AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-36%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
109 € 170 €
Voir le deal

Partagez
 

 AMAR (d'), Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyLun 8 Avr - 23:19

POINTS PRINCIPAUX :
◌ Capitaine de Vol de Lagrance
◌ Mage du Sang
◌ Caractère similaire (quelques variations, peut-être un peu moins "doux", à confirmer)

CHRONOLOGIE :
...

POINTS ANNEXES :
◌ Un Familieeeer ! Je veux bien des propositions, même si j'aime mon renard :coeur:

Sous le regard des dieux
Chevaucheur




Tristan

d'Amar

ft. Eddie Redmayne

Tristan a fini par accepter cette magie qui est la sienne, au prix d'un immense sacrifice : il a failli perdre Ferveur, mais il a maintenant abandonné sa magie de l'Hiver.




En bref

Âge : 34 ans.
Date et lieu de naissance : 13 août 969, à Amar (Lagrance).
Statut/profession : Capitaine de vol de Lagrance, marquis d'Amar, mage du Sang, ancien mage de l'Hiver.
Allégeance : Elle est difficile à définir. Il est loyal envers Gustave de Faërie, mais davantage car c'est son beau père que parce qu'il est empereur. Il était fidèle à Chimène de Faërie, mais ne sait plus bien comment se positionner vis-à-vis d'elle, et de son attitude envers les mages du Sang. Il est, cependant, indéniablement fidèle à son épouse, Armandine, à ses duc et duchesse et à leur duché, et à son empire.
Dieux tutélaires : Argon. Son grand père l'y a confié, espérant ainsi en faire un homme plus honorable que son père. Mnémosie. Tristan s'est voué à la déesse, conséquence naturelle de son désir de tout apprendre sur Arven et son passé. Valda. Le chevaucheur est grandement reconnaissant de la chance qu'il a eue, de le devenir, et se dévoue à la déesse. Sithis. Le dieu l'a marqué, révélant cette magie scellée qui coulait dans son sang.


Tristan aurait pu naître bâtard, important uniquement pour sa mère, libre, irrévérencieux, insouciant. Le destin en a décidé autrement. Fils unique issu d’un second mariage, cadet de quatre enfants, quatre demi-frères et sœurs, d’une famille noble, il a du apprendre à s’effacer, dans l’ombre d'une fratrie et d'un père qui ne voulaient pas de lui. À se faire discret, à être là sans réellement être présent. Le bébé rieur et charmant, l’enfant vif et joyeux dont le visage s’illuminait en voyant son père avant qu'ils ne comprennent qu'il n'était qu'un outil, tous deux furent vite étouffés au profit d’un enfant inexpressif. Chaque joie, chaque contrariété – et elles étaient nombreuses, surtout ces dernières -, Tristan les gardait pour lui. S’il a pu sembler introverti, il est plutôt un excellent dissimulateur. Menace aux yeux des siens, alors qu’il désirait simplement être des leurs sans jamais vouloir prendre leur place, il n’a pas eu d’autre choix que de s’adapter. Garder ses réussites et ses échecs pour lui, ne pas alimenter la rancœur de ses frères et sœurs, ne pas se faire remarquer des autres nobles. Cela lui a permis d’observer sans être vraiment acteur, et de mieux comprendre les gens, de mieux les cerner.

La façade qu’il s’imposait n’était pas bien épaisse, cependant. Lorsqu’il était seul, il s’inventait mille et une histoires, avec des jouets qu’il avait trouvés ça et là ou que son père lui avait donnés dans le secret, se rêvait Prince ou Chevalier, aimé ou adulé, sirène ou phénix, et bien d’autres. Créatif, rêveur, tant de qualités qu’il a pu développer. Quand sa seule compagnie ne suffisait plus, il se mêlait au peuple, s’imposant à eux naturellement. Fantasque par côtés, téméraire et même un peu trop, il trouvait auprès d’eux la liberté dont il ne jouissait pas dans sa fratrie. C’est toutefois un trait de caractère que peu de gens ont l’opportunité de voir. Sa condition de mage du Sang, ses responsabilités et la guerre l’ont étouffé. S’il a parfois quelques sursauts de fantaisie, c’est très rare.

Cependant, sa flamme n’a pas été étouffée. Il veut plus, toujours. Il est relégué au second rang, mais il ne laisse pas ces limites s’imposer à lui. Ambitieux, il s’est efforcé d'être le meilleur à l'académie, puis au sein des Chevaucheurs. Il a encore du travail, mais il s'est distingué en devenant Capitaine de vol. Au lieu de la rancœur que l’injustice aurait pu faire naître en lui, une force insidieuse est née. Sa volonté ne peut être brisée, et quitte à s’attirer des inimitiés, il se battra pour avoir ce à quoi il estime avoir droit, malgré sa grande bonté à l'égard des autres. Son combat pour réhabiliter réellement et définitivement les mages du Sang en fait partie. Bien que cela prenne du temps, il n’abandonnera pas, il ne perdra pas son but de vue.

Caractère


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Julie et j'ai 29 ans. Sur le Net, on m'appelle plutôt Elnaië. J'ai découvert le forum via le staff et voici ce que j'en pense : :boo: .
Pour les inventés : Je ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.  




Histoire

Fille aînée du Marquis d’Amar, la mère de Tristan, Célise, fut déflorée par un noble de passage qui la prit de force, tout juste âgée de seize ans. Le coupable prit la fuite et laissa la jeune fille déshonorée. Son père s’empressa de lui contracter un mariage avec un noble, veuf et influent, un marquis menacé par la ruine mais qui tirait profit de ses relations, attiré par l’influence de la famille de sa future épouse, sa richesse et la renommée qui rejaillirait sur lui. Le marquis bouleversa l’ordre de succession, faisant de son cadet son héritier, quand il fut certain que sa fille portait la vie. Un enfant naturel, même couvert par un mariage, n’hériterait pas de son domaine. Pas plus que les quatre premiers enfants de son gendre. Amar resterait à sa famille : son gendre pouvait avoir tout l’honneur, toutes les richesses, qu’il voulait, mais il n’aurait pas son domaine, pas plus que ses fils. La mère de Tristan perdit, fort heureusement pour ses parents, son bâtard et vécut très douloureusement cette perte du seul bienfait qui résultait de son viol. Sans même se douter un instant que sa propre mère lui avait donné à son insu divers thés et potions qui pouvaient avoir cet effet, sans jamais être sûre qu’elle avait eu gain de cause. Son mari, cruel et ambitieux, bien décidé à avoir la mainmise sur Amar, voulait un héritier de sa nouvelle femme, et se força dans sa couche, sans même la laisser se remettre de la perte de ce qu’il nommait une abomination qu’elle n’aurait jamais du vouloir. Il devint donc de nouveau père à 30 ans, alors que sa femme de dix-sept ans en ressortait considérablement meurtrie et affaiblie. Une maladie de l’esprit, plus que physique, qui avait bon nombre de conséquences, et la laissait souvent fiévreuse et prise de démence.

Le petit Lagran fut éduqué par son père qui lui fournit différents précepteurs, qui désirait s’assurer qu’il pourrait être considéré comme un héritier recevable pour Amar si son jour venait, et surtout s’assurer que son fils lui serait reconnaissant et redevable, s’il ne l’aimait pas. Projets qui furent contrecarrés par la magie qui coulait en Tristan, qui se manifesta quelques mois avant ses douze ans, fin février 981. Le jeune garçon avait tenté en vain de faire pousser des fleurs à offrir à sa mère sur une parcelle de terrain réputée aride, que ses frères et sœurs lui avaient gentiment cédée pour se jouer de lui. Sauf qu'au lieu de faire pousser des fleurs, n'apparut qu'un tas de boue... Il ne comprit pas tout de suite que c'était lui qui avait fait surgir cette eau, mais quand il conta l’anecdote à sa mère, elle le pria de se taire et de n’en rien dire à personne. Ni sa famille, ni personne. Elle insista, et reprit contact avec sa famille pour les prier de lui donner les moyens de se rendre à l’Académie, dans le plus grand secret. L’entreprise ne fut pas aisée, loin de là, mais à l’aube de ses douze ans, alors qu’une fête pour son anniversaire et pour le connaître était prétendument organisée, le marquis d’Amar profita de la situation pour que l’on emmène son petit-fils à Lorgol au courant de la nuit, dans le plus grand secret. Le père de Tristan, quand il découvrit le pot aux roses, fut furieux et répudia sa femme, sans se séparer officiellement d’elle, prenant de nombreuses maîtresses et semant des bâtards un peu partout. La mère de Tristan, exilée à Amar pour son plus grand bonheur, recouvra la santé, à l’écart de son époux.

Tristan, pour sa part, se plaisait grandement à l’académie, où il entra en septembre 981. Sa joie de vivre reprit le dessus, et il s’entendit relativement bien avec ses camarades, quoi que toujours surpris de ne plus être repoussé et détesté, s’attendant à cette infortune. Il se prit à perdre cette défiance, alors que les mois puis les années passaient, et qu’il travaillait sans relâche, espérant faire la fierté de sa famille, et peut-être aussi que ses frères et sœurs ne lui en voudraient plus d’être simplement né, maintenant qu’il était loin. C’était peine perdue : son père ne voulait plus le recevoir, et se contentait de percevoir de l’argent de ses grands-parents, sous réserve de laisser leur fille tranquille. Si Célise avait subi une amélioration fulgurante de sa santé, cela ne dura pas, et elle fut emportée à trente cinq ans, début septembre 987, par une fièvre terrible, alors que Tristan n’en avait que dix-huit. Ce fut le seul moment que Tristan ne consacra pas à ses études, se précipitant auprès de ses grands-parents, passant un mois avec eux pour la première fois de sa vie, rompant dès lors tout contact avec son père qui ne fit même pas l’effort de sauver les apparences en assistant aux funérailles.

Il maîtrisait plutôt bien la magie élémentaire de l’Hiver, même si son désir de tout connaître et d’approcher les autres branches de la magie de l’Hiver lui avait valu de rester dans son cursus plus longtemps que la norme. À la mort de sa mère, alors qu’il venait d’entamer une spécialisation pour pouvoir faire apparaître des élémentaires de glace souverains, le choc de la voir disparaître alors qu’il ne l’avait plus vue depuis six ans le convainc de se présenter auprès des dragons et d’abandonner sa spécialisation, afin de devenir Chevaucheur. La consécration de ses années d’étude se trouverait là, même s’il avait initialement hésité avant de se lancer. Ferveur, dragon de Saphir, se présenta à lui. Tristan se jeta à corps perdu dans son apprentissage, prêt à montrer à sa famille sa valeur, et à son père et sa fratrie qu’ils s’étaient trompés à son sujet, tout en taisant qu’à vouloir trop en faire, il avait failli se brûler les ailes. Quand il ne s’entraînait pas avec Ferveur, il sollicitait son professeur pour perfectionner encore la maîtrise de sa magie, insatisfait, et ne pas perdre de vue la spécialisation qu’il avait entreprise, bien déterminé à en faire son champ d’expertise. Et s’il était congédié par son professeur, il lisait autant de livres qu’il pouvait, qui pourrait l’aider. Il s’épuisait à la tâche, et si Ferveur ne l’avait pas rattrapé au vol plusieurs, il aurait pu voir sa vie écourtée prématurément. Il rejoint malgré tout l’escadron de Lagrance, avec fierté, à 23 ans, en juin 993. Le retour du jeune homme vit sa famille maternelle aussi bien que paternelle réunie à Amar, pour célébrer sa réussite. Tant d’hypocrisie, de ses frères et sœurs, de son père dont l’ambition n’avait pas décrue. C’est donc résolu à ne plus les voir, que Tristan se sépara d’eux, et demanda à son grand-père de cesser de leur donner le moindre sou, bien que ce dernier affirme s’être engagé et refuser de ternir ainsi son honneur. Il réintégra en revanche son petit-fils comme héritier potentiel, si son fils Louis périssait sans héritier, qui devint donc Tristan d’Amar, le jour de ses 24 ans, le 13 août 993. Il s’investit pleinement dans son rôle au sein de l’Escadron, bien déterminé à se montrer digne de la confiance qui lui était donnée. Sa rancœur contre son père était alimentée par les courriers réguliers qu’il recevait de ce dernier, pour recevoir ses revenus de Chevaucheur dont il estimait qu’ils lui revenaient, malgré l’inflexibilité de Tristan. Le fiel qu’il avait contre son père alimentait la ferveur qu’il mettait à être un excellent chevaucheur, pour pouvoir lui infliger son succès sans qu’il ne puisse l’atteindre, et le fit devenir capitaine de vol de son escadron à trente ans, en mars 1000. L’inimitié entre eux continua à grandir, jusqu’à ce que le malheur s’abatte sur la famille d’Amar, ses grands-parents et son oncle se faisant assassiner une nuit alors qu’ils rentraient chez eux, le 26 décembre 1000, faisant de Tristan le marquis d’Amar. Ce dernier ne sait encore comment agir, tiraillé entre son devoir envers les Chevaucheurs et celui envers sa famille, alors qu’il ne veut pas de cette position qui lui incombe. Il est presque tenté de prendre épouse, et de lui confier la gestion d’Amar. Il blâme son père, qui est venu lui demander de placer l’un de ses frères ou l’une de ses sœurs dans le domaine pour le gérer pour lui, et il a manqué de peu de le faire rôtir par Ferveur, se contrôlant au dernier moment. Mais il se méfie de lui, et de ses manigances, persuadé sans preuve qu’il a fait assassiner sa seule réelle famille.

Pendant le livre I : Tristan a vécu beaucoup de changements, pendant cette dernière année. S'il a facilement pris ses repères en tant que Chevaucheur, et même en tant que marquis contrairement à ses espérances, que la mort de son père n'a pas eu d'impact sa vie, sa Magie du Sang l'a chamboulée. C'est suite à cela qu'il a rejoint l'Ordre, et qu'il a œuvré à ses côtés. Il a apprécié que Blanche de Silure se déclare ouvertement mage du Sang et protectrice de ces derniers, dans un duché où leur présence n'est pas la bienvenue.

Pendant le livre II : Il a pris connaissance de la nomination d'Anaëlle Faucheblé en tant que Capitaine de Cibella avec contrariété, elle qui ne cachait pas réellement son inimitié pour les mages du Sang, bien qu'elle fut vite reléguée à un léger désagrément, en comparaison avec la déclaration de guerre, malgré le fait qu'ils soient contraints de travailler ensemble. Il voit d'un très mauvais œil les alliances qui se nouent en Ibélène, bien qu'ils soient plus avantagés pour le moment vis-à-vis de la guerre.

S'il a rejoint l'Ordre, il est courroucé par les actes inconsidérés et agressifs qu'on leur impute, disputé entre l'idée qu'on cherche à ternir leur image, ou que ça soit réellement eux qui ont commis tous ces actes terribles. Il est toujours partisan de la libération des magies et des savoirs disparus, mais est mal à l'aise vis-à-vis de cette réputation que l'on fait à l'ordre. Et la mort de l'impératrice d'Ibélène ainsi que le coma de son époux, bien que bénéfiques pour Faërie toujours en guerre, confortent ce malaise. Il se rapproche de factions plus modérées.

Personnellement, il a consenti à un énorme sacrifice, celui de Ferveur, pour embrasser sa magie du Sang. Il devint ainsi le premier Chevaucheur mage du Sang depuis de longues années, Ferveur devenant un dragon d'Argent. Il a, ainsi, appris à maîtriser la magie du Sang, l'utilisant lors de la Chasse Sauvage, pour se protéger, pendant qu'il cherchait à tuer les chiens qui l'accompagnaient. Il courtise Armandine depuis mars 1002. Lors de l'épidémie qui a frappé les mages, il a compromis sa santé pour se rendre à Roc-Épine aux côtés de sa Chevaucheuse Élise, et trouver un remède. Il en est affaibli et garde de nombreuses séquelles, qui devraient s'estomper progressivement.

TRAME ALTERNÉE (Intrigue 2.3 La Roue Brisée)
Tristan s'est voué à la magie du Sang au détriment de celle de l'Hiver, mais en a perdu Ferveur, et sa place de Chevaucheur. Il a été réduit à gérer son domaine et l'enfant qu'il a eu de son épouse Agnès, haïssant cette vie. Il s'est réveillé le 26 mai, pour empêcher Castiel de Sombreflamme de souiller le corps de son duc. Hormis ces cinq jours assez brefs, le temps s'est écoulé normalement pour lui, avec la guerre et ses tentatives de rétablir réellement les mages du Sang en Arven.
Il a choisi de tout oublier, ne pouvant supporter d'avoir perdu Ferveur.

Pendant le livre III : Tristan se fiance officiellement à Armandine de Faërie en décembre 1002. Le mariage est prévu pour la fête de l'Engagement, le 23 septembre 1003. Il accueille avec soulagement la nouvelle de la trêve hivernale. Il ne sait que penser des dissensions qui agitent Ibélène, bien conscient que l'empire en est fragilisé, si la guerre devait reprendre... La Chasse Sauvage occupe tous les esprits, pourtant, et il ne peut qu'admirer le sacrifice de la Rose, à qui il était pourtant fermement opposé, pour endiguer la menace qu'elle représente. Une menace dont la puissance effrayait Tristan, alors que l'empereur ibéen revenait à la vie... pour disparaître quelques mois après, remplacé par un Belliférien belliqueux, déterminé à s'élever plus encore. La guerre reprendrait-elle ? Ni la naissance de sa filleule, fille de Tara et Merle, ni la douceur de son union avec Armandine n'arrive pas à apaiser ses inquiétudes, ravivées par les évènements de l'Académie, et la disparition des Dieux. S'il essayait de maintenir le vol de Lagrance en l'état, c'était un coup dur que la disparition des Dieux.



Questions


Les dieux majeurs ont visiblement déserté le Panthéon. Es-tu croyant ? Qu'est-ce que cette disparition implique pour toi ?
• C'est un coup dur pour Tristan. Même s'il n'avait pas, personnellement, été affecté par cette disparition, il serait forcé d'y faire face. Nombre de ses Chevaucheurs semblent perdre leurs moyens, et se blesser. Résultats de la disparition des Dieux ou de la peur qu'elle fait naître en eux, il ne saurait le dire avec certitude, mais il est persuadé que c'est un mélange des deux. Lui même se sent déboussolé, à cause de ça.

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
• Il y a assisté, aux premières loges, et il est encore, quelques fois, hanté par les cadavres déchiquetés, les corps sanguinolents, et le rôle qu'il a eu là-dedans - bien qu'il ne pense pas qu'il ait eu tort, de se rendre à l'Académie, ce jour-là. Il les craint, d'une terreur qu'il a rarement ressentie. Plus encore maintenant qu'ils ont ramené un mort à la vie. Il craint de n'avoir eu qu'un minime aperçu de leurs pouvoirs, et se sent mal à l'idée qu'elle en ait beaucoup plus que cela.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Lorgol a été une vraie délivrance pour Tristan, qui s'est enfin senti libéré du cocon de misère dans lequel il était enfermé, et a pu reléguer le mystère dont il devait s'entourer loin derrière lui, ou du moins l'utiliser plus modérément. Il l'apprécie réellement, bien qu'il ne l'aime pas autant que Lagrance, et qu'il s'en soit éloigné, ces dernières années. Encore plus après avoir vu le carnage perpétré par la Chasse Sauvage, à l'occasion du Jour des Anciens, et depuis l'horreur survenue à l'Académie en cette fin d'année 1003.



Ce soir, on danse

Arven

31 janvier 1001


Tristan lisait et relisait les missives posées devant lui. Une adressée à tout l’escadron de chevaucheurs de Lagrance, les conviant à assister aux festivités organisées pour célébrer les vingt cinq ans de la l’Impératrice Chimène, et l’une adressée personnellement au Marquis d’Amar, qui moins d’un mois auparavant était son grand-père. Il y irait, il n’avait pas le choix, mais serait-il introduit officiellement comme marquis d’Amar ? Il ne désirait guère que ce soit le cas, et il souhaitait pourtant, quelque part, humilier son père et ses frères et sœurs, qui seraient très certainement présent. Il ne pouvait croire que ces derniers soient innocents dans les manigances de son père, ce dernier ayant ordonné – selon ses propres mots – à son fils de confier à son frère aîné la régence du domaine, et une place d’importance à ses autres frère et sœurs. Soupirant, il rangea brusquement la missive qui lui était personnellement adressée dans un tiroir, et se leva pour faire les cent pas. Il n’était absolument pas certain de pouvoir assumer cette nouvelle position, et de pouvoir s’occuper convenablement d’Amar sans négliger son escadron, et encore moins de le vouloir. Et personne ne pouvait le conseiller. À qui pouvait-il confier ses tourments ? Les chevaucheurs, peut-être. Mais aucun d’entre eux ne comprendrait. Soit ils le trouveraient, soit ingrat, bien qu’aucune différence n’existe entre eux pour leurs origines. Il était trop tard pour changer quoi que ce soit, de toute façon. Et peut-être pourrait-il trouver une épouse, lors des festivités, qui s’occuperait du domaine et de sa régence, pendant que Tristan chevaucherait Ferveur. Oui, peut-être était-ce le mieux. Un mariage d’amour était de toute façon exclu maintenant, et ce n’était destiné qu’aux rêves des insouciants. Soupirant de frustration causée par l’incertitude qui l’étreignait, Tristan sortit du domaine pour rejoindre son dragon, et s’évader de cette situation oppressante.

⚜️

Les jours qui le séparaient de l’anniversaire de l’Impératrice passèrent vite, très vite, et Tristan n’eut guère le temps de ressasser ces soucis qui l’étreignaient, trop préoccupé par tout ce qu’il avait à régler à Amar. L’intendance, l’occupation des lieux, et bien d’autres soucis encore. Il ne s’écarta de cela que pour se faire confectionner une tenue digne d’un Capitaine de Vol et d’un Marquis simultanément, qui n’entravait pas trop ses mouvements s’il devait monter Ferveur. Les domestiques avaient pour charge de trouver une parure digne d’une Impératrice, à lui offrir. Il fut cependant fin prêt, et se rendit à Alfaë avec les autres Chevaucheurs de Lagrance, ayant envoyé ses affaires avant lui dans les appartements qu’il s’était choisis. Il les retrouva sans encombre, et put donc ainsi se préparer à la soirée, qu’il appréhendait, et qu’il attendait également. S’il souhaitait passer inaperçu, il désirait aussi voir de ses yeux celle qui représentait les contrées qu’il servait et servirait sa vie durant, si le Destin le lui permettait. Il tressaillit quand on le présenta et chercha à écourter l’instant, avant que tous les yeux ne se tournent vers ce marquis que l’on considèrerait probablement comme parvenu, et tenta de se fondre au mieux dans la foule, avant que l’agitation ne la prenne. Le nom de l’Impératrice parcourait toutes les lèvres, sans pourtant qu’elle n’apparaisse pour ses invités.




Récapitulatif

Tristan d'Amar

Mise à jour des registres et bottins



♦️ Eddie Redmayne
♦️ Compte principal : Oui
♦️ Groupes secondaires : Chevaucheurs / Mages / Noblesse

♦️ Noblesse : Marquis / Amar / Lagrance
♦️ Magie : Sang / Modelage
♦️ Familier : Kumquat / Renard roux / Femelle
♦️ Dragon : Ferveur / Argent / Masculin / 351
♦️ Hiérarchie : Vol de Lagrance / Capitaine
♦️ Affiliation : Ordre du Jugement













Dernière édition par Tristan d'Amar le Lun 8 Avr - 23:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyLun 8 Avr - 23:19

LIENS :
Truc

Muche

Bidule










Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyLun 8 Avr - 23:20

QUESTIONS :
◌ Familier :vv:
◌ ...
◌ ...










Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyMar 9 Avr - 1:08

Bonjour,

Je suis le VRP des Familiers :sisi:

- une renarde (Kumquat serait mieux en fille, peut-être ?)
- une dame coucou (pour vrai, l'oiseau, hein :geu: )
- une dame héron cendrée
- une belette
- une suricate

J'espère que cette sélection te plaît ♥️










Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyMar 9 Avr - 18:57

Tant de choix cool :vv:

J'hésite entre le renard et le suricate :hm: Mais j'aime quand même beaucoup le suricate, je pense partir sur ça. :sisi:

Pour le fait que c'ait été un mâle jusqu'à présent, c'était par rapport à la vision de Tristan de pas être particulièrement penché sur les relations amoureuses, mais de plutôt y céder si la personne en face de lui le séduit (homme ou femme, même si le cas masculin s'est pas forcément présenté :red: ) ! Mais j'ai pas d'objection particulière à ce que ce soit un Familier femelle, je vais réfléchir :sisi:

Merci :coeur:










Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyMar 4 Juin - 15:19

Coucou, on passe faire un premier tour sur ta fiche. :eheh:

Il y a quelques points qu'on aimerait relever :

- On remet en vigueur le fait que les détenteurs d'un domaine important (marquisat et comté) ne deviennent pas Chevaucheur. Tristan devrait abandonner son poste ! C'est passé au début du forum parce que la règle n'était pas encore établie et qu'on allait pas te faire changer ton perso en cours de route. :sisi: Le seul moyen pour que Tristan reprenne son activité de Chevaucheur, c'est qu'il ait un héritier.
- Un autre point qui a été discuté et qui apparaîtra dans les annexes : désormais les Chevaucheurs seront uniquement détenteurs de magie offensive. Ce n'est pas vraiment le cas de la magie du Sang (ça fait pas boom quoi :argh:). En plus de ça, la magie du Sang est réellement mal vue, je ne pense pas que Tristan aurait été accepté et le cas échéant, il aurait eu beaucoup de mal à s'intégrer, sans parler de grimper les échelons. Cela dit, tu peux changer de magie. :sisi:
- Ca nous semble pas mal que tu fasses Tristan moins doux. :**: Déjà parce qu'il est Lagran, mais en plus, si tu le laisses mage du Sang, il aura été forcé de se forger un caractère plus dur. :oui:

Voilà, je crois que c'est tout ! N'hésite pas à dire si ce n'est pas clair. Et pense à éditer ton sous-titre si tu ajoutes des éléments et/ou si tu as d'autres questions. :coeur:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyMer 5 Juin - 22:34

Je vous avoue que je suis un peu dépitée. Je comprends bien que vous ayez modifié des choses parce que ça ne collait pas à ce que vous cherchez à mettre en place, mais quand nous en avions discuté initialement, l'essentiel du perso devait être exploitable.

Là, en l'état, rien ne restera - il n'avait pas de magie offensive (pas même avant qu'il ne devienne mage du Sang), le fait d'être unique héritier puis marquis [ce qui a eu lieu, pour les deux, après qu'il soit devenu Capitaine] alors qu'il ne voulait absolument pas gérer un domaine ne sera plus là (la non possibilité de cumuler les deux était déjà en vigueur, mais tout dépendait de la justification).

Je n'arrive pas à reconnaître Tristan dans ces changements. Alors je dois avouer que j'ai du mal à voir l'intérêt de le conserver de cette façon. Parce que quitte à tout changer, autant refaire un perso de A à Z.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyVen 7 Juin - 13:44

Oui on comprend bien que c'était plus de circonstance qu'autre chose, mais là il va falloir choisir. On ne peut plus devenir mage du Sang "en cours de route". Une fois que la personne a choisi sa magie, elle ne pourra plus en changer.

Pour Tristan, ce sera donc soit marquis et Chevaucheur. Soit marquis et mage du Sang. Pour l'aspect Chevaucheur, il peut le devenir tant qu'il a des frères et soeurs en vie. Et s'il advenait qu'il hérite quand même malgré tout du domaine en étant Chevaucheur et qu'il n'a pas de frère et soeur en vie à ce moment-là, il devrait abandonner un temps sa carrière, le temps d'avoir un héritier. :sisi: Il faut assurer la succession, tout ça. :miguel: Ca te permettrait de garder tout de même une bonne portion du personnage !

Après, tu as tout à fait le droit de changer de perso aussi si tu préfères. :oui:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyVen 7 Juin - 16:48

Ça marche ! Je vais réfléchir à tout ça, je sais pas quoi faire pour le moment :sisi: Je pense partir vers l'option "nouveau personnage", mais on verra !
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyJeu 20 Juin - 20:02

Bon, je vais donc totalement abandonner Tristan, pour faire une Ombre venant d'Erebor ! :sisi: Je dois encore réfléchir à tout le reste.










Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan EmptyMar 30 Juil - 11:57

Pas de soucis. :cute: Tu peux dès maintenant commencer sa fiche dans ce sujet, si tu le souhaites. On fera les modifications de comptes, tout ça, au reboot ! :oui:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: AMAR (d'), Tristan   AMAR (d'), Tristan Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
AMAR (d'), Tristan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Capitales :: Fiches de présentation-
Sauter vers: