AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SCD301/02- Lot de 4 biberons Natural + sucette, goupillon et ...
30.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Aelis Valombré • Entre ombres et reflets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 2:19


Aelis Valombré
ft. Natalie Portman

« Entre ombres et reflets, je doute que vous me trouviez. »




Âge : 35 ans
Date et lieu de naissance : 21 juin 965, sur les routes de Sombreciel
Statut/profession : Maître Espion en Infiltration
Allégeance : Aucune. Je chéris la liberté. Je sers mes propres intérêts, ainsi que ceux de la Cour des Miracles.
Groupes : Lorgol / Cour des Miracles

Anecdote :
J'aime jouer de mon apparence pour effectuer des missions d’infiltration, et n’hésite pas à me faire passer pour un homme si nécessaire, ce qui mène parfois à certains quiproquos…



Dans la vie, je suis...

Insaisissable.
Un écran de fumée mouvante, l’ombre sous la lumière, le sable sous le vent…
Adresse et discrétion me définissent précisément.
Pareille à celle qui court sur les pierres, l’eau vive,
Ni tes mains, ni ton esprit, ne me rendront captive.



Courageuse, perfectionniste, tenace, aventureuse.
Persévérante, déterminée, indépendante.

Armée de souplesse et de résistance, toujours, j’avance.
Rigueur et assiduité n’ont rien à voir avec la chance.



Sauvage, solitaire, libre et fière.
De mystère et de méfiance, je me fais un manteau de brume,
Mais mon audace, je te l’assure, n’a rien d’un costume.


Ironique, indifférente et cynique.
Ma langue est aussi acérée que mon regard est tranchant,
Si tu t’aventures sous mon fil, ce sera à tes dépends.



Perspicace, intuitive, intelligente et créative.
Malicieuse, égarée, mélancolique, désabusée.

Avec force et sensibilité, j’use de mon imagination.
Doute, douceur ou passion, je retiens mes émotions.



Susceptible, amère et rancunière.
Ne doute pas de ma noblesse de caractère,
Même si pour moi la justice, n’est qu’un concept éphémère.





Et voilà comment j'en suis arrivé là.


Cela fait bien longtemps que des pas m’ont menée à Lorgol. Pas mes pas, mais bien des pas… Je n’avais pas choisi Lorgol. On m’y avait menée, Lorgol m’avait acceptée.

Fille de prospères savants et négociants Cielsombrois, rien ne me prédestinait à en arriver là. Et pourtant, juchée sur le toit d’une des plus hautes tours de Lorgol, lorsque je regarde la ville qui s’étend à mes pieds, c’est bien mon passé, mon présent, et mon avenir que je contemple…

J’ai passé mon enfance en Sombreciel. Mes parents possédaient un atelier familial à Euphoria. Fabricants d’élixirs, ils savaient mettre les sensations et les remèdes en bouteille et rencontraient un succès certain à travers le pays. Lorsqu’ils n’étaient pas installés dans le confort de leur atelier pour la fabrication des breuvages, ils parcouraient le duché à la recherche d’ingrédients, afin de se procurer les meilleurs éléments nécessaires aux liqueurs et élixirs. C’est sur ces chemins que ma mère m’a mise au monde, à l’arrière de leur petite carriole, au milieu des fleurs enivrantes et des plantes épicées.

C’était une vie agréable, de travail, de créativité, d’amour… J’ai cette tendresse qui remonte lorsque je revois notre maison-atelier, les paysages Cielsombrois, le laboratoire, … Je me souviens de mon père qui « mouchait la bouteille », selon son expression, pour éliminer de la surface du breuvage les petites fleurs de dépôt qui se concentraient en haut du goulot. Puis me faisait sentir l’élixir. Il s’amusait alors de mes sourires et de mes grimaces d’enfant.

Je m’interdis d’y penser. Ces souvenirs sont flous, emprunts de nostalgie, d’insouciance perdue, noyés par le temps, mais aussi teintés d’une colère sourde et contenue. Les débordements d’émotion ne mènent à rien de bon. Savoir se maîtriser, c’est la clef. Se focaliser sur les faits.

Mes parents menaient des recherches en parallèle de leurs ventes florissantes. Ils élaboraient de nouvelles liqueurs, des remèdes, en combinant différentes sciences. Ce sont ces nouveautés qu’ils devaient aller présenter devant la Guilde des Marchands, dans la Ville Haute de Lorgol. C’est pour cela qu’ils devaient entreprendre un voyage vers le Nord. Sur la fin des préparatifs, ils apprêtèrent cette même petite carriole, tirée par deux solides chevaux, et partirent avec leur fille de dix ans assise entre eux, les cahots de la route sous les roues.

Je sentais mes parents plus tendus que d’ordinaire. Leurs travaux récents semblaient absorber leur énergie et creuser des cernes sous leurs yeux. Avant d’entamer notre voyage, ils m’avaient prise à part, dans un coin de l’atelier. Après avoir échangé un bref regard avec mon père, ma mère m’expliqua :
« Avec ton père, nous avons découvert une nouvelle méthode pour fabriquer certains élixirs… Ils sont plus efficaces, et plus rapides à produire. C’est une découverte que nous avons faite, et nous craignons que quelqu’un cherche à nous voler la recette. Nous devons aller rendre compte de notre travail devant la Guilde des Marchands, à Lorgol. Tu le sais, c’est très loin. Le voyage que nous devons faire est vraiment important. Ne dis à personne pourquoi nous partons, ni où nous allons, d’accord ? »
J’avais hoché la tête. J’étais suffisamment grande pour comprendre le sérieux de la situation, et fière que mes parents me fassent confiance.

Nous faisions route vers Lorgol et n’avions même pas encore quitté Sombreciel. Nous approchions des montagnes formant la frontière avec Erebor. Alors que nous nous laissions bercer par les ballottements du chariot, le chaos explosa au détour d’un chemin boisé. Une attaque. Vive, imprévisible, brutale. Une détonation. Une intense lumière aveuglante. Le bruit d’une lame que l’on tire. Un cri de mon père. La respiration de ma mère. Les chevaux qui se cabrent. Fin du tableau. Le vide. Noir.

¤

Un crépitement humide me sortit du néant dans lequel j’étais embourbée. Une pluie fine tombait sur mon visage tourné vers le ciel, et frappait la terre avec un petit bruit pointu et mat à mes oreilles. J’étais allongée au sol, sur le dos, à l’écart de la carriole renversée. Une douleur lancinante me vrillait le crâne, le sang pulsait à mes tympans. L’ondée faisait monter du sol une odeur de poussière mouillée et d’herbe fraiche.

Avec des gestes incertains, je me redressai à demi, haletante, couverte de terre, et toussai, crachant quelques gouttes de sang au creux de ma main. J’étais parcourue de tremblements irrépressibles, sous le choc. Hébétée, je parvins à me mettre sur pied, m’appuyant sur un tonnelet éjecté du chariot, et m’approchai tant bien que mal de ce dernier. Il était retourné, sur le côté droit. Tout autour, des débris de bois, et la marchandise versée sur le chemin. Elle avait été fouillée. Des fioles s’étaient brisées et répandaient leurs senteurs florales et alcoolisées. Il semblait manquer une partie des réserves. D’un petit coffret entrouvert par la violente secousse s’échappaient les économies que mes parents avaient préparées pour le voyage, intactes. Les tentures étaient en partie brûlées, les lambeaux restants pendant mollement sous la pluie. De légères marques de lutte. Un filet rougeâtre courait sur la terre claire. Un des chevaux s’était enfui. Le deuxième était sur le flanc, une patte cassée, tentant inutilement de se redresser, lâchant de temps à autre un hennissement déchirant de souffrance.
Nulle trace de mes parents. Je tournai sur moi-même, cherchant des yeux un signe. Je ne comprenais pas. Je ne comprends toujours pas totalement.

Chancelante, je m’agenouillai auprès de la bête brisée.
« Il ne se relèvera pas. » Une femme était apparue, contournant la carriole. Sa voix était jeune et grave, son visage, dissimulé sous une large capuche. Il me reste surtout le souvenir de sa démarche, souple et maîtrisée, sombre silhouette s’avançant, un aiguillon à la main. Me repoussant doucement de sa main libre, elle tendit l’autre vers le cheval et mit fin, d’un geste expert, à son agonie. Quelques convulsions, puis le calme total. Mis à part la pluie et ma propre respiration saccadée, plus un son. Plus un mouvement. La vie semblait avoir déserté ce triste chemin. La solitude et la peur s’invitèrent dans ma cage thoracique, gonflant ma poitrine d’angoisse, serrant ma gorge et mes tempes.

L’eau me dégoulinait dans les yeux. Je revis chaque fois la scène par sensations douloureuses, quelques images fugitives venant s’y superposer. Un symbole ornait la bague de l’inconnue, rendu indistinct par la peine et le temps. Mes parents ? Disparus. Une fiole tendue. « Bois, tu auras moins mal. » Les yeux dans le vide, perdue. Telle une marionnette, j’obéis mécaniquement, saisis le flacon et avalai son contenu suave d’une lampée. Alors que je buvais, la tête penchée en arrière, la pluie lavait mes mains et mon visage de la poussière du sol. Mes cheveux étaient collés sur mon front et dans ma nuque. « Pardonne-moi. » Je frissonnai. Un paisible engourdissement s’étendait à mes membres, plombait ma tête et mon esprit.  Je l’accueillis, lâchai prise, glissai dans un inconscient salvateur et dans les bras de l’étrangère.

Je me réveillai plus tard, l’esprit embrumé, à bord d'une carriole bringuebalante. Cela aurait pu être celle de mes parents, mais non. Les nuages défilaient sous mes yeux, j'entendais des voix basses et inconnues. L'attaque n'était-elle qu'un mauvais délire ? Bien sûr que non. Tout était douloureusement réel.
J'étais en compagnie d'un couple de marchands de verrerie cielsombroise. Ils m'avaient trouvée inconsciente sur le bord de la route, me racontèrent-ils, non loin des restes fumants d'un petit chariot accidenté. Ils faisaient route vers Lorgol, eux aussi, et possédaient de la famille sur place. Ils avaient entamé un long voyage qui les mènerait même jusqu'en Faërie, et ne rentreraient pas en Sombreciel avant de nombreux mois. Ils me laisseraient donc chez une cousine aubergiste. Nous faisions des arrêts réguliers pour nous nourrir et dormir. Sans être affectueux, le couple était attentionné et pris soin de moi tout au long des longues semaines que dura le trajet.

Je vivais ces instants comme si ce n’était pas les miens. Rien n’avait d’importance, seuls comptaient le bruit des sabots des chevaux, la détresse qui me mangeait le ventre, et le manque de mes parents. L’aura mystérieuse de l’inconnue m'accompagnait encore. Blottie dans l’ombre, je n’étais plus qu’une âme égarée, flottant dans les limbes et sur les routes d’Ibélène.

¤


Je ne repris réellement vigueur qu’aux portes de Lorgol.
L'angoisse m’habitait encore, mais à l'approche de la capitale libre, les événements récents s’étaient parés d’une tournure irréelle. Le doute et la peine étaient bien présents, mais semblaient s’effacer devant autre chose : une sorte de rage commençait à poindre. Il fallait que j’agisse, je que je comprenne, que je retrouve mes parents. Comment tout cela était-il possible ?

Mes parents menaient-ils des recherches qui gênaient ou faisaient-ils vraiment des envieux ? Qui avait pu vouloir aller à l’encontre de leur travail ou souhaiter se l’approprier? Ils avaient disparu, mais étaient-ils seulement encore en vie ? Des bandits de grand chemin n’avaient pu être à l’origine de l’attaque : l’or était intact, pour ce que j’avais pu voir. Seules les marchandises avaient été retournées et pillées. D’autant plus que l’attaque était ciblée sur mes parents. Je n’étais qu’une petite victime inutile, je ne connaissais ni recette, ni secret de fabrication d’aucune sorte, aucun contrat n'était sur ma tête. Cette femme aux drogues si douces n'était pas là par hasard.  Et elle m'avait bernée... Dès lors, j’allais éprouver une aversion pour tout ce qui altère l’esprit, et me retrouver avec l’obsession de garder le contrôle en permanence, l’esprit clair et vif.

Debout à l’entrée de la ville, aux côtés des verriers, beaucoup trop de pensées se bousculaient dans ma tête. Je devais faire quelque chose avant de devenir folle. J’avançais donc vers les portes de Lorgol. Je ne pouvais revenir en arrière. J’étais la graine plantée d’autorité, forcée de faire pousser mes racines dans une terre inconnue, d’entamer une vie que je n’avais pas choisie. Le Destin se jouait de moi ? Eh bien j’allais montrer que je pouvais prendre les choses en main !

J’appris au cours des années suivantes que des négociants Erebiens jaloux avaient en effet commandité la frappe pour s’emparer de quelques échantillons, fruits des expérimentations de mes parents, et tenté de leur soutirer des informations.
La femme qui m’avait recueillie et droguée, n’était autre que leur sombre envoyée. Cet assassin n’avait – je ne sais pour quelle raison, les individus de sa profession n’étant pas réputés pour leur tendresse – pas eu le cœur à laisser mourir sur les routes une fillette de dix ans, et avait fait en sorte que je me trouve sur le chemin de marchands généreux.
Même si j’ai pu éclaircir certains points, je me pose encore aujourd’hui certaines questions… Je ne connais toujours pas l’identité précise des Erebiens à qui je dois la perte de mon ancienne vie. Ni celle de la femme assassin.« Pardonne-moi ». Non, je ne pardonne pas, surtout pas à toi…
Quant à mes parents, je ne sais ce qu’il est réellement advenu d’eux. Ma seule certitude est que j’avais dû apprendre à vivre sans.

Mais à l’époque, à mon arrivée à Lorgol, j’étais presque livrée à moi-même, sans possibilité de retour en Sombreciel dans l’immédiat. Pleine d’interrogations, je naviguais entre espoir et anéantissement.  Loin de l’atelier et des routes qui m’avaient vue grandir, loin de ceux que j’aimais, mais avec peut-être la possibilité de les retrouver… Du haut de mes dix ans, je pénétrai avec le poids du chagrin, mais avec la force de la détermination, dans la cité par la Ville Basse, juste devant les marchands qui m'avaient recueillie.
L'idée d'entreprendre le voyage en sens inverse m'obsédait. Je me rendis vite compte que je n’irai bien loin avec le maigre argent dont je disposais. Personne n’accepterait de prendre avec lui une gamine de mon âge pour un voyage jusqu’en Sombreciel. Il fallait que je trouve de l’argent et des contacts en ville. Peut-être mes parents avaient-ils des connaissances parmi les négociants ? D’un autre côté, il pouvait s’avérer dangereux de les approcher…

Jamais je n’avais vu tant d’agitation. Ici, la vie fourmillait, les rues vous happaient et vous entrainaient dans un tourbillon d’images, de couleurs, d’odeurs… Tant de monde ! Des personnes si différentes… Tellement d’activité, de métiers, de marchandises, la magie mêlée à la science ! J’admirai le vol majestueux d’un dragon et la splendeur d’un griffon. Malgré mon état second, je restais abasourdie par la première vision que m’offrait Lorgol. Ces tours impressionnantes, tous ces canaux… Je n’avais jamais rien vu de tel.

Les marchands me menèrent directement chez leur cousine, qui me considéra comme une main d’œuvre bienvenue, puis poursuivirent leur propre route. C’était une auberge modeste, mais bien entretenue. L’honnête femme qui gérait l’établissement m'offrit un refuge, du travail, et occasionnellement, un semblant d'amour maternel. J'admets que dans mon malheur, j'eus tout de même la chance d'échouer dans un lieu accueillant, qui me tint lieu de foyer pour quelques temps.

Les mois passèrent, l’attaque de notre carriole me paraissait de plus en plus floue, irréelle… Ma vie à Lorgol, aussi douloureuse qu’elle puisse être au départ, me devenait familière, et mon existence en Sombreciel me laissait sur la langue le goût d’une histoire inachevée. Toujours inquiète pour mes parents, j’appris à vivre par moi-même, et à enfouir questions et ressentiment. Je n’avais pas encore assez d’économies, ni de connaissances, pour retourner en Sombreciel par mes propres moyens. Plus grave, j’avais l’impression confuse que ce voyage ne se ferait pas de si tôt, que c’en était fini de mon ancienne vie, que je devais embrasser la nouvelle sans grimacer…

C’est résignée, mais avec courage, que j’affrontais chaque nouvelle journée, mettant de côté ce que je pouvais du maigre salaire que je percevais. Si elle n'était pas bien riche, la patronne de l'auberge n'était heureusement pas avare de sourires et d'attention.
Je restais à l’affût de toutes les informations qui trainaient à portée de mes oreilles, j’appréhendais de mieux en mieux le fonctionnement de la ville et de ses habitants, sans pour autant oser m’y aventurer trop avant…  J’allais travailler cinq ans dans cette petite auberge avant qu’un événement ne bouscule la situation.

¤

C’était un soir du Solstice d’Hiver. Les sélections des apprentis par les Maîtres de la Cour des Miracles s’étaient achevées une heure auparavant. Je ne savais trop comment considérer cette étrange confrérie. J’avais bien compris leur importance au sein de la cité, sans parvenir toutefois à les cerner. Je restais donc, chaque Solstice, à distance de ces individus fascinants – mais néanmoins voleurs ! Je veillais sur mes économies comme une poule sur son œuf et ne voulais en aucun cas risquer une mésaventure au contact de personnes à qui je ne pouvais accorder ma confiance.
Alors que je regagnais le réduit qui me servait de logis sous les toits de l’auberge, après une froide et dure journée de labeur, je remarquai que ma porte baillait, entrouverte sur l’obscurité, chose inhabituelle puisque je prenais soin chaque matin de la verrouiller. Ma sacoche contenant mes économies avait disparu… Malade de désespoir et de colère, je tentai de me contenir et redescendis rapidement dans la salle principale de l’auberge, où quelques groupes de clients buvaient encore des chopes de cervoise ou d’hydromel. Le larron ne savait sûrement pas à quoi ressemblait le propriétaire de la sacoche volée, et avec un peu de chance, il était sûrement encore dans les parages… Maudits enfants de la Cour ! De toute façon, je n’avais pas le choix.

Après avoir ravalé mes larmes, j’avais essayé de me composer un visage neutre en descendant les escaliers, et je vaquais à présent aux tâches ménagères qui m’incombaient d’ordinaire, gardant l’oreille sur les conversations des clients, observant la salle du coin de l’œil. C’est ainsi que je cernai un jeune imbécile, l’air bien trop satisfait pour être honnête, chuchoter à l’oreille d’un collègue et lui faire tâter quelque chose sous la table. Un infime tintement m’assura que j’avais vu juste.
Mais comment pouvais-je récupérer mon bien ? Je ne pouvais accuser des clients sans preuve, d’autant plus qu’ils appartenaient à une groupe influent de la capitale… Je me souvins alors de la réserve d’herbes de la patronne. Elle s’en servait pour relever certaines boissons, ou apaiser. Or, parmi ces plantes, c’en trouvait une qui, chauffée en quantité suffisante, endormait, ou du moins, rendait amorphe en quelques minutes. J’attendis que le jeune voleur et son compagnon commandent une cervoise chacun. Je fis signe à la patronne occupée à discuter avec un groupe de marchands que je me chargeais de les servir. J’en profitai pour faire ma préparation en remerciant mes parents pour leur enseignement.

Une fois les chopes servies, je me procurai vite une étole de tissu pendue à un clou, un chapeau mou qui trainait par là, et sortis devant l’auberge. Je me mis à l’écart, enveloppai rapidement le haut de mes habits dans le tissu et vissai le chapeau sur ma tête jusqu’à mes yeux – il ne s’agissait pas qu’on me reconnaisse ! J’étais effrayée, mais la détermination et l’excitation me donnaient des ailes. Par chance, la voie était presque déserte. Peu de gens circulaient dans cette ruelle à cette heure avancée de la soirée. Mon souffle se transformait en petits nuages vaporeux. On ne distinguait même pas les étoiles à travers le manteau dont était vêtu le ciel. J’attendis dans l’ombre, silencieuse et frissonnante.

Les jeunes voleurs sortirent en chancelant quelques instants plus tard. Ils avaient une bonne descente… Je les suivis en retrait sur une vingtaine de mètres, attendant de les voir s’affaler. Mais quelque chose clochait… Seul l’un des vauriens était vacillant, l’autre ne faisait que le soutenir, calquant son pas sur celui de son ami. Je saurai plus tard que distrait, il avait renversé sa chope et n’avait pas eu de quoi s’en payer une autre, contraint d’attendre que son ami finisse la sienne en vitesse, ce qui expliquait la rapidité de l’action…
Il fallait que je me débarrasse du garçon saoul mais non drogué.  Heureusement que l’ivresse jouait contre lui. J’en profitai pour m’approcher par derrière et lui décochai un coup de pied bien senti à la pliure des genoux. La douleur, l’alcool et la gravité le mirent au sol immédiatement. Je le frappai aussitôt au crâne, l’assommant à moitié. Je le trainai ensuite dans l’ombre d’une venelle adjacente pour ne pas attirer l’attention.
Je revins précipitamment au deuxième compère qui s’était effondré au sol dès que l’autre l’avait lâché. Il ronflait comme un sonneur. Sa présence n’avait alerté personne : il était courant que des ivrognes s’endorment au milieu des ruelles à proximité des tavernes.

Je me jetai sur mon voleur, le détroussai sans remords, récupérant ma sacoche pleine, et quelques pièces supplémentaires au passage, tout en m’assurant d’avoir la Lune voilée pour seul témoin.

Fière de mon entreprise, je retournai en courant à l’auberge, regagnant sa lumière et sa chaleur rassurante. J’avais fini le travail que m’avait confié la patronne, et montai donc directement dans mon petit réduit pour prendre un repos bien mérité. La porte était toujours entrouverte, mais plus sur les ténèbres… Intriguée par la lueur vacillante, je m’approchai de ma petite pièce et découvris un des clients de la soirée, un homme d’une quarantaine d’années, au visage abrupt,  assis sur un coin de ma paillasse. L’un des Maîtres.
« Que sais-tu de la Cour des Miracles ? »

Malgré les sélections terminées, auxquelles je n’avais bien sûr pas pris part, j’avais été repérée pour mon opiniâtreté, mes capacités d’observation, d’adaptation et d’improvisation, pour la rapidité de mon action, ma discrétion et mon audace. Je ne l’avais peut-être pas souhaité, mais j’avais éveillé l’attention du Maître Espion en Infiltration…
Je savais que je ne parviendrais pas à retourner en Sombreciel avant longtemps. On me proposait une formation qui me serait plus qu’utile dans mes recherches. Une revanche. On me valorisait. On me proposait un nouveau foyer. Plus qu'une protection, une famille. Particulière, il est vrai. Très nombreuse, mais aux liens puissants. Cette communauté, je l’intégrai sans hésiter. Je suivis le Maître, me laissant avaler par Lorgol. Je parcourus les entrailles de la ville dans son ombre, jusqu’à fouler pour la première fois les pavés enchantés de la Cour des Miracles.
C’est ainsi que j’entamai ma formation d’espionne, aux côtés du Maître qui m’avait repérée en cette fameuse nuit de sélection du Solstice.

¤


Spécialisée en infiltration, je suivis avec succès mon apprentissage de cinq ans au sein de la Cour. Sur la fin de ma formation, je pus enfin retourner en Sombreciel à l’occasion d’une dernière mission avec celui qui allait rester, plus que mon maître, mon second père.
Nous tentâmes de retrouver l’atelier de mes parents, au sein d’un quartier qui avait bien changé en ma longue absence. Il n’existait plus. Un incendie avait ravagé le laboratoire ainsi que notre logis. La moindre preuve des travaux de mes parents et de l’existence de ma famille avait été détruite. Ici, j’étais sans attache, sans héritage… Pouvais-je encore me raccrocher au passé ? Cette blessure s’est depuis longtemps transformée en une cicatrice qui me démange encore aujourd’hui.

Depuis cette époque, je sers pleinement la Cour des Miracles. Œuvrant entre la Ville Haute et la Ville Basse, fréquentant aussi bien les plus belles tours que les canaux les plus sombres, allant même jusqu’à voyager dans les deux royaumes pour certaines missions bien particulières. Récolte d’informations, jeux d’influences, intrigues politiques et affaires plus exotiques sont mon quotidien. Cours, noblesse, négociants, pirates, petites gens… Toutes les sphères de la société peuvent être amenées à se procurer les services d’un espion. A côtoyer tous ces milieux, j’ai pu acquérir une certaine connaissance de la nature humaine et me fais un jeu de cerner les individus.

Jouant de nombreuses personnalités pour parvenir à mes fins, j’ai mes entrées chez les influents de Lorgol, qu’ils soient d’en haut ou d’en bas. Je n’hésite pas à brouiller les apparences dans un savant mélange de prudence et d’audace, sautant d’une intrigue à l’autre telle une équilibriste ignorant la chute. Sur mon passage, il ne reste  de moi que le doute d’un murmure. Je ne provoque jamais plus d’un remous dans l’obscurité des choses cachées… Je mène une existence vibrante d’adrénaline et d’imprévu. J’aime sentir mon ventre se serrer, cette chaleur prenante irradier mon être depuis mon plexus, l’électricité courir dans chacun de mes nerfs… Cette tension qui précède, puis accompagne l’action. J’agis toujours librement, me préoccupant de mes intérêts et de ceux de la Cour des Miracles.

« Petite ombre, tu vas devoir apprendre à côtoyer la lumière », m’a un jour dit mon maître. C’est ainsi que j’évolue entre ombres et reflets, incarnant une série de rôles illusoires et agissant en secret. J’essaye de ne pas me perdre au milieu de toutes les images que je renvoie, de garder un repère, de rester moi-même. Il n’est pas aisé de créer des liens sincères en-dehors de la Cour, ce qui me pèse parfois, malgré mon caractère solitaire. Je ne suis pas qu’une ombre mouvante aux reflets éphémères. De Sombreciel, je sais que j’ai hérité de l’esprit libre et ouvert. Mes accès imprévisibles de douce tristesse, également. Mon maître et l’expérience m’ont appris à canaliser mon tempérament de feu pour ne le libérer qu’aux moments opportuns.

Je n'ai jamais oublié la générosité de l'aubergiste à qui je rends régulièrement visite. De petit poussin de la Cour, je suis finalement devenue Maître Espion en Infiltration.
J’enseigne le contrôle du corps et de l’esprit, l’excellence comme but invariable. L’adaptation permanente, l’exigence de l’imprévu, l’importance des apparences, de l’anticipation, les techniques d’infiltration, l’observation, le savoir et l’exercice…

Mais aujourd’hui, plus que mes missions, mon statut de Maître à la Cour des Miracles et mes devoirs en tant que tel, c’est la situation en Arven qui me préoccupe. Une guerre couve, chacun aura son rôle à jouer. Mon maître avait coutume de me dire : « Pour comprendre – et donc maîtriser – une chose, nulle autre place n’est meilleure que son cœur. » Si les choses se précisent, je risque donc fort de me projeter au centre des événements…

Je saurai m’adapter le moment venu, en espérant ne pas tomber au cours du conflit. J’embrasse du regard une dernière fois la ville sous mes pieds et l’horizon aux lueurs naissantes. Je retourne à présent dans mon hôtel particulier niché dans les entrelacs de Lorgol. Je descends de ces toits si haut-perchés sur lesquels j’aime prendre de la hauteur et replonge dans la vie foisonnante de la cité que je chéris tant.




Dans ma tête, ça se bouscule

Que penses-tu des compétences de la toute nouvelle impératrice de Faërie, la jeune Chimène ? La trouves-tu légitime, penses-tu qu'elle va réussir sa période de probation ?
• Malgré mon attachement à la liberté et à l’indépendance totale, je suis bien forcée de me pencher sur la politique. Avec ma profession et mon statut, on est souvent amené à évoluer (même caché) dans les hautes sphères… Chimène n’a certes pas l’expérience nécessaire pour assumer pleinement son rôle dans l’immédiat. Elle a cependant de son côté la force de la légitimité (semble-t-il), et la volonté. C’est la fatalité qui l’a placée d’autorité sur le trône, il est vrai, mais avec rigueur et esprit, on peut tracer sa propre voie. De plus, un bon chef doit savoir s’entourer… Nous verrons bien par la suite si elle fait les choix judicieux et affirme son jeune caractère pour porter un empire sur ses délicates épaules.

Envisages-tu de prendre part au conflit si une guerre entre Ibélène et Faërie devait se déclarer ? Quel parti prendrais-tu, et pourquoi ? Comment participerais-tu à la lutte ?
• Si une guerre venait à embraser le continent, je prendrais part au conflit en gratifiant de mes talents ceux qui me le demanderont. Je suis une espionne après tout… Peu m’importe de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Chacun mérite de vivre en paix. Bien sûr, si une occasion se présentait d’apaiser le conflit, je tenterais quelque chose.
Mais ma liberté passe avant le reste. Vivre libre et protéger Lorgol, voilà ce qui compte. Seul le Fils de l’Ombre saurait influencer mes choix.


Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Lorgol n’est pas uniquement le lieu que j’habite, c’est l’essence même de ma personnalité. Complexe, à mille facettes, mille reflets… J’aime cette ville riche de diversités et de libertés. Ici je retrouve cette indépendance et ce foisonnement qui me font vibrer.
Bien sûr que je m’y sens sereine, j’y suis chez moi. Chaque passage, tour ou canal peut m’offrir son ombre familière, sans compter la Cour des Miracles… Je me mêle aisément à la population, nobles, commerçants ou faquins, j’y ai mes relations.


RP TEST : INTRIGUE GLOBALE 1.2 • Le Carnaval des Miracles


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Clem/Elöwenn et j'ai 25 ans. J'ai découvert les Chroniques d'Arven via un topsite et voici ce que j'en pense : Un univers riche et construit, un beau forum qui sent bon, un accueil chaleureux... Je vais peut-être poser mes valises ici !
Pour les inventés : Je ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.



Dernière édition par Aelis Valombré le Mer 17 Fév - 20:10, édité 38 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 2:47

Yeah, bienvenuuue Aelis :saute: :lama:
J'aime beaucoup ton caractère en vers. :amur:
Bon courage pour la suite de ta fiche :youpi:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 2:51

Merci beaucoup Melbren ! :3:
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 3:29

Bienvenue pour de bon :cute:
Bon courage pour terminer ta rédaction :siwi:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 3:49

Merci ! :cute:
Je vais tâcher de faire ça vite ! :love:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 6:29

Bon courage pour ta fiche :**:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 7:13

Bienvenue Aelis, très jolis vers :3:
Hâte d'en savoir plus sur toi, bon courage pour ta fiche :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 8:41




Mmmmmmmmmmmm, les espionnes ça m'a toujours fait saliver ! :**: :geu: :vv:

Sois la bienvenue, Aelis. :respect:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 10:01

Bienvenue Aelis ! :calin:

Tu as trouvé un bien bel endroit pour poser tes valises ! Bon courage pour rédiger ta fiche ! :coeurs:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 11:01

Bienvenue, officiellement, même si ça fait un moment qu'on papote ! ^^
Bon courage pour la suite de ta fiche, le début est déjà très bien ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 11:32

Bienvenue, NATALIE ♥️♥️
:saute: :saute:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 2 Fév - 12:54

Merci vous tous, vous êtes adorables ! :fox3:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptySam 6 Fév - 11:48

Mais je ne t'ai même pas officiellement souhaité la bienvenue :argh:

Bienvenue donc :**: Bon courage pour la suite de ta fiche, j'ai hâte de te lire ! Si tu as besoin d'aide, tu sais où nous trouver :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyDim 7 Fév - 18:30

Bienvenue à toi par ici ! Bonne chance pour ta fiche ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyMar 9 Fév - 0:32

Merci beaucoup ! :3:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyJeu 11 Fév - 19:55

Me voici :mimi:

Dans l'ensemble, c'est un personnage très intéressant que tu nous proposes, avec des nuances et plein de possibilités ! Mais avant de te valider, il va falloir que je revoie avec toi quelques détails :coeur:

• Tu évoques ses parents comme des marchands, des savants... mais tu parles également d'un domaine et d'une propriété. C'est assez peu compatible. Il existe des domaines terriens qui ne sont pas la propriété de nobles (tel que celui d'Ambroise de la Lande par exemple), mais ils sont généralement exploités comme tels. Les parents d'Aelis semblent plutôt être des bourgeois, qui auraient davantage leur place à la ville.

• Concernant l'attaque qu'elle subit, les choses sont assez floues. Je comprends que tu aies souhaité laisser cette partie très imprécise mais en l'état... ça manque vraiment de précisions. Pourquoi ont-ils été attaqués, sans que leurs marchandises et leur or ait été récupéré ? Par qui ? Même des marchands rivaux auraient récupéré au moins les marchandises. Même si Aelis elle-même ignore ce qui se cache derrière cette attaque, il faut que tu nous en dises un peu plus à ce sujet.

• De même pour cette femme mystérieuse. Qui est-elle ? Pourquoi a-t-elle entamé ce voyage vers Lorgol avec la petite, pourquoi ne pas la ramener simplement à Euphoria où elle a peut-être de la famille ? Pourquoi l'abandonner sans un mot ? Un tel voyage, à cheval, durerait plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Aelis est restée droguée tout ce temps, sans être alimentée correctement ? Là aussi, même si Aelis ne sait rien, il faut que tu puisses le justifier solidement derrière parce qu'en l'état, c'est vraiment improbable :cute:

• Les apprentis de la Cour des Miracles sont rarement sélectionnés avant d'avoir atteint au moins l'âge de 14-15 ans. Aelis n'a donc pas pu entrer en apprentissage si tôt. Petit détail : elle s'est illustrée par un vol... pourquoi est-ce donc un Maître espion qui vient à elle et pas un voleur ?

• Tu dis que ce qui s'est passé avec son sac faisait partie des sélections du Solstice. Sans être de notoriété publique, ces sélections ne sont pas secrètes et ne ciblent pas un jeune en particulier. Elles servent à tester tous les jeunes d'essayer de se faire remarquer, ils y viennent de leur plein gré et passent les épreuves en connaissance de cause. Le vol de sacoche n'est tourné que vers Aelis et ressemble davantage à un véritable larcin qu'à un test (d'autant que si c'était un test, le voleur en question ne se serait pas laissé piéger puisque observant ses réactions, et il n'aurait pas reçu de réprimande de la Cour – d'ailleurs, la Loi de la Cour n'interdit de voler qu'un autre enfant des Miracles, même une auberge protégée par la Cour ne peut garantir cette protection à ses clients).

• En parlant de Maître, j'ai l'impression qu'il y a une petite confusion : il n'existe au sein de la Cour des Miracles que 8 Maîtres – un pour chaque spécialité – qui composent ensemble le Conseil des Ombres. Le Maître est responsable du recrutement des apprentis de sa spécialité mais ne les forme pas tous à lui tout seul. Dans le cas de l'infiltration par exemple, tous les espions formés en infiltration et ayant achevé leur apprentissage peuvent potentiellement prendre apprenti. Du coup, tout ça est un peu confus : le maître d'Aelis était-il le Maître en infiltration de la Cour ou un simple espion, ce qui est beaucoup plus courant ? (Pour bien différencier, n'hésite pas à mettre la capitale uniquement lorsqu'il s'agit bien du Maître en infiltration et à écrire le maître d'Aelis tout en minuscule) Par ailleurs, à 35 ans, à moins qu'elle ne l'ait jamais voulu, il est peu probable qu'Aelis n'ait jamais eu d'apprenti.

• Enfin, dernière chose : tu écris au passé en utilisant uniquement l'imparfait ce qui donne une tournure vraiment étrange. Pense bien au passé simple pour toutes les actions rapides ( « J'ouvris la sacoche... », « J'attendis qu'ils commandent... », etc.)

Ça peut paraître énorme, mais au delà de ça, tu as vraiment une jolie plume et Aelis est un personnage prometteur ! Je suis sûre que tu vas t'en sortir !
Surtout, si tu as la moindre question, n'hésite pas à faire appel à nous – ou à nos super parrains :superman:
Bon courage :hug:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyJeu 11 Fév - 21:28

Rebonsoir ! :love:

On en a déjà un peu parlé sur la CB tout à l'heure, mais encore merci pour ta révision !  :coeur:

C'est vrai que ce n'est pas évident de créer son premier personnage, mais je vais m'accrocher ! Tes remarques sont tout à fait pertinentes, et si j'ai en effet du pain sur la planche, ce n'est pas non plus insurmontable ! ;)
Je ne pourrai pas travailler dessus ce soir, mais j'enchainerai vite, histoire de battre le fer tant qu'il est chaud. :oui:

A très bientôt !  :lama:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyLun 15 Fév - 21:51

Après deuxième lecture, tout me semble convenir :coeur:

A un détail près... :cute: L'assasin a pu laisser la petite en vie, à partir du moment où son contrat ne s'appliquait pas à elle et où il serait impossible qu'elle puisse remonter un jour jusqu'à elle, donc qu'elle n'ait pas vu son visage.
Quant au voyage droguée vers Lorgol, ça demeure un peu compliqué :hm: Une enfant de cette âge, même Cielsombroise, droguée aussi longtemps aurait forcément des séquelles. Si elle n'a pas pu l'emporter jusque Euphoria, tu pourrais par exemple partir sur l'idée qu'elle l'ait tout de même larguée non loin (à Automnal par exemple ?) et confiée à des marchands en partance pour Lorgol ? Ce serait plus cohérent :coeur:

Je te laisse revoir ça, on peut en discuter par MP si tu le souhaites et ce sera tout bon :superman:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets EmptyJeu 18 Fév - 18:08


Lorgol • La Cour des Miracles

Bienvenue !

Aelis Valombré




Après bien des modifications, je suis vraiment ravie de pouvoir enfin de te valider. Aelis est un personnage très intéressant et j'ai hâte de la voir en jeu !
Sois la bienvenue parmi nous, Clem !  :siwi:

Tu peux dès à présent aller gambader gaiement parmi les dragonnets :

• C'est le moment d'aller faire les yeux doux aux autres dragonnets ! Ouvre vite ta fiche de liens et fais-toi plein de copains. Ou de pas-copains. Comme tu préfères.  :gnut:

• Nous te conseillons également vivement de tenir ta chronologie bien à jour : l'ubiquité reste encore à inventer, côté magie et côté science.  :geu:

• N'hésite pas à nous faire part de la moindre demande ou question !  :coin:

• Tu peux dès à présent poster un ou plusieurs scenarii - n'hésite pas à les construire avec d'autres membres pour cumuler ses liens et décupler son attractivité.  :bro:

• Les dragonnets sont bavards. Viens flooder et passer tes soirées à refaire le monde sur la CB !  :augustus:

• Et enfin, n'oublie pas que le forum a besoin de toi pour être connu : tu peux voter pour Chroniques d'Arven toutes les deux heures et nous attirer encore plus de dragonnets !

Bon jeu à toi en Arven, Maîtresse des Infiltrés.
Puisse le Destin te guider par la main sur ses tortueux chemins...  :mimi:

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Aelis Valombré • Entre ombres et reflets   Aelis Valombré • Entre ombres et reflets Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aelis Valombré • Entre ombres et reflets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un peu de hentaï pour un ado de 15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Oubliettes-
Sauter vers: