AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
399.99 € 499.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 La magie des automates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: La magie des automates   La magie des automates EmptyVen 18 Jan - 19:54


Livre IV, Chapitre 1 • Les Labyrinthes de Sithis
Lancelot l'Adroit & Sonjä de Sylvamir

La magie des automates

Et autres conseils mécaniques




• Date : 5 janvier 1004
• Météo (optionnel) : (non défini)
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Lancelot rencontre des difficultés en travaillant sur son abeille. Ayant toujours pour habitude de se rendre à l’Académie, il entre en contact avec Sonjä sous prétexte de vouloir améliorer la mécanique de ses automates.
• Recensement :
Code:
• [b]05 janvier 1004 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4496-la-magie-des-automates]La magie des automates[/url] - [i]Lancelot l'Adroit & Sonjä de Sylvamir[/i]
Lancelot rencontre des difficultés en travaillant sur son abeille. Ayant toujours pour habitude de se rendre à l’Académie, il entre en contact avec Sonjä sous prétexte de vouloir améliorer la mécanique de ses automates.résumé



→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49


Dernière édition par Sonjä de Sylvamir le Ven 18 Jan - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: La magie des automates   La magie des automates EmptyVen 18 Jan - 19:56

Lointains étaient les jours de son apprentissage, l'époque où être entourée de Magie indifférait Sonjä qui n'avait d'yeux que pour le Savoir. Cette insouciance n'était pas celle de son esprit d'adulte, vieilli et façonné par la politique de son duché et les convictions de la femme qui l'avait élevée. Désormais elle partageait cette aversion pour la Magie, ce rejet condamnant qui avait le malheur d’être né Mage en terre ibéenne à subir les foudres de ses pairs. Plus profonde encore était la peur que lui inspiraient les enfants d’Aura, mal dissimulée derrière le masque de l’hostilité que la Savante affichait en permanence face à ces obscures pratiques.
En conséquence, Sonjä peina à masquer son désarroi lorsqu’elle tomba nez-à-nez avec un visage qu’elle reconnaissait comme étant celui d’un Mage.

L’enseignante n’avait pas assez d’expérience pour recevoir ses anciens élèves, mais ne refusant jamais une occasion d’échanger à propos de son domaine, elle avait accepté avec plaisir de rencontrer, à la demande d’un collègue, un jeune homme qui avait foulé le sol de l’Académie.
Il répondait au nom de Lancelot, un nom qui ne lui était pas inconnu ; elle était persuadée l’avoir déjà entendu alors qu’elle-même entamait son cursus, probablement avaient-ils été contemporains lors de leurs études. Elle se préparait donc à revoir un ancien camarade Savant, qu’elle aurait croisé au détour d’un cours en commun ou de recherches dans la bibliothèque de la Pensée Automnale. Car il ne lui était pas venu à l’esprit qu’un Mage puisse s’occuper de Savoir, tout comme elle ne pouvait pas s’imaginer s’intéresser à la Magie.
Et pourtant c’était bien un Mage qui se tenait debout, face à la table d’étude à laquelle elle était installée. Mnémosie ne pouvait la tromper comme elle l’avait fait avec son patronyme : ces traits étaient bien ceux que Sonjä avait en mémoire, qui avaient étrangement si peu souffert des années ; ceux de Lancelot, le Mage aux automates.

Lancelot bénéficiait déjà d’une certaine renommée au sein de l’Académie lorsque Sonjä avait commencé son apprentissage et que lui achevait bientôt le sien. Comme ils l’avaient amusée, ces petits personnages qui semblaient être animés d’une volonté propre, ils lui avaient rappelé Lughnasadh et ses premiers intérêts pour la Science. Pour un court instant, l’émerveillement de l’enfant d’autrefois prit le pas sur la peur, lui permettant de s’autoriser un sourire à ce souvenir. « Ce que la Magie peut faire de beau »… Les paroles du jeune Adonis prirent tout leur sens.
Déterminée à ne pas laisser ses peurs lui faire manquer l'occasion d'échanger sur la mécanique, en admettant que le visiteur soit bien venu dans cet objectif, elle serra les poings et tenta de rattraper le long silence qu'elle avait laissé filer.

« Lancelot, je présume ? » Indécise quant à la façon de le saluer, elle se contenta de se lever en fermant son livre. « Sonjä de Sylvamir. » Cela, il devait s’en douter, mais Sonjä sentait que son stress risquait de l’embourber et cherchait à fuir les silences qui ne feraient que pointer du doigt son malaise déjà aisément discernable. « On m’a dit que vous cherchiez des conseils en mécanique ? En quoi puis-je vous être utile ? »


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: La magie des automates   La magie des automates EmptyJeu 14 Fév - 2:10

Cela ne fonctionnait pas.  Pendant longtemps, j'avais dû laisser mes recherches sur l'abeille de côté, trop occupé ailleurs pour m'y pencher sérieusement.  L'année dernière avait été folle en ce que jamais je ne m'étais autant déplacé à travers le continent depuis que j'avais élu domicile à Lorgol.  J'avais trop longtemps délaissé mon atelier, mais à dire vrai cela était nécessaire.  Je ne regrettais pas tous ces voyages à travers le continent, plusieurs d'entre eux m'avaient d'ailleurs permis de retrouver ma fiancée, Agathe.  Le temps s'écoulait à la fois si lentement et si rapidement.  Il y avait déjà plus d'un an que j'étais en possession de l'abeille et je n'avais toujours pas avancé mes travaux.  C'était presque surprenant que personne n'ait encore eu vent du fait qu'elle était en ma possession et qu'on n'ait pas essayé de me la voler ou de me la prendre.  Je ne m'en plaignais pas, mais je comptais les jours où elle restait encore mienne à étudier, avant qu'elle ne se retrouve entre les mains de quelqu'un d'autre.  Dès lors que ma vie à Lorgol eut repris son cours normal et que la boutique d'automates s'était remplie à nouveau des mes créations, j'avais ressorti les plans de l'abeille.  Tous les soirs, éclairé d'une chandelle, je m'y penchais, tandis qu'Ygraine dormait.  Je ne voulais pas que ma sœur n'apprenne que j'étais en possession d'un tel objet.  Je ne voulais pas la mettre en danger.

Néanmoins, rien n'aboutissait, j'étais désormais dans l'impasse.  J'avais besoin d'aide.  Lorsque j'avais d'abord eu à travailler sur l'abeille, j'avais Melbren à mes côtés.  Son savoir en mécanique était nettement plus avancé que le mien, il voyait des choses que je n'arrivais pas à voir.  Après tout, je n'avais qu'une connaissance apprise par moi-même, très superficielle et souvent la magie venait régler les derniers problèmes de mes mécanismes d'automates.  Cette fois, ce n'était pas possible et j'avais besoin d'assistance.  Mon premier réflexe aurait été de me tourner vers Melbren, mais j'avais besoin d'une aide active et rapide : nous n'étions ni l'un ni l'autre en mesure de nous déplacer pour l'occasion, du moins je le supposais, alors il me fallait trouver une alternative.  Celle-ci se présenta rapidement comme une évidence.

En raison de sa participation à l'homme vapeur du Tournoi des Trois Opales et de sa renommée ainsi acquise, j'avais eu vent de la présence de Sonjä de Sylvamir à l'Académie.  C'était donc elle que j'avais choisi de contacter et elle répondit assez promptement à mon appel à l'aide, me donnant rendez-vous à la bibliothèque de l'Académie où je me rendis.  On m'escorta rapidement à la bibliothèque où la nouvelle enseignante m'attendait.

« Lui-même pour vous servir, ma dame, » répondis-je avec une révérence élégante.  Je me redressai et tirai la chaise en face de la jeune femme pour m'y asseoir dans un geste léger.  Je posai les rouleaux de parchemins que j'avais emmenés avec moi, des copies partielles de mes notes pour ne point tout révéler de mon travail : après tout elle restait une inconnue et je ne voulais pas partager entièrement mes découvertes, ni qu'elle ne se doute de la nature exacte de celui-ci.

« Effectivement, je rencontre un problème fort épineux en mécanique.  Ma formation et mes connaissances sont limitées aux ouvrages que j'ai lu dans cette même bibliothèque et j'ai atteint les limites de mes compétences.  C'est pourquoi j'aimerais faire appel à votre science.  Peut-être saurez-vous m'aider. »

Lentement, je dépliai les parchemins couverts de croquis et de notes.  Je m'étais contenté de reproduire certains segments des mécanismes séparément, ne laissant pas la forme de l'abeille se dessiner sur le papier.  J'espérais que cela suffirait à lui masquer la réelle nature de mes expériences.  « Voici quelques plans d'un automate auquel je travaille en ce moment.  Il est d'une complexité différente à celle des autres et malgré tous mes efforts, je n'arrive pas à le faire fonctionner normalement. »






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: La magie des automates   La magie des automates EmptyLun 18 Fév - 14:30

Les appréhensions de Sonjä furent vite remplacées par la curiosité et par cette irrésistible envie - ou besoin ? - de faire démonstration de ses connaissances, d’étaler fièrement son savoir à tous ceux qui étaient en mesure de l’apprécier - en l’occurrence, ce jeune homme qui lui demandait conseil. Une avidité à la reconnaissance qui ne pouvait lui venir que de sa marraine, dont elle avait constamment cherché l'approbation et le sourire, sans jamais qu'effleurer la première et imaginer le second.
Sonjä se plongea sans mal dans l'étude des parchemins sortis par Lancelot. Elle suivit des yeux les tracés, du doigt certaines lignes, lut chaque annotation avec une attention toute particulière. Mais après plusieurs minutes d'auscultation intense, elle resta hébétée. Ce qu'elle avait sous les yeux ne faisait pas écho à son esprit d'ingénieure. Les plans étaient bien clairs, mais l'ensemble ne trouvait pas son sens. Elle peinait à déterminer l'objectif du schéma, la fonction principale qui serait accomplie par l'automate dont il était question. Devant ce doute et son incapacité à reconnaître qu'elle n'y entendait pas grand-chose, sa seule stratégie fut de feindre la compréhension pour se donner du répit.
De toute évidence, les plans étaient soit terriblement faux, soit le mécanisme n'était pas autonome et dépendait d'un autre élément, tu. Elle avait pu témoigner des capacités mécaniques de Lancelot, suffisamment pour éloigner la première hypothèse. Alors pourquoi lui fournir seulement la moitié des informations ? Pour le secret de fabrication ? Avait-il peur qu'elle ne s'empare du concept ? Il était vrai qu’il ne ressemblait en rien à ce qu'elle avait vu auparavant, mais outre l’aspect moral, la fierté d’avoir inventé quelque chose était bien trop importante chez elle pour qu’elle ne s’abaisse à l’usurpation.

La savante tenta de reprendre son analyse à zéro en oubliant toute idée qu’elle se faisait des automates, qui peut-être l’avaient influencée dans sa perception du mécanisme ? Sans admettre dès le départ qu’il aurait à être remonté, comprendre l’essence même des rouages plutôt que leur utilité finale. Mais même avec le plus haut niveau d’abstraction dont elle pouvait faire preuve, elle ne parvint pas à retrouver la cohérence qu’elle cherchait.
Mentalement, elle visualisa le mécanisme tel qu'il devait être monté. Voyons, elle en avait vu, des plans et des machines. Y avait-il ne serait-ce qu’une seule occurrence d'une telle logique dans ses souvenirs ?

Sonjä finit par décoller ses yeux du papier pour les poser sur le visiteur. Elle n'osait pas directement l’interroger sur ce plan partiel. D'une part, parce qu'en le faisant elle reconnaissait ne pas comprendre ses schémas, chose qu’elle ne s’admettait déjà qu’avec difficulté. D'autre part, parce qu'il lui en avait délibérément - ce qu’elle avait déduit devant l’absence de mention d’un parchemin supplémentaire qu'il aurait oublié - masqué un morceau ; il devait disposer de ses raisons. Le confronter à ce sujet le mettrait au mieux mal à l’aise, au pire, le pousserait peut-être à fuir avec ses parchemins. Maintenant qu’elle était intriguée par cette énigme qui lui avait été posée, elle n’était pas disposée à le laisser filer sans en avoir obtenu la réponse.
L'air de rien, presque comme pour faire lui faire la conversation tandis qu'il patientait, elle éleva la voix. « Comment vous est venue l’idée de ces plans ? » demanda-t-elle avec toute l’innocence qu’elle pouvait y mettre pour masquer sa suspicion. « Je salue bien sûr leur originalité… » Il y avait un « mais », qui resta coincé au fond de sa gorge, trahissant son absence par l’intonation coupée dans sa montée.

Adieu la curiosité, c’était désormais la déception qui se lisait dans les yeux de Sonjä. La même qui poindrait probablement sur les traits de Lancelot quand elle lui avouerait qu’elle ne comprenait pas assez pour l'aider.


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: La magie des automates   La magie des automates EmptyJeu 14 Mar - 17:46

J'observais la jeune femme avec attention tandis qu'elle consultait les plans que je lui avais emmené.  Je pouvais remarquer ça et là un hochement de la tête approbateur, comme si elle reconnaissait certains mécanismes.  Cela me soulageait, j'avais peur de m'être déplacé pour rien.  Elle arriverait certainement à m'aider.  Pour le moment, mes projets n'avaient rien de grandioses, en vérité il y avait encore tant à découvrir sur les savoirs du Temps que je doutais pouvoir un jour même reproduire à nouveau une abeille qui ne fonctionne comme celle-ci.  Il me semblait que c'était impensable pour le moment.  Peut-être viendrait-il un jour où ce serait envisageable, mais il était fort loin, surtout si cette entrevue ne m'apportait pas les réponses que je cherchais, ce dont je ne pouvais encore être sûr.  Visiblement, les rumeurs à propos des connaissances de Sonjä n'étaient pas complètement erronées, mais devant un tel schéma, arriverait-elle à trouver la solution que je cherchais?  Seul le temps me l'apprendrait et j'étais déjà impatient de voir les choses se dérouler un peu plus avant.  Car ces plans avaient piqué sa curiosité en lui présentant quelque chose de nouveau, voir peut-être même un certain défi.  Il me semblait évident que quelque chose la surprenait et soulevait les questions dans son esprit, il n'y avait nul besoin qu'elle ne termine sa phrase pour que je n'en devine le sous-entendu.

Si une part de moi aurait pu se sentir offusqué qu'elle doute de mes talents et de ma capacité à tracer de tels plans, je savais très bien que j'étais incapable seul d'une telle complexité mécanique et sans l'aide de Melbren, je n'aurais jamais réussi à reproduire seul cette abeille.  C'était complètement de mes propres automates.  Je ne pourrais naturellement pas jouer la carte de la franchise sur toute la ligne, mais peut-être serait-il judicieux de lui spécifier que je n'étais pas l'auteur de ces plans, ou du moins pas l'inventeur derrière la machine qu'ils représentaient.

« Ce n'est pas là entièrement mon ouvrage.  Je fabriquant d'automates, votre expertise vous aura certainement fait remarquer que cette machine est plus complexe et fait plus que répéter en boucle le même mouvement. »

Je n'ajoutai pas que contrairement à mes créations, celle-ci n'était pas animée par la magie.  Je tirais une grande fierté de mes talents en magie de l'invocation, mais les Savants dépourvus de magie comprenaient parfois difficilement en quoi l'alliage du savoir et de la magie étaient sublime.  Surtout quand la-dite savante n'était nulle autre qu'une Kyréenne.  Bien que le domaine d'Agathe soit en Valkyrion, je ne l'y avais toujours pas accompagnée, les gens de mon espère y étant extrêmement mal accueillis.

Mon doigt se posa sur l'une des parties du plan et je tapotai légèrement le parchemin.  « Ici.  C'est là que j'éprouve un problème.  Cette machine est activée par une clef, néanmoins je trouve que c'est fort regrettable.  Elle serait plus fonctionnelle si on pouvait automatiser son fonctionnement. »

Il y avait bien quelque honte à ressentir lorsqu'on était fabriquant d'automates et incapables de trouver comment transformer une machine en automate à son tour.  Les rouages à l'endroit était toutefois complexe et si Melbren et moi avions réussi à les assembler pour que cela fonctionne, nous n'étions toutefois pas parvenus à identifier la fonction de chaque élément de l'abeille : ce savoir dépassait de loin nos connaissances.

« Je n'ai pas l'habitude de rouages et de pièces assemblées de cette façon, j'ai cru que votre expertise pourrait m'éclairer à ce sujet. »






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: La magie des automates   La magie des automates EmptyDim 5 Mai - 21:49

Savoir que les plans n’étaient pas ceux de Lancelot rassura la savante. Bien sûr, elle portait une grande estime à ses capacités en matière de mécanique, surtout pour un mage. Mais cette explication lui plaisait, d’autant qu’elle était suffisamment vague pour la laisser imaginer des circonstances atténuantes à sa propre incompréhension. Il n’avait pas précisé la source véritable de ces plans, et il était confortable à Sonjä de les prêter à un esprit incroyable, un savant renommé, un illustre ancien qui aurait là inventé une nouvelle façon d’interpréter les rouages. Comment pouvait-elle prétendre saisir les subtilités d’un tel virtuose de la mécanique ? Sa curiosité se raviva doucement, de pair avec sa confiance en elle, amadouée par cette doucereuse justification.

Fort heureusement pour elle, Lancelot lui indiqua un emplacement sur le parchemin, apportant à sa requête des précisions auxquelles elle pourrait se raccrocher. Le mécanisme était donc entraîné par une clé, élément qu’elle n’aurait pas imaginé puisqu’elle était partie du principe qu’il s’agissait d’un de ses automates envoûtés. Vraisemblablement, la magie n’avait pas su l’aider - sinon, il serait allé voir un mage, et non une enseignante de mécanique, n’est-ce pas ?
Elle considéra le plan à la lueur de cette nouvelle information. De sa vie, elle n’avait vu que par deux fois des mécanismes complètement indépendants ; les premiers n’étaient autres que ceux que créait son interlocuteur et nécessitaient l’intervention d’un mage ; les seconds étaient les mécanismes qui avaient éveillé son intérêt à Lughnasadh, animés par le mouvement d’une certaine quantité d’eau organisée en circuit. Ce procédé l’avait intriguée et inspirée, elle avait passé de longues heures à imaginer quelles inventions pourraient en tirer parti, mais finalement, constatant qu’elle ne pouvait pas réduire l’imposant circuit d’eau, elle était passée à autre chose. En cela, la science différait de la magie : la réalité était une limite fixe, il était impossible d’aller au-delà.
Elle hasarda finalement une question qu’elle retenait jusqu’alors, craignant de donner l’impression de rejeter le problème vers un autre domaine. « La magie… N’est-ce pas de cette manière que vous automatisez vos créations habituellement ? » Bien évidemment, elle ne comptait pas lui donner des conseils en matière de magie - loin de là ! - et elle se figurait qu’il avait dû essayer. Ce plan n’était cependant pas adapté ou réceptif à sa technique habituelle. Pourquoi ? Sonjä ne pouvant certainement pas comprendre ce problème d’origine magique, elle tordit ses lèvres dans une moue dubitative.
De toute manière, elle ne pouvait pas l’aider avec la magie. Quant à la solution du circuit d’eau, elle lui semblait peu adaptée, trop volumineuse pour ce mécanisme. « Si l’échelle indiquée est correcte, j’ai bien peur de ne pas pouvoir vous être utile... » avoua-t-elle enfin. « Il me paraît improbable de créer un système autonome dont la taille ne soit pas démesurée à côté de dispositif. » Tout bien considéré, la clé pour remonter l’engrenage lui paraissait être la meilleure alternative, du moins en considérant ce qu’elle imaginait de l’objet final sans en connaître l’utilité. Elle peinait d’ailleurs deviner ce dernier point. L’agencement des pièces était, comme l’avait relevé Lancelot, plutôt particulier ; les pièces elles-mêmes semblaient anciennes et étaient probablement introuvables dans les commerces usuels. L’une d’entre elles attirait plus particulièrement l’attention de la savante, accrochant incessamment son regard à chacun de ses passages sur le papier, sans qu’elle ne sut dire pourquoi.


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La magie des automates   La magie des automates Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La magie des automates
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avec Yoru [Hentaï] !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: Territoires Libres :: L'Académie :: Bibliothèques-
Sauter vers: