AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Clé de licence Windows 10 PRO à 2,99 € (version téléchargeable)
2.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Aime comme une mère, crois comme un enfant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Aime comme une mère, crois comme un enfant   Aime comme une mère, crois comme un enfant EmptyDim 27 Jan - 21:28


Livre IV, Chapitre 1 • Les Labyrinthes de Sithis
Aurore Aubétoile & Pénélope de Bellancre

Aime comme une mère, crois comme un enfant

Ou quand enfin le masque est levé



• Date : 9 janvier 1004
• Météo (optionnel) : Il neige.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Aurore se rend à l'Académie pour rencontrer la nouvelle Archimage, Pénélope de Bellancre. Celle-ci lui a en effet écrit quelques jours plus tôt, l'invitant à venir la voir afin de discuter.
• Recensement :
Code:
• [b]9 janvier 1004 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4521-aime-comme-une-mere-crois-comme-un-enfant]Aime comme une mère, crois comme un enfant[/url] - [i]Aurore Aubétoile & Pénélope de Bellancre[/i]
Aurore se rend à l'Académie pour rencontrer la nouvelle Archimage, Pénélope de Bellancre. Celle-ci lui a en effet écrit quelques jours plus tôt, l'invitant à venir la voir afin de discuter.



Dernière édition par Aurore Aubétoile le Dim 27 Jan - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aime comme une mère, crois comme un enfant   Aime comme une mère, crois comme un enfant EmptyDim 27 Jan - 21:33

Et elle te veut quoi ?
Je sais pas. Parler de notre dernier entretien, je crois.
Pourquoi ?
Aucune idée.
C'est important tu crois ?
J'en sais rien.
Et ça va durer long ?
Je te le dirai quand ce sera fini.


Il y a étonnement beaucoup de patience dans les mots de la Chevaucheuse, alors qu'elle passe les portes de l'Académie. Les années passées auprès de sa dragonne au caractère vaporeux l'ont habituée à ses lubies, à sa curiosité, à toutes ces petites choses qui font d'elle celle qu'il lui fallait. Elle l'a choisie après tout et désormais, Aurore ne pourrait être plus ravie de ce choix. Elle n'en oublie pas les débuts difficiles, les incompréhensions, les erreurs de jugement, mais elle y repense avec affection et non pas avec frustration, comme autrefois. Sucre est une présence légère et rassurante dans sa vie, dans son esprit. Un petit grain de folie qui lui permet de ne pas se perdre dans les malheurs récents. Elle sent pourtant ce lien encore fragile qui vacille parfois et ça l'effraie un peu plus chaque jour. Après la disparition de sa soeur dans la Chasse Sauvage et la mort de sa mère, la cadette se raccroche plus que jamais à la chevauche. Mais il semblerait que la déesse qui veillait sur elle depuis sa naissance n'est plus aussi présente qu'autrefois.

Au dehors, la neige tombe drue et Aurore époussette les pans de sa cape pour en débarrasser les flocons, une fois dans le hall d'entrée. À l'étage des visiteurs, elle fait savoir qu'elle est attendue par l'Archimage, Pénélope de Bellancre, dont elle présente la missive en guise de bonne foi. Il faut dire qu'elle a été surprise de recevoir une lettre de sa part, l'invitant à venir la voir un jour où elle aurait une permission, afin de discuter un peu plus de ce dont elles avaient parlé, en octobre dernier. La jeune Outreventoise est terriblement intriguée par ce que l'Archimage peut bien lui vouloir, et plus encore depuis qu'elle l'a aperçue rapidement, aux funérailles de Sélène, sa mère. Tout cela est bien étrange, mais elle est décidée à ne pas supputer d'absurdes théories avant d'avoir pu discuter avec la mage.

On l'accompagne d'ailleurs jusqu'à son nouveau bureau, réservé à ses nouvelles fonctions. Puis on la laisse seule devant la porte, sur laquelle elle frappe quelques coups. Peu de temps s'écoule avant qu'une voix ne l'invite à entrer, ce qu'elle fait. Debout sur le pas de la porte, elle esquisse un sourire poli. « Bonjour professeur. J'espère que je ne vous dérange pas ? J'ai reçu votre invitation, je suis venue dès que j'ai pu. » Quelques jours à peine se sont écoulés avant que le Major de sa caserne n'accepte sa demande à se rendre à l'Académie, avec un peu de mauvaise volonté, il est vrai. Elle avait déjà eu tant de jours d'absence alors qu'elle veillait sa mère malade et qu'elle la pleurait suite à son décès. Mais difficile de dire non à une invitation directe de l'Archimage elle-même.

Aurore joint ses mains devant elle et attend patiemment qu'on l'invite à s'asseoir, son regard curieux papillonnant ici et là sur ce bureau qu'elle n'avait jamais vu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aime comme une mère, crois comme un enfant   Aime comme une mère, crois comme un enfant EmptySam 2 Mar - 19:20

Quatre mois.
Quatre mois depuis ta confession à Matvei.

Quatre mois de tourments et de crises, de meurtres et de larmes, de torrents de sang et de cris de révolte des innocents ; quatre mois passés en un éclair, entre le siège de l’Académie et ta prise de fonctions chaotique. Quatre mois à tenter l’impossible pour retrouver les restes de tous les malheureux élèves assassinés dans l’enceinte de l’école, à déployer des trésors de conviction pour convaincre les familles de ne pas retirer leurs enfants de l’institution. Quatre mois à rabibocher prudemment ta relation avec Matvei, usant de mille précautions pour ne pas empirer la situation – et peu à peu, les choses s’améliorent. Il ne t’en veut pas, non, mais il a eu besoin de temps pour réfléchir à tout cela, et tu lui as laissé l’occasion de le faire sans le déranger. Pas de froideur entre vous, non, la cordialité demeure ; mais il y a eu un léger malaise passager, bien compréhensible au vu de la révélation que tu lui as faite.

Et maintenant, il veut les rencontrer.
Il va falloir leur avouer, aux deux mignonnes, toute la vérité sur les circonstances de leur naissance, leur expliquer le statut respectif de leurs deux parents, les liens que tu avais avec Sélène, les raisons de leur adoption ; et surtout, ne pas leur forcer la main. Elles sont adultes, ces deux oiselles, et terriblement trop outreventoises dans leurs réactions ; si tu penses pouvoir apprivoiser Aurore, tu redoutes un peu le caractère buté d’Astrée. Mais comment leur dire ? Vous en avez discuté, avec Mati : d’abord, tu vas convoquer Aurore, celle qui était venue gratter à ta porte, pour lui présenter la situation ; charge à elle soit de partager ces informations avec sa sœur, soit de te l’envoyer pour que tu t’en charges.

Tu as envoyé la convocation aux bons soins de l’escadron des Chevaucheurs il y a quelques jours. Tu supposes qu’Aurore viendra – ta présence aux funérailles de Sélène a certainement éveillé sa curiosité, et elle se doute peut-être que tu as des informations à lui communiquer. Sans en soupçonner la portée, vraisemblablement. Tu ne t’attendais pas à ce que cela soit aussi rapidement, toutefois : lorsque l’on vient te signaler qu’une visiteuse s’est présentée pour toi, tu en restes pantoise un instant. Je ne suis pas prête ! Tu ne le seras jamais vraiment. Serre les dents et vole droit vers l'avant. Tu as eu le temps de te composer une contenance avant qu’Aurore ne soit menée jusqu’à ta porte, et ta voix est ferme lorsque tu l’invites à entrer. Tu t’es levée pour l’accueillir, contournant le bureau d’un pas posé et affichant un sourire poli. « Bonjour, demoiselle Aubétoile. Je vous remercie d’avoir si promptement répondu à mon invitation. Je vous en prie, prenez place. » Tandis qu’elle s’installe dans l’un des deux fauteuils, tu t’assieds dans l’autre, au lieu de retourner derrière ton bureau. Tu pressens que l’information passera mieux de manière plus… informelle.

« Avant toute autre chose, je tiens à vous renouveler l’expression de mes condoléances pour le trépas de votre mère. Je l’ai connue, pendant notre scolarité à l’Académie, et je garde d’elle un excellent souvenir… » Ta voix achoppe une seconde, et tu toussotes pour l’éclaircir, puisant dans les vagues de calme que ton Familier normalement si turbulent tâche de te transmettre. « Je vous ai demandé de me rencontrer au sujet des questions que vous m’avez posées, en mars, lorsque vous êtes venue me voir pour me parler du Zéphyr. Vous l’aurez peut-être déjà soupçonné, mais j’ai choisi à ce moment-là de conserver par-devers moi certaines… informations, que je ne pouvais décider de vous divulguer de mon propre gré. Il fallait d’abord que j’en parle à Sélène. » Ce que tu as fait le plus rapidement possible, épanchant sur son épaule ta détresse et tes regrets. « Mademoiselle Aubétoile, je vais vous raconter une histoire, si vous êtes prête à l’écouter. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Aime comme une mère, crois comme un enfant   Aime comme une mère, crois comme un enfant Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aime comme une mère, crois comme un enfant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: