AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Édouard de Mascaret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1869
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Édouard de Mascaret   Jeu 9 Aoû - 4:55



Atayra présente

Édouard
de Mascaret

Liam Neeson

  • Persévérant
  • Travailleur
  • Responsable
  • Appliqué
  • Perspicace
  • Impatient
  • Austère
  • Calculateur
  • Rancunier
  • Avare



©️️ Atayra




©️️ Atayra
Âge :
Date et lieu de naissance : 25 janvier 941, baronnie de Mascaret (62 ans)
Statut/profession : Noble, baron de Mascaret
Allégeance : Bartholomé d’Ansemer



La maison familiale dans laquelle est née Édouard se trouve à l’embouchure du fleuve sur laquelle s’étale la baronnie que possède la famille depuis d’innombrables générations. Premier né, il a vite montré un intérêt naturel pour la mer et pour le peuple de Messaion qu’il a appris à connaître en fréquentant les quais des navires qui s’arrêtaient au domaine. Si son père avait trouvé plaisir à voyager sur les mers, il s’était depuis assagi au profit de la gestion de la barronie. Cela ne l’empêchait pas parfois de parcourir les quais avec son fils aux talons pour discuter avec les capitaines qui faisaient escale dans ses eaux. Édouard a de ces moments de vifs souvenirs particulièrement agréables.

Des années en mer de son père, il ne se souvenait guère à cause de son âge à l’époque, mais il n’en avait pas besoin pour savoir qu’il s’y retrouverait à son tour. Il apprenait déjà, tout jeune, quelques rudiments au cours de ses visites – le langage des marins entre autres, au grand désarroi de sa mère, quelques nœuds simples et bien sûr toute la terminologie nécessaire à un marin. Un apprentissage qui le passionnait davantage que ses leçons avec les précepteurs que son père lui imposait et qu’il suivait avec diligence même si les sujets l’ennuyaient. En tant qu’ainé, il n’avait guère le choix. C’est lui qui, un jour, reprendrait le flambeau de la gestion du domaine.

Il grandit donc comme la plupart des ansemariens : avec la mer dans le cœur autant que dans le corps. C’est sans grande surprise qu’il s’est retrouvé sur un navire dès qu’il eut l’âge d’être mousse et que son père consenti et l’y laisser partir. Rempli d’énergie et d’un profond désir de faire ses preuves, Édouard parvint à se faire un solide nom en mer. Les années et l’expérience aidant, il gagna le respect de l’équipage à la tête duquel il finit par être nommé capitaine. C’était un navire de son père, mais on s’entendait souvent à dire qu’il méritait la place pour davantage que son sang.

On eut pu le qualifier de difficile en matière de femmes. Il affirmait parfois d’un ton léger qu’il cherchait la femme parfaite et ne se contenterait pas de moins. Beauté, raffinement, santé. Il mit du temps à trouver l’élue de son cœur. La demoiselle avait finalement été choisie avec soin entre ses voyages en mer, et les épousailles avaient été célébrées alors qu’Édouard avait déjà franchi la trentaine. Finalement marié, il sentait le poids de la « tradition » des de Mascarets sur ses épaules. Un fils. Il lui fallait un fils. Et tant lui que son père se réjouirent à la première grossesse de sa femme quelques mois plus tard.

Le père d’Édouard ne connut jamais l’enfant, cependant, s’éteignant au cours des premiers mois de la grossesse. Se retrouvant soudain baron avec un petit à venir, Édouard prit la difficile décision de se retirer de la vie marine pour se concentrer sur ses nouveaux devoirs.

Les espoirs étaient grands pour ce petit être. Ce serait un garçon, assurément, comme la plupart des enfants de leur famille. Un garçon en santé qui parcourrait les mers pendant autant d’années que le voudra le Destin avant de le forcer à la retraite à son tour. Si seulement Édouard avait su que, dans ce ventre qui s’arrondissait, se trouvait une fille. Il cacha mal sa déception à la naissance et ses sentiments teintèrent sa relation avec Éléonore – c’est ainsi qu’ils décidèrent de l’appeler – dès le tout début de sa vie.

Les années s’écoulèrent ensuite, et il désirait plus que tout que sa femme donne naissance à un garçon. Cette pression fut peut-être – on ne le saura jamais – la cause des nombreuses fausses couches dont fut victime la baronne. Ou peut-être n’était-elle simplement pas aussi en santé qu’il l’avait cru en la choisissant comme épouse. Quoi qu’il en soit, elle peina à porter un enfant à terme une seconde fois, et peina encore davantage devant la déception d’Édouard à qui on présenta une seconde fille.

La mer lui manquait, mais il n’avait guère le temps de s’y adonner à présent. La gestion du domaine lui était venue naturellement, mais son mariage était tendu et sa vie familiale encore davantage. Ce n’était pas une période agréable pour les habitants du manoir dans lequel il était né, dans lequel il avait vécu et vivait encore.

Oh qu’il aurait aimé pouvoir se réfugier en mer à cette époque ! Oublier pour quelques temps les deux filles dont la vision lui rappelait son échec, songeait-il. Sans compter l’état misérable de sa femme dont la santé se détériorait à chaque fausse couche. Puis vint cette autre grossesse. Les premiers trois mois s’étaient écoulés. Puis les trois suivants, et pour la troisième fois l’enfant était resté accroché suffisamment longtemps pour pouvoir naître vivant. Qu’il fût nerveux, Édouard, quand la naissance s’est faite imminente ! Et l’enfant est né ! Un garçon ! Son cœur battait de joie… une joie éphémère, vite brisée par une vie envolée trop vite, disparue, engloutie par la mer avant même d’avoir pu vivre sa première marée haute.

Tout se brisa en lui ce jour-là. Il veilla à peine sa femme dont l’état inquiétait pourtant les médecins. Il ne se présenta que lorsqu’on lui annonça qu’elle ne survivrait pas. Alors il vint lui parler, un peu, lui dire qu’il ne lui en voulait pas. Lui mentir pour lui permettre de partir en paix. Même s’il se sentait responsable un peu, lui aussi, il ne pouvait s’empêcher de repousser la faute vers elle. Elle avait certainement dû faire quelque chose qui a déplu aux dieux. Pourtant sinon le punirait-on ainsi ?

Veuf, il choisit de se concentrer sur l’éducation de ses deux filles et la gestion du domaine plutôt que de chercher à se remarier. Il prit Éléonore sous son aile et tâcha de réparer la distance qu’il avait imposée entre eux depuis longtemps afin de la préparer à l’inévitable : un jour, ce serait elle qui serait à la gouverne de la baronnie familiale. Ce serait à elle de veiller sur ces terres transmises de génération en génération.

Depuis que ses filles sont adultes, Éléonore surtout, il insiste pour trouver un bon parti pour les marier. Cela s’avère difficile, car il semblerait que les goûts d’Éléonore et les siens ne concordent pas toujours. Quoi qu’il en soit, malgré son âge avancé, il continue à veiller sur la baronnie et ne perds pas espoir d’arriver à trouver un parti qui convienne à son aîné. Peut-être pourrait-il voir naitre un futur héritier ?

Les derniers événements ont été difficile pour lui. La vieillesse n’aide en rien lorsque la guerre rage et que l’inquiétude vous serre le cœur. D’autant plus qu’il voit la famille ducale se déchirer comme il n’aurait jamais cru possible. Il prouve, ces derniers temps, être un fidèle partisan du duc Bartholomé d’Ansemer qu’il soutient à distance au nom d’une vieille amitié avec le père du duc.




Après l'expiration de mon délai : Je vous autorise à réutiliser ce personnage.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 15107
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Édouard de Mascaret   Dim 12 Aoû - 22:35


Faërie • Noblesse

Bienvenue !

Édouard de Mascaret




Tu peux dès à présent utiliser ton éphémère !

Il sera valable jusqu'à la fin du chapitre 3.5 La Joueuse de Flûte.
Tu peux aller tirer une carte commune de validation !
Ci-dessous, ton formulaire de RP pré-codé.  

Bon jeu à toi en Arven, avec le papa d'Éléonore. :siwi:
Puisse le Destin te guider par la main sur ses tortueux chemins...  



Faërie • Noblesse



Édouard

de Mascaret



3.5 La Joueuse de Flûte

Présentation



RP ICI !


Code:
<div class="PV_background"><blockquote><center><table><tr><td> <div class="ephe_avat"><img src="http://i67.tinypic.com/14uxlkj.jpg"><div class="ephe_rang"><img src="http://dl.arvenmore.org/design/rang/Noblesse.png" ></div></div></td><td width="200px"><center><div class="PV_soustitre">Faërie • Noblesse</div> <br/><br/>
<div class="PV_prenom">Édouard</div>
<div class="PV_nom">de Mascaret</div><br/><br/>
<div class="PV_soustitre">3.5 La Joueuse de Flûte</div>
<a href="http://arven.forumactif.org/t4052-edouard-de-mascaret">Présentation</a></center></td></tr></table><br/><br/><div class="PV_sep"></div></center>
RP ICI ! </blockquote></div>

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Édouard de Mascaret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des hommages pour Marc-Édouard Vlasic à Québec vendredi
» Programme de Jacques Édouard Alexis
» édouard † for you alone i will be weak.
» Mascaret (Voile de Mascaret, Clan des Neuf Voiles)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: A l'aventure ! :: Nos héros :: Capitales :: Les éphémères-
Sauter vers: