ou sur le dos d'un dragon. En tant qu'aîné, ma voie était toute tracée, mais mon puiné pouvait imaginer quelque chose de bien différent et j'aimais me laisser emporter par ses rêves fantastiques. Nous combattions avec des épées de bois des armées entières de griffons, de pirates, nous étions des mages puissants, érudits... Nous n'étions que des enfants emprunts de Liberté. Ma liberté chérie... Mais souvent, sans que je m'en aperçoive, je tournais ma tête vers l'océan. Une profonde mélancolique m'emportait alors jusqu'au port, grimpait dans une vivenef et filait droit, vers l'horizon, lof pour lof, Levor gonflant les voiles, Messaïon pressant le bateau et au loin je découvrais de nouvelles terres, un nouvel endroit, un nouveau rêve. Souvent, un professeur me tapait sur l'épaule pour que je revienne parmi eux et je me réveillais, avachi sur une table d'étude, mes professeurs, me fixant étrangement d'un regard désapprobateur. Mais je ne pouvais pas leur expliquer à quel point la mer m'appelait. L'océan était dans mes veines, il invitait mon esprit à prendre le large, mon âme était sa prisonnière, mais mon corps ne pouvait pas quitter la terre ferme.

Il y avait une jolie jeune fille à Port-Liberté. Je n'avais pas encore passé seize printemps que pour la première fois, je fus attiré par autre chose que la mer et ses embruns. Elle était fille du Baron de Flotcalme, bien au nord sur la côte d'Ansemer. Elle avait à peine mon âge, nous avions toute la vie devant nous. Comme un soleil couchant, elle avait des cheveux de feu, des yeux aussi bleus que le bleu de la mer, un sourire chaleureux, des jupons volant au vent. Je n'ai jamais su si je fus piqué d'Amour, mais nous nous apprivoisâmes dans les collines qui bordent Port-Liberté. Je connus alors un profond désir à découvrir monts et vaux des femmes toutes plus belles les unes que les autres. Elle avait sans doute, pendant un temps, volé mon cœur. Nous ne nous remettons jamais d'un premier amour, n'est-ce pas. Néanmoins, mon désir de prendre la mer était bien plus fort que tout. Insidieusement, une idée germait dans mon esprit d'adolescent épris de liberté. Pourquoi ne pousserais-je point le vice et embarquerais-je à bord d'un navire, vivre une vie de marin, vivre une vie d'aventurier, vivre la vie que je voulais terriblement. Lentement, mais très surement, j'apprenais de loin, étudiait le mouvement des bateaux de ma fenêtre, depuis le Palais Ducal. Mais ma mère me faisait surveiller et je me devais de ne rien laisser paraître. J'avais compris, avec le temps qu'elle détestait cette mer meurtrière. Mais mon amour était plus fort que tout.

A l'âge de dix-sept ans, je vis deux choses : une faille dans ma surveillance et une opportunité qui ne se représenterait sans aucun doute jamais. La première arriva un soir du huitième mois. Un conflit ou un évènement poussa ma mère, la Duchesse à se déplacer, je ne me rappelle plus exactement la raison, ni l'endroit. A cette époque, je n'avais que faire de tout cela, puisque mon rêve était de prendre la mer. Elle ne jugea nul bon à nous emmener, Bertin et moi avec elle, car les études devenaient plus pesantes et elle ne voulait nous perturber. La garde était donc diminuée, pensait-elle que j'avais plié face à sa sévérité? Pensait-elle que je resterais désormais dans la capitale sans vouloir vagabonder par les mers et océans? Sans aucun doute. L'opportunité qui vint alors fut l'arrivée de la Montre-Chemin. Un magnifique bâtiment d'exploration, nullement destinée à la guerre, un peu au commerce, mais surtout un navire qui filait sur l'eau comme une pierre ricoche à la surface d'une rivière. Elle était arrivée un matin, quelques jours, à peine après le départ de ma mère. Les bruits courraient qu'elle devait simplement faire escale, se ravitailler, et repartir. Je n'ai point attendu bien longtemps. J'ai couru aux cuisines, ai barbouillé un peu mon visage de suie avant de changer mes vêtements pour ceux d'un homme du peuple, sans doute volé au cuisinier du palais. Encore aujourd'hui, je ne sais. Le capitaine du bâtiment ne connaissant point mon visage accepta de prendre un mousse supplémentaire. Les premières heures, encore au port, j’eus grand peur qu'on ne me retrouve, mais point de garde à l'horizon, ce fut donc le cœur particulièrement léger que je grimpais à la poupe de la Montre-Chemin et regardais une dernière fois le port qui m'avait vu grandir. J'avais dix-sept ans et pour la première fois, je me sentais plus libre que jamais.

Je passerais sous silence les trois années qui suivirent. Toutes remplies de travail dangereux, difficiles, sur des mers menaçantes, face à des pirates pernicieux, des monstres redoutables. Nous abattîmes plusieurs esquifs ennemis et par plusieurs fois nous crûmes que la Montre-Chemin périrait en mer, mais par le choix du Destin, nous restâmes à flot. J'appris le dur et l'intraitable métier d'être mousse. J'appris à briquer un pont, à apporter à boire aux gabiers, à pécher, à nettoyer la coque du navire, contre vents et marées, au péril de ma vie. Jamais je n'avouai que j'étais fils de Duc, Héritier d'Ansemer et par conséquent leur Seigneur. Je voulais apprendre, je voulais vivre PAR la mer, DE la mer, SUR la mer. Plus de deux ans s'écoulèrent quand un jour, nous fîmes escale dans le port de Lorgol, la ville aux Milles Tours, Joyau d'Arven, un homme se présenta comme ansemarien à mon Capitaine, et avoua qu'il cherchait depuis bien des mois des nouvelles du fils ainé de la Duchesse d'Ansemer. Il expliqua alors toute l'histoire et à force de calcul, le capitaine se tourna vers moi. L'ansemarien suivit son regard et me reconnut. Étais-je le fils de Bruce d'Ansemer. Je ne pouvais nier, je ne voulais mentir. Je hochais la tête. Et pour une des premières fois de ma vie, j'usais de mon pouvoir nobiliaire. Je refusais de passer par un portail et exigeais de rentrer à Port-Liberté sur la Montre-Chemin. Le Capitaine, pendant longtemps me posa des questions, pourquoi ne m'étais-je pas annoncé plus tôt, pourquoi avais-je caché mon identité, pourquoi m'étais-je laissé brinquebalé par les marins assez rustres du navire? Les réponses, LA réponse devrais-je dire, étaient assez simples : je voulais vivre la vie d'un marin. Pendant trois ans, j'avais donc vécu à bord d'un bâtiment et cela conforta mon idée. J'aimais la mer bien plus que je ne le pensais et jamais je ne pourrais m'en séparer.

A mon retour, j'avais beau me sentir homme, je crus un instant être redevenu un enfant qui va se prendre un savon par sa mère. Néanmoins, elle m'accueillit avec la même indifférence apparente qui la caractérisait tant. La sévérité, la droiture de sa vie avait laissé quelques rides supplémentaires. Mon frère également avait grandi et nous retrouvâmes notre complicité d'antan. J'avais attrapé le virus du large et alors que les années passèrent lentement, je n'hésitais plus, ma mère ne me retenant plus, à embarquer, à faire le tour d'Arven, à visiter tous les ports de Faërie, évitant ceux d'Ibélène, même si je n'ai jamais été rebuté parce qu'ils appartenaient à l'Empire voisin. Mon domaine, c'est l'océan et ses espaces infinis, et si je dois mon allégeance à Faërie, Ibélène ne me semble pas si hostile que cela. Je n'échappais point à la règle du marin : nous avons une femme dans chaque port. Je tiens à préciser que j'aime la mer avant toute chose, mais j'aime également les femmes, leur soupirs sont comme les flots, leurs courbes comme les vagues, leurs danses comme le bercement du roulis de l'océan, leur beauté comme le calme d'une mer d'huile, leurs sourires aussi radieux qu'un coucher de soleil. Je ne m'en cache pas et ne m'en suis jamais caché, j'aime les femmes, toutes les femmes. Fallait-il croire que ma mère désapprouvait ma vie volage, ma vie de marin? Car après sept autres années, elle décida de me laisser le Duché, entre mes mains. J'étais un homme désormais, érudit aussi bien dans la navigation que dans les écrits que j'aimais lire. J'étais digne de succéder à Bruce d'Ansemer. Avec du recul, je soupçonne ma mère d'avoir laissé le trône pour me garder près d'elle. Elle n'a jamais pu apprécier l'océan comme je le fais et elle craint, encore aujoud'hui de me voir repartir et ne plus jamais revenir. Mais à cette époque, pas peu fier de placer la couronne ducale sur ma tête, j'avais accepté avec joie.

Je ne pouvais plus naviguer autant et je dus me contenter de petits périples côtiers, restant sur les rives d'Ansemer. Je ne m'aventurais plus pour de longs mois loin de toutes civilisations. Je continuais à me réfugier dans les bras des femmes de petites vies ou de grands noms, mais sans jamais vouloir me poser, malgré l'insistance des conseillers qui cherchaient à m'emprisonner dans un carcan familial au sein du Palais Ducal. Mais je refusais, catégoriquement, de me marier. Je voulais être libre. J'avais déjà été restreint dans mes mouvements, alors je le serais dans mon amour, car pour moi, à cette époque, amour rimait avec mariage. Malgré les femmes de ma Cour, les Dames de compagnie de la Régente, ma mère, Duchesse douairière, toutes plus magnifiques les unes que les autres, je ne trouvais chaussure à mon pied. Deux ans après ma prise officielle de pouvoir, j'avais jeté mon dévolu sur une certaine Jehanne de l'Ancre-Fleurie. Le comté de son père appartenait à Lagrance, mais le commerce entre nos deux duchés allait bon train, c'était donc naturellement qu'elle se trouvait lors d'un de ses voyages à Port-Liberté en compagnie de bien d'autres jolies jeunes femmes. Mais ce fut la blondeur de ses cheveux, la douceur de ses traits qui m'avaient interpelé. Je ne sais comment, elle tomba rapidement dans mon lit ou fut-ce moi dans le sien? Je ne m'en rappelle plus. Toutefois, une fois la fleur cueillie surgit un renard qui targua que puisque j'avais jeté l'humiliation sur sa fille, je devais l'épouser sans perdre un instant. Si j'avais eu vent de ce piège odieux, j'aurai fait le serment à Levor de ne jamais toucher femme.

Mais je n'avais vu cette vipère crapuleuse et je dus accepter, à regret. Je m'étais fait berné, lésé de mon droit, par un simple comte de Lagrance. Et si le Destin m'y autorise, je ne recommencerais plus jamais cette erreur. J'userais de mon pouvoir pour mettre à bas toute résistance paternelle. Car, si je n'oublie pas ce qu'il s'est passé, la demoiselle était consentante, n'est-il pas? Cette dernière se mura dans un silence digne du plus grand des dieux et ce, même durant la Cérémonie. Un an, jour pour jour, après ce piège tendu, je prenais donc Jehanne de l'Ancre-Fleurie pour épouse. Elle était la nouvelle Duchesse d'Ansemer, au grand dam de ma mère qui aurait préféré une outreventoise pour bru. J'aurai pu aimer Jehanne, je le reconnais aujourd'hui, sincèrement, de toutes mes forces, si les évènements ne s'étaient point déroulés ainsi. Mais voilà, le Destin en avait décidé autrement et cette nouvelle femme, je ne l'aimais donc pas le moins du monde, haïssant la manière dont les choses avaient tourné. Considéré personnellement comme traitre, le comte et paternel fut renvoyé dans son comté et interdit de traverser la frontière à nouveau. Jehanne était donc isolée à Port-Liberté par la faute de son propre père et je ne suis jamais revenu sur ma décision. Elle subira mon courroux, celui que je n'ai pu exercé sur le comte. J'ai... peut-être un peu, honte à dire, mais je n'entrais alors dans la chambre de la duchesse uniquement pour accomplir mon devoir de procréation. Avoir une descendance. Faire un enfant. Perpétuer la tradition. Donner un Héritier au Duché.

Et enfin, le bonheur arriva finalement, au bout de 4 longues années. Je n'eus point longtemps à devoir supporter le silence pesant de cette femme qui est "mienne". Elle enfanta d'une magnifique petite fille. Ma fille, mon rayon de soleil. Comme mon père, j'aurai préféré un garçon, un héritier mâle, navigateur, comme moi. Mais Bertille ravit mon coeur. Elle fut placé sous le patronage de Valda, Déesse des Tempêtes. Ainsi restera-t-elle droite face aux affres de la vie, vaillante malgré la difficulté, fière et sage, comme une ansemarienne doit l'être. Encore aujourd'hui, je la vois grandir, devenir plus belle d'heure en heure. Elle a la blondeur de sa mère, le sourire d'un ange, l'éclat brillant de ses yeux. Pour sûr, jamais je ne nierais la beauté de Jehanne, sinon je ne serais point tombé dans son lit. Mais je ne tolère pas le sentiment tenace d'avoir été trahi par la famille d'Ancre-fleurie, alors, ma femme, la duchesse, je la dénigre, sans pouvoir la répudier. Je me refuse de me retrouver dans son lit à nouveau. J'ai une héritière, cela me suffit amplement. Je prie Idril avec dévotion, tous les jours pour qu'elle veille sur Bertille. Je ne me pardonnerais jamais s'il lui arrivait quelque chose. Toutefois, pour revenir sur le sujet épineux de Jehanne, j'ai peut-être arrêté de visiter sa couche, mais je n'ai nullement freiné mes envies de femmes. J'ai trouvé refuge dans bien des bras. Je ne compte plus le nombre de maitresses que j'affiche au grand jour. Et comme pour lever un pied-de-nez à comte responsable, j'ai proclamé une Favorite, Geneviève des Armoises. Une jeune femme, peut-être de plus basse lignée que Jehanne d'Ancre-Fleurie, mais qui semble avoir trouvé une faille en mon cœur. J'aime les femmes, c'est certain, mais Geneviève a quelque chose de particulier, que je ne serais décrire. C'est aussi avec beaucoup de joie que presque chaque soir, je finis dans son lit. Je ne pourrais supporter de la voir partir au bras d'un autre.

Voilà donc mon histoire, depuis ma naissance à aujourd'hui. Chaque jour, chaque heure, chaque minute s'inscrivent ici, au fil de l'eau qui coule, au fil du temps qui passe. Que le Destin et Levor m'en soient témoins, je me battrais jusqu'au bout pour Ansemer. Mon allégeance est avant tout pour cette terre, ce refuge, ce havre, qui m'a vu grandir, qui m'a vu murir. Je le défendrais corps et âme, malgré mes erreurs, malgré mes colères, malgré les non-dits, malgré tous les aléas, je reviendrais, comme le ressac protéger ma patrie, mon duché, même si je reprends la mer, même si c'est la mer qui me reprend... contre vents et marées...



Dans ma tête, ça se bouscule

Que penses-tu des compétences de la toute nouvelle impératrice de Faërie, la jeune Chimène ? La trouves-tu légitime, penses-tu qu'elle va réussir sa période de probation ?
• Chimène de Faërie. Non... Décidément, non. J'ai beau tourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas comment une... gamine pourrait monter sur le trône alors que ses aînées sont bien plus qualifiées. Elle n'est que troisième de la lignée, à la suite du décès de sa soeur et je ne comprends pas, mais alors pas du tout comment l'Empereur a pu la laisser venir nous... enquiquiner, y'a pas d'autres mots. J'ai d'ailleurs écrit... Et je n'en suis pas fier, à l'Empereur d'Ibélène. J'aurai pas dû, je le reconnais. Je regrette amèrement mon geste, mais il est trop tard, j'ai été... contrôlé par ma... spontanéité, par mon impétuosité si vous voulez... Mais je refuse encore aujourd'hui a prêté allégeance à cette petite reine. De toutes manières, je sais qu'elle ne réussira pas sa probation. Elle échouera. Elle n'a pas les épaules pour une telle couronne.

Envisages-tu de prendre part au conflit si une guerre entre Ibélène et Faërie devait se déclarer ? Quel parti prendrais-tu, et pourquoi ? Comment participerais-tu à la lutte ?
• Personnellement, je ne tiens pas le moins du monde à entrer en guerre. La flotte d'Ansemer est peut-être la plus puissante de tout le continent, je suis quelqu'un qui ne tient pas à batailler sur la terre ferme. Alors les querelles entre frontières ne m'intéressent pas, j'ai suffisamment à faire avec ces maudits pirates. Néanmoins, je suis contraint... comme dit plus haut... de plier à quelques... exigences de l'Empereur d'Ibélène, car je n'ai pas envie que ma lettre se fasse connaître. Aussi, serais-je... prêt... à faire quelques... concessions à ce Seigneur.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• J'y suis allé, quelques fois, au gré des voyages effectués. Mais malgré toute l'originalité de la ville. Cette dernière reste... comme la définition du mot : une ville. Je n'aime pas les villes. Je n'aime pas la terre ferme. Je n'ai donc pas vraiment d'avis sur Lorgol.


Un jour mon prince viendra...


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Je'my et j'ai 31 ans. J'ai découvert le forum via PRD, complètement par hasard et voici ce que j'en pense : donc après réflexion, je le trouve extrêmement bien construit, sobre, comme il se doit. Bref, j'ai eu le coup de coeur.
Pour les inventés : Je vous autorise/ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.



Dernière édition par Bartholomé d'Ansemer le Ven 12 Fév - 11:52, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 20:56

Bartholomé, Bartholomé, Bartholomé :vv:

*saute partout*
Bienvenue parmi nous :mimi: Je suis tellement contente de voir arriver l'un de nos ducs faës !
Si tu as besoin d'aide, la moindre question, n'hésite pas à faire appel à moi, que ce soit concernant le personnage ou Faërie :coeur:
Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 20:58

Bienvenue !
J'espère que tu te plairas parmi nous ! :keur:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 21:00

Sois le bienvenu Batholomé ! :ballon:

Bon courage pour rédiger ta fiche et bon jeu parmi nous ! :youpi: :pc:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 21:05



Bienvenue m'sieur l'duc ! :amen:


*Planque son paquet de biscottes pour les garder intactes* :cool:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 21:09

Merciiiiiiiiiii!

@ Perle : Faut jamais me présenter un Eric Bana, je saute littéralement dessus, bave et tutti quanti...

Ah, puisque je peux poser une question. J'ai peut-être mal lu, mais c'est marqué dans le descriptif de Bartholomé que son paternel fait une expédition et ne revient pas. Je suppose donc que (d'après la très jolie carte géographique détaillée) qu'il a essayé de trouver d'autres terres? Est-ce qu'il y en a? Bartholomé part ensuite pendant 3 ans (mais pareil, du coup), est-ce qu'il fait simplement le tour de l'île ou bien il essaie (et arrive) à trouver d'autres terres? Je sais que ce n'est qu'un petit détail, mais c'est important pour moi.

@ Lucille : J'espère bien.

@ Siméane : j'aime beaucoup les ballons en forme de coeur.

@ Ismail : Malheureusement, je crois qu'on ne va pas trop s'apprécier...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 21:23

Bienvenue :cute:
J'espère que tu vas te plaire, parmi nous ! :saute:

Alors, pour les terres... Il y en a. Mais pour l'instant, personne sur le continent ne les a encore trouvées (ou est revenu pour en parler).
Donc tu as trouvé beaucoup d'océans et éventuellement deux-trois îles habitées par les pirates :keu:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 21:26

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Ok, ça marche!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 22:01

Bienvenue à toi :héhé:
Bon courage pour cette fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 22:06

Bienvenue Bartholomé :**:
Je saute sur un lien avec toi dès ta validation mon cher, ça fait plaisir de voir un ansemarien débarquer (sans mauvais jeu de mots) en Arven :coeur:
J'espère que tu te plairas parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 22:31

Merciiiiiiiiiiiiiiiiii!

@ Svanja : j'aime qu'on me fasse les yeux doux

@ Neve : je débarque à peine et on m'aime déjà? Je suis flatté! Avec plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 23:02

Ohhh quel bon choix de PV :cute: (je crois que je dis ça pour tous mais ils sont tous géniaux donc :god: )

Bienvenue en tout cas :coeur:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 23:17

Un faë o/
(Le faë en moi est heureux :p)

Bienvenue parmi nous :**:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyMer 10 Fév - 23:50

Bienvenue cher duc !
Avec de la chance, en Faërie, il existe des couteaux enchantés contre le meurtre de biscotte par tartinage ? :hihi:
Bon courage pour ta fiche ! :mimi:







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 0:00

Bienvenue sur le forum :yipi:

Bon courage pour la suite de ta fiche :3:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 9:36

Merciiiiiii

@ Almeide : Ouai, mais là, c'est Eric Bana quoi! *bave*

@ Grace : Comme on dit si bien, "plus on est de fae, plus on rit", non?

@ Marianne : Han, ça serait trop biiiiiien!

@ Citalphe : ça a rien à voir avec ma présentation, mais j'adore la citation de ta signature.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 11:23

Citation :
Quelles sont les cinq choses que tu préfères ?
- Les embruns de la mer

Aime-moi :hihi:
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 14:50

Neve, quel fayot :red:

Bienvenue, Bartholomé, mon ex-duc préféré :red: Quand tu te décideras à partir sans prévenir, toi aussi, pour retourner sur la mer (fais confiance à Jehanne : elle mettra des fleurs partout, en ton absence, c'tout), on pourra discuter d'à quel point être sur la terre et régner, c'est casse-pied :keu:


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 14:54

Merciiiiiii :

@ Neve : Euuuh... ah... si je pouvais...

@ Louis : Entre marins, on se comprend, oui... Malheureusement le pavillon qui bat sur ton bâtiment est un de ceux que j'exècre le plus... Mais on pourrait trouver un arrangement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 18:52

Bienvenue :papillon:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 22:51

Bienvenue Bartie :captain:
Bon courage pour la fin de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 22:59

Merciiiiiiiiii

@ Mélisendre : Aaaah, des beaux yeux comme ça, comment refuser quoi que ce soit d'eux?

@ Melbren : Bartie, ça fait limite ivrogne... :argh: mais j'trouve que ça me va bien :hihi:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyJeu 11 Fév - 23:29

Bonsoir !

Me voici pour ta fiche. Dans l'ensemble, tu as assez bien cerné le personnage de Bartholomé mais il y a tout de même un certain nombre de points qui me chagrinent quelque peu :

Citation :
Des quelques vivenefs de mon équipage, rapides et puissantes embarcations.
• Comme je l'ai expliqué dans ton sujet de question, les vivenefs, loin d'être de simples navires, sont des entités bien spécifiques et ne font pas partie de la flotte d'Ansemer.

Citation :
Je loge dans une... garçonnière de Port-Liberté.
• Bartholomé ne peut pas loger dans une « garçonnière ». Il n'est pas un simple noble mais bien duc, avec les obligations que cela implique. Il a une cour, des responsabilités, doit être joignable à toute heure du jour et de la nuit. Il peut, très éventuellement, s'y rendre parfois mais ça reste forcément du domaine de l'exceptionnel.

Citation :
il sera Duc d'Ansemer, Seigneur Navigateur, Protecteur du Peuple Océanophile
• En Arven, les nobles n'accumulent pas des pléthores de noms, surnoms et titres variés. Et même lorsqu'ils ont plusieurs titres, ils ne se présentent que par le principal. Donc seulement « Duc d'Ansemer » pour Bartho.

Citation :
Et tous les nobles, nobliaux, bourgeois, gens de moindre lignée, vinrent saluer le bambin emmailloté pendant plus d'un mois
• Nous ne sommes pas dans une monarchie de droit divin où la naissance d'un héritier est une fête nationale. Oui, c'est un événement important mais seuls les proches et les voisins viennent visiter un nouveau-né, il n'est pas exposé au tout venant, tout futur duc qu'il soit. Quelques membres de la haute noblesse ansemarienne ont pu faire le déplacement, oui mais c'est tout. Ansemer est le plus grand des duchés d'Arven, il est clairement plus grand que la France et se déplacer jusqu'à Port-Liberté est complètement inenvisageable pour bien des gens.

Citation :
Non pas qu'il soutenait une loi salique
• Il n'y a pas de loi salique en Arven. Aucune loi n'interdit aux femmes d'hériter, excepté en Bellifère où c'est directement lié à leur statut bien particulier.

Citation :
fier comme Artaban
• Artaban n'existe pas non plus, donc l'expression perd son sens.

Citation :
Bertin, Comte de Vivécume, Deuxième de la Lignée d'Ansemer.
• Même remarque concernant les titres à rallonge que plus haut pour Bartho

Citation :
des pleurs de ma mère...
• La mère de Bartho et Bertin est une Outreventoise, c'est à dire qu'elle a été pétrie d'honneur et de façade. Il est très improbable qu'elle ait montré sa détresse à quiconque, et encore moins à ses fils.

Citation :
mon frère, mes professeurs, me fixant étrangement d'un regard désapprobateur.
• Je doute fortement que Bertin ait un jour regardé quiconque avec un regard désapprobateur, bien au contraire !

Citation :
Il y avait une jolie jeune fille à Port-Liberté. Kaelistème.
• Ce n'est pas du tout un prénom d'Arven, à plus forte raison pour la noblesse.

Citation :
J'avais outrepassé mes droits en séduisant une jeune fille qui ne pourrait point être mon épouse
• La fille d'un baron d'Ansemer peut tout à fait être épouse de duc. Ce n'est pas forcément le plus courant mais ça n'a rien de choquant, loin de là.

Citation :
Un léger conflit entre commerçants de Souffleciel dans le port frontalier de Marcherive
• Là, je ne comprends pas du tout ce que tu as voulu dire. Si des commerçants de Souffleciel posent souci, ils sont renvoyés en Outrevent manu militari et la duchesse ne va certainement pas se déplacer pour si peu. Au pire, elle mandera le seigneur le plus proche, soit le marquis de Brunante – d'ailleurs c'est Brunante qui est port frontalier avec Outrevent.

Citation :
je me fiche bien des allégeances impériales
• En tant que futur duc, Bartholomé ne peut simplement pas se moquer des allégeances. Même s'il aime la mer et la vie sur un navire avant tout, il ne peut pas aller jusque là. C'est d'ailleurs l'ambivalence de ce personnage qui se voudrait loyal à son empire mais est bien proche d'être un traître.

Citation :
les Suivantes de la Régente
• Une suivante est attachée au service d'une jeune fille noble et non mariée. La régente n'a donc pas de suivantes, éventuellement des dames de compagnie.

Citation :
Jehanne d'Ancre-Fleurie.
• Jehanne de l'Ancre-Fleurie (l'erreur est récurrente dans ta fiche)

Citation :
c'était donc naturellement qu'elle se trouvait à ma cour
• Je ne suis pas certaine du sens que tu accordes à cette phrase. Jehanne n'a jamais fait partie de la Cour d'Ansemer, elle était seulement en voyage lorsqu'ils se sont rencontrés.

Citation :
Et enfin, le bonheur arriva rapidement.
• Rapidement... c'est vite dit ! Bertille a six ans, donc Bartholomé en avait 33 à sa naissance, soit 4 ans après son mariage. Donc au contraire, il était plus que temps qu'une héritière arrive !

Citation :
sans pour autant divorcer
• Le divorce n'existe pas en Arven, hormis en Sombreciel et en Lagrance. Tout au plus peut-on répudier un(e) époux(se) qui ne donnerait d'héritier ou faire annuler un mariage blanc.

C'est tout concernant l'histoire. J'ai relevé bon nombre de détails mais Bartholomé est un personnage très important, surtout compte tenu de sa situation entre les deux empires et il est essentiel que tu aies bien compris l'univers. Même si dans l'ensemble, c'est plutôt le cas et tu t'es bien approprié le personnage !
En revanche, je suis plus gênée concernant ton test RP. Le but du test RP est de nous permettre de voir le personnage en jeu, à la fois pour aider à l'intégration en RP et pour être certaines que tout semble cohérent. Hors, le fait d'avoir fait de ton test RP une histoire à Bertille est certes très original mais ne me permet absolument pas de visualiser Bartholomé en jeu. Du coup, même si tu peux tout à fait garder ce RP, il serait préférable que tu fasses un test plus conventionnel afin que je puisse bien tout valider.

Bon courage pour tous ces changements !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyVen 12 Fév - 0:16

Ok, tout a été corrigé.

Excepté le rp, qui arrivera demain.

Merci en tout cas, d'avoir pris le temps de me lire!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] EmptyVen 12 Fév - 12:29

On ne peut pas :nana:
Bon courage pour ton RP :amour:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]   Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour je comprendrais pourquoi la biscotte se casse quand on essaye de la tartiner [UC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] 48 heures par jour [DVDRiP]
» [UploadHero] Le jour de gloire [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Oubliettes-
Sauter vers: