AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Kingston A400 – SSD interne – ...
Voir le deal
80.90 €

Partagez
 

 C'est l'histoire de la vie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... EmptyVen 19 Juil - 1:01


Livre IV, Chapitre 4 • À Cor et à Cri
Grâce & Melsant de Séverac

C'est l'histoire de la vie...



• Date : 1er août 1004
• Statut du RP : Ouvert aux proches de Grâce et de Melsant
• Résumé : Après plusieurs heures de travail intensif, Grâce met au monde une petite fille, que Melsant et elle nomment Mélodie. Si leurs proches ont été avertis dès le début du travail, ils ont été soigneusement interdits d'approcher, jusqu'à ce que Grâce et le bébé soient rendus plus présentables.
• Recensement :
Code:
• [b]1er août 1004 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4817-c-est-l-histoire-de-la-vie#183266]C'est l'histoire de la vie...[/url] - [i]Grâce & Melsant de Séverac[/i]
Après plusieurs heures de travail intensif, Grâce met au monde une petite fille, que Melsant et elle nomment Mélodie. Si leurs proches ont été avertis dès le début du travail, ils ont été soigneusement interdits d'approcher, jusqu'à ce que Grâce et le bébé soient rendus plus présentables.

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... EmptyVen 19 Juil - 1:01

Combien de temps s’était passé, avant que Grâce ne puisse tenir ce petit être dans ses bras ? Elle n’avait qu’un souvenir très flou du jour même de ses précédentes grossesses, si ce n’est leur rapidité – pour Aubrée, Agathe et Arnaut du moins. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle devait ressentir. Une part d’elle lui intimait de se lever, et d’aller blanchir les draps, puis de préparer le repas pour la maisonnée. Tout cela en allaitant Mélodie simultanément, quand elle le réclamerait. Elle se forçait à lutter contre cette impulsion, sachant de toute façon qu’on ne la laissera pas faire. Ça lui semblait si étrange, de ne pas être tenue de reprendre ses occupations habituelles.

Elle baissa le regard sur l’enfant pressée contre son sein, avant de le relever, cherchant son époux des yeux. Il avait été présent tout du long, et n’avait pas échappé aux injures de Grâce alors qu’elle subissait les douleurs de l’accouchement, serrant sa main à l’en meurtrir. On avait bien essayé de faire sortir Melsant de la pièce, mais il n’avait pas cédé un seul instant. Beaucoup de serviteurs s’agitaient autour d’elle – qui pour amener de quoi nettoyer la nouvelle née, qui pour amener différents mets que la mère pourrait déguster, qui pour lui proposer les différents vêtements que sa belle Mélodie pourrait revêtir – elle était emmaillotée dans une serviette, pour le moment.

Heureusement, parmi ce défilé de personnes plus ou moins connues de la marquise se trouvaient des personnes qui lui étaient chères. Ou se trouveraient – les proches de Melsant, ainsi que les siens, avaient été prévenus dès qu’elle avait commencé le travail. Certains étaient peut-être même déjà sur place, quand d’autres, plus sages, attendaient d’être informés de la naissance réelle de l’enfant pour venir ou envoyer un message. Quelques mages des courriers avaient d’ailleurs été sollicités à cet effet. C’était une aubaine, qu’ils soient autorisés à séjourner en Sombreciel !

Marianne était-elle encore là ? Avait-elle seulement été à ses côtés, ou Grâce l’avait-elle imaginée ? Elle avait compté sur son amie depuis de longues années, pour l’accoucher. Elle ne s’était sûrement pas éloignée bien longtemps, mais elle aurait voulu distinguer des visages parfaitement connus plutôt que le ballet des domestiques. Elle soupira d’aise, quand elle put enfin distinguer Melsant, qui s’asseyait sur le rebord du lit, regardant l’enfant avec adoration toutefois, plutôt qu’elle. Mais les nombreuses heures qui s’étaient écoulées avant qu’elle n’ait réellement fait sortir le bébé de son ventre lui avaient vraisemblablement donné une tête affreuse, elle ne pouvait lui en vouloir. Pas trop. Surtout face à sa première née, elle ne faisait pas le poids – bien qu’elle ait été soigneusement rafraîchie par une servante, qui avait pris soin de la rendre plus présentable. Elle portait malgré tout une large chemise de nuit qui la laissait dénudée, alors qu’elle aurait souhaité se couvrir davantage, mais cela ne gênait qu’elle.

Se décalant légèrement sur le lit, elle se blottit malgré tout contre lui, appréciant de sentir cette odeur apaisante, puis lui tendit leur fille. Il l’avait tenue avant elle, probablement, même si elle ne pouvait l’affirmer, aussi prit-elle la parole d’un air taquin malgré l’épuisement perçant dans sa voix, plutôt que de lui présenter leur fille. « Elle est encore plus belle que son père. »
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... EmptyLun 12 Aoû - 16:34

Melsant n'avait pas souvent connu l'angoisse. Du moins ne la montrait-il presque jamais, se contentant de prendre sur lui et de paraître assuré en toutes circonstances. Il avait découvert que d'être impuissant quand la femme qu'on aime et qu'on a épousé est en train de souffrir en donnant la vie était une forme subtile de torture pour lui qui avait l'habitude de tout maîtriser et d'agir. Il avait connu la panique quand elle s'était mise à avoir des contractions et à perdre les eaux, annonçant que le travail avait commencé. Sa grossesse s'était étonnamment bien passée au vu de son âge. Melsant avait été aux petits soins pour elle, lui laissant la liberté d'aller et venir, de s'affairer, même de voltiger, mais Grâce s'était montrée raisonnable sans qu'il ai besoin d'intervenir et ils avaient pu trouver un équilibre bienvenu. Il avait craint qu'elle ne se sente étouffée, clouée au sol, à devoir porter leur enfant. il avait eu peur qu'elle ne se sente contrainte et ne profite pas de cette grossesse. Elle avait émis quelques réserves, nées de ses précédentes expériences, alors qu'il s'était montré beaucoup plus expansif dans sa joie de devenir enfin père.

Il avait fait le nécessaire pourtant, ne sachant pas vraiment où il avait trouvé le sang froid de donner quelques ordres alors que sa femme allait enfin accoucher. Et finalement, une fois que Marianne avait été présente, il avait pu lâcher prise et se tenir près de Grâce, lui donnant sa main à broyer et sa présence à insulter alors qu'elle souffrait. Il aurait aimé pouvoir lui apporter du réconfort, soulager sa douleur, mais ce n'était dans le pouvoir d'aucun homme malheureusement. Alors il avait attendu, l'encourageant comme il pouvait, guettant le visage de Marianne, inquiet malgré lui. Impossible de le mettre dehors. Il ne gênerait pas le travail, mais il était hors de question qu'il attende derrière la porte, à faire les cent pas en entendant les cris de Grâce. Un coup à lui faire péter les plombs.

Cela avait semblé duré une éternité. Il était admiratif de la force des femmes alors qu'elles donnaient la vie. Voilà donc ce que sa sœur avait déjà enduré ? Il avait vu Grâce dans le dernier des états... Crispée, épuisée, trempée de sueur, cernée, échevelée. Mais il n'en était que plus amoureux. Surtout quand il entendit le cri du nourrisson qui accéléré les battements de son cœur alors qu'il se redressait pour essayer de voir l'enfant. Il relâcha la main de sa femme afin de s'approcher de l'enfant. Il la prit délicatement dans ses bras, la dévorant du regard. Magnifique... Une petite fille. Mélodie donc, afin de respecter la tradition. Mélodie de Séverac... L'émotion lui étreignait la gorge. Son regard azuré était luisant de larmes contenues. Il prêtait à peine attention au ballet des domestiques, qui semblaient parfaitement rodés alors qu'ils remettaient de l'ordre dans la chambre, mais aussi sur le lit et qui arrangeaient la parturiente. On lui reprit bien vite l'enfant, afin de le donner à sa mère. Il grava dans son esprit l'image de Grâce qui tenait leur enfant dans les bras.  C'était étrange de voir ce solide gaillard totalement attendri, alors qu'il venait s'asseoir délicatement près de son épouse.

Grâce vint se coller contre lui et il soupira d'aise. Encore davantage alors qu'elle lui tendait leur petite fille, qu'il reprit dans ses bras avec plaisir. Il avait de l'expérience avec les enfants, c'était l'avantage. Il la tenait délicatement, mais avec assurance. Il hocha la tête, bien d'accord avec Grâce. "Elle tient de sa fabuleuse maman." Il lâcha Mélodie du regard pour observer Grâce, avant de se pencher pour l'embrasser doucement. "Tu as été... je suis admiratif. Tu es une guerrière, une vraie. Et tu as mené l'un des plus beaux combats avec brio. Merci... Merci de me combler..." Il lui baisa le front, sincèrement reconnaissant. Toujours amoureux. Profondément respectueux. "J'ai autant hâte de la présenter aux autres que j'ai envie de ne la garder que pour nous..."


C'est l'histoire de la vie... 1528994800-melsant2
C'est l'histoire de la vie... 438519UserbarMirtaMelsant
C'est l'histoire de la vie... 668088FamilleFous
C'est l'histoire de la vie... LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Maximilien de Séverac
Maximilien de Séverac

Messages : 357
J'ai : 56 ans
Je suis : Premier Conseiller du Duc Castiel de Sombreflamme, ancien régent de Sombreciel, Comte de Séverac.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme et à Ibélène
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Arsène Albe
Message Sujet: Re: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... EmptyLun 12 Aoû - 22:17

Maximilien l'attendait avec impatience, ce nouveau venu dans la famille Séverac. Cette nouvelle venue, d'ailleurs, si on en croyait Ismalia, et son mari était bien d'avis à lui faire confiance sur le sujet. Peu importait à Maximilien, du moment que l'enfant était en pleine santé. Il avait eu ses doutes sur Grâce, comme tout parent peut en avoir sur celui ou celle qui partage la vie de son enfant, mais voir Melsant heureux suffisait à les apaiser. Bientôt, un enfant de plus viendrait compléter le clan Séverac et l'espace d'un instant, le patriarche se sentit plus vieux que jamais. Depuis quelques mois, déjà, il songeait à prendre une retraite bien méritée. La disparition de Césaire était un coup dur et Maximilien avait différé ses envies mais en réalité, il y songeait depuis que Madeleine et Alméïde avaient épousé Castiel... enfin, au moment où il s'était assuré que les deux femmes parvenaient à guider son jeune duc sur le droit chemin.

Une retraite bien méritée, sur ses terres, Maximilien en révait de plus en plus. S'occuper de sa maisonnée, faire grandir ses rosiers pour qu'une nouvelle génération de Séverac puisse à son tour les détruire... Ismalia n'était pas contre, et même si c'était la seule à qui Maximilien avait pu s'ouvrir, il était persuadé que personne ne s'opposerait à cette idée. La naissance de la fille de Melsant ne faisait que contribuer encore plus lourdement à ce désir. Naissance imminente, d'ailleurs, si l'on en croyait le soudain ballet des domestiques qui semblait se faire plus pressé soudain.

Un cri, soudain, rompt le silence angoissé et Maximilien partage une étreinte avec sa femme. Ils sont grands-parents, à nouveau. Serrant plus fort la main d'Ismalia, le conseiller ducal lui chuchote quelques mots à l'oreille et les deux amants partagent un rire complice, résolus d'attendre patiemment que Grâce soit décente et que les deux nouveaux parents puissent partager un moment seuls avec leur nouveau-né. Décente car elle est belliférienne et Maximilien possède assez de tact pour ne pas s'imposer à elle dans un moment où elle serait particulièrement vulnérable.

Ils patientent, longtemps, jusqu'à ce qu'on les invite enfin à entrer. Main dans la main, Ismalia et Maximilien pénètrent dans la chambre, embrassant du regard le tableau qui s'offre à eux. S'approchant de l'enfant qui repose dans les bras de sa mère, le patriarche de la famille Séverac se penche vers sa petite fille. "Bienvenue parmi nous, petit trésor." C'est ensuite aux parents qu'il s'adresse. "Félicitations, elle est magnifique." Et c'est bien vrai, n'est-ce pas ? Elle ressemble à Melsant, qui ressemble à sa mère, alors pourquoi ne serait-elle pas l'incarnation de la beauté ?




paroles : sienna
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... EmptyLun 12 Aoû - 22:56

Le message s’était bien rendu, jusqu’ici, au coeur de Lorgol, au sommet de cette tour, dans la douceur et la quiétude qui berçaient désormais le quotidien d’Agathe. Joyeuse d’apprendre que le travail avait débuté, bien qu’inquiète qu’une aussi vieille personne que Grâce puisse enfanter sans complication, la mignonette avait rejoint les draps encore tiède pour annoncer l’heureuse nouvelle. Elle se devait de partir, qu’elle murmurait, à travers moults baisers aussi légers et rapides qu’un oiseau. Elle serait enfin la grande soeur de quelqu’un. De quelqu’une, peut-être! Sautiller dans une robe, combattre les rubans, chasser le sommeil de ses traits. Elle était bien affairée, Agathe, alors qu’on dépêchait un portailleur pour assurer un voyage rapide et sans encombre.

- Je leur dirai, que le présent est autant le tiens que le miens.

Et c’était vrai. Une boîte délicate taillée dans un bois clair qui, sitôt ouverte, laissait tourbillonner une toute petite luciole sertie d’agate sous une berceuse bien connue en Sombreciel. Lancelot s’était surpassé, Agathe en était fière, tout comme elle l’était du hochet luxueux que contenait le coffret. Le premier hochet qu’elle avait commandé et fait sertir par les mains expertes d’une joaillière erebienne. Son petit frère, ou sa petite soeur, pourrait le garder en souvenir toute sa vie durant, et l’idée lui plaisait bien. Elle se sentait plus adulte que jamais, tandis que Lancelot fermait la boutonnière sur sa nuque, tandis qu’elle retenait contre elle le présent qu’elle avait imaginé, qu’elle avait payé, qu’elle allait offrir. Tandis qu’elle devenait l’aînée d’un petit être.

C’est ainsi qu’elle s’était présentée à Automnal, toute enrubannée, les mains pleines de cadeaux et déjà prête à escalader l’escalier - soigneusement réparée depuis le mariage - menant à la chambre des maîtres. Mais le travail n’était pas terminé, qu’on lui avait dit, alors qu’elle avait déjà traversé le vestibule à la hâte. Il fallait attendre. Elle avait erré non loin de la pièce où les hurlements déchirants se faisaient entendre. Elle n’avait même pas besoin d’écouter à la porte, tant la douleur était frappante, tant sa propre impuissance était grande. Lorsque les cris se furent calmés et que Maximilien et Ismalia tournèrent le bout du couloir en direction de la chambre de Grâce, Agathe trottina à leur suite pour intégrer la pièce.

- Elle est arrivée…?

Sa petite tête blonde tentait de faire son bout de chemin, derrière les épaules de Maximilien, un peu trop curieuse tout à coup. Lorsque son regard croisa celui de sa mère, la jeunette lui offrit un sourire à croquer. Elle avait réussi. Son mariage. La Voltige. Une nouvelle famille. Une famille qui l’aimait et la désirait. Comment ne pas sourire? Non sans un petit air intrigant, Agathe déposa la boîte sur le lit, non loin de Grâce.

- Lancelot viendra présenter ses meilleurs souhaits dès que la situation le permettra. En attendant, toutefois, il a contribué à ce cadeau… C’est si joli! Tu verras, c’est… Enfin, ouvre, et tu verras.

Soulagée, vraiment, de savoir et voir sa mère bien vivante, elle se faufila jusqu’à pouvoir presser sa main sur son épaule et embrasser le sommet de sa tête.

- Félicitations, maman, Melsant… Elle est si jolie!

Une jolie petite marquise en devenir, et Agathe comptait bien lui expliquer comment ne pas épouser son cousin Meldred et comment ne pas inviter de momies à la maison.


C'est l'histoire de la vie... 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... EmptyMar 10 Sep - 4:34

Tu aurais certainement pu attendre, avant d’exiger à ton mage des portails de te transporter à Automnal alors que la marquise vient à peine de crever les eaux. Que le bébé soit bien né et nettoyé, la dame des lieux rafraîchie, le temps réglementaire d’intimité entre parents respecté.

Tu n’es pas connu pour ta patience.

Tu as rejoint la demeure de ton frère aîné dès le message reçu par mage des courriers, embarquant avec toi une panoplie de cadeaux divers. Ta sage Madeleine a préféré rester à Euphoria, sachant très bien qu’une jeune mère (même presque quadragénaire et déjà mère par quatre fois) préfère avoir un peu d’intimité et non pas tout le gratin du duché à son chevet. Alméïde également, mais surtout de par l’instabilité magique générale qui pourrait être désastreuse pour son magnifique corps rond et plein de la grossesse. La mettre en péril, elle ou votre enfant, est impensable.

Évidemment, on t’a fait attendre, en compagnie des autres proches déjà arrivés, mais dès qu’on vous a autorisé à accéder aux appartements des maîtres… ah ! Tu as pratiquement bondi de ton fauteuil !

Tu n’es probablement pas la personne que Grâce désire voir le plus, entre tous les membres de ta famille, mais qu’importe : tu es là. Pour ton frère aîné, dans cette importante de sa vie, pour son épouse, et pour cette nouvelle nièce que tu es déjà prêt à accueillir à bras ouverts dans votre famille. Elle sera à peine plus âgée que votre enfant, à Alméïde et toi ! Tu es déjà gaga, à imaginer la petite Mélodie (par contre, ils auraient pu choisir un autre prénom que celui d’une greluche de voleuse menteuse traîtresse) grandir aux côtés de votre progéniture, les deux enfants complices, Séverac et Sombreflamme liés. De plus, Ismalia a également prédit une fille, et comme Maximilien, tu n’es pas du genre à contester son expertise, qui surpasse de loin la tienne, en ce qui concerne le fait de porter la vie. Une fillette qui aura peut-être tes yeux sombres, comme ceux d’Odette, la peau hâlée d’Alméïde, peut-être son sourire timide et doux.

Tu as attendu que Maximilien et Ismalia entrent d’abord, et lorsqu’Agathe rejoint la chambre, tu la suis sans plus longtemps contenir ton impatience. Tu domines tout ce beau monde de ta hauteur et de ton point de vue privilégié, tu peux apercevoir l’adorable poupon qui repose entre les bras de Grâce. Oh, et ensuite seulement, Grâce, évidemment - et puis tiens, ton frère aîné, juste à côté. Tu te diriges vers Melsant et tu le serres dans tes bras avec force. Tu ne retiens pas tes larmes émues, alors que votre héros à tous et toutes est enfin devenu père, d’une fille qu’il choyera avec attention, tu n’en doutes pas. « Félicitations, mon frère - bienvenue dans le cercle très sélect des pères de famille. Ne t’inquiète pas, je t’apprendrai tout, lui déclares-tu avec malice, avant de tourner le visage vers ta belle-soeur. Félicitations, Grâce. Je suis heureux que vous vous portiez bien. La grossesse est toujours un risque, pour celles qui accouchent, y compris celles de Bellifère. Heureusement tes prières à Maari ont été entendues ! (oui, évidemment, si tout a bien été, c’est grâce à toi) Tu baisses le regard vers le bébé, si petit et délicat. Une future marquise, une future compagne pour Odette et ton deuxième enfant, une nièce, une fille, une cousine, une petite-fille, une soeur, d’ores et déjà aimée. Bienvenue à toi, Mélodie. »


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




C'est l'histoire de la vie... 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: C'est l'histoire de la vie...   C'est l'histoire de la vie... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est l'histoire de la vie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: Ibélène :: Sombreciel-
Sauter vers: