AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
Voir le deal
102 €

Partagez
 

 Au travers la cacophonie des préparatifs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMar 13 Mar - 21:09


   
Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Césaire Chesnenoir & Maximilien de Séverac

   
Au travers la cacophonie des préparatifs.

   
Quelques questions d'un comte pour un majordome.

   



• Date : 04 février 1003
• Météo (optionnel) : Le froid de février.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : À quelques jours du mariage de Castiel et Alméïde, le Comte de Séverac fait venir Césaire à ses appartements du palais afin de le questionner.
• Recensement :
   
Code:
• [b]04 février 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3505-au-travers-la-cacophonie-des-preparatifs#129891]Au travers la cacophonie des préparatifs.[/url] - [i]Césaire Chesnenoir & Maximilien de Séverac[/i]
À quelques jours du mariage de Castiel et Alméïde, le Comte de Séverac fait venir Césaire à ses appartements du palais afin de le questionner.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMar 13 Mar - 21:17


Il y a une agitation qui ne lui semble pas Inconnue qui règne au palais. Du haut de ses soixante-sept années, Césaire a vu passé quelques de ces grands événements ponctués de fêtes démesurées. Des couronnements, des naissances, mais rien n'équivaut la légèreté qui semble s'emparer des gens pour des épousailles. L'amour qui est synonyme de promesses fait oublier les tracas qui grondent tout autour. Mais la domesticité du palais peine à tout faire. Et les demandes de Castiel pleuvent. Entre les tartes sucrées qui semblent être en constante cuisson dans les fourneaux des cuisines, les livraisons d'alcool qui s'enchainent tout au long des journées, les musiciens qui répètent leurs airs qui résonnent dans les longs couloirs de pierres, il y aussi le palais entier à faire étinceler.

Quand on vient le chercher, le majordome s'attend simplement à ce que la requête vienne du duc ; il ne se serait pas étonné un instant que Castiel décide tout changer à quelques jours à peine des festivités, ou bien qu'il double les invitations, ce qui aurait nécessité une revue complète du menu offert. Mais quand on lui dit que la demande vient plutôt du Comte de Séverac, il est surpris un moment. Il sait le comte actuellement en résidence à ses appartements du palais, chose totalement normale vu le mariage imminent de son duc, dont il est à la fois premier conseillé ducal et la figure paternelle. La requête n'est pas totalement inhabituelle, surtout en ce moment qu'il y a tant à faire, pourtant Césaire n'a pas eu grand nombre de telles rencontres avec le comte, alors il se demande.
Il se demande parce qu’il se sait avoir été le témoin silencieux de ces rencontres et ces secrets entre Castiel et Alméïde, et si aujourd’hui tout semble se conclure en ce joli conte de fées – le duc ayant sa duchesse et son héritière en Madeleine et Odette, et la princesse d’Erebor croquant son titre pour celui de seconde épouse – le chemin en aura été un long et ardu qui assurément éprouva le comte. Mais Sombreciel et Erebor auront toujours été à couteaux tirés, et dans un monde qui tranquillement se déchire, cette union pourrait-elle créer des liens, des alliances, ou bien la haine entre les deux ducs est-elle trop forte?

Pas un instant Césaire ne soupçonne Maximilien d’avoir découvert la double vie qu’il mène de loin, de par les informations qu’il envoie ici et là à la Cour. Il y est certes moins présent que dans ses jeunes jours, et on pourrait croire que son rôle de majordome tranquillement prend le dessus ; peut-être est-ce le cas. Il s’y plait, dans cet univers, dans ce palais, et ce malgré le caractère imprévisible de Castiel. Il se croit aussi trop vieux pour une nouvelle fois changer d’identité et d’univers ; attaché à ses souvenirs qu’il s’est inventés, appréciant ce confort qu’on lui offre et sur lequel il s’y voit mourir. Mais la Cour est toujours là, en lui, et l’espion qu’il est se rend encore à Lorgol pour les assemblées et continue d’envoyer sporadiquement ces missives bourrées des informations qu’il aura pu recueillir. Césaire sait que la fille du comte porte le masque des Voleurs, comme elle sait très bien qu’il porte celui des Espions. Mais aucun ne dira rien, tel est le serment des enfants des Miracles.
Mais s’il n’a rien à craindre sur ce sujet, alors en quoi constituera cet entretien?

Quand il arrive devant le bureau du comte, il frappe doucement quelques coups. Il attend qu’on lui dise d’entrer pour tourner la poignée et faire un pas à l’intérieur de la pièce, prenant bien soin de s’incliner en toute première chose. « Votre Grâce. Vous m’avez fait demander ? »
Est-ce que c’est l’âge du comte qui lui inspire plus grande confiance, plus grand respect ? Le fait qu’il ait pris la régence du duché de longues années avant de le laisser à Castiel, et qu’il ait dirigé ce dernier avec une grande habilité? Ou qu’il soit tant habitué à ce duc si instable que faire face à un noble plus posé, réfléchi, commande automatiquement une plus grande déférence ?




dialogue en #003366






Au travers la cacophonie des préparatifs. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptySam 24 Mar - 10:00

Une atmosphère de fête et de légèreté flotte dans le palais ducal, et dans chaque couloir se trouve un serviteur affairé. Leduc Castiel a toujours été extravagant, et pour que ce mariage soit parfait, il y met tout son cœur. Maximilien a trouvé un refuge provisoire dans ses appartements pour travailler un peu avant que son attention ne soit entièrement requise. Il ne célèbrera pas le mariage pourtant et si au début il est resté songeur, il comprend la nécessité d'ancrer encore davantage tout ceci dans les règles. Des règles que Castiel a déjà bien trop modifiées à son goût. Ce sera un petit mariage – si tant est qu'un mariage ducal puisse être qualifié ainsi – et c'est peut-être pour le mieux.

Castiel marié. A Alméïde. Ce mariage revient de loin, de si loin ! Le comte est ravi pour les mariés, ou du moins c'est ce qu'il s'évertue à dire, mais il n'oublie pas sa méfiance première pour la jeune épouse. Il le sait, il ne l'apprécie peut-être pas à sa juste valeur, mais Maximilien est conseiller ducal depuis assez longtemps maintenant pour savoir que parfois, son opinion ne compte absolument pas. Le comte se méfie d'Alméïde, à tort ou à raison, il l'ignore. Elle est la soeur d'Anthim, elle est la cause de ce mariage précipité avec Madeleine, elle est la source de nombreuses concessions que la couronne cielsombroise n'aurait jamais eu à faire.

Castiel est heureux pourtant, et c'est exactement pour ça que Maximilien n'a confié ses doutes à personne. Ismalia sait – évidemment, elle est sa femme – mais cela fait partie des choses qu'il ne faut mieux pas évoquer. L'opinion du comte n'a de toute façon pas la moindre valeur : Castiel a beau l'aimer comme un fils, il est adulte et prend ses propres décisions, à l'instar de tous ses autres enfants.

Quelques coups qui résonnent à la porte le sortent de ses pensées, et il invite son visiteur à entrer. Il a fait mander Césaire, et nul doute que le vieux majordome n'allait pas refuser de se rendre auprès de lui. L'homme est affable et s'incline devant lui tandis que Maximilien reste silencieux. C'est son rôle de s'inquièter de ce qui pourrait tourner mal pour la couronne cielsombroise, mais Castiel a confiance en Césaire, et Maximilien ressent la même chose. L'homme a veillé sur le duc bien plus qu'il n'aurait pu le faire lui-même, alors chargé d'administrer le duché. Césaire est devenu une figure incontournable du palais, qui a su se rendre indispensable malgré le caractère fantasque et volatile du duc. Le plus vieux des serviteurs, le plus fiable aussi, sans doute. Sans doute, parce que Maximilien sait très bien que la cour cielsombroise est surement pleine d'espions. N'achète-t-il pas, lui-même, des informations sur les autres Cours ? Le comte n'est pas stupide, mais il n'a jamais directement soupçonné un double-jeu chez le majordome.

"Oui. Asseyez-vous, je vous en prie." Signe indubitable que l'entretien est important. La différence de rang social est peut-être importante, mais Maximilien sait comment traiter avec des gens de moins bonne naissance, et cela ne l'empêche pas d'être affable. Et puis, l'homme n'est plus tout jeune. Comme lui-même. Et c'est exactement pour ça que Maximilien choisit d'être direct : ni lui ni l'homme en face de lui n'ont réellement le temps pour les circonvolutions. "Je ne vous retiendrais pas longtemps. J'ai déjà interrogé les serviteurs, mais je souhaitais avoir votre opinion, à quelques jours de la cérémonie. Que pensez-vous de ce mariage ?"

Question piège que Maximilien assume tout à fait. Il sait que l'homme est de la vieille école, surement bien peu imprégné des traditions de Sombreciel. Deux épouses, dont l'une provient d'un duché particulièrement conservateur et l'autre d'un duché qui, dans l'esprit de beaucoup de cielsombrois, se défini comme l'ennemi ? Il a confiance en Césaire, mais Maximilien a besoin d'avoir son opinion. Sa vision des choses, celle du peuple, celle des gens moins fortunés. Celle de l'homme qui, après tout, est présent chaque heure aux côtés de Castiel. L'homme est intelligent, et son avis sera surement intéressant.




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMar 27 Mar - 15:40


Ce qu’il pensait de ce mariage?

Qu’il plaignait un peu Madeleine, duchesse et véritable épouse du duc en soit, mais certainement seconde en son cœur.  Que la princesse erebienne n’était réellement que bâtarde aux yeux de tout ibélen, et que seuls les principaux intéressés semblaient lui reconnaitre ce titre attribué par l’amour d’un frère. Et qu’une bâtarde épouse un duc ne pouvait bien être chose acceptable qu’ici, en Sombreciel, où les mariages en fait ne voulaient pas dire grand-chose tellement ils étaient portés à se multiplier. Ah, Erebor et Sombreciel, ces ennemis qui pourtant se ressemblent tant dans leurs mœurs, entre harem et polygamie.

Il avait pris place assise quand Maximilien le pria de le faire. Il se doutait alors que le conseiller cherchait à en savoir plus que les simples paroles de fidèle servitude qu’avaient dû lui répondre tous les serviteurs interrogés. Ils savaient tous, ces derniers, qu’une parole mal placée portée aux oreilles de Castiel pouvait leur coûter sinon la vie sinon un membre mutilé. Lui auraient-ils vraiment révélé, à ce conseiller si proche du duc, que le peuple était divisé? Qu’entre les murs clos des maisonnées certains craignaient l’emprise amoureuse que l’erebienne semblait posséder sur le cielsombrois. Il avait consenti bien des choses pour elle, la sœur adorée d’Anthim, et peut-être le roi des sables pourrait y trouver moyen d’y gagner main mise.

« Ce que j’en pense n’a guère d’importance Votre Grâce. J’ai prêté serment de loyauté à Sa Grâce Castiel de Sombreflamme et le servirai peu importe ses liaisons, ainsi que toutes celles qu’il épousera. »
Il ne savait que fort bien que ce n’était là pas ce que le comte voulait entendre. Pourtant il se devait de le dire, par devoir et déférence. Et il tenait ce rôle depuis tant d’années que les mots venaient seuls, demi-mensonges qui avaient la consonance d’une vérité inébranlable. « Mais si j’ose me permettre… » Une petite pause. Que pouvait-il vraiment lui dire après tout? Mais surtout, que voulais entendre son interlocuteur? « La princesse est douce et mesurée, et j’ai espoir qu’elle puisse mettre un baume sur les tourments qui ravagent le duc. » Dur aurait été de ne pas avoir eu vent de l’agitation si différente de celle actuelle qui avait secoué le palais ces derniers mois. Le retour de Castiel de Lorgol fin novembre avait plongé le palais dans une charmante atmosphère, si on pouvait en dire ainsi. La fin de la Rose, la Chasse libérée, la mort de l’empereur, rien pour rassurer quiconque, mais le duc, surtout, semblait s’être retrouvé plongé dans les abîmes sombres de sa personnalité.

« Le peuple est disposé à l’aimer, mais elle devra se dévouer à Sombreciel, aux cielsombrois. Elle porte l’ombre d’Erebor, du duc son frère, sur chacun de ses traits. » Il n’avait pas besoin d’en dire plus pour faire comprendre ce qu’il sous-entendait. Et pourtant, il osait croire qu’elle n’était pas parée de viles intentions, cette douce jeune femme dont il avait tranquillement appris à apprécier la présence entre les murs du palais lors de ses visites précédentes. Mais était-il biaisé? Il avait partagé à son tour les pensées de Simon, et il n’imaginait pas l’esprit de la Tour Noire choisir un écrin aux obscures desseins.  


dialogue en #003366






Au travers la cacophonie des préparatifs. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMer 4 Avr - 23:20

L'entretien commence comme il s'y attendait, avec un Césaire parfaitement conscient des paroles attendues en public. Sa loyauté va à Castiel, peu importe si les mariages que le duc pourrait concocter. L'homme n'est pas un imbécile, et de toute façon il n'aurait pas pu rester très longtemps à son poste si tel avait été le cas. Le duc n'est pas connu pour être tendre lorsqu'on s'oppose à lui, et ces dernières semaines ont été plus rudes que jamais. Il n'en fait pas mention Maximilien, mais il sait que Césaire a constaté la même chose que lui.

L'homme finit par reprendre, glissant quelques compliments envers la future épouse du duc. Maximilien retient un soupir. Oui, si Alméïde était moins calme, moins douce et moins effacée, sans doute serait-il possible à Maximilien de faire son possible pour que ce mariage ne se fasse pas. Si elle menaçait directement Castiel… mais ce n'est pas le cas. Maximilien se méfie d'elle mais au fond, c'est plus par habitude que par réelle suspicion. La princesse des sables menace la stabilité de Sombreciel, mais elle possède sans nul doute les compétences nécessaires pour apporter un certain équilibre à Castiel. Elle et Madeleine se complètent, et le premier conseiller à peine à l'avouer, mais Alméïde semble être celle qu'il fallait à Sombreciel.

Il serait parfaitement hypocrite de sa part de la fustiger parce qu'elle est érebienne, lui-même en ayant épousé une. Cielsombrois et érebiens se complètent bien plus qu'aucun d'entre eux ne saurait l'admettre en vérité. "Espérons-le" approuve Maximilien, sans réellement s'impliquer. A nouveau, il serait faux de dire qu'il n'apprécie pas la jeune femme, mais c'est son travail que de s'assurer que Castiel de Sombreflamme soit en mesure de gouverner son duché, et Alméïde d'Erebor est une variable qu'il ne connait pas assez.

Les paroles suivantes du majordome laissent place à un silence méditatif. Evidemment, chacun se méfie de la jeune femme, lui en premier lieu. Qu'est-ce qu'Erebor pourrait bien tirer de la jeune femme, il n'ose l'imaginer. Castiel est bien naïf de lui faire confiance à cet égard : Alméïde a été toute dévouée à son frère jusqu'à présent, après tout. Même assez pour respecter un an de fiançailles, alors qu'il faudrait être aveugle pour ne pas constater l'amour qu'elle porte à Castiel. Mais aimer quelqu'un n'empêche pas de le blesser, et les déconvenues de Mélusine et du duc de Lagrance en sont un bien triste exemple.

"Elle a à coeur de bien faire." Avance le comte, parfaitement conscient que Césaire le sait. Alméïde travaille sans relâche pour être à la hauteur de sa tâche, ce n'est pas un secret. "Et la duchesse Madeleine lui a déjà affirmé son soutien." Et c'est une chance inestimable, que les deux épouses de Castiel parviennent à s'entendre. "Sans oublier qu'en tant qu'ancien écrin de la Rose Ecarlate, elle attire déjà la sympathie de bien des gens." Nouvelle variable qu'il ne peut pas déchiffrer correctement, d'ailleurs.

Se levant, Maximilien se saisit de deux verres et d'un flacon contenant un vin rouge et capiteux avant de venir se rasseoir, servant lui-même le majordome. Signe indubitable que la conversation est privée et que Maximilien désire qu'elle se fasse d'égal à égal. "Vous êtes né en Cibella, si je ne me trompe pas ?" Avance le comte en faisant tourner le liquide dans son propre verre. Il s'est renseigné sur l'homme, évidemment, mais n'a pas trouvé grand-chose. Que Césaire ne le prenne pas personnellement : Maximilien met un point d'honneur à connaître tout ceux qui approchent son fils de près. "Tout cela doit vous sembler tellement étrange parfois." Suggère pensivement le comte de Séverac. "Que savez-vous de la querelle entre les Erebiens et les Cielsombrois ?" Demande-t-il avec curiosité. Après tout, Césaire a bien laissé entendre que l'origine de la future épouse de Castiel risquait de poser un problème, c'est donc qu'il doit en savoir quelque chose.




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyDim 8 Avr - 8:55


S’est-il fait à l’idée de cette épouse Erebienne pour le duc parce qu’il y voit réellement ses bonnes intentions ou les cherche-t-il parce qu’il sait qu’il n’arrivera point à raisonner son fils, son duc? Césaire n’arriverait à dire quels sont les réels sentiments du comte pour la princesse, car ce dernier ne s’engage pas vraiment. Il n’a certes pas à le faire, et pourquoi le ferait-il après tout? Il est trop tard, à quelques jours du mariage. Il était trop tard, dès les premiers instants de toute façon. Césaire l’avait su, dès les premiers secrets qu’il s’était vu gardé - secrets qui sous sa plume avait fui le silence de ses lèvres - que ce coup de coeur était trop fort pour n’être qu’une étincelle passagère. Il l’avait su, simplement en regardant Castiel, une fois Alméïde partie.

Il était trop tard, dès le début. Mais fort heureusement la jeune femme semblait vouloir bien faire, et elle et Madeleine devraient bien s’entendre, qu’il osait croire.
« Oui, la Tour Noire était aimée. Les gens n’ont guère de misère à voir en elle les qualités de la Pièce, cela l’aidera certainement. » Et Alméïde pourrait même continuer à porter les espoirs de Simon, il en était certain. En ces temps troublés et avec la disparition de la Rose, le peuple ne pourrait être que rassurer de savoir deux de ses anciens écrins parmi la couronne du duché. Pouvaient-il réellement continuer à eux seuls la mission de la Rose? Non bien sur que non. Mais ils étaient à présent le visage d’un symbole, d’une image de paix, d’une image d’espoir.

Était-ce qu’il voulait savoir? Césaire ne pouvait dire. Il se doutait que le conseiller aurait préféré que ce mariage n’ai pas lieu d’être, mais que souhaitait-il y faire à présent?

Il ne rajoute pas autre chose que Maximilien se lève pour lui servir un verre empli d’un profond vin rouge. Un signe de la tête en guise de respect et de remerciement, et le majordome qui attend que le comte vienne se rasseoir et goûte le liquide carmin avant de lui-même prendre la coupe et la porter à ses lèvres. Il comprend bien l’intention derrière un tel geste, mais  le vieil homme ne dérogera pas des convenances, pas alors qu’il ne connait que si peu l’homme en face de lui.
Ce dernier semble pourtant s’être renseigné à son égard. Il hoche la tête. « Oui. D’un petit village près de la frontière erebienne. » Un sourire vient orner ses lèvres, un sourire qui pour quiconque se lirait teinté d’une douce nostalgie. Mais Césaire le sait tout autre, ce sourire qui témoigne d’un mansonge si bien ficelé. L’homme n’a pas dû trouver grand chose à son sujet, outre ces petites bribes qu’il a laissé échappé ici et là. Mais son histoire est faite de sorte qu’il n’y a pas grand chose à dire non plus. Dans les petits villages reculés les gens meurent ou oublient et les traces disparaissent. Alors il est normal de ne devenir qu’un fantôme au passé un voile de souvenirs. Personne ne cherchera bien plus loin de toute façon ; quel passé intéressant pourrait avoir un vieux domestique qui ne s’est jamais marié et qui n’a aucun enfant?
« Bien des choses me semblent étrange mais peu me surprennent à présent. J’ai passé par tant de duchés aux coutumes fort différentes les unes des autres que tout me semble possible à présent. »
Il avait dû apprendre dans ses recherches qu’il avait servi, avant de servir pour Augustus, à Hachelair en Bellifère. Aussi il avait fait tous ces endroits dont les moeurs semblaient se contredire. Rien de tout cela n’était un mensonge. Césaire avait vu bien des choses, que rares étaient celles qui venaient à le surprendre à présent. Oh il ne les comprenait pas toutes, et parfois, souvent, il n’essayait pas même de le faire. Ça ne servait à rien, ce n’était utile en rien. Aussi neutre et indifférent qu’il était à tout cela il en était même un meilleur observateur.
« Je n’en sais guère plus que ce que l'on dit, ce qu’il se murmure. Que les deux ducs se vouent cette haine profonde mais à laquelle je ne pourrais donner raison. Comme les Cielsombrois, j’ai partagé la frontière avec le duché du sable en Cibella, mais ce n’est pas pareil. Et je ne saurais non plus dire ce qui rends les Erebiennes si attirantes aux yeux des enfants de l’Esprit. » Alméïde. La mère de Castiel. Mais aussi la femme du comte.
Quel étrange haine que celle partagée entre les deux duchés, une haine qui éloigne les hommes mais rendent leurs femmes si attirantes ?
 


dialogue en #003366






Au travers la cacophonie des préparatifs. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyDim 15 Avr - 23:27

Voir en Alméïde les qualités de la Pièce qu'elle a incarnée, non, ce n'est pas difficile. En toute objectivité, Maximilien doit bien le reconnaître, la jeune femme est bourrée de qualités. Mais c'est justement une partie du problème : chacun la voit pure et innocente, et c'est ce qui inquiète le comte. Et si elle ne l'était pas ? Elle pourrait manipuler Castiel à sa guise, et chacun de ceux qui connaissent le duc le savent certainement. Même si elle ne le fait pas consciemment, quelqu'un pourrait se servir d'elle. Elle semble bien naïve la princesse, un peu perdue en Sombreciel, et Maximilien sait pertinemment qu'elle est vulnérable. Et parelle, Castiel le devient aussi. C'est bien ce qui l'inquiète le comte. Castiel. Sombreciel. Il acquiesce aux paroles de Césaire, sans rien ajouter. Qu'ajouter de plus, de toute façon ? Il espère se tromper Maximilien, mais c'est bien la seule chose qu'il puisse faire pour le moment.

La conversation prend une tournure plus personnelle, sans pour autant virer à l'interrogatoire, le comte l'espère. Il apprécie Césaire, l'admire même, pour sa capacité à servir Castiel malgré le caractère particulier de celui qu'il considérera toujours comme son fils. Oh, évidemment, Maximilien s'est méfié au début, mais jamais Césaire ne lui a donné raison de se prémunir contre lui. Le vieil homme fait son boulot à la perfection, sait s'effacer lorsque c'est nécessaire, être un soutien et un guide s'il le faut. Un homme de qualité, Maximilien n'en doute aucunement. Un soutien pour Alméïde, il l'espère aussi.

Maximilien hoche la tête, avant de boire à nouveau. Il a quelques contacts – payé à prix d'or – parmi les espions de la Cour des Miracles, et ils lui ont tous dit la même chose. Une vie à servir les autres, un homme exemplaire, un majordome doué. Respectueux, également, et c'est une qualité bien recherchée lorsqu'il est question de servir un homme comme le duc. Maximilien adore son fils, mais il n'est pas aveuglé pour autant sur le caractère bien particulier du jeune homme. Césaire ne s'avance guère dans ses réponses, ce qui fait sourire plus largement le comte. Le majordome est un homme des plus précieux, assurément. La dernière remarque de l'homme fait rire le comte, qui secoue la tête avec amusement. "Mon cher, c'est probablement un mystère que même les dieux ne sauraient percer !" Ce n'est un secret pour personne, après tout, que les cielsombrois sont vivement attirés par les jeunes femmes du duché voisin. Maximilien reprend, amusé. "Cette querelle remonte à si longtemps que son origine même est devenue une légende. Notre bibliothèque doit avoir maintes copies du texte, si cela vous intéresse." Indique le comte avant de reprendre une gorgée de vin.

"Le duc d'Erebor a accepté ce mariage, alors j'imagine que la querelle entre nos deux duchés n'est plus aussi marquée." Reprend presque pensivement Maximilien. "Mais il reste toujours agréable d'avoir un point de vue extérieur. Parfois, nous sommes si pris dans nos devoirs du moment que nous oublions d'avoir une vision plus globale." Et la vision de Césaire est forcément précieuse, lui qui côtoie Castiel au quotidien. "Même si je sais que le duc n'est pas forcément friand des vérités mal amenées." Une façon polie de décrire le caractère de Castiel, mais Maximilien accorde du crédit à Césaire, et sait bien que ce dernier comprendra parfaitement où il veut en venir. "Depuis combien de temps êtes-vous au service du duc, maintenant ? Ne regrettez-vous pas votre village, parfois ?" C'est une demande honnête et sincère, une simple conversation. Césaire ne le prendra sans doute pas mal. Mais avec tous les chamboulements du royaume ces derniers temps, Maximilien a besoin d'avoir une vision claire de ce qu'il peut arriver. Et si Maximilien ne s'occupe pas de l'embauche des domestiques, Césaire est, indubitablement, un cas à part, ne serait-ce que par sa longévité aux côtés de Castiel.




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyLun 23 Avr - 5:31


Alors que cet entretien quitte le sujet du duc et de son mariage, Césaire ne peut s’empêcher de se questionner sur les réelles intentions du comte. S’il veut bien croire sa bienveillance face au bien être de Castiel ainsi que du duché, il se demande si tout cela se cache autre chose. Il les as entendus, les rumeurs, qui courent depuis l’été. Les murmures se font moindre, et les gens ont peut-être oubliés, trop occupés par les autres événements qui sont arrivés depuis. Mais il eut un temps où se disait que Maximilien regrettait les années durant lesquelles le duc était en sevrage et où il avait les plein rênes de Sombreciel.
Le conseiller ducal, le père adoptif, en viendrait-il vraiment à manigancer contre celui qui était tout comme son fils pour s’emparer de la couronne? Césaire avait de la difficulté à le croire à cet instant, alors que dans le visage de Maximilien tout ce qu’il semblait lire était inquiétude et affection. Il ne semblait pas y avoir cette froide étincelle d’ambition sans limites. Pourtant.
Pourtant il savait, le majordome. Il savait comment il était facile de tromper, de mentir, de faire croire. Lui même si doué à ce jeu avait appris à ne pas se fier qu’aux apparences. Garder ce petit doute ouvert, pour y collecter toutes les informations intéressante.

Quand la discussion tourne sur lui-même, le vieil homme s’efforce de garder ses réponses le plus concises. Oh, il aurait pu élaborer longtemps sur cette vie inventée, tellement presque chaque question a déjà sa réponse concoctée. Mais ce n’est pas nécessaire, et le comte n’a assurément pas trouvé grand chose sur sa personne. Il sait, Césaire, qu’il est allé s’informer auprès de la Cour. Rien de plus naturel, après tout, puisque la position de majordome est celle d’un homme si près des nobles et témoin de beaucoup de secrets. Il se serait amusé de la chose, si ce n’était ses années d’expériences.

Sur le sujet de la querelle qui sépare les Cielsombrois et les Erebiens, Césaire se contente de sourire doucement avant de répondre « Je tâcherai de faire. » Il ne dit pas qu’il en sait bien plus qu’il le prétend. Qu’il a entendu la version que les enfants de l’Esprit se raconte, mais aussi celle que les gitans se chantent, alors que dans une vie passée, il eu déjà joué le rôle de l’un des leurs.
Mais le majordome n’a que faire qu’elle soit encore actuelle ou non. Cette petite guerre enfantine ne vaut dire que peu de chose dans le conflit actuel, bien plus grand, bien plus préoccupant, qui frappe tout Arven.

Oh, il sait, Césaire, a quel point Castiel peut être peu friand des vérités mal amenées. Car bien souvent il s’est vu contraint de l’en lui apporter. Il a appris, avec le temps, quels moments le duc serait plus réceptifs, sous quelle approche. Il s’est pris les colère du jeune homme, les réactions démesurées, simple messager mais à l’instant réceptacle de fureurs.
Il ne pourrait dire à présent comment les habitants d’Erebor perçoivent ce mariage, mais il sait qu’il pourra avoir les échos des habitant d’Euphoria. Il a des oreilles, ici et là, et de petites souris, qui lui rapportent ces rumeurs et ces dit-on.
« Je ne pourrai en dire pour le peuple Erebien, mais pour ce qui est des Cielsombrois, mes domestiques me rapportent souvent le ressenti de la populace. Je veillerai à garder une oreille attentive à leur position et rapporter celle-ci au duc lorsque nécessaire. Ou à vous-même, si vous le souhaitez. »
Au comte, à Maximilien. L’offre n’est pas déplacé, aucune trahison, puisque que ce dernier est principal conseiller ducal et à même d’être au courant du pouls du peuple. Mais là-dedans l’espion en Césaire y voit une opportunité d’en apprendre peut-être davantage sur l’homme. Quelques entretiens supplémentaires pourraient éventuellement apporter quelques informations à ramener à la Cour…

Un sourire vint étirer les lèvres du majordome à la question suivante. « Ici, en Sombreciel, cela fait tout juste trois ans. Mais j’ai été assigné à son service à son arrivée à Ibelin. Cela doit bien faire une dizaine d’années. » Quel village pouvait-il vraiment regretter? Celui en Bellifère, qu’il avait quitté, fui réellement, trop jeune pour y garder un quelconque attachement passé celui des souvenirs enfantins. La ville-basse à Lorgol, peut-être? Qui l’avait vu grandir, qui lui avait donné un semblant de famille, qui l’avait formé avant de le lancer dans le monde?
Il y avait longtemps qu’il ne ressentait plus réellement d’attaches et qu’il avait abandonné les regrets ; il était trop tard pour les cultiver et espérer y changer quoi que ce soit, après tout.
« Vous voyez fort bien que je me fait vieillissant, et que tôt ou tard Bathild, elle je l’espère, viendra me chercher. Mon village est à présent un passé trop lointain pour que je le regrette, et tous ceux que j’y eu un jour connu doivent être à leur tour décédés ou sinon m’avoir depuis longtemps oublié. J’espère passer mes derniers jours ici, au palais, au service de Sa Grâce.
S’il continu me le permettre. »

Car avec Castiel rien n’était vraiment jamais certain...

 


dialogue en #003366






Au travers la cacophonie des préparatifs. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptySam 28 Avr - 22:27

Maximilien est bien loin de se douter que chaque question qu'il pose, chaque détail que ses espions ont pu obtenir, ont été soigneusement élaboré par l'homme qui se trouve devant lui. Il est loin d'être naïf le comte, il a bien du mal à faire confiance à ceux qui ne sont pas de la tribu Séverac, mais Césaire ne lui a jamais laissé l'occasion de douter et de se questionner. Le majordome est droit et honnête, dépourvu d'une autre ambition que de celle de faire son travail le mieux possible. Ce sont des qualités que Maximilien respecte, car il les possède lui-même. Etre premier conseiller du duc est un honneur qui lui suffit amplement.

La conversation dévie, un peu, tandis que le vin éveille les papilles des deux hommes. La proposition de Césaire ravit le comte en vérité : il a lui-même ses propres sources de rumeurs, mais y ajouter celles du majordome du duc est un cadeau qu'il ne peux refuser. Ainsi va la politique : le plus au courant a forcément quelques pas d'avance sur les autres, et quelques mètres d'avance signifie beaucoup à l'époque actuelle. "Connaître l'avis du peuple que l'on dirige aide certainement à devenir meilleur. Si vos informations peuvent m'aider à mieux servir mon duché et son duc, elles me seront très précieuses." Acquiesce le conseiller, bien conscient de ce que l'homme lui propose. Ce n'est pas de la trahison, non, encore moins si cela n'est pas utilisé à mauvais escient. Castiel a de toute façon tendance à être bien peu attentif parfois, et le rôle de Maximilien est de le seconder, ce qu'il fera d'autant mieux avec des informations utiles. Il se demande pourtant, le comte de Séverac, ce que le majordome espère tirer de ses informations données. Il a un certain âge Maximilien et si pendant ses jeunes années il a voulu croire que les gens agissaient pour autre chose que par intérêt personnel, il a bien vite dû déchanter. Ils existent, ceux qui ne veulent que se rendre utile et servir leur duché, mais ils sont bien rares. A nouveau, Césaire ne lui a jamais donné d'occasion de se défier, mais qui est-il pour affirmer que l'homme ne cherche rien que la satisfaction du devoir accompli ? Il le pense, et il veut y croire, mais Maximilien sait bien que ses désirs sont rarement exaucés. "Si je peux vous aider en quoi que ce soit, surtout, n'hésitez pas." Ajoute le comte. Césaire saura qu'il s'agit d'une offre de rémunération, et il en fera ce qu'il veut, Maximilien le sait bien.

La réponse de l'homme sur son village natal, et sur la façon dont il envisage la fin de sa vie, sonne en tout cas vrai. Maximilien hoche la tête, incapable pourtant de lui promettre quoi que ce soi : Castiel est un homme fantasque, et nul ne connaît l'avenir. Cependant, les dernières paroles du comte rentraient aussi dans ce cadre-là, et Maximilien tient à le préciser. "Je ne suis guère en mesure d'influencer les Dieux mais je vous réitère ma proposition : si je suis en mesure de vous aider, vous pouvez venir me trouver." Il marque une pause le comte, avant d'enchaîner. "Les bons majordomes sont rares, et vous êtes quelqu'un de précieux." Le compliment est tout autant précieux, il le sait le comte. "Mais si Bathilde pouvait nous oublier encore quelques années, vous comme moi, ce ne serait pas une mauvaise chose." Plaisante le comte avant de tremper à nouveau ses lèvres dans sa coupe de vin. "Personnellement, j'ai encore des projets à mettre en place, et d'autres mariages à fêter, je l'espère !" S'amuse Maximilien, levant sa coupe pour saluer ses propres paroles. "Pas vous ?" Césaire a beau sembler se concentrer uniquement sur Castiel, il a forcément des projets personnels, et le comte est curieux de les connaître.




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMar 1 Mai - 5:53


Le majordome sourit simplement alors que le comte accepte sa proposition. C’est une toile qu’il tisse lentement, et la position qu’il occupe au service de Castiel lui permet d’étendre la portée de ses fils. Les infos qu’il peut ainsi recueillir sont diverses, et avec les années et le respect qu’il gagne auprès de tous, ces informations deviennent de plus en plus importantes. L’homme qui a toujours servi sans faille devient alors invisible, et c’est à cet instant que les renseignements deviennent cruciaux. On ne se soucie plus du majordome, on ne voit plus en lui un ennemi, un espion. Alors il devient invisible, et alors le travail de Césaire peut réellement commencer.

Il incline doucement la tête en remerciement et signe de respect face à l’offre de rémunération de Maximilien. « Merci, votre Grâce. » Et pourtant il ne demande rien de plus. Parce qu’il n’a réellement besoin de rien de plus en ce moment ; Castiel le paie grâcieusement, et au palais il est agréablement bien logé, et l’homme en face de lui le sait assurément. Mais surtout, il ne rajoute rien de plus parce que c’est une carte qu’il est bien de se garder en manche pour le moment propice. Il ne sert à rien d’être cupide, la patience est bien plus dorée lorsqu’elle se fait désirer.

Le compliment qui suit le ravit d’autant plus, et à plusieurs égard. Parce qu’il lui confirme qu’il tient bien son rôle, et que son identité est sauf, loin des soupçons. Mais aussi parce que Césaire, malgré la passé qui l’a amené à jouer ce rôle, apprécie malgré tout réellement ces tâches. Oh, il aurait certes préféré devoir servir un duc plus tranquille, stable, que cet enfant roi qui s’est vu couronné, mais il apprécie cette gestion qui le tient en forme, qui le garde stimulé. Est-ce qu’il aurait pensé, alors qu’il était un jeune garçon dans son lointain village de Bellifère, qu’un jour il s'élèverait ainsi? Non, son avenir jadis ne semblait lui donner de possibilités qu’en devenant guerrier, et s’éloigner de ce chemin tout tracé était se vouer à une vie de misère. Pourtant il était là, à servir la noblesse et recevoir leurs compliments sur son travail accompli. Son dévouement à la Cour lui avait volé ses rêves d’avoir un jour une famille, mais il y avait gagné un accomplissement bien différent.
« Savoir votre soutien me fait grandement plaisir. » Et c’est mots sont aussi vrais qu’il est possible de l’être.

Et Maximilien parle de Bathild et de l’espoir qu’elle leur laisse à tous deux encore quelques années à vivre. Pourtant Césaire ne lui adresse plus ses prières, car il a perdu l’espoir en elle. Oh, bien des gens se verraient heureux, dans sa situation, d’être oubliée de la déesse et de vivre d’autres matins. Pourtant c’est Sithis que le majordome s’est mis à supplier de venir le chercher, dans l’espoir qu’il soit peut-être plus réceptif à ses souhaits.
« Je ne peux que vous souhaiter encore de longues années. Vous êtes chanceux d’avoir une telle famille. Et d’adorables petits enfants. »
Car il n’a pas la chance du comte, de se trouver entouré d’une telle famille et de nourrir nombre de projets. Il y a une pointe de regret, dans son regard, celle de l’homme qui à la fin de sa vie prend conscience qu’une fois partie, bien peu de gens, si seulement certains, pleureront son départ. Il se console en se disant qu’il ne laissera personne, seul, dans ce monde incertain.
« Je crains pour ma part avoir depuis quelques temps déjà dépassé mon heure. Et chaque soir, avec la situation actuelle, je me demande s’il ne serait pas mieux ne pas me réveiller au matin. Sithis doit se jouer de moi, parce que je suis encore là, et mon coeur ne semble pas vouloir faillir. »

 


dialogue en #003366






Au travers la cacophonie des préparatifs. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMar 15 Mai - 18:34

Il n'est pas question de trahison, pas questions d'informations qui demeureraient secrètes aux oreilles du duc. Non, évidemment que non. Maximilien est loyal, plus que loyal encore, mais il est également le mieux placé pour savoir à quel point il est difficile de gérer un duché comme Sombreciel, surtout par les temps qui court. L'avis précieux de Césaire ne peut être que d'une grande aide pour assurer, comme il se doit, son poste de premier conseiller. Et le majordome ne s'y trompe pas, inclinant la tête pour le remercier de son offre, sans s'en saisir. Plus tard, peut-être. Ou jamais. Mais c'est une offre que Maximilien peut se permettre de faire, c'est d'ailleurs bien pour cela qu'il l'a faite. Césaire est intelligent, le conseiller n'en doute pas : si ce n'était pas le cas, cela ferait bien longtemps qu'il aurait quitté le palais. Il saura se servir de ce que lui offre Maximilien, si le moment est propice.

L'homme reçoit son compliment avec modestie et à vrai dire, Maximilien n'en attendait pas moins. Les hommes de valeur doivent être traité comme tel, et Césaire entre parfaitement dans cette catégorie, il n'en a aucun doute. Il se demande, parfois, s'il ne mélange pas un peu les choses. Il culpabilise quelque peu d'avoir abandonné son fils de cœur à Ibélène, même si c'était pour son bien. Que Césaire soit là pour soutenir le jeune duc était un soulagement, il ne le nie pas. Est-ce en partie pour cela qu'il apprécie le vieux majordome ? Peut-être, inconsciemment, que cela joue.

Mais la conversation prend un tour encore plus sérieux, alors que Césaire évoque sa crainte d'avoir dépassé son heure. Contrairement à Maximilien qui est entouré d'une famille aimante et nombreuse, l'homme n'a que lui-même. Il est vrai qu'au contraire des cielsombrois qui prône l'amour et qui se voit donc gratifié par Maari de nombreux enfants – si tant est que les substances célèbrent du duché n'aient pas altéré cette capacité à enfanter -, nombreux sont les duchés à ne pas célébrer l'amour entre les êtres. Jamais marié, jamais père, le vieux Césaire ? Maximilien n'a jamais eu écho du contraire en tout cas. Et il achète ses infos à la Cour des Miracles, ils sont, et de loin, les plus doués. Les dernières paroles du vieil homme sont amères, et Maximilien s'efforce de le réconforter, sans pour autant mentir.

"Le Destin a des plans pour chacun de nous, et sans doute Sithis n'a pas encore jugé bon de vous rappeler."
Un discours empli de banalité, certes, mais sans doute vrai. "Et en vérité, vous êtes un homme précieux Césaire. Je vous l'avoue, nombreux seraient ceux qui sont perdus sans vous." Il laisse le soin à l'homme de juger qu'il peut bien inclure dans cette déclaration.




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyVen 18 Mai - 19:08


Le Destin a-t-il des plans cachés pour lui alors ? Il ne saurait dire, il ne sait pas vraiment ce qu’il pourrait attendre de lui. Ce qu’il aurait la force encore d’accomplir. Parce qu’il repense à ces longues années qu’il passa en tant qu’écrin, où il lui sembla accomplir des choses bien plus importantes que tout ce qu’il pourrait faire aujourd’hui. Peut-être est-il donc biaisé, à présent, regardant ses aptitudes uniques, à lui seul, et non plus combinée à celles de cet esprit millénaire et de cette institution reconnue et importante qu’était la Rose Écarlate.
Il repense à ses jeunes années avec la Cour aussi, quand il lui était si facile de passer d’une identité à l’autre, quand comme un caméléon il pouvait se fondre dans un nouvel univers et trouver ces informations importantes à ramener. Les missives qu’il rapportent régulièrement à présent de sont certes pas moins importantes, et il sait être une source fidèle et constante pour ce qui a trait de la politique Cielsombroise et des différentes humeurs du duc de l’Esprit, mais de plus en plus il a l’impression de ne plus autant faire parti de ce monde qu’il l’a jadis été. Comme si le majordome prenait tranquillement le dessus sur l’espion.

Le Destin attendait-il alors quelque chose de lui? Lui laissait-il le temps de trouver une relève adéquate pour le remplacer dans cet univers avant qu’il ne le quitte? Ou simplement, dans la guerre et les déchirements qui ravagaient et continueraient de ravager le continent, y avait-il de ces informations cruciales qu’il lui serait donné de transmettre, ces événements importants duquel il serait témoin? Peut-être, il ne pouvait que croire qu’encore une tâche l’attende, que si en effet Sithis n’avais pas jugé bon encore de le rappeler à lui c’était bien qu’il y avait un raison.
Il hoche doucement la tête en réponse, sans s’avancer plus, parce qu’il n’a pas les réponses à ce questionnement que lui-même se pose. Un doux sourire étire ses lèvres aux paroles suivantes du conseiller. Oui, peut-être qu’il dit vrai, peut-être qu’il est en fait un pilier de soutien important, ici. Il est si facile de l’oublier, alors qu’il dirige cette immense fourmilière qui travaille dans l’ombre pour que le palais se tienne, alors que lui-même tente de rester le plus discret possible, effacé, mais toujours présent, pour répondre aux demandes du duc.
« Je n’ai pas la présomption de me croire irremplaçable, mais je vous remercie de ces mots. Si je puis vous être d’une quelconque assistance, ici, vous n’avez qu’à me faire demander. »
Il offre, cette fois, simplement parce que dans tout cela, c’est somme toute un grand respect qu’il garde pour cet homme qui a su élever une grande famille dans ce duché, prendre sous son aile un jeune homme et le guider comme son fils, prendre des décisions pour le bien être de la couronne et non pas seulement pour lui-même, pour ses enfants.

Le majordome porte à ses lèvres la coupe pour prendre la dernière gorgée du vin offert avant de venir la déposer doucement sur le bureau devant lui, dans le court silence qui s’est installé. Était-ce simplement cela, que le conseiller voulait discuter avec lui? Césaire se doute que sous les mots dits, par ceux gardés sous silence, le comte a tout de même peut-être trouvé ce qu’il voulait. Ils n’avaient jamais vraiment eu encore une rencontre qui les permettait tout deux de se jauger ainsi, et il y a parfois bien plus à comprendre sans même que les paroles ne soient nécessaires. Dans les apparences, dans les silences, dans les mots choisis et les regards.
Peut-être qu’il auront encore de telles conversations, peut-être que ce ne seront que des missives qu’il échangera avec le conseiller, peut-être qu’un jour il viendra le voir et utiliser cette offre offerte, peut-être que tout deux se verront rappeler par Sithis plus tôt que prévus. Césaire ne sait pas ce que le future leur offre, mais pour l’instant il sait qu’encore une panoplie de préparatifs l’attendent pour l’imminent mariage de Castiel. « Y a-t-il autre chose à laquelle vous souhaitiez m’entretenir, votre Grâce? »
 


dialogue en #003366






Au travers la cacophonie des préparatifs. ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. EmptyMar 5 Juin - 23:42

Maximilien sait le majordome discret et sans doute peu habitué aux louanges, aussi respecte-t-il son silence. Ils sont vieux, tous les deux, loin déjà de ces tous jeunes gens qui les entourent, et ont appris que le silence contient lui-même ses propres réponses. Sithis a-t-il réellement un plan prévu pour Césaire ? Personne ne le sait, sauf le Dieu lui-même, et il serait vain de chercher à percer le mystère. Mais malgré son âge, Maximilien s'est rarement senti aussi jeune que lorsqu'il tient dans ses bras le petit Meldred qui gazouille, et une partie de lui regrette de ne pas pouvoir offrir ce réconfort à un homme comme Césaire, dévoué au duc et à Sombreciel.

La bouteille se vide doucement, sans pour autant que les deux hommes n'abusent du liquide ambré qu'elle contient. Maximilien a obtenu la réponse qu'il cherchait, ainsi qu'une proposition d'aide bien alléchante, et la conversation se poursuit pour le seul plaisir de s'entretenir avec un homme qui, s'il n'a pas un statut social très élevé, reste pourtant un interlocuteur intéressant et respectable. "Vous pourriez pourtant prétendre l'être." Affirme Maximilien avec réalisme, bien conscient, lui, de la place qu'occupe Césaire. Un rôle qui l'a inquiété, tout comme l'inquiète parfois le rôle que tient Alméïde auprès de Castiel. Il songe souvent, le comte, que si Castiel n'est pas réellement son fils, l'inquiétude qu'il ressent pour lui égale largement les inquiétudes qu'il ressent pour ses propres enfants. "Merci pour cette proposition, je n'hésiterais pas à venir vous trouver si nécessaire." Répond le comte en inclinant la tête. Césaire, pourtant, lui est déjà d'une grande aide.

L'entretien se termine et dans le silence qui suit, chacun ajuste sans doute ses pensées sur ce qu'il vient de se passer. La discussion a été plaisante, et intéressante, Maximilien n'en doute pas. Il n'est pas assez naïf pour croire que Césaire a tout autant profité de l'occasion que lui pour le jauger, mais il ne s'en inquiète guère. Maximilien sait bien que les rumeurs courent sur son compte, sur la place qu'il occupe dans le conseil ducal, et même auprès du jeune duc. Il ne s'en émeut pas pourtant : son énergie, il la consacre au bien-être de Sombreciel, et uniquement ce dernier. Les paroles de Césaire retentissent, et Maximilien secoue doucement la tête. "Non, vous pouvez disposer. Pardonnez-moi de vous avoir volé quelques minutes d'une journée déjà bien remplie." Car il est pleinement occupé le majordome, avec les préparatifs de ce mariage que Maximilien a été bien forcé d'accepter. Il est heureux pour Castiel, que personne ne s'y trompe, mais la sœur du duc d'Erebor est un facteur inconnu d'une équation qu'il a du mal à cerner tout à fait.

Le majordome prend congé et Maximilien reste immobile quelques minutes, avant de se lever pour saisir un nécessaire d'écriture et tracer quelques mots sur un parchemin. Césaire a fort à faire, mais Maximilien est un homme tout autant occupé. Son duc se marie, après tout, et ce n'est pas un évènement anodin même si ce n'est qu'un second mariage.


RP TERMINE




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Au travers la cacophonie des préparatifs.   Au travers la cacophonie des préparatifs. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Au travers la cacophonie des préparatifs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: