AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 17 Juin - 18:00


Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Pénélope de Bellancre & Liry Mac Lir

Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille

Petite soeur au rapport!



• Date : 12 juin 1002
• Météo : Il fait un beau temps, agréable température.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Lors d'un arrêt du Borée sur une île en route vers l'Archipel du Vent, Liry découvre un étrange sablier.  Persuadée qu'il pourrait intéresser sa soeur Pénélope, elle part immédiatement par portail vers l'Académie présenter sa découverte.
• Recensement :
Code:
• [b]12 juin 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2321-et-puis-j-ai-trouve-ce-gros-truc-immense-qui-brille#70179]Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille[/url] - [i]Pénélope de Bellancre & Liry Mac Lir[/i]
Lors d'un arrêt du Borée sur une île en route vers l'Archipel du Vent, Liry découvre un étrange sablier.  Persuadée qu'il pourrait intéresser sa soeur Pénélope, elle part immédiatement par portail vers l'Académie présenter sa découverte.



Dernière édition par Liry Mac Lir le Sam 17 Juin - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 17 Juin - 18:03

« Hey Liry!  Viens voir par là!  Ya un truc étrange là! »

D'un bond tu es auprès du matelot et tu lui arraches sans plus de façon la longue-vue qu'il tient à la main.  Après quelques ajustements, tu remarques effectivement que quelque chose brille et ce n'est pas le sable des îles.  Il y a de l'or quelque part et beaucoup en plus.  C'est pas l'heure de rater la chance.  Tu attrapes par le collet le mousse et l'entraîne à ta suite.

« En route, on va voir c'que c'est! » t'exclames-tu en levant un poing dans les airs.

« Mais… Liry, et le capitaine?  On peut pas y aller! »

« Fais pas ta pucelle, montre-moi qu't'as plus d'couilles que ça!  T'rien qu'un poltron!  J'vais m'en occuper, moi, du cap'taine!  T'vas voir, on va être riche mon p'tit gars! »

Tes propos ne l'empêche pas de protester encore, mais sa voix se fait de plus en plus faible, voyant que tu ne t'arrêtes pas pour autant.  Ça doit pas être bien loin ce tas d'or.  Puis de toute façon, personne osera partir sans vous.  Pas que quelqu'un partirait de toute façon, parce que le Borée est ancré pour la journée au rivage de cette île.  Il faut refaire le plein de provisions et les autres seront bien occupés de cette importante tâche pour ne pas remarquer que toi et Ben, vous avez disparus.  Puis selon tes estimations, ça ne pouvait pas être bien loin, à flanc de montagne comme ça.  En plus, c'était une petite montagne.  Rien de bien effrayant.

« Allez, traîne pas!  T'marches plus lentement qu'ma grand-mère! »

Quoique ça, tu n'en sais rien, tu ne l'as jamais rencontrée.  Mais sûrement qu'elle marcherait plus vite que ce faiblard bon à rien.  T'aurais dû y aller toute seule.  Comme ça t'aurait pu empocher plus de biens discrètement.  Bah tant pis, c'est trop tard.  Dans le pire des cas, tu pourras le perdre dans la montagne.  Pour un matelot, il est pas leste du tout.  Il faut que tu le harangues toutes les deux minutes pour qu'il n'arrête pas de marcher.  Il est même pas drôle à martyriser.

Quelque peu rouges par l'exercice au soleil, vous arrivez enfin à l'endroit que vous avez vu à travers la longue vue.  Mais pas pour trouver un tas d'or, non plutôt une espèce de gros machin qui ressemble à un sablier.  Comment ce truc était arrivé là?

« C'est quoi ça? »

« Ben chais pas moi.  Un sablier.  Allez, mets-toi en boule là, ordonnes-tu sans qu'il ne bouge d'un poil, un air ahuri sur le visage, Bouge toi!  J'ai b'soin d'une table pour l'dessiner c'truc!  T'es bête ou quoi? »

Tu lui envoies un coup de pied aux fesses, c'est clairement plus efficace et rapide.  Tu sors parchemin et plume, ceux que tu traînes au cas où, et tu fais le croquis de l'objet en question, y ajoutant le plus de détails possibles.  Tu crois bien que ça pourra intéressé Pénélope.  C'est trop bizarre pour que non.  Puis à la va-vite, tu traces une carte pour indiquer comment retrouver le sablier : il est trop gros pour que vous le portiez à deux et avant de le bouger, tu préfères t'assurer que ça ne va pas vous exploser à la figure.

« Bon, r'lève-toi sac à p'tates, on r'tourne au camp'ment! »

Ton pas est encore plus accéléré qu'à l'allée et tu abandonnes rapidement ton compagnon à son sort lorsque vous êtes assez près pour voir les plages de sables qui composent la côte : il retrouvera son chemin tout seul.  Tu cours jusqu'à la tente du capitaine et tu entres sans cérémonie avant de poser ton croquis sur la table, interrompant sa rédaction de son journal de bord.

« Cap'taine!  J'ai trouvé c'truc par là-bas dans l'île.  J'pense que ça int'resserait Pénélope. »

Après avoir observé ton dessin de long en large et réfléchi un instant, le capitaine acquiesce d'un hochement de la tête bien marqué.  Il appelle votre mage des portails pour qu'on t'envoie à l'Académie après avoir confirmé que ta sœur s'y trouvait bien.  Après un dernier regard pour le Borée au loin, un mouvement du bras pour dire adieu à Vagabonde, tu es prête à partir.  Tu sais que tu ne reviendras pas de sitôt et qu'il te faudra vivre tes aventures ailleurs qu'en mer.

Lorsque tu arrives à l'Académie, frénétique, tu envoies quelqu'un au hasard aller te chercher Pennia au plus vite.  Tu te sens fébrile, tes mains serrent le parchemin avec anxiété : tu as peur que ta découverte ne serve à rien, que tu aies quitté les flots pour te retrouver coincée à terre pour une erreur.  Tes yeux cherchent avidement l'ombre de ton aînée, pressée de lui montrer ce que vos explorations ont dévoilé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 1 Juil - 12:35

Quel casse-tête, décidément – il serait grand temps d’inventer un sortilège capable de faire ça à sa place, ou de recruter un larbin un esclave un assistant qui le ferait pour elle. Contrariée, Pénélope essuie les taches d’encre qui ont moucheté ses doigts au fil des ratures, et compte machinalement les heures sur l’emploi du temps qu’elle est en train de tracer. Elle s’apprête à s’y remettre, lorsqu’un frémissement discret sur le seuil l’interpelle. Elle relève le nez à temps pour constater qu’un étrange intrus se faufile sous le battant et se reconstitue devant elle, s’inclinant vaguement dans une envolée de particules évanescentes.

« On vous demande, Enchanteresse de l’Automne – à l’étage des visiteurs, une sauvageonne avec un accent terrible. »

Délicatement, la marquise de Bellancre arque un sourcil inquisiteur. Le coursier venu la quérir, charmant élémentaire de poussière venu délivrer message de la voix de son mage, n’en sait visiblement pas plus. Il faudra qu’elle fasse le point avec les messagers de l’Académie, ces mages élémentaires en poste à l’étage des visiteurs qui assurent la communication avec le personnel et les étudiants lorsqu’un invité se présente. Un peu plus de… précision, éventuellement, serait sûrement profitable. Un nom, par exemple ! Par Aura, faut-il donc tout leur apprendre… D’un geste de la main empli de lassitude, elle congédie l’élémentaire qui s’évapore sous la porte en direction de son maître.

Je peux aller voir, si tu veux. Non, profite du soleil ; ça me fera bouger un peu. Une vague de gratitude lui provient d’Elsir, étalé sur la pierre du balcon de son bureau, les ailes grandes ouvertes, et qui paresse au soleil tel un lézard des îles. Un rire amusé échappe à sa mage, qui range soigneusement sa plume et roule le parchemin qu’elle complétait. Elle finira le planning des entretiens des postulants plus tard – on la demande, après tout, et elle a une petite idée de l’identité de sa visiteuse. Et effectivement, une fois sur place, elle reconnaît la tignasse blonde de Liry, et c’est avec une exclamation ravie qu’elle la serre contre elle, indifférente à la stupeur des badauds un peu choqués de voir une dame si bien mise étreindre sans pudeur une « sauvageonne avec un accent terrible ». Entre elles, les convenances régissant le statut de marquise de Pénélope n’ont jamais eu cours, et c’est avec la cordialité bon enfant de leur foyer de l’Île Fauve que l’enseignante salue sa cadette, l’entraînant vers son bureau d’un bras passé sur ses épaules.

C’est d’ailleurs en îlien qu’elle l’accueille et qu’elle la questionne en chemin, savourant les sonorités chaudes de son parler de l’Archipel qui chante et s’envole sous les arches de marbre. « Ma sœur, quel plaisir ! Je m’attendais pas à ta v'nue, j’te pensais en mer ; est-ce que tout va bien sur le Borée ? Quelles sont les nouvelles de Vagabonde ? » Elle ne l’écoute même pas lui répondre : la tenant à bout de bras, elle la scrute de bas en haut, puis de haut en bas, s’assurant que sa cadette est bien pourvue de tous les membres requis. « Tu vas bien, hein ? » ajoute-t-elle, un brin inquiète de voir sa précieuse Liry revenue bien trop tôt du voyage entrepris dans l’archipel du Vent, si loin au sud du continent.


_________________


© acidbrain





Dernière édition par Pénélope de Bellancre le Mar 18 Juil - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mer 5 Juil - 13:31

Il y avait toujours ce sentiment étrange quand tu retournais à l'Académie.  Une drôle de nostalgie que tu ne comprends pas exactement, parce que comme auparavant, on te regarde de travers, toi la sauvageonne à l'accent étrange.  On te fait même l'affront parfois de te faire répéter et répéter.  Jusqu'à ce que tu arrives à te faire plus convaincante.  D'une manière qui n'est pas vraiment appropriée pour un lieu d'apprentissage, mais tu n'es plus étudiante et la crainte d'être renvoyée de l'Académie ne pend plus au-dessus de ta tête comme une menace suffisante pour te persuader à être civilisée.  Mais ce qui est toujours plus bizarre encore, c'est de te retrouver dans les bras d'une Pénélope bien mise et tirée aux quatre épingles.  Et ça ne te surprend pas que toi, pour différentes raisons néanmoins.  Il y a quelque chose de fascinant dans ces jolies tenues, mais tu préfères toujours repenser à ces années sur l'Île Fauve, lorsque vous étiez toutes deux habillées à la mode locale : pratique et libre.  Il y a longtemps que tu n'as pas vu ta sœur, votre dernière conversation remontait à tu ne sais plus quand, par l'entremise d'un mage outreparleur, ce qui avait quelque chose d'un peu impersonnel, même en utilisant le langage de votre enfance, vous entourant du secret de votre conversation.

« Oui ben ch'uis arrivée ajourd'hui, c'l'mage qu'm'a env'yée par l'portail.  C'pas que quequ'chose va mal, j'dois juste t'montrer un truc! » réponds-tu avec un peu d'empressement, mâchant encore moins les mots qu'à ton habitude.  Tu es pressée de montrer ta découverte, mais tu remarques vite que même si elle t'a interrogée, ta sœur n'écoute même pas ta réponse, t'inspectant de la racine des cheveux aux ongles d'orteils, que tu devais couper, mais l'urgence a obligé à reporter cette activité agréable.

« Bah oui que j'vas bien, pourquoi j'irais pas bien? » t'étonnes-tu quand elle s'inquiète de l'état de ta santé.

Entre temps vous êtes arrivées à son bureau et tu vas pouvoir lui exposer ta découverte en toute discrétion : c'est que tu imagines que ça vaudra beaucoup d'argent sur le marché si vous le rameniez et tu voudrais pas que quelqu'un se mette dans l'idée de te voler ton trésor.  C'est toi qui as trouvé et si à la rigueur tu viens partager un peu de la récompense avec le reste de l'équipage du Borée – en gardant la meilleure part pour toi-même – il n'est pas question d'en fait autant avec des étrangers.  Encore moins de les laisser te la voler.  Sans rien dire à Pennia, tu t'octroies le droit de verrouiller la porte pour éviter que quiconque ne vous interrompre.  Puis lorsque tu es certaine que tout est sécuritaire pour partager ta découverte, tu sors un parchemin de ta chemise et tu le déroules sur le bureau pour montrer à ta sœur ce qu'il contient.  Le croquis très détaillé d'un énorme sablier.

« J'trouvé ça sur une île hier.  Ch'ais pas trop s'que c'est, mais j'me suis dit que p't'êt' que ça p'rrait t'intéressé.  J't'ai fait c'dessin pou' t'montrer, mais en vrai c'gros comme… plus gros qu'moi, pis c'est doré.  J'pense qu'ça vaut beaucoup d'fleurons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 18 Juil - 22:32

Pénélope est rassurée : Liry va bien. C’est que leur mère lui en voudrait fort, s’il devait arriver quelque chose à la cadette confiée à ses bons soins ! Elle s’inquiète tellement, la marquise, de savoir sa sœur en vadrouille aux quatre coins du monde sur l’océan infini… Oh certes, elle est entre de bonnes mains sur le Borée, sous la vigilance de Vagabonde qui s’est attachée à cette cartographe amoureuse de l’infini, mais il n’en reste pas moins que l’aînée pense souvent à sa chère tête blonde, partie explorer l’horizon en chevauchant les flots. Rassurée sur son état de santé, elle la serre un instant contre elle, régalant ses oreilles du parler îlien si chantant qui résonne de mille échos familiers dans la voix de sa sœur. Oh, quelle puissante nostalgie vient un instant lui étreindre le cœur ! L’Île Fauve lui manque, le foyer de Lir aussi, cette maison où elle a vu le jour et où elle a grandi avant que son père ne vienne l’en arracher. Elle se rappelle de ces années passées dans l’Archipel, après son diplôme, ces premiers temps à découvrir cette sœur toute neuve, à cavaler avec elle d’un bout à l’autre de l’île, lui racontant mille histoires du continent et de l’Académie, éveillant un éclat fasciné dans son regard clair. Oh, comme cela lui manque parfois ! Même les tuniques courtes typiques de son enfance lui font cruellement défaut aujourd’hui, alors qu’elle doit à son rang de s’entourer de mètres et de mètres de tissus pleins de fanfreluches. Son statut de marquise lui plaît par la liberté qu’il lui procure, par l’aisance matérielle dont elle use pour poursuivre ses rêves ; mais elle a conscience de ce que l’on raconte d’elle, de son célibat quasiment religieux, et de l’absence d’héritier pour Bellancre.

Mais Liry, elle, est une bouffée d’oxygène, un air gai et léger totalement étranger à ces préoccupations. Un sourire plein de tendresse sur les lèvres, Pennia effleure la joue de sa sœur, y dépose un baiser. « C'est qu'je m’inquiète toujours quand t'es loin d'moi. Fais pas attention. » C’est qu’elle l’aime autant qu’elle chérit ses filles, ces deux mignonnes qui se revendiquent d’Outrevent à présent et qui ignorent tout de la richesse de leurs racines. À cela aussi, Liry reste bienheureusement étrangère. Un jour, sûrement, Pénélope lui en parlera – pour le moment, ce secret reste bien gardé. Docilement, elle se penche sur le croquis que sa cartographe personnelle lui a ramené…

… et la tête se met à lui tourner.

Ô Aura.
Un Sablier.
Liry a trouvé un putain de Sablier du Temps, par les couilles du Léviathan !
Tout un tas d’épithètes fleuris déferle dans l’esprit de la très digne Enchanteresse de l’Automne, et elle perçoit le sang refluer de son visage. C’est pâle comme un linge qu’elle s’effondre à demi dans le fauteuil rembourré où elle siège d’ordinaire lorsqu’elle reçoit un étudiant en entretien, et c’est un regard perdu qu’elle lève vers sa sœur.

« Par Atal, Liry, où qu’t’as dégoté ça ? Y’a une guerre sur l’continent en c’moment, et les deux camps ils cherch’des babioles tout just’comme celle-là ! C’est précieux, ça peut sauver des vies – ça peut aussi tous nous tuer ! Dis-moi qu’personne sait qu’tu l’as trouvé, frangine, dis-moi qu’tu l’as bien gardé secret ! » Instinctivement, elle a joint les mains dans un geste universel de prière, suppliant sa sœur du regard. Dis-moi que personne ne sait que tu as trouvé ce Sablier, ma chérie, dis-moi que personne ne risque de venir t’égorger pour emporter ce secret, dis-moi que tu es en sécurité !


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 8 Aoû - 20:04

Tu es bien fière de montrer à Pennia ce qui pourrait être considéré comme ta plus importante découverte depuis que tu es à bord du Borée.  La première en fait.  D'habitude tu ne t'occupes pas trop de tout ça, l'or et les trésors.  Ton trésor à toi, c'est les courbes des îles et ça t'accapare bien assez pour ne pas te préoccuper du reste.  Mais là, cette fois, c'est d'une gigantesque fortune dont on parle.  Tu ne sais pas comment ce truc a bien pu arriver par là-bas.  Ça n'a pas dû être très facile à déplacer.  Si on l'avait mis là, c'était certainement pour le cacher.  Et dans ton langage à toi, ce qu'on cache c'est soit d'une valeur inestimable, soit extrêmement dangereux.  Tu ne vois pas en quoi un bête sablier, aussi immense soit-il puisse être dangereux, donc tu as rapidement déduit qu'une large somme pourrait en être tiré si on le vendait et tu imagines même déjà ce que tu vas faire de tous ces fleurons.  Et la première chose serait d'acheter une nouvelle tenue à Pennia parce que tu aimes les jolies robes, mais qu'elles ne te vont pas du tout et qu'elles sont beaucoup plus jolies sur Pennia.

Toute abandonnée à ta joie d'offrir cela à ta sœur, tu te vois très vite surprise par la décomposition de cette dernière à la vue de ton croquis.  Son visage prend la teinte pâle des fantômes, on dirait qu'elle va presque te faire un malaise. Quand elle s'effondre dans son fauteuil, tu accoures à ses côtés, un peu en panique.  Qu'est-ce qui lui prend subitement, elle allait si bien quelques instants auparavant!  Ce truc vaut encore plus d'argent que tu ne le croyais?  Tu n'arrives toujours pas à imaginer que ça puisse être dangereux, à moins de le poser en équilibre quelque part.  Parce qu'effectivement, s'il devait tomber sur la tête de quelqu'un, ça pourrait se révéler assez mortel.  Déjà, t'es surprise d'apprendre que le continent est en guerre.  Enfin surprise.  Les continentaux sont de créatures des plus étranges, ça ne t'étonne pas exactement.  Mais si tout le monde cherche ces trucs, c'est pas plutôt une excellente nouvelle?  On pourrait le vendre aux enchères et faire une énorme fortune.  Le ton d'urgence dans la voix de ta sœur ne s'explique toujours pas à toi.

« J'l'ai trouvé en m'prom'nant sur la plage d'une île, pas loin d'l'Archipel du Vent.  Une p'tite île d'rien du tout, j'lui ai même pas cherché d'nom pour mes cartes.  J'tais avec c't'imbécile de Tom la Pagaie-d'Or, on cherchait d'bois pou' l'feu.  C'lui qui m'a fait office d'table pour faire l'croquis. »

Tu ajoutes quelques détails sur la découverte de l'objet, comment tu as devancé Tom qui traînait de la patte comme un vieillard boiteux.  La location du sablier, l'état dans lequel il se trouvait.

« C'qui est bizarre par contr' c'qui a pas d'sable dans cte sablier-là.  Yé vide.  Pis ben dès que j'l'ai trouvé, j'ai descendu d'la montagne-colline pour dire ça au cap'tain.  J'lui ai montré le croquis, mais le cap'tain, c'est un homme d'confiance, tu l'sais.  Pis j'pouvais pas rentrer ici sans lui d'mander non plus.  Pis après, j'ai pris l'portail, pis m'v'la.  J'ai rien dit à personne, chais pas trop c'que ce truc r'présente tsais, mais j'me suis dit que ça valait sûrement cher et j'aurais pas voulu que quelqu'un me le vole. »

Tu fixes Pénélope, un peu abasourdie.  Elle n'a vraiment pas l'air très bien.

« T'es pâle comme une morte ma sœur, t'veux que j'te donne un peu d'eau? Ça t'f'rait du bien j'pense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mer 9 Aoû - 19:21

L’Archipel du Vent. Ce lieu loin de tout où les mages du Sang se sont installés après leur bannissement, et leurs échecs à concevoir des vivenefs cohérentes. Un refuge aux allures de prison, racontait dame Alaïs lors de son séjour à l’Académie, un chez-eux qui ressemblait plutôt à une punition. Elle a eu le cœur serré par son récit de solitude et de tragédie, l’Enchanteresse née loin du continent, et elle a pris plaisir à discuter avec celle qui se fait appeler Carmine, lui offrant ce soutien et cette écoute que les autres mages semblaient choqués de la voir solliciter. Oui, elle se rappelle bien ce que racontait la matriarche sur son Archipel du Vent, sur le cimetière des Murmures où s’échouaient les vivenefs brisées, de son espoir d’y porter un jour le remède capable de les rendre saines, pour leur permettre de voguer. Pénélope se souvient de tout cela ; mais jamais il n’a été question d’un Sablier du Temps.

Avec une ferveur presque religieuse, elle parcourt du bout du doigt les contours de l’objet dessiné par sa sœur. Le croquis est minutieux et détaillé, et elle ne peut retenir un sourire émerveillé devant la finesse du dessin. Mais, tout de même... Un foutu Sablier ! Là où personne ne l'aurait jamais cherché ! L’Ordre a volé celui de Sombreciel à la Samhain, la rumeur dit qu’il y en aurait d’autres, les Épines comme elle en cherchent depuis des mois – et voilà que c’est Liry, sa cadette bien innocente de toutes ces préoccupations, qui marche dessus par mégarde en compagnie de Vagabonde ! Levant le regard vers ta sœur qui s’est agenouillée près de ton fauteuil, la mine inquiète, tu trouves en toi de quoi lui faire un sourire vaillant. « Ça va aller, chérie, j’suis just’ tout’pantoise d’voir c’te r’lique sur ton ch’min, c’est si loin ! Viens donc par là. » Attrapant la jeune femme par la main, elle l’attire près d’elle, la juchant sur son genou comme si elles avaient chacune quinze ans de moins, sans le moinde égard pour le tissu de sa robe qui s’imprègne de la poussière apportée par Liry. Des deux bras, elle enlace sa taille, serrant sa silhouette gracile contre elle, paniquée rétrospectivement à l’idée du danger qu’elle a couru. « Cette chose-là, c’t’un Sablier du Temps. Une r’lique d’Ibélène, d’avant la guerre d’y’a mille ans. C’te jour, y’a des bandits qu’en cherchent, y veulent s’en servir pour rev’nir en arrière dans l’passé et changer l’histoire. C’très dang’reux, ma Liry, et l’seul Sablier qu’z’ont trouvé pour l’moment ben il est tout cassé. C’ui-ci il a l’air pas mal intact, alors ils l’voudront. C’est sûr. Faut l’dire à personne, qu’tu l’as trouvé, hein. »

Personne ne doit savoir. Il faudrait… il faudrait envoyer une des vivenefs le récupérer. Le Borée, sûrement, n’a pas dû s’éloigner beaucoup ; mais peut-être réellement avoir confiance en chacun des membres de l’équipage ? La plupart sont ansemariens et vendraient père et mère contre quelques fleurons. Non, elle devrait plutôt missionner ses amis pirates… L’Audacia consentirait, peut-être, si elle les payait bien ? Une bonne part de leur équipage est îlien, cela faciliterait sûrement les choses… Et ensuite, livrer le Sablier intact à la Rose Écarlate, pour étude et analyse, en bonne petite Épine. Oui, c’est sûrement la meilleure chose à faire. Et mettre Liry en sécurité. Elle n’acceptera jamais de quitter Vagabonde, Pénélope s’en doute bien ; mais peut-être acceptera-t-elle de guider le navire missionné vers l’île sans nom ? Ce serait un voyage affreusement long... « J’sais pas quoi faire. C’Sablier, faut qu’on l’récupère… et qu’on l’mette en sécurité l’temps qu’la Rose puiss’le récupérer. T’aurais pas une idée ? »


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Dim 13 Aoû - 18:29

T'es pas tout à fait rassurée par les propos de Pénélope, tu te laisses quand même attirer sur les genoux de ta sœur.  Ça te rappelle quand elle était venue pour vous retrouver à l'Île Fauve, maman et toi.  Si tu avais eu un peu plus d'intérêt pour les jolies tenues, peut-être que t'aurais protesté un peu.  Pour pas salir la belle robe.  Mais c'était Pennia aussi, tu pouvais pas lui dire non de toute façon.  Puis plus tard, quand tu aurais récolté tout un tas de fleurons grâce à tes explorations, tu lui achèterais bien tous les jupons qu'elle désirerait.  Ça ressemblait tellement à l'époque où encore toute petite, tu grimpais sur ses genoux pour qu'elle te raconte les histoires du continent.  Pourquoi te sentais-tu encore aussi petite et fragile dans ses bras alors que tu étais grande désormais?  Était-ce les craintes de son aînée qui s'imprégnait à leur tour dans ton imagination?  Tu n'avais pas vraiment peur pourtant.  Tu te savais capable de survivre à bien plus de dangers qu'on ne te le supposait.  Tu étais une battante.  Pas une princesse fragile.

« T'sais bien qu'chui trop attirée par l'or pou'l'dire à que'qu'un.  J'voudrais pas qu'on m'pique ma découverte.  Pis s'tu dis que c't'important pis que tout l'monde en cherche, fake raison d'plus pour l'garder bien secret. »

Tu ne raisonnes pas beaucoup plus à ce propos et tu espères encore avoir une récompense pour avoir trouver ce sablier.  Tu ne t'imaginais pas faire une découverte révolutionnaire.  Quant à celui à qui il fallait le remettre, tu étais bien d'accord pour suivre les conseils de Pennia, elle comprenait ces choses-là plus que toi.  Depuis que tu étais partie en mer, les histoires du continent ne t'avaient pas trop intéressées.  Ils en valent pas la peine. Sauf quelques rares exceptions.

« Ben t'sais, d'après-moi, l'meilleur moyen pour qu'personne mette la main d'ssus avant eux c'est d'le laisser là.  Ya personne du bateau sauf le cap'taine qui est au courant.  Et l'aut' idiot.  Mais s'mon laquais et crois-moi qu'si j'découvre qu'il me joue un sale tour, il va l'regr'ter au point d'regr'ter l'jour où sa mère l'a mis au monde.  Pis y l'sait très bien. »

Après, si tu suis bien le fil de pensées de ta sœur, elle veut faire des recherches dessus.  Pour le faire fonctionner.  Tu vois pas trop en quoi ça peut être utile.  C'est juste un gros sablier.  Un homme peut même pas le changer de côté tout seul.  Malgré tout, une idée se forge vaguement dans son esprit.  C'est un peu fou, mais pourquoi pas.

« Mais p't-êt' qu'on pourrait l'ramener sur l'Île.  Ya personne chez nous qui voudra d'ce vieux truc qui sert trop à rien.  J'entendus di' qu'le continent est à feu et à sang, c'pas l'endroit pour le ramener.  On p'rra pas l'cacher à Bellancre.  Mais faudrait une aut' vivenef.  Sur l'Borée, ya Bill Jambe-de-Bois, y disent que ya vendu son frère pour d'l'or.  Et ya aussi Rémi Grand'Bouche, y sait pas garder un secret c'gars-là.  Quand Marie Voile-Tendue a fait des cochoncetés avec Jim Brisevague, c'est lui qui l'a dit à tout l'monde.  Faudrait un équipage sûr.  J'pourrais leur montrer l'chemin.  Mais c'est à au moins un ou deux mois d'l'Île Fauve si on s'arrête pas en ch'min.  T'connais des gens qui s'raient prêts à partir là-bas?  C'pas un voyage facile. »

Tu poses ton regard sur ta sœur, pensive.

« Mais j'crois pas qu'tu puisses rassembler un équipage.  C'truc est énorme, ça prendra un gros navire.  Et tout l'monde est d'jà parti en mer.  L'mieux ça s'rait d'avoir un dragon ou deux.  Ça irait plus vite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 15 Aoû - 15:46

Le cerveau de Pénélope tourne à plein régime, tandis qu’elle réfléchit à son problème. Comment transporter un objet aussi gros vers le continent, sans se faire repérer, et sans se mettre en danger ? Elle répugne à exposer aux attaques de l’Ordre ses trois belles vivenefs auxquelles elle s’est grandement attachée au fil des années, fascinée comme tous les enfants de l’Archipel par la magie superbe qui rend si réalistes ces femmes de bois. Ses précieuses dames des flots ! Instinctivement, elle resserre les bras autour de Liry, inquiète aussi pour ses équipages. Elle n’est pas fâchée que sa cadette soit à ses côtés à terre pour le moment, là où elle est sûre de pouvoir garder un œil sur elle pour la garder de tout danger.

Mais comment faire ? Comment rapatrier le Sablier découvert par Liry, pour le mettre en sécurité dans une des places fortes de la Rose ? Comment le ramener sur le continent et empêcher l’Ordre de mettre la main dessus ? Concentrée, Pénélope caresse machinalement les cheveux de sa sœur, la berçant doucement sans s’en rendre compte, focalisée sur son problème. Elle écoute distraitement ce que la cartographe lui suggère, acquiesçant pensivement lorsqu’elle mentionne la difficulté de se fier entièrement à un équipage. Tout le monde sait bien que les Ansemariens sont cupides et vendraient père et mère pour quelques fleurons, alors un Sablier intact, forcément… Néanmoins, la petite a des arguments pertinents. Pénélope ne peut s’empêcher de sourire en écoutant ses conseils avisés, formulés dans l’accent chantant des îles – ah, comme elle méprise ceux qui pensent que les enfants de l’Archipel sont benêts, car leur parler est sommaire ! Ceux-là ne connaissent pas la poésie sauvage ni la grandeur de leur âme.

« Un ou deux mois d’trajet, c’est long. C’est loin. J’peux point envoyer une d’mes viv’nefs en plus d’Vagabonde, ce s’rait suspect. Mais va bien falloir l’récupérer, c’Sablier, on peut pas vraiment l’laisser là comm’ça à attend’que l’Ord’le chaparde… J’devrais p’têt envoyer quand même une aut’ viv’nef… Ou louer un bâtiment commercial et coller des guerriers d’la Guilde d’ssus… Ou… » Ou quoi ? Il n’y a pas trente-six solutions, et même la richesse scandaleuse de la marquise de Bellancre ne lui permettra pas d’accomplir de sauvetage miraculeux. Mince, elle a raison, la gosse, où trouver un équipage qui ne serait pas déjà parti naviguer ? En plein été, comme ça, c’est la belle saison pour commercer ou pirater, alors à qui demander ? Il ne reste que des bâtiments endommagés dans le port de Lorgol, et ce dont elle a besoin, c’est d’un navire capable de voguer. Quant aux dragons, où en trouver qui ne soient pas déjà liés par d’autres serments à un Vol ?

Oh.
Un navire.
Capable de voguer.
Et un dragon.
Par tous les appendices flétris du Kraken.

Toute raide d’appréhension, les mains crispées autour de la taille de sa sœur, Pénélope inspire un grand coup. Ça y est, elle l’a eue, l’idée – elle requerra l’assistance de la Rose, sûrement, mais en bonne petite Épine loyale, la marquise ne s’inquiète pas trop. « Liry, mon p’tit… T’as d’jà envisagé d’naviguer sur un drakkar… ? »

La voilà, la solution.
Malice.


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 19 Aoû - 4:27

Tu as beau retourner le problème dans tous les sens, tu vois pas vraiment ce que vous pouvez faire pour ramener ce fichu sablier sur le continent.  En tout cas, pas sans se faire remarquer.  Surtout pas dans de brefs délais.  On dirait un casse-tête qui n'a pas de solution, un de ceux qui existe rien que pour torturer les méninges et tester la détermination des gens.  Pourtant, tu n'as pas de plus grand désir que d'apporter toute l'aide que tu peux à ton aînée.   Tu devrais pouvoir réussir à penser à une solution, après toutes ces années en mer et toutes ces études.  Néanmoins, le vide reste dans ton esprit, tu n'arrives à rien de particulièrement créatif pour vous tirer cette épine du pied.  Quand tu avais vu cet éclat doré dans la montagne, tu n'avais pas cru que cela serait aussi précieux et aussi difficile à transporter.  Finalement, ça aurait peut-être été mieux que tu le découvres pas ce sablier.  Il serait resté oublié là-bas et une course contre la montre ne se jouerait pas pour aller le chercher et le ramener sans accrocs.

Tu enroules autour de tes doigts une mèche de tes cheveux hirsutes, en réflexion profonde.  Qu'est-ce qu'il faut faire?  Promettre une somme d'or à l'équipage pour leur faire tenir leur langue?  Même si les coffres de Bellancre avait assez de fleurons pour ça, c'est pas sûr que ça fonctionnerait.  Ces foutus d'Ansemariens.  Ils sont sympathiques certes, mais ô combien peu fiables.  Tu n'en reviens toujours pas de combien ils ont aucune idée c'est quoi la loyauté.

« Naviguer sur un drakkar? » t'étonnes-tu.  Tu vois que Penny a une idée derrière la tête et tu n'es pas certaine que ce soit une bonne.  Un drakkar, c'est un gros bateau et en ce qui te concerne tu n'as aucune idée de comment faire voguer ce type de navire.  Et à cette période, vous trouveriez même pas la moitié d'un équipage minimal pour le faire flotter.  À quoi pense ta sœur?

« Mais t'vas trouver ça où un drakkar Pennia?  C'pas l'meilleur navire pour aller vite!  À moins que t'aie accès à un bateau enchanté qui vogue, ch'ais pas moi, dix fois plus vite qu'y l'devrait, on sera pas r'venus avant l'hiver.  P't'ête même pas avant l'an pr'chain! »

Tu plantes ton regard dans le sien.  Il y a une lueur malicieuse qui y brille.  Clairement, elle semble avoir une excellente idée, du moins, elle le trouve.  Et ce n'est qu'une partie du plan.

« Mais t'sais ben qu'j'navigu'rais sur n'importe quel bateau pour toi.  Tant qu'on m'renvoie à Vagabonde quand a r'viendra mouiller au port. »

Il suffit que Pénélope te donne les ordres pour que tu t'exécutes sans question.  Tu fais confiance à la marquise.  Puis de vous, ça a toujours été elle la plus futée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Lun 21 Aoû - 0:39

Plus elle y réfléchit, plus Pénélope est sûre d’avoir trouvé l’idée permettant de rapatrier la relique ancienne sans risquer que l’Ordre n’en ait vent. Il faudra certainement jouer serré, mais le jeu en vaut la chandelle, et la partie ansemarienne de son être sourit à l’idée d’un pari aussi ambitieux. Le seul point qui la dérange, c’est la présence de Liry au milieu du danger, sa sœur adorée qu’elle chérit de tout son cœur. Elle ne pourra pas l’accompagner, elle en est quasiment sûre – le temps de regrouper un équipage cohérent, si la Rose consent, et septembre sera arrivé, elle aura ses fonctions à tenir à l’Académie, et Liry devra partir seule guider Malice vers l’Archipel du Vent… Enfin, tout cela est théorique.
Il faudra déjà emporter l’aval des premiers concernés.

Distraitement, Pénélope explique à Liry ce qu’est exactement un drakkar. « Y’a qu’un seul drakkar en Arven en c’moment, t’sais. C’comme une viv’nef, sauf que sa figure d’proue est pas humaine, c’t’un dragon. C’est du sang d’dragon qui l’a éveillée, l’Égide, et du coup son dragon d’proue s’appelle Malice. C’est l’dragon d’la Tour Noire d’la Rose Écarlate qui l’a fait. Justice. Et il vogue vite, l’Égide, qu’on m’a dit. L’est à quai au port pirate de Lorgol en c’moment. »

D’une gentille poussée, la marquise fait lever sa sœur, la serrant un instant contre elle, juste pour exorciser sa peur et son angoisse. Chère petite Liry, perpétuellement décoiffée et curieuse de tout ! Dire qu’elle aurait pu payer si cher sa découverte – comment dire à leur mère que la petite s’est trouvée en danger et qu’elle, Pennia, n’aurait rien pu faire pour la sauver ? Ah, quelle horreur. Résolument, Pénélope se promet de veiller plus étroitement sur sa cadette tout le temps qu’elle passera à ses côtés sur le continent, quitte à mettre de côté ses devoirs de l’Académie une semaine ou deux. Le sang avant tout !

De quelques gestes précis, elle enfile une cape légère, laisse une note sur son bureau indiquant qu’elle s’absente un moment, au cas où on la cherche. « Prends ton croquis, chérie. J’pense qu’on d’vrait aller d’mander directement si on peut avoir l’drakkar un peu. » En tant que petite Épine modèle, elle pourra arpenter le quai du drakkar, mais communiquer avec Malice sera certainement compliqué. La Tour Noire sera peut-être à proximité de son navire, on la voit alentour de temps en temps prendre soin du dragon de proue, ce serait l’occasion de lui parler directement de la trouvaille de Liry – sinon, elle devra laisser un mot à son intention à la Tour de la Rose, mais avec répugnance. L’idée de coucher ces mots par écrit lui fait froid dans le dos…

Résolument, elle entraîne sa sœur à l’étage des commerces, et profite d’un portail vers le port de la Ville Basse pour débarquer à proximité d’un entrepôt bruissant d’activité. Tenant fermement sa sœur par la main, elle approche des quais, saluant poliment les vivenefs ancrées au port, avant d’atteindre finalement le point de mouillage du drakkar. L’homme qui garde l’entrée du quai lui adresse un regard interrogateur, auquel Pénélope répond par un large sourire, désignant discrètement du doigt l’épine de rose épinglée dans son corsage. L’homme hoche la tête et libère le passage, et la marquise arpente résolument toute la longueur du quai pour approcher le dragon de proue… qui dort visiblement.

Pas de Tour Noire en vue.
Elle s’apprête à indiquer à Liry de tourner les talons, lorsqu’une ombre immense avale soudain les leurs sur le bois décoloré du ponton. Une vibration puissante fait trembler le quai sous leurs pieds, Elsir prend courageusement la fuite à tire-d'aile, et lorsque Pénélope se retourne, c’est pour faire face au regard méfiant d’un gros, très gros dragon d’Or fortement suspicieux, qui leur bouche totalement le passage et leur souffle au visage.

Pas de Tour Noire en vue, non – mais Justice est là, lui.


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 22 Aoû - 20:27

Un dragon.  Un bateau qui a une tête de dragon comme proue.  Il n'en fallait pas plus pour te lancer dans l'aventure.  Tu ne fais qu'acquiescer avec de grands yeux de merlan frit à cette idée.  C'est un peu fou, mais c'est génial.  Tu te vois déjà debout à l'avant du pont, à regarder l'horizon, le menton fièrement levé.  Tu te le fais pas dire deux fois et tu enfournes ton croquis dans ta chemise, contre ta poitrine et tu suis ta sœur avec détermination.  C'est le début d'une nouvelle aventure et tu ne comptes certainement pas rester en reste.  Tu ne réfléchis pas au danger de l'entreprise.  Ni aux petits pépins que vous pourriez rencontrer en route.  Tu es trop insouciante.  Tu ne te sens même pas un peu inquiète tandis que vous marchez d'un pas rapide sur les pavés qui vous mènent aux quais où est amarré le drakkar, l'Égide.  Tu as hâte de le voir.  À quoi ça ressemble un bateau animé par un dragon?  Tu es curieuse de le découvrir.  Mais peut-être pas de rencontrer son créateur.

Auprès du navire, il n'y a personne une fois passée cette sentinelle qui vous accorde le passage après un geste étrange échanger avec ta sœur.  Tu ne comprends pas pourquoi il a tout de suite changé d'avis pour si peu, alors qu'aux premiers abords il ne semblait pas très enclin à vous laisser passer.  Tu te fies simplement à Penny, tu sais que tu peux lui faire confiance, or celle que tu lui portes est absolue.  Tu es sur le point de lui demander ce que vous aller faire maintenant quand le soleil se couvre d'un gros nuage qui se déplace plutôt vite d'ailleurs.  Quand le soleil revient, ton regard suit naturellement celui de ta sœur pour trouver devant vous un… nom d'un perroquet unijambiste!

Un dragon!

Un dragon fait en or!

Si tu ne sentais pas son horrible souffle chaud contre ton visage, tu aurais demandé à Penny combien il vaudrait au marché noir.  Sûrement très cher vu sa taille dominante et la brillance de ses écailles.  On aurait dit de l'or immatériel.  Ta curiosité fait que tes yeux se plantent dans son regard tandis que tu le dévisages sans impunité.  Sauf peut-être la peur.  Après tout, l'histoire d'un coup de gueule et tu te retrouves au fond de son estomac.  Il faudrait peut-être le saluer.  Peut-être que Pénélope a trop peur pour lui parler.  En vérité, tu trembles probablement de tous tes membres, mais c'est ton effronterie qui sauve ta langue de la paralysie.

« B'jour m'sieur l'dragon! » commences-tu avec un peu d'hésitation.  Tu parles la langue de l'Archipel parce que la nervosité te fait oublier la langue des continentaux.  Si c'est un dragon, il comprend sûrement.  Mais monsieur, c'est peut-être un titre trop faible?  Avant que Pennia puisse dire quoi que ce soit, tu te rattrapes rapidement : « Ou plutôt, salutations à vous roi dragon.  Avec des habits aussi brillants, c'est que z'êtes sûrement de la royauté.  J'parie que ya pas de plus belle dorure qu'vot' parure! »  Tu n'oses pas regarder ta sœur.  Du coup que c'est mal poli de détourner le regard du roi des dragons.  Peut-être qu'elle va se sentir mieux maintenant que tu as abordé le seigneur des cieux et qu'elle pourra expliquer mieux que toi la raison de votre venue, parce que c'est pas ta force les beaux discours et c'était déjà un très gros défi que d'aborder le nouveau venu.  « Pennia, j'pense que s't'un roi dragon…  Ça serait p't-êt' mieux qu'tu t'charges des discours, » murmures-tu à l'intention de ta sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 22 Aoû - 21:15


La Tour

La Rose Noire





Il survole la cité des peuples libres, surplombe les tours et les pavés, jetant son ombre immense sur les rues fourmillant de monde. Le soleil se reflète sur les écaille dorées et il bat des ailes plus vite encore, pour s'élever dans les cieux. L'envie de se diriger vers les montagnes lui traverse l'esprit, l'envie de s'éloigner quelque peu de cet entassement d'humains et de ses compères de l'Or, qui font preuve d'une inventivité sans pareille pour l'exaspérer. Pourtant, comme toujours, il fait un détour par le port de la Ville Basse, simplement pour s'assurer qu'il va bien, simplement pour poser son regard fier sur la merveille qui y réside.

Sa majestueuse stature descend, voguant sur les courants d'air, jusqu'à se trouver à porter de vue du drakkar, paisiblement amarré, visiblement endormi, mais pas seul. Un grondement sourd résonne dans le poitrail massif du seigneur du ciel et il cherche désormais à atterrir afin de comprendre quels sont les intrus qui osent s'approcher de Malice. Elles sont deux, si petites, si fragiles, si chétives. Deux brindilles capables de se briser en un rien de temps. Rien qui ne mérite l'honneur d'approcher l'Égide, certainement.

« B'jour m'sieur l'dragon ! » Mais... c'est qu'elle lui parle, en plus. Justice émet un nouveau grondement menaçant, le museau relevé d'un air digne et solennel, mais le regard braqué sur les intruses avec méfiance et dédain. « Ou plutôt, salutations à vous roi dragon. Avec des habits aussi brillants, c'est que z'êtes sûrement de la royauté. J'parie que ya pas de plus belle dorure qu'vot' parure ! » Roi dragon ? Le compliment flatte le dragon d'Or, comme un caresse délicate sur ses radieuses écailles. Il penche quelque peu la tête sur le côté, observe l'une et l'autre avec suspicion et aperçoit alors l'épine épinglée sur le vêtement de l'une d'entre elles. La méfiance ne s'est pas volatilisée pour autant.

« Qui êtes-vous et que faites-vous près du drakkar de la Tour Noire ? » Son drakkar, aimerait-il préciser, mais s'il en est le digne créateur, il n'en est pas le possesseur pour autant, à son grand regret. Le ton qui leur est adressé est grave, d'un sérieux inébranlable. Que veulent-elles donc à son Malice ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Jeu 31 Aoû - 23:48

Un fou rire irrépressible menace de s’emparer de Pénélope tandis qu’elle écoute Liry s’adresser au digne dragon d’or, lui passant couche après couche d’une pommade dégoulinante de flatterie qui semble amadouer quelque peu le seigneur des cieux. Ils sont si vaniteux, ces géants qui vivent dans les nuages ! Fortement amusée, elle observe discrètement le dragon qui semble très légèrement s’amadouer, hilare intérieurement d’imaginer les pensées qui doivent cavaler dans l’esprit de sa sœur : tout aussi ansemarienne qu’elle par certains aspects, Liry est sûrement en train de calculer combien de fleurons leur rapporterait ce gros tas d’or qui marche et qui parle, et Pénélope ne peut réprimer une chaleureuse vague d’affection pour sa petite sœur si magnifiquement cupide.

Et il est si… solennel, ce dragon sérieux ! Oh, les Épines se moquent bien un peu entre elles du si rigide Justice de la Tour Noire, s’amusant de voir les dragons le délaisser, et les griffons se percher sur sa colossale silhouette. Pénélope ne fait pas partie de ceux-là. La solitude peut-être tout autant un fardeau qu’un choix, et quel que soit le cas pour le dragon âgé, il n’est guère séant d’en rire. Avec un profond respect, la digne Enchanteresse s’incline. « Je suis Pénélope de Bellancre, ô seigneur des cieux, que l’on appelle aussi Pennia Mac Lir dans l’Archipel. Je suis une Épine, et également l'Enchanteresse de l'Automne. Nous n’avons nulle mauvaise intention à l’égard du merveilleux Malice, en si pleine sécurité sous votre garde vigilante ! Nous sommes en quête de la très noble Tour Noire, pour lui présenter notre requête. »

Avec la grâce apprise pendant ces années d’adolescence sous la férule de son père, Pénélope enchaîne les flatteries élégantes et les ronds de jambe policés. « Ma sœur cadette Liry, que voilà, a trouvé par hasard lors de ses voyages ce qui ressemble a un… Sablier du Temps, intact ! » chuchote-t-elle en se penchant vers l’imposant draconien. « Nous sommes venues tout premièrement en porter la nouvelle à Sa Seigneurie la Tour Noire ; et ensuite solliciter de sa part permission de faire voguer Liry sur le pont de l’Égide pour aller s’assurer de mettre ce redoutable artefact en sécurité sous la garde de la Rose Écarlate, aux bons soins d’un équipage d’Épines fiables et incorruptibles. » Délicatement, elle joint les mains devant elle, en signe d’humilité. « Pensez-vous, ô redouté seigneur, que votre incomparable drakkar pourrait accomplir cette mission délicate ? Votre Tour adroite voudrait-elle bien nous recevoir, pour en discuter ? »

Toujours lisser un dragon dans le sens des écailles.


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 2 Sep - 8:58

Peut-être que ce n'est pas un roi dragon. Tes jolies manières, les polies que tu as, tu les as sorties rien que pour sa grandeur. Pourtant, il ne semble pas tout à fait satisfait. Est-ce que tu as sous-estimé son rang alors et c'est l'empereur des dragons? En tout cas, il semble d'humeur grincheuse à ton avis et les belles paroles de Pénélope ne seront pas de trop pour lui lisser les écailles. Juste à sa façon de se présenter, elle a toute la grâce d'une princesse. Elle aurait dû être reine ou peut-être même duchesse si possible. Et c'est d'une tristesse qu'elle n'aie personne avec qui partager son foyer. N'importe qui aurait été séduit par ses ravissantes manières. Tu ne doutes pas un seul instant qu'elle ne réussisse pas à convaincre et amadouer ce mastodonte. Tu te sens bien petite en comparaison. Et finalement, ta sœur est beaucoup plus calme que tu ne l'as d'abord imaginé. Beaucoup plus sereine que toi : l'idée de converser avec un dragon te rend tout de même un peu nerveuse.

Les paroles de Pennia finissent tout de même par te redonner un peu de courage devant la noble créature ailée. Tu bombes un peu le torse à la mention de ta découverte et alors qu'un silence s'installe à la fin du discours, du plaidoyer de ta sœur, tu décides de rajouter un peu de matière à la cause.

« Pour sûr qu'l'Égide r'viendrait en un seul morceau s'vous consentiez à l'prêter. D'jà d'ici j'peux vous dire que c't'un fameux c'ui-là. P't-ête mêm' une des plus belles figur' d'proue qu'j'ai vues. J'le protégerais d'ma propr' vie si vot' seigneurie voudrait bien l'permett'! » Tu as essayé d'imiter les propos fleuris de ta sœur, mais tu n'y es pas aussi douée. Ton parler est trop cru et franc pour les flatteries de nobles. Tu jettes un nouveau regard sur le drakkar : c'est vraiment un fichu beau de navire. « J'rais pas d'ma vie que d'plus grand honneur que d'monter sur l'pont de ce drakkar là, même just' pou' l'astiquer, » souffles-tu d'une voix admirative.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Dim 3 Sep - 13:05


La Tour

La Rose Noire






Il écoute attentivement, du haut de sa noble et grande stature. Le vénérable dragon d'Or observe les deux humaines avec une méfiance et un dédain exacerbés, peu enclin à les laisser passer ni à croire à de quelconques balivernes. Leurs intentions sont-elles véritablement honnêtes ?

Son regard se pose sur la femme qu'il a identifié comme Épine, alors qu'elle se présente et qu'elle fait part de sa requête. Ou plutôt, alors qu'elle fait part de son envie de conversert avec la Tour Noire. Justice se renfrogne un peu plus. La sécurité de ce drakkar lui revient entièrement, sa pièce n'est pas assez présente pour lui et elle a bien assez de choses à régler de son côté. Ah, ces humains et leurs problèmes. Pourtant, son attention s'éveille un peu plus à la mention du Sablier. Ses pensées se tournent vers Simon et bien entendu vers son écrin, cherchant à attirer leur attention sur cette information. La proposition d'emprunter l'Égide n'est pourtant pas pour lui plaire, malgré toutes les précautions auxquelles les humaines semblent avoir pensé.

« La Tour Noire n'est pas ici et ne peut pas se déplacer pour le moment. » déclare-t-il avec morgue, comme si ce n'était pas bien important. Sans portails, sa pièce est coincée au beau milieu du désert et il n'y peut pas grand chose. Celle-ci est pourtant aux aguets. « Un Sablier, dis-tu ? » « C'est ce qu'elles disent. » « Demande-leur plus d'informations, c'est important Justice. » Il grommelle, n'a pas envie de laisser ces petites personnes fouler le pont de son drakkar. « S'il te plaît... » insiste-t-elle et le dragon d'Or bat brièvement des ailes d'impatience. Voilà qu'il joue les pigeons voyageurs maintenant.

« Êtes-vous sûres de ce que vous avancez ? Ces Sabliers n'ont plus été vus depuis des centaines d'années et voilà que par hasard, vous en apercevez un durant l'un de vos voyages ? » Condescendant au possible, il se redresse un peu plus pour les dominer de son imposante stature. Que croient-elles ? Qu'il va se laisser amadouer aussi facilement ? « Et croyez-vous réellement être capable de naviguer sur un drakkar, humaine ? Il n'a rien de vos insignifiantes vivenefs. » « Justice. » C'est la voix plus ferme de Simon qui s'exprime cette fois, comme une réprimande, mais le dragon ne se défait pas de son air hautain, ni ne s'excuse de ses paroles. Elles n'ont encore rien fait pour mériter son indulgence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 9 Sep - 21:26

Liry rajoute une couche non négligeable de flatterie par-dessus les ronds-de-jambe de sa sœur, et Pénélope prie Valda avec ferveur pour que le susceptible dragon d’Or se laisse fléchir et consente à informer la Tour Noire de leur découverte. La mage n’a que fort peu eu affaire aux dragons de la Rose Écarlate, et d’ordinaire c’est plutôt à la douce Dévouée ou au sage Penseur qu’elle s’adresse. Oh, elle a bien entendu parler du caractère peu commode de l’inflexible Justice, pure réincarnation d’un Outreventois terriblement rigide, et pensait naïvement qu’il aurait été la monture du Roi Blanc. Que nenni ! Sa seule entrevue avec Stellaire l’a détrompée, et si le dragon tapageur a sa préférence, elle n’en dit rien à son congénère, déterminée à cultiver sa faveur pour le bien de son projet.

Il n’a pas l’air bien coopératif, pour l’instant – il bat des ailes avec impatience, et Pénélope éternue dans la poussière soulevée par son mouvement. Dignement, elle s’époussette de quelques gestes rapides, replace une mèche de cheveux de Liry derrière son oreille, et patiente un instant. Le dragon est certainement en communication avec sa pièce, et l’Enchanteresse préfère leur laisser le temps de discuter entre eux pour décider de la marche à suivre. Justice semble peu convaincu de la véracité de leurs propos, en tout cas, et Pénélope s’agace un instant : les prend-il donc pour des Lagranes, qui déformeraient la réalité pour l’induire en erreur ? Elle tolère mal que l’on remettre en question la sincérité de ses mots, et réprime un sursaut d’humeur qui n’aurait fait que prendre le dragon à rebrousse-écaille. C’est d’un ton résolument ferme, mais toujours très poli, qu’elle tente de contredire respectueusement l’irascible saurien.

« Un Sablier a été trouvé en Sombreciel l’an passé, et la Rose Écarlate a dans ses archives des documents précisant qu’il en existe d’autres : ils ont demandé aux Épines de les chercher. Celui-là se trouve à la bordure de l’Archipel du Vent, un endroit qui n’a pas été visité par les vivenefs du continent depuis des centaines d’années. Je ne trouve pas étonnant qu’il ne soit découvert que maintenant. Quant à Liry, il n’est pas question pour elle de barrer l’Égide, mais simplement de pouvoir l’accompagner pour lui montrer le chemin qui mène au Sablier. Voilà la teneur de la demande que nous vous adressons, seigneur Justice. Pensez-vous que votre Tour pourrait y consentir ? Seriez-vous disposé, vous-même, à nous l’accorder ? Vous pourriez même accompagner Malice, si cela vous rassure, et que votre Tour peut se passer de vous quelques temps. »


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Dim 10 Sep - 11:19

La vexation est profonde quand le dragon d'or prétend que tu n'es qu'une petite menteuse.  Tu sais ce que tu as vu.  Un énorme sablier tout décoré d'ornements.  Et vide à part de ça.  Caché dans une île qui n'a pas encore de nom.  Ou qui n'en a plus.  Tu serres les poings et les dents.  Tu es téméraire, mais pas suicidaire.  Un dragon, ça ressemble un peu à un crocodile.  Si tu l'asticotes pas trop, il te laissera peut-être en paix, mais si tu l'énerves, alors tu te retrouves broyé entre ses dents.  La différence, c'est peut-être que le plus mastodonte des deux préfèrent probablement sa nourriture grillée si tu te fis à la fumée qu'il dégage.  À moins qu'il ne cache un cigare quelque part dans ses écailles.  L'idée de t'emparer l'une d'elle ne te quitte pas la tête et maintenant qu'il sous-entend que tu prétends des choses fausses, elle est encore plus tentante.  Et heureusement, il y avait Pénélope pour plaidoyer votre à tes côtés.  Autrement, tu aurais peut-être laissé ton sang chaud parler pour toi.

« J'ai un dessin de ce que j'ai vu et je ne suis pas une menteuse! » bougonnes-tu un peu alors qu'une idée te vient subitement en tête.  Si les dragons des mers peuvent entrer en communication par la pensée, peut-être que ceux qui volent aussi le peuvent?  Tu as entendu dire que ça se fait.  Tu ne sais pas vraiment, c'est le premier dragon que tu rencontres.  Mais ça veut peut-être le coup d'essayer.  Ça ne devrait pas trop faire mal, non?

« Vous m'pardon'rez honorable roi des cieux si j'dis des choses qu'sont pas exactes, j'suis juste une cartographe su' un bateau, je pourrais pas prétendre à vot' grandeur et vot' supériorité intellectuelle et dans tous les d'maines, mais c'est-y vrai qu'vous pouvez parler par la pensée?  Pasque si c'vrai, ben vous p'vez r'garder dans ma tête c'que j'ai vu. »  Tu hausses les épaules et tu ajoutes sans trop y penser :  « Après, c'est vraiment dommage pour Malice d'rester ancré là.  Z'avez donné naissance à l'plus beau et l'meilleur des navires du continent tout d'même. »

Tu réalises ce que tu viens de dire un peu trop tard, mais tu décides de ne pas montrer de repentir.  Vous l'avez bien frotté dans le sens des écailles pour les rendre bien polies, mais ça ne semble pas exactement marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Lun 18 Sep - 13:42


La Tour

La Rose Noire






Justice, dragon du vol d'Or, a très mauvais caractère.
C'est en tout cas ce qui se dit de lui, mais le principal concerné pense que les mauvaises langues ne sont pas à-même de juger sa prudence et sa méfiance. Il est ancien, plus que toutes ces personnes qui foulent le continent, et il n'y a bien qu'une poignée d'êtres qui peuvent prétendre avoir vécu plus longtemps que lui. Il sait de quoi il parle, il a vu, il a entendu, il a été témoin de tant de choses depuis les centaines d'années durant lesquelles il a parcouru le continent. Que des humains puissent prétendre à un peu de sagesse ou de jugeote le dépasse, mais Simon sait adoucir ses ardeurs. Il est plus ancien, il est noble et sage, alors il est normal que le dragon l'écoute, lui.

Sous l'impulsion du guerrier, il écoute les humaines sans les interrompre, même s'il préférerait les chasser de ce quai et retourner dans les airs. L'importance du Sablier l'en empêche toutefois, tout comme les mots qui cherchent à le convaincre. Que de sottises, que de mots mielleux qui cherchent à l'amadouer pour approcher son précieux drakkar ! Justice, ta mauvaise foi légendaire t'aveugle. Il gronde, le dragon d'Or. Est-ce ma faute si les humains sont indignes de confiance ? L'une d'entre elles est une de nos Épines et sa proposition est réfléchie. Nous devons nous assurer que ce Sablier ne tombe pas entre de mauvaises mains. Et tu peux les accompagner. Je pense que c'est une bonne idée, ça nous permettra de savoir ce qu'il se passe, même de loin. Accompagner le drakkar en direction de l'Archipel, voler aux côtés de Malice qui voguera enfin pour la première fois depuis longtemps. La proposition semble faire son chemin dans l'esprit hermétiquement fermé du dragon et la perspective paraît déjà le réjouir. Mais l'humaine suggère une dernière vérification qu'il ne peut refuser, par sécurité. Elle doute qu'il parle par la pensée ? N'est-ce pas ce qu'il fait depuis le départ ? Est-elle si obtuse, cette petite ? Toutefois, elle lui permet de voir le Sablier par ses yeux, et ce n'est pas rien.

Le dragon courbe le cou pour que ses yeux descendent à la hauteur de la jeune femme. Sa gueule ouverte semble menaçante mais son regard ancien et profond se concentre sur elle avec intensité. « Laissez-moi voir ce que vous avez vu. » L'esprit ancien frôle celui de l'humaine, s'y accroche et déroule les images qui s'y trouvent. Il suit le cheminement de ses pensées, il vogue sur des souvenirs qui ne sont pas les siens et alors il l'aperçoit : le Sablier.

Son esprit se détache du sien, ses pensées fourmillent de sensations étrangères qu'il partage avec sa Tour. La décision est prise, à contrecoeur, mais l'importance d'une telle mission ne peut être ignorée. « La Tour accepte votre proposition. Un équipage uniquement constitué d'Épines quittera Lorgol dans quelques jours et vous les guiderez. Et je vous accompagnerai. » Même si Simon ou son écrin avaient été contre l'idée, il aurait été intransigeant sur ce point. Ce drakkar est des plus précieux, pas question de le laisser entre les mains d'étrangers sans les surveiller.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Sam 23 Sep - 20:42

Liry s’en tire honorablement, et Pénélope ne peut retenir un sourire fier lorsqu’elle tourne les yeux vers sa sœur. Brave petite sauvageonne venue tout droit d’une île barbare, où les dragons sont des habitants des eaux et des gardiens immémoriaux de merveilleuses perles magiques ! Ils n’ont rien à voir avec les bien terrifiants seigneurs des cieux qui arpentent le continent, et l’Enchanteresse s’est trouvée bien pantoise la première fois qu’elle a débusqué le dragon Sage dans le dédale de grottes qui bordent les terres de l’Académie. Si la tristesse intense du vénérable seigneur d’Argent l’avait fortement impressionnée, la raideur toute susceptible de Justice l’agace un tantinet, et elle applaudit mentalement Liry de garder ses moyens face à ce gros tas d’or ronchon.

Posément, Pénélope hoche la tête lorsque le dragon manifeste l’assentiment de la Tour Noire, mais lève un index délicat pour indiquer une objection. « Nous savons d'expérience que les eaux de l’Archipel du Vent seront parcourues de tempêtes dès la fin du mois, il sera périlleux d’y risquer Malice, et vous risquez de vous fatiguer à le suivre, noble seigneur. L’équinoxe d’automne calmera les typhons estivaux – je pense qu’il est plus sûr d’attendre qu’octobre s’annonce, pour la sûreté de tous les concernés. Je m’en voudrais si de braves camarades Épines devaient pâtir de conditions climatiques un peu trop rigoureuses pour permettre de garantir leur sécurité. »

En octobre, Pénélope ne pourra pas accompagner l’expédition ; mais elle a toute confiance en Liry et en ses cartes. Pendant qu’elle restera à l’Académie à veiller sur les élèves, fidèle à ses fonctions d’Enchanteresse, elle laissera sa petite sœur prendre le large et s’en aller courir les océans à dos de drakkar… Quelle chance est la sienne, d’avoir pu conserver cette part de liberté ! Sa propre existence de marquise n’est pas désagréable, loin de là ; mais parfois, posséder ses merveilleuses vivenefs ne lui suffit pas, et elle aimerait partir avec elles vagabonder au gré des vagues.

Un jour, peut-être ? Lorsque la guerre sera terminée et que le danger effroyable ne sera plus qu’un souvenir presque oublié.
Un jour.


_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 460
J'ai : 23 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal et Lancelot l'Adroit
Les Savants
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 26 Sep - 8:34

Tu te retiens un tressaillement quand la grosse gueule du dragon s'approche de toi et que tes yeux croisent les siens.  Tu te tiens droite comme un i, un petit air de défi insolent.  Tu respectes la noble créature qui se dresse devant toi, il faudrait peu tenir à la vie pour faire autrement, mais  d'un autre côté tu ne veux pas te montrer trop impressionnée.  Il faut que tu lui fasses voir que tu n'es pas qu'une petite humaine.  Plus tard, quand il faudrait naviguer – s'il acceptait de vous prêter Malice – il faudrait qu'il accepte de se plier à ce que tu dirais.  C'est toi qui sais où se trouve ce sablier.  Toi et personne d'autre, alors il faudrait qu'il se fasse une raison.  Tu n'as pas les manières flatteuses de Pénélope et une fois celle-ci loin de toi, tu ne sais pas si tu pourras faire montre de la même solennité.  Tu es loin d'avoir sa prestance et tes années à l'Académie ne t'ont pas défait de ta sauvagerie.  Si elle ne s'en trouve pas même exacerbée.

Tu peux sentir le contact de l'esprit ancien contre le tien, encore bien jeune, mais tu ne te laisses pas démonter.  Il y a quelque chose d'étrange et d'inconfortable à se sentir fouiller dans la tête, mais tu ne laisses pas ce genre de pensées déborder.  Tu te concentres sur le Sablier, en espérant que cela facilite le processus et que tu puisses être libérée de cette intrusion rapidement.

Le temps que tu te remettes de la fouille, les choses de décident enfin : vous partirez à bord du drakkar.  Tu ne peux qu'appuyer les propos réfléchis de ta sœur : l'équipage lui-même attendait toujours aux abords d'une île la fin des tempêtes avant de repartir et rejoindre le continent.  Parfois seulement l'Archipel où tu étais née et où vous passiez la saison hivernale.

« Des Épines, j'veux ben, mais y nous faudra un équipage qui sait manoeuvrer un bateau correct'ment.  Combien d'Épines avez-vous qui soient marins de profession?  Penny, je t'adore, mais t'as pas ta place su' un navire sauf comme passagère.  C'qui nous faut, c'des gens pas trop douillets.  J'veux bien croire vot' sablier qui brille vaut plus qu'des fleurons, mais j'compte pas qu'on risque not' vie en s'appuyant su' d'gens qui savent pas vivre en bateau.  F'rez c'que vous voudrez, mais moi j'veux des pirates.  Y sont sans foi ni loi, mais avec un peu d'or, y sont d'jà plus fiables qu'des Ansemariens, pis y savent c'ment ça s'passe en mer. »

Tu ne sais pas d'où te vient le courage de faire une proposition aussi hasardeuse, mais il fallait que tu soulèves l'idée.  Naviguer dans les Archipels avec une bande de bleus qui ont jamais rien vu d'autre que leur continent, ça non.  Tu n'as pas l'intention de sacrifier ta vie pour la cause des continentaux.  Tu vis peut-être parmi eux depuis un certain temps, mais leur sort ne t'intéresse  que très peu.  Aucune idée de ce que c'est une Épine, mais le nom, ça te dit rien qui vaille.  En fait, ça semble prévoir un paquet de problèmes et tu sens que tu vas encore devoir écoper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   Mar 3 Oct - 13:05


La Tour

La Rose Noire






Attendre le mois d'octobre. Le dragon se fait perplexe face à ce nouvel avertissement. Attendre aussi longtemps n'est-ce pas risquer que d'autres le trouvent avant ? Nous nous renseignerons auprès d'autres marins au sujet de ces tempêtes, ne serait-ce que pour avoir la conscience tranquille. Les mots de Simon parviennent à convaincre Justice qui accepte tacitement cette condition. Il ne veut pas mettre en péril son précieux drakkar, il ne le permettra pas.

Mais voilà que la petite humaine fait part de son désaccord. Des pirates ? Des pirates qui guident Malice ? Des pirates sur son beau et magnifique drakkar ? Ne repousse pas l'idée, nous devons y réfléchir. Elle a raison, nous n'avons pas assez de marins parmi les Épines, il serait dangereux pour eux comme pour Malice de prendre des amateurs. Le dragon d'Or est tiraillé entre son envie de protéger le navire et l'empêcher de se faire souiller par des malandrins. Nous en reparlerons. Affirme-t-il à sa Tour, pour bien lui faire comprendre qu'il n'est pas d'accord avec cette idée. Mais il n'a pas envie de tenir compagnie plus longtemps à ces humaines et il veut écourter cette entrevue.

« La décision finale revient à la Tour Noire et à l'ensemble de la Rose. Vous recevrez des directives de sa part dans quelques jours. » Il s'adresse avant tout à la jeune humaine qui arbore l'épine, celle des deux qui leur est d'ores et déjà dévouée et qui sera donc informée de la décision. Le ton est débordant de prétention et d'autorité ; elles ne sont pas celles qui auront le dernier mot, voilà le message qu'il désire faire passer. « Maintenant, partez. » Justice... Le dragon d'Or se redresse de toute sa hauteur et de quelques battements d'aile, il reprend son envol sans un mot de plus. Il reviendra plus tard s'assurer qu'elle ne traînent pas près de l'Égide. Au cas où.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et puis j'ai trouvé ce gros truc immense qui brille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les gros maigrissent, les maigres meurent. 【Pv Hakushi Mihawk】
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)
» Top 3 des figurines Mordheim et plus gros flop selon vous
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Gonaïves/Gros-Morne, vers la fin d'un calvaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: L'Académie de Magie et du Savoir :: Salles de cours et bureaux-
Sauter vers: