AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Correspondance involontaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
avatar

Messages : 172
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer ; Meldred de Séverac
Les Savants
Message Sujet: Correspondance involontaire   Mer 6 Juin - 21:54



L'enveloppe est tâchée, faute d'une lourde pluie infortunée qui s'est abattue sur Lorgol quelques jours après le début de son périple. Cela a eu pour effet de fortement impacter le nom tracé sur celle-ci, de sorte que le nom ressemble vaguement à une tâche infâme. Seules les initiales N et C ont survécu, le reste est illisible. A certains endroits, l'humidité rend la lecture impossible, mais la lettre est globalement en meilleur état. Elle aura cependant mis bien du temps à arriver, perdue sur le chemin... Pour ne même pas finir au bon endroit.


Lorgol, 6 février 1003
Mon cher Nicolas,

Pardonnez-moi pour la lenteur de ma réponse, mais avec l’arrivée de la nouvelle année, et les horreurs qui s’abattent sur Arven comme nous en discutions la dernière fois, mon esprit est facilement distrait. J’ai beaucoup à faire, également, dans cette mission que je me suis donnée de mettre en ordre les affaires de ma sœur : Olivier a quitté leur tour et est rentré chez lui. Depuis son décès, il ressemble de plus en plus à un spectre. Mais vous avez vu, comme moi, son portrait, et savez que je ne sais mentir à travers ces traits.

Comment allez-vous, du fin fond de votre Valkyrion où vous vous êtes isolé? Comptez-vous revenir sur Lorgol ? Il y a bien trop longtemps que cet échange dure, et aussi agréable que soit votre plume, il m’arrive quelquefois d’attendre d’entendre votre voix.
J’espère que vous en reviendrez après le couronnement de votre empereur : je vous en prie, racontez-le moi. Je vous sais vrai, et prompt à décrire la vérité sous toutes ses formes. Je veux tout savoir, comme si j’y avais été. En échange, je vous raconterai ce que vous avez manqué.

Avec la Chasse, étrangement, chacun cherche deux choses : le sommeil et le souvenir. Si je ne peux fournir le premier, je suis plus qu’heureuse d’aider à ce que le monde garde une trace d’eux. Vous me traiterez d’opportuniste, peut-être, mais sachez que chacun d’entre eux, qui vient me voir, a en lui une histoire et quelque chose d’unique. Et puis vivre alors que ce fléau traverse notre monde, ça vous rend forcément intéressant.

Et pourtant, la nuit est belle, Nicolas. Je suis sortie, hier, et je l’ai regardée. Il faisait froid, un froid glacial – peut-être aussi froid que chez vous. Lorgol était calme, plus calme que je ne l’ai jamais connue. Je suis restée là. Une heure. Un peu plus, je crois. Je ne sais plus. La nuit est belle, et cela me brise de croire que la Chasse la teinte de sang.

Je n’ai pas peur. Ou plutôt si : j’ai peur. Mais … Je ne sais pas.Il  faudrait que je vous le montre, quand vous reviendrez. Lorgol de nuit se teinte d’une autre forme de beauté.

En espérant recevoir de vos nouvelles très vite,

Amarante de Nacarat

_________________

Je veux le dessin, je veux la couleur et je veux la lumière. Ni toi ni moi n'appartiendrons jamais à aucune école. Pourquoi nous limiter ?




Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 727
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Dim 10 Juin - 7:02

Comment cette missive avait-elle bien pu se retrouver entre ses mains ? Car dès lors que la lettre fut ouverte, il s’avérait évident qu’elle ne s’adressait pas à lui. Cependant, il trompa un instant son ennui en la lisant tout de même. Alors que ses émeraudes suivaient le tracé appliqué de la jeune femme – c’est ainsi qu’il imaginait cette Amarante du moins – Narcisse s’était dit qu’elle finirait sans doute ensuite dans une petite pile qui un jour terminerait sa course dans un âtre. Et puis… une pensée. La pauvre ne recevrait jamais de réponse ! À en croire la date, cela faisait des mois déjà qu’elle devait attendre. Alors… une idée germa lecture durant. Et une fois achevée, il se munit de quoi répondre, sa plume affûtée noircissant peu à peu la page.


Ma très chère Amarante,

Vous êtes toute excusée pour la lenteur de votre réponse. L’année 1002 n’a après tout été de tout repos pour personne, aussi ne saurais-je vous en tenir rigueur, d’autant que je n’attendais pas particulièrement de vos nouvelles. Je crains également que votre missive se soit quelque peu égarée, mais par bonheur elle est finalement parvenue entre mes mains, le Destin soit loué ! J’espère en tout cas que vous vous remettez de la perte tragique de votre sœur. J’ai moi-même perdu mon frère, il y a quelques mois à peine et… ah… non, ce serait erroné de dire par là que je partage votre peine, mais quoi qu’il en soit, retenez que je suis de tout cœur avec vous !

Je me porte assez bien pour ma part. Oh, bien sûr, il y a des jours sans, mais après tout je suis en vie, dans un corps parfaitement fonctionnel. Je ne saurais dire « sain » pour autant, mais bien assez pour l’utilité que j’en ai. J’espère toutefois que ma plume, quant à elle, saura vous être agréable, à défaut de pouvoir entendre ma voix qui elle, je le sais, sait l’être assurément !

Que vous dire par contre du couronnement de mon empereur… Compte-tenu de la manière dont ce type de sauterie se terminent ces dernières années, j’ai évité de m’y présenter bien que j’y avais été convié. Mais peut-être entre temps en aurez-vous reçu les mêmes échos que moi ? Un empereur qui le même soir se fait couronner et trouve la mort, je présume que cela a déjà dû arriver, mais je dois bien reconnaître que je n’ai pas été assidu lorsque l’histoire d’Arven m’était contée aussi ne saurais-je le certifier. C’est tout du moins l’ordre dans lequel ces deux faits se sont produits qui marque toute l’originalité de la chose. Épatant non ? Mais je vous prie, même si mon récit n’en est tenu qu’au strict minimum, narrez-moi donc ce que j’ai manqué ! Je connais fort peu Lorgol, et il me plairait d’en apprendre plus au travers de votre plume !

Permettez en tout cas que je vous fasse un petit présent. Vous trouverez accompagnant ce pli un petit paquet, contenant quelques herbes que j’oserais appeler « médicinale ». Elles peuvent offrir le sommeil, et même momentanément l’oubli. Car parfois, le souvenir est plus douloureux. Ce peut-être salvateur pour certaines âmes, croyez-moi !

Quoi qu’il en soit, prenez soin de vous Amy – me permettez-vous de vous appeler Amy ? Oh, pour l’heure je vais juger que oui – et ne défiez pas trop la nuit. Ce qui nous attire peut tout aussi bien nous perdre, là aussi, je vous prierais de me faire confiance.

Rédigé, signé et scellé en Croquelune, au quatorzième de mai de l’an mil-trois.

Narcisse de Croquelune


Un petit sourire qui se peint sur son visage. Un peu de ceux provoqués par une bonne action, surtout si celle-ci demeure taquine. Saisit son poudrier pour répandre de ce mélange de sable et de cendre sur l’encre afin de la faire sécher, et d’en souffler l’excédent. La plie et verse de sa cire violette pour la sceller, avant d’y marquer de son scel le loup hurlant à la lune amputée, marque de sa maison. Pour la jeune femme, il espérait que cette fois, cette lettre ne se perde pas… curieux déjà de voir s’il y recevrait réponse ou si cette mystérieuse Amarante déciderait quant à elle de n’y donner suite. Qui vivre verra !

_________________



Dernière édition par Narcisse de Croquelune le Mer 13 Juin - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 172
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer ; Meldred de Séverac
Les Savants
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Dim 10 Juin - 16:20

Cette fois, la lettre semble arriver au bon destinataire. Un peu plus lourde que la première, elle semble en parfait état. Le ton en est volontairement amical : si son interlocuteur l'a été, elle a décidé d'en faire de même.


Lorgol, le 7 juin 1003

Cher Narcisse,

Je comprends maintenant le ton froid de la dernière lettre de mon ami, lorsqu’elle m’est parvenue en mai. Si son courrier a été intercepté et a malencontreusement fini chez vous, après bien des périples inconnus, tout s’explique. J’espère que cette missive, cette fois, trouvera son véritable destinataire, aussi inconnu de l’expéditeur soit-il.
Sachez que je vous soutiens dans l’épreuve de la perte de votre frère : l’absence d’une personne qui autrefois peuplait notre vie peut s’avérer perturbante.

Les rumeurs à propos du couronnement sont arrivées jusqu’ici et n’ont fait que se renforcer. Je ne sais que trop en penser, si ce n’est que cette histoire me fascine… Et l’empereur au centre de tout encore plus.
Lorgol est une femme capricieuse et secrète, dont les rues se parent de murmures et de couleurs dès que viennent les beaux jours. Les tours ibéennes se vident quelque peu : de ce que j’ai entendu, les mages de votre empire y affluent à nouveau, et certaines têtes nobles bénies d’Aura retournent sur cette partie du continent qui les a vu naître. Un échevin a été pris pour cible par la Chasse, il y a de cela trois nuits. Comme à chaque disparition, les rues autour de sa tour sont presque silencieuses et peu osent y passer. Ca viendra.
Je vous remercie grandement pour votre présent. J’en ferai l’usage approprié, si l’occasion se présente. Pour l’heure, j’ai encore assez à faire avec les souvenirs des autres pour éviter de me concentrer sur les miens. Mais qui sait de quoi demain sera fait ?

Je suis prudente, et vous fait confiance, mais quelquefois l’appel du soir est bien trop fort, et le sommeil bien trop fuyant. Il faudrait que vous la voyiez de nuit pour comprendre. En hiver, dans le froid glacial, les tours sont de glace et d’obscurité, disparates et pourtant une même unité. Mais avec le retour des chaleurs, alors Lorgol se remet à briller : elle est dangereuse et magnifique. Surtout en ce moment : dès que les lunes apparaissent, toutes les lueurs s’éteignent et elle semble s’endormir. Ne restent que le murmure des fontaines et le souffle des milliers d’âmes endormies au cœur de fragiles demeures. Alors les tours semblent se fondre, et ne plus former qu’un seul être. Je joins à cette lettre un des derniers dessins que j’ai pu réaliser, une nuit de mi-mars. Il ne rendra pas justice à l’endroit, mais je veux au moins tenter de vous faire comprendre mon attirance pour ce lieu… Et vous envoyer une toile est bien trop risqué : elle risquerait de se perdre. ( Non pas que le service postal perde les lettres, mais sait-on jamais…)
N’hésitez pas : Amy est un bien joli surnom, que je serai fière de porter.
Parlez-moi de chez vous : je n’ai jamais eu l’occasion de m’aventurer en Ibélène, et tant que la menace de la guerre flottera, je ne peux espérer m’y rendre. Je suppose que vous vous trouvez en Sombreciel, mais peut-être ai-je tort ?

Amarante « Amy » de Nacarat



Le dessin accompagnant la lettre est en parfait état, quoi que plié pour les besoins du transport. Réalisé à l'encre, il représente un quartier de Lorgol où l'agencement des tours effilées autour de la voie principale donnent presque à penser à une allée bordée d'arbres, escortant les passants vers un endroit secret.

_________________

Je veux le dessin, je veux la couleur et je veux la lumière. Ni toi ni moi n'appartiendrons jamais à aucune école. Pourquoi nous limiter ?




Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 727
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Jeu 14 Juin - 5:45


Ma chère Amy,

Il me semble qu’avant de traiter de quoi que ce soit d’autre, il m’est nécessaire de m’exprimer quant à votre dessin qu’il me ravit de découvrir. Vous me dites également qu’il aurait pu s’agir d’une toile ce dont je déduis que vous êtes peintre en réalité. De talent, je l’imagine là fort bien en la qualité de votre tracé, et je parle en connaissance de cause. J’ai ma vie durant grandi entouré d’artistes, en ma baronnie de Porte-Brume assez réputée pour en accueillir de nombreux. Si un jour vous êtes amenée à visiter Sombreciel – j’ose croire que les tensions finiront par s’apaiser pour que cela ne soit plus pour vous une inquiétude – sachez que vous y serez la bienvenue.

D’ailleurs, que diriez-vous de faire cadeau pour cadeau, invitation pour invitation ? Vous avez répondu à mon présent par un autre, aussi, peut-être que le jour où je me laisserai tenter par une visite des tours de Lorgol pourriez-vous être mon guide et mon hôtesse ? Je dois admettre que j’ai toujours été très intrigué par la capitale nordienne, et mes rares et trop courtes visites ne m’ont permis d’en voir autant que vous m’en narrez. La manière dont vous me vantez ses charmes me pousse plus encore à vouloir réellement la découvrir un jour !

Ainsi également, nous pourrions mettre un visage sur une plume, un nom. N’êtes-vous pas intriguée ? Nous ne pouvons au final pour l’heure qu’essayer de deviner, sur base de ce qui peut transparaître en nos écrits. D’ailleurs, que diriez-vous que nous nous adonnions à un petit exercice ? Je suppose que tout comme moi à présent, vous avez tenté d’estimer en quelque sorte à quoi je peux ressembler. Tout comme moi, vous êtes artiste – oh oui, je ne vous ai pas dit… mon art s’exprime plus par le marbre cependant, encore plus difficile à vous faire parvenir qu’une toile – aussi je gage que votre imagination s’en est rapidement donnée à cœur joie. Alors, essayons ! Livrons-nous nos estimations, et voyons si nous sommes près du coche !

Je vous imagine assez jeune, de par votre enthousiasme et votre côté rêveur face au romantisme des nuits lorgoises. Toutefois, votre tracé expérimenté ainsi que la qualité de votre plume vous empêche selon moi de l’être trop. Aussi, je vous attribuerais volontiers la petite vingtaine, vingt-cinq au grand maximum. De votre nom, je peux sans doute conclure que vous êtes Lagrane – je puis d’ailleurs vous concéder un indice en vous confirmant que je suis bien Cielsombrois. Je vous imagine alors volontiers une chevelure boisée, châtaine ou brune. Longs, et à la fois sages et libres d’attaches, tout comme vous donnez l’impression de l’être vous-même. Les sourcils quand à eux fournis, indisciplinés, s’élevant au-dessus d’yeux noisette. Je vous imagine fine et élégante également. Les artistes ne sauraient perdre trop de temps en digestion alors qu’ils ont tant à exprimer, n’est-ce pas ? Par contre, quand il s’agit de préserver bonne apparence, là… Alors, dites-moi… suis-je loin de la vérité Amy ?

Pour finir, je répondrais à votre dernière question. Porte-Brume est une baronnie modeste, frontalière de Valkyrion. Le climat y est frais, bien sûr, mais c’est une douceur qui vous garde éveillé, qui vous fait vous sentir vivant sans pour autant vous accabler. Elle doit son nom à une autre composante de ce climat, la citadelle anarchique baignant souvent dans ce voile diaphane qui donne à mon sens à l’endroit un côté magique et énigmatique, même lorsque l’on y a passé plus de la moitié de sa vie. Les couloirs de la citadelle le sont tout autant, je trouve. Une succession d’œuvres diverses, de fresques, de statues, d’artistes aux styles aussi différents que leur provenance. Je dois admettre que c’est la terre de mon cœur néanmoins, et qu’il n’y a que là que je me sente réellement chez moi. Je pense réellement que son charme saurait beaucoup vous plaire !

Le marquisat de Croquelune quant à lui se trouve en frontière de Lagrance. Il y fait nettement plus chaud, mais c’est un climat prompt à entretenir la réputation de ses vergers où la poire est reine. Une terre vaste, mais bien moins enchanteresse, même si l’on y trouve quelques lacs qui demeurent de petits ravissements. L’architecture de la forteresse toutefois, puisque vous aimez tant les tours, pourrait plaire à votre œil, où de nombreuses d’entre elles, accolées de manière désordonnées, semblent se faire la course pour savoir laquelle atteindra les cieux en première. Il m’arrive parfois de douter, et de n’être jamais sûr de celle sur laquelle je parierais. Mais tout comme pour Lorgol, aucun mot ni aucun dessin ne saurait rendre ce qu’il est de plus important d’un endroit : son âme, l’impression qui s’en dégage, et les souvenirs que l’on en a ! Car c’est sans doute tout cela plus qu’autre chose qui crée aussi bien une atmosphère, si l’on s’y sent bien ou non, n’est-ce pas ?

Portez-vous bien, Amy !

Au plaisir de vous lire à nouveau,


Narcisse de Croquelune

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 172
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer ; Meldred de Séverac
Les Savants
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Lun 18 Juin - 17:33


28 juin 1003

Cher Narcisse,

Ah, comme il me fait plaisir de savoir que ma lettre n’est pas tombée entre les mains d’un quelconque inconnu qui ne saurait rien des choses délicates de l’art ! Assurément, même si l’échange aurait été tout aussi plaisant, je ne sais pas, mon cœur s’emplit de joie devant cet heureux hasard. Imaginez-vous, peut-être ne nous serions-nous connus que par noms entendus à la volée si la première missive ne s’était pas égarée sur le chemin de Valkyrion ! Si jamais les tensions venaient à s’apaiser, et que votre empire, ou du moins votre duché, acceptait à nouveau que des personnes faës foulent son sol, je serai plus que ravie de venir vous rendre visite. De même, n’hésitez pas : si vos affaires vous portent sur Lorgol, informez-m’en. La tour de Nacarat vous sera toujours ouverte, et je me ferai un plaisir de vous faire découvrir la cité des peuples libres.

Serais-je si facile à discerner ? En vérité, mes cheveux ont tendance à tirer sur un roux sombre plus que sur une autre teinte, mais pour le reste, vous êtes bien proche de la réalité. Je n’ose vous donner plus de détails, de peur de briser pour vous la charmante image que vous semblez vous faire de moi. Je ne peux que vous indiquer quelques autres informations : qu’il arrive un peu trop que mes doigts se tâchent de peinture ; que mes cheveux en viennent à boucler bien rapidement si je n’y prends pas garde ; que je suis bien petite, comparée aux tours imposantes, et que, malgré mon nom, les terres de Lagrance où j’ai vu le jour ne provoquent pas en moi les mêmes émois que la vue de Lorgol. Nacarat est une baronnie bien singulière dans la manière qu’elle a d’être construite et de vouloir paraître plus qu’être.
A mon tour, voulez-vous ? Je vous dirai plus âgé. Pas encore de trop, avant vos trente ans, mais définitivement plus que le début de la vingtaine. Un juste milieu, ou une fin de décennie sans doute : sans parler de sagesse, il y a dans la manière dont vous écrivez des échos de leçons apprises des années passées – et si je me trompe sur votre âge, combien de tempêtes avez-vous du traverser pour en ressortir aussi instruit. Grand, également. Si votre prénom, définitivement, rappelle Lagrance, peut-être vos cheveux sont-ils plus clairs que ceux de vos compatriotes – sans être blonds ou roux, plus dans un sable sombre, ou châtain ? Mais pas cette couleur qui tire sur l’acajou, non : quelque chose terre d’ombre. Possiblement juste assez longs pour pouvoir les attacher convenablement, qu’ils ne tombent pas de manière désordonnée devant votre visage au pire moment. J’imaginerai de plus un regard perçant, définitivement coloré par la vie. Quelque chose qui ressort, vert ou bleu. Peut-être les deux, mêlés ? Les mains et le corps dans des formes marquées par la vie, mais bien présent : contrairement à certains, vous existez et portez sur vous la preuve Peut-être cherchez-vous à disparaître, mais en ce cas j’ai le regret de vous dire que vous me semblez encore bien réel dans ce que vos mots en viennent à dévoiler.
Je me doute bien que je ne peux être totalement juste, et que les mots sont bien trompeurs.

Je ne peux que vous approuver : ce sont les souvenirs qui font les lieux, autant que les présences des personnes qui les visitent avec nous. On ne peut manquer, il me semble, un lieu qui ne fait que nous rappeler des mauvaises choses. Néanmoins, la description que vous vous attachez à faire de vos terres est tout à fait charmante. Je ne saurai vous décrire, avec autant de beauté, l’endroit où j’ai entamé mon existence. Lorgol est et restera le seul endroit digne d’intérêt à vous décrire, à mes yeux.

D’autres vous conteront Nacarat mieux que moi, ne serait-ce que pour vous parler des curieux arrangements architecturaux qui fascinent les nouveaux venus.  Mais passons : il me faudrait beaucoup plus de papier pour pouvoir vous expliquer les obscurs idéaux de beauté des tenants du titre.

L’été vient, et avec lui les jours plus longs qui teintent le monde d’orangé. J’aime l’été. L’un des tableaux qui me tient le plus à cœur – sans doute le pire d’entre eux, j’étais si jeune – a été réalisé lors d’un été à Lorgol. Je ne sais ce qui m’a le plus inspiré, cette fois-là. Mais ici, les étés restent une saison des plus agréables – presque plus qu’en Lagrance, où, au cœur des terres il peut vite devenir étouffant.

En espérant que vous vous portez bien, et d’avoir de vos nouvelles,

Amy de Nacarat

_________________

Je veux le dessin, je veux la couleur et je veux la lumière. Ni toi ni moi n'appartiendrons jamais à aucune école. Pourquoi nous limiter ?




Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 727
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Jeu 28 Juin - 12:29


Ma chère Amy,

En effet, vos lettres me parviennent désormais parfaitement, et sachez qu’elles en font du chemin ! Déjà lors de votre précédente missive ainsi que pour celle-ci, non seulement elles ont fait le chemin jusqu’à mon domaine, mais me sont ensuite parvenues à Svaljärd, où je réalise depuis quelques temps la sculpture d’une demande particulière. Comme quoi, il semblerait qu’en fin de compte, l’on puisse faire confiance à la fiabilité des transports postaux ! Je pourrais vous dire également qu’il me fait plaisir qu’il vous fasse plaisir que je sois tout comme vous porté sur les choses de l’art, mais dès lors nous risquerions de tourner fortement en rond aussi… considérons qu’il nous fait plaisir, tout court, et sans autre considération, ainsi n’aurions-nous pas à nous renvoyer cette balle, voulez-vous ?

Quoi qu’il en soit, l’affaire est donc entendue, un jour nous nous rencontrerons. Chez vous ou chez moi, ce sera là au Destin d’en décider, mais je crains que le pauvre ait fort à faire ces derniers temps ! Prions-le qu’il ne nous fasse pas trop tarder à échanger des mots autrement que par les tracés sombres dont nous noircissons nos vélins.

Je ne pense pas que vous soyez « si simple à discerner ». Enfin, de votre caractère il se dégage certaines évidences assurément, mais quant à votre apparence je n’ai fait que m’amuser à quelques suppositions basées sur des impressions, et chanceux il s’avère donc que je suis tombé près du but. Une crinière de braises cuivrées donc ? Je dois bien admettre que cela je ne l’avais vu venir, même si poétiquement j’aurais pu suggérer que la flamme qui vous anime en déteint forcément sur votre chevelure, mais j’en aurais dès lors sans doute trop fait, non ? Oh, ne répondez pas, je connais fort bien la réponse ; si si, assurément ! Quoi qu’il en soit, je prends bonnes notes des détails que vous me saupoudrez et m’empresse donc à les ajouter à l’image que je tiens déjà de vous, la laisser peu à peu se peaufiner sous les coups répétés du ciseau de mon imagination.

Quant à moi, vous êtes assez proche également. Enfin, mis à part que je suis un vieillard sénile, mais ça… Hum… Oui, bon, je perds tout de suite en crédibilité, permettez que j’en revienne sur la bonne voie. Mes cheveux bruns sont plus longs que vous ne l’imaginez visiblement, mais je ne les attache que lorsque l’ennui ou les obligations me mènent à une cérémonie ou l’autre, manière de bien présenter. En vérité… ils ne me gênent pas, et j’aime assez qu’ils viennent parfois m’offrir comme un voile, un filtre, au travers duquel je suis plus libre de voir la réalité telle que je l’entends et non comme elle est réellement. Mes yeux verts quant à eux, s’ils tirent en effet sur le bleu, n’ont peut-être pas cet éclat dont vous vous faites idée. Parfois, je les trouve même plutôt éteint, mais là nous entrons dans un jugement personnel et c’en devient compliqué, car je suis sans doute à la fois la meilleure personne et la pire pour ce qui est de tirer mon propre verdict. Aussi, pour cela aussi bien que pour le reste, et tout comme Lorgol et Croquelune, il ne restera qu’à en juger de visu, un jour, car les mots toujours viennent à manquer, eux, contrairement aux impressions.

Enfin, je me perds là en tergiversations de nouveau, et il me semble que j’ai déjà bien trop donné dans la dissipation pour ce jour d’hui. De plus, mon employeuse risque de trouver cela suspect si elle venait à remarquer qu’en pleine journée je gratte du papier au lieu de frapper le marbre. Je retourne donc au travail, avec en tête une pensée pour cet été lorgois que vous me vantez – encore et toujours, vous l’aimez de tout votre cœur semble-t-il – et qui me changera un peu les idées de cette Valkyrion d’où je me sens si loin de chez moi.

Portez-vous bien Amy.


Narcisse

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 172
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer ; Meldred de Séverac
Les Savants
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Mer 1 Aoû - 22:29


20 juillet 1003
Mon cher Narcisse,

J’aurais voulu vous écrire plus tôt, mais vous savez ce que c’est : lorsque l’inspiration vient, il nous faut nous en saisir. Je vous écris, par ailleurs, en étant sur le retour d’un voyage en Cibella : je me doute que vous n’y avez sans doute peut-être jamais mis les pieds. C’est un duché en tous points charmant, et les dames que l’on peut y croiser font preuve d’une force d’esprit et d’un caractère digne – quoi qu’un peu trop fier à mon goût, si vous voulez mon avis. J’ai grandi à la frontière de ces terres, et elles m’ont toujours fascinées ; si j’osais, j’ajouterai même qu’elles m’attirent plus que celles de Lagrance. Ce qui est faux, mais l’attrait est plus différent.
Les paysages sont bien différents, les couleurs y sont plus chaudes et plus vives, mais quelle explosion maîtrisée ! C’est d’une beauté sans nom que le duché de la Magie sait se parer au coeur de l’été, et sans l’aide du moindre artifice. Oh, bien sûr, je pense que certains mages ont été employés, car rien ne semble laissé au hasard. Les plus talentueux, évidemment.
Pardonnez, je m’égare quelque peu. Comment vous portez-vous ? J’espère que les chaleurs qui nous poussent à la limite de l’indolence, ici, vous sont plus clémentes là où vous vous trouvez. De ce que j’ai pu en comprendre, ce n’est pas la chaleur qui doit vous incommoder le plus, mais peut-être mon ignorance du climat de ces terres lointaines joue-t-elle sur ce ressenti.

Avant que j’oublie, il me faut d’ailleurs vous conter l’horrible aventure qui m’est arrivée au début du mois. J’en tremble encore. Oui, Cibella est un bien beau duché, et l’endroit est des plus agréables… Mais comme dans tout endroit, il arrive que des choses incongrues et désagréables se passent. J’étais à l’extérieur, entrain de profiter de la beauté de la nature environnante, quand dans le ciel un grotesque oiseau s’est mis à se trémousser et à convulser au-dessus de moi ! Paniquée, et un peu mal à l’aise, j’ai changé d’endroit. Par trois fois, le même manège s’est répété, avant que ledit oiseau ne se décide à me foncer dessus.
Attention, lorsque je vous parle d’oiseau, je vous parle ici d’un oiseau de proie de bonne taille, pas d’un moineau égaré. Imaginez ma peur ! Suite à cela, j’ai eu le déplaisir de rencontrer son mage, car il s’agissait là d’un Familier.
Quelle personne saine d’esprit et fréquentable possèderait un tueur à plumes comme Familier ? Assurément, l’homme ne m’a pas mise en confiance. Et il a été, oh ! Si grossier ! Tout juste s’il ne tentait pas de poser la main sur moi.
Vraiment, j’en tremble encore. Surtout que l’histoire aurait pu être amusante, si elle n’était pas teintée de toute cette grossièreté et cette violence : son Familier ne souhaitait qu’un dessin de lui. (Je ne sais s’il faut être flattée de l’attention d’un oiseau pour ma peinture.)

Enfin. Je ne sais guère quand cette lettre vous parviendra : je rentrerai sur Lorgol sous peu, mais je serai sans doute amenée à me rendre à nouveau en Faërie dans quelques temps, pour des raisons que je ne peux encore évoquer. Comptez, en tout cas, sur mon assiduité à vous écrire : le monde est vaste et mérite d’être raconté.
Mais parlez-moi de vous, sur cette période qui a séparé nos lettres, de ce que vous voudrez bien me dire de votre vécu, passé lointain ou proche. Se découvrir dans les mots est toujours un exercice intéressant.
Prenez soin de vous,

Amy de Nacarat

_________________

Je veux le dessin, je veux la couleur et je veux la lumière. Ni toi ni moi n'appartiendrons jamais à aucune école. Pourquoi nous limiter ?




Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 727
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Jeu 9 Aoû - 6:20


Ma chère Amy,

Il me fait particulièrement plaisir de recevoir de vos nouvelles. Vous n’avez pas idée du bien que cela fait de recevoir la brise fraîche qu’est votre plume. Comme un pied ancré dans le réel, des cordes de normalité m’entravant pour me ramener à ce que la vie peut avoir de paisible. Aussi ne me présentez pas d’excuses quant aux errements de vos écrits. Je crois… oui, je crois que cela me fait du bien. Que ce soit les tours de Lorgol ou les paysages de Cibella, vous avez le don de mettre votre verve au service de ces endroits qui vous tiennent à cœur. Ce n’est pas par le détail, ou la prouesse de votre verbe, mais par l’âme que vous glissez en vos mots. Ce n’est pas tant ce que vos yeux ont pu voir que vous transmettez, mais ce que vous en avez ressenti. Vos sentiments, vos impressions… Peut-être à tort, je vous sens tracer ces mots habitée d’une certaine excitation juvénile, cette curiosité et ce plaisir que seule l’innocence peut procurer.

Même votre « horrible aventure » me paraîtrait habitée d’une certaine poésie, à la manière dont vous la narrez. Une poésie pittoresque, certes, mais une nouvelle fois la simplicité d’une péripétie qui se finit bien est pour moi une bouffée d’air. D’ailleurs… Heureusement qu’elle s’est bien terminée ! Avez-vous déjà pensé à vous faire accompagner d’un garde ? Il me semble que vos pinceaux et votre enthousiasme n’auraient pu faire grand-chose face à un mage et son familier s’il avait été malintentionné. Familier agressif, mage grossier… il ne semble pas qu’il en aurait fallu bien plus pour que cela finisse mal pour vous au final. À quoi cela sert qu’à chaque fin de missive je vous demande de prendre soin de vous si c’est pour que vous n’en teniez pas compte ?

Quant à savoir comment je me porte… Je ne sais pas exactement. Je sais… que j’ai besoin de changement. Voir autre chose, me changer les idées. Je ne sais si vous avez entendu parler de cela, mais lors des festivités données pour les épousailles de Melsant de Séverac, il s’est passé… un fait qui me semble encore bien difficile à reconnaître que j’en ai réellement été témoin. Pour faire simple, des morts qui marchent. Cela… beaucoup de gens vont sans doute en cauchemarder. Être profondément traumatisés de cette simple vision. Pour ma part, je ne sais… J’ai comme l’impression que j’en ai été qu’un spectateur extérieur. Ce que j’en ai ressenti… c’est cela qui me perturbe. Ah, laissez… je ne sais pourquoi j’essaie de m’ouvrir soudainement. Autant refermer la porte et vous éviter d’avoir à subir les états d’âmes d’un maudit.

Quoi qu’il en soit, n’hésitez jamais à m’écrire Amy. C’est sans doute égoïste de ma part de vous demander de me donner de vos nouvelles alors qu’au final je ne m’ouvre que peu. À vous donc d’estimer si cet échange vous est assez juste ou non.

J’attendrai tout de même de vos nouvelles, en espérant qu’elles demeurent toujours aussi bonnes !


Narcisse

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 172
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer ; Meldred de Séverac
Les Savants
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Mar 14 Aoû - 23:57


Port-Liberté, 25 août

Cher Narcisse

Après Cibella, c’est depuis Port-Liberté que je vous écris ! Là encore, je ne sais combien de temps cette lettre mettra pour vous parvenir. Là encore, le duché est magnifique. Libre, et, je dois vous avouer que venant de l’intérieur des terres, je n’avais jamais vraiment pris conscience de l’attrait presque addictif de la vue de l’océan.
Après avoir livré ma commande dans le duché de la Magie, figure-vous que j’ai directement pris un portail pour Ansemer. Je me doute que les nouvelles du monde faë parviennent jusqu’à vos oreilles, mais je n’arrive toujours pas à y croire : j’ai assisté au procès de l’ancienne duchesse. Cette histoire, qui a du se savoir dans tout Arven, m’avait déjà émue quelque peu quand j’en ai entendu parler à son éclatement ; mais ce n’est que récemment, qu’en assistant à ce procès, que j’ai pu prendre conscience de la vérité de l’histoire et de la condamnation derrière.
Pensez-vous qu’aimer puisse être répréhensible, mon ami ? Pensez-vous qu’une personne puisse en aimer une autre et être châtiée pour cela ? Ce sont des pensées bien sombres, je vous l’accorde. Mais elles ne me quittent pas. Peut-être parce qu’elles sont de celles qui me furent inculquées plus jeunes, et contre lesquelles je me bats.
Je voudrais croire que non. Mais tout, depuis le vingt-deux, me pousse à croire que certaines amours sont interdites.

Concernant ma mésaventure, j’ai la chance d’avoir pour amie la maîtresse des terres sur lesquelles je me trouvais. Je n’ai guère eu le temps de m’enquérir de ce qu’il était advenu du mage, mais je pense qu’il ne croisera plus ma route. Quant à me faire escorter… Je ne sais pas. La présence d’un mastodonte en armes à mes côtés m’oppresserait sans doute tout autant !

Des morts, me dites-vous ? Des morts en marche ? Je croyais, pourtant, que vos morts terminaient brûlés. Comment cela est-il possible ? Savez-vous si une quelconque magie aurait pu mystérieusement s’en mêler ? Même si les terres d’où vous venez ne sont pas forcément coutumières des démonstrations de pouvoir, l’hypothèse me paraît bien plus probable que l’utilisation d’un Savoir. Cette nouvelle me plonge dans une grande perplexité, voyez-vous. Un peu de peur, aussi : Sithis laisserait-il donc des âmes s’échapper ? Je ne sais qu’en penser.
Si vous avez le besoin de vous confier, l’envie, je vous en prie : faites. Je ne jugerai pas votre plume ou votre âme, même si vous n’écrivez que des faussetés et autres lagraneries. Cela peut être bénéfique…
Ou juste amusant.

Vous me pardonnerez d’être légèrement plus brève, cette fois, mais les journées sont longues, remplies de beauté et de surprise. Prenez soin de vous, et tenez-vous à l’écart des morts : s’ils le sont, qu’ils le restent. Personne ne devrait avoir à revivre son deuil une seconde fois.

Amy de Nacarat

_________________

Je veux le dessin, je veux la couleur et je veux la lumière. Ni toi ni moi n'appartiendrons jamais à aucune école. Pourquoi nous limiter ?




Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 727
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   Mer 3 Oct - 15:50


Chère Amy,

Une fois de plus, vous me voyez heureux d’avoir de vos nouvelles. Je vous prie donc tout d’abord de ne pas me tenir rigueur pour mon temps de réponse, revenant d’un séjour à la cour d’Ibelin. Long voyage pour peu d’histoire j’en ai peur, mais peut-être y reviendrai-je plus tard.

Je vous envie, je vous l’avoue. Vous voyagez librement, de duchés en duchés, découvrez le monde avec simplicité, profitez des beautés qu’il a à vous offrir… De plus, il est vrai que l’océan est tentant, le vent frais iodé en provenant. Bien que je ne me sois jamais senti le pied marin, voilà sans doute une vue qui doit avoir le mérite de vider l’esprit autant qu’il emplit le regard. Sans doute un brin de romantisme également, que contre-balance ce procès que vous m’évoquez.

En effet, les rumeurs d’une telle affaire ont pu parvenir jusqu’ici, bien que je ne dispose pas des détails. Aussi mon avis ne saurait sans doute être qu’incomplet, mais puisque vous me le demandez… Je n’imagine pas le couple autrement que par l’amour, mais en la noblesse il n’est pas rare que les alliances soient plus contrats que sentiments. C’est un fait qui a de quoi attrister, j’en ai conscience, et j’estime en effet que l’amour ne devrait mener devant aucune cour, ne devrait laisser place à aucun jugement, mais tristement notre monde est bâti autrement. Certains n’y voient pas le cœur et les sentiments, mais plus les manquements à un accord encré sur le papier… Enfin, j’espère néanmoins que depuis vous avez pu écouler ces sombres pensées et les échanger pour d’autres, plus légères et joyeuses. Vous portez-vous bien, Amy ?

Pour ce qui est des morts, ils n’étaient pas les nôtres. En effet, nous rendons hommage à nos défunts en les libérant de leur dépouille mortelle, ce que nos voisins ne comprennent que peu, préférant les enrubanner. Ce sont donc aux momies en cortège que nous avons malheureusement été confrontés. Quant aux raisons et explications… À ma connaissance, et bien que je ne sois pas du tout un expert, une seule source peut animer l’inanimé : le Sang. Je n’en sais plus malheureusement, aussi ne pourrais-je vous en faire un cours, mais je dois bien vous admettre que dernièrement, moins j’y pense et mieux je me porte. Cela m’a en effet rappelé un fait s’étant produit il y a quelques années, où les âmes des miens s’étaient présentés à moi… Et vous avez bien raison, personne ne devrait avoir à être confronté par deux fois au même deuil, même si… enfin… soit, je ne souhaite pas vous embêter de vieux souvenirs.

Au plaisir de vous lire à nouveau un jour prochain, si les dieux le veulent,

Narcisse

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Correspondance involontaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Correspondance involontaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bousculade involontaire ? (pv Zeno)
» [Ajilah] Intrusion involontaire. [TERMINE]
» Un jeune de la communauté accusé d'homicide involontaire
» Peeves, entremetteur involontaire ? [Aed] [FINI]
» OOPS ! Terra Mystica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: A l'aventure ! :: Parchemins et dossiers :: Correspondances-
Sauter vers: