AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Gueux
avatar

Messages : 40
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Gueux
Message Sujet: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 17 Juin - 18:00


Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Pénélope de Bellancre & Liry Mac Lir

Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille

Petite soeur au rapport!



• Date : 12 juin 1002
• Météo : Il fait un beau temps, agréable température.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Lors d'un arrêt du Borée sur une île en route vers l'Archipel du Vent, Liry découvre un étrange sablier.  Persuadée qu'il pourrait intéresser sa soeur Pénélope, elle part immédiatement par portail vers l'Académie présenter sa découverte.
• Recensement :
Code:
• [b]12 juin 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2321-et-puis-j-ai-trouve-ce-gros-truc-immense-qui-brille#70179]Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille[/url] - [i]Pénélope de Bellancre & Liry Mac Lir[/i]
Lors d'un arrêt du Borée sur une île en route vers l'Archipel du Vent, Liry découvre un étrange sablier.  Persuadée qu'il pourrait intéresser sa soeur Pénélope, elle part immédiatement par portail vers l'Académie présenter sa découverte.



Dernière édition par Liry Mac Lir le Sam 17 Juin - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 40
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Gueux
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 17 Juin - 18:03

« Hey Liry!  Viens voir par là!  Ya un truc étrange là! »

D'un bond tu es auprès du matelot et tu lui arraches sans plus de façon la longue-vue qu'il tient à la main.  Après quelques ajustements, tu remarques effectivement que quelque chose brille et ce n'est pas le sable des îles.  Il y a de l'or quelque part et beaucoup en plus.  C'est pas l'heure de rater la chance.  Tu attrapes par le collet le mousse et l'entraîne à ta suite.

« En route, on va voir c'que c'est! » t'exclames-tu en levant un poing dans les airs.

« Mais… Liry, et le capitaine?  On peut pas y aller! »

« Fais pas ta pucelle, montre-moi qu't'as plus d'couilles que ça!  T'rien qu'un poltron!  J'vais m'en occuper, moi, du cap'taine!  T'vas voir, on va être riche mon p'tit gars! »

Tes propos ne l'empêche pas de protester encore, mais sa voix se fait de plus en plus faible, voyant que tu ne t'arrêtes pas pour autant.  Ça doit pas être bien loin ce tas d'or.  Puis de toute façon, personne osera partir sans vous.  Pas que quelqu'un partirait de toute façon, parce que le Borée est ancré pour la journée au rivage de cette île.  Il faut refaire le plein de provisions et les autres seront bien occupés de cette importante tâche pour ne pas remarquer que toi et Ben, vous avez disparus.  Puis selon tes estimations, ça ne pouvait pas être bien loin, à flanc de montagne comme ça.  En plus, c'était une petite montagne.  Rien de bien effrayant.

« Allez, traîne pas!  T'marches plus lentement qu'ma grand-mère! »

Quoique ça, tu n'en sais rien, tu ne l'as jamais rencontrée.  Mais sûrement qu'elle marcherait plus vite que ce faiblard bon à rien.  T'aurais dû y aller toute seule.  Comme ça t'aurait pu empocher plus de biens discrètement.  Bah tant pis, c'est trop tard.  Dans le pire des cas, tu pourras le perdre dans la montagne.  Pour un matelot, il est pas leste du tout.  Il faut que tu le harangues toutes les deux minutes pour qu'il n'arrête pas de marcher.  Il est même pas drôle à martyriser.

Quelque peu rouges par l'exercice au soleil, vous arrivez enfin à l'endroit que vous avez vu à travers la longue vue.  Mais pas pour trouver un tas d'or, non plutôt une espèce de gros machin qui ressemble à un sablier.  Comment ce truc était arrivé là?

« C'est quoi ça? »

« Ben chais pas moi.  Un sablier.  Allez, mets-toi en boule là, ordonnes-tu sans qu'il ne bouge d'un poil, un air ahuri sur le visage, Bouge toi!  J'ai b'soin d'une table pour l'dessiner c'truc!  T'es bête ou quoi? »

Tu lui envoies un coup de pied aux fesses, c'est clairement plus efficace et rapide.  Tu sors parchemin et plume, ceux que tu traînes au cas où, et tu fais le croquis de l'objet en question, y ajoutant le plus de détails possibles.  Tu crois bien que ça pourra intéressé Pénélope.  C'est trop bizarre pour que non.  Puis à la va-vite, tu traces une carte pour indiquer comment retrouver le sablier : il est trop gros pour que vous le portiez à deux et avant de le bouger, tu préfères t'assurer que ça ne va pas vous exploser à la figure.

« Bon, r'lève-toi sac à p'tates, on r'tourne au camp'ment! »

Ton pas est encore plus accéléré qu'à l'allée et tu abandonnes rapidement ton compagnon à son sort lorsque vous êtes assez près pour voir les plages de sables qui composent la côte : il retrouvera son chemin tout seul.  Tu cours jusqu'à la tente du capitaine et tu entres sans cérémonie avant de poser ton croquis sur la table, interrompant sa rédaction de son journal de bord.

« Cap'taine!  J'ai trouvé c'truc par là-bas dans l'île.  J'pense que ça int'resserait Pénélope. »

Après avoir observé ton dessin de long en large et réfléchi un instant, le capitaine acquiesce d'un hochement de la tête bien marqué.  Il appelle votre mage des portails pour qu'on t'envoie à l'Académie après avoir confirmé que ta sœur s'y trouvait bien.  Après un dernier regard pour le Borée au loin, un mouvement du bras pour dire adieu à Vagabonde, tu es prête à partir.  Tu sais que tu ne reviendras pas de sitôt et qu'il te faudra vivre tes aventures ailleurs qu'en mer.

Lorsque tu arrives à l'Académie, frénétique, tu envoies quelqu'un au hasard aller te chercher Pennia au plus vite.  Tu te sens fébrile, tes mains serrent le parchemin avec anxiété : tu as peur que ta découverte ne serve à rien, que tu aies quitté les flots pour te retrouver coincée à terre pour une erreur.  Tes yeux cherchent avidement l'ombre de ton aînée, pressée de lui montrer ce que vos explorations ont dévoilé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 35
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine • Quitterie • Freyja • Ljöta • Rejwaïde • Faustine
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 1 Juil - 12:35

Quel casse-tête, décidément – il serait grand temps d’inventer un sortilège capable de faire ça à sa place, ou de recruter un larbin un esclave un assistant qui le ferait pour elle. Contrariée, Pénélope essuie les taches d’encre qui ont moucheté ses doigts au fil des ratures, et compte machinalement les heures sur l’emploi du temps qu’elle est en train de tracer. Elle s’apprête à s’y remettre, lorsqu’un frémissement discret sur le seuil l’interpelle. Elle relève le nez à temps pour constater qu’un étrange intrus se faufile sous le battant et se reconstitue devant elle, s’inclinant vaguement dans une envolée de particules évanescentes.

« On vous demande, Enchanteresse de l’Automne – à l’étage des visiteurs, une sauvageonne avec un accent terrible. »

Délicatement, la marquise de Bellancre arque un sourcil inquisiteur. Le coursier venu la quérir, charmant élémentaire de poussière venu délivrer message de la voix de son mage, n’en sait visiblement pas plus. Il faudra qu’elle fasse le point avec les messagers de l’Académie, ces mages élémentaires en poste à l’étage des visiteurs qui assurent la communication avec le personnel et les étudiants lorsqu’un invité se présente. Un peu plus de… précision, éventuellement, serait sûrement profitable. Un nom, par exemple ! Par Aura, faut-il donc tout leur apprendre… D’un geste de la main empli de lassitude, elle congédie l’élémentaire qui s’évapore sous la porte en direction de son maître.

Je peux aller voir, si tu veux. Non, profite du soleil ; ça me fera bouger un peu. Une vague de gratitude lui provient d’Elsir, étalé sur la pierre du balcon de son bureau, les ailes grandes ouvertes, et qui paresse au soleil tel un lézard des îles. Un rire amusé échappe à sa mage, qui range soigneusement sa plume et roule le parchemin qu’elle complétait. Elle finira le planning des entretiens des postulants plus tard – on la demande, après tout, et elle a une petite idée de l’identité de sa visiteuse. Et effectivement, une fois sur place, elle reconnaît la tignasse blonde de Liry, et c’est avec une exclamation ravie qu’elle la serre contre elle, indifférente à la stupeur des badauds un peu choqués de voir une dame si bien mise étreindre sans pudeur une « sauvageonne avec un accent terrible ». Entre elles, les convenances régissant le statut de marquise de Pénélope n’ont jamais eu cours, et c’est avec la cordialité bon enfant de leur foyer de l’Île Fauve que l’enseignante salue sa cadette, l’entraînant vers son bureau d’un bras passé sur ses épaules.

C’est d’ailleurs en îlien qu’elle l’accueille et qu’elle la questionne en chemin, savourant les sonorités chaudes de son parler de l’Archipel qui chante et s’envole sous les arches de marbre. « Ma sœur, quel plaisir ! Je m’attendais pas à ta v'nue, j’te pensais en mer ; est-ce que tout va bien sur le Borée ? Quelles sont les nouvelles de Vagabonde ? » Elle ne l’écoute même pas lui répondre : la tenant à bout de bras, elle la scrute de bas en haut, puis de haut en bas, s’assurant que sa cadette est bien pourvue de tous les membres requis. « Tu vas bien, hein ? » ajoute-t-elle, un brin inquiète de voir sa précieuse Liry revenue bien trop tôt du voyage entrepris dans l’archipel du Vent, si loin au sud du continent.


_________________


Dernière édition par Pénélope de Bellancre le Mar 18 Juil - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 40
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Gueux
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mer 5 Juil - 13:31

Il y avait toujours ce sentiment étrange quand tu retournais à l'Académie.  Une drôle de nostalgie que tu ne comprends pas exactement, parce que comme auparavant, on te regarde de travers, toi la sauvageonne à l'accent étrange.  On te fait même l'affront parfois de te faire répéter et répéter.  Jusqu'à ce que tu arrives à te faire plus convaincante.  D'une manière qui n'est pas vraiment appropriée pour un lieu d'apprentissage, mais tu n'es plus étudiante et la crainte d'être renvoyée de l'Académie ne pend plus au-dessus de ta tête comme une menace suffisante pour te persuader à être civilisée.  Mais ce qui est toujours plus bizarre encore, c'est de te retrouver dans les bras d'une Pénélope bien mise et tirée aux quatre épingles.  Et ça ne te surprend pas que toi, pour différentes raisons néanmoins.  Il y a quelque chose de fascinant dans ces jolies tenues, mais tu préfères toujours repenser à ces années sur l'Île Fauve, lorsque vous étiez toutes deux habillées à la mode locale : pratique et libre.  Il y a longtemps que tu n'as pas vu ta sœur, votre dernière conversation remontait à tu ne sais plus quand, par l'entremise d'un mage outreparleur, ce qui avait quelque chose d'un peu impersonnel, même en utilisant le langage de votre enfance, vous entourant du secret de votre conversation.

« Oui ben ch'uis arrivée ajourd'hui, c'l'mage qu'm'a env'yée par l'portail.  C'pas que quequ'chose va mal, j'dois juste t'montrer un truc! » réponds-tu avec un peu d'empressement, mâchant encore moins les mots qu'à ton habitude.  Tu es pressée de montrer ta découverte, mais tu remarques vite que même si elle t'a interrogée, ta sœur n'écoute même pas ta réponse, t'inspectant de la racine des cheveux aux ongles d'orteils, que tu devais couper, mais l'urgence a obligé à reporter cette activité agréable.

« Bah oui que j'vas bien, pourquoi j'irais pas bien? » t'étonnes-tu quand elle s'inquiète de l'état de ta santé.

Entre temps vous êtes arrivées à son bureau et tu vas pouvoir lui exposer ta découverte en toute discrétion : c'est que tu imagines que ça vaudra beaucoup d'argent sur le marché si vous le rameniez et tu voudrais pas que quelqu'un se mette dans l'idée de te voler ton trésor.  C'est toi qui as trouvé et si à la rigueur tu viens partager un peu de la récompense avec le reste de l'équipage du Borée – en gardant la meilleure part pour toi-même – il n'est pas question d'en fait autant avec des étrangers.  Encore moins de les laisser te la voler.  Sans rien dire à Pennia, tu t'octroies le droit de verrouiller la porte pour éviter que quiconque ne vous interrompre.  Puis lorsque tu es certaine que tout est sécuritaire pour partager ta découverte, tu sors un parchemin de ta chemise et tu le déroules sur le bureau pour montrer à ta sœur ce qu'il contient.  Le croquis très détaillé d'un énorme sablier.

« J'trouvé ça sur une île hier.  Ch'ais pas trop s'que c'est, mais j'me suis dit que p't'êt' que ça p'rrait t'intéressé.  J't'ai fait c'dessin pou' t'montrer, mais en vrai c'gros comme… plus gros qu'moi, pis c'est doré.  J'pense qu'ça vaut beaucoup d'fleurons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 35
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine • Quitterie • Freyja • Ljöta • Rejwaïde • Faustine
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 18 Juil - 22:32

Pénélope est rassurée : Liry va bien. C’est que leur mère lui en voudrait fort, s’il devait arriver quelque chose à la cadette confiée à ses bons soins ! Elle s’inquiète tellement, la marquise, de savoir sa sœur en vadrouille aux quatre coins du monde sur l’océan infini… Oh certes, elle est entre de bonnes mains sur le Borée, sous la vigilance de Vagabonde qui s’est attachée à cette cartographe amoureuse de l’infini, mais il n’en reste pas moins que l’aînée pense souvent à sa chère tête blonde, partie explorer l’horizon en chevauchant les flots. Rassurée sur son état de santé, elle la serre un instant contre elle, régalant ses oreilles du parler îlien si chantant qui résonne de mille échos familiers dans la voix de sa sœur. Oh, quelle puissante nostalgie vient un instant lui étreindre le cœur ! L’Île Fauve lui manque, le foyer de Lir aussi, cette maison où elle a vu le jour et où elle a grandi avant que son père ne vienne l’en arracher. Elle se rappelle de ces années passées dans l’Archipel, après son diplôme, ces premiers temps à découvrir cette sœur toute neuve, à cavaler avec elle d’un bout à l’autre de l’île, lui racontant mille histoires du continent et de l’Académie, éveillant un éclat fasciné dans son regard clair. Oh, comme cela lui manque parfois ! Même les tuniques courtes typiques de son enfance lui font cruellement défaut aujourd’hui, alors qu’elle doit à son rang de s’entourer de mètres et de mètres de tissus pleins de fanfreluches. Son statut de marquise lui plaît par la liberté qu’il lui procure, par l’aisance matérielle dont elle use pour poursuivre ses rêves ; mais elle a conscience de ce que l’on raconte d’elle, de son célibat quasiment religieux, et de l’absence d’héritier pour Bellancre.

Mais Liry, elle, est une bouffée d’oxygène, un air gai et léger totalement étranger à ces préoccupations. Un sourire plein de tendresse sur les lèvres, Pennia effleure la joue de sa sœur, y dépose un baiser. « C'est qu'je m’inquiète toujours quand t'es loin d'moi. Fais pas attention. » C’est qu’elle l’aime autant qu’elle chérit ses filles, ces deux mignonnes qui se revendiquent d’Outrevent à présent et qui ignorent tout de la richesse de leurs racines. À cela aussi, Liry reste bienheureusement étrangère. Un jour, sûrement, Pénélope lui en parlera – pour le moment, ce secret reste bien gardé. Docilement, elle se penche sur le croquis que sa cartographe personnelle lui a ramené…

… et la tête se met à lui tourner.

Ô Aura.
Un Sablier.
Liry a trouvé un putain de Sablier du Temps, par les couilles du Léviathan !
Tout un tas d’épithètes fleuris déferle dans l’esprit de la très digne Enchanteresse de l’Automne, et elle perçoit le sang refluer de son visage. C’est pâle comme un linge qu’elle s’effondre à demi dans le fauteuil rembourré où elle siège d’ordinaire lorsqu’elle reçoit un étudiant en entretien, et c’est un regard perdu qu’elle lève vers sa sœur.

« Par Atal, Liry, où qu’t’as dégoté ça ? Y’a une guerre sur l’continent en c’moment, et les deux camps ils cherch’des babioles tout just’comme celle-là ! C’est précieux, ça peut sauver des vies – ça peut aussi tous nous tuer ! Dis-moi qu’personne sait qu’tu l’as trouvé, frangine, dis-moi qu’tu l’as bien gardé secret ! » Instinctivement, elle a joint les mains dans un geste universel de prière, suppliant sa sœur du regard. Dis-moi que personne ne sait que tu as trouvé ce Sablier, ma chérie, dis-moi que personne ne risque de venir t’égorger pour emporter ce secret, dis-moi que tu es en sécurité !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 40
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Gueux
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 8 Aoû - 20:04

Tu es bien fière de montrer à Pennia ce qui pourrait être considéré comme ta plus importante découverte depuis que tu es à bord du Borée.  La première en fait.  D'habitude tu ne t'occupes pas trop de tout ça, l'or et les trésors.  Ton trésor à toi, c'est les courbes des îles et ça t'accapare bien assez pour ne pas te préoccuper du reste.  Mais là, cette fois, c'est d'une gigantesque fortune dont on parle.  Tu ne sais pas comment ce truc a bien pu arriver par là-bas.  Ça n'a pas dû être très facile à déplacer.  Si on l'avait mis là, c'était certainement pour le cacher.  Et dans ton langage à toi, ce qu'on cache c'est soit d'une valeur inestimable, soit extrêmement dangereux.  Tu ne vois pas en quoi un bête sablier, aussi immense soit-il puisse être dangereux, donc tu as rapidement déduit qu'une large somme pourrait en être tiré si on le vendait et tu imagines même déjà ce que tu vas faire de tous ces fleurons.  Et la première chose serait d'acheter une nouvelle tenue à Pennia parce que tu aimes les jolies robes, mais qu'elles ne te vont pas du tout et qu'elles sont beaucoup plus jolies sur Pennia.

Toute abandonnée à ta joie d'offrir cela à ta sœur, tu te vois très vite surprise par la décomposition de cette dernière à la vue de ton croquis.  Son visage prend la teinte pâle des fantômes, on dirait qu'elle va presque te faire un malaise. Quand elle s'effondre dans son fauteuil, tu accoures à ses côtés, un peu en panique.  Qu'est-ce qui lui prend subitement, elle allait si bien quelques instants auparavant!  Ce truc vaut encore plus d'argent que tu ne le croyais?  Tu n'arrives toujours pas à imaginer que ça puisse être dangereux, à moins de le poser en équilibre quelque part.  Parce qu'effectivement, s'il devait tomber sur la tête de quelqu'un, ça pourrait se révéler assez mortel.  Déjà, t'es surprise d'apprendre que le continent est en guerre.  Enfin surprise.  Les continentaux sont de créatures des plus étranges, ça ne t'étonne pas exactement.  Mais si tout le monde cherche ces trucs, c'est pas plutôt une excellente nouvelle?  On pourrait le vendre aux enchères et faire une énorme fortune.  Le ton d'urgence dans la voix de ta sœur ne s'explique toujours pas à toi.

« J'l'ai trouvé en m'prom'nant sur la plage d'une île, pas loin d'l'Archipel du Vent.  Une p'tite île d'rien du tout, j'lui ai même pas cherché d'nom pour mes cartes.  J'tais avec c't'imbécile de Tom la Pagaie-d'Or, on cherchait d'bois pou' l'feu.  C'lui qui m'a fait office d'table pour faire l'croquis. »

Tu ajoutes quelques détails sur la découverte de l'objet, comment tu as devancé Tom qui traînait de la patte comme un vieillard boiteux.  La location du sablier, l'état dans lequel il se trouvait.

« C'qui est bizarre par contr' c'qui a pas d'sable dans cte sablier-là.  Yé vide.  Pis ben dès que j'l'ai trouvé, j'ai descendu d'la montagne-colline pour dire ça au cap'tain.  J'lui ai montré le croquis, mais le cap'tain, c'est un homme d'confiance, tu l'sais.  Pis j'pouvais pas rentrer ici sans lui d'mander non plus.  Pis après, j'ai pris l'portail, pis m'v'la.  J'ai rien dit à personne, chais pas trop c'que ce truc r'présente tsais, mais j'me suis dit que ça valait sûrement cher et j'aurais pas voulu que quelqu'un me le vole. »

Tu fixes Pénélope, un peu abasourdie.  Elle n'a vraiment pas l'air très bien.

« T'es pâle comme une morte ma sœur, t'veux que j'te donne un peu d'eau? Ça t'f'rait du bien j'pense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 35
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine • Quitterie • Freyja • Ljöta • Rejwaïde • Faustine
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mer 9 Aoû - 19:21

L’Archipel du Vent. Ce lieu loin de tout où les mages du Sang se sont installés après leur bannissement, et leurs échecs à concevoir des vivenefs cohérentes. Un refuge aux allures de prison, racontait dame Alaïs lors de son séjour à l’Académie, un chez-eux qui ressemblait plutôt à une punition. Elle a eu le cœur serré par son récit de solitude et de tragédie, l’Enchanteresse née loin du continent, et elle a pris plaisir à discuter avec celle qui se fait appeler Carmine, lui offrant ce soutien et cette écoute que les autres mages semblaient choqués de la voir solliciter. Oui, elle se rappelle bien ce que racontait la matriarche sur son Archipel du Vent, sur le cimetière des Murmures où s’échouaient les vivenefs brisées, de son espoir d’y porter un jour le remède capable de les rendre saines, pour leur permettre de voguer. Pénélope se souvient de tout cela ; mais jamais il n’a été question d’un Sablier du Temps.

Avec une ferveur presque religieuse, elle parcourt du bout du doigt les contours de l’objet dessiné par sa sœur. Le croquis est minutieux et détaillé, et elle ne peut retenir un sourire émerveillé devant la finesse du dessin. Mais, tout de même... Un foutu Sablier ! Là où personne ne l'aurait jamais cherché ! L’Ordre a volé celui de Sombreciel à la Samhain, la rumeur dit qu’il y en aurait d’autres, les Épines comme elle en cherchent depuis des mois – et voilà que c’est Liry, sa cadette bien innocente de toutes ces préoccupations, qui marche dessus par mégarde en compagnie de Vagabonde ! Levant le regard vers ta sœur qui s’est agenouillée près de ton fauteuil, la mine inquiète, tu trouves en toi de quoi lui faire un sourire vaillant. « Ça va aller, chérie, j’suis just’ tout’pantoise d’voir c’te r’lique sur ton ch’min, c’est si loin ! Viens donc par là. » Attrapant la jeune femme par la main, elle l’attire près d’elle, la juchant sur son genou comme si elles avaient chacune quinze ans de moins, sans le moinde égard pour le tissu de sa robe qui s’imprègne de la poussière apportée par Liry. Des deux bras, elle enlace sa taille, serrant sa silhouette gracile contre elle, paniquée rétrospectivement à l’idée du danger qu’elle a couru. « Cette chose-là, c’t’un Sablier du Temps. Une r’lique d’Ibélène, d’avant la guerre d’y’a mille ans. C’te jour, y’a des bandits qu’en cherchent, y veulent s’en servir pour rev’nir en arrière dans l’passé et changer l’histoire. C’très dang’reux, ma Liry, et l’seul Sablier qu’z’ont trouvé pour l’moment ben il est tout cassé. C’ui-ci il a l’air pas mal intact, alors ils l’voudront. C’est sûr. Faut l’dire à personne, qu’tu l’as trouvé, hein. »

Personne ne doit savoir. Il faudrait… il faudrait envoyer une des vivenefs le récupérer. Le Borée, sûrement, n’a pas dû s’éloigner beaucoup ; mais peut-être réellement avoir confiance en chacun des membres de l’équipage ? La plupart sont ansemariens et vendraient père et mère contre quelques fleurons. Non, elle devrait plutôt missionner ses amis pirates… L’Audacia consentirait, peut-être, si elle les payait bien ? Une bonne part de leur équipage est îlien, cela faciliterait sûrement les choses… Et ensuite, livrer le Sablier intact à la Rose Écarlate, pour étude et analyse, en bonne petite Épine. Oui, c’est sûrement la meilleure chose à faire. Et mettre Liry en sécurité. Elle n’acceptera jamais de quitter Vagabonde, Pénélope s’en doute bien ; mais peut-être acceptera-t-elle de guider le navire missionné vers l’île sans nom ? Ce serait un voyage affreusement long... « J’sais pas quoi faire. C’Sablier, faut qu’on l’récupère… et qu’on l’mette en sécurité l’temps qu’la Rose puiss’le récupérer. T’aurais pas une idée ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 40
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Gueux
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Dim 13 Aoû - 18:29

T'es pas tout à fait rassurée par les propos de Pénélope, tu te laisses quand même attirer sur les genoux de ta sœur.  Ça te rappelle quand elle était venue pour vous retrouver à l'Île Fauve, maman et toi.  Si tu avais eu un peu plus d'intérêt pour les jolies tenues, peut-être que t'aurais protesté un peu.  Pour pas salir la belle robe.  Mais c'était Pennia aussi, tu pouvais pas lui dire non de toute façon.  Puis plus tard, quand tu aurais récolté tout un tas de fleurons grâce à tes explorations, tu lui achèterais bien tous les jupons qu'elle désirerait.  Ça ressemblait tellement à l'époque où encore toute petite, tu grimpais sur ses genoux pour qu'elle te raconte les histoires du continent.  Pourquoi te sentais-tu encore aussi petite et fragile dans ses bras alors que tu étais grande désormais?  Était-ce les craintes de son aînée qui s'imprégnait à leur tour dans ton imagination?  Tu n'avais pas vraiment peur pourtant.  Tu te savais capable de survivre à bien plus de dangers qu'on ne te le supposait.  Tu étais une battante.  Pas une princesse fragile.

« T'sais bien qu'chui trop attirée par l'or pou'l'dire à que'qu'un.  J'voudrais pas qu'on m'pique ma découverte.  Pis s'tu dis que c't'important pis que tout l'monde en cherche, fake raison d'plus pour l'garder bien secret. »

Tu ne raisonnes pas beaucoup plus à ce propos et tu espères encore avoir une récompense pour avoir trouver ce sablier.  Tu ne t'imaginais pas faire une découverte révolutionnaire.  Quant à celui à qui il fallait le remettre, tu étais bien d'accord pour suivre les conseils de Pennia, elle comprenait ces choses-là plus que toi.  Depuis que tu étais partie en mer, les histoires du continent ne t'avaient pas trop intéressées.  Ils en valent pas la peine. Sauf quelques rares exceptions.

« Ben t'sais, d'après-moi, l'meilleur moyen pour qu'personne mette la main d'ssus avant eux c'est d'le laisser là.  Ya personne du bateau sauf le cap'taine qui est au courant.  Et l'aut' idiot.  Mais s'mon laquais et crois-moi qu'si j'découvre qu'il me joue un sale tour, il va l'regr'ter au point d'regr'ter l'jour où sa mère l'a mis au monde.  Pis y l'sait très bien. »

Après, si tu suis bien le fil de pensées de ta sœur, elle veut faire des recherches dessus.  Pour le faire fonctionner.  Tu vois pas trop en quoi ça peut être utile.  C'est juste un gros sablier.  Un homme peut même pas le changer de côté tout seul.  Malgré tout, une idée se forge vaguement dans son esprit.  C'est un peu fou, mais pourquoi pas.

« Mais p't-êt' qu'on pourrait l'ramener sur l'Île.  Ya personne chez nous qui voudra d'ce vieux truc qui sert trop à rien.  J'entendus di' qu'le continent est à feu et à sang, c'pas l'endroit pour le ramener.  On p'rra pas l'cacher à Bellancre.  Mais faudrait une aut' vivenef.  Sur l'Borée, ya Bill Jambe-de-Bois, y disent que ya vendu son frère pour d'l'or.  Et ya aussi Rémi Grand'Bouche, y sait pas garder un secret c'gars-là.  Quand Marie Voile-Tendue a fait des cochoncetés avec Jim Brisevague, c'est lui qui l'a dit à tout l'monde.  Faudrait un équipage sûr.  J'pourrais leur montrer l'chemin.  Mais c'est à au moins un ou deux mois d'l'Île Fauve si on s'arrête pas en ch'min.  T'connais des gens qui s'raient prêts à partir là-bas?  C'pas un voyage facile. »

Tu poses ton regard sur ta sœur, pensive.

« Mais j'crois pas qu'tu puisses rassembler un équipage.  C'truc est énorme, ça prendra un gros navire.  Et tout l'monde est d'jà parti en mer.  L'mieux ça s'rait d'avoir un dragon ou deux.  Ça irait plus vite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 35
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine • Quitterie • Freyja • Ljöta • Rejwaïde • Faustine
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 15 Aoû - 15:46

Le cerveau de Pénélope tourne à plein régime, tandis qu’elle réfléchit à son problème. Comment transporter un objet aussi gros vers le continent, sans se faire repérer, et sans se mettre en danger ? Elle répugne à exposer aux attaques de l’Ordre ses trois belles vivenefs auxquelles elle s’est grandement attachée au fil des années, fascinée comme tous les enfants de l’Archipel par la magie superbe qui rend si réalistes ces femmes de bois. Ses précieuses dames des flots ! Instinctivement, elle resserre les bras autour de Liry, inquiète aussi pour ses équipages. Elle n’est pas fâchée que sa cadette soit à ses côtés à terre pour le moment, là où elle est sûre de pouvoir garder un œil sur elle pour la garder de tout danger.

Mais comment faire ? Comment rapatrier le Sablier découvert par Liry, pour le mettre en sécurité dans une des places fortes de la Rose ? Comment le ramener sur le continent et empêcher l’Ordre de mettre la main dessus ? Concentrée, Pénélope caresse machinalement les cheveux de sa sœur, la berçant doucement sans s’en rendre compte, focalisée sur son problème. Elle écoute distraitement ce que la cartographe lui suggère, acquiesçant pensivement lorsqu’elle mentionne la difficulté de se fier entièrement à un équipage. Tout le monde sait bien que les Ansemariens sont cupides et vendraient père et mère pour quelques fleurons, alors un Sablier intact, forcément… Néanmoins, la petite a des arguments pertinents. Pénélope ne peut s’empêcher de sourire en écoutant ses conseils avisés, formulés dans l’accent chantant des îles – ah, comme elle méprise ceux qui pensent que les enfants de l’Archipel sont benêts, car leur parler est sommaire ! Ceux-là ne connaissent pas la poésie sauvage ni la grandeur de leur âme.

« Un ou deux mois d’trajet, c’est long. C’est loin. J’peux point envoyer une d’mes viv’nefs en plus d’Vagabonde, ce s’rait suspect. Mais va bien falloir l’récupérer, c’Sablier, on peut pas vraiment l’laisser là comm’ça à attend’que l’Ord’le chaparde… J’devrais p’têt envoyer quand même une aut’ viv’nef… Ou louer un bâtiment commercial et coller des guerriers d’la Guilde d’ssus… Ou… » Ou quoi ? Il n’y a pas trente-six solutions, et même la richesse scandaleuse de la marquise de Bellancre ne lui permettra pas d’accomplir de sauvetage miraculeux. Mince, elle a raison, la gosse, où trouver un équipage qui ne serait pas déjà parti naviguer ? En plein été, comme ça, c’est la belle saison pour commercer ou pirater, alors à qui demander ? Il ne reste que des bâtiments endommagés dans le port de Lorgol, et ce dont elle a besoin, c’est d’un navire capable de voguer. Quant aux dragons, où en trouver qui ne soient pas déjà liés par d’autres serments à un Vol ?

Oh.
Un navire.
Capable de voguer.
Et un dragon.
Par tous les appendices flétris du Kraken.

Toute raide d’appréhension, les mains crispées autour de la taille de sa sœur, Pénélope inspire un grand coup. Ça y est, elle l’a eue, l’idée – elle requerra l’assistance de la Rose, sûrement, mais en bonne petite Épine loyale, la marquise ne s’inquiète pas trop. « Liry, mon p’tit… T’as d’jà envisagé d’naviguer sur un drakkar… ? »

La voilà, la solution.
Malice.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les gros maigrissent, les maigres meurent. 【Pv Hakushi Mihawk】
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)
» Top 3 des figurines Mordheim et plus gros flop selon vous
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Gonaïves/Gros-Morne, vers la fin d'un calvaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: L'Académie de Magie et du Savoir-
Sauter vers: