AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-83%
Le deal à ne pas rater :
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
4.99 € 29.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Quel est votre choix ?
Aider les Amoureux du Vent et donner de mon sang pour éveiller les vivenefs
Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 Empty80%Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 Empty
 80% [ 12 ]
Refuser mon aide aux Amoureux du Vent et rejoindre le peloton d'exécution
Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 Empty20%Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 Empty
 20% [ 3 ]
Total des votes : 15
 
Sondage clos

AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 1 Mai - 17:12


Épuisée, je regarde la mer envahir notre prison. Je ne capitule pas encore. Avec ferveur, je prie Callia, Messaïon, Valda …

Dans un fracas aussi assourdissant que soudain, la trappe s'ouvre chassant mes sombres pensées. Je suis libre. Soulagée, mais transie de froid, je remercie respectueusement nos libérateurs, peinant encore à croire que les légendaires membres de la Rose Écarlate nous sont venus en aide. J'admire un instant leurs montures majestueuses installées sur le pont délabré de la Marie-Sanglante, guère épargnée par la tempête. Mais j'ai beau scruter le pont, aucune trace de Grâce, ni des fillettes !

- Grâce ! Lena ! Lou-Ann ! Où êtes-vous ? Au paroxysme de l'angoisse, je continue d'appeler, et croisant l'un des marins, je l'interroge.

- L'est passée par dessus bord, m'dame, les deux rouquines z'ont suivi … pour sûr qu'elles sont au fond d'l'océan ! C'est qu'Messaïon, l'était sacrément colère !
Chaque mot est comme une lame acérée qui anéantit mes espoirs de revoir vivantes mon amie et les deux enfants. Malgré moi, je fouille les flots frisés d'écume, cherchant un indice, un espoir. En vain. Un homme s'enquiert du sort des trois absentes, mais je n'entends plus rien, ne vois plus rien. Je sais.
Captive de mon chagrin, je glisse le long du bastingage. Prostrée, je frissonne, les larmes coulent sans que je les retienne, de longs sanglots douloureux se bousculent dans ma gorge. Trop, c'est trop. Au choc, à la douleur insondable s'ajoutent la colère, la rancune envers nos ravisseurs, envers Maria, les responsables de la disparition de mes amies. D'un geste rageur, j'essuie mes joues ruisselantes, nourrissant des envies de meurtre envers cet équipage qui les a poussées à commettre un geste aussi extrême. Les conditions désastreuses de notre captivité, cette funeste tempête, le chagrin alimentent ma fureur, mon désir de vengeance. Que Lida me vienne en aide !

Anciens prisonniers, Rose Écarlate, pirates, chacun s'affaire à sa tâche, le Roi Noir a distribué ses instructions après avoir passé un marché avec Maria, j'espère qu'elle tiendra parole et ne nous livrera pas aux sirènes. Alors que je cherche à me rendre utile, l'un des rescapés de l'équipage me cueille fermement par le bras. Le capitaine est grièvement blessé. Il m'ordonne de le soigner, sinon mon cadavre ira nourrir les poissons. Il me prévient sans détour qu'il me tuera au moindre geste équivoque, et m'entraîne dans les entrailles de la vivenef. Devant une porte dégondée, il me lance un regard menaçant, et me pousse dans une cabine délabrée. Le capitaine gît sur une couchette rudimentaire. Manifestement mal en point, l'homme râle. Livide, en sueur, il est emballé dans un drap sale, imbibé de sang. Précautionneusement, j'ouvre le bandage de fortune et découvre de profondes blessures qui bâillent affreusement, répandant ses entrailles sanguinolentes. Des esquilles sont fichées dans les plaies béantes, il a sans doute été éventré par un tronçon de bois acéré, arraché par la tempête.
Je pourrais sans doute nettoyer et recoudre les entailles, même si le bougre a peu de chance de survivre. Mais une petite voix dans ma tête me rappelle que cette crapule a enlevé Lena et Lou-Ann, cette vermine est responsable de leur noyade ainsi que de celle de Grâce. Pourquoi me donnerai-je la peine de le soigner ? Cette charogne ne le mérite pas. Non ! Je tiens peut-être là l'occasion de me venger d'une de ces ordures, je dois juste éloigner mon cerbère :

- Trouvez-moi de l'alcool, des compresses, du fil  … Même si je n'ai pas l'intention de m'en servir … Puis de peur que le pirate ne mette ses menaces à exécution à son retour lorsqu'il constatera que son capitaine est passé de vie à trépas, j'ajoute :
- Pressez-vous, votre capitaine est mourant …

Le flibustier s'éloigne. Seule avec le blessé qui a fermé les yeux, j'observe son souffle à peine  perceptible. Jamais je n'aurais pensé être capable d'agir ainsi, mais la rigueur de ma captivité m'a métamorphosée. Je déchire un lambeau de mes jupons, je le roule rapidement en boule que je plaque sur le nez de cette vermine. Lentement les secondes s'égrènent ... à dix, il sera mort.

Pour Lena, pour Lou-Ann, pour Grâce …

Spoiler:
 



Dernière édition par Siméane Adelphe le Mar 3 Mai - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 1 Mai - 23:03




Chroniques d'Arven

Les Amoureux du Vent

Intrigue 1.3



Intrigue animée par Aura·


Les Amoureux du Vent


Larguez les amarres !
En guerre, compagnons, à la bataille !
Que tremblent les embruns et pleurent les vagues !
Les pirates s'en vont à l'assaut des flots !

MARIA : « Crime ! Trahison ! Meurtre, le sang, tant de sang ! Sa vie dans mes mains, son âme qui s'envole, soufflée comme la flamme d'une bougie, ô mon capitaine - mort ! Tué ! Qu'on le venge, qu'on les éventre, qu'on les égorge ! Ces passagers sans cœur, sans foi, sans dignité ! Toi, je te maudis ! Guérisseuse aux mains sanglantes, soigneuse porteuse de la mort ! Traîtresse ! Rompeuse de serments, briseuse de promesses, indigne, ô misérable parjure ! Sois maudite, sorcière - je jette sur toi mon opprobre, Siméane Adelphe ! Jamais les flots ne te laisseront en paix - que l'océan lui-même devienne ton fardeau ! »

Et Maria hurle. Siméane a tué son capitaine ; jamais la vivenef ne pardonnera, et Messaïon entend, et Atal comprend. La panique ravage le bord - tant bien que mal, en dépit des efforts de Serenus pour saboter la manœuvre, la vivenef est arrivée sur l'île des Vents, terme de son voyage, par le Levant. L'on fait descendre les captifs, ils sont emmenés au-devant de silhouettes encapuchonnées : les Amoureux du Vent sont venus chercher leur tribut tant attendu pour les mener jusqu'aux sirènes... Ils auraient dû, pourtant, se méfier de la Rose Écarlate : les deux Fous se sont lancés dans la bataille et leurs armes enchantées ménagent au Roi suffisamment de latitude pour partir dignement en courant, emmenant derrière lui le cortège de prisonniers tels une file de canetons trébuchant derrière leur mère. Hélas pour eux - ils se dirigent sans le savoir vers la pointe Sud de l'île : la Crique des Sirènes.

Au large, l'Audacia a rejoint Solitaire en mauvaise posture. Tous les dragons sont restés avec l'Orichalque : leur masse rendait la manoeuvre trop délicate pour la coque abîmée du navire, ainsi seuls leurs cavaliers ont-ils embarqué. La prière de Tristan a poussé Sithis à intercéder pour Maelys et Mirage : ils sont rétablis, mais encore traumatisés par la sensation des flammes invisibles léchant leur peau.

Rhéa et Gisèle ont parlé longuement. La magie des Chevaucheurs de bord a permis de requinquer un peu Inespéré, qui reste tout de même très affaibli - Justice, dragon de la Tour, est désigné pour rester avec lui, tandis que Solitaire se dirige tant bien que mal vers l'île où est restée l'Orichalque. L'Audacia reprend la route, et Rhéa aborde l'île par le Ponant. Elle est bien sombre, Rhéa - elle sait que les sirènes sont toutes proches.

RHÉA : « Nous voici sur l'Île des Vents, mon capitaine. Les âmes qui vivent ici savent que nous avons jeté l'ancre dans la baie - elles savent où je suis, perpétuellement, depuis l'instant de mon éveil. Cette île est sous l'égide des Amoureux du Vent. Les sirènes y occupent la Crique au sud - il va falloir vous aventurer jusqu'au Berceau si vous voulez les y affronter... et qu'Atal vous protège, car ce qui vous y attend dépasse certainement votre entendement. Je prierai ardemment pour que vous me reveniez, j'en fais serment. »

Rhéa refuse d'en dire plus, se bornant à décrire les Amoureux du Vent comme des êtres encapuchonnés. L'équipage se dirige donc vers le Sud. Les griffons prennent la voie des airs, mais la fatigue les prend rapidement - une sombre force leur fait obstacle, ils restent donc avec Rhéa pour attendre le retour de leurs Voltigeurs. A mi-chemin, des hurlements retentissent : des silhouettes masquées déferlent en courant, hurlant à pleins poumons, de tous les côtés, et il faut courir pour sauver sa vie.

Sur le Skadi, c'est légèrement pire. Eda a mené tout droit ses passagères à la Crique des Sirènes, et elle les met en garde : le Berceau est gardé par les Amoureux du Vent qui appellent les sacrifices à y être menés, soyez prudentes ! Mais trop tard. Le long du bastingage, des crochets sont lancés, des envahisseurs s'invitent à bord : les Amoureux du Vent sont là, fermement décidés à revendiquer Lou-Ann et Lena...

Fuyez, inconscients, car vous êtes tous tombés dans le piège des Amoureux du Vent !



Cinquième Tour

Consignes



IRL : du lundi 02/05 au dimanche 08/05.
IRP : le 25 mai à midi, les navires ont chacun abordé l'île par un côté différent : la Marie Sanglante et les prisonniers en fuite par le Levant (Est) ; l'Audacia et les Chevaucheurs/Voltigeurs/pirates par le Ponant (Ouest), et le Skadi, plein Méridien (Sud).
Note : Quelque chose est arrivé par le Septentrion (Nord), mais vos actions n'ont pas encore déverrouillé ce contenu. :angel:

• Ce topic concerne uniquement les équipages recensés en tête de topic. Les personnages dont la participation à l'intrigue ne serait pas cohérente peuvent rejoindre l'animation de ce chapitre « Contes et Légendes : Les Amoureux du Vent ». La participation à chaque tour de l'animation donne droit à la carte d'Omen d'assiduité, en lieu et place de l'intrigue. (Il est possible de participer aux deux, mais vous n'aurez qu'une seule carte à la fin.)

• Si vous n'étiez pas inscrit et souhaitez vous rajouter, adressez un MP au Destin en précisant si vous voulez être captif ou poursuivant, et il vous affectera un navire.

L'Audacia (arrivée par le Ponant).
Sont à bord, à part l’équipage, les Chevaucheurs et Voltigeurs, ainsi que quelques griffons.
Les humains partent vers le sud de l'île, mais tombent dans une embuscade des Amoureux du Vent, et doivent fuir. Ils sont à trois heures de marche de la Baie du Ponant, une heure de marche de la Crique du Berceau, et six heures de marche de l'Anse du Septentrion.
La Tour Noire est avec eux.
Les bestioles sont restées à bord.

La Marie Sanglante (arrivée par le Levant) :
Les captifs ont tous été débarqués, ainsi que les trois pièces de la Rose restantes, et Valarr démasqué.
La Rose fait diversion, toute la troupe s'enfuit en direction du sud. Ils sont environ à une heure et demie de marche de la Baie du Berceau, et ils ont les Amoureux du Vent un poil vnr pendus aux basques.
Ils ont en plus un double malus : Valarr et ses petites jambes, ainsi que Quitterie qui ne voit absolument pas où elle va.

Le Skadi (arrivée par le Méridien) :
En plein cœur de l'action :geu:
Les Amoureux du Vent sont montés à l'abordage. Votre mission : tenir bon jusqu'à l'arrivée des renforts.
Aurore et Quartz sont PNJisables sur demande préalable au Destin.
Serment et Corail sont affectés par l'enchantement de torpeur et ne servent pas à grand-chose.
Sayam vole rejoindre sa mage, mais c'est loin.
Atttention aux gnomettes Jedidiah !

xxx (arrivée par le Septentrion) :
Bon bah ils sont loin donc je vous dirai rien pour l'instant. :keu:

Solitaire et l'Orichalque (amarrées sur l'île des Murmures).
RAS. Ils sont éteint les vivenefs du cimetière et réparent gentiment. Gisèle a été désassemblée de la carcasse de Solitaire pour être transbordée sur un nouveau bâtiment.

• Le tour prend fin le 25 mai dans l'après-midi.
Survivez aux Amoureux du Vent.
Vous êtes rabattus vers la Crique du Berceau, il y a peu de chemins praticables sur cette petite île, vous n'avez pas le choix : échappez aux fanatiques et rassemblez-vous.

• Chaque RP devra compter moins de 700 mots : indiquez le nombre de mots + un résumé de vos actions sous spoiler à la fin de votre message. Vous pouvez bien sûr prendre des initiatives, envoyez un petit MP au Destin pour check avant !  :slip:

• Vous pouvez tuer un ou deux Amoureux du Vent. Sous leur ample cape à capuche noire, ce sont des hommes et femmes... apparemment comme vous.

• Vous pouvez vous coordonner entre vous ici.

• Si le Destin a oublié quelqu’un, braillez dans le topic de coordination !

Bonne chance à tous !  :poele:


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyLun 2 Mai - 16:49



L'Audacia a donc pansé ses innombrables plaies, même si le rafiot demeure convalescent. Sous contrôle médical, en quelque sorte. Il aura bien besoin d'une cure de vitamines lorsque nous rentrerons à Lorgol après cette épopée. Du moins si nous parvenons à y rentrer un jour, ce qui, à priori, est loin de constituer une évidence.

A titre exceptionnel, je me suis énormément démené pour contribuer à le remettre à flot. J'ai résolument planté là cartes des mers et bibine grisante. J'ai colmaté fissures et brèches, j'ai louvoyé dans les haubans afin de leur donner une seconde jeunesse, j'ai tambouriné ça et là à grands coups de mailloche, comme un beau diable, en imaginant que je cognais sur les vilaines tronches d'empafés de ces crapules qui ont enlevé ma Samy, les morveuses, et tutti quanti, et qui nous ont obligés à traverser la tempête en lui abandonnant, en écot, moult cadavres. A dire vrai, c'est en hommage à ceux-là que je me suis multiplié de la sorte, pour les disparus. Captifs ou victimes. Pas pour Rhea et ses discours sibyllins, et pas d'avantage pour Philippe et Freyja, laquelle m'évite comme si j'étais le plus répugnant des pestiférés. Mes doutes s'effilochent, c'est aujourd'hui que demain se forge, et demain c'est ailleurs que sur l'Audacia que je poserai mon baluchon.

Mais, avant toute chose, terminer la tâche entamée et retrouver mon toubib. Une décision pleine de bon sens a été prise : les volumineux dragons et une partie de l'escadrille de griffons ont été laissés sur l'Orichalque, ce qui devrait faciliter nos manœuvres et soulager les efforts de notre rafiot. Je me suis réjoui de retrouver Marianne et ses sauveteurs, mais l'heure n'est pas aux effusions, car, bizarrement, nous faisons désormais route vers l’Île aux Sirènes. Cette décision, apparemment, a été prise par Rhea, de son propre chef, et ne souffre aucune discussion. C'est là que devrait se démêler l'écheveau complexe de cette intrigue qui ne l'est pas moins. Soit. Fini donc de poursuivre la Marie-Sanglante, laquelle était notre cible unique avant la colère des éléments et l'échouage de l'Audacia. Est-ce une sage initiative ? L'avenir nous l'apprendra. Il est des contingences auxquelles les sous-fifres de mon espèce ne peuvent que se plier. Qui suis-je pour discuter les ordres d'une ancestrale figure de proue qui a traversé autant de siècles que d'aventures à rebondissements ?

C'est par l'ouest que nous abordons cette terre. Nous sommes dûment avertis, l'île serait défendue par un groupe de féroces encapuchonnés, les «Amoureux du Vent ». Les sirènes, quant à elles, séjournent plein sud, occupant une crique baignée par le ressac. Nous ne sommes qu'une équipe réduite, mais nous défendrons chèrement notre carcasse. Voilà suffisamment longtemps que nous en bavons ! Aucun doute, nous allons leur arracher toutes les informations nécessaires et nous retrouverons les prisonniers. La pointe de mon épée en frissonne déjà d'impatience.

Soudain, un déluge de braillements sauvages nous surprend alors que nous atteignons le pied d'un mamelon rocheux. C'est une véritable horde de malotrus masqués, encapuchonnés et bougrement belliqueux qui déferle sur nous depuis le sommet de ce monticule. Ces fripouilles ont parfaitement choisi l'endroit pour nous tendre leur piège, et nous ne sommes guère en mesure de leur résister. Une seule solution : la poudre d'escampette ! Ce n'est pas du tout ce que j'avais imaginé, mais parfois il est nécessaire de sauver d'abord sa peau. Nous nous égaillons donc dans la nature comme une meute de moineaux apeurés. Certains rebroussent carrément chemin, et d'autres se planquent à l'abri des arbres et des rochers. C'est mon cas. Je m'immisce au creux d'une faille dans le roc et je m'accroupis tout au fond. Prudemment, je tends l'oreille. J'ai le sentiment d'être pratiquement invisible et j'ai l'intention d'attendre que ces « Amoureux du Vent » se dispersent aux quatre vents, si j'ose m'exprimer ainsi. Ensuite, j'aviserai.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyMar 3 Mai - 22:47

Le supplice s'est arrêté, aussi soudainement qu'il a débuté. J'ouvre les yeux sur un monde de flammes et de lente agonie... Mais elle m'est à nouveau étrangère. Je suis libérée du maléfice des Vivenefs, et mes larmes de douleur reflètent bientôt celles du soulagement. Je reviens de loin, de cet enfer sans nom... Je veux m'enfuir, sans plus me retourner. Je me propulse hors de ce tombeau de bois ravagé pour me porter aux côtés de Mirage. Les cris sauvages et déchirants du dragon se sont arrêtés, mais il me faut de longues minutes pour le calmer et qu'il cesse de se faire menaçant pour ceux qui nous entourent. La folie le guettait aussi sûrement que moi, et c'est chacun grâce à l'autre que nous trouvons le réconfort suffisant pour surmonter cette épreuve.

- Mon pauvre Mirage, tu n'arrives même plus à parler...

Il s'est enroulé sur lui-même, à la manière d'un serpent, ses ailes d'un bleu-vert faisant barrage avec l'extérieur. Autour de nous, chacun s'activait à stopper ce brasier avec les moyens du bord, jusqu'à ce que les lamentations des Vivenefs cessent enfin. Mon regard a croisé celui de Tristan, qui se tenait peu de temps auparavant dans le sable à prier. Son intervention pour m'être fin à cette torture ne m'est pas étrangère, et les mots me manquent pour lui exprimer ma gratitude. Je lâche simplement, avec un profond respect :

- Nous n'oublierons pas.

Le temps nous manque pour m'épancher davantage, et le cœur aussi. C'est un déchirement de laisser Mirage en arrière, après ce que nous venons de vivre, mais le grand dragon a besoin de repos, et moi... J'ai besoin de me focaliser sur autre chose que cette sensation que les flammes même de Mirage me léchaient la peau. C'est une fuite en avant, alors que nous montons à bord de l'Audacia. Je retrouve Neve et son dragon avec soulagement quand nous approchons d'une Vivenef qui dérivait en mer. Lui aussi semble avoir beaucoup vécu... Et ma réserve soudaine l'étonnera peut-être. Je ne quitte pas Tristan des yeux, comme s'il agissait tel un talisman sur mes nouvelles peurs.

Nous parvenons à l'Île des Vents sans encombre, mais à écouter Rhéa, nous ne sommes qu'au début de nos épreuves. Après avoir affronté un feu invisible, j'ai la sensation que plus rien de tangible ne pourra m'effrayer. Je suis pressée d'en découdre, de quitter ce navire qui me met subitement mal à l'aise, et surtout de trouver un exutoire à ma colère.

Nous marchons depuis un moment en direction du Berceau pour affronter les sirènes quand des hurlements retentissent à l'horizon. Ils sont partout, ces êtres encapuchonnés que nous décrivait Rhéa. Bientôt, le choix ne nous est plus laissé. Nous courrons pour notre salut, dans la seule direction qui paraît envisageable : Vers notre destination finale.

Le souffle me manque rapidement. Je ne quitte pas Tristan des yeux, courant derrière lui, même s'il commence à me distancer. Je le vois ralentir, certainement pour vérifier que je le suis encore.

- Ne t'arrête surtout pas !

Je ne pensais pas crier avec un tel désespoir dans la voix, mais j'ai une dette envers mon Capitaine, et il n'est pas question qu'il se sacrifie à nouveau pour moi. Non... Un autre va le faire pour nous. Je m'arrache à la prise d'un de ces êtres encapuchonnés qui a tenté de me saisir par le bras, lâchant entre mes dents avec hargne :

- Ne me touche pas !

Je me retourne et sens ma magie affluée sous une poussée d'adrénaline. L'opportunité est trop belle... Mon regard se porte sur l'un de ces pirates qui s'est réfugié dans une crevasse, espérant certainement échapper à leur vigilance. C'est peine perdue, alors autant qu'il me serve à sauver ma peau et celle de Tristan. Je focalise ma magie sur lui pour le forcer à sortir de son trou, puisant dans mes réserves pour le faire léviter... Et le jeter directement sur nos ennemis comme un puissant projectile. J'entends un craquement sonore quand un bel effet domino s'opère. Je me retourne et me remets à courir, alors qu'ils s'arrêtent pour se saisir de lui. Grâce à sa participation, nous gagnons un temps précieux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyMer 4 Mai - 1:01

Comment ais-je pu laisser Maelys se retrouver dans une telle situation ? Je n’en ai aucune idée, mais je suis responsable d’elle et de ses actes, et il me revient de la sauver. Alors si cela peut sembler étrange, je m’agenouille et je prie, pour sa survie, pour que son calvaire prenne fin. Je ne suis sorti de cette communion que par Maelys, qui me regarde, qui m’adresse des remerciements… à sa manière. Les choses ne sont pas faciles, avec la chevaucheuse trop intrépide et parfois irréfléchie. Mais elle s’assagira, avec le temps, et sera une excellente recrue, j’en suis persuadé. D’un hochement de tête, je la devance, non sans lui avoir dit de ne pas quitter mon côté. Je ne sais à quelle point elle a été marquée, mais son mutisme est tout nouveau. Alors quand nous nous retrouvons en péril, je ne peux que m’inquiéter, mais je dois courir, comme tous.

Et pourtant, je tourne la tête, alors que je ne la sens plus, très proche. Je l’entends, pourtant, me dire de ne pas m’arrêter. Mais il est hors de question que je la distance, ou que je l’abandonne encore une fois. Malgré le désespoir dans sa voix, malgré toute la crainte qui s’entend dans celle-ci. Non, je ne la laisserai pas en proie à ces êtres dont on ne sait rien.

Je recule, et m’apprête à attaquer, alors que je vois Maelys agir de manière… surprenante, et peu éthique. Certainement pas correcte, vis-à-vis de sa cible mais il est trop tard, je crois. Je lui expliquerai plus tard qu’elle ne peut faire ça. Mais inutile de perdre haleine maintenant, je reprends mon souffle, et cours à ses côtés. Peut-être pour affronter un danger plus grand encore.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyMer 4 Mai - 13:46



Je me tiens coi, au fond de mon trou à rats. Je demeure parfaitement immobile derrière les fragments de rochers qui me servent d'écran. Non, mieux que ça. Je m'identifie à eux, je deviens l'un d'entre eux. Je suis le pirate de granit. De là où je suis planqué, j'ai une vision panoramique sur l'univers de caillasse qui m'entoure. C'est lugubre et laid, en plus d'être mal fréquenté. Soudain, j'entends des pas. Le son récurrent d'une course éperdue. Ça fuit, ça galope et ça s'essouffle. Ceux qui vont défiler sous mes yeux n'ont sûrement plus un poil de sec. Les voilà, ce sont deux de ces acrobates qui passent leur temps à s'envoyer en l'air sur leurs grosses bestioles. Sur le plancher des vaches, ou plutôt celui des sirènes, ils sont beaucoup moins conquérants que dans le ciel, là où ils peuvent jouer les conquistadors sans crainte de prendre une raclée. Bon, s'ils n'étaient pas talonnés par une meute hurlante et malveillante, je leur aurais bien proposé quand-même de partager un moment ma cachette, mais non, ce n'est pas une bonne idée, c'est beaucoup trop dangereux de montrer le bout de mon nez en ce moment. J'y tiens, à mon appendice nasal. D'ailleurs il est possible que ces deux fuyards m'aient vu et qu'ils aient choisi une autre option. Si c'est le cas, bon vent, courez, mes lapins.

C'est à présent la horde d'encapuchonnés qui passe à toute allure devant la crevasse qui m'abrite. L'un d'entre eux parvient même a rejoindre la Chevaucheuse, qui lui échappe à grand peine. Mais que fait-elle ensuite ? Fuis donc ! Non, la voici qui regarde fixement en direction de mon terrier. Elle m'a donc vu y pénétrer. Mais pourquoi gaspille t-elle un temps précieux alors que nos ennemis se précipitent vers elle ? Aurait-elle perdu la raison ?

Soudain, en un instant, ma volonté se détricote. Mon esprit devient mouette au vent léger, il gagne le grand large. Je m'amollis. Je me sens comme au lendemain d'une abominable cuite. Me voilà incapable du moindre raisonnement, de la moindre cohérence. Je me redresse, ou, plutôt, quelque chose d’insensé, d'impérieux, m'y oblige. Je ne suis plus maître de mes mouvements. Je deviens pantin, esclave de mes ficelles et de la pensée qui les agite selon son bon plaisir. Puis, tout-à-coup, mes pieds quittent le sol. Mon corps s'élève. Me voilà en lévitation, soumis aux ordres d'une mystérieuse prépotence qui m'extirpe de mon encoignure et me projette avec violence sur le bataillon vociférant.

J'en renverse quelques-uns, j'entends craquer deux ou trois os, et ce ne sont apparemment pas les miens, ce qui me rassure un tantinet, mais l'infâme ramassis de crapules masquées se ressaisit avec promptitude. Ils se mettent aussitôt à me cogner dessus, sans même prendre la peine de se présenter. Goujats ! J'évite un premier marron, esquive un coup de coude vicieux, mais un fulgurant duo de châtaignes me fracasse le menton et m'envoie rouler dans les cailloux. Une botte m'écrabouille la partie la plus noble et la plus intime de mon individu, et je me sens glisser lentement vers un douloureux coma, qui n'a rien d'éthylique. On n'est jamais trahi que par les siens, dit-on. Voilà ma dernière pensée avant de m'enfoncer dans le néant.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyMer 4 Mai - 23:14

Le navire se remplissait de plus en plus vite, leur situation semblait désespérée. La panique était de plus en plus intense depuis que le capitaine avait rendu son dernier souffle et la tension était vive. Soudain un pirate hurla le mot que Serenus revait d'entendre depuis maintenant plusieurs jours : "TERRE".

Serenus se précipita à la proue et distingua au loin une ile qui se rapprochait. Son coeur battait la chamade dans sa poitrine. Soudain un pirate l'attrapa par la chemise et le jeta à terre. Avant qu'il ne puisse se défendre, le bateau percuta une bande de sable et cessa d'avancer. L'ancre fut balancée et les prisonniers furent jetés a l'extérieur. Serenus atterrit sur le sable et fut prit d'une violente nausée. Il n'avait pas touché la terre ferme depuis plusieurs jours et le simple fait de sentir un peu de stabilité le rendit à la fois malade et euphorique. Il n'eut pas le temps de profiter du sable chaud bien longtemps car deux mains glissèrent sous ses aisselles et le remirent sur ses pieds en un rien de temps. Serenus regarda la personne qui l'avait soulevé aussi facilement et croisa le regard D un homme massif encapuchonné. Il regarda autour de lui et aperçut d'autres personnes habillées comme l'homme qui se rapprochait. Ils se groupèrent autour des prisonniers et les obligèrent à avancer. Serenus entendit les mots "tributs", "sirènes" "amoureux du vent "de la bouche des nouveaux venus. Il sut alors que ces personnes encapuchonnées armées de dagues voulaient leur mort. Ils étaient arrivé au terme de leur voyage et ils allaient mourir. Serenus soupira tristement et retint avec difficulté les larmes qui montaient. Sa femme allait devenir veuve et elle ne verrait jamais son corps revenir. Sa mère allait perdre son unique enfant, le fils qu'elle avait enfin eu Apres 2 fausses couches. La lignée des Dardalion allait s'arrêter avec lui. Le guerrier secoua la tête. Ce n'était pas dans son habitude de céder au désespoir. Il fallait qu'il trouve une solution.

Il chercha Mayeul du regard et le trouva à quelques mètres devant lui. Il joua des coudes pour le rejoindre et arriva vite à ses côtés. Il dit sur un ton bas :

-"il faut trouver un moyen de tromper leur vigilance pour pouvoir s'échapper !"

Soudain un cri retentit et un Amoureux du vent tomba. Les deux fous de la Rose Écarlate jaillirent, les armes à la main et attaquèrent leurs ravisseurs. Serenus fit un grand sourire et désigna Le Roi Noir qui leur incitait à le suivre. Serenus s'élança en compagnie de Mayeul et des autres prisonniers. Le Roi prenait de la vitesse mais les prisonniers avaient de plus en plus du mal à suivre. Serenus se retourna et vit qu'ils étaient poursuivis, les silhouettes encapuchonnées avaient sorti leur dague et leur courrait après. Serenus puisa dans ses maigres forces pour tenter de les semer quand soudain il constata que deux prisonniers ne suivaient pas (Quitterie et Valarr). Serenus hurla à l'attention de Mayeul :

- Viens ! Il faut Pas les laisser La !

Serenus fit demi tour et attrapa Quitterie par la hanche pour l'aider à avancer. Quand A Valarr il le prit par sa tunique et le coinça sous son bras. Ils purent aller légèrement plus vite mais ils restaient trop lent. Les Amoureux du vent se rapprochaient de plus en plus. Serenus envisagea de laisser les prisonniers retardataires à Mayeul et d'aller les affronter mais il savait qu'il ne tiendrait pas longtemps. A peine quelques secondes tout A plus avant qu'il périsse transpercé par les dagues, il n'offrirait que peu de temps aux autres prisonniers. Ils pourraient peut être se disperser. Cela semblait être une bonne idée mais les Amoureux du vent resteraient sans doute derrière le plus gros du groupe et enverraient quelque uns des leurs chercher ceux qui se sont dispersés.. Serenus poussa sur ses jambes malgré la fatigue pour continuer à avancer et serra les dents. Il fallait trouver une solution et vite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Rose Écarlate
La Rose Écarlate
La Rose Écarlate
La Rose Écarlate

Messages : 357
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyVen 6 Mai - 16:10


La Tour

La Rose Noire





Vous patientez, le chevaucheur et toi. Vous patientez sur Solitaire, espérant que son dragon s'éveille enfin et que vous puissiez reprendre les airs afin de rejoindre les autres. C'est l'Audacia qui vient alors à votre rescousse ; à son bord, des personnes plus à même de venir en aide à Inespéré tandis que toi, Tour soucieuse, tu poses sur l'équipage un regard des plus attentifs. Plus accommodante que la Marie Sanglante, la Vivenef n'en abrite pas moins des pirates et tu n'es pas de ceux qui offrent leur confiance aveuglément. Nul doute que ton compagnon le Fou aurait trouvé la situation fort à son goût, mais il n'est pas connu pour avoir ton intransigeance et tes principes. C'est Justice qui, plus que tout, te souffle de te méfier de ces brigands des mers. Toi, tu attends de voir.

C'est avec une certaine appréhension que tu vois Solitaire s'éloigner avec Justice et Inespéré à son bord. Le dragon a certes mauvais caractère mais il a la sagesse et l'expérience qui parlent pour lui. Un tel compagnon de voyage te serait bien utile là où vous vous rendez, là où la magie est vieille et puissante et où tout peut arriver. La fin du voyage, tu la passes en silence, appuyée contre le bastingage, scrutant l'horizon. Et enfin, vous parvenez sur l'île.

L'avertissement de Rhéa et sa crainte te troublent. Par sûreté, tu tentes de communiquer avec Justice mais sa voix est comme masquée par un voile. Tu ne perçois que quelques bribes de ses paroles avant que des cris ne vous alertent. Ils sont nombreux, ceux que l'on nomme les Amoureux du Vent. Nombreux, rapides et visiblement déterminés. Nul besoin de s'attarder ni même de conseiller aux autres de courir ; tous fuient déjà à toutes jambes. Si vous pouvez venir à bout de vos assaillants, ce n'est même pas une question qui te vient à l'esprit. Pour le moment, tu ne songes qu'à ta survie et à celle de tes nouveaux compagnons de route.

Tu n'as pas parcouru une grande distance au moment où tu entends des cris derrière toi. Les Amoureux du Vent sont proches et tentent d'admonester une chevaucheuse. Tu ralentis, presque malgré toi. Que faire ? La jeune femme s'en sort bien sans toi, tu peux rapidement t'en apercevoir, mais au prix d'un sacrifice auquel tu ne t'attendais pas. Est-ce là un comportement digne d'une chevaucheuse ? Si tu n'avais pas plus urgent à penser, la jeune femme aurait déjà goûté à ton courroux. En effet, l'un des pirates fait un magnifique vol plané pour atterrir sur les hommes – et femmes ? – encapuchonnés, assommant une bonne partie d'entre eux au passage. Cette fois, tu t'arrêtes net dans ta course. « C'est trop risqué. Si tu vas l'aider, tu es condamnée. » Mais il a besoin d'aide. Le pirate se relève et déjà, il défend sa peau avec acharnement contre la horde d'ennemis qui l'entourent. Tu es la Tour et tu es là pour défendre. Que soit maudit celui qui tentera de t'en empêcher !

« Qu'est-c-...Tu... inconsciente... ! » Inconsciente petite Tour ? N'est-ce pas le rôle des Fous d'ordinaire ? La voix de Justice est trop faible et celle de Simon s'est tue à nouveau. Il sent ta détermination et il te prêtera son bras dans ce combat, quoi qu'il arrive.

Tu parviens à hauteur du pirate quand celui-ci tourne de l’œil et ton bras se tend, déployant Parangon tel un éventail. Le bouclier est grand et solide, il stopperait presque n'importe quel sort ou n'importe quelle arme. Et s'il est d'une incroyable légèreté à ton bras, pour le commun des mortels, son poids est insoutenable. D'un mouvement agile, tu parviens à assommer deux assaillants au moment où Parangon termine de se déployer. Plantée aux côtés du pirate, tu laisses Simon guider tes gestes et défendre ta position, repoussant plusieurs ennemis avant que l'un d'eux ne t'atteigne au flanc à l'aide de sa lame. Une égratignure. « Si tu r-... là, ... -era pire. » Peu importe. Même si le combat est inégal, il aura eu le mérite de servir de diversion pour ceux qui ont continué leur course en direction du sud.


Spoiler:
 



Dernière édition par La Rose Écarlate le Jeu 26 Mai - 3:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyVen 6 Mai - 22:39


Chroniques d'Arven

Les Amoureux du Vent

Intrigue 1.3



Intrigue animée par Aura·


Le Destin vous aime

Ismaïl de l'Ancre ; la Tour Noire



Le Destin salue les tentatives de la Tour Noire pour secourir Ismaïl.
Néanmoins, au bout d'un moment, il faut se rendre à l'évidence : ils ont le nombre pour eux, ces Amoureux du Vent... et vous voilà capturés, jusqu'au prochain tour.

Bien joué, Maelys.
Ton capital sympathie auprès de tes petits camarades est incontestablement en train de battre des records. :geu:
Par contre, le Destin te kiffe, tu le divertis bien.  :sisi:
#elleatoutcompris #elleiraloindanslavie
:cup:



Revenir en haut Aller en bas
La Rose Écarlate
La Rose Écarlate
La Rose Écarlate
La Rose Écarlate

Messages : 357
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptySam 7 Mai - 1:18


Le Roi

La Rose Noire





Le sort de soin ne peut s’achever – il s’interrompt sur le hurlement de Maria, hurlant au meurtre et à la trahison. La colère l’envahit, à la fois froide et brûlante. Maudite ! Comment peut-elle penser que Maria n’en aurait rien su ? Le meurtre n’est pas ce qui le choque, mais le fait qu’elle l’ait perpétré à bord du navire. Et maintenant, ils sont pris en souricières d’un côté par les pirates, de l’autre par ces sombres silhouettes encapuchonnées qui s’apprêtent déjà à s’emparer d’eux. Pourtant, ils n’ont pas dit leur dernier mot. Jamais. La Rose Écarlate ne courbe pas l’échine. Son masque noir et neutre se tourne vers les Fous, qui lui rendent le même regard insondable. Lentement, il remet son gant sur la blessure pas entièrement guérie, et descend la passerelle avec calme, jusqu’à fouler le sable de l’Île des Vents. Sang – rochers acérés – des crocs qui arrachent la chair d’un os. Les pensées de Vif-Argent se font encore plus violentes, mais elles sont plus ténues. L’île a un étrange effet, sur le jeune griffon, qui préfère survoler la Marie-Sanglante que de s’avancer plus haut au-dessus de la terre.

Les Fous dégainent leurs armes enchantées et sèment la pagaille parmi les hommes et les femmes venus les chercher. À deux, ils ne pourront pas les surpasser, pense le Roi une inquiète seconde ; du coin de l’œil, il voit Vif-Argent fondre sur un des Amoureux du Vent, puis le lancer contre la coque de la Marie Sanglante, le choc transformant la silhouette en poupée de chiffon. Diversion idéale. Sans plus attendre, il court loin de la vivenef, entraînant à sa suite les prisonniers. Leur course est néanmoins plus ou moins efficace, mais elle met tout de même une distance entre eux et leurs poursuivants. De la grève sablonneuse, ils se dirigent vers la végétation. Le Roi mène toujours la marche, tourne dans chaque chemin qui lui semble un peu dégagé, relève chaque racine traître et chaque trou qui désire les faire tomber. Ils ne peuvent pas s’arrêter. Ils sont arrivés du Levant, mais dans leur précipitation, il ne saurait dire où ils se dirigent. Vers le Méridien, peut-être ? Les Amoureux du Vent les talonnent et ils ne pourront pas continuer longtemps à ce rythme. Lui, peut-être, mais pas les prisonniers, faibles et mal nourris. « Un piège. » « Je sais. » Hypérion ne lui apprend rien, il décrypte ses pensées tout au plus. Il n’en est que plus irrité. Il leur faut un plan, un piège, mais impossible de s’arrêter ! Un regard par-dessus son épaule et il avise Serenus, traînant Louison tant bien que mal et le Chevaucheur nain sous son bras. « Passez devant », dit la noble pièce à l’homme qui le suit. Ainsi, il ralentit jusqu’à pouvoir attraper la taille de Louison, la dérobant à Serenus. Il en a déjà bien assez à faire – et Hypérion se satisfait bien d’aider les jeunes femmes.

Le pas reste alerte, mais la voix se fait basse et glisse, à chaque obstacle, des indications pour la Chevaucheuse : « Racine à gauche. Attention, roche à droite. » Ils gravissent une minimale pente, en descendent une plus rocailleuse, duo en deux hauteurs, brinquebalant à chaque pas. Il commente, pour lui autant que pour ses camarades en fuite : « Peut-on créer une… trappe d’eau, suffisante pour les ralentir ? Voire une vague ? » La magie élémentaire n’est pas le fort d’un Hypérion féru de science, mais distiller des idées peut toujours en amener d’autres. « Ou… peut-être… l’illusion que nous partons ailleurs… » Ce grand homme, aussi roux que le feu, n’est-il pas un professeur de l’Académie, disparu ? N’est-il pas ce spécialiste en illusion ? Oh, oui, ce serait bien le moment qu’un mage de l’Automne intervienne… ou quiconque.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptySam 7 Mai - 10:02

La Marie-Sanglante était à flot, les réparations effectuées tant bien que mal, et rien ne semblait les menacer pour le moment. Ils étaient trempés, épuisés, mais en vie. C’était sans compter sur les cris de Maria qui, soudain, avait déchiré le silence du bord. Trahison. Meurtre. Siméane? Comment ça, Siméane?
Le temps que son cerveau enregistre ces nouvelles informations, cependant, Mayeul se retrouva comme les autres dirigé vers les silhouettes encapuchonnées qui, visiblement, n’étaient pas là pour se montrer aimables. Maria les avaient donc vendu pour venger la mort de son capitaine. Grandiose. Comme s’ils n’avaient pas assez de problèmes jusque là.

Mais les deux Fous de la Rose Ecarlate semblaient décidé à résister, et ils se lancèrent dans la bataille, le Roi en appelant à une fuite -retraite, pardon- précipitée. Mayeul hocha la tête en direction de Serenus, avant de marquer un brusque arrêt. Si les pièces de la Rose étaient armés, lui ne l’était pas. Son épée reposait sans doute au fond de l’océan, et il n’était pas décidé à gâcher l’opportunité d’avoir une lame dans les mains. Le Fou Blanc venait de déséquilibrer un de ses adversaire encapuchonné : Mayeul l’assomma d’un coup de botte dans la tempe, saisissant l’arme que l’ennemi brandissait jusqu’à maintenant. Une dague, effilée et tranchante. Après tout, il était entraîné au combat, en meilleure forme que les anciens prisonniers, être armé constituait un atout de taille. Même s’il aurait volontiers échangé sa nouvelle arme contre une épée. Ou une arbalète.
Aux côtés de la Rose, il ne serait pas d’une grande aide. Observant le Roi Noir et Serenus guider les prisonniers les moins rapides, Mayeul se chargea de l’arrière garde : après tout, lui était moins faible que la plupart des prisonniers, n’ayant voyagé sur la Marie-Sanglante que très récemment. Il pouvait s’assurer que personne ne trébuche ou ne glisse et ne soit laissé en arrière... Mais jusque quand? Les prisonniers ne pourraient pas tenir ce rythme bien longtemps. Ils fuyaient un ennemi inconnu mais visiblement belliqueux, sans avoir la moindre connaissance du terrain, ou de leur destination. Et les autres navires, ceux qui avaient participé au rapt des habitants d’Arven? Le Parangon, l’Hermione? S’ils avaient affronté la tempête et étaient dans les parages, libérés comme l’était Maria du joug des sirènes, des renforts seraient bienvenus!

Mayeul se secoua, empêchant ses pensées de dériver davantage : il devait se concentrer sur où poser les pieds. Une honte, pour un Voltigeur! Mais il était privé de ses drogues depuis plusieurs jours, trop de jours, et il commençait à durement le ressentir. Le choc de la tempête, la fatigue, le travail manuel dans la cale de la Marie-Sanglante lui avait évité de trop cogiter jusqu’à présent, mais entendre le nom de Siméane avait fait resurgir des souvenirs qu’il préférait enfouir dans son inconscient. Presque inconsciemment, sa main se porte à sa poche, et il se mit une claque mentale. D’habitude, c’était Nuage qui le soutenait dans ces moments, mais là, leur lien était si fragile qu’il en était presque intangible. Ses pensées dérivèrent à nouveau, plongeant dans un sombre abîme... Y avait-il un quelconque espoir, dans la position dans laquelle ils se trouvaient?

Le Roi Noir qui s’efforçait de lancer des idée le secoua de sa torpeur. D’une main secourable, il évita à une jeune fille de glisser sur un caillou avant de prendre la parole.
Si jamais la Magie ne les ralentit pas... nous devrions nous diviser. Les amener sur une fausse piste
Qu’au moins une partie d’entre eux s’en sorte, en réalité : les anciens prisonniers ne tiendraient pas cette course effrénée bien longtemps, et la taille de leur petit groupe empêchait de se cacher efficacement, ou même de rester assez silencieux pour perdre leurs poursuivants. Si une telle chose était possible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptySam 7 Mai - 13:49




Le ciel est calme, d'une douce phosphorescence. Une brise légère, enfantée par une mer d'huile qui scintille comme un somptueux lit d'argent et de lapis-lazuli, s'en vient taquiner les échancrures du rivage avant de gambader joyeusement à travers les ruelles du port. C'est le matin. Ma Samy et moi nous observons en silence la devanture de ... euh ... l'atelier ? ... la boutique ? ... le salon ? ... de tatouage que nous venons d'ouvrir à Lorgol. Deux rangées de lettres d'or, soigneusement peintes, traversent la vitrine : « Ismaïl de l'Ancre – Artiste tatoueur ». Ça en jette, non ? J'voulais ajouter, en plus petits caractères, « Une goélette sur les fesses, entrez donc, votre altesse, et Ismaïl fera le reste » mais Siméane me l'a déconseillé. Je n'ai pas très bien compris ses raisons, mais j'ai abandonné l'idée. Nous rentrons. Une brioche aux courbes avenantes nous attend dans l'arrière-boutique, encombrée d'instruments barbares et de caissettes remplies de flacons de pigments aux teintes bariolées. Je suis vraiment très pressé de me mettre à l'ouvrage. Une étoile de mer sur l'épaule de ma Samy, ce serait élégant et ravissant, non ?

Soudain, des coups retentissent du côté de la façade. Un premier client ? Chouette ! Mais pourquoi hurle t-il de cette manière ? Pourquoi cogne t-il si fort contre la vitrine ? Et pourquoi recommence t-il encore et encore ? J'ai entendu, j'suis pas sourd, ventrebleu ! J'enrage, car ce tambourinement incessant assaille et tyrannise ma pauvre caboche, mais il a pour effet supplémentaire de m'arracher progressivement à cet état de prostration profonde qui m'assujettissait. A mon délire. Mais ce ne sont nullement des coups portés à la devanture de mon atelier qui en sont la cause, non, c'est le cliquetis métallique et ininterrompu de rapières qui s'entrechoquent qui me ranime et me ramène sur terre. Fichtre, ça barde autour de moi, mais, hélas, l'inconnu m'apportant une aide inespérée se fait vachement malmener par la meute des fripouilles encapuchonnées. Je l'ai identifié, il s'agit d'un des membres de la « Rose Écarlate », il se bat vaillamment, il a embroché plus d'une crapule, il ferraille avec talent, s'abritant habilement derrière un large bouclier de forme inhabituelle, mais il sera impuissant devant une telle ribambelle de démons résolus à le pourfendre.

Je me redresse à l'instant précis où l'un de ces maudits « Amoureux du vent » réussit à atteindre mon sauveteur à la hanche. Cela ne refrène qu'un court instant les ardeurs de mon acolyte, qui se lance à corps perdu vers nos assaillants. Je ne me sens pas encore très fringant, mais tant de courage m'aiguillonne. Mon épée a disparu au moment de la sympathique pirouette que m'a offerte la Chevaucheuse, mais ce ne sont pas les lames qui manquent autour de nous. La plus proche de moi gît à proximité d'un ennemi inanimé, que j'enjambe en prenant bien soin de poser ma semelle sur le masque qui couvre son visage. C'est cadeau. Ne me remerciez pas. Je ramasse vivement l'arme et me plante aux côtés de mon compagnon. Je lui dois une fière chandelle et nous voici brettant et ahanant de concert, comme si nous nous connaissions depuis une éternité. Nos adversaires ne sont toutefois pas des manchots. Peut-être pourrons-nous retarder un brin l'inéluctable échéance, mais sans aide extérieure nous sommes bel et bien fichus.

La suite des événements me le confirme bientôt. La horde nous submerge, un bretteur plus habile que moi expédie ma lame dans les buissons, et je me vois contraint à la reddition. Mon compère en fait de même quelques instants plus tard. Nous voilà captifs de ces malotrus. Où vont-ils nous emmener ?


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptySam 7 Mai - 20:20

Maintenant que Colombe avait posé pied à terre, elle se sentait revigorée. Elle n’avait toujours rien à se mettre sous la dent mais qu’importe, elle était en vie, elle était sur terre. Pourtant, la jeune Mage n’avait pas pu rester rassurée plus de quelques minutes. Très vite, elle avait fini par comprendre que cette île, ce n’était pas leur chance, c’était leur fin. Ils allaient mourir ici. Tout se passa très vite au moment où ils furent de nouveau aidés par la Rose Ecarlate. Elle ne se posa pas plus de questions et courut du plus vite qu’elle le put. Louison semblait à la traine, tout comme Valarr mais très vite Serenus les prit sous son aile. Ils avançaient rapidement, mais elle savait que ça ne serait pas encore suffisant. Elle entendit alors juste devant le Roi Noir qui suggérait d’utiliser la magie d’une quelconque manière, c'était sans doute la seule solution et cette fois-ci, Colombe pouvait aider. Elle n’y arriverait pourtant pas seule, peut-être qu’en combinant deux Mages de l’Hiver… Une chance que Louison soit avec elle, si ses souvenirs étaient bons, elle avait étudié à l’Académie, elle était Mage de l’Hiver. Ils devaient tenter le tout pour le tout. « Si vous acceptez de m’accorder votre confiance, j’ai peut-être une idée. » Elle prit délicatement le bras de Louison, les arrêtant tous deux dans leur course effrénée. « Louison, à nous deux, nous pouvons sûrement faire quelque chose. Vous, adressa-t-elle à l’attention de la Tour Noir, emmenez les autres, ne perdez pas de temps et prenez de l’avance, nous vous rejoindrons bientôt. »

Apercevant Siméane qui les suivait de près, elle se dit qu’elle aurait bien besoin de deux bras supplémentaires. Elle l’appela doucement pour ne pas attirer l’attention. « Voilà le plan, Siméane réunit toutes les pierres les plus aiguisées que tu puisses trouver et avec Louison, nous allons essayer de provoquer une vague jusqu’ici qui formera comme une réserve d’eau. Un piège dans lequel ils ne pourront que tomber et ne pourront pas traverser. Nous pourrons ainsi fuir sans nous soucier de nous faire rattraper. » Sûre de son plan, elle guida difficilement Louison à travers la broussaille et la rapprocha de l’eau. Elle lui indiqua que la mer était droit devant et qu’elles devaient ensuite emmener tout ça jusqu’à l’endroit où était Siméane. « Peut-être que ça serait plus facile pour vous si on n’était pas aussi près du bord. » Elle prit alors son bras et la fit reculer un peu. C’est à ce moment qu’elle aperçut des silhouettes au loin. Elles avaient déjà été rattrapées. « Siméane, Siméane, court on a pas le temps, on fera ça plus loin ! » Elle attrapa le bras de chacune de ses deux acolytes et les entraina rapidement. Elle n’eut pas le temps de faire attention à la pierre qui se trouvait juste devant elle. Elle trébucha contre celle-ci et s’étala de tout son long. Ses mains et ses genoux lui faisaient atrocement mal, elle les avait égratignées et du sang coulait sûrement de ces deux endroits. Ses mains tenant les deux demoiselles, elle les entraina dans sa chute avant de les lâcher par réflexe pour amortir le choc. Les Amoureux du vent n’étant plus qu’à quelques pas, elles n’eurent pas le temps de repartir. Elles se firent violemment agrippées. C’en était fini d’elles.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptySam 7 Mai - 23:03

La traversée de la tempête ne se fit pas sans heurt, et je sentais une fois de plus Corail coupée de moi, avec un certain effroi. Si j’étais paniquée, ce n’était rien avant cela. Je ne voulais cependant que sauver les autres captifs que nous avions laissés derrière nous, dont Melsant qui m’avait grandement aidée, la princesse que je devais protéger, et Siméane qui était une amie. Mais la mise en garde d’Eda me fit froid dans le dos, me hérissant les bras, comme si j’avais la chair de poule, ou un frisson. Encore plus quand je vis que ses craintes se réalisaient, en voyant des êtres encapuchonnés aborder. Nous étions en grand danger, je le pressentais. Je criais à Aurore et à Quartz de s’envoler et d’essayer de les faire passer par-dessus bord, et abandonnais moi-même Serment et Corail, malgré mon envie de rester à leurs côtés, pour courir vers les êtres mystérieux. Sans réfléchir davantage, je me jetais sur l’un d’eux, espérant le pousser sur certains de ses comparses, et les faire basculer par-dessus bord. Je m’avançais avec ma dague en avant, pour les blesser si possible avant de les pousser hors du bateau. Je n’avais qu’à espérer que ça marcherait.

« Les filles, placez vous à côté de Corail et protégez-vous d’eux. Je vais essayer de nous en débarrasser ! »

J’espérais qu’elles m’écouteraient. Je n’avais pas le temps de vérifier, que j’entrais au contact avec un des encapuchonnés, et m’efforçais de le repousser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Pavillon Noir
Le Pavillon Noir
Louis de Brunante
Louis de Brunante

Messages : 1179
J'ai : 33 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de trois enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 7:15

Oh, jamais Louis n'a eu aussi hâte d'aller à terre. Aussi hâte de quitter l'Audacia, que pour mieux la rejoindre plus tard, victorieux. Il en est persuadé. Le reste du voyage a été difficile, pris entre ses maux de cœur, ses courbatures et l'assistance régulière à porter à la vivenef pour s'assurer qu'elle vogue, mais ils sont enfin arrivés à l'Île des Vents. Il est nerveux, le pas long et prêt à bondir, son sabre vibrant presque dans sa main. Il a toujours eu le sang chaud, le Brunante, une huile prête à flamber à la moindre étincelle – et depuis le début de cette aventure, il y a eu maints feux. La bagarre, enfin. Pas celle contre les éléments, celle contre les Dieux et leurs colères. Celle qu'ils sont venus chercher, celle pour laquelle ils ont traversé la mer. Il est juste derrière son oncle et sa tante, en première ligne. Leur troupe se dirige vers le Sud, à un rythme régulier, et malgré toute leur attention... ils ne peuvent s'empêcher de tomber directement dans le piège des Amoureux du Vent, qui leur déboulent sur la gueule en deux temps trois mouvements. La surprise les saisit, mais n'empêche aucun des pirates, des Voltigeurs et des Chevaucheurs de courir – même s'il n'en a pas envie. Il n'a pas envie de courir ! Il veut se battre, par tous les Dieux ! Il est là pour ça, alors autant le faire ! « Faut s'débarrasser d'eux tout d'suite! », tente-t-il de raisonner à ses camarades, mais la quantité d'assaillants a raison de son désir de bagarre.
D'abord, la fuite. Ensuite, viendra la bataille. Un plan qui est sur le point de se réaliser, si ce n'était pas d'une Chevaucheuse – celle dont les exploits brûlants ne sont pas restés muets – qui prend Ismaïl comme un... objet à lancer. Mais pour qui elle se prend, celle-là ? « C'pas possible d'être aussi idiote! », rugit un Louis mécontent. Comme s'ils avaient besoin que leurs alliés leur mettent des bâtons dans les roues !

Ainsi, ils sont directement dans la bataille, quelques Amoureux du Vent ayant profité de la confusion pour s'avancer. Lui qui voulait du sang, il est servi ! Une arme entame la chair de son bras et en retour, son sabre transperce le ventre de la silhouette qui l'attaque. Celle-ci s'arrête net dans son mouvement et s'effondre ensuite sur lui, inanimée. La capuche tombe et révèle le visage d'une femme, qui ne doit pas avoir plus de son âge, et quand il la laisse tomber au sol, elle est déjà ailleurs. Loin du monde des vivants. Sithis, accueille cette femme fauchée par ma lame. « Ils ont... Ismaïl ! Et la... la Tour ! » Catastrophe ! Si même la Rose Écarlate est faite prisonnière... L'angoisse le prend et les malfrats séparent le groupe avec plus d'assurance, se regroupant autour des captifs. Pas assez loin, cela dit, pour qu'ils ne peuvent les voir, ni les suivre, ni subir encore leur courroux.

Spoiler:
 


Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 11:35

Serenus commençait sérieusement a fatiguer, ses jambes le faisait souffrir et le fait de devoir porter Valarr et guider Louison n'arrangeait pas les choses. Le visage du guerrier commençait à devenir de plus en plus pâle et son souffle de plus en plus rauque. Soudain le Roi Noir se présenta devant lui et lui ordonna de passer devant tout en prenant Louison à ses côtés. Serenus lui en etait reconnaissant, desormais il pouvait caler le poids de Valarr sur son dos et il pouvait se servir de ses deux bras. Il fit en sorte que le chevaucheur se retrouve sur son dos et il attrapa ses jambes pour qu'il ne tombe pas. Il lui dit :

- Accrochez vous bien ! Ça risque de secouer.

Lorsque cela fut fait il put reprendre une allure plus prononcée. Il regarda derriere lui et aperçut Mayeul, arme d'une dague, qui assurait leurs arrières. Cela fit sourire Serenus, le voltigeur ne manquait pas de courage. Il en profita pour rattraper le groupe qui courrait devant lui. Un cri derriere lui attira son attention, Colombe, Louison et Simeane venaient de se faire rattraper. Serenus ne prit pas le temps de réfléchir aux conséquences de ses actes et s'arrêta. Il ramassa un gros galet et le lanca dans La tête d'un Amoureux du vent qui venait d'attraper Colombe. Mais il savait que cela serait inutile, ils etaient trop nombreux et de plus, Colombe était blessée et ne pouvait plus avancer. Serenus dit A Valarr :

- Ne m'en voulez pas mais je peux pas les laisser La !

Il retourna en arrière et repoussa du mieux qu'il pu les amoureux du vent avec des galets qu'il lançait sur leurs têtes, plusieurs chutèrent, assommés mais le plus gros du groupe sortirent leurs dagues. Serenus fit en sorte de rester tout le temps face à eux afin de proteger Valarr. Il finit par poser celui ci par terre et lui dit :

- Allez rejoindre Mayeul ou le Roi, je vais rester ici pour aider les demoiselles et pour retenir ces Amoureux du vent.

Il ramassa un autre galet, plus gros que les autres et fit face à un amoureux du vent plus téméraire et le lanca de toute ses forces. Le galet atterit en plein sur le nez de l'homme encapuchonné qui poussa un cri de douleur strident. Serenus, grâce aux galets avait réussit A les éloigner des filles mais pour combien de temps...? Il tourna la tête vers celles ci et demanda tout en faisant face à leurs ennemis, les poings levés :

- Vous allez bien ? Je ne vais pas tenir bien longtemps, profitez en pour décamper !

Il doutait sérieusement de la reussite de ce sauvetage improvisé, une main attrapa sa jambe et le fit tomber en arriere. Le crane de Serenus heurta violemment un rocher. Le guerrier, sonné, tourna la tête vers les filles, il ne leur avait offert que quelques secondes, cela n'était pas suffisant. Des mains agrippèrent ses bras et ses jambes afin de l'immobiliser. Il esperait que Valarr avait réussit à rejoindre les autres, ou que le Roi puisse conduire les autres en sécurité. Il vit Mayeul au loin, armé de sa dague, ainsi que les autres prisonniers qui s'éloignaient puis il sombra dans l'inconscience.

Spoiler:
 



Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 17:12


De pansement improvisé le drap devient linceul sanguinolent alors que je le rabats sur la dépouille du capitaine. Je tombe à genoux, accablée par mon chagrin que mon geste meurtrier n'a pas vraiment apaisé. Je prie la Sombre Mère pour la remercier de m'avoir donné le courage d'accomplir mon forfait, mais aussi Sithis, sans qui la justice ne peut être rendue. Et puis j'entends hurler Maria, tout le navire résonne de ses cris. Comment ai-je pu oublié le lien particulier qui unit un capitaine à sa vivenef ? Folle que je suis, la figure de proue réclame vengeance à son tour, et je suis traînée hors de la cabine jusqu'au pont par deux pirates furieux. Ils me propulsent au pied de Maria qui me voue aux gémonies, et me maudit. D'une voix morne, je lui réponds :

- Cet homme était mourant, je n'ai fait qu'abréger ses souffrances … Vous avez eu moins de considération pour les deux enfants et la Voltigeuse que vous avez envoyées à une mort certaine lorsqu'elles sont passées par-dessus bord !
Cet homme, ce capitaine, ce pirate à la réputation entachée de sang a certainement assassiné des dizaines d'innocents lors de ses rapines. La Marie-Sanglante et sa voile écarlate sont connues pour la cruauté de ses marins. Je ne regrette pas mon geste, mais les conséquences sont désastreuses pour mes compagnons et je comprends leur désapprobation.Il y a un regard qui cependant pèse plus que les autres, un regard lourd de reproches que je ne pensais jamais revoir. Mayeul. Le frère de Mathilde. L'heure n'est pas aux retrouvailles et doutant qu'elles soient amicales, je feins de ne pas le reconnaître. J'ai bien assez de problèmes pour l'instant ...

Alors que nous accostons sur l'île des Vents, l'équipage nous entraîne directement vers des silhouettes encapuchonnées : les Amoureux du Vent. Je ne peux m'empêcher de penser que Maria nous livre comme il était prévu, que j'aie tué son capitaine n'a rien changé à son but premier. Elle voulait qu'on l'aide à atteindre l'île, et après ? Elle nous aurait gardés à bord ? Bien sûr que non ! Comme l'araignée, elle a tissé sa toile et nous sommes pris au piège, encerclés par ses hommes et par cette drôle de faction enveloppée de capuchons qui dissimulent les visages.

La réaction de la Rose Écarlate est spectaculaire, les deux Fous dégainent leurs armes enchantées et s'attaquent aussitôt aux Amoureux du Vent, alors que le Roi Noir nous exhorte à fuir à sa suite. Sans hésitation, je suis la troupe des prisonniers qui détale bien qu'épuisée par la captivité. Il n'y a rien de plus galvanisant que d'avoir la mort à ses basques !
Mais notre fuite éperdue est vaine, les êtres mystérieux nous pourchassent, nous rattrapent si bien que le Roi, qui soutient Louison, en appelle aux mages prisonniers. Malheureusement le plus gros de la troupe est loin devant et c'est avec stupeur que je vois la frêle Colombe prendre les choses en main, avec l'aide de la Chevaucheuse blessée et aveugle. Sans attendre, j'accède à la demande de mon amie et accumule tous les cailloux que je peux trouver. Seulement je ne suis pas assez rapide et j'ai bientôt des encapuchonnés à mes trousses. Je rejoins précipitamment mes deux complices pour que nous fuyions, agrippées les unes aux autres. Mais le Destin ne nous est décidément pas favorable. Notre course effrénée se termine le nez dans le sable, lorsque Colombe bute sur des rochers affleurants et nous entraîne dans sa chute. Des mains brutales nous saisissent et nous relèvent sans ménagement. Ma pauvre amie semble souffrir, sans que je puisse l'aider, retenue fermement par un Amoureux du Vent qui se révèle être une très jeune femme à la poigne de fer.

Tout à coup, une pluie de galets s'abat sur nos geôliers, en assommant quelques-uns dans un bruit d'os brisés. Le guerrier Serenus est l'instigateur de cette diversion, et sur ses conseils, j'en profite pour embarquer Louison et Colombe dans ma fuite. En vain. Nous sommes rattrapées. Notre valeureux sauveur tombe sous l'assaut des Amoureux du Vent. Blessé à la tête, inconscient, il gît à leurs pieds.

C'est terminé. Nous sommes à leur merci …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 17:49

Ils voulaient nous sauver, en fin de compte, cette jeune fille et son dragon vert. Ils s'y sont pris de manière maladroite, irréfléchie, et Iode est encore rancunier d'avoir vu les flammes d'aussi près. Mais sans eux nous serions peut être morts, en morceaux entre les mains de ces femmes de bois.

Mettre le feu aux vivenefs ? Ils ont payé cher cette folie, se tordant de douleur comme si l'incendie les dévorait eux aussi. Je les aurais bien aidés, mais Iode n'était pas de cet avis. Libéré grâce à mon intervention et celle du dragon, les plumes roussies, il m'emporta et s'enfuit de ce lieu maudit sans un regard en arrière, considérant qu’ils méritaient leur sort. Pourtant, ils ont risqué leurs vies pour nous, nous avions beau leur en vouloir pour la méthode, les résultats sont là : nous étions vivants, grâce à eux.
C'est ce que je m'étais dis en rejoignant l'Audacia avec Iode. Épuisés par les épreuves, avec des blessés qui m'attendaient et des réparations à faire dans la coque. Mais nous étions vivants.

Pendant que Iode boudait sur son perchoir et ressassait ce qu'il avait vécu, je vis l'ampleur des dégâts de la tempête. D'autres n'avaient pas eu notre chance, quantité de pirates et cavaliers du ciel manquaient à l'appel. Disparues, Corail et Soie. Envolés, Mayeul et Aurore. En reprenant la mer, je priais pour que la Marie-Sanglante s'en soit sortie, que les petites de Freyja et nos amis soient toujours en vie... Il faudrait que je prenne le temps de remercier Maelys pour son secours, une fois toute cette histoire terminée.

Enfin, nous arrivons au terme de la chasse, sur l'Île des Vents. Il est temps d'affronter les sirènes, mais Rhéa nous met en garde contre les Amoureux du Vent, et une sombre force empêche Iode et ses frères de nous accompagner. C'est donc à pied que nous nous enfonçons dans la jungle, droit vers le Sud. Il fallu peu de temps avant que les Amoureux du Vent nous repèrent et nous tombent dessus comme une nuée de sauterelles. Pas le choix, il faut continuer droit devant, et au pas de course ! Je m'élance aux côtés de la Tour Noire et de Tristan, et je vois du coin de l’œil Ismaïl changer de direction pour se terrer dans un trou. Pourvu qu'il s'en tire !
Les Amoureux du Vent se rapprochent, l'un d'eux surgit sur notre côté, je lui offre un coup de coude dans les gencives sans freiner l'allure. Des dents se brisent. Mais pourquoi Maelys ralentit ? Fuis gamine, ils sont presque sur toi !
Tristan se retourne pour la secourir, je jette un œil derrière moi. Ce que je vois me sidère : elle s'empare d'Ismaïl par magie, pour le jeter comme un vieux sac sur nos ennemis !

Alors c'est comme ça qu'elle règle les problèmes ? En faisant tout cramer avec son lézard et en utilisant ses alliés comme chair à canon ? Lâche ! Son irrespect pour la vie me débecte. Elle se carrera mes remerciements où je pense, sous la queue de son monstre vert ! Je reprends ma fuite en avant, voulant mettre de la distance entre elle et moi. Lui filer un croche-pied me démange, mais j'ai encore des principes, moi, au moins. Son geste a beau être méprisable, on ne peut plus rien faire pour Ismaïl à présent. Prise dans ma colère, je ne vois même pas la Tour Noire faire demi-tour. Je cours, attrape le bras de Louis pour l’entraîner à ma suite. Je cours avec tous les autres, vers notre salut, les sirènes, notre destin ou notre fin. Qu'importe pour l'instant, je n'aurai pas fait tout ce chemin pour tomber entre les mains de fous furieux braillards !

Spoiler:
 







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 19:16

Cette affaire sent de plus en plus mauvais. Plus mauvais même qu’les fonds de barriques frelatées du bouge qui fait l’angle avec la Taverne à Lorgol. C’est dire.
Après s’être débarrassées d’la Marie Sanglante et d’son équipage de fous furieux, j’pensais qu’les choses iraient mieux. Mais force est d’constater c’est encore loin d’être le cas. Le Skadi est complètement cerné et de toutes parts s’en viennent ces drôles d’huluberlus avec leurs silhouettes encapuchonnées et leurs airs pas franchement avenants… J’dois bien avouer que je n’suis pas trop rassurée. Surtout à la vue d’leurs lames affutées… Déjà l’équipage s’tient prêt à défendre son pont. Mais malgré tout l’respect qu’j’ai pour elles, elles restent quand même un peu spectrales… J’suis pas bien sûre qu’elles pourront nous protéger efficacement.

À mes côtés, Lena semble se liquéfier un peu plus à chaque s’conde qui passe. Et l’espace d’un instant j’compatis un peu. C’pas une pirate ma frangine. Alors se r’trouver sur les flots, c’t’une chose. S’y r’trouver à fond de cale, c’tait déjà autre chose. Et là, cette attaque soudaine ça commence à faire beaucoup pour la princesse. Et manque de pot, j’doute fort qu’son prince surgisse sur un hippocampe pour venir nous sortir de là. Plus j’la regarde… plus j’me dis que cette attaque, on va pas pouvoir l’encaisser. J’veux dire, je sais m’battre – et même plutôt bien, d’après Oncle Louis – mais là… j’suis pas trop sûre de pouvoir gérer tout ça. Sans parler d’protéger Lena. Et si elle s’fait attraper… qu’j’y ai laissé la peau ou pas, j’suis sûre qu’maman s’rait capable de m’ressusciter pour m’tuer encore. Alors en entendant Grâce brailler d’nous mettre à l’abri d’puis l’autre bout du pont, j’prends ma décision. Adieu Skadi, il est temps d’mettre les voiles.

Sans écouter ses protestations, j’embarque Lena à ma suite et j’la pousse vers le mât de misaine. « Grimpe ! » que j’lui crie. « J’te suis ! ». Tant bien qu’mal, ses mains glissant sur les cordages, j’la vois commencer à monter et j’reste en dessous, prête à la ret’nir si elle décidait d’rejoindre le pont façon accéléré. J’l’entends souffler, pester, briser un à un ses ongles bien soignés et finalement m’demander : « Encore ? » « Oui ! Grimpe sans t’arrêter, faut atteindre le nid d’pie ! Et r’garde surtout pas en bas ! ». Sur un soupir, elle s’exécute tant bien que mal et j’fais exactement le contraire. C’est le chaos là-dessous. M’est avis qu’on a bien fait d’passer par là tant qu’on l’pouvait.
L’nid d’pie se profile au-dessus de nous et j’file dans les derniers mètres pour la dépasser et l’aider à s’y hisser. Nous v’là en sécurité, au moins pour quelques instants ! Mais j’doute que ça dure bien longtemps… « Bon ! Maint’nant qu’on est montées… il va falloir descendre ! ». Je crie pour me faire entendre malgré le vent qui souffle et nous secoue à cette altitude. Sans attendre, j’attrape un bout que j’noue autour de sa taille puis d’la mienne. Et Lena de blêmir. « Descendre ? Lou, t’es pas sérieuse… ? » « Bien sûr que j’suis sérieuse, bougre d’esturgeon ! T’as vraiment envie de savoir c’qui passera si ceux-là – petit mouvement de tête en direction des assaillants – nous mettent la main d’ssus ? » Un bref coup d’œil semble la convaincre qu’j’ai raison… mais elle blêmit quand même de plus belle. « Mais… comment on va faire ? » « Par la barbe de Levor, on va planer bien sûr ! » « Planer, mais… » « Oui, planer ! que j’réponds, impatientée. T’es mage de l’Automne, oui ou non ? C’est l’moment d’le prouver ! J’compte jusqu’à trois. Et à trois, on saute et tu t’débrouilles pour nous embarquer l’plus loin possible. Enfin, pas très loin. Juste assez pour leur échapper. » Sans la laisser répondre, j’la pousse vers le bord du nid de pie, prête à la jeter par-dessus bord. « Allez, montre un peu c’que t’as appris. Fais-nous un beau courant d’air s’tu veux pas finir en crêpe. Prête ? 1… 2… 3 ! »

Maman, j’sais qu’tu nous vois pas mais j’t’assure que j’fais tout mon possible pour te la garder en vie !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 21:15

Les évènements s’enchaînèrent sans grande cohérence, cahin caha dans la langueur du jour naissant. Neve ignorait quel vent avait porté la Tour Noire jusqu’à lui, ni plus tard, quel alizée avait conduit l’Audacia jusqu’à eux. Le jeune ansemarien était demeuré blotti contre son compagnon, déversant ses maigres forces dans des sortilèges aussi futiles qu’inefficaces. Un vide s’était creusé dans son ventre, accentué par le remous des vagues qui conduisit mollement le navire jusqu’à une île. L’Audacia traîna derrière elle Solitaire, la carcasse du rafiot qui, comme une aubaine, accueilli les deux rescapés sur le lit de la mer. Le capitaine, Philippe Jedidiah, semblait avoir eu vent de pareil navire, et nomma sa vivenef Gisèle. Aux côtés d’Inespéré meurtri, Neve adressa un timide signe de la main à la curieuse vivenef, esseulée jusqu’alors au fond des océans. Il ignorait ce que l’équipage comptait faire des débris de Solitaire, mais espérait de tout cœur que l’intrigante et silencieuse Gisèle serait conduite à bon port. Encore fallait-il émerger de la mélasse qui était leur lot depuis le début de ces mésaventures.

Emergeant de sa torpeur, Neve se redressa, ramené à la réalité par des paroles susurrées, portées par une voix encore inconnue. L’âme de Solitaire semblait converser avec Rhéa, la vivenef de l’Audacia, attentive à ses propres comme deux sages postées sur les toits du monde. Une poignée d’ordres furent lancés, et dans ce qui se révéla plus tard de l’ordre du miracle tant l’aide était précieuse, les Chevaucheurs à bord usèrent de leur magie pour rétablir tant bien que mal Inespéré, jusqu’alors immobile. Le jeune ansemarien joignit ses maigres forces à ce concert de sorts variés, et après maints efforts, le dragon bleuté esquissa un mouvement subreptice. Il était en vie, faible et éprouvé, mais en vie. Neve se précipita au cou de son compagnon, sans dire un mot, mais agrippant ses écailles avec une force nouvelle. Depuis l’arrivée de la Tour Noire sur Solitaire, il n’avait plus dit un mot, et dans un silence partage, Chevaucheur et dragon se redécouvrirent. Mais les retrouvailles furent de courte durée. Bientôt, les débris de Solitaire rejoignirent l’Orichalque, salement amochée, reposant de tout son flanc sur une île, la soi-disant Île des Murmures. Justice, le dragon de la Tour Noire, demeura auprès d’Inespéré.

Peu de temps après, l’Audacia aborda l’île des Amoureux du Vent, qui selon les dires de Rhéa, n’avait vraiment rien à offrir à l’équipage, si n’est son cadavre rapiécé et déconfit. Mais au-delà des craintes suscitées, Louison, Serenus, et bien d’autres captifs se trouvaient sans aucun doute tout près d’ici, entre les mains de dégénérés quelconque qui, comme dans tout bon roman, se devaient d’échouer – n’est-ce pas ?... Neve laissa de côté ses élucubrations littéraires et mis pied à terre. Près de lui, des visages familiers et d’autres plus énigmatiques entamèrent une marche hasardeuse sur l’île des Amoureux du Vent, progressant lentement vers le sud. Neve suivit la marche sans se détourner de ses camarades, cherchant dans son esprit quelques traces de détermination, toutes essuyées sans vergogne par l’état critique d’Inespéré. Mais lorsque Chevaucheurs, Voltigeurs et matelots rencontrèrent une embuscade, l’heure ne fut plus à la réflexion, il fallait fuir.

Dans la zizanie, le groupe entier se dispersa au-delà des rares chemins praticables. Neve sentait son cœur battre contre ses tempes, bruyamment, tandis que ses jambes le poussaient toujours plus loin sur la terre lunaire et inhospitalière de l’île des Amoureux du Vent. Ces derniers, dans une frénésie digne des plus grandes sectes, les pourchassaient avec une incroyable vivacité, si bien que la distance ne semblait pas se creuser entre les poursuivants et leurs proies. Au loin, Neve aperçu Tristan et Maelys, et bien que cette vue lui donna du baume au cœur un instant, la seconde suivante fut moins réjouissante. Les frénétiques ne les ménageaient pas le moins du monde, et un marin malchanceux, celui-là même qu’Inespéré et Neve étaient venus secourir dans la houle avant la tempête, s’envola dans les airs sous une impulsion magique. Le jeune ansemarien ne se doutait pas une seconde que la cause de tant de désagréments était en vérité cette chenapan de Maelys. La course ne lui laissait pas le loisir de songer à cela.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 21:36

Je jetais un œil sur les petites, pour les voir… escalader ? Cela ne m’étonnait pas réellement de Lou-Ann, mais déjà beaucoup plus de Lena. Il n’en fallut pas plus que cet instant d’inattention, pour que je me prenne un coup particulièrement douloureux dans le flanc gauche, réprimant tant bien que mal, et plutôt mal, une exclamation de douleur. Tout ce qu’il me fallait, peut-être, pour me concentrer. Et réaliser, surtout, que je pourrais pas m’en sortir seule. Je savais pas vraiment ce que les petites avaient l’intention de faire, mais il fallait qu’on fuit tous. Sans exception. Soie, Corail, le dragon. Tous devaient quitter le navire, et aller plus loin . Soie, elle, était alerte, contrairement aux deux autres. C’était risqué, mais j’allais devoir tenter le tout pour le tout, et voir si Soie se sentait de servir de bélier… pour pousser les deux créatures massives. Peut-être que cela ne marcherait pas, mais… Ça ne coutait rien d’essayer. Encore faudrait-il qu’elle m’accepte sur elle. Impossible de demander l’aide de Corail pour cela, malheureusement.

M’approchant de Soie, je la caressais, et essayais de l’apaiser doucement. Je lui demandais l’autorisation de monter sur elle, et à ce qui semblait un accord quoi que bien léger et risqué, je me hissais doucement et essayais de lui expliquer mon plan. Pousser Serment, pousser Corail… Les réveiller au contact de l’eau. Je tentais de le transmettre à Corail, pour qu’elle atteigne Soie, et à Soie directement même si nous n’avions aucun lien. Peut-être, comme nous étions physiquement l’une avec l’autre, pouvait-elle percevoir ce que je lui transmettais. Elle s’envola, en tout cas, et j’attendais de voir si elle allait agir comme je le souhaitais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 21:58

Voilà une drôle d'aventure dans laquelle il s'est embarqué, maintenant débarqué à terre, le baron n'a pas la moindre idée de l'endroit où il se trouve et doit bien se résigner à rester avec ses compagnons d'infortune, pour le meilleur ou pour le pire sur cette île étrange. Mais déjà il faut courir, pendant que certains essaient de détourner l'attention, les anciens captifs s'en vont vaillamment, courant du mieux qu'ils peuvent. Mais le nain n'est pas très vaillant lui, il n'a que de petites jambes pour le porter. A ses côtés, Louison, une chevaucheuse qu'il a déjà rencontré, elle aussi ne s'en sort pas bien et ils sont à la traîne tous les deux. Il court comme il peut, tenant par la main la jeune femme. Il essaie bien de la guider, mais ils ne rattraperont jamais les autres avec leur allure d'escargot.

Heureusement, quelqu'un leur vient en aide, un homme qu'il n'a vu que parmi les captifs, sans le connaître. Le voilà qui entraîne la chevaucheuse et attrape le baron sous le bras. C'est expéditif, mais cela fonctionne suffisamment pour leur permettre d'avancer. Valarr s'agrippe comme il peut aux vêtements de son sauveur, de toute façon, sur terre, il ne peut rien faire et Frénésie n'a pas semblé être en état de faire quoi que ce soit...Il remercie son porteur, ils ne sont pas encore sauvés et ça risque de ne pas forcément s'arranger. Valarr aimerait pouvoir en faire plus, il aimerait sincèrement être en mesure de courir et de faire ce qu'il convient. Être un chevaucheur digne de ce nom en somme, mais ce n'est pas le cas, il n'est qu'un avorton...

Un nouveau courageux vient à leur aide, guidant la chevaucheuse pour permettre au nain et son porteur d'aller plus vite. Le grand homme fait monter Valarr sur son dos, beaucoup plus pratique et confortable, le chevaucheur s'accroche toujours aussi fermement. Mais tout le monde est dans le panade, tout le monde. Louison et d'autres jeunes femmes sont en difficulté, aux prises avec leurs poursuivants, et le porteur de Valarr semble vouloir les aider. Il comprend et finit par retrouver le sol. Il court autant qu'il le peut vers les autres, il court aussi vite que ses petites jambes peuvent le porter et finit par parvenir à attraper le ceinturon du Roi. Il s'y accroche fermement et s'y pend, en espérant que le Roi pourra le soutenir. " Excusez-moi, j'aurais besoin d'un transport, si je ne vous dérange pas pendu de la sorte..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 23:02

Courir.
A toutes jambes, éperdument – ne pas s’arrêter, Philippe devant moi, Louis à mes côtés, menant la charge de la colonne d’hommes et de femmes débarqués de l’Audacia. Courir ! Ventre à terre, une armée en robe de bure sur les talons, nos effectifs s’amenuisant d’heure en heure… Je ne suis pas à l’aise sur le sol ferme. Encore, lorsqu’il s’agit de Lorgol et de ses gargotes le long des pavés, ça va, mais là… Je suis une fille des flots, moi. Mon élément, c’est le pont de l’Audacia ! Pas cette poussière, cette verdure, ces ornières et ces fanatiques… Je trébuche, zigzague un peu ; Philippe me rattrape, Louis me pousse en avant. Il faut courir. J’ai l’impression d’être un gibier que l’on rabat vers le piège le plus terrible, et l’angoisse résonne dans chacune de mes enjambées.

Finalement, on débouche dans un genre de crique… Bondée. Des navires partout – partout. Des gens tout autour, affairés à je ne sais quoi, je n’ai pas vraiment le temps de voir – et en face, de l’autre côté, une autre colonne de gens qui courent, tout aussi éperdument que nous.

Et là.
Au centre de la crique, hâlée à la force des bras par d’autres cinglés en bure… Un navire majestueux. Etincelant, magnifique. Avec un très gros dragon violet sur le pont, un dragon que je reconnais comme celui d’une des Chevaucheuses disparues – Corail n’est pas loin à côté, et la silhouette blonde que je distingue, c’est… C’est Grâce ? Je suis ravie de savoir mon amie à peu près en vie – pour le moment – lorsque le cri d’enfant me fait relever les yeux vivement.

Ma Lena. Mon bébé, ma princesse, ma petite mage – jetée du haut du mât de misaine par une silhouette rouquine qui ne peut guère être que sa sœur, et qui saute à sa suite. Je vais  la tuer. JE-VAIS-LA-TUER. On ne jette pas sa sœur du haut d’un mât, par toutes les catins des ports, qu’est-ce qu’elle a dans la tête, cette môme, de l’eau salée ?! Gracieuse parabole, élégante et artistique – droit dans l’eau, où une bande d’affreux en robes s’empressent de les cueillir.

Mes bébés !

Le rugissement de rage de Philippe fait écho à mon glapissement outragé.

Ces Amoureux du Vent vont passer un sale quart d’heure.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyDim 8 Mai - 23:28

Je veux porter ses enfants.

Mais vraiment – rien qu'en pensant à lui, mes genoux faiblissent, et j'ai soudain très chaud. Partout.

Je veux lui dédier mon existence et passer l’éternité à chanter ses louanges, à le vénérer comme la toute puissance chevaleresque qu’il est. Il m’a sauvé la vie – deux fois déjà ! A bord du navire, quand il m’a tirée de ce piège aquatique où j’allais périr noyée tandis que la cale se remplissait d’eau. Et il m’a fait cet honneur insigne – de me parler. Quand je me suis approchée de lui, sur le pont, il s’est tourné vers moi, m’a regardée – et m’a parlé ! Ces mots, c’est à moi qu’il les a adressés !

Et j’ai touché sa main. Ma peau contre la sienne, son sang au bout de mes doigts ! J’ai essuyé sa paume meurtrie avec mon mouchoir avant de la panser – et j’ai rangé le petit carré de soie bien à l’abri, le fourrant discrètement dans mon corset pour le garder en sécurité, tout contre mon cœur. Là. Je vais chérir ce morceau de tissu comme la plus sacrée des reliques. Je suis tellement chamboulée !

Et voilà qu’il me sauve une deuxième fois. J’ai couiné et me suis débattue quand un inconnu m’a prise par la taille avec une choquante familiarité – eh quoi ! Je suis une fille de Bellifère, moi, pas une Cielsombroise que l’on peut trousser à son gré dans un buisson ! Mais quand le Roi lui-même m’a emportée contre lui, sa voix dans le creux de mon oreille m’exhortant au courage, guidant mes pas – ah. Quel honneur, quelle joie ! Il se préoccupe de moi !

Ensuite… Ensuite, c’est confus. Un carambolage, je crois ; puis j’ai trébuché, et je pense avoir rouvert la plaie de mon front contre un rocher, choc heureusement amorti par le pansement. Je n’en ai pas moins vu trente-six chandelles, et me voilà fermement immobilisée par les fanatiques enragés qui vibrent d’une étrange magie.

Me voilà bien avancée.

Mais je m’en fiche : lové au creux de ma poitrine, protégé par le tissu de mon corset, mon trésor est toujours là.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 EmptyLun 9 Mai - 0:52




Chroniques d'Arven

Les Amoureux du Vent

Intrigue 1.3



Intrigue animée par Aura·


Les Amoureux du Vent


Larguez les amarres !
En guerre, compagnons, à la bataille !
Que tremblent les embruns et pleurent les vagues !
Les pirates s'en vont à l'assaut des flots !

La résistance a été fière. Flamboyante, acharnée, lumineuse, adamante, radieuse – mais insuffisante, hélas. L’on en parlera dans les légendes, dans deux mille ans, l’on chantera les glorieux combattants de l’île des Vents, ceux venus s’opposer aux sirènes et batailler contre les Amoureux du Vent. Si seulement ! Si seulement leur foi et leur vaillance avaient été assez. Mais les Amoureux du Vent sont puissants, ils sont visiblement pour eux cette magie du sang qui fait ruisseler leurs paumes tandis qu’ils enchantent et maudissent. Et voilà nos sauveteurs alignés sur le rivage, serrés les uns contre les autres – et face à eux, les captifs fermement maintenus par leurs ravisseurs : Ismaïl, Colombe, Siméane, Louison et même la Tour Noire sont là, se débattant, mais sans succès.

Et derrière les sauveteurs, le long du littoral de l’immense crique que l’on appelle le Berceau – des vivenefs. A perte de vue. Pris entre deux feux, les arrivants n’ont d’autre choix que de se tenir cois. On a repêché les petites Jedidiah, trempées comme des soupes, et elles font partie des captifs ; Grâce a été prise sur le pont du Skadi et est fermement maintenue en place par une cohorte d’individus.

« Aidez-nous. »

La supplique émane du groupe encapuchonné – dans le silence, le chœur terrible qui tantôt hurlait à la mort se fait suppliant. Mosaïque de voix si différentes, tandis que les capuches sont ôtées : des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards, des jeunes. Ici et là, deux femmes enceintes – un vieillard appuyé sur une canne, deux enfants de huit ans qui se tiennent par la main. Où que porte le regard, parmi la centaine d’Amoureux du Vent qui leur font face, les arrivants ne voient, finalement… que des gens bien communs, si ce n’est le fin anneau écarlate autour de leurs iris.

Une femme avance, entre Louison et la Tour Noire. Elle est âgée. Et lorsqu’elle parle, c’est d’une voix usée par les années ; mais avec une bonté stupéfiante compte tenu de ce qui vient de se passer, cette course-poursuite acharnée.

CARMINE : « Aidez-nous. Nous sommes les Amoureux du Vent, nous sommes les modeleurs de celles qui doivent naître, les professeurs de celles qui grandissent, les gardiens de celles qui attendent. Aidez-nous. La pouponnière du Berceau se remplit, nous ne suffisons plus à leur éveil – vous avez vu les brisées, vous avez vu celles que la folie a emportées avant qu’elles ne soient complètement éveillées, vous avez entendu leurs murmures portés jusqu’ici par les sept vents du tourment. Aidez-nous. »

Et elle raconte, Carmine, doyenne des Amoureux du Vent. Elle raconte, de sa voix usée, empreinte de tristesse et résonnant des terribles échos d'un désespoir noir, si intense et profond qu'il en vibre dans l'air. Elle raconte, comment l'île des Murmures est devenue le cimetière des vivenefs folles dont la raison s'est brisée lorsqu'elles se sont éveillées, les mal-modelées, les infirmes, les mutilées, qui ont jeté sur ces rivages leurs modeleurs mal inspirés.

Et elle raconte, Carmine, la plus âgée de ceux qui vivent ici, comment les mages modeleurs de ces vivenefs maudites ont échoué ici, au fil des années, condamnés par leur magie à ne point trouver de repos tant qu'une vivenef ne serait pas achevée par leurs soins. Ainsi est née la pouponnière du Berceau : comme une deuxième chance, comme une piste de sortie. Comme une lumière au bout du tunnel. Comme un espoir de lendemain.

Et elle raconte, les larmes dans la voix, cascadant sur ses joues ridées, oh elle raconte, l'immortelle enchaînée à son serment brisé : elle raconte, combien depuis mille ans elle na réussi qu'à enfanter des esprits imparfaits, qui se sont effondrés sous leur propre poids à l'instant de leur éveil, se jetant à s'y briser sur les rivages de l'île des Murmures, attirés par les divagations de leurs sœurs déjà mutilées.

Et elle supplie, Carmine. A genoux soudain, comme tous les autres de sa communauté : elle supplie, les bras étendus, qu'on leur vienne en aide.

CARMINE : « Aidez-nous à éveiller des vivenefs lucides. Nous voulons que cela cesse : nous voulons mourir enfin, accomplir notre serment. La magie du sang nous lie : nous avons juré d'enfanter un esprit, mais aucun de nous n'y parvient, et nos enfants sont maudits aussi en notre sein, avant même de voir le jour. Aidez-nous. Mêlez votre essence à la nôtre : nous ne sommes pas assez pour les sauver, mais vous êtes les héros, les courageux, les savants. Elles ont besoin de sang pour naître... »

Du sang des enfants. De celui qui n'est pas chargé de souvenirs, de celui qui est vierge encore du monde. Elle explique, Carmine, comment la magie des modeleurs est bancale quand elle se repose uniquement sur le sang du mage qui la manie, par ses défauts, ses doutes, ses imperfections. Elle explique, des larmes dans la voix, que le sang des adultes pris de force ne fait que renforcer la folie, et que celui des enfants produits de meilleurs résultats.

Alors... Alors, les Amoureux du Vent ont tout essayé. Hors la loi depuis mille ans, tenants d'une magie réprouvée, ils ont prié pour qu'on leur vienne en aide ; mais comment s'adresser à la Guilde des Mages qui les ferait abattre ? Ils ont attendu - et au tournant de ce siècle, après avoir comme les fois précédentes accumulé leur magie pendant cent années, ils ont déversé ces torrents d'énergie sauvage dans les vents, laissant le souffle des airs porter la supplique ancestrale jusqu'aux rivages d'Arven.

La supplique des sirènes. Chantant dans cette langue du sang oubliée, proscrite, maudite et réprouvée, elles ont appelé à l'aide, les sirènes, avec une intensité bien plus forte que les siècles précédents. Les sirènes, raconte Carmine : les vivenefs enfantines, celles qui peuvent apprendre encore, celles qui ne sont pas encore totalement éveillées. Celles qui parsèment le littoral, ces enfants innocents encore, celles qui ont besoin de sang pour s'éveiller complètement. Les sirènes ont supplié leurs sœurs aînées, sur les cinq océans : elles ont appelé à l'aide, priant qu'on leur amène, cette fois, des héros et des gens droits pour apprendre d'eux ce qui leur manquait pour complètement s'éveiller, et des enfants dont l'âme encore blanche pourrait les soutenir et les modeler.

Elle raconte, combien ils ont paniqué en s'apercevant que Maria avait perdu son capitaine et voulait massacrer ceux dont ils voulaient quérir l'assistance. Combien ils ont voulu leur montrer, à ces arrivants armés jusqu'aux dents venus secourir les précédents, le tragique destin des vivenefs enfants, avant de leur demander leur aide. Combien cela a dégénéré.

Combien ils sont désespérés.

Et Carmine supplie. Après mille ans de détresse, mille ans de garde, mille ans de veille, cette femme passionnée par son art, amoureuse du vent et de ses promesses, elle supplie sans fierté qu'on l'aide à accomplir son serment.

CARMINE : « Nous ne pouvons lever la main sur les vivenefs, cela nous est interdit et le tenter nous condamne à la folie. Nous sommes invulnérables les uns aux autres tant que notre serment n'est pas accompli : éternels, et tourmentés, tant que notre tâche est inachevée. Mais vous, qui n'êtes pas des nôtres, vous pouvez nous tuer. Choisissez : concédez un peu de vos êtres, quelques gouttes de sang, ou brûlez nos enfants, et massacrez-nous jusqu'au dernier. Nous sommes usés d'avoir trop espéré... »

Les Amoureux du Vent ont passé les cent dernières années à bâtir un village pour leurs prochains invités, et c'est là qu'ils sont tous conduits. En chemin, on leur raconte comment les enfants capturés jadis ont intégré la communauté. On parle aussi des équipages massacrés par des vivenefs au cœur brisé de se découvrir des sœurs aussi mutilées, déterminées à leur venir en aide, terriblement envoûtées par les suppliques des nouvelles-nées.

Vous allez passer trois jours parmi les Amoureux du Vent, et prendre ensemble cette décision qui va changer le destin de toute une communauté.

Les Dieux vous observent. Choisissez bien...






Sixième Tour

Consignes



IRL : du lundi 09/05 au dimanche 22/05.
IRP : du 25 mai au soir, au 29 mai au matin (jour du vote).

• Ce topic concerne uniquement les équipages recensés en tête de topic. Les personnages dont la participation à l'intrigue ne serait pas cohérente peuvent rejoindre l'animation de ce chapitre « Contes et Légendes : Les Amoureux du Vent ». La participation à chaque tour de l'animation donne droit à la carte d'Omen d'assiduité, en lieu et place de l'intrigue. (Il est possible de participer aux deux, mais vous n'aurez qu'une seule carte à la fin.)

• Si vous n'étiez pas inscrit et souhaitez vous rajouter, adressez un MP au Destin en précisant si vous voulez être captif ou poursuivant, et il vous affectera un navire.

• Vous êtes tous ensemble au village des Amoureux du Vent, qui érigent un bûcher funéraire pour ceux d'entre eux tombés au combat. Les dragons et griffons sont toujours somnolents. On vous a laissé vos armes et on vous fournit de la nourriture.

• Le Destin pourra PNJiser Carmine si vous avez des questions.

• Le tour prend fin le 29 mai au matin.
Argumentez. Discutez entre vous. Rencontrez les Amoureux du Vent. Allez voir les bébés vivenefs de la pouponnière. Faites ce que bon vous semble ; mais il faudra vous prononcer.

• Chaque RP devra compter moins de 700 mots : indiquez le nombre de mots + un résumé de vos actions sous spoiler à la fin de votre message. Vous pouvez bien sûr prendre des initiatives, envoyez un petit MP au Destin pour check avant !  :slip:

• Si ce n'était pas clair : les sirènes, ce sont les bébés vivenefs qui appellent leurs grandes sœurs à l'aide pour s'éveiller complètement. Les Amoureux du Vent sont les mages du sang qui présidaient naguère au modelage des vivenefs, et se sont trouvés exilés ici lorsque les vivenefs folles qu'ils ont éveillées les y ont jetés.
La tempête est le seul portail d'accès aux îles et est suscitée par la magie du sang déchaînée une fois par siècle.
Le Destin est dans le topic de coordination si vous avez besoin de plus d'explications.

• Vous pouvez vous coordonner entre vous ici.

• Pensez à répondre au sondage.

Bonne chance à tous !  :poele:




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent   Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 1.3 • Les Amoureux du Vent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: