AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-48%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
197 € 379 €
Voir le deal

Partagez
 

 Reja • De plume et de serre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs • Admin
Les Voltigeurs • Admin
Rejwaïde Sinhaj
Rejwaïde Sinhaj

Messages : 526
J'ai : 30 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement, et Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyVen 19 Aoû - 23:54

Sous le regard des dieux
Les Voltigeurs




Rejwaïde « Reja »

Sinhaj

ft. Priyanka Chopra

« Et c’est là, au cœur du ciel éternel, que j’ai conquis ma liberté et gagné mes ailes. »




En bref

Âge : 30 ans
Date et lieu de naissance : 11 août 973, au harem de Vivedune (Erebor)
Statut/profession : Voltigeuse du griffon d'ébène Sirocco, vol d’Erebor ; dirige la cellule erebienne de l'Ordre du Jugement
Allégeance : Anthim, sultan d'Erebor ; Faction modérée de l'Ordre du Jugement
Dieux tutélaires : Née sous Aïda, vouée à Joseï et Valda


QUALITÉS
loyale • déterminée • brave • généreuse • franche • coquette • stratège

DÉFAUTS
rancunière • possessive • maniaque  • intolérante • jalouse • caractérielle • arrogante

Caractère


Derrière l'écran

Dans la vie, je m'appelle Laurène et j'ai 30 ans. Sur le Net, on m'appelle plutôt Aura·. J'ai découvert le forum via mon armoire suédoise, hello tiroir #4 et voici ce que j'en pense : :moustache: .
Pour les inventés : Je ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.  




Histoire

Cette histoire commence comme toutes les histoires ; par une étincelle de vie, par l’éveil d’une conscience, par le premier souffle d’un être neuf, par une infinité de promesses offertes et de choix proposés.
Mais cette histoire-là prend racine dans le corps d’une femme prisonnière d’une loi inique ; dans le cœur d’une fille des dunes éprise de la sauvage poésie du désert et enfermée entre des murs aveugles pour y compter passer les jours.
Cette histoire-là est tissée de deuil et de grandeur, de larmes et de bonheur : cette histoire, c’est celle de ma mère, et de ma sœur – et de moi, grandie entre elles deux, à mi-chemin entre la quiétude et le malheur.

Le harem d’Erebor n’est pas un endroit désagréable pour voir le jour. C’est ce que dit Alméïde ; mais nous avons l’une et l’autre de bien divergentes opinions à ce sujet. Elle est faite de douceur et d’acceptation silencieuse, alors que moi… J’ai hérité du tempérament flamboyant de notre mère, de cette passion barbare du désert, et j’ai passé les premières années de ma vie le nez tourné vers le ciel, à écouter de belles histoires et des chants exotiques murmurés à mon oreille. Mes premiers souvenirs coïncident avec le départ de ma sœur aînée pour le palais ducal – et je me rappelle, moi l’enfant naïve, avoir pensé que je pourrais aussi partir à mes six ans. Combien fut grande ma désillusion lorsque je compris que, non content de m’avoir volé ma sœur qui se faisait bien rare au harem, le prince égoïste comptait également m’empêcher de la rejoindre.

Et treize années ont passé, à remâcher ma désillusion. Mère n’a plus vraiment eu les faveurs du sultan, et je crois qu’en son cœur de gitane la passion qu’elle avait nourrie pour cet homme de fer au charisme effrayant s’est éteinte au fur et à mesure que le temps filait. L’argent a saisi ses tempes graduellement, et a fini par givrer toute sa chevelure ; mais elle n’a rien perdu de sa hardiesse et c’est d’elle que j’ai appris l’art de la danse des dunes. Il n’y avait rien d’autre à faire entre les murs sévères du harem : les tensions et conflits incessants entre les nombreuses concubines de cet homme que je refusais d’appeler père se déchiraient perpétuellement, alors Mère et moi restions à l’écart autant que possible. Et j’ai dansé : dans les couloirs déserts à la nuit tombée, sur les pierres polies des bassins ouvragés, en équilibre instable le long des parapets de nos murailles aveugles. J’ai dansé, rêvant des tribus du désert et du clan Sinhaj à l’orfèvrerie si réputée, au sein duquel ma mère avait rang de princesse. J’ai dansé tandis que les griffons des nids alentours survolaient le palais, rêvant de leur liberté. J’ai dansé tandis que mon corps changeait et que la femme commençait à poindre en filigrane de mon âme adolescente. J’ai dansé mes espoirs, ma foi et mes serments, jusqu’au jour où Mère est morte subitement. J’avais dix-huit ans, et l’enfance m’avait désertée depuis longtemps. Le trépas le même jour de mon oiseau familier, après avoir bu dans le hanap qui m’était destiné, m’a fortement incitée à soupçonner quelque assaisonnement fort peu galant de notre approvisionnement, et je me suis scellée dans mes appartements. Ce n’est que devant Alméïde que j’ai consenti à ouvrir le passage ; et de ce jour, je n’ai plus rien mangé que je n’aie pas moi-même préparé.

Un an a passé – un an où j’ai dansé en me méfiant de la pierre descellée, du serpent caché dans mes draps, du faux pas dans la piscine, du lait qui a tourné, de tous ces petits accidents susceptibles de m’arriver avec l’appui de quelque âme malavisée dévorée par une mesquine jalousie. Un an a passé, et cet homme indigne qui m’avait engendrée a trépassé à son tour. Les portes du harem se sont ouvertes, et j’en suis sortie pensant retrouver enfin ma douce Alméïde ; avant de comprendre qu’elle demeurait auprès de ce prince qui me l’avait volée, et que le Destin venait de faire sultan. Il n’y avait pas de place pour moi au palais de Vivedune, et c’est avec le cœur en cendres que j’ai fait mes adieux à ma sœur, tournant mes pas vers l’avenir. J’ai rejoint la tribu des Sinhaj pour leur remettre les bracelets funéraires de ma mère, et leur indiquer l’emplacement où sa momie avait été emmurée dans la nécropole ducale. L’on m’y accueillit comme une enfant de la tribu, et je pus en porter le nom, mais je sentais confusément que ma place n’était pas dans la mer des dunes. Ma danse était appréciée, et je m’y fis des amies, mais mon cœur chantait encore la chanson de la liberté. Alors, sans vraiment y croire, j’ai rejoint une caravane dirigée vers le nord, et atteint Lorgol à l’aube de mes vingt ans. Le chemin a été agréable, émaillé de rencontres et de cette poésie barbare qui fait sourire mon cœur, d’oasis en oasis et de griffons évoluant au-dessus de nos têtes.

Je me suis présentée à la Caserne de Serre sans trop d’espoir, sous le simple nom de Reja Sinhaj – Rejwaïde, cet oiseau de harem aux ailes usées de les avoir trop brisées contre les barreaux de sa cage dorée, je l’ai laissée entre les dunes de la mer de sable, contre le corps éternellement figé de ma mère qui ne dansera plus jamais. Je me suis présentée aux griffons venus quérir un partenaire, et j’ai attendu. Je m’étais préparée à rester là des heures, mais une minute à peine s’était écoulée lorsqu’un griffon d’ébène aux plumes luisantes s’est avancé, tendant le bec vers moi. Dans mon esprit, un kaléïdoscope d’images s’est formé : celle d’une enfant, puis d’une jeune fille, en équilibre sur les pierres des remparts, flirtant avec le vide dans une danse effrénée. La silhouette devenue femme, au milieu des dunes ; puis la danseuse à nouveau, virevoltant cette fois au milieu d’un ballet de plumes d’obscurité. J’ai tendu la main, effleuré le duvet délicat sous son bec – et il m’a offert son nom, ce vent chaud du désert qui caresse et effleure. Sirocco.

Nous nous sommes entraînés, d’arrache-pied, pendant cinq ans : et j’ai dansé dans les airs, au milieu des nuages, j’ai dansé avec Sirocco et je suis tombée amoureuse de l’horizon qui s’enflamme à l’aube et au crépuscule. J’ai découvert Lorgol, ses ruelles et ses tours, son port et l’océan ; et j’ai voyagé en Ibélène, scrutant chaque nouveau paysage avec une avidité forcenée. Pour mes vingt-cinq ans et ma titularisation, c’est un vétéran qui est venu me trouver : un Erebien, comme moi, à la peau mate du sable et aux yeux d’encre. Il s’appelait Amir, et il était major d’une division de Voltigeurs bien spéciale : celle sous tutelle impériale, vouée à lutter contre le grand banditisme : les bandes organisées, les trafiquants à l’échelle du continent, les criminels à la tête de réseau dangereux. Une aile par duché, huit Voltigeurs : son ailier à lui venait de prendre sa retraite, et il me proposait de le remplacer, car mon amour des voyages était fortement compatible avec une vie de déplacements perpétuels. J’ai accepté, évidemment !

Pendant trois ans, nous avons volé ensemble, et j’ai beaucoup appris de lui. Et puis… Et puis, l’âge l’a rattrapé, et il s’est éteint dans son lit, après une vie mouvementée pleine de péripéties. Je suis restée seule ; l’un des ailiers de Valkyrion a pris le rôle de major, et j’ai cherché parmi les Voltigeurs en quête de mutation un ailier pour remplacer Amir. Le nom de Grâce Martel a accroché mon regard : cette femme courageuse dont ma sœur dit le plus grand bien m’intrigue, et c’est à elle que j’ai proposé de voler avec moi. Elle n’a jamais eu d’ailier encore ; et c’est tant mieux, car je pourrais lui enseigner à faire exactement comme il le faut. Est-elle l’ailière qu’il me fallait ? L’avenir me le dira !

Pendant le livre I : Ulcérée de voir tant de Cielsombrois tourner autour de ma sœur, j'ai pris le dragon par la gueule et je suis entrée en croisade contre Mayeul de Vifesprit, un Voltigeur qui semble bien trop proche d'Alméïde pour sa propre sécurité. Il semblerait que ce maudit Cielsombrois puisse toujours s'en sortir entier : non seulement je ne l'ai pas encore occis, mais je rêve de lui. Mes activités au sein de l'Ordre du Jugement m'occupent en journée, mais la nuit... Il faudra que j'en parle à ma sœur, quand elle aura du temps pour moi. Sûrement dans un an, ou deux. En attendant, je vais travailler avec Grâce, ma nouvelle ailière, pour faire de nous les meilleures Voltigeuses d'Ibélène !

Pendant le livre II : Faërie a déclaré la guerre, et Ibélène a répondu ! Grâce et moi nous sommes battues avec courage, et j'ai recruté autant de membres que possible dans l'Ordre du Jugement dont j'ai en charge une loge.

▬ TRAME ALTERNÉE (Intrigue 2.3 La Roue Brisée)
→ Rejwaïde s'est éveillée le 15 avril, princesse ducale d'Erebor, dirigé par son frère aîné Anwar. Sa mère, en vie également, semble la tenir en piètre opinion - et des rumeurs courent sur la réelle nature des liens unissant Anwar à Reja. Alméïde la déteste visiblement, et il n'y a plus de Sirocco dans sa vie - elle est allée tabasser le Maréchal de Serre, Octavius, pour qu'on le lui rende, et s'est rendue à Lorgol avec un gang de griffons mécontents. Elle y a partagé des moments privilégiés avec Mayeul.
Elle a choisi de se souvenir de la trame alternée, pour la présence d'Anwar, même si elle prétendra sûrement avoir tout oublié auprès de Mayeul.

J'ai été blessée à Svaljärd pendant Lughnasadh et suis restée en convalescence un petit moment, puis Grâce et moi avons traqué les mages malades en Ibélène au moment de l'épidémie.
On a récupéré une de mes cousinettes des sables, la petite Sif, Voltigeuse du frère de couvée de Sirocco, Simoun. Elle est encore cadette, j'espère que nous aurons beaucoup à lui apprendre !
J'ai découvert avec horreur que Mayeul, à qui j'avais accordé ma confiance, est en fait un membre de la Rose Écarlate, tout comme ma sœur, le fiancé de ma sœur, la meilleure amie de ma sœur, le fiancé de Grâce et ma cousine Marianne. Je me sens trahie de toutes parts.
Le trépas de notre empereur a sonné le glas de mes allégeances. Je ne suis plus qu'une fidèle agent de l'Ordre à présent, c'est l'objectif de mon existence : rendre à Erebor sa grandeur de naguère.

Pendant le livre III : 1003 a commencé dans une mare de sang, sur les sommets de Roc-Épine où je me suis réfugiée pour tourner ma lame contre moi et trancher le fil de cette vie dont je ne voulais plus. Je n'ai réussi qu'à tuer l'enfant que je portais à mon insu. Sirocco a alerté la moitié du continent, et j'ai fini par être renvoyée du corps des Voltigeurs. L'entrevue avec Mayeul a été difficile, je lui ai promis de réfléchir à nous ; et le lendemain même, Conquête venait m'offrir une place à ses côtés dans la Chasse Sauvage. Je l'ai suivi et j'y suis restée plusieurs mois, avant que la prière de Mayeul n'émeuve Valda qui a intercédé pour moi auprès de la Chasse Sauvage - c'est la certitude que j'en ai. J'ai loupé la sécession d'Erebor, mais j'ai rattrapé mon retard après avoir réintégré le Vol d'Erebor, en récompense d'Anthim pour mes actes lors de notre petit souci de momies. Grâce étant promue à de plus hautes fonctions - et mariée, à un Cielsombrois, par Joseï (est-ce contagieux ?), c'est ma cousine Sifaï qui est désormais mon ailière, et je suis fière de constater les progrès qu'elle accomplit chaque jour. La situation de l'Ordre est compliquée - la faction modérée à laquelle j'appartiens s'est placée sous la tutelle du sultan des sables, et il semblerait que, en l'absence de nouvelles instructions, j'en occupe la tête depuis les événements d'octobre à l'Académie. Y aurait-il un lien ? Sûrement, je vais devoir éclaircir la question...

Chronologie

11 août 973 : Naissance au harem de Vivedune.
Septembre 991 : Décès de Zénaïde, mère de Reja et Alméïde.
16 septembre 992 : Décès du sultan Charif. Anthim est couronné. Reja quitte le harem et s'installe avec les Sinhaj dans la mer des dunes.
Mai 993 : Reja s'aventure avec une quinzaine de cousins dans les souterrains du Palais des Soupirs. Ils sont tous tués et elle en réchappe grièvement blessée, seule rescapée, sans savoir exactement ce qui l'a attaquée.
Juillet 993 : Arrivée à Lorgol et présentation à la Caserne de Serre. Sirocco choisit Reja.
Juillet 998 : Titularisation.
Août 998 : Affection à Ibelin dans la division impériale de répression du grand banditisme, ailière d'Amir.
Août 1001 : Décès d'Amir.
Octobre 1001 : Grâce accepte de devenir l'ailière de Reja.
Janvier 1002 Intrigue 2.1 Les Sables du Temps : Échappe une nouvelle fois à la vouivre dans les sous-sols du Palais des Soupirs.
Novembre 1002 : Libération de la Chasse Sauvage. Reja apprend que tous ses proches faisaient partie de la Rose Écarlate (sa sœur Alméïde ; le fiancé de Grâce; Melsant ; sa cousine Marianne ; son amie Astarté ; et même sa sultane, Sitara). Elle se sent trahie et s'isole complètement, s'enfonçant dans la dépression.
4 janvier 1003 : Tentative de suicide et fausse couche à Roc-Épine.
21 janvier 1003 : Renvoi des Voltigeurs par Richard le Harnois.
30 janvier 1003 : Elle apprend à Mayeul qu'elle portait son enfant (PEINE MAXIMUM :laa:).
31 janvier 1003 : Emportée par Conquête au sein de la Chasse Sauvage.
8 mai 1003 : Reja quitte la Chasse suite à l'intercession de Valda. Elle en revient transformée et bien plus sereine, avec des objectifs définis.
13 mai 1003 : Elle obtient un sauf-conduit et retourne en Erebor. Elle reprend contact avec l'Ordre.
24 juillet 1003 Intrigue 3.4 La Légion des Oubliés : Négociation avec Anthim pour avoir une chance de réintégrer le Vol d'Erebor sous la direction de Soltana.
5 août 1003 : Réintégration au sein du Vol d'Erebor, division de Vivedune, avec Sifaï comme ailière.
Novembre 1003 Intrigue 3.6 Puisse le sort vous être favorable : Les dieux semblent avoir disparu, ni Joseï ni Valda ne semblent plus entendre ses prières. Reja s'inquiète. Plus aucune consigne ne provient des dirigeants de l'Ordre. Elle prend la tête de l'Ordre en Erebor.




Questions

Questions du Livre I:
 

Questions du Livre II:
 
Questions du Livre III:
 

Les dieux majeurs ont visiblement déserté le Panthéon. Es-tu croyant ? Qu'est-ce que cette disparition implique pour toi ?
• Je voue une foi profonde à Valda et Joseï, leur absence me pèse considérablement. Depuis mon passage dans la Chasse, ma foi s'est encore renforcée, et j'appelle de tous mes vœux le retour de nos protecteurs. Je ne pense que pas que l'humanité livrée à elle-même saurait survivre au mal qu'elle est capable de s'auto-infliger, et je sais très bien de quoi je parle... !

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
• Je me réjouis de la disparition de la Rose Écarlate, et mon séjour au sein de la Chasse Sauvage ne m'a pas traumatisée. Mes souvenirs sont flous, mais j'ai les idées bien plus claires à présent : je ressens l'influence de Conquête qui structure mes pensées et m'aide à avoir un cheminement de réflexion plus logique. Je suis plus calme, plus posée, plus sereine et j'arrive maintenant à identifier mes objectifs et les moyens de les atteindre, bien plus facilement qu'avant. Étrangement, je conserve des Cavaliers une impression de... sollicitude, contre toute logique. Que sont-ils vraiment - qui étaient-ils, avant de chevaucher l'obscurité... ?

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• J’aime cette ville, mais il y a quand même un peu trop de murs à mon goût. Je préfère les paysages sauvages et les petits villages au-delà de ses murailles, ou le lent mouvement de l’océan qui caresse ses plages.



Le ballet des ombres qui dansent en mon coeur

Alméïde & Rejwaïde

30 août 1001



La nuit frissonne.
L’air tout entier frémit sous les instruments du clan, et entre les palmiers la musique s’enfle et s’envole, vibrante, sous les étoiles qui nous caressent de leur sourire. Loin sous nos pieds, Amaté Chemsa entend nos talons frapper le sol dans une danse effrénée, et je sais qu’elle sourit en rêvant de nous. Et nous dansons, follement lancées dans un tourbillon de pas enflammées, nous les filles du clan Sinhaj, nous les flammes des dunes, nous les fleurs du sable, nous dansons dans une tempête de jupes et de voiles vivement colorés, de chevelures libérées, dans une offrande de corps et d’âme à Joseï qui façonne le désert. Nous dansons à corps perdu, à âme résolue, toutes entières liées dans une communion des sens qui nous entraîne au rythme ancestral de nos pieds sur le sable, de nos bras dans les airs, et du sable qui virevolte autour de nous. C’est comme frôler le vide en permanence, se lancer d’un pas sur l’autre sans savoir où retomber ; et le sang des dunes prend le dessus sur nos esprits, nous emportant dans une sarabande sauvage et primitive, toute d’une grâce barbare et perdue, sauf ici au cœur du nombril du monde. Et je danse, avec acharnement, parmi mes cousines, tantes et petites-nièces, profitant pleinement de cette sensation d’appartenir à une famille.

Je n’ai pas l’habitude.
C’est agréable.

Cela fait plusieurs fois que je viens passer mes permissions à l’Oasis du clan de Mère, apprenant à mieux connaître mes parents du désert, et je m’y sens de plus en plus à l’aise à chaque visite. La danse aide, je dois le reconnaître : Mère était l’une des meilleures danseuses des Sinhaj avant de rejoindre le harem, et je tiens d’elle une affinité particulière avec les arabesques et les volutes de sable qui fendent les airs sous nos impulsions. J’aime ces moments de communion primale avec notre monde, avec la splendeur solennelle et l’éternelle majesté d’Erebor. Sur les hauteurs plus loin, Sirocco a rejoint le nid des siens, et je perçois les images qu’il me transmet, de moi en train de danser entre les feux du soir. Concentrée, les yeux clos, et paradoxalement totalement abandonnée entre les bras de la musique qui s’est emparée de moi… Et soudain, une autre vision vient se superposer à nos mouvements harmonieux. Une caravane s’avance à la lisière de l’oasis ; des voyageurs viennent quérir notre hospitalité pour la nuit, et le chef de clan s’avance pour les accueillir. Le regard de Sirocco se focalise sur une petite silhouette, parmi les gardes.

Alméïde.
C’est irrationnel, mais je suis contrariée, l’espace d’une seconde, qu’elle vienne ici. Elle a le palais pour elle, et sait très bien m’y oublier, pourquoi venir ici me combler de sa présence, pour finir par repartir encore une fois le jour levé ? Ma sœur est le perpétuel courant d’air de ma vie : elle ne fait que passer, fugitivement, et mon cœur finira un jour par en mourir d’avoir trop saigné. Mais elle ne le voit pas : elle a les yeux remplis de richesse et de privilèges, elle la princesse. Je ne lui en veux pas, pas à elle ; j’ai juste, au fond de moi, cette petite fille solitaire qui pleure parce que sa grande sœur lui manque tellement qu’elle ne parvient plus à le tolérer. Cette petite fille ne se taira jamais vraiment, et ses gémissements pitoyables résonnent encore dans les couloirs hantés de ma mémoire.

Mais je l’aime, mon Alméïde : ma déesse, mon héroïne, mon modèle.
Elle, si brillante, médecin intelligente, savante et éduquée, dans les grands halls de marbre de l’Académie… et moi, la traîne-poussière, la moins-que-rien, l’enfant du harem enfuie au loin.

Danse. Danse parmi les dunes, danse en suspension parmi les nuages ; danse dans un tourbillon de plumes, du bout des pieds, comme un vol sans ailes, comme un poème sans mots, comme une chanson sans paroles. L’essence de la grâce, dans ce qu’elle a d’éphémère, d’accidentel et de fragile.
Merci, Sirocco.
Réconfort.

La tribu se masse autour d’Alméïde, et j’offre mon bras à notre tante Zobéïde, enceinte et très près de son terme, qui se déplace avec difficulté. Et puis, enfin, c’est mon tour : d’un sourire un peu crispé, j’accueille ma sœur, la serrant contre moi dans une étreinte très protocolaire, singulièrement refroidie par les regards des gardes qui l’escortent. « Bienvenue, princesse. » C’est ainsi que tu te présentes à nous, comme une altesse. Ne sommes-nous plus ta famille, ma sœur, pour que tu viennes à nous bardée de lances et de glaives affûtés… ?





Récapitulatif

Rejwaïde Sinhaj

Mise à jour des registres et bottins



♦️ Priyanka Chopra
♦️ Compte principal : Non
♦️ Groupes secondaires : Le peuple / Les Voltigeurs

Ne conserver que les lignes remplies
♦️ Griffon : Sirocco / Ébène / Mâle / 31 ans
♦️ Hiérarchie : Ordre du Jugement / Chancelière d'Erebor
♦️ Affiliation : Ordre du Jugement



Dernière édition par Rejwaïde Sinhaj le Dim 3 Déc - 19:56, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Denys du Lierre-Réal
Denys du Lierre-Réal

Messages : 6155
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 0:02

Oh tient, un multicompte qui ne sera pas pour moi :sisi: :arrow:

:bande: :calin: :coeur:


Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 0:03

:**:

:amour:


Reja • De plume et de serre TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
Alméïde de Sombreflamme
Alméïde de Sombreflamme

Messages : 17441
J'ai : 33 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Teagan
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 0:04

Je t'aime :cute:


dialogues • mediumvioletred




I'd give anything to hear you say it one more time, that the universe was made just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 0:25

:calin2: :danse:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs • Admin
Les Voltigeurs • Admin
Rejwaïde Sinhaj
Rejwaïde Sinhaj

Messages : 526
J'ai : 30 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement, et Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 0:25

Amour sur toi, Mémé :siwi:
Mayeul :cute: :hum: :oops:
Biquette... :ptdr:
Méliiiii :fox3:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 0:32

:cute: :gnut: :calin: :**:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs • Admin
Les Voltigeurs • Admin
Rejwaïde Sinhaj
Rejwaïde Sinhaj

Messages : 526
J'ai : 30 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement, et Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 1:03

Ouaiiiis ma copine de griffon :cute:
Je vais t'apprendre à danser, aussi :sisi:



 

Reja • De plume et de serre 878780TitreRejwade1
Reja • De plume et de serre 604330Circonflexes

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 17:58

Rebienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 19:17

Rebienvenue et bon courage pour finir ta fiche :3
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Castiel de Sombreflamme
Castiel de Sombreflamme

Messages : 2436
J'ai : 26 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Sombreciel et à l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 20 Aoû - 22:20

Ouiiiii :haww: Rebienvenue ici, chouquette, avec ta Voltigeuse enfin :pompom:


Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Reja • De plume et de serre 1479663390-proinoir
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyDim 21 Aoû - 18:57

Bonjour, bienvenue sur le forum :haww:

:porte:










Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyDim 21 Aoû - 19:15

:bave:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs • Admin
Les Voltigeurs • Admin
Rejwaïde Sinhaj
Rejwaïde Sinhaj

Messages : 526
J'ai : 30 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement, et Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyVen 26 Aoû - 22:42

Merci, vous êtes tous tous tous des amours ! :bande:



 

Reja • De plume et de serre 878780TitreRejwade1
Reja • De plume et de serre 604330Circonflexes

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptySam 27 Aoû - 12:53

Oh une nouvelle bouille ! :cute:
On va voir des danses dans le ciel. :**:
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Grâce de Séverac
Grâce de Séverac

Messages : 5649
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyDim 28 Aoû - 2:15


Ibélène • Les Voltigeurs

Bienvenue !

Rejwaïde Sinhaj




:cute: :puppy:

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs • Admin
Les Voltigeurs • Admin
Rejwaïde Sinhaj
Rejwaïde Sinhaj

Messages : 526
J'ai : 30 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement, et Anthim, sultan d'Erebor
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyDim 28 Aoû - 3:30

Awww :cute: :*_*:



 

Reja • De plume et de serre 878780TitreRejwade1
Reja • De plume et de serre 604330Circonflexes

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyDim 4 Déc - 21:24


Ibélène • Les Voltigeurs

Bienvenue !

Rejwaïde Sinhaj




MON ailière ! À MOUA ! Je te négligerai pas :sisi:

Va tirer tes deux cartes :sisi: (j'allais écrire négliger, au lieu de tirer *s'endort sur le sol de la fiche*)

Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyDim 3 Déc - 23:22


Validation Livre III


C'est tout bon, deux cartes communes de validation !











Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Séverine de Bellifère
Séverine de Bellifère

Messages : 2138
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre EmptyJeu 20 Déc - 0:43


Validation Livre IV


C'est tout bon, deux cartes communes de validation !









Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Reja • De plume et de serre   Reja • De plume et de serre Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Reja • De plume et de serre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Un monstre à Paris [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Capitales-
Sauter vers: