AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €

Partagez
 

 [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quel(s) texte(s) préférez-vous ?
L'aide de l'Archiviste
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty14%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 14% [ 5 ]
Les Émotions
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty11%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 11% [ 4 ]
Aly à la chevelure de flamme
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty8%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 8% [ 3 ]
Kenerin
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty14%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 14% [ 5 ]
Pikebout
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty3%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 3% [ 1 ]
Amir
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty17%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 17% [ 6 ]
Auprès de la suite de Mirta
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty25%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 25% [ 9 ]
De l'art de la Médecine et des petits Bisous
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty8%[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty
 8% [ 3 ]
Total des votes : 36
 
Sondage clos

AuteurMessage
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats   [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats EmptySam 6 Juil - 15:15





Chroniques d'Arven

Les dieux ont un incroyable talent

Il est temps de voter !



J'ai reçu plusieurs propositions pour l'animation sur les dieux, et autant dire que je ne suis pas déçue ! :haww: Certains sont beaux, d'autres intrigants. Quant à certaines inventions de dieux, elles m'ont juste énormément fait rire. :mdr:

Vous avez deux semaines pour voter via le sondage, c'est-à-dire jusqu'à samedi 20 juillet (23h59, heure française). Vous pouvez voter pour plusieurs textes, mais uniquement avec votre compte principal. Merci de jouer le jeu ! :oui:

Bonne lecture. :coeur:
Sommaire
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats 33b1o91




L'aide de l'Archiviste

Mnémosie en sa demeure croulait sous les souvenirs
Elle archivait, consignait du soir au matin
Les moments passés et les instants qui venaient de mourir.
Elle était assidue, la fidèle épouse du Destin.
Mais le temps passant, les êtres évoluant,
Les souvenirs gagnant en complexité,
Les choses en gravité,
Mnémosie subissait le changement
Et bien que d’Obedia quelquefois elle fut assistée
La tâche était colossale et la déesse commençait à s’épuiser.

Elle finit par s’en aller quérir l’aide de Bramir, dieu au sourire goguenard des Rumeurs et des On-dits, seigneur des Médisances
Allié de Stélé et aimé de Crisinthe en un couple parfaitement assorti
Le choix était étrange, mais parfaitement réfléchi :
Quel autre être pour la seconder que celui qui manipule les vérités à mi-mots avec aisance ?

Les intentions de Bramir, quoi qu’on en dise, étaient pures
Il avait à coeur d’aider une existence épuisée
Lui qui sait combien le poids des murmures
Peut sur les épaules d’un autre lourdement peser.

Pour un temps l’arrangement fut parfait
Bramir au vol récupérait ce que l’Histoire ne devrait retenir
Les souvenirs autrement perdus, amours défendues, chuchotis et soupirs
Toutes les choses secrètes que les hommes dans leur dernier souffle conservaient.
Pendant un temps, il est vrai, on n’eut rien à lui reprocher
Mnémosie retenait le glorieux, il empochait l’oublié.

Mais les instants passent
Et les choses toujours empirent
Et s’il est impossible que Mnémosie, un jour, de sa tâche, se lasse,
Incorruptible maîtresse du passé et des souvenirs,
Son assistant qui pourtant jamais encore n’avait failli ou reculé
Finit un jour maudit par sombrer.

Tout commença d’un murmure au vol attrapé.
Bramir, tout à sa tâche dévoué, en ayant pris connaissance,
Ému par la nouvelle révélée se précipita chez l’Archiviste en urgence,
Certain qu’une telle chose dans l’univers devait résonner.

L’épouse du Destin, devant les mots recueillis,
Gardienne du Passé, Maîtresse de ce qui doit forger l’avenir,
Lui fit en un souffle jurer sa discrétion afin d'éviter le pire.

« Il n’est pas de nouvelle plus dangereuse que cette nouvelle-ci
D’annonce plus terrible que celle que tu me portes, Bramir.
Jamais, je t’en conjure, ne dois-tu révéler ce que tu as reçu
Jamais ne dois-tu confier ce que tu as entendu.
Ne laisse personne se douter que tu en es le gardien
Garde tes lèvres closes, et ce secret à jamais scellé
Garde-le précieusement, que jamais personne parmi les vivants ne sache ce qu’il en est.
Que tous vivent dans l’ignorance, que tous par la crainte soient épargnés. »

Ainsi parla l’Archiviste, ainsi écouta son Aide.
Elle lui confia la tâche d’encore l’assourdir,
Qu’à défaut de pouvoir à cette menace trouver un remède,
De l’emporter avec lui là où meurent les souvenirs.

Le dieu garda précieusement pour lui cette connaissance
A tous il cacha qu’il en était le détenteur
Mais à son aimée Crisinthe, déplorable influence,
Le dieu ne put guère cacher qu’il portait un secret en son coeur.

« Tu as juré de ne jamais le révéler, et c’est tout à ton honneur.
Et jamais ne te demanderais-je de te parjurer.
Mais Mnémosie ne veut-elle que ton malheur
En te forçant ainsi à porter un fardeau que tu n’as pas demandé ?
Je te le dis, mon aimé,ce secret te ronge et te consumera tout entier.
Ne l’as-tu pas dit toi même, nous avons tous à y gagner,
Les dieux comme les âmes, tant que nous vivons et même pour l’éternité ? »

Bramir la crut et se mit à douter.
Les jours passant, la connaissance se fit de plus en plus lourde à porter,
Jusqu’à ce qu’il la sente, là, sur ses lèvres, prête à exploser.
Mais le Seigneur des médisances était rusé, et jamais ne fit ce qui était défendu :
Pour se libérer du poids qui l’accablait et que l’affaire soit résolue,
Pour de Mnémosie éviter la fureur,
Il fit ce qu’il avait toujours fait et qu’on ne pourrait lui reprocher :
De la terrible nouvelle, il fit une rumeur.

Alors vint l’âge du doute et de la peur.
Alors les vivants se mirent à craindre et à s’armer.
Ils construisirent des tours plus hautes que les montagnes, des grilles acérées.
Alors vint l’âge de la révolte et de l’horreur
La rumeur continua de courir, depuis longtemps devenue vérité.

Il ne fallut que peu de temps pour trouver un coupable à cette folie
Pour retrouver, désigné par Mnémosie,
Celui qui avait fait se dresser les fils contre leur père,
Le responsable d’un carnage à nul autre pareil dans cet univers.
Pour ce Dieu, alors, il faudrait un châtiment exemplaire :
Il fallait mettre fin au règne du Seigneur des Médisances.
Au point du jour, on l’agenouilla sur la terre qu’il avait souillée
Et on força sur sa bouche un bâillon pour le contraindre au silence,
si épais que personne jamais plus ne l’entendrait.
Pour toujours, le Dieu des Rumeurs serait muet
Et en lui retirant sa voix, c’était de sa divinité dont on le dépouillait.

Le monde oublia son existence et auprès de l’Archiviste il reprit son rôle.
Parjure et indigne, certes, mais il fallait bien quelqu’un pour la seconder.
Il travaille encore et toujours, les secrets désormais sous son contrôle
Et à jamais son domaine premier oublié.

Bramir, depuis, trie en silence.
Et c’est dans cette absence que les Hommes se sont mis à le vénérer.
Sur ces secrets sur lesquels il veille, faute de pouvoir les dévoiler,
Les croyants lui ont donné la toute-puissance.

Et quand le poids de la connaissance en son esprit se fait trop lourd,
Quand vos secrets indignes et infâmes
En viennent à entamer son âme
Il se tait, car il sait qu’à ses cris étouffés le monde sera sourd.

Ne vous inquiétez pas, vous qui à la nuit ou à votre confident
Confiez dans un murmure vos travers les plus dérangeants
Personne n’en saura rien : Bramir s’en fait le garant.



Les Émotions

Jovias, déesse de la joie, du bonheur et de l'insouciance, protectrice des sourires et des rires, gardienne des jours heureux.
Elle est représentée portant des vêtements de couleurs vives, un immense sourire aux lèvres.

Furor, déesse de la colère et de la rage, sainte patronne des mots plus hauts que les autres, gardienne des disputes et de la rancune.
Elle tient un éclair à la main, son visage est grisé et froid.

Aclys, dieu de la tristesse, de la misère et du désespoir, gardien des pleurs et des humeurs maussades, bienfaiteur des jours pluvieux.
Il est représenté portant un capuchon, de l'eau dégoulinant de ses vêtements.

Freor, dieu de la peur et de l'appréhension, gardien de l'instinct de survie et des crises d'angoisse, bienfaiteur des cris et des appels à l'aide.
Il est représenté genoux à terre, le visage blanchi, une main sur le cœur.

Bark, dieu du dégoût et de la répulsion, gardien des haut-le-cœur et des réactions épidermiques, saint patron de tout ce qui est répugnant et du rejet d'autrui.
Il est représenté un bassinet à la main, le nez retroussé.



Aly à la chevelure de flamme

Aly à la chevelure de flamme
Ou comment rater une tarte à la citrouille

Et aujourd’hui mes amis, c’est sous ce beau gui,
Que je m’en vais conter, à ces jolies oreilles,
La flamboyante vie de la déesse Aly,
Entourés de fleurs que butinent ces abeilles.
Loin de tous tracas, loin des dieux et des mortels,
Vivait Aly, la bienveillante et douce déesse
Entourée de ses amis, qu’elle aimait plus que tout
Venait le renard malin, espiègle et taquin
Suivait l’écureuil filou, affamé mais doux
Tous aimaient les citrouilles, qu’ils mangeaient à toute heure
Mais du changement, voilà ce qu’Aly voulait,
« De la citrouille pour mes fripouilles », chantonnait-elle,
« Encore et toujours ces citrouilles » se plaignait-elle
Le renard proposa du nouveau à Aly
« Tartes et tourtes changent la cuisine » affirmait-il
Aly se mit à l’œuvre, heureuse de faire plaisir,
Mais maladresse, poursuivait la pauvre déesse,
Et le feu si précieux, fut soudain malicieux
Penchée vers les flammes, longue chevelure tombante
Fut happée par le foyer, créant un brasier,
Elle courut, dans l’espoir d’éteindre le brûlant,
Mais feu ne la quitta plus, flamboyant sur elle,
Nuit et jour, elle courut, voulant chasser la flamme,
Mais tenace, feu s’agrippa à elle et resta,
Et c’est ainsi qu’Aly devint la rousse déesse,
Voulant préparer une bonne tarte qui, hélas,
Termina brûlée, loin d’être bonne à manger.



Kenerin

Kenerin (V 1.0) ; dieu des adolescents à l’âme-plus-ancienne-que-vous-ne-le-pensez et incompris, Protecteur de la ténébritude intérieure, Saint-Patron du désespoir dans la nuit noire à la pleine lune.
Il a décidé qu’il était le fils adoptif de Lida et Sithis - sans que ces derniers ne soient réellement d’accord avec ça, mais il s’en fout, c’est que c’est toujours ténébreux d’être le fils de Sithis et Lida.
Son emblème est le corbeau. (noir de jais)
Il est habituellement représenté avec des cernes, un oeil voilé par une mèche de cheveux (noirs, évidemment) et la peau blafarde. Il est vêtu de noir.


Kenerin (V 2.0) ; dieu de la différence et des marginaux, Seigneur des incompris, protecteur des ermites et saint-patron des héros solitaires
Il se considère comme le fils adoptif de Sithis et Lida et protège tout ceux qui s'estiment trop différents pour appartenir à ce monde.
Représenté vêtu de noir avec un capuchon rabattu sur le visage, on raconte qu'il ne s'exprime qu'avec de brèves phrases et de manière cryptique, d'une voix que l'on saurait qualifier de désabusée.



Pikebout

Pikebout ; dieu des grimaces et des masques moches, mécène des tirage de langues et autre faciès volontairement disgracieux, saint patron de ceux qui n'ont pas peur du ridicule.



Amir

- Tu me racontes une histoire pour dormir ?
- Mais tu disais que tu avais sommeil !
- C’était pas vrai, j’avais pas du tout sommeil.
- N’a. N’avais.
- Je n’avais pas du tout sommeil. J’ai dit ça pour que tu viennes me raconter une histoire.
- Bon, bon. Quelle histoire ?
- Celle de Mirta.
- Avec Joseï qui devient amoureux ?
- Oui. En fait non. Tu me l’as trop racontée. Une autre.
- Celle de l’hippopotame en tutu ?
- Non. Elle me fait trop vite dormir. Je voudrais une histoire de dieu…
- Celle de Valda avec l’étoile perdue ?
- Non, celle-là je la connais par cœur ! Une que tu ne m’as jamais encore racontée.
- Qu’Omen me vienne en aide ! Tu crois que j’en ai des stocks comme ça ?
- J’en suis sûr.
- Bon, bon. Comme tu as été gentil avec le chien qui s’est coincé la patte, je vais te parler d’Amir.
- C’est qui Amir ?
- Le dieu de la chasse. Il protège les animaux.
- Tu dis des bêtises. Il peut pas protéger les animaux et les chasser.
- Ne. Il ne peut pas.
- Il ne peut pas. Alors ?
- C’est cet équilibre qu’il faut comprendre. Amir récompense les meilleurs chasseurs en leur faisant croiser la route du cerf blanc. Tu veux que je t’explique ?
- Non. N’explique pas. Raconte !

Au matin du monde, quand les hommes ont commencé à exister, ils avaient grand-peine à survivre. Les dieux tournaient leurs espoirs vers eux malgré tout : ils en étaient certains, les hommes avaient une passion et une curiosité qui les élèveraient parmi les autres créatures d’Arven. Ils s’adapteraient et survivraient.
Alder et Aura tentaient de leur enseigner, mais ils étaient jeunes, avec tout à apprendre et comprendre. Cerah et Amathéon s’efforçaient de les nourrir, mais la Nature était encore indomptée, implacable avec eux. Les hommes craignaient les bêtes. Elles avaient des griffes, des crocs, des cornes, elles voyaient dans le noir et rôdaient près d’eux, invisibles et silencieuses. Les hommes n’ont pour eux que leurs mains, leur flamme au cœur, mais leur tête était encore vide à l’aube des temps.
En ce temps-là Amir le Vif parcourait le monde, saluant toutes les bêtes qui le croisaient. Il lui arrivait d’affronter certains animaux, à la course ou à la force, il respectait la défaite de son adversaire même s’il gagnait toujours : c’était un dieu après tout. Il pouvait rejoindre des prédateurs à la poursuite de leur repas, ou défendre des proies en mauvaise posture, selon son humeur. Forêts, prairies, montagnes, déserts... la Nature était son domaine.
Il s’inquiéta alors de voir les hommes si fragiles, et il décida de leur transmettre ce qu’il savait, lui aussi. Si la majorité des dieux préférait souffler leurs idées aux hommes et les aider sans se montrer, Amir voulu les confronter directement. Il fit forte impression avec ses andouillers immenses et son pas assuré ! Pas un seul bruissement de feuille morte sous ses pieds. Quand ils se firent à sa présence et réussirent à communiquer, il commença à les instruire.
Il leur apprit comment pister, guetter, relever les traces des bêtes. Il leur apprit comment avec leurs mains ils pouvaient créer des arcs, des lances et des pièges pour rivaliser avec les griffes et les crocs. Et il leur apprit la chasse : le noble défi de se mesurer à un animal, de tenter de gagner contre lui par la discrétion, la force ou la ruse. La chasse leur permettrait de se défendre contre les bêtes les plus féroces qui les attaqueraient, et d’ôter la vie sans faire souffrir quand ils auraient faim en hiver.
Et si une bête les déjouait, c’était ainsi et elle méritait sa liberté ou sa proie ; le chasseur ne peut pas toujours gagner. Les hommes apprirent incroyablement vite. Au dieu de la chasse, ils lui créèrent en offrande le plus beau des arcs, aussi souple que puissant. Amir repartit avec son arc à la main, satisfait de ce qu’il avait lui-même offert.
Quand les hommes se firent chasseurs, les loups saluèrent leur progression. De faibles proies les hommes étaient devenus terribles prédateurs, et certains loups se lièrent d’amitié et les hommes apprirent encore : comment piéger un animal en meute, la cohésion d’un groupe.
Ils prirent goût à la chasse, au pouvoir, il se mirent à connaître la Nature et à oublier la peur qu’ils avaient eu d’elle. Griffes et crocs se transformaient en pendentifs, cornes et plumes étaient transformées en belles parures. Les hommes continuèrent à chasser non plus pour se nourrir, mais par amusement égoïste et pour cumuler les trophées. Amir comprenait leur plaisir de la traque et de l’emporter sur l’autre dans ce jeu, mais pourquoi mettre à mort le vaincu sans la faim pour le justifier ? Il sentait que quelque chose lui échappait.

C’était toujours le matin du monde en Arven, les dieux aimaient les hommes et leur enseignaient. La Nature était toujours indomptée, mais les hommes la connaissaient et ne craignaient plus les bêtes. Un jour de fête, ils en tuèrent des dizaines dont ils exhibaient les têtes et les peaux comme succès. Choqué de cet abattage débridé, Amir réapparut et les mit en garde : la vie d’un animal est aussi précieuse que celle d’un homme, il faut chasser avec raison. Ils ne l’écoutèrent pas. Le lendemain, les loups qui étaient restés loups abandonnèrent l’amitié des hommes pour retourner dans la forêt.
Un autre jour de chasse, les hommes tuèrent des dizaines de bêtes et en capturèrent d’autres pour leur faire des tours et les défier à loisir en les affaiblissant. Irrité par tant d’irrespect, Amir réapparut et les mit en garde à nouveau : il leur avait appris à se faire une place parmi les autres bêtes, pas à les asservir et les rabaisser. Ils ne l’écoutèrent pas. Le lendemain, presque toutes les bêtes avaient réussi à s’enfuir, mais il y eu beaucoup de morts et de dégâts.
Un autre jour encore, les hommes chassèrent et massacrèrent tous les cerfs blancs du monde, uniquement pour leurs magnifiques peaux et leurs bois givrés d’argent, ne se souciant guère de leur lente agonie ou de la détresse des faons encore vivants. Courroucé, Amir revint parmi les hommes, cette fois silencieux, sans un mot. Le regard qu’il posait sur eux était si rempli de fureur sauvage qu’ils étaient pétrifiés d’effroi. Il les observa tous, sondant leurs cœurs, passant devant eux de sa démarche mesurée, leur infligeant sa colère muette. Puis il disparut sous les arbres, sans offrir aucune mise en garde ou avertissement. Le lendemain, toutes les peaux blanches se désagrégèrent comme de la cendre entre les doigts et les bois d’argent virèrent au noir, friables comme du charbon. Mais ce n’était pas tout.

À partir de ce jour, les hommes qui persistaient à maltraiter des bêtes ou à les chasser pour leur seul plaisir et gloire, ceux-là se voyaient frappés par la malédiction d’Amir : ils devenaient  incapables de manger la viande de leur chasse sans être malade, les peaux et fourrures de leurs victimes les grattaient affreusement, les colliers et pendentifs de crocs et cornes leur brûlait la peau en laissant des marques sombres. Quiconque tentait d’approcher un faon blanc se faisait tuer par Amir en personne, sans somation, mais rapidement ces jeunes créatures disparurent de la vue des hommes.
Mais à partir de ce jour également, les hommes qui savaient chasser avec raison, tout en respectant la vie des autres créatures d’Arven, ceux-là pouvaient attirer sur eux le regard bienveillant d’Amir : ils pouvaient croiser la route d’un cerf blanc, sa robe de neige étincelante au milieu de la verdure de la forêt. Ce qu’il peut se passer alors, seul le chasseur et le cerf en décident. Le dieu observe sans intervenir. Beaucoup reviennent bredouilles, certains reviennent avec un arc blanc resplendissant qui se désagrège lors de leur mort. Mais on raconte que tous ont dans leur regard une lueur d’émerveillement et ils peinent à raconter ce qu’ils ont vécu. On raconte encore qu’un seul chasseur réussit a ramener des andouillers. Ils font partie de la couronne d’Obéron de Faërie.
C’est depuis ce jour que si l’on continue à chasser les animaux, on le fait avec raison. Le cerf et ses andouillers inspire à la fois la noblesse, le respect... et la peur pour ceux qui se croient supérieurs aux autres créatures du monde. Car si on méprise les animaux, le courroux d’Amir le Vif peut s’abattre. Mais le dieu n’oublie pas pour autant ceux qui ont su rester bienveillants.

- Alors, cette nouvelle histoire t’a plu ?
- La couronne d’Obéron ? Comme Obéron le Roi Blanc ?
- Oui, mais cela date d’avant la Rose Écarlate, lorsqu’il était juste empereur. C’est tout ce que tu as retenu ?
- Oui. Non. J’y réfléchirai. Raconte-moi plutôt l’histoire de la couronne.
- Misère ! Pourquoi penses-tu qu’il y a une histoire ?
- Si tu en a parlé avec Amir et le cerf blanc, c’est qu’il y en a forcément une !
- Peut-être. Tu es futé. Mais s’il y a une autre histoire, je ne te la raconterai pas ce soir.
- Pourquoi ?
- C’est l’heure de dormir. Demain tu auras une histoire sur la Rose.
- Promis ?
- Promis. Bonne nuit.



Auprès de la suite de Mirta

Comme leurs rires sont enchanteurs, aux suivantes de Mirta ! Comme leurs gestes sont gracieux, leur parfum délicat, leurs cheveux soyeux ! Il les dévore des yeux, timide, caché dans les feuillages des jardins de Cerah, où l’Ardente et sa suite se prélassent près d’une rivière. Il rêve de toucher leur peau satinée et ose à peine penser à la chaleur de leurs courbes, sans que le feu brûle à ses joues. Il se contente de les regarder rire et s’embrasser, leurs mains voler comme des papillons, alors qu’elles ornent leurs cheveux de tresses et de fleurs.

Les interrompre, leur parler ? Il ne s’en sent pas légitime.

Il n’est pas Syned, qui glisse entre les herbes sous sa forme de serpent et vient se lover contre leur sein.
Il n’est pas Amir, agile et vif, menant biches et oiseaux à leurs côtés pour les charmer.
Il n’est pas Aldis, au rire en murmure de cascade et au corps de nymphe, amie privilégiée.

Il est jeune, si petit, dieu mineur que l’on invoque à peine, sur les terres des hommes. Peut-être cela ne durera-t-il qu’un temps ? Plusieurs cultes cessent, après tout, plusieurs d’entre eux sont délaissés et leurs pouvoirs s’amenuisent, petit à petit, alors que l’oubli les emportent, et qu’ils ne deviennent qu’un vague souvenir qui s’efface davantage à chaque génération décédée.

Pour l’instant, il les observe en silence, les yeux brillants d’envie, la bouche pleine de soupirs. Un loisir sans heurt, sans douleur, jusqu’à ce que la Subtile Kali laisse tomber ses voiles afin d’aller se rafraîchir sans les eaux d’Aldis. Un hoquet lui échappe, bruyant, et il est trop tard. Toutes les têtes se tournent précisément sur le buisson où il est terré et d’où il ne sortira plus jamais, probablement, mortifié de honte. Il les voit, prêtes à fuir, leurs beaux visages soudainement inquiets. Ceci, jusqu’à ce que Sambra, la Tendre, se lève et s’approche du buisson où il est recroquevillé. Loin de se tordre de dégoût, son visage s’éclaire, et sa main vient cueillir la joue glabre du jeune homme. « Tu es si jeune ! », s’émerveille la déesse devant le visage qu’il lui révèle, celui d’un adolescent, encore, à peine sorti de l’enfance. Sa peau est si sombre, jusqu’à se fondre dans le pelage du bas de son corps, et ses yeux dorés autant que les boucles de ses cheveux. Deux cornes en dépassent, rondes et lourdes, faites de ce même or splendide. Jamais la Tendre n’a vu de telle créature, dans les jardins de Cerah, mais dans les yeux de l’inconnu, elle reconnaît ses sentiments. Elle reconnaît l’envie et le désir, l’admiration et la timidité, elle reconnaît ceux et celles que l’Ardente et ses suivantes séduisent sans s’arrêter. Elle reconnaît la solitude, également, et celle qui a fait de l’Amitié son domaine est attendrie. « Quel est ton nom ? Pan. » Pan, dieu de presque rien, dieu de rien du tout. Pan, le Troubadour, homme et animal à la fois, né des chants et des nuits chaudes d’Ostara, enfant étrange d’Erelf et d’Aïda, neveu de la Pertinente. Père du Vin Tiré Qu’Il Faut Boire, protecteur des Musiciens Improvisés et des Chants Grivois, saint patron des Regards Lascifs Coulés en Douce et des Voyeuristes Indiscrets. Le nom est répété, murmuré, à travers toutes les suivantes à l’oreille tendue, jusqu’à atteindre Mirta elle-même, dont le regard sombre semble percer les branchages. Un geste de la main afin d’encourager Pan à se révéler, ce qu’il fait, non sans tenir fermement la main amicale de Sambra.

Il a honte de son corps difforme, ni homme, ni bouc, tout à fait, et veut se cacher, disparaître. Ses doigts se crispent sur la flûte de roseaux qu’il tient à la main, son regard fuit, pour ne pas être confronté à l’horreur probable qu’il lira sur les traits des déesses. Cela jusqu’à ce que la voix de Sambra résonne à nouveau, avec curiosité : « Sais-tu jouer de cette flûte, Pan ? » Un signe de tête, à peine, et les murmures des suivantes se font… enthousiastes, oserait-il dire ? Il risque un regard et les trouve enchantées, leurs sourires larges et ouverts. « S’il te plaît, accompagne-nous de ta musique. » La Tendre le tire jusqu’aux côtés de ses soeurs et compagnes, qui rapidement l’entourent de leurs attentions, de baisers et de rires. Sur ses boucles, on dépose une couronne de lierre et de roses, et toutes les voix se taisent lorsqu’il ose enfin souffler dans sa flûte. Qu'à la suite de Mirta se joigne le Troubadour, le Coquin Pan, à la musique joyeuse et aux mains baladeuses.



De l'art de la Médecine et des petits Bisous

Qu’Anzaplasthe se rassure, Callia ne le déteste pas.

Fut-un temps où la sage et vénérable Guérisseuse, pourtant, envisageait de rafler tous les fidèles pour son compte afin d’effacer des mémoires ce vulgaire et insignifiant dieu qui osait marcher sur ses plates bandes. Mais elle ne le détestait pas. Elle n’avait simplement jamais pris le temps de discuter avec lui, ce qu’elle reconnaissait aujourd’hui comme une stupide erreur.

Finalement, c’était lui, Anzaplasthe le donneur de Bisous Magiques, qui était venu à elle et espérant dénicher dans son regard autre chose qu’un mépris à peine caché. C’était déjà il y a fort longtemps.

« Callia, tu ne m’aimes pas ? » Avait-il demandé plusieurs fois sans jamais obtenir de réponse.

Pourquoi l’aurait-elle aimé, ce dieu qui se prétend comme elle capable de soigner ? Il n’est qu’un simulacre, un mensonge, une fausse idée que l’on se fait de la médecine, tout simplement pour rassurer. Mais l’art noble du soin ne demandait ni concession ni amusement, il était sérieux et fort, fait pour des esprits capables d’encaisser le stresses et les horreurs. Pas pour les simples geignards et pleurnicheurs ! Pas comme lui.

« Cesse de toujours me poser cette question !
-Mais Callia… c’est toi qui m’as créé. Pourquoi ne m’aimes-tu pas ? »

Oui, pourquoi l’avait-elle créé ? Pourquoi se planter une épine dans le pied pour ensuite ne jamais le regarder ? Alors elle l’avait observé. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait observé ce petit dieu à l’aspect doux et généreux, qu’elle avait façonné de sa chair pour… pour elle ne savait même plus quoi d’ailleurs. Un compagnon pour le suivre et l’aider, dans sa grande et nécessaire tâche de soigner le monde ? Mais il n’avait rien de la grandeur de sa stature à elle, de la froideur de son maintient, du sérieux de son visage, de la sagesse de son regard. Il était tout l’inverse, dans la chaleur et la douceur.

« Callia, tu ne te souviens pas pourquoi je suis là ? Tu m’as créé, parce que tu fais peur aux Hommes. Parce qu’ils respectent ton art et ton don, mais craignent ta pression et s’effraient des soins que tu peux leur donner. Tu m’as fait, pour que je sois la tendresse et la bienveillance que tu n’as pas. Pour montrer aux Hommes que la médecine est un art, mais aussi un bienfait. »

Alors elle s’était souvenue. Souvenue qu’elle inspirait la crainte, en étant la définition même de sa glaciale maîtrise. Elle s’est souvenue que nul ne pouvait suivre ses pas sans subir de lourdes peines, et beaucoup d’abnégation. Alors elle s’est souvenue qu’elle l’avait fait lui, petite lumière Apaisante qui passe à ses côtés, pour montrer que la douleur de la médecine s’accompagne de la douceur de soin. Que tout ce qu’elle est et était, ne représentait pas qu’une froide machinerie bien huilée.

Oui, qu’Anzaplasthe se rassure, Callia ne le déteste pas. Elle a simplement longtemps oublié pourquoi elle l’appréciait trop.





♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats   [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats EmptyDim 21 Juil - 12:45





Chroniques d'Arven

Les dieux ont un incroyable talent

Résultats



Et voilà enfin le moment de proclamer le vainqueur du concours d'écriture sur les dieux ! Encore un grand merci à tous les participants et également à tous ceux qui ont voté. :siwi: J'ai adoré vos textes et vos propositions de dieux, c'était génial. :**:

Sans plus tarder, un petit classement des textes avec les noms de leurs auteurs !


1ère place : Auprès de la suite de Mirta • Castiel / deadpool
2ème place : Amir • Namras / Marianne
3ème place (ex aequo) : Kenerin - L'aide de l'Archiviste • SaturdayProphet / Gauthier
4ème place : Les Émotions • Lukazu / Géralt
5ème place (ex aequo) : Aly à la chevelure de flamme • Jambreaker / Eloïse - De l'art de la Médecine et des petits Bisous • Panteraa / Denys
6ème place : Pikebout • Jambreaker / Eloïse


Félicitations à vous. :siwi:
Comme j'ai adoré tous vos textes, j'ai décidé unilatéralement de tous les ajouter dans les contes et légendes (quand je n'aurai pas la flemme de le faire :geu:). Et on fera en sorte d'en garder le plus possible pour le reboot. :siwi:
Vous allez également tous recevoir la carte spéciale de l'animation, qui sera ajoutée à vos collections d'Omen. :**:

Maintenant, pour les récompenses... :red:
Chacun d'entre vous peut envoyer une bénédiction OU une malédiction sur le personnage de votre choix (ça peut être votre propre personnage, bon :miguel:). Attention, ce doit forcément être une bénédiction ou une malédiction liée à l'un des dieux présents dans le concours. :haww: Choisissez bien. :miguel: (récompense transférable au reboot, évidemment :sisi:)
Pour la première place, pour Castiel donc, tu peux envoyer une bénédiction ET une malédiction. Enjoy. :red:
(Quand vous aurez décidé, vous pouvez m'envoyer un MP à ce sujet. :sisi:)

:keur:



dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats   [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats EmptyMar 30 Juil - 0:11

Une malédiction ET une bénédiction ? Vous êtes si bonnes, pour moi :red:

Merci à celleux qui ont voté pour moi, ça fait super plaisir :**: Et j'espère bien que mon petit Pan saura rejoindre votre panthéon personnel et suivra le reboot, histoire de continuer à faire des bêtises :haww: J'ai aussi beaucoup aimé lire vos textes, le vote n'a pas été simple !


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Aaron de Sombreval
Aaron de Sombreval

Messages : 936
J'ai : 34 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats   [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats EmptyMar 30 Juil - 13:59

Bravo à tous les participants, c'était très sympa à lire ! :pompom:


Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats V8TybSqu_o
Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats 175691TitreAaron2
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats 183231Quintal6
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats 512835TitreAaron1
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats LabyrintheOcean
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats LendemainGuerrePaix
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir • Modo
Le Pavillon Noir • Modo
Géralt d'Orsang
Géralt d'Orsang

Messages : 10987
J'ai : 28 ans
Je suis : chirurgien à bord de l'Audacia et baron d'Orsang

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah, ma famille
Mes autres visages: Melbren de Séverac
Message Sujet: Re: [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats   [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats EmptyMar 30 Juil - 22:02

Bravo à tous :**: Et bravo particulièrement à notre gagnante :hug:

Merci pour la récompense, j'y réfléchirai, même si je pense sincèrement l'utiliser qu'une fois le reboot passé :hm:

Et, enfin, merci à toi, Mémé, d'avoir organisé cette animation, c'était top :coeur:



#16669C
















Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats   [Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Animation] • Les dieux ont un incroyable talent | votes & résultats
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Roi Scorpion 3 - L'Oeil des Dieux [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Annonces désuètes-
Sauter vers: