AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
229 € 379 €
Voir le deal

Partagez
 

 Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyVen 11 Déc - 17:11


Citalphe Brusqevire
ft. Luke Evans

« Le monde paraît si sombre à celui qui a les yeux fermés. »




Âge : 36 ans
Date et lieu de naissance : 14 avril 964 à Ponte-à-Vire (Ansemer)
Statut/profession : Principalement professeur d'histoire à l'Académie, mais également historien sur son temps libre etconteur des grands chemins.
Allégeance : Augustus, empereur d'Ibélène
Groupes : Lorgol - Peuple - Savant

Anecdote :
• Citalphe n'a pas beaucoup d'argent et ne s'en préoccupe pas le moins du monde : pour lui, l'argent aide simplement à vivre et ne possède aucun intérêt à être gardé.
• Citalphe prend un certain plaisir à enseigner et il en est le premier surpris puisqu’il ne se serait certainement pas attendu à devenir professeur. Aussi pointilleux qu’il puisse-t-être, il exerce son métier comme il avait été conteur, à la différence qu’il suit un certain plan qu’il a soigneusement écrit sur une feuille avec quelques notes de contenu. Ses cours varient donc d’une année à une autre, embellis d’anecdotes variées.
• Citalphe est terriblement mauvais avec les armes et n’a jamais essayé de corriger cela, ayant appris à défaut à fuir quand le danger se présentait.
• C’est également un excellent mangeur, un bon vivant, qui sait apprécier boisson et nourriture qu’on lui sert.




Dans la vie, je suis...


Curiosité. Le premier trait de caractère qui s’est manifesté chez Citalphe fut sans conteste sa curiosité : ce besoin d’en savoir toujours plus et de comprendre ce qui l’entourait. Et surtout, pour cet enfant né sans réelle racine, ce besoin de s’approprier l’histoire du monde pour en faire sienne. Il a développé également une grande rigueur sur ce qui le passionne, capable de s’isoler des heures durant simplement pour retravailler une phrase qui ne lui convient pas - et elles sont légions. Cette assiduité est d’autant plus importante qu’il semble avoir développé une bonne mémoire et qu’il est plutôt insomniaque, mais aussi un côté assez solitaire puisqu’il a pris l’habitude d’apprendre seul, le soir dans les bibliothèques quasiment désertes, ou retiré dans sa chambre.
Orgueil. Malgré tous ses dires, on ne peut pas retirer à Citalphe ses airs ansemariens, et surtout ceux qui le desservent le plus : il a une grande fierté dont il n’a pas encore atteint les limites. Oh en effet, Citalphe est plutôt orgueilleux et il ne l’admet pas facilement, tout comme une certaine ambition qui n’est pas des plus compatibles avec sa situation et qui a déjà, par le passé, manqué de lui desservir fortement : il a d’ailleurs par expérience appris à tenter de remplacer son mépris par de la tolérance, se rendant peu à peu compte qu’il pouvait apprendre des autres autant que des livres.
Théâtral. Autre atout ansemarien dont il aime bien user, cette fois-ci, c’est de ce charme propre aux marins : une peau légèrement basanée, un mode de vie au jour le jour qui se traduit par des voyages réguliers, et une certaine exagération dans ses propos. Exagération qui peut se coupler à ses habitudes de conteur et ses manières théâtrales et qui passent naturellement, surtout qu’il est bien plus calme et posé quand il ne se sent pas en représentation et qu'il n'a pas l'impression qu'il ait à prouver sa valeur, révélant ainsi un certain charme. Il fait attention à sa personne, entretenant également avec beaucoup de soin ses quelques habits qui semblent toujours neuf.
Insaisissable. Constat simple de sa vie : il n’a jamais réussi à s’engager, dans quel que domaine que ce soit. Attaché à aucune patrie ni aucune faction, il ne se sent d’aucune réelle allégeance, ni de famille puisque né sans père, il a également ce sentiment d’avoir été écarté par sa mère. De ce côté léger il a développé de la débrouillardise : à défaut d’être extrêmement stable, il vaut mieux réussir à réparer les pots cassés. Il dépense également le peu d'argent qu'il a sans compter, ce qui rend les fins de mois plutôt tendus.
Optimisme. Citalphe est définitivement un homme heureux de vivre et il le montre. Si problème il y a, celui-ci est accompagné d'une multitude de solutions pour le résoudre, et l’une d’elle est forcément convenable : l’évolution du continent l’a bien montré et il ne fait pas de toute qu’on peut être optimiste. Tolérant puisqu’il ne possède aucun a priori sur les gens, il se permet bien plus de les juger sur ce qu’ils sont et souhaitent refléter. Quoi qu’il en soit, le professeur est régulièrement vu déambulant dans les couloirs de l’Académie le sourire aux lèvres, prêt à enseigner ou à apprendre.

Et voilà comment j'en suis arrivé là.


« Certains racontent à Bellifère qu’après avoir traversé les montagnes et survécu aux plaines sèches, leurs ancêtres décidèrent de poser le campement au bord d’une faille offrant une vue parfaite à la ronde. Cet endroit leur fut même si plaisant qu’ils décidèrent d’en tracer les contours de leurs haches, qui étincelèrent sous le clair de lune et éloignèrent toute bête ou tout visiteur ; et ce rempart fut si impressionnant qu’ils firent de ce campement leur capitale, nommée Hacheclair. S’ils ont depuis remplacé les haches par de la pierre, celles-ci sont assez visibles pour tout voyageur trop intrusif à leur goût. »
Une soirée assez calme dans une auberge d’Erebor. Certains dans le groupe hétérogène assemblé autour de lui sourirent discrètement. Et celui qui avait capté cette attention bien limitée par la fatigue d’une longue journée comprit d’un regard rieur qu’il était temps pour lui d’y mettre un terme. Ses gestes pour saluer son auditoire semblèrent chorégraphiés tant ils furent larges mais précis : il se leva de son siège, tira son chapeau à plumes, salua son joli monde, le tout accentué par ses  manches bouffantes, son col de dentelle fine et ses bottes dont le claquement clair accompagnèrent son départ.
Une fois retiré dans le calme, franchissant la porte de la chambre qu’il avait louée pour la nuit, ce conteur extravagant devint un simple voyageur souhaitant le repos après une journée passée sur les routes.
Le regard qu’il jeta à la pièce fut rapide, et plutôt que de se diriger vers le lit, il alla à cette fenêtre laissant entrevoir une belle nuit d’été. L’ouvrir en grand lui permit de mieux profiter de la vue ; l’enjamber pour se caler lui permit de sentir l’air frais et la berceuse qu’offraient les cigales. Son regard erra doucement dans la nuit, irrémédiablement attiré par le plafond étoilé, spectacle typique des temps estivaux. Étoile après étoile, il sentait un fil de pensée remonter une histoire qu’il évitait d’ordinaire de ressasser.

Citalphe Brusquevire ne parlait pas des dix premières années de sa vie qui insufflaient à son cœur un étrange sentiment, mélange de nostalgie mais également de tristesse. Puis il y avait cette figure. Cela faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas revue mais il ne faisait pas un doute qu’elle aurait souri en l’entendant raconter cette histoire sur Bellifère. C’était elle qui la lui avait apprise, il y a bien longtemps, avec un léger accent qui trahissait ses origines du dur duché. Elle n’avait que seize ans quand elle était arrivée à Pointe-à-Vire, petit port d’Ansemer, le ventre rond et l’alliance absente de son doigt, dans l’espoir de trouver une solution à sa terrible situation. Celle-ci lui était arrivée sous une forme inattendue : le vieux gardien du phare, en échange de sa présence dans les derniers jours de sa vie, lui proposait de l’épouser et de reconnaître son enfant. Quelques jours plus tard, son enfant était né sous le nom de Citalphe Brusquevire ; quelques mois plus tard, elle devint veuve et gardienne de phare.
Que le temps fût nuageux, ensoleillé ou venteux, sa mère était heureuse. Comment avait-il pu oublier cette joie de vivre qui avait baigné son enfance ? Cette femme avait pardonné, avait ri, avait chanté et avait aimé. Sa voix douce avait bercé tous les soirs son enfant de contes. Ses doigts fins avaient fait monts et merveilles avec le peu de tissus dont elle disposait. Ses quelques moyens avaient permis à son fils d’apprendre à lire et écrire, ce dont elle avait été dispensée. Seulement, malgré ses efforts, elle qui n’était qu’une simple et jeune gardienne de phare, elle s’avéra dépassée par cette soif de connaissance et d’histoire, compliquée à suivre.
Lui avait-il fallu un peu de maturité pour enfin comprendre le poids dont il avait soulagé sa mère quand il la quitta ? Combien avait-il dérangé son nouvel époux, ce marchand revenu chez lui après de longues années sur les routes, et lui enfant qui rappelait un homme disparu qui avait manqué de détruire cette personne précieuse ? Le couple fraîchement marié avait réussi à reconstruire leur vie en envoyant Citalphe à l’Académie. Ce fut le jour où il comprit cela qu’il décida de se détacher au plus de cette nouvelle famille, bien qu’il ne put jamais réellement en vouloir à sa mère avec laquelle il correspondait régulièrement par lettres, heureuse qu’elle était d’avoir si tardivement pu apprendre à maîtriser une plume.

Les yeux sombres du conteur se tournèrent vers le ciel et fixèrent le croissant de lune qui s’amusait à se cacher derrière les nuages puis à réapparaître. De ses lèvres soudain arrondies sortirent des notes, une comptine qui s’éleva doucement vers l’astre nocturne, sans prendre gare aux rares passants surpris.
Il aimait, depuis le jour où il était entré à l’Académie, entendre ses sifflements résonner contre ses murs magiques. Cette aventure avait débuté alors qu’il n’avait été qu’un gamin de dix ans à peine sonnés, tout juste en âge pour postuler et incapable de saisir tous les charmes de Lorgol qui semblaient jouer de concert pour l’émerveiller. Connaissant seulement la lecture et l’écriture, tout était encore à apprendre, à faire, et ce monde que ses sens le laissaient simplement entrevoir, il souhaitait en faire son ami. Quand on lui demandait comment il avait bien pu entrer, il répondait que c’était ses talents naturels en baratinage qui avaient convaincu les juges ; ou que, face à ce flot incessant de paroles, les trois académiciens n’avaient pas trouvé meilleure manière de le faire taire que d’accéder à sa requête. Il suffisait simplement de regarder cet éclat de malice dans ses yeux et cette aisance à raconter cette boutade pour comprendre que cet enfant avait bien eu sa place dans la cour des grands.
Au milieu de l’effervescence de la capitale et des hautes colonnes de l’Académie, Citalphe avait enfin senti qu’il pouvait vivre, que plus rien ne l’arrêtait, comme une nuée de chemins qu’il souhaitait tous emprunter. Pour cela avait-il toujours semblé insaisissable pour ses camarades, le genre cavalier solitaire, se suffisant à lui-même, mais qui restait tout à fait sympathique. Simplement, il travaillait bien mieux seul et ne s’attachait pas aux hommes. Bien des années après, il se souvenait encore parfaitement de cette alternance entre les heures passées à dévorer des livres dans l’une des immenses bibliothèques et celles employées à flâner dans la capitale, au milieu des marchands et des voyageurs qui ne résistaient pas à ce gamin à la mine réjouie qui voulait tout savoir sur le monde qu’eux parcouraient.

Ses sifflements se stoppèrent quand il vit la silhouette d’un cheval se mouvoir dans la nuit. Un sourire remplaça les notes : il se rappelait les départs précipités nocturnes, quand sa compagne de route décidait qu’il valait mieux ne pas attendre l’aube pour détaler. Cela avait certes eu le don d’agacer Citalphe, mais il devait aujourd’hui avouer qu’il lui arrivait de guetter la porte pour ne pas être surpris par la furie. Les années qui suivirent l’Académie étaient bien de celles qui lui manquaient le plus, malgré cette conclusion qui comptait parmi ses plus grandes hontes.
A vingt-et-un an, après dix années passées sur les bancs de l’Académie et avec trois diplômes en poche, Citalphe avait pris la décision de réellement découvrir le continent. Plus rien ne le retenait : l’Académie lui avait enseigné tout ce qu’elle savait sur l’histoire, plus de famille, aucun patrimoine à gérer, il était près à tout voir et comprendre. Il lui fallut trouver un compagnon de voyage : la seule chose qui avait comme égale sa soif d’histoire était bien sa terrible maladresse avec tout ce qui coupait, ne serait-ce que de la viande. Défaut très handicapant quand on était un bon mangeur ou que l’on souhaitait parcourir Arven.
Les recherches avaient été d’autant plus compliquées qu’il ne comptait pas rémunérer ce voyage, au vu de son manque total d’argent. Aussi quand cette Cielsombroise s’était présentée à lui, avec sa dégaine de mercenaire et ses phrases succinctes, Citalphe avait refusé. Mais elle avait insisté à grands renforts d’alcool et la semaine suivante, ils foulaient les vertes prairies de Bellifère, dont le sang coulait en partie dans les veines des deux compagnons de route.
Cyrielle était de prime abord froide et tacite, et Citalphe volatile et insaisissable, et l’une comme l’autre apprirent à aller plus loin que ces façades, chose laborieuse quand on voyait leurs vies respectives de solitaires. Ils écumèrent Arven ainsi sept ans, passant plus ou moins de temps dans chaque duché selon la quantité de problèmes attirés. Quand ils faisaient étape dans une ville, chacun menait sa vie de son côté, se retrouvant d’abord quelques nuits, puis plus régulièrement quand ils comprirent que louer une seule chambre était économiquement avantageux, surtout pour ces deux voyageurs constamment en manque d’argent. De cette aventure, néanmoins, Citalphe gagna une réputation de conteur émérite, écumant places du village et auberges à qui voulait l’entendre, et Cyrielle de guerrière accomplie. De ces deux sous-métiers, ils parvenaient toujours à rassembler assez d’argent pour la suite de leur voyage.
Le duché le plus épineux resta celui de Sombreciel. Cyrielle ayant expressément demandé à ce qu’ils n’y fassent pas une longue halte, et leur premier passage dans ce duché mystérieux s’avéra d’une breveté incroyable. Sept ans de baroude avaient passé quand Citalphe mit le pied en Ansemer, et qu’il revit sa mère qu’il avait quittée près de dix-sept ans auparavant, pour la retrouver dans un phare heureux et habité par neuf marmots, dont la plus âgée était cette jeune femme qui habitait le ventre de sa mère quand il avait quitté la maison. Quand il les quitta, soulagé d’échapper à cette impression de gêner, il s’était vu approcher par des personnes influentes de Sombreciel : et contre une somme d’argent et une place importante dans le duché en cas de réussite, Citalphe devait affaiblir la position déjà précaire du nouveau duc cielsombrois, le jeune Castiel de Sombreflamme.
Et le conteur accepta. Il fallait le dire, c’était la première fois qu’on lui offrait une possible situation, qu’elle fût hypothétique ou non, il suivait un but, côtoyant les grands du duché de l’esprit et des folies. Cette aventure avait un côté terriblement excitant, surtout pour un beau parleur qui aimait les récits, héroïques comme réalistes. Il restait néanmoins le cas Cyrielle à gérer : sa compagne était originaire de ce lieu qu’on lui demandait de déstabiliser, et même si elle en parlait peu, il sentait qu’elle y restait attachée. S’il avait été curieux, elle l’avait vivement renvoyé, et il n’avait pas plus insisté. Le principe de leur relation ayant été une totale liberté, ils se quittèrent calmement, et ils mirent un terme ces sept années de coopération dans cette auberge de Pointe-à-Vire que Citalphe connaissait si bien.
Le voyage vers Euphoria se déroula heureusement sans encombre, et à peine le conteur avait écumé les premières tavernes qu’il se trouva emporté dans le perpétuel ballet étourdissant, typique de Sombreciel. Des anecdotes dans l’oreille des plus pauvres ; des légendes pour les petits nobles de passage ; et une joie de vivre et une générosité qui semblaient sincères à tous. Pour eux, Citalphe était ce conteur au faciès marin, un insaisissable mystère qui parlait si bien ; et lui se plaisait à jouer tous les jours un personnage qui lui ressemblait, mais dont les motivations lui étaient étrangères. L’aspect excitant de vivre une vie qui n’était pas la vôtre.
Une fois l’attention du duc accaparée, le reste fut facile, surtout pour qui avait estimé réussir sa vie sur un baratin. C’était un gamin complètement instable : pas un mauvais bougre, mais le convaincre de continuer sur sa lancée en terme d’alcool et de drogues, comme l’avaient fait nombre de ses ancêtres, ne fut pas bien compliqué. Après, les légendes héroïques marchaient tout le temps sur les jeunes esprits.
Bien évidemment, cela ne dura pas longtemps. Citalphe manqua peut-être de talent ou de conviction, ou le protecteur de Sombreciel, Maximilien de Séverac, était bien trop efficace pour reprendre les choses en main, mais un beau jour – et naturellement, en public –, le conseiller chassa le conteur qui manqua, de peu, une issue bien plus catastrophique qu’une longue fuite vers Lorgol.
La chance, étonnamment, continua de se manifester dans les premiers jours qui suivirent son arrivée dans la capitale : on lui proposa un poste de professeur d’histoire à l’Académie, qu’il accepta sur-le-champ. Après son humiliation à Sombreciel, on lui proposait un métier tout à fait honorable dan lequel il pourrait vivre sa passion. Lui qui n’avait pas l’habitude de s’engager, après dix années de voyage, il avait enfin cette chance de reprendre une vie stable dans cette ville qu’il adorait à faire de l’histoire sa vie.
Depuis cinq ans maintenant qu’il travaillait à l’Académie et qu’il voyait défiler les élèves devant lui, depuis cinq ans qu’il vivait réellement de l’histoire, il devait avouer qu’il n’avait jamais été aussi heureux.

Et ce fut un sourire épanoui qui se dessina sur les lèvres du conteur, fendant son visage d'un bonheur qui n'appartenait qu'à lui et qui ne demandait qu'à être étendu.



Dans ma tête, ça se bouscule

Que penses-tu des compétences de la toute nouvelle impératrice de Faërie, la jeune Chimène ? La trouves-tu légitime, penses-tu qu'elle va réussir sa période de probation ?
• De la curiosité. C’est en vérité ce que pense Citalphe éprouve du résultat de ces jeux du destin qui ont envoyé la quatrième enfant d’une fratrie impériale sur le trône faë. Qu’il ait grandi en Ansemer ne lui inspire aucun sentiment d’allégeance envers elle et à la vérité, il ne se leurre pas sur la grande probabilité d’échec de la jeune rouquine en laquelle peu de gens place d’espoir. Citalphe doute d’autant plus de sa réussite depuis qu’il passe les trois mois d’été à la Cour d’Augustus et qu’il a appris à connaître son aînée, Catarine dite désormais d’Ibélène, qui semble plus qu’insatisfaite de ce changement.
Quelle que soit l’issue, Citalphe observera avec intérêt ces jeux de pouvoir dont il se promet d’être un témoin efficace.


Envisages-tu de prendre part au conflit si une guerre entre Ibélène et Faërie devait se déclarer ? Quel parti prendrais-tu, et pourquoi ? Comment participerais-tu à la lutte ?
• Citalphe n’a rien d’un guerrier, bien qu’il ait depuis longtemps appris que les armes n’étaient pas l’unique et meilleur moyen de remporter une guerre. S’il a naturellement plus d’affinités avec Ibélène, la patrie du Savoir dont l’empereur lui laisse l’accès à la plus belle de ses bibliothèques, il ne se sent fils d’aucun des deux empires, puisqu’originaire d’un duché ibélien mais né sur la côte faëe.
Aussi, en cas de conflits, rien ne garantirait que Citalphe prenne parti pour l’un des deux empires, sauf si on ne lui laisse vraiment aucun choix, cas dans lequel il se rangerait, pour l’instant, du côté d’Ibélène.


Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Lorgol est une ville fascinante, quel que soit l’aspect sous laquelle on la regarde. Certes d’abord par défaut, puis finalement par affection, Citalphe s’y sent chez lui. Si c’est l’Académie qu’il a appris à mieux connaître, il n’est pas rare de voir sa figure rieuse traîner dans la Haute Ville pour se renseigner sur l’évolution du monde – les marchands sont très bons dans le commérage, il l’a appris très jeune – ou même dans la Basse Ville, dans laquelle sa présence est tolérée bien qu’il s’y aventure avec prudence à cause de sa mésaventure à Sombreciel. Cette ville pleine de mystères, de surprises et de vie, pleine d’histoire, de ragots et d’avenir est un lieu parfaitement adapté pour un amoureux de récits de sa trempe.


INTRIGUE GLOBALE - Ce soir, on danse !


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Claire mais vous me connaîtrez mieux sous le nom de Kietah ou Nausicaa et j'ai 19 ans. J'ai découvert le forum via PRD et voici ce que j'en pense : je suis très heureuse d'être parmi vous ! :haww: Et vous allez regretter mon dévolu jeté ici :face:.
Pour les inventés : Je vous autorise/ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.



Dernière édition par Citalphe Brusquevire le Lun 4 Jan - 21:26, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyVen 11 Déc - 17:17

Bienvenue ici :**:

Même pas peur, je suis sûre qu'on regrettera rien du tout :keu: au contraire, je suis ravie que tu aies craqué :danse2:
Bon courage pour ta fiche :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyVen 11 Déc - 18:14

Mouahaha, mon biographe perso ! :augustus:

BIENVENUE !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyVen 11 Déc - 18:45

Bienvenue sur le forum, et bon courage pour ta fichette.
Je l'aime beaucoup dans Dracula Untold.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptySam 12 Déc - 2:32

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptySam 12 Déc - 3:01

Bienvenue parmi nous :cute:
Bon courage pour la suite, on est là si tu as des questions :siwan:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptySam 12 Déc - 11:43

Merci à tous :*_*:

Augustus : t'as intérêt à te tenir à carreau le couronné parce que la moindre bévue sera encrée dans l'histoire :poele:

Melsant : j'avoue que j'ai une très mauvaise culture cinématographique donc je ne le connais que dans le Hobbit, mais j'ai plus craqué sur le personnage que l'avatar (il faut dire que le lot n'était pas inintéressant non plus :keu:) mais je regarderai alors à l'occasion ! :ange:

Sinon, petite question : y'a-t-il un délai maximum pour finir la fiche ? J'ai cherché dans le règlement et je n'ai pas trouvé :pwease:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptySam 12 Déc - 12:38

Oh je te conseille ce film. Il est vraiment parfait sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptySam 12 Déc - 13:07

D'accord, je suivrai ton conseil et je te dirai ce que j'en pense ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptySam 12 Déc - 13:55

Alors non, nous ne mettons pas de date limite pour ta fiche :mimi:
Pense seulement à nous prévenir de temps en temps de ton avancée pour qu'on ne s'inquiète pas ! :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyDim 13 Déc - 1:30

Bienvenue :danse2:
Bon courage pour ta fiche :puppy:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyDim 20 Déc - 0:57

Coucou :siwi:
Tout va bien ? Tu as besoin d'un petit coup de main ? :cute:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyLun 21 Déc - 19:07

Coucou !  :hey:
Tout va bien ! Mon souci a surtout été d'ordre temporel, puisque je n'ai réellement pu me poser pour écrire ma présentation... qu'hier, pour la première fois :stare:
Je m'attèle donc à tout remplir dans les prochains jours ! Si c'est accordé  :*_*:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 3:44

Coucou ! :siwi:
Ca fait plus d'une semaine maintenant, ça va ? As-tu besoin d'aide ? :lama:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 19:14

Hey  :*_*:
A nouveau, je tiens à m'excuser (dites-moi quand mes excuses ne suffiront plus, j'accepterai), mais pour dire vrai, ça fait trois semaines que je tourne et retourne mon histoire dans tous les sens pour savoir comment je la commence. C'est vraiment l'étape pour laquelle je galère le plus : rien ne me plaît, alors j'efface et je redémarre (si vous souhaitez une preuve, je peux passer les 2-3 documents Word qui traînent), et j'efface et je redémarre encore une fois... Mais je crois que j'ai trouvé un nouveau truc, et j'espère que ça sera la bonne :*_*:
Je (me) donne une dead line (sinon je ne m'y mettrai jamais :facepalm:) : si dans une semaine ce n'est pas fini, je veux bien que vous libériez le personnage :*_*:

Je suis vraiment désolée, je traîne, je me traîne, et c'est pas cool de ma part, donc je me mets un vrai coup de collier pour tout terminer !

Encore milles excuses, ce n'est pas votre faute ou la faute du personnage, c'est juste moi :*_*:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 19:17

Tu prends le temps qu'il te faut, hein, il faut juste nous tenir au courant régulièrement :cute:
Et vraiment, ne te prends pas la tête avec ta fiche. C'est une base ; l'essentiel du développement de ton personnage se fera en RP :sisi:
Ca va aller. :patpat










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 19:21

Oui, je suis désolée (difficile de tenir au courant quand rien n'avance).

Ben, j'ai ce toc perfectionniste qui veut que je soigne la forme de mes fiches, même si je me rends compte à force de jouer que le personnage de ma fiche n'a plus grand chose à voir avec celui qui a été développé... Bizarrement, ce toc ne se manifeste pas pour mes cours :loser:

Encore désolée, je m'y mets pour de bon ! :*_*:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 19:26

Je t'envoie plein de bonnes ondes :superman:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 19:58




Bon courage pour la suite de ta fiche :calin: !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 29 Déc - 20:54

Merci, je prends ! :cute:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyDim 3 Jan - 14:38

Bonjour :coucou:,
Excusez-moi pour le double-post, mais c'est un petit message pour vous indiquer que la fiche est complétée et qu'il ne manque que le test RP qui arrivera au plus vite les prochains jours (selon comment ma motivation me laissera avancer dans mon révisions :3:).
Mais ça ne traînera pas autant que ma fiche, promis :*_*:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyDim 3 Jan - 14:45

Bravo brave Citalphe (quelles belles allitérations en [b] et en [v] !), bon courage pour tes révisions petit papillon :papillon:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyLun 4 Jan - 21:27

Encore un message pour vous dire que mon test RP est fourni au lien suivant ==> *.
Ma fiche est donc enfin terminée ! :nana:

Merci pour votre patience et encore désolée pour la durée :*_*:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 5 Jan - 0:54

Je m'occupe de toi à mon retour, désolée :sad:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. EmptyMar 5 Jan - 14:13

Franchement, après le temps que j'ai pris pour terminer cette fiche, ce serait hypocrite et mal placé pour moi de t'en vouloir :geu:

Prends tout ton temps, ne t'inquiète surtout pas :coeurs:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.   Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Citalphe ~ Le monde est un livre fantastique qu'il faut oser ouvrir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]
» Village Hentaï
» [Hentaï] Le Grand Jeu
» 2019 après la chute de New York [DVDRiP] Fantastique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Oubliettes-
Sauter vers: