AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -87%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
19.20 €

Partagez
 

 SYLVAMIR (DE), Sonjä

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: SYLVAMIR (DE), Sonjä   SYLVAMIR (DE), Sonjä EmptyDim 7 Avr - 17:20

CHRONO

NOTES
→ Vapeur ? :vv:
→ Abyme (probable duché d'origine)
→ Familier : non

→ Toujours une mauvaise relation à la magie. Intolérance => oui. Peur ? A voir.
→ Métier : Sonjä ne sera probablement pas prof à l’Académie et sera restée à [New Valkyrion/Abyme] pour y être inventeuse. A voir exactement ce qu’elle fait, où et pour le compte de qui (duché ? Ibélène ? Autre (atelier privé, …) ?) => Définir quand plus d'infos sur la vapeur/le duché.
→ Possibilité de faire pas mal de trajets [New V]-Lorgol si Lidjä reste là-bas. Dans ce cas voir si un lien ponctuel reste possible avec l’Académie (ancienne élève/interventions/projets de recherche) ?
→ Voir avec Hiémain si l’histoire de la famille reste la même (branches rivales, parents assassinés, élevée par tatie Solveig, presque mariage forcé)

FICHE
Sous le regard des dieux
Les Savants




Sonjä

de Sylvamir

ft. Georgie Henley

« Le cœur a ses raisons,
la Science, elle, n'en a qu'une. »

Le goût pour la mécanique vient à Sonjä alors qu'elle a onze ans. Elle découvre à Lughnasadh un automate dont les mouvements ne sont pas actionnés par une manivelle mais par un ingénieux système utilisant la pression de l'eau. Le soir même, elle imagine toutes les machines qui pourraient être construites avec ce principe et noircit tant de papier avec ses idées et dessins que sa tante lui interdira l’accès aux fournitures pendant deux mois.




En bref

Âge : 27 ans
Date et lieu de naissance : 3 février 976, Sylvamir (Valkyrion)
Statut/profession : Enseignante en mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir
Allégeance : baronnie de Sylvamir ; duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène.
Dieux tutélaires : Alder, le Savant (naissance) ; Mnémosie, l'Archiviste


En bonne Kyréenne, Sonjä est quelqu'un qui a son travail très à cœur, faisant d'elle une personne studieuse et appliquée vis à vis de ce qu'elle entreprend. Son enfance solitaire en a fait une jeune femme très discrète et renfermée, même pour une habitante de Valkyrion, sans pour autant être timide. Elle ose prendre la parole, mais ce sera très rarement pour parler d'elle-même.
Sa curiosité la pousse à toujours vouloir apprendre plus, nourrissant ainsi son imagination débordante. Sonjä aime son métier et met s'y montre très sérieuse et assidue.
Elle ne prêtera pas son allégeance ou sa confiance à la légère, mais restera loyale autant qu'elle le pourra et généreuse envers les gens qu'elle considère comme des alliés.
Son renfermement peut néanmoins la rendre rancunière, ressassant et cogitant sur un acte ou des mots qui l'auraient blessée. Déçue plusieurs fois par le Destin au cours de sa vie, elle porte un regard emprunt de cynisme sur l'Humanité et les diverses choses qu'elle ne comprend pas.
Son intolérance et son aversion pour la magie peuvent parfois la pousser à avoir des comportements impulsifs, voire irrationnels.

Caractère


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Cha et j'ai 24 ans. Sur le Net, on m'appelle plutôt Catka. J'ai découvert le forum via PRD, sur une suggestion d'Aura suite à une recherche de forum au fonctionnement spéficique (intrigues/hasard) et voici ce que j'en pense : Je suis très contente d'avoir pu trouver un forum aussi poussé, que ce soit concernant le contexte original ou le fonctionnement avec les intrigues très importantes, les personnages éphémères, la carte ♥️ et autres idées excellentes (le jeu de collection de cartes est vraiment une idée super originale !). Je n'ai jamais joué sur un med-fan auparavant, j'espère ne pas me faire manger trop vite... 




Histoire

La famille de Sylvamir, longue histoire de haine
Le 3 février 976, le baron Sigfried de Sylvamir et son épouse Anjä, née de Vigdir, accueillent leur seconde fille du nom de Sonjä. Sa grande sœur, Lidjä, est alors âgée de deux ans. On place la nouvelle arrivée de la famille sous la tutelle d'Alder, le Savant, et sous la protection de sa marraine, Solveig de Sylvamir, sœur du baron.
Sonjä n'a que quatre ans alors que ses parents sont assassinés, victimes du conflit qui ronge la famille, en 980. La petite fille qu'elle était ne comprenant pas la situation, ses souvenirs restent flous. Dans sa mémoire reste néanmoins une impression de malaise, celui que ressentaient les adultes autour de l'orpheline, encensant l'atmosphère avec leurs phrases à demi-mots et leurs regards désolés.

La tristesse de sa sœur aînée lui échappe complètement alors qu'elles partent vivre chez leur tante Nadjä. La plus jeune voit cela comme des vacances, inconsciente de la réalité de leur perte. Lidjä avait beau lui dire emplie de larmes qu'elles ne verraient plus jamais leurs parents, Sonjä finissait toujours par lui demander, au bout de quelques jours : « Dis Lili, tante Nadjä t'a dit à toi quand on rentrerait pour voir Père et Mère ? ».
Le voile de son insouciance se lève petit à petit pendant cette année, et doucement elle s'arrête de poser de telles questions. Elle vit simplement, s'amuse, joue dans la cour avec Lidjä, commence l'apprentissage de la lecture.

Tout s'arrête après un an, au début du printemps 981. On l'informe qu'elle doit aller vivre chez sa tante Solveig de Sylvamir. Pour elle, cela ne signifie rien. Si elle a très certainement connu Solveig au domaine familial plus jeune, elle n'en a aucun souvenir. Elle se dit même que, si toutes les tantes sont aussi aimantes que Nadjä, ce n'est pas si terrible. On la sépare de sa sœur, et alors, elle pense sincèrement la revoir dès le lendemain, ou peut-être le jour d'après.

D'étude et de silence
L'arrivée de Solveig dans sa vie la change radicalement. Finies les heures à se vautrer dans la neige, à rire aux éclats aux côtés de sa sœur. Chez Solveig de Sylvamir, il faut être une Dame et se comporter dignement, manger lentement pour ne pas paraître grossière, sourire au lieu de rire, ne pas parler trop fort, être capable de tenir une conversation sans bredouiller.
Sa tante et marraine lui inculque donc les bonnes manières, ainsi qu'un certain nombre d'a priori sur la branche Sylvagauche. Elle apprend à compter, et une fois la leçon terminée, elle apprend à haïr les noms figurant sur un l'arbre généalogique de lointains cousins.

Solveig n'est pas empreinte de tendresse. Un jour d'été 984, alors que Sonjä se montre désagréablement curieuse sur l'absence de ses parents à travers moult questions insistantes, elle irrite les nerfs de sa tante jusqu'à ce que celle-ci s'emporte. Elle lui crie alors sur un ton peu adapté à une enfant de huit ans que ses géniteurs sont « morts, morts et partis en fumée ! Ils n'existent plus, tu ne les reverras jamais ! ». Ses mots percutent la jeune fille, titillant avec brutalité la vérité occultée au fond d'elle qu'elle se plaisait à ne pas comprendre.
Sonjä est alors rongée par la tristesse qui l'avait laissée en paix pendant quatre ans. Elle pleure ses parents qu'elle n'a pas eu l'occasion de connaître et ses souvenirs trop flous pour qu'elle puisse s'y accrocher, elle pleure sa sœur qu'elle n'a pas vue depuis trop longtemps, et cette tante affreuse.

A partir de ce moment, Sonjä se réfugie dans l'apprentissage. Elle assimile très rapidement le calcul et pour une fois, elle a la sensation que Solveig est moins sèche avec elle. Cette dernière va même jusqu'à engager un savant pour permettre à la jeune fille d'en apprendre plus, que ce soit dans le cercle de la pensée, mais aussi quelques notions des cercles du monde et de la transformation.
Elle joue avec les nombres avec une facilité incroyable. Tout lui paraît simple, avec eux, ils sont ce qu'ils sont, il n'y a jamais de tromperies et de faux-semblants. Ils ne sont peut-être pas tangibles mais sont bien réels. Et ils ne meurent pas, et ils ne disparaissent pas du jour au lendemain. Un trois sera toujours un trois, il sera toujours là, à sa place, entre le un et le deux, et personne n'y changera jamais rien.
Son intérêt se diversifie à d'autres aspects de la Science, mais le calcul reste son domaine de prédilection. Après quelques années, son précepteur déclare ne plus rien avoir à lui apprendre concernant le calcul. La jeune femme étant moins intéressée par les autres domaines, il prend congé peu de temps après, en lui laissant tout un tas de pistes à suivre, de conseils de lecture et de recommandations. Mais depuis quelques années déjà, Sonjä rêve d'inventer des machines et elle sait déjà quel chemin elle empruntera.

Le 12 juillet 991, Sonjä se présente aux portes de l'Académie de Magie et du Savoir à Lorgol afin de passer un entretien d'entrée. Au premier abord, sa réserve lors de l'audience inquiète certains des membres de l'Académie qui l'évaluent, cependant elle se montre très vive lorsque l'enseignant en mécanique lui pose des questions, assurant ainsi sa place aux côtés d'une vingtaine d'autres étudiants. Elle entre ainsi à l'Académie à l'automne qui suit dans le Cercle de la pensée, domaine mécanique.
Une fois pensionnaire à l’Académie et loin de sa tante Solveig, avant même le début des enseignements, Sonjä s’empresse d’écrire à sa sœur pour l’informer de son admission, et un matin la plus belle des nouvelles lui parvient : Lidjä va venir vivre à Lorgol !

La guerrière aux nattes d'or
L'automne s'éveille doucement en cette matinée de septembre, bien différente à Lorgol de celles qu'on connaît dans le duché de Valkyrion, tandis que le cœur de Sonjä bat à tout rompre. Elle scrute la foule des yeux, postée devant leur point de rendez-vous, la Tour de Sylvamir dans la Ville Haute, une petite lubie qui lui a pris lorsqu'elle a appris que le lieu portait un tel nom. Elle cherche Lidjä. La reconnaîtra-t-elle seulement ? Elle n’en a que le souvenir d'une petite fille aux nattes blondes, qui rit aux éclats en se roulant dans la neige à ses côtés.
Finalement leurs yeux se rencontrent et avec un peu d'hésitation, elles se font signe. La petite fille aux nattes est à peine reconnaissable, désormais cachée quelque part sous la stature guerrière d'une fière skjaldmö.
Les deux sœurs ont beau avoir évolué vers deux mondes très distincts, elles renouent le contact sans difficulté. Si au premier abord Sonjä se montre timide et impressionnée par le chemin qu'a parcouru son aînée, elle retrouve rapidement ce lien si fort qui les unissait autrefois.

Au bout de cinq ans d’études passionnées, au début de l’été 996, Sonjä obtient son diplôme en mécanique. Elle travaille d'arrache pied et consacre très peu de temps à ses connaissances et camarades qui pourraient l'approcher, à l'exception de sa sœur pour laquelle elle trouve toujours du temps.
Pas vraiment enjouée à l’idée de retourner à Sylvamir, mais aussi parce que ses résultats le lui permettent, elle prolonge son cursus pendant deux ans pour se spécialiser. Elle choisit le domaine des schémas anciens par intrigue pour les Savoirs perdus et les ouvrages issus d’un autre temps.

Avant de rentrer au domaine familial, elle a l’audace de proposer ses services à la cour ducale de Svaljärd, en tant qu’inventrice. Contre toute attente, elle reçoit une réponse favorable et choisit de s'établir dans la capitale du duché plutôt qu'à Sylvamir.

Prières au Protecteur du Choix
En mai 1000, elle est contrainte de revenir sur les terres de Sylvamir. Pendant son absence, sa tante Solveig a pris soin de planifier dans son dos ses fiançailles. Elle a activement œuvré pour que Sonjä s’engage auprès de son cousin Hiémain de Sylvamir.
La perspective de se marier ne plaît pas vraiment à Sonjä qui peine à s’imaginer abandonner sa passion pour s’occuper du logis et des rejetons comme le voudrait la coutume kyréenne. Hiémain a beau lui paraître bien plus courtois et gentil que le portrait péjoratif de tous les Sylvagauche dressé par Solveig, elle ne peut se résoudre à l’épouser. L’homme a une dizaine d’années de plus qu’elle et ils ont des intérêts très divergents.

Pendant le livre I :
Durant près d’une année, Sonjä passe le plus clair de son temps, en dehors des heures qu’elle accorde à ses schémas de construction, à solliciter les Dieux afin d’obtenir conseil.
Elle s'imagine bien qu’Alder, garant de Valkyrion, considérerait cette union comme nécessaire. La famille de Sylvamir se réunifie en la personne de Hiémain et il lui faut des héritiers. Elle est certes savante, cela n’amoindrit pas son devoir envers son duché.
Paradoxalement, le Muet se montre loquace. Elle perçoit son aura dans le silence qui l'entoure et se tourne souvent vers Bramir pendant cette période. Serait-elle capable de garder toute sa vie un secret en s’engageant dans une union dont elle ne veut pas ?
C’est finalement le Destin en personne qu’elle appelle à l’aide. Son titre de « Protecteur du Choix » la conforte dans la validité de sa décision : le choix lui appartient, et elle ne compte pas se marier.

Elle profite d’un instant seul à seule avec Hiémain - certainement aménagé "par hasard" par leurs entremetteurs pour qu’ils passent du temps ensemble -, prend son courage à deux mains et lui annonce qu’elle ne souhaite pas l’épouser. Cette révélation, qui n’en est pas une pour Hiémain qui sent la réticence de sa cousine depuis leur rencontre officielle, le fait rire. Elle découvre alors qu’ils ont tous deux des réserves concernant le projet de leur famille, s’alliant ainsi pour le laisser en suspens le temps que l’idée soit abandonnée.

Quelques mois passent ainsi et Sonjä sort petit à petit de son enfermement. Elle continue néanmoins à faire appel au Destin pour être tirée d'affaire, et ce dernier finira par enfin répondre à son appel en juin 1001 avec l’arrivée de la jolie Mélusine de Séverac.

L'Homme Vapeur et le renouveau
Sonjä, enfin libérée de tout engagement, repart promptement à Svaljärd et a tout juste le temps de participer au projet de l'Homme Vapeur, une machine géante vouée à livrer un combat contre plusieurs guerriers lors du Tournoi des Trois Opales qui aura lieu à la mi-septembre 1001. Son travail sur ce projet est bref mais relance de plus belle son intérêt pour ses recherches concernant les savoirs anciens. Il lui octroie également une certaine notoriété dans la sphère savante et lui permet d'être sélectionnée pour de nombreux autres projets du duché du Savoir.

Pendant le livre II :
Le début de la guerre en janvier 1002 ne bouleverse pas son quotidien, mais change la nature de son travail. Elle reçoit de nombreuses commandes d'engins mécaniques en tout genre, le duché, et même l'Empire, cherchant à s'armer au mieux pour les affrontements potentiels. La plupart de ses tâches, qu'elle partage avec cinq autres mécaniciens, sont assez prenantes ; elle a peu de temps à consacrer à ses propres créations ou à l'étude d'anciens plans et préfère profiter de ses instants libres pour écrire à sa sœur, tâchant au mieux d'avoir de ses nouvelles.

En conséquence de l'orientation qu'a pris son travail avec la guerre, Sonjä n'a pas d'invention digne de ce nom à proposer à la fête de Valkyrion, fin juillet 1002, qui a lieu en dépit du climat politique tendu. C'est donc en simple visiteuse qu'elle arpente les rues de Svaljärd lors de Lughnasadh, comme dans son enfance.
A partir du second jour, les couleurs de la fête se ternissent. On chuchote dans les allées, on parle de vol au palais. Sonjä, inquiète que Faërie mette la main sur les plans des machines de guerre sur lesquels son groupe travaille, rentre rapidement au palais pour s'assurer qu'aucun secret d'ordre mécanique n'a pu être volé. L'atelier est, depuis le début des tensions, sous surveillance : mais peut-être qu'avec Lughnasadh, l'attention a été relâchée...
Avant qu'elle n'atteigne l'entrée de l'édifice, une explosion retentit au loin, puis une seconde, bien plus près. La panique la saisit, tout comme elle saisit les centaines de personnes autour d'elle, et bientôt le chaos règne sur Skaljärd.
À l’issue de cette nuit interminable, le bilan est lourd. Une grande partie du palais est partie en fumée et le duché compte encore ses victimes. La disparition de Catarine et les blessures d'Augustus déstabilisent le trône d’Ibélène.
Sonjä fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre la main sur une des sentinelles meurtrières aperçues cette nuit là, mortelles merveilles mécaniques, en vain.

La jeune femme regagne le domaine familial pendant quelques semaines, le temps que l’ordre soit rétabli à Svaljärd. Elle profite de ce moment de répit pour se remettre en question.
Jusqu’alors, elle a toujours considéré l’Ordre du Jugement avec bienveillance, allant à de rares occasions jusqu'à prêter main forte à un collègue affilié au groupe. Les rejoindre lui a même traversé l’esprit, dans l’objectif de mettre ses connaissances au service d'un idéal de Science libre. D’autant que l’Ordre a beaucoup plus facilement accès aux sites où l’on peut retrouver des traces des Savoirs Perdus qu’elle à la cour ducale, preuve en sont ces machines détruisant tout ou quiconque sur leur passage. Aujourd'hui, c'est ce même Ordre qui revendique les attaques violentes qui ont frappé la capitale du Savoir ! Comment ont-ils pu commettre de tels actes envers le duché Valkyrion tout en continuant de prétexter œuvrer pour un monde libre ?
Son allégeance à la couronne d’Ibélène et au duché de Valkyrion, infiniment plus importantes à ses yeux que la sympathie qu’elle accordait à un groupe semant la terreur, achève de la détourner complètement de l’Ordre du Jugement.

En août 1002, l’épidémie qui ravage la population inquiète Sonjä, jusqu’à ce qu’il soit avéré que seuls les mages sont touchés : n’en connaissant pas personnellement et étant méfiante vis à vis de la magie sous toutes ses formes, c’est ce poids s'envole très vite de ses épaules.

Elle regagne ses fonctions à la cour ducale au début de l'octobre 1002 et reprend son train de vie habituel. Aux prises avec divers problèmes liés à son travail, elle traverse en outre une période d'inquiétude, durant laquelle ses lettres ne semblent plus parvenir à sa sœur et inversement. Elle passe l'intégralité de son temps libre à écrire à Lidjä ou à inspecter et réparer le curieux instrument, un orgue de barbarie, qu'elle a trouvé dans un entrepôt inutilisé à Svaljärd, tâchant d'en obtenir quelque chose. Elle en oublie complètement l’arrivée prochaine du Jour des Anciens à l’Académie ; lorsqu’elle le réalise, il est trop tard pour effectuer le voyage. Ce n’est qu’une fois la nouvelle répandue qu’elle apprendra quelle tragédie s’y est déroulée.

Le mois de décembre apporte un peu de répit. Suite au décès d’Augustus d’Ibélène, la guerre est suspendue, permettant à la moitié du continent de porter le deuil de son Empereur. Sonjä ne fait pas exception. C’est la première fois depuis qu’elle a atteint l’âge adulte que son Royaume pleure son dirigeant, et d’une certaine manière elle se sent impliquée. Elle ne connaît pas la famille impériale ibéenne de près, mais sa loyauté entraîne tout naturellement sa peine.
En parallèle, son travail s’allège. Si les commandes de machines de guerre restent d’actualité, il s’agit surtout de construire des modèles sur des plans déjà établis, relevant donc plus de la menuiserie que de la mécanique théorique comme elle l'aime.

TRAME ALTERNÉE (Intrigue 2.3 La Roue Brisée)
→ Sonjä de Sylvamir fut élevée par sa tante Solveig aux côtés de sa sœur Lidjä. Alors qu'elles grandissent, il est aisé pour la cadette, même à son jeune âge, de réaliser que la tante favorise une de ses nièces au détriment de l'autre. La tante Solveig est une personne froide et parfois cruelle, mais tend à être bien plus sévère avec Lidjä qu'avec sa petite sœur.
Alors que Sonjä entre dans l'adolescence, l'aînée de la fratrie disparaît du jour au lendemain. Leur tante, qui l'a en réalité promise au premier venu, prétend que Lidjä s'est enfuie, abandonnant sa sœur, et elle va jusqu'à laisser entendre à la fillette de 15 ans qu'elle est responsable de la disparition de la seule vraie famille qu'il lui restait.

S'ensuivent de sombres années pour Sonjä. Lorsqu'elle se remet de sa tristesse, c'est pour n'être que colère. Elle en veut à cette sœur qui a fait le choix d'aller de l'avant et de l'oublier, la tenant pour responsable de sa fuite.
Les enseignements haineux de Solveig de Sylvamir glissent doucement à ses oreilles. Il lui est aisé de manipuler la jeune orpheline, d'intercepter les courriers de sa sœur et de lui faire mener, tel un pantin, sa propre guerre contre la branche Sylvagauche de la famille.

Lorsque les souvenirs de la jeune femme refont surface, elle n'est plus savante à la cour ducale. Au lieu de cela, elle est restée au domaine familial, les fesses bien assises, et c'est horrifiée qu'elle constate qu'elle est devenue sa tante Solveig. Dans son secrétaire personnel dont elle seule a la clé, elle découvre des lettres affreuses, des plans étranges, des pistes de complots pour récupérer l'ancien titre de son père. Elle parcourt les parchemins, les mains tremblantes, et finit par tomber sur une prévision d'assassinat ciblant Sigvald, le père de Hiémain.
Et Lidjä ? L'a-t-elle assassinée, elle aussi ? Non. Elle refuse d'y croire. Elle n'y tient plus, elle doit la retrouver. Elle doit se rendre à Lorgol. C'est là-bas que les deux sœurs s'étaient retrouvées réunies auparavant ; c'est là-bas qu'elles se retrouveraient de nouveau.

Sonjä n'a pas le temps d'atteindre la capitale du monde Libre alors que le cours du Temps est rétabli.
Mnémosie lui offrit néanmoins l'oubli, qu'elle reçut avec une reconnaissance certaine.
Sonjä se souvient donc, de cet épisode, d'avoir vécu son petit train de vie à étudier divers plans et à confectionner quelques pièces pour une machine commanditée par un Noble de la cour de Svaljärd. Elle se rappelle même très clairement s'être pris le bec avec le forgeron qui devait lui livrer une pièce métallique qu'il n'avait pas réalisée aux bonnes dimensions. Malgré ces détails, elle a l'étrange sensation de ne pas avoir vu passer la fin du mois de mai, certainement trop concentrée sur son travail.
→ Sonjä s'éveilla le 21 mai 1002. De cette vie alternative, elle n'a aujourd'hui plus aucun souvenir.

Pendant le livre III :
En mars 1003, c’est au tour d’Octave de succéder à son père. Sonjä, bien qu’étant fidèle jusqu’au bout des ongles envers Ibélène, n’assiste pas au couronnement. Prise par diverses affaires, elle compte sur sa soeur pour lui narrer tous les détails et potins. En tant que skjaldmö, cette dernière assiste au couronnement.
Mais pendant que Sonjä rêve de somptueux costumes, de bals cadencés et de couronne d’or, l’évènement prend une toute autre tournure avec l’irruption d’assassins, suivis de près par la Chasse Sauvage. La mort et le retour d’Octave, la réapparition de Sixtine et l’indépendance d’Erebor ne lui seront connus qu’une fois l’information relayée à travers tout Valkyrion.
Concernant l'allégeance conditionnelle de son duché, Sonjä se refuse à y penser. Plutôt chauvine à l'égard de Valkyrion, elle a cependant très à cœur son identité ibéenne et soutient la couronne en dépit de la désapprobation globale de son duché.

On la contacte en juin 1003 pour lui proposer un poste d’enseignante en mécanique, à compter du prochain automne, à l’Académie. Cette dernière a perdu une partie de son personnel suite à l’arrivée de la Chasse, notamment avec un certain nombre de professeurs retournés dans leurs duchés d’origine, et cherche de nouvelles têtes parmi ses anciens étudiants. Sonjä est fatiguée de travailler pour nourrir la violence de la guerre et de ses tâches devenues répétitives. En dehors de son activité, rien ne la retient en Valkyrion et le rapprochement avec Lidjä, à Lorgol, achève de la convaincre. Elle abandonne ainsi son groupe de travail à la cour ducale de Svaljärd en démissionnant officiellement, puis accepte la proposition de l’Académie.

Les premiers jours à son nouveau poste, Sonjä retrouve brièvement la fascination qu'elle a connue dans ses années d'études. La quantité assourdissante de Savoir que renferment les bibliothèques de la majestueuse bâtisse lui avait tant manqué !
La réalité la rattrape cependant très vite ; septembre de l'année 1003 est à peine entamé qu'elle se heurte aux diverses difficultés du métier. Si elle se sent à l'aise avec l'idée d'enseigner, sa confiance en elle-même se fragilise parfois face à un élève turbulent ou un petit je-sais-tout qui joue les experts. Au-delà de cette légitimité qu'elle cherche à tâtons sans jamais pouvoir la saisir pleinement, de nouvelles peurs font surface pour la tourmenter.
Le prisme de l'insouciance et de l'envie d'apprendre, à travers lequel elle voyait l'Académie à l'époque de sa formation, a disparu, avalé par les images de cette nuit de Lughnasadh qu'elle n'arrive plus à oublier. La Magie, qui à l'époque l'indifférait presque, est aujourd'hui sa hantise, l'ennemi d'Ibélène et l'antithèse du Savoir ; et pourtant omniprésente partout autour d'elle, dans cette Académie qui s'efforce de combiner deux idées incompatibles. Et toutes ces histoires vieilles d'un an, la Chasse qui n'est plus là mais dont on sent encore la froide présence dans certains couloirs... Mais la foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit, n'est-ce pas ?

L'évacuation de l'Académie suite à des suspicions d'une potentielle attaque, le 27 octobre 1003, et les évènements qui suivent, la convainquent qu'elle ne pouvait pas d'avantage se tromper.


Questions


Les dieux majeurs ont visiblement déserté le Panthéon. Es-tu croyant ? Qu'est-ce que cette disparition implique pour toi ?
La pire des choses pour un Savant est d'être face à des mesures dénuées de sens qu'on n'a aucun moyen d'expliquer ou de comprendre. Dans ces cas-là, on fait table rase, on recommence tout depuis le début, on cherche ce qui a pu biaiser nos calculs. On se dit que l'erreur vient de nous ou d'une circonstance extérieure, potentiellement évitable. Mais qu'en est-il du moment où l'expérience est répétée, encore et encore, sans que le résultat ne se défasse de son incohérence ? Quelle interprétation donner lorsque c'est le monde, la réalité elle-même, qui soudainement relève de l'absurde ?
Un monde sans dieux n'est pas concevable. Pourquoi ne sont-ils plus là ? Je veux comprendre leur absence.

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
De la peur, bien sûr ! Je n'y ai jamais été confrontée directement, et souhaite m'en tenir à l'écart le plus longtemps possible.
Cependant... je dois avouer que mes craintes concernant les cavaliers s'atténue. Les récents évènements survenus dans les murs de l'Académie ont tourné mon effroi vers la cruauté des Hommes. La Chasse, j'en entends surtout des rumeurs, des histoires d'épouvante presque irréelles ; la folie et l'horreur, je les ai vues de mes propres yeux.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
Autrefois, Lorgol était synonyme pour moi de liberté. C'était un monde nouveau, inscrit en-dehors des jeux de pouvoirs qui poussent les peuples à s’entretuer. Dans les Terres du Nord, qui que nous fussions, quelle que fut notre origine, nous pouvions exister.
La ville en elle-même a peu changé, et je m'y sentirai toujours à l'aise en descendant ses rues chamarrées de tours. Mais quelque chose n'est plus là. L'air a perdu de son piquant et le décor de ses couleurs. Là, un regard de travers ; ici, un rideau qui se tire. Ces inconnus qui hier auraient pu être nos amis se métamorphosent et les voilà potentiels ennemis.



Les Fleurs du Mal

Adonis Le Lys & Sonjä de Sylvamir

16 septembre 1003



Son retour à Lorgol, loin de la monotonie de son quotidien, s’était avéré revigorant. En dehors de la chaleur de l’été et du soleil de plomb, Sonjä était enchantée de retrouver les terres du nord.
Elle avait passé l’intégralité de son temps, depuis son arrivée aux aurores du mois d’août, à vadrouiller dans les rues de la cité aux Mille Tours. Elle retrouvait d’anciennes habitudes, découvrait les nouveaux commerces qui avaient fleuri, et bien sûr, avait profité de cette période d’avant rentrée pour retrouver les êtres chers à son cœur établis à Lorgol.

Mais septembre était arrivé et avec lui, les premières classes. Sonjä n’avait pas encore pris ses marques en tant qu'enseignante et avançait à tâtons pour trouver son aisance. Être en charge des étudiants et prendre la parole pendant des heures durant étaient des facteurs qu’elle avait sous-estimés dans l’équation qui l’avait menée à accepter le poste. Elle avait beau avoir cinq ans de plus que la dernière fois qu’elle avait foulé le sol de ses classes, l’imposante Académie lui donnait encore la sensation de n’être qu'une apprentie dénuée de savoir.
Elle consacrait alors son temps libre à ses recherches et à l’approfondissement de ses connaissances. Les bibliothèques de l’Académie de Magie et du Savoir n’avaient rien à envier aux quelques étagères qu’elle avait coutume de parcourir aux archives du palais ducal de Svaljärd. La jeune professeure retrouvait avec délectation les rayons entiers d'ouvrages et les piles de parchemins rédigés par les plus hauts spécialistes de leurs domaines. Elle avait du mal à croire que sous ses yeux admiratifs ne s’étendait qu’un quart du fonds dont disposait l’Académie.


Un lourd silence planait sur la bibliothèque de la Pensée Automnale en cette fin de matinée. La plupart des professeurs et étudiants étaient en classe, et les premiers n’avaient pas encore dû assigner de travaux de recherches aux seconds. Ainsi, ceux qui n’étaient pas attendus dans une salle de cours devaient encore profiter de leur lit, ou du soleil pour les plus matinaux.
Sonjä ne risquait pas de se plaindre d’un tel calme, et si habituellement les usagers des bibliothèques se montraient discrets, elle n’était tout de même pas mécontente de se passer des craquements du plancher et des raclements de chaises.

Après de longues minutes d’hésitation entre les différents rayons, la savante choisit un livre consacré aux mécanismes des instruments de musique, espérant en apprendre davantage sur l’étrange appareil qu’elle avait trouvé à Svaljärd et tenté de restaurer sans franc succès jusqu’à son départ.
Le nez déjà plongé dans la lecture du chapitre introductif, elle regagna la table à laquelle elle avait commencé à empiler des ouvrages intéressants et s’y installa sans plus de cérémonie.

L’ouvrage ne retint pas son attention très longtemps. Après plusieurs dizaines de minutes de lecture, elle se lassa des banalités énoncées par l’auteur et feuilletta le livre à la recherche d’un schéma ou d’un plan qui lui évoquerait l’instrument, en vain. Elle quitta de nouveau son assise pour reposer le livre, prête à repartir dans sa quête de savoir, mais un petit détail attira son regard.
Au bout de la table à laquelle elle avait choisi de s’installer trônait maintenant un bouquet de fleurs. Un simple bouquet aux couleurs variées qui égayait le sérieu de la bibliothèque, mais qui n’était pas là quelques minutes plus tôt, elle l’aurait juré.
Sonjä pouvait aisément reconnaître certaines plantes qu’il lui avait déjà été donné de voir à Lorgol ; d’autres lui étaient totalement inconnues, peut-être issues d’un autre duché. Mais l’origine géographique des fleurs ne l’inquiétait pas outre mesure, contrairement à l’origine directe du bouquet. Il ne devait pas y avoir plus de deux ou trois autres âmes perdues entre les rayons de la bibliothèque et personne ne s’était approché de sa table.

Avec une prudence exagérée et un esprit qui se voulait critique, la jeune femme s’approcha du bouquet. Comment était-il arrivé là ? Quelqu’un l’y avait-il placé pendant qu’elle s’était lancée dans sa recherche à travers les rayons ? Qui ? Et pourquoi ?
Une idée germa dans son esprit et le rouge lui monta au joues alors qu’elle avançait d’un pas timide. Se pouvait-il qu’elle ait… Un admirateur secret ? Elle s’approcha encore après un regard circulaire autour d’elle. Qui était-il ? Ces fleurs étaient en tout cas le signe d’une attention toute particulière. Nouvelle avancée vers le bouquet. L'inconnu n’aurait-il pas laissé un message ? Un indice sur son identité ? Sonjä, les joues couleur carmin, était maintenant à portée.

Animée par une curiosité intéressée, Sonjä ne parvint pas à s’empêcher de tendre le bras. Ses doigts n’effleurèrent pas les pétales délicats et ne rencontrèrent que du vent. Elle cligna des yeux : le bouquet avait disparu.

« Qu… ? »

De la magie !
Comme si l’absence de contact avec les fleurs l’avait brûlée, elle retira vivement sa main et recula avec empressement jusqu’à percuter une étagère derrière elle qui trembla dans un bruit sourd.
L'admirateur secret qu'elle avait dépeint dans son imagination se transforma rapidement en mufle. De toute façon, qu'allait-elle faire d'un prétendant ? Sa quête de Savoir était bien trop importante pour qu'elle se prête à ce genre de choses !

Le souffle court mais les sens en alerte, elle guettait autour d’elle. Un Mage se cachait forcément dans les parages, et elle allait le trouver.



→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49


Dernière édition par Sonjä de Sylvamir le Mar 16 Avr - 12:36, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: SYLVAMIR (DE), Sonjä   SYLVAMIR (DE), Sonjä EmptyDim 7 Avr - 17:21

LIENS

→ Famille : Hiémain (+ Mélusine), Lidjä (voir avec les joueuses)
→ Savants/Collègues : ...

→ Si pas prof à l'Académie ces liens sont à revoir :
- Adonis : Rencontré alors qu'elle est enseignante et lui élève. Aucune raison de s'être rencontrés autrement...
- Lancelot : Connu avant (tous les deux élèves à l'Académie) mais seulement de loin. Ils n'ont plus vraiment de raison de se rencontrer par la suite (d'autant plus avec les changements prévus sur les savoirs perdus ?) => A VOIR
- Melbren : Pareil, connu pendant la formation à l'Académie.
- Matvei [Retraité] : Connu car noblesse de Valkyrion. Pas d'autre contact.


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49


Dernière édition par Sonjä de Sylvamir le Mar 16 Avr - 12:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: SYLVAMIR (DE), Sonjä   SYLVAMIR (DE), Sonjä EmptyDim 7 Avr - 17:22

QUESTIONS
→ Comment ça marche pour le reboot des scénarios ? C'est plutôt libre ou est-ce qu'il faut que j'aille poker Biquette pour les grandes lignes ?


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: SYLVAMIR (DE), Sonjä   SYLVAMIR (DE), Sonjä EmptyMar 9 Avr - 0:41

Sonjä de Sylvamir a écrit:
→ Comment ça marche pour le reboot des scénarios ? C'est plutôt libre ou est-ce qu'il faut que j'aille poker Biquette pour les grandes lignes ?
→ Sonjä a été rédigée conjointement par Biquette et moi ! je peux te recommander d'attendre un peu que l'annexe d'Abyme commence à émerger concrètement, vu que Hiémain en sera originaire. :hm:
En attendant, concentre-toi peut-être sur son métier, ses relations, ce qu'elle fait au quotidien ?










Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: SYLVAMIR (DE), Sonjä   SYLVAMIR (DE), Sonjä EmptyMer 5 Juin - 1:32

B'soiiiir :fou:

Alors globalement, rien à redire. :sisi: On doit encore le rédiger, mais on a probablement des possibilités à te proposer concernant l'Académie ! Dans tous les cas, stay tuned, les annexes finiront par arriver. :geu:


N'hésite pas à éditer ton sous-titre si tu ajoutes des éléments et/ou si tu as des questions. :coeur:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: SYLVAMIR (DE), Sonjä   SYLVAMIR (DE), Sonjä Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
SYLVAMIR (DE), Sonjä
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Capitales :: Fiches de présentation-
Sauter vers: