AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -37%
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro ...
Voir le deal
219.99 €

Partagez
 

 ANSEMER (D'), Bertin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyLun 8 Avr - 4:01

CHRONOLOGIE


NOTES
- Bertin se serait marié assez jeune (je visualisais début trentaine, ce qui reste tard pour une époque médiévale, mais tôt pour Bertin :sisi: )
- Il aurait eu un petit garçon il y a quatre ans. Ça aura contribué à le responsabiliser un peu plus.
- Sa femme est décédée il y a un peu moins de deux ans, le laissant veuf et papa "solo".
- Il aura demandé un transfert vers Port-Liberté après le décès de sa femme, et partagera son temps entre le palais et la caserne.

- À comparé maintenant, la Chevauche serait davantage sa façon de servir honnêtement Ansemer plutôt qu'un échappatoire à la vie de cour. Il apprécie ses collègues et tout, mais il a forcément sa vie au palais avec son fils et il fuirait moins ses responsabilités de prince, ne serait-ce que pour montrer un meilleur exemple à son fils.

En gros, Bertin resterait bon-enfant dans l'ensemble, mais saura affronter un peu plus ses responsabilités comme un adulte. La perte de sa femme garderait l'aspect deuil du Bertin actuel et le garçon l'aspect gamin que lui offrait Bertille. Le tout en lui permettant d'évoluer logiquement vers ce que j'aimerais jouer avec lui.



Maître de mon destin
Chevaucheurs




Bertin

d'Ansemer

ft. Michiel Huisman

« Take my love, take my land
Take me where I cannot stand
I don’t care, I’m still free
You can’t take the sky from me  »


En bref


Âge : 37 ans
Date et lieu de naissance : 2 avril 966, à Port-Liberté (Ansemer)
Statut/profession : Chevaucheur de la dragonne Ambroisie (vol de Citrine), mage de l’Hiver (protection), instructeur à la Caserne de Flamme
Allégeance : À Faërie, principalement à Ansemer, même si les circonstances semblent indiquer le contraire.
Dieux tutélaires : Il a été place sous Messaion à sa naissance, mais n’a jamais trouvé réconfort en songeant au Dieu des mers.

Parfois, il est possible de se demander comment il est parvenu à se faire sa place chez les chevaucheurs… Loin d’être incapable, parfois même appliqué, efficace, il a la réputation d’être un véritable procrastinateur. Il a cette tendance à tout remettre au lendemain. Lorsqu’il s’attaque enfin à une tâche, c’est généralement sans motivation. Les années lui ont appris à le cacher davantage qu’au temps de sa jeunesse, mais il n’en reste pas moins qu’il n’a jamais trouvé les menues tâches de sa vie quotidienne intéressantes. Nombreux sont ceux qui lui ont reproché sa nonchalance. Bertin est un homme impatient et obstiné. Plusieurs diront aussi qu’il tolère mal la critique. À ses yeux cependant ce n’est pas la critique qui l’insupporte, mais les jugements gratuits. Il a trouvé sa voie et ne compte pas s’en laisser détourner, surtout pas pour plaire à des gens qu’il ne connait pas.  Indomptable jusqu’au bout des doigts, et ce depuis toujours.

Doué avec les mots, les gestes qui mettent les autres à l’aise, il est d’un naturel affable, charmeur même, particulièrement avec les jolies dames. Ceux et celles qui prennent le temps d’apprendre à le connaître et à voir au-delà de ses défauts le décrivent comme un être compréhensif et ouvert d’esprit. Malgré la réputation qu’il vient de gagner, ses amis connaissent sa loyauté et savent qu’ils peuvent compter sur lui. C’est un homme chaleureux, attentif et discret particulièrement avec ceux qu’il apprécie.

Caractère


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Martine et j'ai 31 ans. Sur le Net, on m'appelle plutôt Atayra. J'ai découvert le forum via une recherche Google qui m’a menée à l’annuaire forumactif, puis à Arven et voici ce que j'en pense : Arven est un chouette forum. La communauté est super et la qualité du RP rend jouer particulièrement agréable.  



Histoire

Fin mars 966, le palais ducal, Port-Liberté. Le voyage auquel le duc d’Ansemer devait prendre part est repoussé de quelques jours. L’incertitude de la date exacte de départ ne fait qu’augmenter le nombre de va-et-vient au sein de la demeure alors que les derniers préparatifs s’étirent sur plusieurs jours et que tous attendent la naissance du second enfant que porte la duchesse. La naissance ne saurait tarder…

2 avril 966, le palais ducal, Port-Liberté. La maison est baignée dans le silence de l’attente. Les va-et-vient ont cessé. Tous sauf ceux du duc qui, arpentant le couloir, attend des nouvelles de sa femme et de leur enfant. Le travail a commencé pendant la nuit, si bien que la fatigue se mêle à présent à l’impatience et à l’inquiétude. Il ne tient plus en place. Puis, enfin, la délivrance, tant pour sa femme que pour lui-même. L’enfant est né, et tant la mère que le petit se portent bien. Le nom est choisi par le couple : Bertin. Prince Bertin d’Ansemer. Ça sonne bien.

Quelques jours plus tard, c’est un duc heureux et comblé qui quitte le palais pour rejoindre le navire qui l’attend. Sa femme et ses enfants auront peut-être pu apercevoir son navire qui disparaissait à l’horizon sans se douter, bien sûr, que ce serait là le dernier regard porté vers celui qui fut mari et père. Le duc ne revint jamais, pris par la mer, sans doute…

Occupée autant par son chagrin que par ses obligations de duchesse, sa mère n’a que peu de temps à leur consacrer. Bartholomé et Bertin grandissent donc sous la gouverne de nourrices et précepteurs chargés de donner l’éducation nécessaire aux deux jeunes princes qu’ils étaient. Le quotidien enfantin de Bertin s’est résumé à une série d’étrangers chargés de combler ses besoins immédiats et de le préparer à servir son duc, son frère. Il ne manquait de rien en grandissant, si ce n’était peut-être de la présence maternelle qu’aurait pu lui offrir celle qui lui a donné naissance si les circonstances avaient été meilleures… Mais la vie de duchesse n’offre que peu de temps pour la famille, et c’est donc vers son aîné, Bartholomé, qu’il s’est tourné pour découvrir les joies de la camaraderie familiale et, forcément aussi, les frustrations de la fratrie.

Celles-ci se manifestaient régulièrement pendant les leçons auxquelles Bertin imposait sa présence au grand désespoir des précepteurs de l’aîné. Il était un enfant curieux, certes, mais seulement pour les sujets qui l’intéressaient. Hors Bartholomé étant l’héritier, il n’était pas surprenant de voir que ses sujets d’études ne concordaient pas forcément avec les intérêts son cadet. Les leçons d’Histoire ou de politique se trouvaient souvent interrompues par un petit frère borné qui refusait de suivre les directives des professeurs. À tous les coups, Bertin se voyait renvoyé auprès de sa nourrice qui ne manquait pas de le gronder. Pourtant, déjà à l’époque, il n’en faisait qu’à sa tête. Il ne voulait que jouer et s’amuser et refusait de comprendre que tous n’ont pas cette chance. Son comportement était fort peu approprié pour son rang, mais on y fermait à peu près les yeux lorsque sa mère n'était pas dans les environs pour le punir elle-même.

La vraie punition, cependant, est venue lorsqu’il a été son tour de se plier à la volonté des précepteurs pour apprendre sensiblement les mêmes sujets que son aîné… Toutes ces leçons suivies à moitié, dont l’information était partiellement gravée dans sa tête, parfois un peu n’importe comment certes, mais dont il avait, songeait-il, les bases… Toutes ces leçons, il devait à présent les refaire. En entier. Sans rechigner s’il voulait éviter d’être sévèrement puni. « Tu as passé l’âge des sottises, Bertin ! Sois digne de ton rang, fais honneur à ton père ! » Oh, qu’il maudissait comment on osait utiliser le père qu’il n’avait jamais connu comme une menace ! Déjà peu discipliné, entêté au possible, ses combats constants contre ses précepteurs ont considérablement contribué à sa perte d’intérêt envers ses études. Il ne se plie plus aux leçons que contre son gré. Il apprend, certes, mais bien moins que ne l’auraient voulu les précepteurs qui croyaient fort en ses capacités si seulement il avait su trouver la motivation de trimer dur. Ou de trimer point.

Le jeune prince se sentait incapable de s’enchaîner à son pupitre, à ces livres et ces parchemins qu’on lui faisait lire et mémoriser… Il préférait de loin les moments de liberté qu’il réussissait à voler ici et là, le plus souvent avec son frère pour courir sur les quais du palais, s’embarquant parfois à grands éclats de rire sur les Vivenefs accostées là. Ils en étaient toujours chassés, tôt ou tard, évidemment, mais c’était d’un plaisir ! Les années filant, cependant, ces moments ont gagné en rareté. Bartholomé était fort occupé avec ses propres devoirs et les navires et la mer qui les porte avaient perdu l’attrait enfantin qui y emmenait autrefois les deux frères. Ils rappelaient à Bertin le vide qu’il ressentait en songeant à son père surtout depuis qu’il avait appris – et compris – que son père y avait sans doute perdu la vie. Ou à tout le moins que c’est là qu’ils l’avaient perdu.

Il s’ennuyait, Bertin. Même son lien très fort avec Bartholomé ne lui suffisait pas. Aussi accueillit-il l’apparition de sa magie au début 980 avec soulagement. Ce fut un choc de quitter son frère, son ami le plus intime, vers la fin de l’été 980 pour aller vivre à l’Académie et les premiers jours il ne put s’empêcher de s’inquiéter des années à venir si loin de sa famille. Pourtant, dès le départ, il trouve à l’Académie de nombreuses choses qui lui avaient manquées pendant son enfance sans qu’il n’en sache rien. La liberté que lui offrait l’Académie après les années d’austérité en Ansemer était agréable. Et que dire de celle, enivrante, que lui proposait Lorgol à chacune de ses visites ! Il se surprit à rêver d’une autre vie, emplit du désir d’une existence plus simple, plus libre que ce qui l’attendait à son retour…

Il s’est efforcé de ne pas se laisser distraire de trop par ce sentiment qu’il découvrait. Il a trouvé dans ses études une ambition nouvelle, un but : protéger. Son frère, sa famille, ses amis. Ansemer. Faërie. Il ne savait pas exactement qui, ni quand. Ni même comment, à l’époque, mais il trouvait dans cette pensée une motivation, une attirance qui le poussaient à s’appliquer davantage dans ses études dans lesquelles il excella. De quoi rassurer sa mère qui était ravie de le voir enfin prendre son avenir en main. Ce qu’on ne lui disait pas, à l’époque, sans doute, c’était que la paresse de Bertin transparaissait jusqu’à l’Académie. Il faisait des efforts, s’appliquait dans la plupart de ses cours, si bien que ses maîtres pouvaient faire preuve d’indulgence à son égard lorsqu’il lui arrivait de commettre de mineurs écarts, mais on ne pouvait pas dire qu’il était un élève modèle. Il était simplement réellement doué pour cette magie qu’il chérissait. Déjà pourtant il était fort modeste sur ses capacités à la pratiquer. N’était-ce pas, après tout – selon ses propres dires du moins – la magie la plus facile à maîtriser ?

C’est aussi pendant ses années à l’Académie qu’il découvre la compagnie des jeunes femmes de son âge. Oh, avec classe avouons-le, quelques mots échangés ici et là, les premiers bafouillis à une jeune fille qui l’intrigue, l’assurance gagnée au fil des années… Et, malgré tout, les premiers rejets, forcément. Sans sa mère pour lui rabrouer les oreilles sur les bonnes manières et les différentes classes sociales – surtout celle de son interlocutrice – il était libre de profiter, d’expérimenter… Et de vivre.

Cette liberté nouvelle, même relative, l’enivrait. Cinq années n’avaient suffi qu’à éveiller en lui plus d’envies encore. L’idée de rentrer à la fin de son cursus à l’Académie, de retrouver le palais ducal à Port-Liberté avec ses responsabilités ne l’enchantait guère. Aussi, plutôt que de se résoudre à entreprendre le voyage de retour vers Ansemer à la fin de son cursus en 985 a-t-il laissé sa curiosité le guider vers Val-Dragon. Une impulsion peut-être, sans doute par suite d’une idée lancée à la blague par un camarade, songe-t-il à présent lorsqu’il y repense. À l’époque cependant, il ne pensait à rien en se présentant devant les dragons. Il s’attendait à être rejeté. S’en était presque un défi… qu’il a perdu puisqu’une dragonne du nom d’Ambroisie l’a choisi comme cavalier. Voilà qui a été une surprise pour tout le monde, y compris pour le principal concerné. Son séjour à Lorgol allait donc pouvoir se prolonger !

C’est avec des émotions mitigées qu’il s’est installé avec les autres cadets à la Caserne de Flamme, préférant de loin leur présence à la froideur d’un logement privé. Avec eux, il a entrepris d’étudier ce qu’il lui fallait savoir pour devenir Chevaucheurs puisque ce devait être sa destinée. Si l’Académie avait réussi à raviver un peu sa curiosité, sa passion pour l’apprentissage, l’effet s’était depuis estompé et il trouvait bon nombre de ses nouvelles leçons ennuyantes, ou embêtantes, c’est selon. Le tout au grand désespoir de ses instructeurs qui voyaient la qualité de son travail osciller, d’autant plus que sa dragonne n’était guère plus motivée à travailler que son cavalier. Malgré tout, les années qui ont suivi les révèlent comme une paire certes indisciplinée, mais dont la dynamique fonctionne bien. Si Bertin et Ambroisie ont maintes fois essuyé les remontrances des instructeurs, ça n’aura été que pour leur prouver qu’ils avaient tort et mieux performer au prochain exercice. Une question d’égo, peut-être. Et d’un désir naissant et pourtant profond déjà chez Bertin de servir Ansemer, Faërie avec leurs habiletés nouvellement acquises.

Peu après son vingt-quatrième anniversaire, en 990, Bertin complète sa formation. Il est aussitôt posté en Ansemer à la caserne de Vivécume. C’est sourire aux lèvres, heureux d’être parvenu jusqu’au bout qu’il retrouve son duché natal. Il se serait volontiers installé à la caserne à l’époque pour conserver un semblant de liberté avec ses camarades. Une illusion que sa propre vie continuait, indépendante de la vie de noble qui lui était imposée. Il a dû partager son temps entre sa famille – il leur avait manqué, et ils lui avaient manqué aussi même s’il aurait eu du mal à le leur dire ouvertement – et ses compagnons à la caserne avec qui il cherchait à s’éclipser le plus souvent possible. C’était pour lui une façon de tenter de fuir les responsabilités princières qui étaient les siennes et dont il ne voulait pas. Celles de comte aussi, car Vivécume était son propre domaine – il en avait hérité des années plus tôt – qu’il lui fallait gérer. Il préférait de loin parcourir les cieux pour servir son duché que d’assister à une de ces interminables réceptions tenues par son frère, ou de passer des heures à s’ennuyer devant des rapports sur l’état de ses terres. Comme il l’a déjà dit à son frère : « Chacun sa façon de servir Ansemer, Bartholomé. Tu ne peux pas t’attendre à ce que je suive tes traces. Je ne suis pas toi. »

Il faut dire que Bertin a toujours eu sa propre vision des choses et ses propres méthodes lorsqu’il est question d’Ansemer. Tandis que son aîné est immanquablement attiré par la mer, ce sont les cieux qui attirent le cadet. S’il apprécie parcourir les nappes d’eau qui bordent son duché, ce n’est que par la voie des airs, montant Ambroisie avec qui il chasse les pirates sans répit. Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas son manque d’attrait pour la navigation, mais il est catégorique : il ne montera pas sur un bateau. Cela fait de lui un bien étrange prince du duché côtier, mais cela lui importe peu. D’ailleurs, s’il s’était soucié de l’avis des autres, il aurait accepté le poste de capitaine des Chevaucheurs d’Ansemer en 1001 lorsqu’il lui a été offert, mais le pouvoir ne l’intéresse pas, ni les responsabilités qui viennent avec le poste d’ailleurs. Que les gens le critiquent s’ils le veulent, le jugent même, sur ce sujet il n’en a rien à faire. Même son frère ne pourrait le convaincre du contraire. Surtout pas ces dernières années…

Cela s’explique très simplement, même si aux yeux de Bertin la situation n’a absolument rien de simple, ce qui est particulièrement frustrant pour le trentenaire. Il peut comprendre, jusqu’à un point, que son frère soit malheureux dans son mariage. Il a été forcé à coup de sournoiserie à épouser une femme qu’il n’a sans doute jamais aimée, condamné à passer sa vie avec une duchesse qui ne suscite pas le moindre intérêt chez lui. Pourtant, selon Bertin, cela ne justifie en rien le rejet qu’il a imposé dès le départ à Jehanne. Peut-être son frère aurait-il pu être heureux avec elle s’il lui avait seulement laissé une chance de faire partie de sa vie. S’il l’avait respectée. Mais ça n’avait pas été le cas et, déjà dès les premières années suivant le mariage ducal, Bertin parvenait à voir l’état dans lequel le traitement de Bartholomé mettait son épouse. C’est dans l’espoir d’égayer la jeune femme qu’il s’est mis à lui rendre visite lors de ses passages à Port-Liberté. Ces visites, tout à fait amicales d’abord, se sont muées pourtant bientôt en rendez-vous intimes. Ces brefs moments de compassion, chaleureux instants volés à la monotonie de la vie au palais, ont fait naître en eux un amour qu’ils ne soupçonnaient ni l’un ni l’autre, contre lequel ils tentèrent peut-être de résister… avant de s’y abandonner et de le consumer en secret.

Le fruit de leur amour naquit il y a sept ans, en 996, sans que personne ne se doute de quoi que ce soit. Une petite fille qui, dès sa naissance, sait tromper le duc et tous ses sujets et se faire reconnaître comme héritière du duché. Cette petite fille donc, que Bertin est condamné à traiter comme une nièce afin de protéger leur secret à tous les trois malgré ses propres désirs… Il en souffre chaque fois qu’il la voit. Son cœur se serre et il lui tarde toujours de réussir à trouver un peu de temps pour jouer avec elle. Il n’a jamais fait part de sa douleur à personne, sauf peut-être à Jehanne lorsqu’ils parviennent à voler un moment ensemble. Elle saurait, de toute façon. Elle le connait trop bien.

Cette souffrance muette, cachée, est peut-être plus encore que le secret lui-même ce qui l’éloigne de son frère. Comment ne pas en vouloir à celui qui fait souffrir la femme qu’il aime, même s’il sait très bien qu’il n’a aucun avenir avec Jehanne ? Comment ne pas en vouloir à celui qui le prive de sa fille, de son propre sang ? Ils restent proches, les frères, en apparence. Ils se soutiennent et si Bertin refuse de s’impliquer dans la vie politique du duché, il n’en reste pas moins disponible pour en discuter avec Bartholomé. Ce sont toujours des discutions préférables à celles qui pourraient tourner autour de Jehanne ou, pire, des amantes passagères du duc.

Pendant le livre I : Bartholomé offre à Bertin le poste de capitaine. Celui-ci refuse. Pire encore peut-être, il démissionne de sa position de major et demande à être transféré à Port-Liberté sous prétexte de pouvoir ainsi mieux partager son temps entre la Chevauche, Vivécume et sa famille.

Bertin assiste au Tournoi des Trois Opales avec sa famille.

Il tente de ne pas montrer trop ouvertement ses attaches politiques pendant l’année, jugeant que cela serait mal vu comme Chevaucheur. Pourtant, il supporte la prise de pouvoir de Gustave comme Bartholomé.

Pendant le livre II : Aussi inquiet qu’il soit lorsque la guerre est déclarée, il est heureux de pouvoir rester à Port-Liberté pour veiller sur la sécurité d’Ansemer. Il y met du sien en l’absence de ses camarades partis au front, car c’est une des rares tâches qui lui tiennent à cœur.

C’est du confort de sa chambre au palais ducal de Port-Liberté qu’il est touché par l’épidémie. Prudent, il n’a pas connu les dramatiques conséquences d’une surutilisation de sa magie. Il n’en est pas moins resté marqué par la perte de son lien avec Ambroisie qu’il a trouvé particulièrement difficile. La retrouver a été un soulagement et il craint le jour où elle pourrait le quitter définitivement.

Rapidement remis de l’épidémie, il est envoyé sur le front de guerre lagran à l’automne. Il ne parle guère de son séjour là-bas et seule Jehanne peut-être sait à quel point ça a été un choc pour lui.

TRAME ALTERNÉE (Intrigue 2.3 La Roue Brisée)
→ Bertin y était marié avec Jehanne et Bertille était leur fille légitime. Ils étaient heureux comme pas deux. Il s’est réveillé autour du 17 avril 1002.
→ Il a choisi de conserver ses souvenir.

Pendant le livre III : La trêve est comme un vent de délivrance pour Bertin. L’inquiétude au ventre, il se met en route vers Port-Liberté. Incapable de trouver le sommeil, complètement épuisé, il s’écroule sur les toits de la ville à son arrivée et est grièvement blessé. Heureusement pour lui, Quitterie le remet d’aplomb. Son début d’année est marqué par une convalescence trop longue et trop difficile à son goût, mais aussi par un merveilleux voyage à Vivécume avec Jehanne et Bertille. Une semaine de pur bonheur avec celles qu’il aime de tout son cœur. Une semaine aussi, apprendra-t-il plusieurs mois plus tard, aux lourdes conséquences.

C’est qu’à la suite de leurs retrouvailles, Jehanne porte à nouveau son enfant. Lorsque Bartholomé l’apprend, Bertin tente tant bien que mal de contrôler les dommages. Cela semble fonctionner pour un temps, permettant à Bertin de se concentrer sur la remise sur pied de Vivécume qui a été pillé le 12 juin 1003 par les pirates de l’Audacia.

La vérité explose sur le pont du navire « le Bertin » lors de son voyage inaugural. Les frères s’affrontent, les voix montent. Bertin perd ses titres, sa famille, et est banni d’Ansemer. Il s’installe à Lorgol à la fin août et devient instructeur à la caserne de Flamme peu après. C’est là qu’il tente de se remettre de la perte de sa famille et de leur enfant qui n’avait pourtant demandé qu’à naître.


Questions


Les dieux majeurs ont visiblement déserté le Panthéon. Es-tu croyant ? Qu'est-ce que cette disparition implique pour toi ?
• Croyant ? On ne pourrait dire ça de Bertin. Il faut dire que croire après les derniers événements qui lui sont arrivés devient plutôt difficile. Il priait à l’occasion, Mirta par exemple, mais il n’a jamais participé activement aux cultes divins. Par manque d’intérêt. Et de croyance, sans doute. Cette disparition l’inquiète davantage pour le peuple en général et les conséquences que cela pourrait avoir sur l’ordre social que cela le touche personnellement.

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
• Il est inquiet. Pour lui, pour sa famille dont il n’a que très peu de nouvelles. Pour ses amis et tous ses proches, vraiment. Il essaie d’oublier par moment pour ne pas se laisser emporter par ses doutes et ses peurs. Il a plus important à faire. Mais ça lui revient souvent et il ne peut que songer à ce qu’il adviendra d’Arven si les hommes ne parviennent pas à trouver comment arrêter la Chasse.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Lorgol avait toujours été signe de liberté, de bonheur. À présent, Lorgol est aussi signe d’exil. Mais c’est chez lui. Il y est à l’aise. Il ne s’enfoncerait sans doute pas dans les ruelles de la Ville Basse sans être un peu sur ses gardes, mais chaque balade dans sa nouvelle ville renouvelle son bonheur d’être libre. Puis, il faut avouer qu’il n’a guère plus rien de grande valeur à dérober.

Questions Livre II:
 

Questions Livre I:
 



Quand son rang le rattrape au front…

Bertin d’Ansemer & Lauriane de Faërie

8 novembre 1002


C’était il y a quelques jours déjà. Une missive reçue, inattendue bien que pas particulièrement surprenante, doit-il admettre. Il aurait été bien vain d’espérer que sa présence en Lagrance ne soit pas connue, bien qu’il s’y soit laissé prendre pendant un temps. Ici, il voulait n’être qu’un chevaucheur participant aux efforts de la guerre, comme les autres et, concentré sur ses tâches, il avait cru y parvenir. Puis était arrivée cette missive, donc, qui le ramena à la réalité. Il ne lui fallut guère de temps pour reconnaître le sceau qui scellait la lettre. Il s’était retiré – enfin autant qu’il est possible de le faire au front – dès qu’il avait pu pour la lire. La note était sans équivoque. Il allait devoir quitter le front, du moins temporairement. Commencèrent dès lors les démarches pour obtenir quelques jours de congé. Ce fut rapidement réglé : on ne fait pas attendre l’Impératrice, après tout.

Si bien qu’à l’approche du jour prévu, le 8 novembre, il se prépara. Il n’avait guère apporté de tenue appropriée pour rencontrer l’Impératrice lorsqu’il avait quitté Ansemer, mais il sélectionna les meilleurs habits qu’il ait sous la main et les fit aussi propres qu’il en eu la patience. Il fit de la même chose avec sa personne, refusant tout de même de se présenter devant l’impératrice avec le parfum du front collé à la peau. C’est donc un Bertin à peu près présentable qui quitta les lignes de combat avec Ambroisie pour se diriger vers Edenia ce matin-là.

Il se laissa surprendre une nouvelle fois pas la beauté du duché de Lagrance. Vu à vol de dragon, il ne peut que se laisser surprendre par les jardins qu’il survole. Ce n’est sans doute pas la meilleure des saisons pour admirer la flore locale, mais il ne peut s’empêcher de songer à Jehanne, et à quel point il voudrait pouvoir lui offrir cette vue. Il sait bien que c’est impossible, que ça n’arrivera jamais, mais peut-être lui mentionnera-t-il à quel point il a pensé à elle pendant ce vol dans la prochaine lettre qu’il lui adressera.

Il aurait pu atterrir directement au palais, comme on aurait pu s’y attendre, mais il s’est assuré d’avoir un peu de temps pour lui-même avant le retour imposé à la vie de cour en planifiant son voyage, si bien qu’il préférera se poser à la caserne et parcourir la ville à pied ensuite. Une idée lui est venue pendant son vol jusque-là, et c’est avec un sourire aux lèvres qu’il arpentera les rues, entrant çà et là dans quelques boutiques dont il découvre les inventaires. Il ressortira quelques fois avec de petits paquets qu’il glisse dans ses poches ou son petit sac de voyage. Lorsqu’il estima qu’il était temps pour lui de se rendre au palais, il se mis enfin en route vers l’inévitable.

Il se présente donc au palais ducal quelques temps plus tard avec les cheveux en bataille et un air fatigué que la détente de cette promenade n’a pas chassé de ses traits. Il est certainement quelques minutes en retard pour son entretien avec l’Impératrice, chose qui ne semble pas l’inquiéter outre mesure vu son pas calme et le petit sourire qu’il affiche lorsqu’il se présentera enfin devant elle.

« Impératrice Lauriane. »

Il s’incline respectueusement devant elle pour la saluer.

« Veuillez accepter mes excuses pour ce retard. J’ai perdu le cours du temps en visitant quelque peu Edenia dont j’avais tant entendu parler… »











Dernière édition par Bertin Vif-Envol le Dim 28 Juil - 20:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyLun 8 Avr - 4:01

LIENS

Bartholomé d'Ansemer est de nouveau mon grand frère et copain ! :haww:










Dernière édition par Bertin Vif-Envol le Sam 6 Juil - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyLun 8 Avr - 4:02

QUESTIONS

Magie
La magie actuelle de Bertin est une magie de protection. Je trouve que ça cadre particulièrement bien avec sa personnalité, ou du moins je me suis beaucoup basée dessus pour peaufiner la personnalité de Bertin.

J'ai lu les informations actuelles disponibles sur la magie, et je ne suis pas certaine de parvenir à retrouver dans l'immédiat quelque chose qui me donnerait le même effet. Qu'est-ce que vous aviez en tête lorsque vous parlez de 'cercles de protection' ? Ce n'est pas impossible que ça cadre, mais à la lecture ça me donne une impression beaucoup plus passive, j'imagine un cercle étant un lieu défini au sol, je crois, donc j'imagine mal en utiliser en vol. :hm:


Les Chevaucheurs
J'aimerais bien faire de Bertin quelqu'un de plus impliqué dans la vie politique d'Ansemer et chez les Chevaucheurs. Je le vois procrastinateur, mais pas forcément aussi paresseux qu'à l'heure actuelle. Il se laissera aisément distraire par autre chose, déléguerait autant qu'il peut le faire, mais ne chercherait pas autant à fuir toutes les tâches qu'on pourrait vouloir lui confier.

Du coup, je me demandais s'il pourrait re-monter en grade dans le vol d'Ansemer ? Être major ? Ou, selon les envies et plans de Biquette - Rackahm :siwi: - capitaine ?

Je dois encore discuter avec Bartholomé des détails, mais pour le moment je l'imagine beaucoup plus proche de son frère et de la réalité politique/économique du duché. Il serait peut-être même sur le conseil de Bartho, du coup. À tout le moins si ça vous semble réalisable ?

-----------------------------------
2019-06-08

Quelques questions suite à la lecture du dernier message d'Alméïde :oops:

- Bertin était, au moment où il se serait engagé sur la voix de la Chevauche, l'héritier de Bartholomé puisque celui-ci n'a pas d'enfant. Ce fait est toujours d'actualité en l'an 1000. Bertin aurait-il pu, donc, s'engager alors que son frère n'a pas d'héritier propre et qu'il est le premier en ligne pour hériter du duché ? :hm:

- J'ignore si la magie offensive conviendrait à Bertin. Je vais y réfléchir bien comme il faut :sisi: . S'il advenait que je ne trouve pas cela compatible avec le personne, quelles options se seraient trouvées devant lui ? J'imagine qu'il aurait tout de même pu devenir mage, mais que le reste de sa vie aurait été davantage dédié à la politique ?

- Bertin n'aime pas l'idée de partir en mer et ne l'aura sans doute jamais fait. La Chevauche devait être sa façon de service Ansemer. S'il n'est pas Chevaucheur et ne sert donc pas concrètement, comment pourrait-il servir pour se rendre utile ? Je ne le vois vraiment pas oisif à long terme, il s'ennuierait. :hm:










Dernière édition par Bertin Vif-Envol le Sam 8 Juin - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 9 Avr - 0:35

Bertin Vif-Envol a écrit:
Magie
La magie actuelle de Bertin est une magie de protection. Je trouve que ça cadre particulièrement bien avec sa personnalité, ou du moins je me suis beaucoup basée dessus pour peaufiner la personnalité de Bertin.

J'ai lu les informations actuelles disponibles sur la magie, et je ne suis pas certaine de parvenir à retrouver dans l'immédiat quelque chose qui me donnerait le même effet. Qu'est-ce que vous aviez en tête lorsque vous parlez de 'cercles de protection' ? Ce n'est pas impossible que ça cadre, mais à la lecture ça me donne une impression beaucoup plus passive, j'imagine un cercle étant un lieu défini au sol, je crois, donc j'imagine mal en utiliser en vol. :hm:
→ Les cercles de protection sont des genres de pentagramme que l'on trace sur une surface plane (sol, mur, etc). Effectivement, pour un Chevaucheur, ce n'est pas l'idéal ! :hm:
→ On va peut-être devoir changer de magie, ou amener la protection différemment. Il pourrait éventuellement être du Nord et utiliser la télékinésie pour dévier les attaques ?

Bertin Vif-Envol a écrit:
Les Chevaucheurs
J'aimerais bien faire de Bertin quelqu'un de plus impliqué dans la vie politique d'Ansemer et chez les Chevaucheurs. Je le vois procrastinateur, mais pas forcément aussi paresseux qu'à l'heure actuelle. Il se laissera aisément distraire par autre chose, déléguerait autant qu'il peut le faire, mais ne chercherait pas autant à fuir toutes les tâches qu'on pourrait vouloir lui confier.

Du coup, je me demandais s'il pourrait re-monter en grade dans le vol d'Ansemer ? Être major ? Ou, selon les envies et plans de Biquette - Rackahm :siwi: - capitaine ?
→ Bertin est un peu trop désinvolte pour être Capitaine actuellement, mais si tu lui donnes une personnalité plus concentrée et sérieuse, c'est possible, surtout vu ses liens avec le duc. Je te laisse reconstruire son caractère et je te dirai si ça colle ou pas !

Bertin Vif-Envol a écrit:
Je dois encore discuter avec Bartholomé des détails, mais pour le moment je l'imagine beaucoup plus proche de son frère et de la réalité politique/économique du duché. Il serait peut-être même sur le conseil de Bartho, du coup. À tout le moins si ça vous semble réalisable ?
→ Je ne sais pas si Bartho conserve son Conseil du peuple, mais je n'y vois pas Bertin qui n'est pas du peuple, du coup ! Plutôt comme un genre de conseiller privilégié ? Cela dit, ses fonctions de Capitaine vont certainement l'occuper déjà suffisamment !










Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 9 Avr - 1:19

D'accord, merci. Je vais réfléchir à tout ça ! :sisi:








Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 4 Juin - 15:24

Coucou c'est nous ! :piou:

Rien à dire puisqu'il n'y a pas d'ajouts depuis la dernière fois. On aimerait juste en savoir plus sur cette histoire de fils qu'on a lu chez Bartho. :keuwa: (félicitations au passage :geu:)

Pense à éditer le sous-titre de ton sujet si tu ajoutes des éléments et/ou si tu as des questions. :coeur:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMer 5 Juin - 5:34

Coucou,

Pardon, j'ai complètement zappé de mettre la fiche à jour après avoir discuté avec Bartho :oops:

Je n'arriverais pas à tout formuler joliment ce soir, je suis crevée, mais j'ai lancé un peu pèle-mêle mes idées en notes dans mon premier message. Si des éléments posent soucis, suffit de me prévenir et j'ajusterai. C'est vraiment une tentative de jumeler mes envies tout en respectant autant que possible le PV actuel.








Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMer 5 Juin - 13:08

Nous revoilà :haww:

Alors, les éléments ajoutés nous paraissent très bien ! Mais du coup, on tient à te préciser : Bertin ne sera plus dans les PV, tu peux en faire ce que tu veux tant que ça reste cohérent. :sisi: Donc si tu veux encore plus dévier du perso actuel, tu as carte blanche. :coeur:

De plus, j'ai complètement oublié de te signaler quelques trucs que j'ai dit à d'autres Chevaucheurs ! On remet en place qu'un héritier de domaine ne peut pas faire de chevauche. Bertin n'étant pas le dernier de sa lignée (il a un frère), ça ne poserait pas de problème qu'il s'engage du coup, mais c'est à prendre en compte. De plus, il assure la succession en ayant un fils, donc il peut se concentrer ensuite sur sa carrière sans soucis. À savoir que s'il s'engage dans la chevauche, il est nécessairement moins présent sur la scène politique. :oui:

Autre détail qu'on a décidé récemment et que j'ai oublié de préciser : on demandera aux Chevaucheurs d'avoir une magie offensive, donc plus vraisemblablement de la magie du Nord. À toi de voir vers quoi tu veux t'orienter. :coeur:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyDim 23 Juin - 18:14

- Bertin était, au moment où il se serait engagé sur la voix de la Chevauche, l'héritier de Bartholomé puisque celui-ci n'a pas d'enfant. Ce fait est toujours d'actualité en l'an 1000. Bertin aurait-il pu, donc, s'engager alors que son frère n'a pas d'héritier propre et qu'il est le premier en ligne pour hériter du duché ? :hm:
Ce n'est pas Bertin le titulaire, donc oui, il peut rester Chevaucheur. Si Bartho était mort sans héritier, Bertin aurait dû arrêter sa carrière, mais pour le moment ce n'est pas d'actualité. :geu:


- J'ignore si la magie offensive conviendrait à Bertin. Je vais y réfléchir bien comme il faut :sisi: . S'il advenait que je ne trouve pas cela compatible avec le personne, quelles options se seraient trouvées devant lui ? J'imagine qu'il aurait tout de même pu devenir mage, mais que le reste de sa vie aurait été davantage dédié à la politique ?
Je n'ai rien à ajouter, tu as tout bon. :sisi: Bertin peut tout de même devenir mage et il aurait donc plus de temps pour se consacrer à la politique, tu as tout bon !

- Bertin n'aime pas l'idée de partir en mer et ne l'aura sans doute jamais fait. La Chevauche devait être sa façon de service Ansemer. S'il n'est pas Chevaucheur et ne sert donc pas concrètement, comment pourrait-il servir pour se rendre utile ? Je ne le vois vraiment pas oisif à long terme, il s'ennuierait. :hm:
En tant que prince, il peut seconder son frère, le conseiller, etc. :cute: Et en tant que comte, il a tout un domaine à gérer, avec ses gens, ses nobles, tout ça tout ça. :oui: Hésite pas à regarder ce que les autres nobles du forum font. :coeur:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Bartholomé d'Ansemer
Bartholomé d'Ansemer

Messages : 644
J'ai : 42 ans.
Je suis : Duc d'Ansemer.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ansemer avant tout, Gustave de Faërie.
Mes autres visages: Césaire Chesnenoir
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyLun 24 Juin - 19:21

Alméïde de Sombreflamme a écrit:
Si Bartho était mort sans héritier, Bertin aurait dû arrêter sa carrière, mais pour le moment ce n'est pas d'actualité. :geu:

Bartho meurt pas, il y a que Césaire que je fais mourir :red:


dialogues en #006666
ANSEMER (D'), Bertin TitreBartholome1
ANSEMER (D'), Bertin RandomDrama
ANSEMER (D'), Bertin RandomFamillefonctionnelle
ANSEMER (D'), Bertin RandomRespect
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyLun 24 Juin - 19:59

Tu sais que tu n'as pas le droit de faire mourir Césaire. C'est interdit. :sisi:
(je t'ai à l'oeil :keuwa:)


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 25 Juin - 2:39

J'avoue avoir du mal à saisir la nuance que vous apportez. Pourriez-vous m'éclairer ? :cute:

Je saisi sans souci qu'un héritier de domaine ne puisse pas chevaucher. Ça me semble logique.

Si je me concentre uniquement sur Vivécume, je comprends que Bartholomé ayant été l'héritier de Bertin jusqu'à la naissance du fils de ce dernier, Bertin ait pu obtenir la permission de s'engager dans la chevauche. Une permission qui est d'autant plus librement accordée depuis la naissance du dit fils.

J'ai du mal à saisir, cependant, en quoi être héritier de Vivécume VS héritier du duché d'Ansemer est différent en fonction de la règle énoncé ci-haut. Le duché appartient à Bartholomé, ça c'est clair. Mais tant que Bartholomé n'a pas d'enfant Bertin en est forcément le prochain héritier, non ? En quoi est-ce cette circonstance différente de celle reliée à Vivécume ?

Je suis certaine que je loupe sans doute quelque chose de simple, mais cette distinction me bloque vraiment dans mes réflexions, alors j'aimerais beaucoup parvenir à mieux saisir votre pensée sur la question :oops:








Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 25 Juin - 15:12

Coucou !

En fait, Bertin est titulaire de Vivécume, et pas héritier. C'est son domaine à lui. S'il meurt, Vivécume revient à Bartho du coup, tant que Bertin n'a pas d'enfant, y'a donc bien un héritier identifié.
Pour Ansemer, Bertin en est l'héritier tant que Bartho n'a pas d'enfant. Il n'en est pas le titulaire, donc il peut chevaucher gaiement. Si jamais Bartho venait à mourir, là Bertin serait duc et ne pourrait plus chevaucher.

Je ne sais pas si la distinction te semble plus claire ? :siwi:










Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 25 Juin - 21:36

Je crois..? :hm:

Du coup, ce ne serait pas tant une histoire d'héritage que de titulaire? L'héritier d'un domaine peut chevaucher tant qu'il n'en est pas titulaire ? Et s'il est un petit noble et qu'il a un héritier, il peut alors chevaucher même s'il est titulaire ?

Admettons un personnage A, premier fils et héritier de la baronnie B.
- Si A a un ou des frères plus jeunes, il pourrait, donc, chevaucher puisqu'il n'est ni titulaire, ni dernier de sa lignée.
- Si A n'a pas d'héritier, il ne pourra chevaucher que s'il réussi à avoir un héritier.

Est-ce exact ?








Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 25 Juin - 22:20

Ton exemple est juste. :sisi:

En fait, Bertin n'est pas censé hériter d'Ansemer. Si tout se passe comme ça le devrait, Bartholomé aura un ou plusieurs enfants qui hériteront du duché. Par contre, Bertin est censé hériter de Vivécume depuis le départ. Et comme il a pas de petit frère ni de petite soeur... :sisi: Tu vois la nuance ? :cute:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin EmptyMar 25 Juin - 22:33

Oui, je vois :sisi:

Merci :siwi:








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: ANSEMER (D'), Bertin   ANSEMER (D'), Bertin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
ANSEMER (D'), Bertin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Capitales :: Fiches de présentation-
Sauter vers: