AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -45%
Chaussure Nike Shox TL pour Homme à -39%
Voir le deal
94 €

Partagez
 

 Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?   Je ne vous ennuie pas, avec mes questions? EmptySam 4 Juin - 22:20


Livre I, Chapitre 4 • L'Ordalie de Diamant
Tyr Parle-d'Or & Mayeul de Vifesprit

Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?

Portons tous un badge, au moins, on saura à qui on s'adresse!



• Date : 10 juin 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Mayeul connaît Tyr depuis quelques années maintenant, mais leurs contacts sont plutôt espacés, et Tyr est un homme difficile à trouver. Mais cela ne le dérangera probablement pas si Mayeul cherche à se renseigner sur un vol et lui pose quelques questions, non?

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?   Je ne vous ennuie pas, avec mes questions? EmptySam 4 Juin - 22:20

Mayeul n’était pas connu comme quelqu’un qui réfléchissait beaucoup avant de se lancer, et ça ne datait pas d’hier. Tout petit, déjà, il avait une nette tendance à prendre des risques inconsidérés juste parce qu’il avait une idée derrière là tête, où à se mettre dans des situations désespérées uniquement parce qu’il n’avait pas pensé aux conséquences probables. Mathilde était la plus raisonnable des deux, mais elle avait parfois bien du mal à lui dire non. Et même maintenant, alors que bien des années avait passé, le voltigeur avait quelques difficultés à penser aux conséquences de ses actes avant d’agir effectivement. Après tout, c’était pour ça qu’il était voltigeur : il ne se serait probablement jamais présenté à la Caserne de Serre s’il y avait réfléchi plus en détail, devenir voltigeur n’ayant jamais fait parti, en toute conscience, de ses plans d’avenir. Quels plans d’avenir?
Ce manque de réflexion, c’était exactement la raison pour laquelle il se trouvait ici, à Lorgol, en train de poser des questions dans la Ville Basse avec, il devait se l’avouer, bien peu de succès. Mais cela n’avait rien d’étonnant : les habitants protégeaient les leurs, et il n’était clairement pas l’un d’eux. Mais il espérait poser suffisamment de questions, ou ennuyer suffisamment de monde pour que sa recherche parviennent aux oreilles du principal concerné... Ou qu’il écope d’un tabassage en règle dans une ruelle sombre. Peut-être que s’il y avait réfléchi, la conséquence lui aurait paru assez dangereuse. Sans doute, même. Mais à nouveau, il n’avait pas réfléchi très longuement aux tenants et aboutissants de son plan plus que bancal.

Il connaissait Tyr Parle-D’or depuis des années. Enfin, Mathilde avait connu Tyr et lui, comme à son habitude, s’était immiscé dans ses connaissances. Sa soeur avait délivré l’homme d’une vilaine fièvre, et celui-ci avait ensuite repayé la jeune fille en la protégeant d’une agression dans la Ville Basse. Mayeul était absent ce soir-là, retenu par ses obligations de Cadet à la caserne de la Serre, et il s’en était voulu, horriblement. Alors, quand il avait pu remercié Tyr, il lui avait demandé de garder un oeil sur sa jumelle en échange d’un service, celui qu’il voudrait. A l’époque, Mayeul n’était pas encore assez mature pour se rendre compte de la dangerosité de faire des promesses à des gens dont il ignorait tout. Pas que ça ait beaucoup changé, mais en tant que voltigeur, il avait fini par comprendre que ce genre d’engagement représentait un danger potentiel.
Honnêtement, il ne savait rien de l’homme, sinon qu’il s’était montré affable et protecteur envers sa jumelle et rien que ça suffisait à Mayeul pour lui faire confiance. Désormais... Désormais, c’était une autre histoire, et une litanie de questions sans réponses, dont la principale était bien le rôle de Tyr dans la Ville Basse. Et ce qu’il comptait demander à Mayeul en échange de son serment. Rien, pour l’instant, mais le voltigeur ne doutait pas être d’une quelconque utilité un jour.

Il avait une dette envers Tyr, il ne le niait pas. Tous les deux s’étaient rencontrés quelques fois depuis la mort de Mathilde, souvent par hasard, le temps de boire un verre quelquefois. Mais avec tout ce qui s’était passé depuis le Carnaval, Mayeul avait été pas mal occupé, et cela faisait quelques mois que sa route n’avait pas croisé celle de l’autre homme. Ce qui ne l’arrangeait pas, parce qu’il avait des questions à lui poser.
La tour qu'il occupait lorsqu'il était à Lorgol avait été visitée. Ca n’avait rien de très étonnant : elle était habitée seulement par un couple de serviteurs et leur famille, qui en assurait la garde en même temps : clairement, les de Vifesprit n’avait pas les moyens de mettre plus de fleurons dans son entretien, et si les parents de Mayeul la conservait, c’était uniquement à cause du prestige inhérent au fait de posséder une tour dans Lorgol. Elle n’était pas richement meublée, ni même très décorée, mais Mayeul aimait cet endroit : après tout, si on exceptait l’Académie, ça avait été sa maison pendant longtemps. Leur maison, avec Mathilde. Les voleurs n’avaient rien pris de bien intéressant, mais ils avaient empoché un médaillon que Mayeul tenait à retrouver, qui représentait les armoiries de sa famille. Un bijou sans doute difficile à revendre. Peut-être que Tyr pourrait l’aider?

Quoique, s’il avait eu la moindre idée de qui était vraiment l’homme, il se serait sans doute bien gardé de lui poser la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?   Je ne vous ennuie pas, avec mes questions? EmptyJeu 9 Juin - 1:04

La ville basse, refuge des brigands et des gens malhonnêtes de tout Arven. Nombreux sont-ils à arpenter les parcours limpides et les ruelles froides de couleur en recherche d'une pauvre âme égarée à dépouiller. Un poignard masqué sous un long manteau noir, le visage voilé par l'ombre d'une capuche redressé, une seconde plus tard, un corps baignant dans son sang et pour seul tombeau, un lit d'ordure et une pluie incessante offrant à un cadavre, une première et dernière bénédiction. C'est ainsi que le peuple survit dans cette partielle de cité. La loi elle même est corrompu, les honnêtes gens au cœur vaillant et pur, souhaitant offrir sécurité et réconfort sont attaqués à plusieurs, les attaquants eux-mêmes sont confrontés par la suite entre eux pour départager le butin. Des légendes racontent même la disparition des corps sans vies par des hystériques, traînant les cadavres le longs des pavés pour les dévorer dans des trous dans lesquels le plus audacieux des hommes n'y franchirait pas un doigt au risque de le perdre.

Cette nuit là, le Second des Ombres était de sortie. Le lendemain d'une retrouvaille charnelle avec Mélusine, femme obscure et tentatrice. Un sifflement à la Cour était parvenu aux oreilles de Tyr, annonçant la venu de Mayeul dans la ville basse. Le voleur avait demandé d'en être informé, cet homme, bien qu'il restait un inconnu, partageait une peine, une souffrance, une soif de colère peut-être bien, sa sœur était décédée, Mathilde. Cette jeune femme que le Second des Ombres avait eu la chance de connaitre, celle qui l'avait soigné d'une fièvre douloureuse, fièvre qui avait plongé son corps dans un triste état, cette jeune femme que le voleur avait épargné d'un triste sort lors d'une agression dans la ville basse. Que faisait-elle à cet endroit, pourquoi vivait-elle dans ce lieux de débauche réservé aux malfrats, cette âme vaillante était partie trop tôt, encore une à l'image de Tara. Cette peine partagée faisait de Mayeul un être jugé différemment, un être qui avait juré serment envers Tyr pour son acte de bravoure, ce dernier n'en avait pourtant jamais prit commande, n'osant pas dévoiler à un étranger sa quête de sang qu'il n'arrivait pas à aboutir.

Le maître voleur attendait la venu de Mayeul, cette tour appartenant à sa famille à Lorgol n'avait pas été pillée par hasard. Le stratège n'avait aucun remord, commanditant à la Guilde des Voleurs de s'attaquer à cet édifice dans le but de récupérer un objet précieux, le délit avait été commit, et ce dans le seul but de revoir le frère de Mathilde. Ce bijou, précieux aux yeux des Vifesprit uniquement avait été soigneusement glissé dans la poche d'un inconnu, inconnu déambulant d'une marche solitaire dans les ruelles, il était temps de connaitre le fond de Mayeul. La Cour est prudente, observatrice et calculatrice, il était de nature pour Tyr, stratège depuis son adolescence puis maître enseignant à la Guilde, de faire passer des tests dans la mesure de juger les personnes de leurs compétences.

Le voltigeur était là, face au voleur.

Tête baissée, les cheveux ondulants sous un déluge de pluie, une capuche trempée relevée au sommet de son crâne masquait son visage alors que sa tenue sombre dissimulait ses formes dans l'obscurité. Au passage, un coup d'épaule fût donné par le voleur qui garda le menton bas face à Mayeul. D'une voix rauque et maladive, méconnaissable, le stratège prit la parole. «Cet homme au chapeau de corsaire porte le bijou de vos armoiries.»

Cet inconnu, choisit pour la particularité de son couvre-chef, venait de faire éruption au coin de la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?   Je ne vous ennuie pas, avec mes questions? EmptyVen 10 Juin - 0:21

Il s’était mis à pleuvoir, doucement d’abord, puis de plus en plus fort. Mayeul n’avait rien contre la pluie, à vrai dire, tant que l’on ne l’obligeait pas à voltiger dans la tempête : sa dernière expérience, désagréable au possible, restait gravée dans sa mémoire. Il lui arrivait d’y repenser, souvent même, depuis qu’il était rentré. Le vent, la pluie, l’eau glacée... Cette hallucination qui lui avait semblé si réelle que même encore maintenant, il avait un peu de mal à appréhender le fait que ça ne l’était pas. Il avait entendu ses paroles pourtant, claires et résonnant à ses oreilles comme autrefois. Il lui était arrivé d’avoir des hallucinations sous l’effet de la drogue, de voir Mathilde, ses parents, quelques amis. Même son capitaine du Vol une fois, ce qui avait été pour le moins déroutant. Mais jamais ça ne lui avait paru aussi réel, jamais. Etait-ce parce que ses sens étaient exacerbés par la tempête? Ou pour une toute autre raison dont il ne savait rien?
Mais il n’était pas sur un bateau ce soir : les deux pieds sur la terre ferme, sa capuche redressée pour le protéger au mieux des éléments, Mayeul essayait d’éviter de laisser ses pensées dériver de trop. Il avait succombé à l’appel enivrant des drogues de Sombreciel plus tôt dans l’après-midi, et si son cerveau était encre un peu enveloppé de brouillard, il s’était senti capable de mener son enquête. Enquête qui n’avait eu aucun succès jusqu’à présent, assurément parce qu’il n’avait pas parlé aux bonnes personnes. Mathilde avait eu des contacts, elle. Lui, il n’était que son frère et, qui plus est, voltigeur de son état, même si rien ne l’indiquait. En bref, pas étonnant que personne ne veuille parler, ou même lui accorder une confiance toute relative. Mais cela lui faisait du bien de parcourir la ville sous le doux bruit de la pluie, éclaircissant doucement ses pensées, les délivrant de ce brouillard qui les retenait prisonnières.

Il tenait à ce médaillon, sincèrement, et le penser disparu l’embêtait plus qu’il ne voulait l’admettre. C’est pour ça que le tourbillon de ses pensées l’avait amené à Tyr, qui lui semblait être le plus à même de l’aider dans sa quête. A quel prix? Il n’en savait rien et à nouveau, se soucier des conséquences lui importait peu. Il devrait, pourtant, il le savait, mais ne parvenait pourtant pas à s’en préoccuper. Ses pas l’avaient amené dans la Ville Basse et désormais, il ne savait plus trop où chercher. Les gens ne parleraient pas, et il avait été fou de croire que ce serait le cas. Vers qui se tourner, du coup? Il n’abandonnerait pas, ce n’était pas son genre mais ce soir, le voltigeur était quelque peu à court de ressources. Jusqu’à ce que quelqu’un le bouscule, lui offrant sur un plateau d’argent la réponse qu’il cherchait. Son médaillon, dans la poche de cet homme non loin, à l’angle de la rue. Il se tourna vers l’informateur mystérieux, mais celui-ci avait déjà disparu, parti, ou peut-être invisible avec la pluie et l’obscurité, qui savait.
«C’est un test» La pensée venait du fin fond de son esprit, et encore une fois, Mayeul songea que ce qu’il avait pris ne l’aidait décidément pas à rester cohérent. D’abord les hallucinations, puis les voix... Son sevrage de quelques jours, contraint et forcé lorsqu’il avait joué les sauveteurs, avait décidément laissé bien plus de traces qu’il ne l’aurait cru. Ses rêves, qui l’avaient toujours réveillés en sursaut, ne le laissaient désormais plus tranquille, alors qu’il pensait avoir trouvé la paix en disant au revoir à Mathilde. Ce n’était plus d’elle qu’il rêvait désormais, mais de choses incohérentes qui le réveillaient en pleine nuit, le coeur battant et la migraine martelant ses tempes. Il n’avait pas besoin d’être médecin pour savoir ce que ça signifiait, il avait connu ça auparavant : il plongeait, plus encore qu’avant. Ce qu’il prenait n’était plus suffisant pour combler le manque, et plus il s’enfonçait, plus il savait que le peu de contrôle qu’il conservait sur sa vie et ses pensées s’amenuisait. Mais cette voix qui provenait de la partie la plus rationnelle de son esprit n’avait probablement pas tort, et le voltigeur n’était pas assez embrouillé pour ignorer totalement cet avertissement inconscient. C’était trop simple, bien trop simple, et cela cachait forcément quelque chose.

Il était peut-être drogué, peut-être pas au sommet de ses facultés de raisonnement, mais il n’était pas complètement stupide pour autant, et tout cela ressemblait bien trop à un piège pour qu’il prenne les choses à la légère. Il lui fallait réfléchir, et dans son état, ce n’était probablement pas le plus évident. Il était armé, évidemment : se balader de nuit dans la Ville Basse sans armes équivalait à un désir de mort, et il n’en était pas encore là. Mais agresser un inconnu sur la base du témoignage d’un autre inconnu... Non, très peu pour lui. L’homme au chapeau étrange se rapprochait, pourtant, et il lui fallait prendre une décision. S’il y avait une chance, une infime chance que ceci soit vrai, il ne pouvait cependant pas la gâcher. Il y tenait vraiment, à ce médaillon, lointain souvenir de la grand mère de sa mère, et dont Mathilde avait hérité comme cadeau d’anniversaire à l’aube de leurs treize ans, quand ils avaient quitté Sombreciel pour l’Académie. Donc non, il ne pouvait pas la gâcher. Pas plus qu’il ne pouvait agresser un inconnu sur la base d’une délation suspecte.
Mais la stratégie, ce n’était pas le fort de Mayeul, et ça ne l’avait jamais été. Il agissait d’instinct, plus que par réflexion, au grand dam de ses camarades d’escadre, et si cela passait quand il était sobre et lucide, cela devenait bien plus risqué quand il ne l’était pas. Et ce soir, il ne l’était définitivement pas.

Il s’interposa donc sur le chemin de l’homme, les bras croisés, dans une attitude qui se voulait autoritaire. Il était voltigeur, après tout, cela faisait partie de ses attributions. À peu près. Ne chipotons pas sur les détails.«Messire, au nom de la Milice et du Conseil de l’Académie, je vous ordonne de vider vos poches sur le champ.» La Milice et l’Académie? Il ne répondait ni à l’un ni à l’autre, mais l’inconnu n’en savait probablement rien. Il avait mis tout ce qu’il possédait d’autorité et de persuasion dans sa tirade. On ne savait jamais : sur un malentendu, cela pouvait marcher. Et puis, si jamais il avait besoin de renfort, la présence de Nuage non loin, dans un recoin de son esprit, lui assurait qu’il n’était plus seul. Si Mayeul n’était pas assez imposant, peut-être qu’un griffon le serait?
Ce n’était sans doute pas la meilleure chose à faire, il le savait, au fond. Mais quand Mayeul avait-il agit avec maturité et réflexion? Nuage était un griffon un peu plus réfléchi, à peine : ces deux-là faisait la paire, et il aiderait son voltigeur sans même que celui ci ait à formuler la moindre question.
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?   Je ne vous ennuie pas, avec mes questions? EmptyVen 29 Juil - 14:17

Personnage supprimé, RP abandonné










Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?   Je ne vous ennuie pas, avec mes questions? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne vous ennuie pas, avec mes questions?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: