AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
22.90 €
Voir le deal

Partagez
 

 Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptySam 4 Juin - 19:48


Livre I, Chapitre 4 • L'Ordalie de Diamant
Sitara d'Erebor & Denys du Lierre-Réal

Reine des dunes dans un jardin de fleur

Paisible déjeuner



• Date : 7 Mai 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Venue avec Alméïde pour un séjour en Lagrance, Sitara et Denys se retrouvent pour un déjeuner des plus tranquilles.

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptySam 4 Juin - 19:49

Les journées en Lagrance se faisaient de plus en plus chaudes et chaque jour semblait plus beau que le précédent. Des températures clémentes se voyaient contrebalancées par des brises agréables qui faisaient résonner la cime des arbres dans une plénitude presque divine. Le duché des fleurs avait cette réputation d’être un havre de paix et de douceur, et il suffisait de quelques pas dans les jardins par une agréable matinée pour en être convaincu. Pourtant, au contraire de sa journée précédente en l’agréable compagnie de la douce Alméïde, Denys allait faire face à une visite qui s’avérait plus diplomatique qu’autre chose. La princesse d’Erebor et lui entretenaient une amitié qui allait au delà des frontières Ibéennes et Faës. Ils se connaissaient assez pour entretenir une relation intime basée sur une franche amitié. Mais elle n’était pas venue seule se perdre dans la beauté des jardins Lagrans. Sa belle sœur, Duchesse d’Erebor était venue elle aussi, et même si ce n’était pas la première fois qu’il rencontrait Sitara, les rapports qu’il avait avec elle étaient bien différents. Pour autant, le Duc de Lagrance pouvait se targuer d’avoir une entente cordiale au minimum avec toutes les têtes des duchés d’Arven, et pour ce qui était d’Erebor, il devait reconnaître qu’il s’agissait d’une relation des plus appréciée et des plus développée. Au delà de l’amitié qu’il avait avec Alméïde bien évidemment. Ce qui était assez curieux quand on y songeait, aux vues des échanges étroits qu’il avait aussi avec Sombreciel.

L’annonce de la venue de la Duchesse en compagnie de la sœur d’Anthim avait quelque peu surpris Denys, mais en vérité, ça ne lui déplaisait pas vraiment. Personne en Lagrance ne pouvait lui reprocher d’améliorer les relations avec tous les territoires d’Arven et force était de constater que depuis qu’il était à la tête du duché, les choses allaient pour le mieux ici. N’en déplaisent aux idiots et imbéciles détracteurs qui n’avaient rien de mieux à faire que remettre en question sa place et sa légitimé. Ils ne faisaient que critiquer pour la forme sans lui accorder la moindre chance… de cela il le ferait payer. Un jour.

Il n’était plus très tôt quand enfin le Duc pu se rendre aux côtés de la Duchesse. Mais il avait fait en sorte que celle-ci ne soit pas laissée en reste et ne trouve rien à redire à l’accueil qui pouvait être fait en Lagrance. Malheureusement, Denys était un homme plutôt occupé, et quand bien même le souhaitait-il, il ne pouvait déroger continuellement aux affaires qui pressaient, ce qui coupait bien souvent ses nuits ou abrégeait ses journées de détente, en témoigne la veille à la fin de l’après midi. Quand il pu enfin se libérer pour Sitara, il la retrouva dans l’un des salons, peu avant le déjeuné. Il était prévu qu’ils le passent ensemble, libéré de la compagnie de Marjolaine qui cette fois-ci se trouvait avec Alméïde. C’était une pièce bien agréable, attirant les rayons du soleil qui brillaient avec force en cette belle journée. Les fenêtres étaient nombreuses, s’ouvraient sur le jardin des eaux où biens des fontaines s’élevaient pour cacher leur eau. Il arriva près d’elle, promptement et avec une bonne énergie, le sourire habituel aux lèvres.

« Duchesse, vous êtes bien radieuse aujourd’hui. Votre séjour en Lagrance vous convient-il jusqu’ici ? »

Il l’espère vivement, son attachement pour son duché est parfois presque orgueilleux. Mais il n’est certainement pas le seul dans ce cas là. La fierté de ce genre est sans doute l’adage de plus d’un dirigeant. Et ce n’est pas un mal. Curieux, il s’enquit alors des occupations de son important invité.

« Que faisiez vous donc ? J’espère que l’attente n’a pas été trop longue, mais je vous promets de ne point négliger plus longtemps votre patience. Le déjeuner ne devrait d’ailleurs pas tarder à être prêt. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyLun 13 Juin - 21:19

Il était su et reconnu en Ibélène que le Duc d’Erebor s’était vu doté d’un héritier, et qu’il avait donc, comme le voulait la coutume, pris pour épousée sa mère. Que Sitara Kamar ait gagné le privilège de porter le nom d’Erebor et le titre de Duchesse n’était un secret pour personne, mais elle n’avait pas rencontré ses homologues des autres duchés, jusqu’à présent. Sortie de couches peu avant, elle n’avait pu se rendre à l’anniversaire de l’Impératrice faë, Qasim étant bien trop petit et réclamant son attention régulière – et elle ne souhaitait elle-même pas en être séparée. Avant cela, il avait fallu le présenter aux autres Courtisanes, à ses demi-sœurs, et à la noblesse de la Cour de Vivedune.

Il ne fallut que peu de temps, après cela, avant que les peuples des sables se manifestent, désireux de rencontrer leur nouvelle Sultane, et surtout celui qui serait amené à devenir Roi des Gitans après son père. Cela avait demandé beaucoup d’organisation, et c’est une Sitara amusée qui avait vu sortir les turbans offerts par tel ou tel clan, afin de les arborer fièrement pour leurs visites. Elle avait été davantage amusée encore, quand il avait fallu les ranger avec les nouveaux cadeaux, y compris ceux pour Qasim. Alors qu’Anthim apparaissait extravagant, avec eux, Qasim, bien qu’ils soient encore trop grands, était attendrissant. Nombreux étaient venus se présenter, par curiosité et désir de rencontrer le premier-né du Duc, aussi cela n’avait guère laissé de temps à Sitara, pour rencontrer les autres ducs.

Elle avait donc saisi l’occasion du voyage d’Alméïde, pour se rendre en Lagrance et rencontrer, formellement, le couple régnant sur le duché. Erebor entretenait de bonnes relations avec Lagrance, mais les cultiver davantage ne pourrait pas nuire – et Sitara se devait de prendre cette place qui était maintenant la sienne. Elles étaient arrivées en début de soirée, avec Alméïde, se voyant conviées à dîner, après avoir été amenées aux appartements qui seraient le leur durant leur voyage. Sitara avait passé la journée de la veille avec la fort agréable duchesse, et Denys du Lierre-Réal devait lui accorder de son temps ce jour-même.

Elle fut informée qu’il la rejoindrait pour le déjeuner, aussi s’habilla-t-elle simplement, pour déguster quelques fruits et douceurs, en attendant ce moment, dans les jardins. Elle ne connaissait pas toutes les variétés florales s’y trouvant, mais elles étaient splendides. Elle ne rentra que lorsque l’un des serviteurs lui demanda si elle souhaitait s’installer dans un des salons, en attendant le duc qui ne saurait plus tarder. Souriant et acquiesçant, elle le suivit donc, pénétrant dans une pièce splendide – qui pouvait rivaliser avec les splendides parterres de fleurs qu’elle voyait grâce aux nombreuses fenêtres.

« Amplement, cher duc. Marjolaine est d’une compagnie très agréable, et son investissement auprès des lagrans est louable. Vous devez être fier de sa bonté. »

Et des beautés des paysages que l’on pouvait voir à Edenia – bien que rien en son cœur ne puisse égaler Erebor, elle devait malgré tout reconnaître l’élégance de la cité ducale.

« Je prenais, à vrai dire, une collation grâce à vos succulents fruits, dans vos jardins. Il est particulièrement agréable de s’y promener, à vrai dire, et soyez certain que ma patience n’en a pas souffert. Je ne peux que comprendre les obligations inhérentes à la place de duc. »
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyMar 19 Juil - 12:24

C’était presque devenu une habitude, ces rencontres diplomatiques, qui à défaut d’être totalement politique demandaient néanmoins une attention particulière pour ne pas froisser les éventuels invités. Denys était un homme mondain, forgé à vivre de cette manière sans pour autant partager les travers guindés et ennuyeux. Bon vivant malgré tout, il connaissait parfaitement les règles de bienséance et son charme naturel oeuvrait en général de manière à attirer sympathie et la bonne humeur. Mais Lagran dans l’âme et jusqu'au bout des ongles, s’il était bon compagnon, il restait toujours à l’affut des paroles de ses convives et surtout des affaires qui importaient à ses yeux. Dans une telle démarche, il avait pu ainsi rencontrer de nombreux homologues des différents duchés et c’était par la même occasion attiré leur sympathie ou leur neutralité. Lagrance avait la chance de n’être la convoitise de personne ni la source d’inimités quelconques.

Sitara d’Erebor n’était pas l’une de ces rencontres ennuyeuses faites sous le coup de quelques affaires. A vrai dire, il ne pouvait même pas se targuer de la connaître vraiment, son ascension à la place de duchesse n’étant en fait que très récente. Comme bien d’autres, il fut invité au mariage du couple d’Erebor et avait fait la connaissance de la femme du duc à ce moment là. Une bien agréable personne pour le peu qu’il avait pu en voir. Le fait qu’elle vienne en même temps qu’Alméïde était une aubaine qu’il ne fallait pas négliger. Aussi, s’il ne s’en voulu pas d’arriver quelques peu tardivement – bien qu’il n’en avait guère le choix – il espéra ne pas avoir froissé son invitée. Chose qui fut rapidement effacé par le sourire qu’elle lui adressa.

« Ah, vous m’en voyez ravi. Il est vrai que son investissement est louable et reconnu, je lui en suis très reconnaissant, moi qui n’est hélas guère le temps de m’impliquer autant qu’elle. L’affection du peuple lui revient, j’en suis heureux. Vous a-t-elle fait visiter la ville et montré ses propres activités ? »

Une part de lui jalousait malheureusement la popularité de Marjolaine auprès des Lagrans. Ce n’était pas tant le temps qui manquait à Denys pour se faire apprécier comme sa femme de son peuple, mais plutôt la réputation de sa famille qui continuait d’entretenir une certaine froideur. Son implication de ce côté là n’était pas moindre, seulement cachée. Mais il reconnaissait néanmoins que l’implication de son épouse était remarquable et pour rien au monde il ne l’aurait empêché de continuer.

« Oui très certainement. Et j’ai bêtement négligé quelques petites choses hier qui me le font payer aujourd’hui. Mais rien qui ne soit préoccupant. Je suis bien aise de savoir que les jardins vous plaisent en tout cas. Votre belle sœur a été enchantée de certains domaines que j’ai pu lui montrer. Je reconnais néanmoins qu’il me ferait très plaisir un jour prochain de revoir les étendues infinies d’Erebor et le palais de votre époux. Il s’agit d’une merveille d’art, une beauté qu’il m’a été rarement donné de voir et de contempler. »

Si Denys n’était d’ordinaire pas avare en compliment pour faire plaisir à ses hôtes, il ne l’était pas quand il s’agissait d’art. C’était certes superficiel, mais les lagrans aimaient plus que tout la beauté des choses et l’élevaient à un rang d’art de vivre. Et dans les mots du duc, la sincérité pointait lorsqu’il évoquait ce palais aux milles couleurs et richesses qui n’avait certes pas l’élégance et la délicatesse de celui d’Edenia, mais qui était malgré tout d’une merveille éblouissante.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyLun 1 Aoû - 3:01

Sitara n’était pas rompue pour ces échanges, encore bien trop frêle et manquant d’assurance, à ses propres yeux. Elle faisait preuve de trop de franchise, quand elle aurait du peser davantage ses mots. Sa simplicité, toutefois, lui faisait accueillir les choses comme elles venaient – plutôt que de s’offusquer de l’attente qui avait été sienne, elle avait apprécié parcourir les jardins, observer ces belles fleurs qu’elle ne trouverait jamais en Erebor, et simplement profiter des merveilles que Lagrance avait à offrir. Elle ne s’était arrachée à sa contemplation que lorsqu’un serviteur l’avait informée que quelques douceurs fruitées l’attendaient, et que le duc allait bientôt la rejoindre. Elle prenait plaisir, plus qu’elle ne l’aurait dit, à occuper cette position – qu’il lui semble incongru ou non qu’elle ait cette place, elle, la petite concubine satisfaite de sa place qui n’avait pas une once de l’ambition qui animait d’autres femmes. Elle finissait tout juste de découvrir quelques uns des fruits obtenus dans les jardins ducaux, quand Denys de Lagrance la rejoint.

« Votre position exige votre présence, et il est tout naturel que votre épouse vous décharge de cela, si elle le peut. Je ne doute pas de l’exemplarité dont vous faites preuve, comme souverains de Lagrance. »

Elle était réellement sincère dans ses propos, quoi que s’avançant peut-être trop. Elle n’avait que peu vu le peuple mais elle avait eu l’impression que l’affection qu’ils ressentaient pour Marjolaine était tout sauf feinte. Pas un n’avait eu de geste ou parole déplacés, et ils lui avaient semblé heureux de la voir. Elle-même s’était révélée, auprès d’eux. Perdant son côté emprunté, trop réservé peut-être, elle lui avait semblée plus assurée, davantage à sa place. Il avait été agréable, toutefois, de la suivre dans la ville, de se voir montrés les jardins, de rencontrer les artisans, artistes, et bien d’autres gens encore.

Elle sourit doucement, en l’entendant dire qu’il avait négligé quelques obligations, la veille. Une attitude surement surprenante, mais elle ne tarda pas à l’expliquer. « Je ne devrais faire preuve d’autant de légèreté, à l’idée que vous ayez fort à faire du fait d’imprévus ou de retard impromptu, mais je ne vous cacherai pas être ravie de la réception que vous accordez à ma belle-sœur. Elle n’est, bien évidemment, pas traitée avec irrespect, mais rares sont ceux qui la traitent avec autant de déférence, ou d’importance. Je ne dis pas cela pour vous flatter, mais c’est tout à votre honneur. Et, si vous étiez déjà le bienvenu, sachez que nous vous recevrons avec plaisir à Vivedune. »

Elle était entière, et appréciait grandement ses compliments. Le duc, aussi, lui semblait d’une rare qualité, qu’elle n’était pas certaine de pouvoir attribuer à tous leurs pairs.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyLun 12 Sep - 16:04

« C’est fort aimable à vous de penser cela. Merci. »

La sincérité le touche, elle qui est visible dans le regard de la duchesse d’Erebor. Cela ne devrait pas le toucher pourtant, les compliments, il en reçoit beaucoup et même si pour un certain nombre ils sont feints par la bienséance et la nécessité, Denys s’est habitué aux faux semblants et à la vérité enrobée de mensonge. Parfois, la sincérité éclate, un peu étrange pour lui, et il ne sait trop comment l’accueillir si ce n’est d’un sourire un peu gêné, mais dont la subtilité se perçoit à peine tant le duc est habitué à jouer à ce petit jeu des mondanités. Mais les remerciements prononcés sont sincères eux aussi.

« La Dame Alméïde sera toujours merveilleusement reçue ici, en Lagrance. C’est une amie chère, d’une rare qualité et d’une gentillesse peu commune qu’il me semble retrouver en vous. Sa Grâce Anthim a beaucoup de chance d’être ainsi entouré. »

Peut-être était-ce un semblant de flatterie, ou peut être pas, cela dépendait sans doute de l’avis que l’on se faisait du duc de Lagrance. Pour autant, il pensait réellement ce qu’il disait, ses mots non viciés par quelques projets personnels qui se cachaient toujours derrière ses actes. Il ne dirait pas qu’une trop grande gentillesse pouvait parfois se révéler faiblesse, mais il ne connaissait pas assez la duchesse d’Erebor pour se faire une idée là dessus et juger pleinement. En l’instant, sa présence était seulement des plus plaisantes et il appréciait discuter légèrement et sans trop de complexes, sans pour autant oublier leurs rangs respectifs.

Un serviteur toqua à la porte, entrant bien vite à l’ordre donné par le duc et vint annoncer que le repas était prêt, tout était installé et sans doute minuté à la perfection.

« Nous y allons ? » Il proposa son bras avec galanterie à la duchesse d’Erebor, offrant de la guider jusqu’à la pièce qui les accueillerait pour le déjeuner. Tout était mis en place, il laissa la jeune femme s’asseoir, un serviteur tirant sa chaise, puis se posa seulement à sa suite en face, sur une table qui n’était pas démesurément grande, juste ce qu’il fallait pour ne pas être assaillit de contraintes. « Alors dites moi, quelles sont les nouvelles d’Erebor ? Tout Arven a apprit les événements qui sont arrivés à Lorgol à la fin mars. Les dieux soient remerciés, le Prince, votre fils est sauf. Mais on dit qu’une expédition est sur le point de partir pour retrouver les disparus de cette nuit la. J’espère en tout cas que les événements à venir nous épargneront, il serait malheureux que les tensions continuent de grandir. Mais bien heureusement pour vous, le cauchemar a vite cessé. »

Ce n’était pas tant vis-à-vis d’Erebor que le commentaire était avancé, mais bien sur Ibélène, dont on disait les colères grimpantes après les événements de l’anniversaire de Chimène au début de l’année. Difficile de s’avancer, mais l’on disait d’Anthim qu’il était homme de réflexion, et son épouse semblait toute aussi réfléchie. Pour peu que l’instinct maternel ne soit pas éveillé à l’extrême, évidemment. Et après ce qui était arrivé, des actes conduits par des personnes secrètes, c’était bien difficile de savoir sur qui lancer la pierre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyMar 27 Sep - 23:50

Sitara hoche légèrement la tête, en réponse à ses remerciements. Elle lui sourit chaleureusement, cependant, alors qu’il lui parle d’Alméïde. Elle sait qu’elle devrait se montrer plus mesurée, mais la profonde affection qu’elle ressent pour sa princesse l’adoucit assurément encore plus. Elle ne connaissais pas assez le duc, cependant, pour juger de la sincérité du compliment qu’il lui faisait. Mais s’il s’agissait d’une personne qu’Alméïde appréciait, alors ce devait être un homme de qualité.

« Vous me flattez, Altesse. Alméïde est réellement dotée d’une grandeur d’âme que peut peuvent atteindre, et je suis enchantée qu’elle puisse avoir un ami de votre qualité. Peut-être serons-nous amenés à nous voir davantage, et aurais-je ainsi la chance de vous connaître un peu plus. »

Elle devait, après tout, se familiariser avec ses homologues ibéens et faës, n’est-ce pas ? Apprendre à tenir sa place, à nouer des liens, et favoriser la prospérité d’Erebor. Surement différait-elle des autres duchesses, à faire passer avant le reste, avant son propre désir, le duché qu’elle avait l’honneur et la fierté de représenter. Ou peut-être avait-elle une opinion teintée de toutes ces femmes, qu’elle était amenée à fréquenter. Peu importait, cependant. Elle comptait simplement passer un moment agréable en compagnie de Denys du Lierre-Réal. Elle n’ignorait pas que des sujets plus sérieux feraient leur apparition dans leur échange, elle n’était pas naïve à ce point là, mais il ne pouvait pas s’agir là d’un échange officiel – surtout en l’absence de son époux.

Elle saisit son bras avec délicatesse, sur indication du serviteur de leur table qui les attendait. « Avec plaisir. » Il ne leur fallut guère de temps, pour parvenir jusqu’à la pièce où se déroulerait le déjeuner. Elle était somptueuse, richement agencée et décorée, mais avec une mesure surprenante. Le faste était présent, mais pas omniprésent, l’atmosphère qui s’en dégageait était chaleureux et très plaisant. « C’est une superbe pièce que vous avez là. Très apaisante. Y prenez-vous seulement vos repas ? » Un palais tel que celui de Lagrance devait comporter de nombreuses pièces, dédiées à diverses activités – les jeux, la lecture, le repos, des activités spécialement réservées aux hommes -, mais elle se plaisait à s’imaginer lire dans cette pièce, bien qu’elle ne soit pas réservée à cet usage.

« Nous veillons davantage encore sur le prince… Difficile de s’imaginer qu’il a pu être subtilisé, sans que nous n’ayons rien pu faire. Nous ne nous expliquons pas encore réellement ce qui est arrivé, mais nous espérons que l’expédition permettra de retrouver les malheureux sains et saufs… » Pensée Ô combien égoïste de sa part, mais elle était soulagée de n’avoir vécu cette angoisse que pour un bref temps. Trop long à son appréciation, mais elle n’osait imaginer la crainte constante dans laquelle les familles des autres enfants et de leurs sauveteurs captifs devaient être plongées. Elle était intensément reconnaissante à la voltigeuse qui avait volé à leur secours, de lui avoir ramené son fils, et elle ne pouvait imaginer remerciement à la hauteur de ce qu’elle avait accompli. « Les vôtres sont-ils épargnés ? Il est surement naïf de ma part de souhaiter que plus personne ne vive la douleur que j’ai pu ressentir, avant d’être assurée de retrouver mon fils. Je crains que nous n’ayons cependant pas le loisir de nous attarder sur de tels détails, alors que tout Arven est menacé… »

La cohésion doit assurément surpasser la panique causée par cet événement malheureux, et la sultane ne pouvait assurer que tous partageaient ce point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyMer 26 Oct - 3:54

« Et je serais très heureux de vous connaître davantage moi même. »

Y voir quelques flatteries ou compliments charmeurs était en cet instant faux. Non qu’il n’ait aucune arrière pensée à l’idée de se faire ami avec la duchesse d’Erebor, il trouvait réellement cette femme intéressante et elle lui était sympathique. Pas de la même manière qu’Alméïde, puisque les rôles de grande importance les séparait par la bienséance. Mais il n’empêchait qu’ils gagnaient tous deux à mieux se connaître, et c’était toujours avec ce point de vue que le duc de Lagrance aimait à s’approcher de ses homologues. Pour certains il s’entendait à merveille avec eux, pour les autres, cela restait cordial. Bel avantage qu’avait Lagrance.

« En général oui, pour les repas en petit comité souvent. »

Ce n’était certes pas la salle à manger principale, vaste et immense, bien plus richement agencée que cette pièce. Mais il est flatté de la remarque, il a toujours à cœur que l’on aime son duché, et le soupçon d’orgueil nourrit alors son regard et étire son sourire.

Une fois installés, les sujets plus sérieux ne tardent pas à arriver, même s’ils n’ont pas à vocation de parler de politique ou d’affaires plus avancées entre leurs duchés. Il verrait cela avec le duc d’Erebor lui même quand ils auraient l’occasion de se rencontrer. Mais ils sont importants, ces sujets qui viennent, et surtout préoccupants, même si personne n’est réellement en mesure d’expliquer ce qui est arrivé. La duchesse d’Erebor n’était, à ce qu’il paraît, pas la seule à avoir connu pour quelques heures une perte aussi cruelle.

« Espérons-le oui. Ces enlèvements nous laissent tous perplexes, personne ne sait ce qu’ils cherchent réellement. » Ce qui était certainement le plus préoccupant derrière ces disparitions d’ailleurs. Il avait assez peu d’empathie pour ceux qui avaient disparus en vérité, et quand bien même était-ce cruel, cela ne changeait rien aux pensées du duc. A ses yeux, les raisons de ces enlèvements étaient plus importantes à comprendre. Ils n’avaient certainement pas mit tous ces moyens en œuvre pour un but futile. « Ce n’est pas naïf au contraire, c’est louable et généreux de votre part de penser ainsi. D’autres seraient bien plus égoïstes. Mon épouse et moi même n’étions pas présents à la fête de Lorgol et nous avons bien heureusement échappé à cette vague d’enlèvement. Mais j’ai bien peur que vous ayez raison, les sentiments sont de moindre importance face aux menaces qui s’élèvent. Et je crains que nous ne puissions en savoir plus pour l’instant. »

Des menaces qui prenaient bien des formes, mais qui sauraient surtout s’en prendre à la paix fragile qui régnait entre les deux empires d’Arven. Certains profiteraient de cette panique pour élever les tensions, sans aucun doute. Mais ils ne pouvaient hélas en savoir plus tant que cette expédition ne serait pas achevée.

Alors qu’ils parlaient, quelques plats légers venaient d’être proposés par les serviteurs. Un peu de tout, mais des plats plutôt frais pour ce début de mai très agréable.

« Je sais que vous avez profitez de la venue de la Dame Alméïde pour nous rendre visite, et c’est plaisant de vous recevoir. Comptez-vous renouveler l’expérience avec vos voisins ou les autres duchés de Faërie ? Je pense que ce genre de visite est très favorable pour nouer de meilleures relations. Surtout en cette époque troublée. »

Il en avait effectué des voyages. Beaucoup même, alors qu’il était tout jeune duc, même pas encore marié. La venue de la duchesse d’Erebor, même seule lui rappelait un peu cette période de sa vie, s’affirmant auprès de ses homologues à qui il devait prouver sa légitimité.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyMer 9 Nov - 23:08

Sitara n’adressa au duc qu’un léger sourire, quand il affirma qu’il apprécierait de faire sa connaissance, lui aussi. N’étaient-ils pas là pour ça, bien que la réelle raison soit de faire perdurer les liens entre Lagrance et Erebor ? Cela ne changeait rien au fait qu’ils étaient l’un pour l’autre des inconnus, et que Sitara appréciait cette liberté apportée par son statut. Elle se plaisait au sein du harem et en tant que concubine de son duc, mais elle n’était pas sotte au point de nier les avantages qui étaient les siens, depuis qu’elle s’était vue gratifiée du titre de sultane et duchesse. C’était un honneur auquel elle ne pensait pas pouvoir prétendre, d’autant plus que la fertilité de son époux semblait propice à mettre au monde des filles, et non des héritiers. Chaîne qu’il avait fini par briser, avec Qasim.

Le cœur de Sitara se gonfla d’amour à la pensée de son fils, ce petit être qui avait pris une place immense dans sa vie, et dont elle ne saurait plus se passer. La discussion finit d’ailleurs par se centrer sur les enlèvements, qui lui avait causé tant de peine. Sitara était certaine que l’angoisse tapie au fond de son esprit ne disparaîtrait vraiment jamais, quand bien même elle en viendrait à s’atténuer. Si elle avait pu garder Qasim au harem, auprès des concubines, jusqu’à ce qu’il soit en âge de se défendre seul… L’y garder pour toujours lui semblait quelque peu exagéré, même si elle y avait pensé, alors qu’il leur avait été ravi – pour se raviser, une fois que la voltigeuse Martel le leur avait ramené. Si elle avait souhaité agir ainsi, Anthim ne l’aurait pas laissée faire, et Qasim leur aurait filé entre les doigts, étouffé par cette captivité subie. N’avait-elle pas agi ainsi, entravée par les désirs de ses parents ? Elle s’était dotée de nouvelles chaines, mais qu’elle avait désirées cette fois.

« Nous éluciderons sûrement ce qui se cache derrière ces actes incompréhensibles, et surprenant. Je ne vous cacherai pas vouloir m’en tenir éloignée, cependant – aussi égoïste que cela soit. Mon fils m’a été ravi une fois, je ne saurai le mettre encore dans la position de l’être. Et je suis persuadée que les valeureux courageux désireux de participer à la libération des captifs s’en débrouilleront fort bien. »

Elle fut interrompue par les serviteurs, revenant avec divers plats – des salades, ainsi que des viandes cuisinées de manière fort différentes, en comparaison avec les plats qu’ils avaient chez eux. Elle fronça les sourcils, intriguée par ces feuilles qui semblaient enrober différents mets. La curiosité ne manquait pas, toutefois, et elle en saisit une, en plus d’une salade qui ne paraissait guère étrange à ses yeux, et d’un peu de ces viandes dont elle allait découvrir les saveurs. C’était sûrement cela qui lui plaisait le plus, au delà de connaître ses homologues : découvrir les cultures des autres duchés, et davantage encore leur créativité culinaire.

« Veuillez pardonner ma gourmandise, mais je suis curieuse de ce que vous pouvez produire dans votre duché. Vous ne devez pas être étranger aux mets que nous avons en Erebor, et de leur différence avec les autres. Concernant le fait de visiter les autres duchés… C’est une aubaine que vous ayez prévu de recevoir ma belle-sœur, et que j’ai ainsi pu solliciter votre accord pour me rendre moi-même en Lagrance. Cela peut sembler plus compliqué, pour les autres duchés, mais je serai probablement amenée à rencontrer mes pairs. »

Elle devait après tout s’établir en tant que duchesse d’Erebor, et si cela était fait auprès des clans nomades de leur duché, et des habitants du roc, elle ne pourrait négliger les autres ducs – qu’ils soient faës ou ibéens.

« Avez-vous, vous-même ainsi que dame votre épouse, beaucoup voyagé auprès des autres duchés ? Par devoir, ou par plaisir, si l’on peut dire, avant cela ? »

Il saurait éluder sa question, s’il ne souhaitait y répondre, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyLun 2 Jan - 16:05

« Oui je comprend tout à fait. Et je suis persuadé aussi qu’ils sauront œuvrer comme il faut. »

Qu’elle ne souhaite pas s’impliquer davantage et cherche à protéger son fils ravi déjà une fois était plus que compréhensible. De son côté, Denys restait néanmoins curieux vis-à-vis de cette affaire et continuerait de s’y intéresser, même si pour l’instant et tant que l’expédition n’était pas lancée, rien de nouveau ne viendrait aux oreilles des habitants du continent. Ce qui était bien dommage, car il avait comme la sensation que ces affaires ne seraient pas sans conséquences… mais ça, il n’en avait hélas aucune certitude et se garda bien d’en faire mention, affichant cet habituel sourire de circonstance alors que les plats affluaient devant eux, tous plus appétissants les uns que les autres. Et il était très flatteur de constater l’appréciation de la duchesse d’Erebor, sa curiosité ainsi que sa gourmandise face à la nourriture lagrane.

« Non en effet, les mets que l’on trouve en Erebor sont très différents mais font néanmoins partis de mes préférés. On résiste difficilement à vos pâtisseries si sucrées. »

Il a un rire léger en y songeant et en repensant au cadeau qu’Alméïde lui avait d’ailleurs ramené de son duché la veille. Du reste, il acquiesça sans un mot à la suite des paroles de son invité, n’y voyant pas grand chose à répliquer mais partageant l’avis. Il n’y avait pas d’autre choix, pour les gens comme eux, d’effectuer ce genre de voyage pour mieux renforcer les alliances. Ils avaient un peuple à protéger après tout. Et puis il était nécessaire pour cette jeune duchesse de se faire remarquer en tant que telle. Avec certes beaucoup plus d’importance à le faire en Ibélène qu’en Faërie. Mais Denys était un homme ouvert, bien plus que beaucoup de ses pairs vis-à-vis de l’empire du Savoir, et il n’avait pas peur ni honte de rencontrer ses homologues voisins et nouer des ententes solides. Il suffisait de voir son amitié particulière avec le duc de Sombreciel pour s’en rendre compte pleinement.

« J’ai bien plus voyagé que mon épouse. Elle ne s’occupe pas réellement des affaires politiques de Lagrance et c’est moi qui me rends le plus souvent chez nos voisins. Lorsque je suis devenu duc, j’ai entreprit d’ailleurs un long voyage pour rencontrer nos pairs, votre époux y compris, qui fut l’un des premiers. J’ai moins l’occasion de le faire aujourd’hui, pour les longs voyages du moins, mais j’ai à cœur d’entretenir ces relations diplomatiques. Notre voisin commun, Sombreciel, est une terre que j’apprécie beaucoup notamment, et son duc aussi. »

Oh il sait que le sujet de Sombreciel avec une d’Erebor n’est peut être pas le plus pertinent à aborder, mais il n’a pas la sensation que la duchesse devant lui s’en offusquerait. Ce n’était pas Anthim d’Erebor, dont la seule mention à son ennemi pouvait le plonger dans d’effroyable colère, et avec lui, Denys n’aurait pas tenté le diable. Il l’osait un peu plus avec Sitara, essayant de juger implicitement son avis sur le duché de l’esprit.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyMer 18 Jan - 19:19



Elle se contente de hocher la tête, alors qu’il affirme comprendre sa réaction. Peut-être est-ce vrai, peut-être envisage-t-il la situation, si sa fille avait été touchée comme Qasim avait pu l’être. Sitara ne peut prétendre le savoir, mais elle ne remettait pas pour autant sa parole en cause. Et s’il n’était pas sincère, alors peu lui importait, en réalité. Elle n’avait pas à rougir de sa volonté de penser à protéger son fils, avant de penser aux autres, bien qu’elle soit reconnaissante de l’aide qui lui avait été apportée pour le secourir.

Le sourire qui orne ses lèvres se fait plus grand, alors qu’il complimente Erebor. La duchesse n’est pas quelqu’un de fier, et pourtant, elle aime son duché, et qu’il soit apprécié – même pour une chose aussi infime, et pourtant représentative en réalité, que la nourriture – lui fait plus plaisir qu’elle ne l’admettrait. Elle aime sincèrement le duché qui l’a vue naître, et dont les circonstances en ont fait la duchesse, aussi apprécie-t-elle toute remarque flatteuse à sa juste valeur.

« Vous m’en voyez ravie, j’ai moi-même une faiblesse pour notre nourriture et nos pâtisseries, et je ne peux qu’apprécier votre goût pour elles. Vous n’avez rien à nous envier, cela dit, malgré les différences entre nos deux duchés. Vos mets sont d’une douceur exquise, et leur goût – quoi que surprenant – est délicat et raffiné. »

La sincérité transparaissait dans ses propos. Si elle n’était pas familière des produits lagrans, la découverte était agréable pour Sitara. Découvrir ces nouvelles saveurs, en plus de découvrir le duché, l’emplissait d’un certain contentement. Elle ne pouvait l’expliquer aussi simplement, pourtant. Leur échange n’était pourtant pas particulièrement compliqué, ou teinté de faux semblants. Elle n’en avait pas l’impression, en tout cas.

« C’est tout à votre honneur, d’avoir accompli un tel voyage. Je n’ai pas eu la même occasion, mais j’ai bon espoir de me familiariser davantage avec nos pairs dans le futur, si les circonstances le permettent. Je ne suis guère certaine d’avoir l’opportunité de me rendre en Sombreciel, toutefois, mais il va de soi que je rencontrerais Castiel de Sombreflamme, lorsque l’occasion se présentera. »

Difficile de savoir quoi attendre d’une telle rencontre, par ailleurs. Elle se garde bien de développer, la duchesse, ne se montrant pas sur la réserve, mais gardant en tête ses aspirations pour améliorer l’entente entre son duché et celui ennemi, malgré la difficulté que cela peut représenter. Elle a à cœur le meilleur pour Erebor, et si elle n’a pas agi en ce sens, elle y réfléchit malgré tout.


Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] EmptyLun 6 Fév - 17:04

Si l’échange peut paraître plus courtois que sincère, il n’a pas l’impression que les paroles de la duchesse d’Erebor se présentent comme pures flatteries. Et c’est d’autant plus flatteur alors de le constater, même si Denys avait fait preuve de la même sincérité en évoquant son affection pour la nourriture du duché du Sable et du Roc. La gourmandise était peut être un tort, mais il fallait parfois profiter des plaisirs qu’elle offrait. Il y avait beaucoup de simplicité dans cette discussion, une légèreté rare qui n’était pas désagréable. Les sujets les plus fâcheux et compliqués seraient abordés avec le duc d’Erebor lui même plus tard, en d’autres lieux, aussi profiter de cette compagnie nouvelle ne déplaisait certainement pas au seigneur du Lierre-Réal qui gardait ainsi une très bonne impression de son invité. Comme il lui avait assuré plus tôt, elle avait cette ressemblance sage et douce avec Alméïde.

« Alors vous pourrez en profiter autant qu’il vous plaira tout au long de votre séjour, je m’en assurerai. »

Des meilleurs plats, des plus délicates préparations, des plus splendides mets. Tout cela lui serait accordé à son bon vouloir, car il ne serait pas dit que les lagrans sont de mauvais hôtes et que par fierté, ils ne lésinaient pas sur l’image à montrer aux grands invités.

« Oh vous aurez certainement l’occasion de le rencontrer prochainement lors du couronnement de notre Impératrice. Il va de soi que tout Ibélène est invité pour l’événement. »

Etait-ce là une bonne idée cependant pour elle de vouloir s’entretenir avec l’ennemi juré de son époux et duc ? Les inimités étaient puissantes entre les deux duchés d’Ibélène, et même en Faërie l’on avait connaissance de tels faits et l’on s’amusait parfois des raisons qui poussaient les deux domaines à partir en guerre. Ce n’était pas arrivé depuis bien longtemps, mais les mésententes restaient nombreuses. En soi, il était certainement louable que cette femme cherche à éveiller les prémices de « cordiales relations » - et il savait qu’Alméïde s’y était essayé aussi, selon les dires de Castiel lui même – mais cela restait aux yeux de Denys relativement compliqué. Mais ces affaires là ne le concernaient bien heureusement pas et il n’avait pas particulièrement de conseils à donner en la matière. Si ce n’était de faire attention à Castiel qui, malgré l’amitié qui liait les deux ducs, restait un homme assez instable ? Comme s’il y avait besoin de le préciser…

Le déjeuner s’allongea pendant un certain temps encore. Et même après, comme il l’avait promit, Denys passa le reste de la journée en compagnie de la duchesse d’Erebor, discutant de choses et d’autres pour améliorer aux mieux les relations entre leurs deux duchés.

RP TERMINE


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]   Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Reine des dunes dans un jardin de fleur [Sitara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: