AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
Voir le deal
229 €

Partagez
 

 Un carnaval sans risques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 6 Mar - 16:22


Livre I, Chapitre I
Serenus Dardalion & Neve L'Embrun

Un carnaval sans risques

Sous-Titre du Topic ici



• Date : 22 Mars 1001
• Statut du RP :
• Résumé :
En vue du prochain Carnaval des Miracles, la Guilde des Guerriers, les Chevaucheurs et la milice doivent travailler ensemble pour assurer la sécurité à Lorgol

Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 6 Mar - 16:23

Le soleil venait à peine de se lever que la ville grouillait de miliciens surexcités. Le carnaval des Miracles a lieu dans quelques jours et la tension est présente partout dans l'air de Lorgol.
Lorsqu'il franchit les portes de la ville, le guerrier Serenus Dardalion, accompagné de son antenne, fut surpris par une telle agitation. Il avait certes passé plusieurs années à Lorgol, il n'arriverait jamais à s'habituer à ce genre d'ambiance. Il allait pourtant devoir s'y faire. Le Commandant de la Guilde les avait appelés, eux ainsi que toutes les autres antennes de la Guilde, afin de le rejoindre à Lorgol pour grossir les rangs de la milice et ainsi assurer la sécurité pendant le carnaval.

Serenus se tourna vers ses collègues, la plupart étaient émerveillés par la grandeur de la ville et de ses batiments. Ils étaient cependant épuisés pour la plupart.... Les hommes du Capitaine de la Volte avaient suivi pendant plusieurs semaines un entraînement à la hauteur de l'événement : course poursuite en plein milieu d'une foule, panique générale, attaque de pirate surprise. Serenus et ses collègues avaient été préparés à toutes les situations possibles.
Il fallait que les Guerriers fassent honneur à leur réputation.

Ils avaient reçus quelques jours plus tôt une missive du Commandant qui leur demandait de venir au plus vite. Les organisateurs du carnaval avaient en effet proposé la mission qui consistait à faire régner l'ordre pendant le carnaval à Lorgol en echange d'une coquette somme d'argent. Le Commandant avait vite accepté et avait appellé toute ses antennes  

Serenus secoua la tête et suiva ses collègues jusqu'à une grande place. Là le capitaine les fit s'arrêter pour qu'ils puissent se reposer. Maintenant il fallait attendre le commandant ainsi que les autres antennes.
Serenus detailla soigneusement les pièces de son équipement. Il vérifia avec des gestes mécaniques l'état de son épée et des lames qu'il conservait dans ses gantelets et ses bottes. Les lames étaient en bon état. Si Serenus etait autant armé, c'est parce qu'il craignait en permanence d'être désarmé pendant un combat. Il avait également veillé à ce que ses points faibles soient protégés en permanence. Il avait payé cher pour ces pièces d'armure, mais au moins il était prêt pour se battre.

Il espéra que le commandant n'allait pas mettre trop de temps pour venir.. Il savait que celui ci avaient de nombreuses responsabilités.. Mais les guerriers avaient fait un long voyage et semblaient épuisés pour la plupart. Serenus souffla, prit sa gourde et but une gorgée d'eau. L'eau était tiède mais cela importait peu..

Le jeune guerrier songea soudain à son épouse. Ce genre de festivité lui aurait beaucoup plu.. Quel dommage qu'elle n'ait pas pu venir...


Dernière édition par Serenus Dardalion le Jeu 24 Mar - 19:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyLun 7 Mar - 9:36


Le vent sifflait en percutant les écailles bleutées d’Inespéré, fièrement immobile dans le ciel dégagé. Son long cou reptilien, ses yeux profonds et sages, ses membres en parfaite symbiose avec l’espace aérien, tout en lui respirait le calme, la paisible éloquence du dragon. Neve, endormi sur son encolure, les membres enlaçant le cou du grand reptile, oscillait au rythme des bourrasques, en proie à des forces tantôt vives, tantôt mortes. Le ciel était encore pâle, et l’horizon, toujours trié de strates obscures. Déjà Lorgol, la cité aux mille tours, se profilait au coin du monde dans sa posture si singulière, comme si depuis toujours elle demeurait à cette même place. Les deux compagnons avaient voyagé deux jours durant avant de découvrir enfin la capitale des peuples libres, au-delà des vastes plaines de Cibella. Ils avaient parcouru tout le continent de bout en bout, d’un bras de mer à l’autre, sans que jamais l’excitation du Carnaval des Miracles ne leur fasse défaut. Une poignée de jours seulement les séparait du grand événement, si prisé en Arven, et tout neuf pour les deux compagnons fatigués. Bien entendu, il aurait été plus commode, moyennant finance, d’emprunter respectueusement un portail magique à Port-Liberté. Mais Neve n’abandonnait jamais son sage ami lors de ses périples, et les deux grands solitaires se portaient une silencieuse compagnie jusqu’à destination.

Au lever du jour, alors que les citoyens de Lorgol émergeaient tout juste de leurs paisibles sommeils, les milices de la ville étaient déjà toutes émoustillées à l’idée de mettre en œuvre une sécurité exemplaire pour le Carnaval. Suite aux fâcheux évènements du bal de Chimène de Faërie, deux mois auparavant, les milices avaient redoublé d’effort, les escadrons de Chevaucheurs parcourant jour et nuit les terres magiques en quête d’une sécurité bafouée. La Guilde des Guerriers était elle aussi demeurée sur le qui-vive, alerte quant aux pénuries d’effectifs qui retentissaient sur tout le continent. Tous les duchés étaient en émoi, on parlait de guerre prochaine, de larcins, d’alliances déliées, Arven tout entier était sens dessus dessous. Après un mois de loyaux services auprès de l’impératrice de Faërie, la jeune Chimène, Neve avait recouvré son escadron ansemarien et vaqué à ses missions quotidiennes jusqu’à cette fameuse convocation à Lorgol, ce matin du 22 mars. Le jeune Chevaucheur ouvrit péniblement les yeux, dans une langueur toute équivoque, et sourit en apercevant au loin la belle Lorgol et sa gangue de merveilles.

Au pied de la Caserne de Flammes se rencontrèrent tous les Chevaucheurs mutés pour l’occasion. Une poignée d’entre eux n’étaient pas inconnus à Neve, qui avait eu l’occasion de découvrir moult personnalités extravagantes au vingt-cinquième anniversaire de l’impératrice de Faërie. Ce jour-là, la Guilde des Guerriers agirait de concert avec les Chevaucheurs faës et les Voltigeurs ibelins. Leurs missions consistaient essentiellement en de simples patrouilles de repérages, mais aussi et surtout en de plus subtiles prises d’informations quant aux potentiels réseaux criminels qui auraient l’éblouissante idée de sortir de l’ombre sous couvert des masques et des dentelles farfelues. La capitale des peuples libres devait être étudiée au peigne fin afin de délier les langues et d’apaiser les esprits échauffés, bien décidés à user de l’occasion pour soulever moult émeutes. Bref, il n’y avait pas une minute à perdre. Quelques formalités furent échangées entre les différents Capitaines de la Guilde des Guerriers et les Capitaines de Vol des diverses divisions, les soldats se trouvèrent partagés stratégiquement et les patrouilles s’élancèrent. Chaque escadron était pensé de telle sorte que guerriers, au sol, et Chevaucheurs, dans les airs, fonctionnent de concert et s’approprient une zone bien délimitée de Lorgol.

Neve et Inespéré survolèrent la matinée durant des quartiers calmes et des rues plus mouvementées, sans que jamais d’intervention sérieuse ne soit attendue. Les guerriers s’assuraient d’informer la population sur les manœuvres mises en œuvre pour protéger les habitants lors du Carnaval des Miracles, et les Chevaucheurs conversaient avec les nombreux mages, promouvant la paix. Lorsque le soleil fut à son zénith, l’escadron se reconstitua avec vélocité et, installés sur une petite place d’un quartier de la Ville-Basse, guerriers comme Chevaucheurs partagèrent une heure de repos. Neve profita de cette pause providentielle pour détailler le faciès de ses congénères d’escadron : des guerriers à l’allure bovine, aux muscles saillants, côtoyaient des soldats secs et sveltes, absolument taillés pour la vitesse et l’infiltration, tandis que les Chevaucheurs connotaient dans leurs fines protections de cuir. Le jeune ansemarien s’arrêta un instant sur leur chef, un Capitaine de la Guilde des Guerriers. Une détermination intransigeante brillait dans son regard. Neve s’apprêta à l’aborder poliment pour en apprendre plus sur son parcours, lui si désireux de devenir un jour Capitaine de Vol d’Ansemer, mais fut stoppé dans son élan par une exclamation emplie de stupeur :

Où est ma bourse ? lâcha vivement l’un des guerriers.

La panique fut relayée comme une flamme sur de la poudre à canon, et bientôt plus de la moitié de l’escadron se retrouva dépourvue de ses biens pécuniaires. Des voleurs s’étaient-ils glissés avec adresse parmi les troupes ?


Dernière édition par Neve l'Embrun le Mer 30 Mar - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyLun 7 Mar - 10:09

Le jeune guerrier sursauta quand il entendit un de ses collègues protester sur la disparition de sa bourse. Il se tourna vers son antenne et regarda son capitaine qui imposait le silence en levant le bras. Il soupira et se dirigea vers le soldat paniqué.
Sa bourse avait effevivement disparue.. Il y avait donc un voleur dans les rangs. Serenus secoua la tête avec dépit.  Il était habitué à ce genre de situation.  La vols étaient fréquents au sein de la Guilde surtout chez les nouvelles recrues..

Serenus retira son casque à plumes rouges et regarda autour de lui.Le voleur devait être déjà loin..  
Le capitaine de l'antenne se tourna vers le soldat et lui dit sur un ton severe

- Ça t'apprendra à faire attention à tes affaires Tom. Pour l'heure tu va prendre 7 hommes avec toi et tu va fouiller la zone est. Interroge les marchands, les passants. Arrêtez toute personne suspecte. Je vais envoyer deux autres groupes fouiller le nord et l'ouest je vais m'occuper du sud.

Le capitaine se tourna vers ses hommes et hurla :

- maintenant allez y ! Et attrapez moi ce voleur !  

Le capitaine regarda ses hommes se mettre en groupe et se disperser puis commença à se diriger vers le sud.
Serenus le rattrapa et lui demanda :

- Mon Capitaine.. Si je peux me permettre, cela va être difficile de retrouver un voleur avec une telle foule ! Si ça se trouve il est passé par les toits, ou par les égouts ! Je pense qu'il nous faudrait une aide aérienne et un détachement de la milice de Lorgol pour arpenter les égouts.

Le capitaine se retourna, toisa le jeune homme et répondit :

- Ce n'est pas votre affaire Dardalion. Vous n'êtes pas encore capitaine que je sache. Laissez moi gérer cela comme je l'entend. Allez rejoindre le groupe qui fouille le sud.  

- Oui mon capitaine. J'y vais de ce pas

Serenus tourna les talons et s'engagea sur les chemins inondés par la foule. Il ne contestait jamais les ordres de son supérieur. Il savait que celui ci avait assez d'expérience pour gérer ce genre de situation.

Il s'arrêta net quand il aperçut les écailles d'Inespéré. Serenus n'avait jamais vu un dragon d'aussi prêt et il se sentait tout petit à côté de la majestueuse créature. Serenus ne put s'empêcher de penser à Elena.. Elle loupait un sacré spectacle. Il se promit de lui ramener une écaille du dragon si celui ci en perdait une...
Son regard croisa celui du chevaucheur du dragon. Son aide pourrait être utile.. Il s'approcha de Neve et se plaça face à lui. Il le salua et dit sur un ton décidé :

- Bonjour. Nous sommes en ce moment en grande difficulté. Un voleur à dépouillé un de mes collègues. Puis je soliciter votre aide pour arrêter ce délinquant ? Il y a beaucoup trop de monde dans les rues et une aide aérienne nous serait d'un grand secours

Le guerrier regarda le jeune homme et ne put s'empêcher de le détailler de haut en bas. Il n'avait jamais vu un soldat aussi frêle.  Serenus pourrait le briser d'une pichenette.. Mais si ce dragon avait choisi d'en faire son cavalier. C'est que sa force devait se cacher ailleurs..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyMar 29 Mar - 15:23

La panique avait saisi les rangs comme un coup de fouet cinglant les miliciens. Guerriers comme Chevaucheurs remuaient avec angoisse, jetant des regards alertés à tous les badauds traversant les rangs. Tous étaient susceptibles d’être coupables, mais agir avec raison était la meilleure chose à faire à présent. Avec une froideur sans nulle autre pareille, le Capitaine de la garnison des guerriers apostropha le malheureux qui venait de se faire dépouiller. Sans se défaire de son incroyable impartialité, le chef constitua en vitesse de petits groupes qu’il dirigea avec fermeté dans les quartiers alentours. Les guerriers s’exécutèrent sans poser de question, et bientôt tous les soldats étaient mobilisés pour attraper le voleur. Mais alors que Neve s’apprêtait à rejoindre Inespéré pour appuyer les recherches par les airs, un jeune guerrier au visage encore juvénile mais à la carrure vigoureuse se présenta au Capitaine, une idée derrière la tête. Le jeune ansemarien saisit quelques brides de conversation, et sourit avec sincérité à l’évocation d’une entreprise commune entre la Guilde des Guerriers et les Chevaucheurs. Toutefois, le soldats ne tarda pas de se faire rabrouer et les recherches débutèrent.

Les miliciens s’agitaient dans les ruelles. Tandis que Neve s’apprêtait à se hisser sur le dos d’Inespéré, qui lui intimait mentalement les recoins de la Ville-Basse où le voleur pourrait s’être glissé, le jeune soldat apparut devant lui. Le Chevaucheur avait entendu des guerriers l’appeler pendant leurs rondes du matin : il se nommait Serenus. Comme fasciné par la reptilienne élégance d’Inespéré, qui malgré sa finesse n’en restait pas moins robuste, le nouveau venu semblait le détailler avec une infinie curiosité. Comme son prénom le laissait supposer, il était sans aucun doute originaire d’Ibélène, d’où sa fascination soudaine pour le dragon bleuté. Neve sourit d’un air amical, et détailla un instant son vis-à-vis. Le fameux Serenus mesurait sans aucun doute une bonne tête de plus que lui, et sa carrure intimidante pour presque dissimuler deux Neve côte à côte. Le jeune ansemarien considéra sa maigreur et son absence de forces d’un œil désabusé. Le guerrier le tira dans ses considérations anthropologiques d’un ton assuré, bien déterminé à retrouver le fauteur de troubles :

Nous sommes en ce moment en grande difficulté. Un voleur a dépouillé un de mes collègues. Puis je solliciter votre aide pour arrêter ce délinquant ? Il y a beaucoup trop de monde dans les rues et une aide aérienne nous serait d'un grand secours.

Neve ne tarda pas à acquiescer, le souffle affirmé d’Inespéré à l’appui.

Je suis tout autant désireux que vous de retrouver ce voleur, considérez mon aide comme acquise, déclara le jeune ansemarien en se hissant sur le dos du svelte dragon. Nous aurions tout intérêt de nous pencher en premier lieu sur le sud, où les vols de ce type sont les plus fréquents. Si nous avons un voleur à rencontrer, les chances sont grandes qu’il y soit.

Sans un mot de plus, Inespéré s’élança dans le ciel clair de Lorgol. Neve avait la ferme intention d’apporter une aide efficiente aux guerriers de la Guilde, sa crédibilité auprès des soldats demeurant au plus bas. Les divisions s’élancèrent de concert dans les rues, chaque point cardinal étant épluché au peigne fin pour dénicher le voleur. Vus du ciel, les guerriers semblaient de la taille de poupées de chiffon, parcourant la capitale des peuples libres au pas de course. Neve scrutait la foule dense d’un œil alerte, ne clignant des yeux qu’au strict nécessaire. Si un vol était perpétré à ce moment précis, il était en parfaite posture pour intervenir, Inespéré conservant un vol bas et lent. Tout à coup, la voix d’un Chevaucheur retentit à une centaine de mètres derrière le jeune ansemarien. Quelque chose se mouvait près du duo aérien.

Neve s’empressa de scruter du regard les flancs du dragon. Sur les toits qui défilaient près d’Inespéré, une silhouette agile et vive galopait sur les tuiles, narguant de son sourire narquois le Chevaucheur en mimant de grotesques galipettes. Il s’agissait sans nul doute d’un Enfant des Miracles, comme sa vivacité et la candeur le laissait supposer. Etait-il le voleur ? Il n’y avait qu’une méthode pour en être certain : l’intercepter. Mais alors qu’Inespéré fondait sur les toits et se posait avec force et fracas, la silhouette gracile s’élançait dans le vide, désescaladant le bâtiment avec une agilité folle. Neve aperçut Serenus en contrebas, mais la mystérieuse silhouette n’était plus seule.

Serenus, derrière toi ! s’écria Neve en plongeant à terre aux côtés d’Inespéré.


Dernière édition par Neve l'Embrun le Mer 30 Mar - 19:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyMar 29 Mar - 16:21

– Je suis tout autant désireux que vous de retrouver ce voleur, considérez mon aide comme acquise. Nous aurions tout intérêt de nous pencher en premier lieu sur le sud, où les vols de ce type sont les plus fréquents. Si nous avons un voleur à rencontrer, les chances sont grandes qu’il y soit.

Serenus hocha la tête et sourit quand Neve monta sur son dragon. Le fait qu'il soit d'accord pour l'aider le comblait, grace à son aide, ils débusqueraient le voleur en un rien de temps.

Serenus regarda le majestueux dragon s'envoler et se dirigea vers le sud. Il rejoignit un de ses collègues qui traînait et s'élança dans les rues au pas de course.  Il fouillait la rue du regard et n'hésita pas à questionner les personnes qu'il estimait capable d'apporter un témoignage.

Serenus s'arrêta un instant et leva les yeux. Il avait appris de la bouche de son collègue que le chevaucheur s'appelait Neve L'Embrun et il se demandait à présent comment il s'en sortait la haut. Peut être avait il déjà repéré le voleur ?

Il vit passer le dragon bleu au dessus de sa tête et reprit ses recherches. Après plusieurs dizaines de minutes ou les interrogations ne donnèrent rien, la voix de Neve retentit au dessus de sa tête :

- Serenus ! Derrière toi !

Le guerrier réagit instinctivement, il dégaina son épée et contra un couteau qui avait été lancé depuis le toit d'une échoppe. Sans l'avertissement de Neve, ce couteau aurait transpercé son crâne. Serenus regarda Neve, sourit et dit

- Merci Neve ! Fait attention à toi ils sont armés

Le guerrier tourna autour de lui et regarda son collègue tomber en hurlant, un couteau plantė dans la cuisse.

Serenus compris que le voleur n'était pas seul. Les complices cherchaient sûrement à distraire les soldats ainsi que les Chevaucheurs afin d'assurer la fuite de leur meneur.. tout ça pour une simple bourse ? Cela serait étonnant ! Il y aurait peut être quelque chose de plus gros derrière.

Serenus traina son collègue dans un endroit sur et retourna dans la rue, l'épée toujours à la main. Serenus chercha du regard ses agresseurs mais à cause de la foule,  il ne voyait pas grand chose.

Il eut alors une idée. Une idée folle et suicidaire mais une idée quand même. .

Le guerrier grimpa un muret et tenta d'escalader le mur de l échoppe. Il réussit avec quelques difficultés à hisser son corps charpenté en haut du magasin. Toujours accroché au mur, il chercha Neve du regard. Ou était il ? Il avait du reprendre son envol avec son dragon pour poursuivre les criminels.
Une vive douleur à la hanche le fit réagir.  Il grimpa en se hissant avec ses bras puissants et avide d'exercice et se retrouva sur le toit. Serenus regarda en bas et ferma les yeux en reculant et en se maudissant. Son vertige allait lui jouer des tours.. pourquoi avait il cherché à prendre de la hauteur ?!

Serenus secoua la tête et chercha Neve du regard.il se demandait combien étaient les complices. Sa main se porta à sa hanche qui saignait. Son vetement s'était déchiré. Il  s'était sûrement  écorché sur un morceau de métal..

Il vit quelques silhouettes bondir entre les bâtiments. Certaines se rapprochait, d'autres s'éloignaient. Serenus pria pour que Neve n'ait rien. Même si son dragon était capable de le protéger, ces voleurs, peu importe d'ou ils venaient, connaissaient leur affaire et visiblement, les dragons ne leur faisait pas peur. Il devait être prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyMar 12 Avr - 4:22

Le couteau avait fusé, réduisant en lambeaux les tentures bigarrées d’une échoppe. La vivacité de Serenus, si caractéristique des guerriers de la Guilde, lui octroya une entité précieuse : la vie. Sans son incroyable dextérité dans le maniement de l’épée, le couteau se serait probablement fiché droit de son crâne, aussi aisément que dans du beurre. De toute évidence, les bandits qui sévissaient avaient toute l’habilité des Enfants des Miracles, mais aussi toute la fourberie de la Confrérie Noire. Qui se dissimulait donc sous ces gestes précis et mortels ? Dérober une pauvre bourse, était-ce cela leur unique objectif ? Neve songea que pareils crimes organisés, si proches du Carnaval des Miracles, n’avaient rien du hasard circonstanciel que l’on accordait si souvent aux bandits des rues. Rapides et d’une froideur inégalée, ils venaient de dissoudre en une poignée de minutes tous les escadrons de guerriers et de Chevaucheurs qui patrouillaient alors dans la Ville-Basse. Le hasard n’avait aucun gain de cause.

Dans ses spéculations incertaines, Neve ne perçut que vaguement le cri de douleur qu’un guerrier au visage encore juvénile poussa près de Serenus, un couteau profondément enfoncé dans sa cuisse. Le sang rougeoyant et poisseux qui suintait de la blessure ramena le jeune ansemarien à la réalité. Une réalité crue et triviale, certes. Remontant la rue avec vélocité, Inespéré déposa Neve aux côtés du malheureux blessé, que Serenus avait soigneusement escorté dans une ruelle adjacente et sûre. En une fraction de secondes, le guerrier s’était de nouveau élancé dans la foule, à la recherche des voleurs. Avec toute l’application dont il était capable, Neve se pencha sur la vilaine plaie que le couteau, toujours profondément fiché dans la cuisse du soldat, avait ouverte. Sans même jeter un regard au malheureux, le jeune ansemarien arracha l’arme d’un geste ferme et vif, soutirant un nouvel hurlement de douleur au soldat. Appliquant ses mains avec douceur sur la blessure, le mage de l’Eau réveilla en lui l’essence magique qui parcourait ses veines, et tâcha de stopper l’hémorragie. De longues et épuisantes minutes s’écoulèrent avant que la plaie ne s’assainisse et que le sang coagule. Entre-temps, le jeune guerrier avait perdu connaissance. Inespéré, j’ai besoin que tu ailles chercher du secours, je ne peux pas faire davantage ici, sachant que les voleurs courent toujours. Il doit être rapatrié le plus vite possible. Je m’en charge. Toi, retrouve Serenus, rassemble les escadrons, et surtout sois prudent.

Neve s’élança dans la rue à la recherche du fameux guerrier. La foule dense dissimulait aussi bien les assaillants que les alliés, mais l’ingéniosité de Serenus l’avait poussé à se hisser sur les toits ; le jeune ansemarien surprit son imposante carrure entre deux palissades branlantes. En quelques mouvements, le guerrier était sur les toits, bientôt rejoint par le Chevaucheur. Ils n’échangèrent qu’un regard, stipulant qu’ils étaient sains et saufs, avant de reporter leur attention sur la rue en contrebas, où les bandits courraient toujours. Ils avisèrent deux voleurs, reconnaissables à leur démarche souple et rapide, entre les rangs d’une patrouille de guerriers, dissoute en quelques secondes par les va-et-vient furtifs et précis des bandits, comme des frappes chirurgicales.

Ils nous divisent pour mieux nous nuire, nous devons à tout prix reformer les escadrons, lâcha Neve. Votre Capitaine a certainement prévenu la milice lorgolienne, mais d’autres soldats sont peut-être déjà blessés à l’heure où l’on parle.

Il marqua une courte pause, cherchant dans son esprit le souffle chaud et sage d’Inespéré, qui semblait ténu.

Je doute qu’il s’agisse de voleurs de la Cour des Miracles, pas avant le Carnaval, et pas dans cette barbarie mesquine. Non, ces bandes organisées semblent bien plus souterraines et impalpables que la Cour des Miracles… simples bandits itinérants, sûrement, de passage à Lorgol en prévision du Carnaval. Une chose est certaine : leur fourbe stratégie est incroyablement efficace.


Dernière édition par Neve l'Embrun le Jeu 14 Avr - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyMar 12 Avr - 13:00

Serenus chercha Neve du regard puis il le vit grimper sur le toit. Serenus soupira de soulagement mais il fut vite pris par le doute. Ou était passé le dragon ?

Le guerrier échangea un regard avec le chevaucheur et sut alors que celui ci allait bien. Il se plaça à côté du frêle jeune homme et contempla la rue, à la recherche des voleurs.
Neve désigna deux voleurs qui s'approchait d'un groupe de guerriers. Serenus serra les dents et les poings quand il vit les voleurs séparer les soldats tout en leur portant des coups au couteau avec une précision chirurgicale. Plusieurs hommes étaient maintenant au sol, les mains sur une blessure et qui gémissaient.

Le jeune guerrier eu soudain mal au coeur. Il connaissait la plupart de ces guerriers, il avait combattu à leurs côtés, avait bu et rit avec eux dans les tavernes. Il avait même assisté au mariage de deux d'entre eux. Le guerrier posa la main sur le manche de son épée tout en essayant de garder son calme.

Il revint à la réalité quand Neve lui expliqua que ces voleurs cherchaient à les disperser pour mieux frapper. Serenus chercha alors son capitaine du regard. Il avait beau parcourir la foule des yeux, son supérieur était introuvable. Serenus secoua la tête et répondit :

- Mon supérieur doit patrouiller dans une autre partie de la ville.. j'espère que les autres groupes n'ont pas ce genre de problème.. Sans ordre et sans autorité les guerriers ont du mal à s'organiser.  D'habitude il y a toujours un soldat avec du caractère dans le groupe afin de régler les problèmes. . Mais la tout à été fait a la va vite... Serenus soupira et reprit : Tu as raison sur ce point. Il faut reformer les troupes.

Serenus regarda les soldats qui essayaient de se défendre et de rester groupés malgré les attaques successives des voleurs.

Serenus hocha la tête quand Neve lui exposa son avis sur ces criminels. Il fallait reconnaître que ces "voleurs" avaient les compétences de la Cour des Miracles et de la confrérie noire réunies. Ils n'avaient rien de simples voleurs.

Serenus se tourna vers Neve et demanda :

- Pourquoi ils ont volé la bourse alors ? Est ce que, à ton avis, ils ont fait ça dans le but de nous séparer ? Ils cherchent sûrement à provoquer le chaos au sein du carnaval. Peut être cherchent ils à réduire la sécurité pour préparer quelque chose de plus gros

Serenus regarda un dragon passer au dessus de leurs têtes. Il était sans son cavalier et semblait paniqué. Même les Chevaucheurs avaient été touchés visiblement.. Cela voulait peut être dire que les autres quartiers connaissaient le même problème. Serenus se baissa et sortit un couteau de sa botte. Si ces voleurs combattaient à distance il fallait être capable d'agir comme eux avec autant de vivacité et d'habileté.

Il demanda alors à Neve avec un sourire :
- Qu'est ce que tu as pour te défendre ? J'ai un autre couteau si tu veux
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyMar 12 Avr - 14:18

Neve perçut les muscles de Serenus se tendre, la main fermement appuyée contre la garde de son épée, en avisant les deux voleurs réduisant en lambeaux les bribes de formation chez les soldats. Un dragon esseulé traversa le ciel au même instant, le regard inquiet, battant des ailes frénétiquement, à la recherche de son Chevaucheur. La patrouille tournait au vinaigre. Serenus soupira. Il affirma avec justesse que le Capitaine patrouillait dans une autre partie de Lorgol, et qu’il était ainsi peu probable qu’il ait été tenu au courant, ou mieux, qu’il ait prévenu les milices lorgoliennes. À ses mots, Neve détailla son compagnon. Il était grand, droit, le regard assuré et une carrure que tous les soldats de la Guilde semblaient respecter. Le jeune ansemarien songea qu’au-delà de représenter son exact inverse, il était aussi de taille – c’était le cas de le dire – à endosser le rôle du chef pour reformer les troupes sans encombre. Sa personnalité affirmée ne lui donnerait aucun mal à se faire écouter et respecter comme tel des soldats.

Serenus, tu dois endosser la figure du chef pour reformer les troupes, annonça Neve d’une voix plus ou moins assurée. Ces hommes te respectent, continua-t-il en montrant du doigt les soldats éperdus en contrebas. Ils n’attendent qu’une figure de confiance en laquelle se projeter et qui saura leur donner les ordres adéquats.

Le jeune ansemarien ne doutait pas de la capacité de son compagnon à endosser ce rôle, pour le moins responsable. Serenus poursuivit sur les motivations qui animaient ces bandits de grand chemin. Semer le chaos au sein du Carnaval ? Réduire la sécurité pour préparer des larcins plus conséquents ? Neve demeura pensif quelques instants. De toute évidence, les voleurs cherchaient à semer la zizanie dans les rangs des guerriers et des Chevaucheurs dans un but bien précis, qui semblait avec perspicacité le Carnaval des Miracles. Mais pourquoi donc ? Depuis le premier larcin, Neve n’avaient décompté que cinq ou six protagonistes, pas de quoi ébranler la ferme réputation de la Cour des Miracles, ou encore de la Confrérie Noire. S’agissaient-ils seulement de vols organisés prenant de l’ampleur, ou d’une toute autre forme de manigance ?

Ils savaient probablement qu’en volant la bourse, les formations se dissoudraient pour rechercher les coupables, ce qui leur facilitait la tâche ensuite, répondit Neve, le regard perdu dans une vague réflexion. Ce n’était rien qu’une diversion au regard d’un objectif plus grand. Je pense que réduire la sécurité lors du Carnaval des Miracles est bel et bien leur objectif premier, mais à quoi bon ? Jusqu’ici, je n’ai dénombré que cinq ou six voleurs. Habiles, certes, mais pas de quoi ébranler durablement le Carnaval.

Le jeune ansemarien demeurait prostré dans ses pensées. En temps normal, ne pas comprendre le laissait relativement indifférent, car l’ignorance restait pour lui l’une des clés de la magie d’Arven : le mystère. Mais ce jour-là, debout sur les toits aux côtés d’un guerrier le rappelait à l’état de fourmi insignifiante, il détesta ne pas comprendre. Pourtant, la solution ne devait pas être insoluble, quelques chose les mettrait sans aucun doute sur la voie ; une erreur, un message, un geste. Neve fut tiré de ses pensées par la voix forte de Serenus :

Qu'est-ce que tu as pour te défendre ? interrogea le guerrier.

Ma magie curativ…

J'ai un autre couteau si tu veux.

Le jeune ansemarien n’épilogua pas plus longtemps et s’empara du couteau que lui tendait son compagnon. En vérité, mais il se garda bien de le reconnaître ouvertement, il ne savait que très grossièrement se servir d’un couteau. Plutôt doué au lancer, il n’était toutefois qu’un piètre acteur en matière de corps à corps. Serenus s’en rendrait certainement compte bien assez tôt. Sans plus tergiverser, les deux soldats se glissèrent agilement au sol, au milieu du chaos de guerriers esseulés et de Chevaucheurs groggy.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyMar 12 Avr - 16:58

Serenus sourit quand Neve attrapa le couteau. Celui ci semblait être à sa taille par rapport à sa main frêle. Il lui allait plutôt bien, si on pouvait parler d'un couteau comme d'un vêtement...

Le guerrier regarda le chevaucheur descendre avec agilité jusqu'au sol et recula un peu. Son vertige venait de se remanifester et il avait la tête qui tournait.

Il entreprit alors de descendre pour rejoindre Neve. Même si ses membres tremblaient, Serenus restait calme et soufflait beaucoup pour extérioriser son malaise. Lorsqu'il pu enfin toucher le sol il soupira de soulagement.  

Il se dirigea avec Neve jusqu'aux soldats paniqués. Serenus se tourna vers Neve et dit sur un ton décidé :

- je vais avoir besoin de ton aide pour rassembler les dragons et leurs Chevaucheurs. Je ne connais rien du fonctionnement de vos unités. Tu es le mieux placé pour t'occuper d'eux et faire régner l'ordre. Il faut tous les rassembler pour trouver un moyen de combattre cet ennemi

Le jeune guerrier se pencha sur les blessés et inspecta leurs blessures. Il fit une grimace quand il vit qu'un de ces collègues avait été éborgné. Il regarda autour de lui et vit quelques guerriers approcher. Serenus les appela d'une voix forte et n'hésita pas à tirer un ou deux guerriers par le bras pour les ramener vers les blessés.

Il compta les guerriers et sourit quand il comprit qu'ils étaient au complet. Sa joie fut vite éphémère quand une ombre passa dans le groupe en courant. Le guerrier,par réflexe fit un bon de coté. Serenus vit un soldat tomber et sentit une vive douleur à l'épaule. Un petit poignard avait transpercé la côte de maille et pénétré dans sa chair. Serenus retira le couteau et le rangea dans sa botte tout en grimaçant.

Ses guerriers se disperserent a nouveau quand une autre silhouette passa. Serenus, la main sur son épaule hurla à ses soldats de revenir auprès de lui. La plupart refusèrent mais certains, contraints par le ton du guerrier revinrent. Serenus leur ordonna de serrer les rangs et de guetter les voleurs, épée et boucliers sortis. Les quelques soldats restants obéirent et dégainerent leurs armes. Ils se placèrent  en groupe en cercle autour des blessés et surveillaient les alentours et les toits.

Serenus rejoignit les réfractaires et leur dit sur un ton plus doux :

- Si vous ne voulez pas risquer votre vie, essayez au moins de sauver celle de vos compagnons blessés. Ils ont besoin de vous

Les soldats finirent par accepter et rejoignirent les blessés au centre du cercle. Serenus quant à lui, prit place dans le groupe armé, dégaina son épée. Il chercha Neve du regard et se demanda si le chevaucheur avait eu autant de chance que lui. Il avait confiance en ce jeune homme qui malgré sa faible carrure, était plein d'astuce. Serenus sourit à cette pensée. Il était heureux de l'avoir rencontré. A eux deux ils réussiraient à faire régner la sécurité à Lorgol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyJeu 14 Avr - 18:30

Neve avisa la silhouette carrée de Serenus se glisser au sol avec prudence, et reconnut à ses gestes attentifs et ses yeux hagards les symptômes inaltérables du vertige. Sans s’attarder davantage sur cette peur que le guerrier maîtrisait avec brio, il jeta un regard circulaire sur la foule de soldats mêlés aux badauds, toujours sur le qui-vive. Certains avaient déjà entrepris de canaliser la panique et reformaient quelques divisions de fortune, tandis que les blessés gémissaient au sol en attendant du secours. Neve reconnut aux côtés des malheureux le jeune guerrier à qui il était venu en aide tantôt, et soupira de soulagement au regard de sa mine à nouveau colorée. Il était désormais en mesure de marcher, bien que maladroitement. Serenus enjoignit Neve d’encadrer les dragons et les Chevaucheurs dispersés dans le secteur, mais le jeune ansemarien n’avait rien de la carrure d’un leader, ni même du charisme d’un dirigeant. À Port-Liberté, ses camarades le respectaient de par sa tranquillité et son aide toujours à l’appui. Il était loyal, pragmatique et simple, et la distance qu’il instaurait d’emblée avec les autres Chevaucheurs lui valait des rapports calmes et désintéressés. Mais à Lorgol, inconnu des autres soldats, il avait tôt fait d’être raillé. Non, il fallait rétablir l’ordre d’une autre manière.

Inespéré, as-tu avisé le Capitaine de la Guilde des Guerriers ? Ou encore le Capitaine de Vol présent pour encadrer les Chevaucheurs ? Nous avons besoin de fortes têtes pour faire face à ces bandits, ils sèment la zizanie comme bon leur semble. Quelques secondes s’écoulèrent avant que le dragon ne se manifeste, dans un souffle doux et rassurant. Les autres patrouilles ont été informées des agissements des voleurs. Les généraux se rendent en ce moment même dans votre secteur. Je les escorte, tâchez de demeurer où vous êtes. Inespéré marqua une pause, mais sa présence, désormais anxieuse, continuait de s’immiscer dans l’esprit de Neve. Tu n’es pas blessé ? ajouta le reptile dans une pensée soucieuse. Non, ne t’en fais pas pour moi mon ami, tout va bien. Le jeune ansemarien sourit, et il est fort probable que ce sourire se soit répercuté dans son adresse à son compagnon écailleux. Puis comme s’il retournait à la réalité, le jeune ansemarien s’adressa à Serenus, l’informant de l’arrivée imminente des Capitaines :

Inespéré nous apporte de bonnes nouvelles : les Capitaines ont été prévenus, ils arriveront d’ici peu et…

Neve n’eut pas le loisir de finir sa phrase. Une ombre véloce et mortelle arpenta les rangs des guerriers et sema un chaos indescriptible. Les blessés au chevet desquels Serenus avait œuvré furent secoués de plein fouet, les divisions reconstituées se rompirent en tentant en vain de stopper les voleurs, et nombreux furent les soldats blessés sans vergogne par les assauts répétés. Le jeune ansemarien était passé au travers des coups de poignard, tenant maladroitement dans ses maigres mains le couteau de Serenus sans pouvoir faire un geste. Soudain, Neve avisa la grimace de douleur du guerrier, la main portée à son épaule où un petit poignard avait transpercé sa côte de maille et pénétré sa chair. Le jeune ansemarien se précipita, et arrachant l’arme d’un geste vif et précis, il appliqua en vitesse ses paumes contre la plaie. Cette dernière ne semblait pas très effrayante au demeurant, mais elle était profonde. Neve condensa l’eau de l’air ambiant pour nettoyer la blessure, avant d’œuvrer à la refermer. Lorsqu’il eut finit, la plaie arborait une moins mauvaise mine et le sang avait cessé de couler. Le jeune ansemarien songea qu’il finirait de raccommoder son compagnon une fois la concorde conquise. Déjà, Serenus s’élançait aux côtés de ses soldats, et en une poignée de minutes, un cercle protecteur s’était formé autour des blessés, que les guerriers sains et saufs secouraient du mieux possible.

Neve salua la prestance digne d’un leader qui émanait de Serenus. Il était efficace et droit lorsqu’il s’agissait du bien de ses camarades guerriers, et le jeune ansemarien songea qu’ils avaient une chance de triompher des voleurs. Par ailleurs, nombreuses étaient les bourses et les bijoux envolés mystérieusement au cours des deux assauts. Neve n’eut pas le temps de poursuivre son enquête que déjà, le Capitaine de la Guilde des Guerriers entrait sur la petite place, suivit de son homologue Chevaucheur. Au-dessus d’eux, Inespéré ouvrait le chemin, et rejoignit promptement son compagnon en l’avisant auprès des blessés.

Que s’est-il passé ici ? tonna le Capitaine des guerriers.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyJeu 14 Avr - 19:27

Serenus sursauta quand il entendit la voix forte et impérieuse du capitaine de son antenne. Il porta instinctivement la main à son épaule blessé puis fut étonné de voir que la blessure ne saignait plus. Serenus se souvint alors que dans le feu de l'action, Neve l'avait aidé à sortir le couteau et avait mis les mains sur sa plaie. Il avait alors fait quelque chose qui avait étonné Serenus : il avait nettoyé et soigné en partie la plaie. Le guerrier l'avait remercié avant de repartir auprès de ses soldats. Mais, étant concentré sur les attaques des voleurs, il n'avait pas pris le temps de le remercier plus chaleureusement.
Le guerrier regarda Neve d'un oeil nouveau, ce petit chevaucheur était décidément très étonnant. Il faudrait qu'il lui paye un verre après cela, pratiquer la magie doit être épuisant.

Son capitaine approcha et toisa les blessés en soupirant et en grognant dans sa barbe. Serenus vit alors le dragon de Neve qui atterrissait et soupira de soulagement. Ce devait être lui qui avait dû avertir son supérieur des difficultés qu'ils rencontraient actuellement.
Serenus rejoignit Neve en souriant, maintenant que le capitaine était la, les choses allaient être plus facile. Le capitaine, en effet, commençait déjà à hurler des ordres aux soldats qui s'occupaient des blessés.

Serenus rangea son épée et regarda les toits avec méfiance. Il aperçut quelques silhouettes qui sautaient entre deux batiments avant de disparaitre. Les voleurs étaient encore la.
Le guerrier se tourna vers Neve et lui dit sur un ton las :

- Cette foule ne cesse de grossir. Les guerriers ont certes appris à se déplacer et à combattre dans ce genre de situation mais jamais ils n'ont combattu des ennemis aussi rapide.. Aussi invisible.. Nous n'avions jamais vu ça auparavant..  

Serenus sursauta quand la voix de son capitaine hurla :

- Dardalion ! Venez ici, les soldats disent que c'est vous qui avez stabilisé la situation. Venez m'expliquer ce qu'il se passe ici !

Le jeune guerrier rejoignit son supérieur et lui exposa rapidement la situation et ce qu'il avait fait pour y remédier. Le capitaine se contenta de hocher la tête vers Neve et demanda :

-Et lui ? Il est pas censé être avec les autres chevaucheurs ?

- C'est ma faute mon capitaine, je demandé à Neve de nous aider à retrouver les voleurs. C'est lui qui a eu l'idée de réformer les troupes en vous attendant.  

- Mais aucun voleur n'a encore été attrapé je suppose ?

- non mon capitaine..

- Cette mission tourne au vinaigre. Si nous échouons non seulement nous pouvons dire adieu à notre salaire mais la réputation de l'antenne de La Volte prendra aussi un sacré coup. Et elle aura du mal à s'en remettre. Le capitaine se tourna vers ses hommes et dit sur un ton impérieux : Je compte sur vous pour attraper ces voleurs ! Je vous paye ma tournée si on les a tous capturés avant le coucher du soleil !

Serenus hocha la tête et n'attendit pas la fin de la phrase du capitaine pour rejoindre Neve. Normalement il aurait dû rejoindre son antenne pour participer aux recherches mais au fond de lui il avait la conviction qu'il avait plus de chance de réussir en compagnie du chevaucheur. Une fois qu'il fut en face de lui il lui dit en souriant :

- Merci encore pour ma blessure. Tu as des pouvoirs bien impressionnant, je n'avais jamais vu ça. il regarda son antenne et reprit : je propose que nous restions ensemble pour attraper ces voleurs. Qu'en penses tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyJeu 14 Avr - 22:38

Les généraux eurent tôt fait de rétablir les formations et de rassurer les soldats. Les blessés furent rapidement pris en charge par une poignée de médecins de la Guilde, accompagnant les patrouilles, et l’électricité ambiante sembla se dissiper. Les choses rentraient peu à peu dans l’ordre, comme un immense puzzle à ciel ouvert, dont chaque pièce était un soldat. Toutefois, sur les toits de Lorgol que le soleil toisait avec défiance, les silhouettes félines des voleurs se glissaient toujours, emplies de sombres desseins. Neve nota avec attention que l’état des blessures n’était pas, en tout état de cause, de l’ordre du tragique, outre ce malheureux guerrier qui avait manqué de se faire éborgner, et dont l’arcade sourcilière était désormais traversée d’une longue et inquiétante balafre. Ces fameux bandits n’avaient pas pour projet de tuer qui que ce soit, ni même de causer des pertes. En cela, ils demeuraient novices, et de ce fait capturables. Le jeune ansemarien écouta avec attention les remarques de Serenus, hochant la tête à intervalle régulier pour signifier son approbation, mais les yeux toujours plongés dans une profonde réflexion.

Les deux compagnons furent tirés de leurs spéculations par les grandes gueulantes poussées par le Capitaine des guerriers, s’approchant de Serenus d’un pas lourd et déterminé, bien décidé à élucider l’enchaînement des récents évènements. Neve s’apprêtait à se retirer lorsque le général le pointa d’un doigt accusateur. Ce dernier semblait si imposant – à l’image de la carrure de son propriétaire – que son diamètre paraissait sensiblement identique au poignet du jeune ansemarien. Celui-ci se garda bien de le faire remarquer. Sans qu’il ait le temps de répondre quoi que ce soit, Serenus prit les devants et exposa les tenants et les aboutissants de sa présence auprès des guerriers, qui était par ailleurs ponctuée par d’autres Chevaucheurs aux côtés des soldats, épées et dragons œuvrant de concert contre les voleurs. Sans plus s’attarder sur sa personne, le Capitaine de la Guilde se détourna de Neve et lança les enchères : sa tournée au Boiteux des Mille Tours contre la capture des quelques voleurs fugitifs. Le jeune ansemarien s’apprêta donc, vraisemblablement penaud, à rejoindre les autres Chevaucheurs, lorsque Serenus s’adressa à lui en ces termes :

Merci encore pour ma blessure. Tu as des pouvoirs bien impressionnant, je n'avais jamais vu ça. Je propose que nous restions ensemble pour attraper ces voleurs. Qu'en penses-tu ?

Neve esquissa un sourire maladroit et d’un signe de main, signifia qu’il n’y avait vraiment pas de quoi le remercier pour si peu. À dire vrai, la magie curative était sa seule utilité efficiente au sein d’un groupe de soldats aguerris, il était donc tout naturel qu’il en abuse. En observant les Chevaucheurs qui se mêlaient aux divisions de guerriers pour traquer les voleurs, Neve jugea que le Capitaine de Vol les encadrant avait donné son accord. Ce dernier poursuivait d’ailleurs les recherches au côté de son homologue de la Guilde. Avant que le jeune ansemarien n’ait pu exprimer son enthousiasme, la voix du Capitaine des guerriers retentit à nouveau, grondante et froide :

Serenus, on décampe, dépêche-toi ! Ces voleurs ne se captureront pas tout seuls. Il marqua une courte pause en détaillant de pieds en cap son compagnon faë. Si tu veux t’encombrer de ce freluquet, grand bien te fasse, mais on avance !

Neve ne souleva pas l’évident mépris que dissimulaient ses paroles désintéressées, et emboîta le pas au guerrier. Après quelques secondes de marche silencieuse dans les rues, il avoua à Serenus :

Nous ne les débusquerons jamais en progressant dans les rues de Lorgol. Ils œuvrent de partout, sauf dans les rues. Je suis certain qu’ils nous observent des toits ou de je ne sais quel promontoire, lâcha-t-il finalement en scrutant les alentours.


Dernière édition par Neve l'Embrun le Ven 15 Avr - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyVen 15 Avr - 13:39

Serenus regarda son capitaine qui lui ordonnait de venir pour les aider. Il rougit quand son capitaine traita Neve de freluquet. Il se tourna vers Neve et lui dit en souriant :

- Ne l'écoute pas Neve. Le capitaine est certes un grand guerrier mais il n'est pas très délicat. Il n'a pas encore vu de quoi tu es capable.

Serenus suivit alors Neve et son antenne dans la foule. Les guerriers étaient à présent moins nerveux et certains arrivaient même à plaisanter. Certains jetèrent des regards à Serenus en se demandant quelle mouche l'avait piqué car il ne lâchait plus ce jeune chevaucheur. Certains sifflèrent en signe de provocation. Serenus se contenta de leur rendre un regard qui montrait très bien qu'il s'en fichait. Même si peu à peu, La colère s'installait. L'un des soldats, un homme que Serenus n'appréciait pas particulierement a raison de son arrogance et de sa capacité à mettre n'importe qui en colère en moins de 5 minutes, déclara sur un ton moqueur a un de ses collègues :

- Depuis quand on accepte les maigrichons au sein des chevaucheurs ?! Et depuis quand les guerriers collaborent avec les dresseurs de lézard ? Notre Serenus a perdu la raison. Ça doit être surement parce que sa femme s'est tapée tout le village !

Serenus mît instinctivement la main sur son épée. Celui la allait regretter ses paroles ! Puis soudain il entendit la voix de Neve qui lui proposait de monter sur les toits afin de pouvoir mieux repérer les voleurs. Serenus sentit la colère s'apaiser peu à peu au fur et à mesure qu'il réfléchissait et dit  :

- c'est sur que ce n'est pas ici qu'on verra quelque chose. Je suis sur qu'ils nous guettent de La ou ils sont.   Serenus regarda autour de lui et dit en montrant une tour de donjon :- je crois que ce bâtiment est une ancienne prison. La tour devrait nous fournir un bon poste d'observation. On verra surement les voleurs de la haut.

Le guerrier regarda autour de lui et trouva rapidement un endroit pour grimper. Mais à peine posa t'il les mains sur le mur qu'il savait qu'une fois la haut, le vertige allait refaire son apparition. Serenus regarda Neve. Entre le guerrier moqueur qui risquait de perdre une dent et le vertige, il fit rapidement son choix. Il grimpa sur le mur et se retrouva rapidement sur le toit. Il aida Neve a monter puis se remit debout. Aussitôt le malaise se montra et Serenus ferma les yeux pour maitriser son vertige. Il attendit un moment puis souffla. Cela n'allait pas être facile mais pour assurer la sécurité et surtout pour réussir une mission, il fallait être pret A tout. La reputation de la guilde en dépendait..

Une ombre sur son côté gauche attira son attention. Le guerrier se figea. En face d'eux, une jeune femme se tenait debout, un petit couteau à la main. Elle avait les cheveux blonds et un visage fin
Ses courbes fines et bien dessinées montraient qu'elle sortait à peine de l'adolescence, et qu'elle etait taillée pour la course. Elle leur fit un grand sourire et les salua avant de se mettre à courir.

Serenus se lança a sa poursuite mais fut vite stoppé dans sa course quand La voleuse sauta dans le vide pour passer au bâtiment voisin par une fenêtre ouverte. Le guerrier recula en chancelant, le visage pâle et les jambes tremblantes. Il se tourna vers Neve, et essaya de controler ses tremblements. La voleuse venait de lui passer entre les doigts et cela le contrariait terriblement. Le guerrier dégaina son épée comme pour montrer qu'il n'abandonnait pas puis rejoignit Neve. Il dit sur un ton peu assuré :

- Ils sont plus malin que je ne le pensais. Ils n'hésitent pas a entrer par les fenêtres des batiments pour fuir. Ils peuvent aussi bien etre sur les toits que sous nos pieds, dans une pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 24 Avr - 11:37

Ne l'écoute pas Neve. Le capitaine est certes un grand guerrier mais il n'est pas très délicat. Il n'a pas encore vu de quoi tu es capable.

Le jeune ansemarien ne se préoccupait pas des railleries qui fusaient parfois à son encontre. S’il n’éprouvait aucune sympathie envers ces énergumènes prompts à juger au quart de tour, il ne percevait toutefois aucune forme de colère au cœur de ses entrailles. Neve observa son compagnon d’armes, auprès duquel il progressait sans se soucier des moqueries. L’ire semblait s’immiscer peu à peu sur son visage, sans que toutefois il n’ait recourt à la force. Il fallait reprendre la traque sans plus tarder. Tandis que le jeune ansemarien remuait des stratégies dans son esprit pour cerner les voleurs, un guerrier à l’arrogance palpable se présenta devant eux, leur barrant le chemin. Neve ignora dans un royal mépris sa remarque, bien que quelques paroles lui parvinrent : « dresseurs de lézard », « perdu la raison », « tapée tout le village ». Le Chevaucheur ne souleva pas les quelques mots à l’encontre de la femme de Serenus. En vérité, il fut plutôt heureux pour le guerrier de le savoir marié. Serenus avait instinctivement porté sa main à son épée. Fort heureusement, quelques ordres jetés ci et là par le Capitaine de la Guilde rassembla les troupes, tandis que les autres Chevaucheurs prenaient déjà leur envol, en quête des fauteurs de trouble.

Serenus proposa avec perspicacité de se hisser en haut d’une tour de donjon, qui offrirait une vue imprenable sur le terrain de jeu des voleurs : Lorgol. Les deux compagnons ne se firent pas prier, et en deux temps trois mouvements, ils gagnèrent les premiers toits, avant de se lancer à l’assaut de la tour en question. Cette dernière était bien plus petite que ses consœurs, et les prises étaient nombreuses. Chose étrange s’il en est : elle ne semblait comporter aucune fenêtre, et seules deux ou trois meurtrières faisaient office d’ouverture. Serenus proposa une main bienveillante à Neve et l’aida à se hisser à ses côtés sur la corniche. La capitale des peuples libres se déroula alors sous leurs yeux comme un tapis de merveilles. Mais le jeune ansemarien n’eut pas le temps de s’extasier que déjà, une ombre effleurait leurs flancs.

Devant eux, à leur plus grande stupeur, se tenait une femme au visage juvénile et fin, portant avec elle un petit coutelas. Ses cheveux blonds étaient rattachés en une natte abondante. Elle leur adressa un salut moqueur, avant de se précipiter sur les toits voisins. Serenus et Neve demeurèrent quelques instants indécis, avant que le guerrier ne se lance tête baissée à sa poursuite, coupé dans son élan lorsque la voleuse n’hésita pas à se laisser glisser par la fenêtre d’une habitation. Le guerrier semblait contrarié de n’avoir réussi à l’arrêter, et pesta contre sa fourberie. Le jeune ansemarien, de son côté, n’hésita pas plus longtemps. Plongeant dans l’ouverture de la fenêtre comme un petit félin, il eut tout juste le temps de lancer à son compagnon :

Nous n’avons plus qu’à la suivre !

Avant de disparaître dans l’entrebâillement. Là, il heurta un canapé avant de se retrouver nez à nez avec un intérieur coquet et bien entretenu, qui semblait toutefois désert. Neve chercha des yeux leur cible, jetant un regard circulaire sur la pièce, avant d’aviser une nouvelle fenêtre ouverte, donnant tout droit sur le toit de l’habitation du ponant. Il se précipita dans l’ouverture, atterrit cahin-caha sur les tuiles glissantes, avant de se redresser, s’assurant au même moment que Serenus allait bien. Simultanément, ils aperçurent la chapardeuse à quelques toits de leur position.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 24 Avr - 16:27

Serenus n'eut pas le temps de s'apitoyer sur son échec. Neve eut La présence d'esprit de  réagir immédiatement en lançant ces quelques mots :

- Nous n'avons plus qu'à la suivre !

Aussitôt dit, aussitôt fait, Neve plongea dans la fenêtre. Serenus recula et regarda la fenêtre, paralysé par son vertige. Il secoua la tête. Oh et puis merde Serenus ! C'est pas comme ça que tu deviendras un jour capitaine ! Réagis ! pensa il avec colère. Le guerrier prit son élan et sauta. Il rattrapa le bord de la fenêtre de justesse et se hissa dans La pièce. Il croisa le regard de Neve, celui ci venait de heurter un canapé. Serenus ne put s'empêcher de detailler l'intérieur de la maison. Les personnes qui vivaient ici devaient bien gagner leur vie. Ce salon etait parfaitement le genre D intérieur dont rêvait Elena. Serenus n'avait jamais vu un canapé aussi beau. Mais il n'avait pas le temps de se prélasser. Neve repartait déjà sur le toit suivant en passant par une autre fenêtre. Serenus le suivit sans regarder en bas. Il se concentrait sur la silhouette du jeune homme et sur celle de La voleuse. Il s'aperçut qu'en agissant de cette maniere, il avait moins de mal à se deplacer en hauteur. Il sourit et s'élança. Il manqua de glisser sur les tuiles avant d'atterrir à côté de Neve. Il montra du doigt la jeune femme et dit :

- La ! Allons y !

Serenus se remit à courir et dégaina son épée. Il sauta entre les toits tout en se concentrant, le regard fixé sur la voleuse. Lorsqu'il arriva à sa hauteur il bondit et percuta la jeune fille. Il lui attrapa le poignet pendant la chute et ils dégringolèrent. Le guerrier ne lacha pas la jeune fille lorsqu'il se rattrapa A la gouttière. Leurs poids combinés fit plier le métal. La jeune fille se débattit et attrapa son couteau. Serenus avait besoin d'aide.
Il hurla le prénom du chevaucheur pour que celui ci vienne l'aider lorsque la voleuse planta le couteau dans la main du guerrier. Celui ci grogna et lacha La gouttière. Ils chutèrent et atterrirent dans un chariot rempli de fruits. Serenus s'était placé en dessous afin d'amortir la chute de la voleuse. Il fallait qu'elle reste vivante pour qu'elle reponde de ses actes. Le jeune homme se redressa et attrapa la jeune fille par le col. Il attendit que Neve soit à ses côtés pour relâcher un peu la pression. Il lui sourit et dit :

- et d'une ! Je m'occupe d'elle.

La jeune fille jura et se débattit quand Serenus attacha ses poignets. Quelques guerriers arrivèrent en courant, avec d'autres voleurs qui n'avait pas eu plus de chance que la voleuse. Serenus leur sourit. Ils allaient enfin être tranquille... Quand soudain, un coup de genou dans l'entrejambe le fit se plier en deux. La jeune voleuse s'élança dans la rue , les poignets liés. Serenus regarda Neve, lui seul avait une chance de la rattraper dans cette foule. Serenus eut une idee. Il dégagerait le passage pendant que Neve attraperait définitivement la jeune femme. Le guerrier commença à pousser les personnes qui se montrait trop gênantes pour permettre à Neve de se deplacer plus librement. Etant donné qu'elle avait les poignets liés, La voleuse ne pourrait plus grimper. Elle etait donc obligée de courir dans la rue. Et la foule la ralentissait, ils avaient toutes leurs chances.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 24 Avr - 18:17

Serenus s’était hissé auprès de Neve en faisant preuve d’une grande maîtrise de lui-même, quant à son évident vertige. Le jeune ansemarien lui prêta main forte lorsqu’il manqua de glisser sur les tuiles, à quelques pas de lui. Il songea que tous deux formaient un duo très équilibré, dont les forces et les faiblesses s’accordaient avec brio. Il observa un instant Serenus, déjà prêt à poursuivre leur assaillante. Se Neve accordait sans mal sa confiance, intimement convaincu que l’homme demeure originellement bon, il avait malgré tout pour principe de ne plus s’attacher à autrui, la disparition de Nomane ayant dévasté ses états d’âme et son existence. Les années lui avaient forgé une distance qu’il instaurait d’emblée avec ses semblables, conscient des dégâts impérissables que l’amour placé chez autrui pouvait causer. Pourtant, le courage et l’humilité de ce guerrier, lambda de prime abord, ne le laissait pas indifférent, et il était curieux d’en savoir plus sur lui. Toutefois, Neve n’eut pas le loisir de songer davantage aux tenants et aux aboutissants de l’amitié que Serenus s’élança sans plus tarder à la poursuite de la jeune voleuse, fougueuse comme une sauvageonne. Il dégaina son épée en la poursuivant, et le jeune ansemarien lui emboîta le pas, préférant pour le moment voir le couteau prêté par son compagnon sagement dans sa ceinture que dans sa propre main.

Soudain, Serenus et la voleuse disparurent. Neve stoppa brusquement sa course, scrutant les alentours à la recherche du duo improbable, lorsque le grincement sinistre d’une gouttière attira son attention, à une cinquantaine de mètres devant lui. Là, le toit prenait fin pour donner sur une rue marchande, et la main de Serenus fermement agrippée au rebord en disait long sur sa délicate position. Le jeune ansemarien se précipita à son secours, alors que la voix de son compagnon hurlait son prénom. Neve parvint à la hauteur du guerrier juste à temps pour voir le couteau de la voleuse s’enfoncer dans sa main comme dans du beurre, et les deux protagonistes tomber à la renverse, atterrissant par miracle dans un chariot remplit de fruits. Son propriétaire, un marchand à la bedaine proéminente, lança une charmante tripotée de noms d’oiseaux à l’encontre des malheureux tombés du ciel. Le jeune ansemarien ne tergiversa pas plus longtemps et se glissa agilement à terre, attentif à ne pas écraser les fruits colorés répandus sur le sol. Devant lui, comme une aubaine, Serenus agrippait fermement le col de la voleuse, qui se débattait comme un beau diable, sans succès.

Neve jeta un regard circulaire, et constata que Chevaucheurs et guerriers avaient pris en main la situation, débusquant un à un les voleurs et tâchant de rétablir le calme auprès de la population. Le marchand hydropique fut plus difficile à convaincre de la bonne cause prônée par les Capitaines, et ses exclamations indignées résonnèrent encore longtemps dans les rues de Lorgol. La légende raconte que même les murs s’en souviennent. Satisfait, Serenus entreprit de lier les poignets de la jeune voleuse, tandis que Neve se précipitait à son chevet pour détailler la sale blessure à sa main. Il tâcha de lui appliquer des soins rudimentaires.

Elle te laissera une vilaine cicatrice, avoua-t-il, avant de le féliciter avec un sourire franc.

Mais le répit fut de courte durée. D’un coup de genou bien placé – peut-être trop bien placé, la voleuse s’était élancée dans la rue, poignets liés, mais une détermination dévorante brûlant dans son regard. Jouant des coudes, elle se fraya un chemin dans la foule, sous les yeux ahuris des deux compagnons. Serenus, plié en deux par la douleur, posa un genou à terre, et Neve s’élança sans hésiter. Il n’était peut-être pas très fort, ni très débrouillard, mais son agilité et sa vélocité jouerait en sa faveur dans une foule si dense. Esquivant une cage remplie de poulets, slalomant entre les jupes et les redingotes, manquant de percuter une charrue au pas, le jeune ansemarien parvint enfin à rattraper la fugitive. Il s’empara de ses poignets liés, stoppa sa course, avant de recevoir l’aide bienvenue des autres guerriers. Un dragon ambré se posa près de lui, et son Chevaucheur embarqua la voleuse, fermement ligotée cette fois-ci. Tout rentrait dans l’ordre. Neve chercha du regard Serenus, pour s’assurer qu’il n’avait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 24 Avr - 19:08

Serenus regarda Neve fendre la foule et s'arrêta pour reprendre son souffle. Il regarda sa main, les soins apportés par Neve avaient permis au sang de coaguler. A present il ne saignait plus mais la plaie était vilaine. Il aurait effectivement une belle cicatrice à montrer à ses enfants, s'il en avait un jour.
Il reprit sa course quand il vit Neve attraper la voleuse et la confier à un dragon accompagné de son chevaucheur. Tout etait enfin fini, les voleurs avaient tous été arrêtés et la ville toute entiere retrouvait son calme. Serenus s'approcha de Neve et regarda le dragon emporter la voleuse. Il se tourna vers son compagnon et lui dit :

- Bon et bien... C'est terminé.. Merci pour ton aide Neve c'était vraiment impressionnant.

Le capitaine de l'antenne de La Volte s'approcha à grands pas, le sourire aux lèvres et hurla à l'attention de tous les guerriers et chevaucheurs réunis :

- Mes chers amis, Voila encore une mission que La Guilde a su réussir avec brio. Je tiens à remercier les chevaucheurs pour leur aide inestimable. Maintenant tous A la taverne, je vais tenir ma promesse et je paye un verre à tous le monde !

Le capitaine s'éloigna avec les guerriers de son antenne. Serenus resta la, le pouce caressant sa plaie, le regard dans le vide. Une bourse tomba à ses pieds lorsqu'un dragon transportant un voleur passa. Il La ramassa et sourit. Il chercha son collègue Tom du regard et quand il le vit il hurla son nom. Celui ci se retourna et courut à leur rencontre. Serenus tendit la bourse au guerrier en disant juste :

- Voila ta bourse Tom, fais plus attention la prochaine fois.

Tom reprit sa bourse avec un grand sourire et remercia chaleureusement les deux compagnons avant de rejoindre l'antenne à la taverne. Serenus le regarda partir puis soupira. Maintenant que le calme etait revenu, il pouvait espérer obtenir un peu de repos. Mais le carnaval n'avait pas encore commencé, et ils devaient toujours faire régner la sécurité à Lorgol.

Il finit par se tourner vers Neve et tendit la main. Il serra la main frêle du jeune homme en souriant et dit sur un ton enjoué,

- C'est ici que nos chemins se séparent, j'ai été ravi de faire cette mission avec toi. Et si tu passe à La Volte. Passe donc à mon antenne. Même si je pense qu'on se croisera de nouveau pendant le carnaval, vu que mon antenne reste pour continuer à assurer la sécurité. A bientôt Neve et encore merci.

Serenus lui sourit et rejoignit son antenne, il n'accepta pas le verre que lui proposa ses collègues et pris une table. Il sortit une feuille de papier de sa sacoche ainsi qu'une plume. Il demanda de l'encre a l'aubergiste. Celui ci la lui apporta Apres un moment. Serenus regarda ses collègues rire et s'amuser quand il se rappel A qu'il avait quelque chose à regler. Il se leva, alla voir le guerrier arrogant. Il lui fit face et Apres un sourire, lui fit renverser son verre avant de lui mettre une droite.

- ça c'est pour ma femme !

Serenus ne le laissa pas le temps de se relever qu'il retournait deja A sa place. Le guerrier arrogant, le nez en sang et en colere, commençait à se diriger vers lui mais des collègues attrapèrent ses bras pour le retenir. Serenus, parfaitement calme et serein, prit sa plume et commenca a rediger une longue lettre pour son épouse où il lui parla de Neve et des aventures qu'ils venaient de vivre ensemble.



Un carnaval sans risques  IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  EmptyDim 24 Avr - 20:30

Merci à toi, ta bravoure est remarquable, avoua Neve, un sourire sincère au coin des lèvres.

Le jeune ansemarien ressentait un réel apaisement parcourir son corps. Ses muscles se relâchaient, son adrénaline se dissipait et son rythme cardiaque recouvrait peu à peu son état normal. Le soleil avait entamé sa course lente vers l’horizon, et les mille tours de Lorgol s’illuminèrent d’un éclat mordoré, tiré vers l’ambre. Le soir tombait, et le Capitaine de la Guilde des Guerriers s’en retournait avec son antenne, à la recherche d’une taverne suffisamment ample ou d’une auberge pour accueillir la garnison. Le cliquètement des chopes et les rires gras retentissaient déjà au loin, dans les rues de la capitale des peuples libres. Serenus et Neve demeurèrent quelques instants sans bouger, savourant la concorde nouvellement rétablie, le calme planant désormais sur les esprits alors échauffés des guerriers et des Chevaucheurs. Le soldat s’apprêtait à rejoindre son antenne lorsqu’une bourse tomba à ses pieds, comme un miracle descendu du ciel. Le jeune ansemarien entendait encore cette voix résonner dans son esprit, origine de toute cet après-midi de poursuite : « Où est ma bourse ? », et sourit d’un air désabusé lorsque Serenus rendit ladite bourse à son propriétaire, un certain Tom.

Le guerrier tendit une main forte et calleuse à Neve, qui la serra sans hésiter, cherchant dans cette paume immense à reconnaître ses propres doigts, comme happés par les larges phalanges de son camarade. Cette image lui arracha un rire clair et enfantin, lui qui n’avait jamais ri de ses fragilités. Serenus lui dit adieu, l’invitant à venir le voir à La Volte lorsque Neve rentrerait en Faërie. Ce dernier ne pipa mot, ne voulant pas donner dans le sentimental, lui si maladroit avec les sentiments. Il se contenta d’un sourire et d’un aimable signe de tête. Le guerrier fit volte-face et rejoignit, d’une démarche souple et posée, son antenne déjà loin.

Je pense que nous nous reverrons ! lança le jeune ansemarien avant de voir disparaître son camarade au coin d’une rue.

Neve demeura quelques instants immobile, le regard dans le vague, réfléchissant au déroulement de cette étrange journée. Au-dessus de lui, survolant les mille tours de Lorgol, les Chevaucheurs regagnaient leurs quartiers, à l’Académie ou à la Caserne de Flammes. Le jeune ansemarien avisa Inespéré au loin, se confondant avec les nuages cotonneux, orangés dans le soir naissant. Le dragon lui adressa un souffle chaleureux qui enveloppa son esprit et le rasséréna. Tous deux, tels deux grands solitaires, appréciaient la saveur de ces instants suspendus entre deux temps, où la poésie était de mise et où la vie commençait peu à peu à s’éteindre. Neve se mit en marche et déambuler quelques minutes dans les rues, de plus en plus calmes et silencieuses, de Lorgol. Une heure plus tard, il se présenta à l’Académie, auprès du messager présent sur place.

Dîtes-moi, interrogea-t-il d’une voix songeuse, sauriez-vous retrouver une adresse pour moi ? C’est que je dois écrire une lettre.

Je vais me renseigner, répondit le messager en déroulant un registre devant ses yeux. Quel nom ?

Serenus Dardalion, à La Volte.

♦ Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Un carnaval sans risques    Un carnaval sans risques  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un carnaval sans risques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: