AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Certains portent le deuil, d'autres des bijoux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
avatar

Messages : 316
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Certains portent le deuil, d'autres des bijoux.   Sam 9 Juin - 23:12


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Narcisse de Croquelune & Astarté des Sables

Certains portent le deuil, d'autres des bijoux.

"Les bons souvenirs sont des bijoux perdus" - Paul Valéry



• Date : 29 août 1002
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Suite au décès de son frère, Narcisse souhaiterait se procurer un nouveau bijou en son souvenir. Et de souvenirs, tant qu'à faire, se débarrasser de certains d'entre eux ayant appartenu à sa mère. Dans ce but, Astarté a été conviée à Porte-Brume afin qu'ils puissent en discuter.
• Recensement :
Code:
• [b]29 août 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3813-certains-portent-le-deuil-d-autres-des-bijoux]Certains portent le deuil, d'autres des bijoux.[/url] - [i]Narcisse de Croquelune & Astarté des Sables[/i]
Suite au décès de son frère, Narcisse souhaiterait se procurer un nouveau bijou en son souvenir. Et de souvenirs, tant qu'à faire, se débarrasser de certains d'entre eux ayant appartenu à sa mère. Dans ce but, Astarté a été conviée à Porte-Brume afin qu'ils puissent en discuter.


_________________



Dernière édition par Narcisse de Croquelune le Dim 10 Juin - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 316
J'ai : 25 ans
Je suis : Marquis de Croquelune & baron de Porte-Brume, artiste (statuaire surtout, mais un peu touche-à-tout).

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et par de fait celui qui se trouve sur son trône.
Mes autres visages: -
La Noblesse
Message Sujet: Re: Certains portent le deuil, d'autres des bijoux.   Dim 10 Juin - 0:02

Et si son père en son temps avait eu raison ? Et s’il était indigne des siens, de sa famille, de sa noblesse ? Quelques nouvelles bouffées tirées sur sa pipe, y dragonnant sans trop de retenue. L’humeur n’y est pas en ce jour, alors que son Sombre Passager tire les ficelles de son moral par trop changeant. La guerre et ses conséquences y prenaient une part importante, certes. Les forces lagranes de son cousin Denys avaient pris Croquelune, mais surtout la vie de son frère. Cela l’avait touché bien sûr, mais pas de larmes versées. Un vide en son cœur qui se creuse de plus en plus, oui, bien sûr. Mais rien de suffisant pour exprimer la perte d’un être cher. Aussi, Nithaël n’avait profité que d’un deuil d’apparat du côté de Porte-Brume.

Par contre, Narcisse avait été là pour son ami. Pour Servius, intendant de sa baronnie frontalière à Valkyrion, dont le père fut le capitaine de la garde de Croquelune, tombé en même temps que le castel marquisal et que son frère à sa tête. Aussi, sous les ordres de Narcisse, ils s’étaient offerts quelques jours d’une déchéance bien méritée, et en laquelle le baron baignait de toute façon depuis bien assez longtemps. Sans doute qu’un prétexte de plus pour se noyer, tenter d’atteindre le fond pour mieux y reprendre pied. Mais il avait l’impression qu’il n’y avait là que sombres abysses en lesquelles il ne ferait que couler jusqu’à la fin des temps…

Son présent tourment avait une autre source encore, bien sûr. Plus récente. Il lui avait été donné de voir deux mois durant une autre réalité. Un monde parallèle à celui en lequel il vivait. Et où sa précieuse Vigdis, défunte épouse à jamais aimée, demeurait en vie, élevant leur fils. Et Narcisse, quelque part au fond de lui, s’en voulait. S’en voulait de trouver là bien plus de peine qu’en le trépas de son propre sang. De trouver même que ce monde n’avait plus aucun sens à ses yeux, et d’implorer les Dieux de l’y renvoyer sans pourtant qu’ils lui offrent une once de réponse, sinon que le laisser là face à lui-même. Lui et ses incertitudes. Lui et sa souffrance. Lui et son fidèle Sombre Passager, ce dernier à l’affût, prêt à prendre le contrôle dès lors que Narcisse lui en laisserait l’occasion.

Quant à la visite qu’il attendait ce jour… Cela lui donnait l’impression d’une farce à présent, même si l’idée originelle faisait sens. Afin de se remémorer son frère, il souhaitait se procurer un bijou qui le lui rappellerait sans faillir. Il en ricane désormais, le regard vague, les yeux rougis par ces drogues qu’il fumait à outrance. Réduit à devoir s’acheter un astucieux mélange de métaux et pierres précieuses afin de se souvenir de son frère, comme s’il n’en était capable par lui-même. Et quelque part, le plus triste sans doute, c’est que cela s’avérait. Ses pensées étaient ailleurs tout simplement. Même pas portées sur cette réalité. Alors oui, il aurait bien besoin d’un aide-mémoire quelconque.

Pour le reste… il avait également prévu de faire évaluer quelques bijoux de Rosalie. Nithaël avait refusé de venir en Porte-Brume se mettre à l’abri lorsqu’il avait appris que les mages de Lagrance avançaient vers Croquelune, mais il avait par contre eu la présence d’esprit de préserver les plus précieux et irremplaçables trésors en sa possession. Les joailleries de la mère de Narcisse en avait fait partie. Bon, Nithaël, naît d’une autre mère, n’avait sans doute pas eu de mal à s’en débarrasser. Ce n’était là que logique. Quant à Narcisse… « Fils indigne ». Oui, cette voix qu’il entend dans sa tête et qui n’est jamais que la sienne après tout le lui répète assez souvent. Il préserverait ceux dont il avait le plus grand souvenir. Ceux que Rosalie avait le plus porté à son sens, qu’elle avait le plus aimé. Mais pour tout le reste… Un jour, Croquelune serait reprise. Un jour, il en deviendrait le marquis, et il faudrait en réparer les dégâts. S’il pouvait d’ici là faire gonfler un peu sa manne financière d’une manière ou d’une autre… Alors, le « fils indigne » en ferait ainsi, pour une fois dirigé par la raison plutôt que par l’affect. Mais n’était-ce pas là après tout qu’une manière de se voiler la face ? Chercher à oublier, comme si les bijoux perdus pouvaient être autant de souvenirs abandonnés…
- Baron ? Une certaine Astarté souhaiterait vous voir. Elle prétend être attendue.
L’interruption n’a rien d’étonnant. L’ordre est clair parmi ses pages : si sa porte est ouverte, alors il est inutile de lui faire perdre du temps en convenances. Aller à l’essentiel, sans s’encombrer de frapper à une porte ouverte pour attendre d’y être convié… Pfff, inutile rond de jambe à son sens. S’il ne souhaitait pas être dérangé, la porte était close, et en ce cas qu’on lui foute simplement la paix. Bien plus simple ainsi. Enfin soit…
- Oui, je l’attends en effet. Fais la venir. Et demande à Servius qu’il me fasse porter les bijoux. Il saura de quoi je veux parler.
Pour autant, il resta à sa fenêtre. Entr’ouverte, elle lui offrait un peu d’air frais en cette fin d’été. Servius fut le premier à le rejoindre, déposant un coffret sur la table avant de s’adresser à lui.
- Vous devriez vous vêtir un peu plus, Narcisse. Je ne suis pas convaincu que cette chemise de lin à l’échancrure prononcée soit la plus à même de convenir à une entrevue commerciale.
Un soupir de Narcisse, qui n’aimait pas trop que l’on lui dise que faire, même si son cher ami était bien le seul à qui il le permettait plus ou moins.
- Mettez au moins cette tunique, s’il-vous-plaît.
Se retournant alors enfin, un nouveau soupir irrité, il répond froidement.
- Et s’il ne me plaît point ?
Toutefois, il s’avance. Saisit sèchement la tunique noire brodée d’argent, aux couleurs familiales. Enfile les manches, mais n’ira pas jusqu’à la boutonner, et qu’importe la faible décence de cette chemise blanche ouverte jusqu’au torse.
- Tu peux disposer Servius !
Son premier conseiller pince les lèvres, mais opine. Il n’avait pris qu’une demi-victoire, mais voyait bien que toute insistance à ce point serait vaine et contre-productive. Le Belliférien d’origine s’éloigne alors, quitte la pièce, saluant la femme au teint halé en la croisant comme elle était menée en le salon de réception où Narcisse l’attendait, prenant d’autres larges bouffées âcres sur sa pipe d’écume...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Certains portent le deuil, d'autres des bijoux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Certains tuent pour survivre, d'autres survivent pour tuer. ♦ Sara
» [Jour 3] Certains mots peuvent en cacher d'autres.
» Certains m'aiment, d'autres me détestent mais au fond, Combien me connaissent ?
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'Islam rejoint les autres religions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Sombreciel-
Sauter vers: