AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -52%
-52% sur la machine à pain Moulinex PAIN ...
Voir le deal
76.99 €

Partagez
 

 C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]   C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥] EmptyJeu 12 Mai - 19:13


Livre I, Chapitre 3 • Les Amoureux du Vent
Quitterie Aubenacre & Héloïse Aubenacre

C'est un S.O.S...

Je suis touchée, je suis à terre...



• Date : 07 juin 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Quitterie est bien déterminée à sortir sa soeur, Désirée, de sa condition misérable. Mais qui est donc cette étrangère devenue bonne à tout faire en leur demeure ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]   C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥] EmptyJeu 12 Mai - 20:45

Il s'en va. Les mains occupées sur les légumes que j'épluche, mon visage masqué de boucles sombres, je l'observe à la dérobée tandis qu'il embrasse Désirée pour prendre congé. Entre mes mains, la lame tremble et je frémis en sentant son regard s'attarder une fois encore sur moi avant qu'il ne passe le pas de la porte. C'est alors seulement que je m'autorise à respirer profondément, relâchant le nœud d'angoisse qui me comprime la poitrine depuis son arrivée en ces lieux.

Jocelyn Aubenacre. L'un des nombreux cadets de Désirée. Peut-être le plus attentionné de ses frères, le moins méprisant à l'encontre de son handicap. Celui qui pourtant fait naître en moi un sentiment de pure panique à chacune de ses visites. J'avais pourtant bien remarqué ses regards entendus, ses sourires, sa façon de me solliciter par des semblants de compliments. D'invisible des mois durant aux yeux de tous, je devenais soudain le centre de ses attentions, bien plus que sa sœur qu'il venait pourtant visiter. Jusqu'à ce jour, en février dernier, où il posa la main sur moi.
Il n'est pas coutume en Bellifère de demander la permission à une femme que l'on convoite. Et Jocelyn se moquait bien de mes protestations effarées. Pourquoi donc ne pourrait-il pas trousser la bonne si l'envie lui prenait ? Ce ne fut que par la force d'un tremblement de terre soudain qu'il me lâcha. Un séisme aussi soudain qu'inattendu qui manqua de faire s'effondrer la maison de son père, épargnant miraculeusement la masure de Désirée. Une catastrophe qui changea du tout au tout le regard des frères Aubenacre sur ma petite personne. Personne n'aurait eu l'idée de m'imputer la responsabilité de pareil événement. Mais dès lors, tous s'appliquèrent à m'éviter, à l'exception de leur père qui se fit plus dur encore et de Jocelyn dont le regard de convoitise laisse maintenant place à une étincelle d'inquiétude et de défi. Il repassera à l'acte un jour ou l'autre, j'en suis bien consciente. Mais quelles armes avais-je à lui opposer, faible femme que je suis ?

Mes mornes pensées s'interrompent tandis que retentissent au dehors des cris soudains. Désirée et moi relevons la tête de concert, surprises de ces éclats de voix injustifiés. Jocelyn aurait-il trouvé moyen de se battre à peine le seuil passé ? Un voisin serait-il venu chercher querelle jusqu'ici ? Abandonnant là mes légumes, je rejoins la fenêtre, cherchant du regard l'origine de tout ce vacarme. « Héloïse, que se passe-t-il ? » m'interroge Désirée de sa voix douce, sa main se refermant sur mon bras. « Je l'ignore... Je ne distingue que ton frère et ton père, de dos. Ils semblent en grande conversation... Mais j'ignore qui est la jeune femme qui leur fait face. Elle est rousse mais je ne distingue pas ses traits. » « Une jeune femme ? Mais qui donc... Oh, Nep tout puissant ! » Portant la main à son cœur, Désirée semble fébrile, en proie à une vive émotion que je ne comprends pas. Sentant mon regard inquiet posant sur elle, elle lève vers moi ses yeux aveugles, une expression radieuse sur le visage, mélange d'espoir et de joie.
« Quitterie... » murmure-t-elle dans un souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]   C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥] EmptyDim 22 Mai - 19:11


C'est un S.O.S.
Je suis touchée, je suis à terre
Héloïse & Quitterie • 7 juin 1001


« Disparais, catin ! Repars d'où tu viens, avant que je t'arrache la peau du dos, débauchée ! Je m'en vais te cingler les reins ! »

Hm. J’aurais dû emmener Serment ; un dragon de quinze tonnes aurait sûrement fait réfléchir Père, mais tandis qu’il vocifère à deux doigts de mon nez en arrosant mon visage d’un nuage de postillons, je me trouve surprise de ne pas être plus effrayée. Le colosse maussade qui me terrifiait quand j’étais gamine semble plus petit soudain – est-ce que parce que j’y vois bien moins que naguère, ou l’assurance acquise pendant mes années d’études porte-t-elle ses fruits ? Je ne suis pas vraiment certaine : sûrement un peu des deux. En tout cas, cet homme ne m’effraie pas. Je suis bien consciente du mal qu’il pourrait me faire : ce couteau à sa ceinture, ces mains habituées aux rudes travaux qui peuvent briser les coquilles des huîtres, cette rage hargneuse depuis le départ de Mère, l’annulation du mariage de Désirée et ma propre fuite. Il pourrait me blesser ; mais un éclat orangé trouble ma vision et un grand bruit d’ailes indique que Sayam s’est posé à mes pieds après une chute en piqué. « Si tu touches ma mage, pourceau analphabète, la Guilde des Mages s’assurera que tout ton domaine en portera l’anathème. » Je doute fort que Père ait compris la totalité de la menace, mais il recule d’un pas saccadé, terrifié visiblement par cette manifestation de magie qui fait parler une cigogne. Il ne sait pas que je suis guérisseuse, je n’ai jamais écrit ici depuis ma fuite, Désirée ne pouvant plus lire : mais je porte épinglés à mon corset l’insigne de la Guilde et celui des Chevaucheurs. Il me sait protégée, et m’imagine probablement dangereuse. Parfait.

Le contournant d’un pas que j’espère assuré sans même daigner lui parler, je manque percuter une deuxième silhouette que j’identifie à l’odeur de tabac qui se dégage de ses vêtements. « Bonjour, Jocelyn. » Je ne m’arrête pas : le plus jeune de mes aînés, il a toujours été protecteur avec moi, mais ses idées étriquées sont celles de Père et je sais qu’il ne comprend pas mon émancipation. Guidée par Sayam, j’atteins le seuil de la maisonnette où demeure ma chère Désirée. J’ai à peine le temps de chercher à tâtons le loquet : le battant s’ouvre à la volée et deux bras vigoureux viennent m’enlacer. Ma sœur me serre contre elle à m’en couper le souffle, et je lui rends son étreinte, incroyablement soulagée de la trouver bien portante. « Tu es revenue, ma douce, tu es là ! Ma Quittou, ma petite, tu es bien là, c’est vrai ? » Je lui rends baiser pour baiser, câlin pour câlin : elle m’a servi de mère la majeure partie de ma vie, et l’abandonner ici quand je me suis enfuie avait été un véritable supplice. « Je suis là, ma Désirée, c’est bien moi – mage diplômée, Chevaucheuse en activité, je suis venue te chercher ! » Quelques instants d’exclamations et de cris de joie s’écoulent dans l’entrée exigüe, puis Sayam s’introduit tant bien que mal dans l’ouverture de la porte, nous contourne délicatement – et je perçois sa surprise. Il y a une femme ici, Quitterie. Brune, plutôt grande, mais je ne la connais pas, elle n’est nulle part dans ta mémoire. Perplexe, j’accorde une dernière étreinte à ma sœur bien-aimée, et me dévisse le cou pour tenter de voir par-dessus son épaule. Sans succès, évidemment. « Je sais que vous êtes là. Qui êtes-vous, que faites-vous ici dans la demeure de ma sœur ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]   C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥] EmptySam 18 Juin - 19:32

Quitterie.
La petite sœur éprise de liberté qui s'en est un jour allée, sans un regard en arrière, chercher ailleurs ce que jamais Bellifère ne lui offrirait. J'ai si souvent entendu parler d'elle... Les souvenirs émus de Désirée ont souvent évoqué cette sœur si chère à son cœur et par les échos de sa voix, je m'étais imaginée une toute jeune adolescente, un peu bravache sous sa timidité – ou sous l'humilité forcée que l'on attend de nous. Mais celle qui entre à présent en notre demeure n'a plus rien d'une jeune fille effarouchée. C'est une femme pleine d'assurance qui étreint Désirée contre son sein, semblant bien lui rendre son affection au centuple.

Un bref pincement étreint mon cœur isolé. Depuis mon réveil lointain sur le sol de terre battue de cette même cour, je n'ai plus personne en ce monde. Pas de famille, pas d'amis. Aucun proche qui puisse me dire ce que furent les jours passés ou qui je suis. Mais Désirée... Désirée m'a accueillie, m'offrant son toit, son aide, à moi l'étrangère dont elle aurait pu n'avoir que faire. Mieux encore, elle m'a offert un nom, une identité. Isolée de tous, méprisée des siens, elle m'a ouvert son cœur avec une générosité infinie, sans jamais rien demander en échange. Et de la voir si heureuse brusquement, si proche de cette sœur partie voilà longtemps... ma poitrine se crispe sur un battement douloureux que je ne sais identifier.
Et qui s'accompagne d'un indéfinissable sentiment de malaise. Je me recule dans l'ombre, consciente de n'avoir aucune place dans ces retrouvailles qui éclairent leurs visages de sourires radieux. Ainsi donc, elle est devenue Chevaucheuse. Une mage, en ces contrées de sciences. Chacun de ses gestes, chacun de ses mots me renvoient au néant de mon existence. Jusqu'à cette soudaine apostrophe qui me fait sursauter et à laquelle je ne trouve d'autre réponse que quelques syllabes balbutiantes. « Je... je ne... »

« Quittou, ma douce, je te présente Héloïse. Elle m'a été envoyée un beau matin par le Père – béni soit-il – et m'a été d'une grande aide depuis lors. » J'esquisse un timide signe de tête, n'osant guère m'approcher et moins encore de l'oiseau qui me fixe de son regard pénétrant. Étrange dégaine que celle de ce volatile tout en longueur, au bec acéré et aux plumes magnifiques. Je lui renvoie son regard, mi fascinée, mi effrayée. « Héloïse ?  » Désirée tend vers moi une main rassurante, devinant peut-être mon appréhension et je m'avance pour la saisir, dans un geste mille fois répété chaque fois qu'elle cherche ma présence. « Héloïse, voudrais-tu nous servir du thé, s'il te plait ? Trois tasses, bien sûr.  » Son attention s'en revient bien vite à la jeune prodigue et je me détourne, avec toujours au cœur cette brûlure inexplicable, m'affairant pour donner le change. « Oh ma Quittou, assieds-toi. Regarde-toi, Chevaucheuse et si belle... » Ses mains courent sur le visage de sa soeur tant-aimée, caressant du bout des doigts les traits qu'elle ne peut voir. « Tu dois avoir tant à nous raconter !  » Elle referme une main autour de la tasse que je viens de poser devant elle, l'autre ne se détachant plus de la joue de sa sœur et en silence, je m'assieds à ses côtés, observant la nouvelle venue aussi discrètement que possible malgré ma franche curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]   C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥] EmptyLun 4 Juil - 0:54


C'est un S.O.S.
Je suis touchée, je suis à terre
Héloïse & Quitterie • 7 juin 1001


Je me méfie de l’inconnu. Dans ce monde de ténèbres qui est le mien à présent, chaque nouveauté est un danger, l’imprévu blesse et tue ; je n’aime pas me trouver prise au dépourvu, et là, clairement, je me sens piégée. Cette maison, ce rivage battu par le vent – est-ce que c’est encore vraiment chez moi ? Je ne crois pas. Ma maison maintenant, c’est une caserne de l’autre côté du continent, près des quais de Port-Liberté où j’ai toujours le bruit des vagues pour me bercer et sur les lèvres leur goût salé, mais où j’existe en pleine et totale liberté. Ici… Ici, c’est un souvenir à moitié effacé. Comme les paroles d’une chanson que le temps aurait brouillées, alors que la mélodie reste parfaitement gravée. Comme l’encre diluée dans l’eau, qui garderait son essence mais perdrait des mots. Ici, c’est jadis. C’est fini. Et pourtant, quand Désirée parle, quand j’entends dans sa voix la chaleur de sa joie, je me sens chez moi. Elle a été ma mère, ma sœur, ma meilleure amie, elle a recueilli mes confidences ; quand le temps est venu pour moi de m’échapper et de conquérir ma nouvelle vie, c’est la seule à qui j’ai conservé ma confiance.

J’ai l’impression qu’on me l’a volée. Qui est-elle, cette étrangère surgie de nulle part, survenue à l’improviste pour s’installer dans la vie de Désirée ? Quelles sont ses intentions, est-elle fiable, puis-je l’accepter ? Je ne peux même pas la regarder. Heureusement, les yeux de Sayam ne la quittent pas, et dans esprit je capte l’apparence de l’intruse. Elle est plutôt grande – brune, très brune, avec des cheveux longs qui tranchent par rapport à notre rousseur châtain. Elle a les yeux pâles – elle semble un peu perdue. Je fais un effort pour décrisper mes sourcils froncés et détendre ma mâchoire : Désirée est une très bonne juge des caractères, si l’arrivante avait eu de noirs desseins, elle l’aurait perçu, je pense. A l’aveugle, je saisis la tasse posée devant moi, tâtonnant pour en saisir l’anse. Sur ma joue, la main de Désirée m’emplit de chaleur, et je ne peux m’empêcher de sourire à ce contact familier, qui me ramène des années en arrière. « Mon trajet jusqu’à Lorgol a été frénétique. La Guilde des Mages m’a prise en charge dès mon arrivée à Hacheclair, heureusement – je suis guérisseuse, à présent, le savais-tu ? C’est la magie de l’Hiver qui sommeille en mon sang, j’ai choisi d’apprendre à soigner les blessures. Je me débrouille aussi avec les migraines et les petites douleurs du quotidien. » Je crâne un peu. Je suis fière, en fait, de présenter mes accomplissements à la seule personne dont l’opinion m’importe vraiment. Un petit rire m’échappe. « A l’Académie, on m’a dit que la magie était héréditaire, et que je l’avais sûrement tenue de ma mère, puisqu’elle est ansemarienne, à ce qu’on en sait. Je me suis dit que, toi, peut-être… ? »

La main de Désirée se crispe légèrement sur ma joue, et je la saisis entre les miennes, la pressant doucement. Magie non déclarée, hein ? Cela ne me surprend pas. Je porte sa paume à mes lèvres et y dépose un baiser. « On en parlera plus tard. J’aurais bien aimé te présenter mon dragon, tu sais ? Il est du Vol d’Améthyste. Il s’appelle Serment, il est – magnifique. Un véritable seigneur des nuées, tu l’aimerais, je pense. Il est très intelligent. » Un sourire attendri étire mes lèvres. « Je lui dois énormément, tu sais. Et là, c’est Sayam. » Ma main libre se pose sur les douces plumes de son dos que je parcours sur toute sa longueur – de son long cou, il vient lover sa tête contre mon épaule, claquant doucement du bec. « Mon Familier. J’avais dix-sept ans quand je l’ai rencontré. Si tu pouvais le voir, Désirée – c’est une cigogne. Il est… Il est magnifique, et quand il vole… » Je m’interromps. Je veux partager tout ça avec elle – mais pas avec l’intruse qui se tient à notre table, et que je ne connais pas.

« Héloïse. » Étrange prénom pour une fille de Bellifère. « Je vous remercie… d’avoir pris soin de ma sœur. » Je voudrais lui demander de se lever, de sortir, de me laisser dérouler mes retrouvailles avec cette sœur que j’aime de tout mon cœur, mais un rien de bonne éducation me retient. « Je crois que je n’ai pas retenu votre nom, c'est quoi déjà ? D’où venez-vous, rappelez-moi ? » Contre moi, Sayam tend légèrement le cou pour mieux la voir, épier chacun de ses gestes, le moindre de ses mouvements. Je n’ai pas encore d’opinion sur cette fille sortie de nulle part – et je me méfie des inconnus tombés du ciel. Qui peut dire ce qu’elle attend de Désirée, vraiment ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]   C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est un S.O.S... [PV Quittou ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: