AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre cauchemar et réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Entre cauchemar et réalité   Lun 26 Fév 2018 - 20:26


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Shahryar Khamsin & Aubrée Martel

Entre cauchemar et réalité

La frontière n'est jamais clairement tracée




• Date : 1 février 1003
• Météo (optionnel) : Il y a du soleil au-dehors, mais il fait froid
• Statut du RP : Privé
• Résumé : La nuit durant laquelle l’Accord a été libéré est terminée. Aubrée vient de s’éveiller et de récupérer la poupée du rêve, remise par Taliésin en personne. La tête pleine d’interrogations, elle se met en quête de Shahryar et de Victorine pour parler de ce qu’il s’est passé et finit par trouver l’Erebien.
• Recensement :
Code:
• [b]1 février 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3438-entre-cauchemar-et-realite]Entre cauchemar et réalité[/url] - [i]Shahryar Khamsin & Aubrée Martel[/i]
La nuit durant laquelle l’Accord a été libéré est terminée. Aubrée vient de s’éveiller et de récupérer la poupée du rêve, remise par Taliésin en personne. La tête pleine d’interrogations, elle se met en quête de Shahryar et de Victorine pour parler de ce qu’il s’est passé et finit par trouver l’Erebien.


_________________














Dernière édition par Aubrée Martel le Lun 26 Fév 2018 - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Lun 26 Fév 2018 - 20:29

Le sol est froid sous ses pieds nus. L’air glacé caresse doucement la peau nue de ses bras et s’infiltre sous sa longue chemise de nuit. Et ce n’est qu’au bout de quelques longues minutes de cheminement à travers les couloirs sombres de la Tour noire qu’Aubrée se dit que, peut-être, elle aurait pu s’habiller un peu plus chaudement avant de partir en quête de compagnie. Mais elle a été bien trop pressée, et bien trop intriguée par Taliésin et ses secrets. Et pourtant, elle ne le cherche pas vraiment. Au fond, elle sait qu’elle ne le retrouvera pas comme ça, cet homme étrange issu d’un rêve, qui lui promet de jolies choses et qui disparaît une minute plus tard. Mais elle sait qu’elle le reverra plus tard : ne lui a-t-il pas dit que lui donner la poupée, cette jolie poupée qu’elle tient entre les mains, n’était qu’un prétexte pour la revoir ? Oh, elle se doute qu’elle doit être un minimum importante, cette poupée du rêve, pour qu’il puisse envisager de revenir voir sa nouvelle propriétaire. Mais se dire que, peut-être, il s’intéresse à elle… Rien que la pensée la fait rosir. De gêne, ou de plaisir ? Elle n’en a aucune idée.

Elle va attraper la mort, si elle continue comme ça. C’est le premier jour de février aujourd’hui, et elle se promène dans la Tour Noire comme s’il y faisait une chaleur étouffante. Il faudrait qu’elle retourne à sa chambre pour se vêtir un peu mieux et se couvrir un peu plus, mais elle n’en a aucune envie. Il faut, elle doit retrouver Victorine ou Shahryar. Quelqu’un qui a vécu la même chose qu’elle, et qui saura sûrement l’écouter. Et aussi la conseiller sur ce qu’elle doit faire avec cette poupée, et dans quel état d’esprit elle doit attendre le retour de Taliésin. Elle espère qu’ils se souviennent de leur rêve, car déjà, le sien commence à s’estomper dans son esprit. Enfin, il est toujours là, certains détails plus présents que d’autres ; mais quand elle essaie de réfléchir à certains points, c‘est comme si son souvenir la fuyait, et elle ne parvient pas à s’en souvenir avec précision.

Par contre, elle se rappelle bien de ses morts. Car elle est morte, encore, par deux fois, dévorée par un chien ou noyée dans la mer. Elle se souvient bien, aussi, de cette déchirure qu’elle a ressentie en entendant les mots de Grâce, dans la Tour comme sur l’échiquier. Et elle se remémore bien ce sentiment de puissance qui est monté quand elle a assassiné son père. Il faudra qu’elle… Fasse quelque chose, pour sa mère. Elle ne peut pas rester toute sa vie avec ce goût plus qu’amer de défaite et de remords dans la bouche. Mais avant, il faut qu’elle discute avec Shahryar, ou Victorine, et qu’elle s’assure ne pas avoir fait un rêve totalement anodin. Enfin, elle est certaine que non, mais elle préfère se fier à l’avis de personnes extérieures à son esprit.

Elle finit par le croiser un peu par hasard, ce sombre Erebien qu’elle n’avait jamais vraiment abordé auparavant. Ils n’ont jamais vraiment eu l’occasion de discuter, et rien ne semblait les rapprocher, avant… Avant ce rêve. Et pourtant, elle hésite quelques instants. Doit-elle l’aborder ? Peut-être que tout cela ne la concerne qu’à elle, peut-être la prendra-t-il pour une enfant qui a fait un mauvais rêve, simplement. Et que tout cela n’était que dans sa tête. Et pourtant, il l’interpelle directement, en la nommant par son prénom. Elle relève les yeux vers lui, et elle sait, en cet instant, qu’il a rêvé, lui aussi. Alors elle lui répond, sur le même ton, comme scellant un accord entre les deux assassins. « Shahryar. » Elle inspire. Son regard dévie du visage de l’assassin pour se diriger vers la poupée qu’elle tient entre les bras. Elle la regarde quelques secondes, avant de revenir vers l’Adepte. « Ce n’était pas un rêve normal. » Elle ne sait pas comment aborder la chose autrement. Et il comprendra ce qu’elle veut dire, avec la poupée dans les mains. Il comprendra que tout n’est pas normal, et que cette nuit, il s’est vraiment passé quelque chose d’important et d’anormal.

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 278
J'ai : 33 ans
Je suis : Assassin de la Confrérie Noire et Adepte de la Corde

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, Solal, l'Ecoutant de la Corde et Anthim, le duc d'Erebor
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres et Joséphine Siguardent
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Mar 6 Mar 2018 - 17:33

Il fait si froid. Aussi bien à l’extérieur que dans son cœur où il se sent glacé. Le rêve est terminé, mais ses échos sont encore forts dans la mémoire de l’assassin. Comment oublier tout ce qu’il a vu, même si les contours se font flous et que la réalité reprend le dessus ? Les événements sont encore bien trop frais pour n’être relégué qu’au rend de souvenir onirique. Et ce qui est arrivé là bas bien trop vrai pour penser que ce n’était qu’un simple rêve. La mort, oui, implacable et douloureuse, rappelant à Shahryar la sensation des crocs des chiens de la Chasse enfoncé dans sa chair, alors qu’il n’en porte aucune marque. Son sang lui était chaud, sur ses paumes et sa gorge déchirée par les bêtes… mais il ne demeure que le froid et ces terribles sensations. Elles ne lui font certes pas peur, mais ne pas y penser est difficile. Tout comme ne pas songer aux conséquences de ce qu’ils ont fait, tous, au cœur de ce rêve étrange. Alors pour en avoir le cœur net, l’Adepte de la Corde sortit de sa chambre après s’être habillé, pour retrouver les deux personnes qu’il connaissait bien de ce bien étrange songe : Victorine et Aubrée.

Le silence est intense, au cœur de la Tour, en cette fin de nuit où les âmes dorment encore. L’aube pointe le bout de son nez, mais c’est encore trop peu pour susciter l’éveil, à cet étage du moins. Car il y a bien des assassins éveillés, plus haut, en charge du service de nuit. Mais ici rien, et la seule silhouette qu’il croise, c’est celle de la jeune Aubrée, celle la même qu’il voulait voir, celle la même qui le regarde avec un semblant de doute. Pourtant à l’observer, il a la sensation qu’elle aussi a rêvée. Et puis il y a cette poupée, fermement serrée entre ses bras, toute droite sortie du rêve, matérialisée pourtant devant lui. Alors il l’interpelle et elle lève les yeux vers lui, rendant son salut d’une même voix. Elle semble plus incertaine sur la suite, mais il comprend les mots, sans le moindre doute. Il acquiesce, portant à nouveau son regard sur la poupée qui demeure entre les bras de la jeune femme.

« Non en effet. Ce rêve, nous l’avons tous vécu, nous étions tous là, ensemble. » Et ils ont donc parlé, conversé, agi et vu des choses, libéré des choses. « Comment as-tu eu cette poupée ? C'est celle du rêve, n'est-ce pas ? » C’était certainement là la chose qui l’interpellait le plus. Il se souvenait l’avoir vu, déposée par la princesse Sixtine sur l’orgue dans le bateau, mais il n’avait pas remarqué l’étrange particularité de l’objet, qui lui rappelait sans mal les belles gitanes des dunes d’Erebor. Comment cette chose avait pu se retrouver dans les mains d’Aubrée si tout ce qu’ils avaient vécu ne restait, d’une certaine manière, qu’un rêve ?

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Sam 17 Mar 2018 - 22:57

Aubrée acquiesce silencieusement en réponse aux paroles de l’Adepte, soulagée d’avoir la confirmation qu’elle n’est pas toute seule. Que d’autres comprennent ce sentiment d’avoir vécu quelque chose d’important, mais de ne pas comprendre quoi exactement. Et puis, de savoir que d’autres savent, aussi… C’est rassurant. Elle va pouvoir parler avec d’autres sans avoir besoin de justifier pourquoi elle a bu cette potion, la veille au soir, ni expliquer dans les moindres détails afin de se faire comprendre ce qu’elle risque d’oublier, peu à peu, mais qu’elle ressent au fond d’elle. Là, avec Shahryar, comme avec les autres, elle n’en aura pas besoin.

Aussitôt, Shahryar l’interroge sur la poupée qu’elle tient entre les bras. Elle baisse immédiatement les yeux vers elle. Forcément, il l’a remarquée de suite, cette étrange poupée, criante de vérité, mais surtout, cette poupée sortie tout droit d’un rêve – littéralement. A nouveau, elle hoche la tête, sans répondre de suite. Elle rassemble ses pensées. Qu’a-t-elle le droit de dire ? Que doit-elle garder pour elle ? Elle n’en sait rien. Taliésin ne lui a pas demandé explicitement de se taire sur ce qu’il lui a dit ce matin ; elle en déduit qu’elle a le droit de raconter ce qui lui chante. Tant mieux. « C’est… C’est étrange, dit comme ça, mais c’est Taliésin qui vient de me la donner. Tu sais, le barde, l’homme blond du rêve. » Elle relève les yeux vers l’assassin. « Il me l’a confiée quand je me suis réveillée. »

Elle écarquille les yeux, se rendant compte de ce qu’elle vient de sous-entendre. Il y a eu quelqu’un. Dans sa chambre. Quelqu’un d’autre que Lia. Lia, qui lui a fait promettre, des mois plus tôt, de ne jamais recevoir de visites à la Tour Noire de quelqu’un d’extérieur à la Confrérie. Et aux dernières nouvelles, Taliésin ne porte pas le tatouage de la Main Noire sur lui. Est-ce qu’elle vient de dire qu’elle a fait entrer un étranger dans la Tour ? Aussitôt, elle balbutie de vagues explications. « Je… Je ne l’ai pas fait entrer, je le promets ! Il était juste là, au bout de mon lit, et… Ce n’est pas moi qui l’ai fait entrer ici. C’est comme s’il était… Sorti de ma tête. Il était dans mon rêve, puis il était dans ma chambre… Je n’ai pas voulu ça, c’est promis. » Et elle est mortifiée, à l’intérieur, de savoir qu’elle a peut-être involontairement rompu un serment. Mais que pouvait-elle y changer ? Ce n’est pas de sa faute, elle n’a pas choisi ! Enfin, peut-être que si. Peut-être que Lia pourrait la blâmer d’avoir bu cette fichue potion de sommeil, hier soir, pour se protéger – car assurément, c’est la faute de la magie, encore, toujours. Et pourtant, elle a le sentiment d’avoir été importante, cette nuit. Elle est la première rêveuse, et elle détient maintenant la poupée. Et au fond, cette responsabilité lui fait plaisir, même si présentement elle a l’impression qu’elle pourrait bien lui nuire.

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 278
J'ai : 33 ans
Je suis : Assassin de la Confrérie Noire et Adepte de la Corde

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, Solal, l'Ecoutant de la Corde et Anthim, le duc d'Erebor
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres et Joséphine Siguardent
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Lun 26 Mar 2018 - 20:33

Il y avait quelque chose d’un peu irréel à contempler cette poupée toute droite sortie d’un rêve. Si Shahryar prenait peu à peu conscience que tout ce qu’il avait vécu cette nuit n’était pas le simple fruit de son imagination, il était encore loin d’imaginer que des éléments de ce songe puisse en sortir de manière si tangible. Elle n’avait pourtant rien d’effrayant, cette petite chose fragile et pourtant si réaliste, représentant si bien les gitanes de son duché. L’assassin n’était pas connaisseur de ce genre d’objet, mais il était prêt à parier que la qualité était exceptionnelle, tant cette poupée, au demeurant proche d’un simple jouet, avait des airs de personne miniaturisé. Son réalisme était si mystique qu’il aurait presque pu croire que les yeux vides en verre le suivaient. Bien vite, Aubrée lui confirma donc ce soupçon, avouant que c’était belle et bien la poupée entraperçue au cœur de cet étrange rêve. Mais fort heureusement, ce n’était pas de nulle part qu’elle venait. Ce qui n’était peut-être pas si rassurant au final.

La surprise est plutôt claire, dans le regard de l’erebien, lorsqu’Aubrée avoue que l’homme étrange du rêve était ici, à la Tour de la Confrérie, sans avoir alerté personne. Comment… comment avait-il pu pénétrer ce lieu sacré protégé par Lida et Sithis ? Pas une seconde cela dit, il ne pensa que la jeune apprentie de Lia était la cause de la présence de ce Taliésin ici, et calmant sa surprise, il eut pour la jeune femme un regard rassurant et un léger sourire indulgent.

« Je ne t’imagine pas faire entrer un étranger comme celui-ci à la Tour, rassure toi Aubrée. »

Même s’il ne connaissait pas la Belliférienne, il avait assez confiance en cette sœur assassin pour ne pas l’accuser de faire entrer des profanes dans ce lieu sacré qu’était leur maison. Ceci dit, ses yeux noirs s’assombrirent un peu plus lorsqu’il reprit.

« Mais de toute évidence, il a su entrer très facilement chez nous, sans alerter les veilleurs. »

Et ça, ce n’était pas une chose qui plaisait à l’Adepte qu’il était. Il y avait clairement eu, en un sens, une invasion de leur territoire. Mais peut-être était-ce lié à ces choses étranges qui s’étaient déroulées dans le rêve.

« Il ne t’a rien fait de mal au moins ? »

Même s’il gardait le souvenir d’un homme plutôt peu agressif, l’erebien s’enquit néanmoins de l’état d’Aubrée, qui était la seule à avoir eu le droit à la visite plutôt déplacée de ce curieux personnage.

« Il t’a dit pourquoi il te donnait cette poupée au fait ? C’est certainement lié à ce que nous avons fait dans le rêve, mais tout cela reste particulièrement troublant. Il ne t’a rien dit de plus ? »

Il était vrai qu’hormis les vagues souvenirs qu’il lui restait de ces instants de songes, il ne parvenait pas à comprendre les raisons exactes de leur présence là bas. L’Accord, oui, il avait bien compris que quelque chose avait été libérée. Mais quoi exactement, cela l’intriguait…

_________________







Dernière édition par Shahryar Khamsin le Jeu 5 Avr 2018 - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Lun 2 Avr 2018 - 17:56

Heureusement, Shahryar ne semble pas vouloir lui reprocher la présence de Taliésin entre les murs sacrés de la Tour Noire. Il a juste l’air surprise de ce qu’elle vient de lui révéler. C’est normal, en même temps – qui ne serait pas surpris en apprenant qu’un homme mystérieux tout droit sorti d’un rêve est entré dans la Tour Noire pour donner à une jeune apprentie une poupée tout aussi étrange ? En y repensant, on dirait un conte pour enfant, ou bien une des histoires abracadabrantes qu’Agathe s’amusait à inventer quand elles étaient plus jeunes. Et pourtant, tout est bien réel.

Elle s’efforce de sourire en retour à l’assassin quand il s’efforce de la rassurer, mais elle garde les bras fermement croisés autour de la poupée mystérieuse. Elle ne peut s’empêcher de se dire qu’elle a, quand même, peut-être rompu sa promesse. Après tout, cette nuit, ils étaient tous dans son rêve, dans la Tour. Les autres, sa mère. Son père. Des gens qui n’avaient pas le droit d’être ici, des personnes qui n’avaient rien à faire dans ces couloirs, par sa faute. Enfin, elle n’en dit rien, pour le moment. Par contre, une moue fugace passe sur son visage. « J’ai fermé ma porte, hier soir. Je crois qu’il est… apparu dans ma chambre, comme il s’est volatilisé. Je pense que personne ne pouvait l’empêcher de venir. » Elle frissonne. Taliésin est capable d’entrer où bon lui semble, même dans la chambre d’une apprentie assassin en train de dormir, alors que la porte est scellée de son sang.

Elle secoue négativement la tête alors que Shahryar s’inquiète de savoir s’il ne lui a pas fait de mal. Non, bien au contraire. Elle s’apprête à répondre qu’il ne l’a même pas touchée, mais ce serait faux. Il lui a fait un baisemain, alors qu’elle émergeait à peine du sommeil. Et il l’a appelée « ma princesse ». Une légère couleur rosée vient teinter ses joues à ce souvenir. Elle tente de chasser ses pensées d’un battement de cil. « Rien du tout. » Rien de mal, du moins. Mais doit-elle rapporter à Shahryar toutes ses paroles ? Doit-elle lui révéler par quel surnom il l’a nommée ? Non, ce n’est pas nécessaire. Par contre, le reste de ses paroles, peut-être. La question de l’Adepte ne l’étonne pas. « Si. » Elle baisse les yeux au sol, pinçant les lèvres, pour essayer de se rappeler de tout. « Il m’a dit que… Le bateau, celui qui a coulé dans le rêve, est au port de Lorgol, et que lui partait parcourir Arven pour retrouver les… Accordés, je crois. Ceux qui ont la même magie que lui. » Elle marque un temps de pause. « Il m’a confié la poupée, parce que mon rêve a été le premier à réunir tout le monde. Parce que Symphonie résonne en moi, ou quelque chose comme ça. » Elle relève les yeux vers l’homme. « Il a dit qu’il reviendrait me voir, parce que je possède la poupée. Shahryar, je ne sais pas ce que ça veut dire. » Elle ne sait pas si elle doit s’en sentir honorée ou avoir peur de cette responsabilité. Les deux, peut-être. Et peut-être que l’avis de Shahryar l’aidera à y voir plus clair.

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 278
J'ai : 33 ans
Je suis : Assassin de la Confrérie Noire et Adepte de la Corde

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, Solal, l'Ecoutant de la Corde et Anthim, le duc d'Erebor
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres et Joséphine Siguardent
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Jeu 5 Avr 2018 - 20:00

Apparaître et disparaître dans un lieu protégé comme si de rien n’était…

Ce n’était pas quelque chose à prendre à la légère et l’Adepte en Shahryar songea bien sombrement à ce que ce rêve qu’ils avaient vécu avait pu libérer d’autre. Il lui semblait évident que ce Taliésin ne se serait pas montré s’ils n’avaient pas réussi à délivrer cet… Accord ? Alors il y avait forcément autre chose. Quoique cela puisse signifier, ce n’était sans doute pas sans conséquences. Et pourtant, à bien y réfléchir, tous les rêveurs de cette nuit, lui y compris, n’avaient été que les pions et les marionnettes du rêve, sans savoir ce qu’ils avaient réellement fait ou ce qu’ils devaient faire désormais. Déjà, les détails du songe se faisaient flous, comme si maintenant que la tâche était accomplie ils ne servaient plus à grand chose. Le seul lien véritablement tangible de cette expérience était cependant là, devant les yeux de l’erebien, en la personne d’Aubrée et cette mystérieuse poupée. La Belliférienne semblait toute aussi perdue et incertaine que lui l’était, mais force était de constater que si cet homme étrange était retourné voir la jeune femme au delà du rêve, c’est qu’elle avait elle aussi de l’importance.

Comment, pourquoi et à quelle fin, cela restait encore à déterminer.

Si elle cille un instant à sa première question, l’assassin ne se permit pas de lui faire de remarque, notant le dérangement certain dans le regard de la demoiselle ainsi que les rougeurs qui tintaient ses joues. Peut-être cachait-elle quelque chose, des choses plus personnelles qui ne regardaient pas la Confrérie ou lui même. Il l’accepta et écoutant attentivement la suite, plus importante à ses yeux. Ce Taliésin lui avait donc bel et bien parlé. Cela restait vague, flou et mystérieux, mais il y avait quelques éclaircissements malgré tout. Moins sur la signification de ce cauchemar que sur les conséquences de leurs actes rêvés. Ainsi, cet Accord allait bel et bien retourner en Arven. Ce qu’il en était réellement, cela serait sans doute à voir, mais hélas, il n’aurait guère le temps de s’y intéresser plus en profondeur à l’avenir. Ce qu’il savait en tout cas désormais, c’est que le rêve et la réalité s’étaient dangereusement frôlés pour ne faire qu’un, l’espace d’un instant, et ouvrir de nouveaux chemins. Cette poupée, le Symphonie. Cela ne regardait en rien la Confrérie pour l’instant mais la jeune Aubrée y était malgré tout très liée. Tout du moins, à ce qu’il pouvait en juger.

« Je n’en sais pas plus que toi Aubrée, je ne saurais dire ce que ça signifie réellement. Peut-être es-tu toi aussi sensible à cette magie qui a été libéré et qu’il compte t’ouvrir à celle-ci aussi ? Quoique cela puisse réellement signifier, tu as désormais un lien avec lui, avec cette magie… Plus encore si tu gardes cette poupée. Mais je suppose que rien ne t’y oblige si tu n’en as pas envie. » Ce n’était qu’une idée comme ça et il n’était pas  la place d’Aubrée. Néanmoins, selon lui, elle pouvait se débarrasser de cet objet si tout cela l’inquiétait ou qu’elle ne voulait tout simplement pas s’y intéresser. Néanmoins d’expérience, il savait qu’une part de la destinée ne s’éloignait jamais réellement du chemin choisi, et que cela finirait bien par revenir vers Aubrée si elle choisissait de ne pas l’accepter tout de suite. Mais peut-être pouvait-elle retarder les choses, les ignorer. « Tu as le choix. Tu as déjà une piste, si tu souhaites en apprendre plus. » Ne disait-elle pas que le Symphonie était au port de Lorgol ? « Ou tu peux simplement oublier. » Et faire comme si tout cela n’était… qu’un rêve.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Dim 8 Avr 2018 - 18:54

Shahryar ne réagit pas plus à sa réponse à propos de ce qu’aurait pu lui faire Taliésin, et la blondine en est rassurée. Il a peut-être compris qu’elle dissimulait quelque chose, et il a sûrement remarqué la couleur de ses joues, qui se colorent davantage rien qu’à y penser. Pourquoi rougit-elle aussi facilement, enfin ? Est-ce parce qu’elle a la peau claire ? Elle songe que naître Erebien doit sûrement être un avantage, pour dissimuler ses émotions. Ou peut-être est-ce parce qu’elle est particulièrement mauvaise à ce jeu ? Quoi qu’il en soit, l’assassin ne dit rien, et c’est très bien.

Quand elle lui répète ce que lui a confié Taliésin, il semble réfléchir un instant avant de lui proposer une réponse à ses interrogations. Elle écarquille les yeux, alors qu’il sous-entend qu’elle peut être mage, elle aussi, porteuse de cette magie inconnue et un brin effrayante. Mais elle ne veut pas être mage, elle ! Elle ne le peut pas, c’est impossible. Elle est belliférienne, elle est la suivante d’une princesse kyréenne, elle ne peut pas… Elle tente de persuader son esprit que ces arguments sont les bons, omettant volontairement qu’Eponine est belliférienne, que Ljöta est une princesse kyréenne et qu’elles sont mages toutes les deux. Et puis… Si elle avait été mage, elle aurait été malade à cause de l’Epidémie de l’été dernier, non ? Ce n’est pas logique. Par contre, la suite des paroles de Shahryar l’accroche plus, et soulèvent un point qu’elle n’a pas encore imaginé. Elle peut oublier.

Son regard quitte à nouveau celui de l’assassin, alors que son esprit s’actionne enfin et qu’elle se met à réfléchir. Elle n’est pas obligée ? En est-il vraiment sûr ? Elle n’était pas obligée de boire cette potion non plus, et pourtant ce simple geste a mené à tout un tas de conséquences étranges et effrayantes. Peut-elle vraiment faire comme si tout cela n’avait jamais existé ? Jeter la poupée, faire disparaître la fiole, ce serait simple. Mais après ? Peut-elle se débarrasser de tous ces souvenirs, de ces pensées ? Le veut-elle, au moins ? Elle n’en est pas certaine. Après tout, elle se sent importante, en ce moment. Et elle a l’impression que, peut-être, tout dépend d’elle. Quoi, elle l’ignore, mais… Se sentir être utile à quelque chose, c’est grisant. Et elle est fière de pouvoir contribuer à quelque chose, même si elle ignore exactement quoi. « Je ne sais pas ce que je veux faire. » Elle relève les yeux. « Mais je sais que je ne pourrai pas oublier, c’est impossible. Pas comme ça. Si je me débarrasse de la poupée, ça ne se terminera pas comme ça, pas vrai ? » Elle hésite. « Tu ferais quoi, à ma place ? » Peut-être a-t-il un avis tranché sur la question, auquel elle pourra se ranger. Elle lui fait confiance, à l’Erebien, comme à chaque enfant de la Confrérie, et sûrement son point de vue pourra l’éclairer.

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 278
J'ai : 33 ans
Je suis : Assassin de la Confrérie Noire et Adepte de la Corde

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, Solal, l'Ecoutant de la Corde et Anthim, le duc d'Erebor
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres et Joséphine Siguardent
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Jeu 19 Avr 2018 - 18:34

Le choix qui s’offrait à Aubrée était un dilemme difficile. Même s’il n’avait pas à prendre position, Shahryar pouvait comprendre le tiraillement qui devait à cet instant travailler la jeune femme. Il pouvait voir dans son regard effacé le cheminement de ses pensées, et il semblait malheureusement que ses paroles n’aient pu la rassurer complètement. Il lui avait pourtant dit ce qu’il pensait, et les conséquences qu’il pensait découler de cette nouvelle découverte. La parole de l’assassin n’était cependant pas vérité et il ne le savait que trop bien aussi. Néanmoins il restait persuadé que le choix était laissé à la jeune femme, encore fallait-il pouvoir en faire un. Et il en convenait, oublier ce qui venait d’arriver ne serait pas chose facile, pour ne pas dire impossible. Mais il y avait toujours le moyen de nier en bloc et ignorer les événements de cette nuit, comme s’ils n’étaient jamais arrivés. Ce n’était certes pas ce qu’il conseillerait à Aubrée, lui qui savait combien il était impossible de nier éternellement l’évidence – et que c’en était plus douloureux que jamais – mais si tel était la décision de la jeune femme, il n’irait pas contre. Elle savait, ceci dit, que les choses n’étaient pas aussi simple et l’erebien acquiesça simplement lorsqu’elle lui demanda si se débarrasser de la poupée n’était pas la bonne solution. Néanmoins, elle était encore dans l’incertitude et la décision ne viendrait certainement pas immédiatement. Peut-être avait-elle besoin d’être rassurée, ce qui expliquait cette question surprenante qui laissa Shahryar bien silencieux. Pendant de longues secondes, il observa sa sœur de la Confrérie, avant de rompre le silence, la réponse venant comme une évidence.

« Je n’aime pas ignorer des choses qui peuvent me concerner, et si c’est susceptible de changer quelque chose à ma vie sans que je l’ai décidé, alors je choisirais d’en apprendre plus. » Être ignorant, c’était se laisser bercer par les vagues sans parvenir à reprendre le fil de sa propre route. Pour Shahryar, c’était impensable de ne pas être maître de son propre chemin, tout du moins sans dévier de celui choisi par les dieux. « Il va de soi que si suivre cette route m’éloigne de mon devoir envers la Confrérie, alors je l’abandonnerais immédiatement. » Car la Confrérie, c’était ça la destinée que l’erebien s’était choisi, et il ne désirait rien de plus.

A nouveau, les yeux sombres de l’Adepte de la Corde se posent sur Aubrée, l’observant en silence, jaugeant sa réaction suite aux paroles qu’il avait dites. Si elle espérait pouvoir choisir en connaissant son avis à lui,  il n’était pas certain que cela l’aiderait. Tout le monde n’était point aussi catégorique et extrême que pouvait l’être Shahryar, farouchement décidé sur la façon de suivre sa voie.

« Quoique tu choisisses, soit sûre de le faire en étant en accord avec toi-même. »

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Mer 25 Avr 2018 - 16:27

Le silence se fait pendant de longues secondes, pendant lesquelles l’apprentie assassin ne dévie pas le regard. Sa question directe a dû surprendre Shahryar, mais elle a besoin de savoir ce que lui en pense. Sinon, comment serait-elle capable de faire le bon choix ? Elle pourrait se fier à son instinct et ses envies, mais la chose lui paraît bien trop grande et importante pour qu’elle ne se permette de faire n’importe quoi.

Aubrée l’écoute attentivement, hochant la tête en comprenant qu’il ne choisirait pas l’oubli, s’il était à sa place. Il chercherait à en apprendre davantage, à comprendre tous les tenants et aboutissants de cette histoire. Il voudrait ne plus être un simple pion manipulable par les grandes forces de ce monde qui ne maîtrise plus ce qu’il lui arrive. Et comprendre, et connaître, lui permettrait de garder le contrôle de son existence. Elle comprend, tout ça, et elle sent que ses pensées rejoignent celles de l’Adepte.

Seulement, elle sent bien que le besoin de comprendre ne sera pas sa seule motivation. La curiosité de la blondine est grande, et elle a aussi envie de savoir, pour cette magie inconnue, ce qu’il en est réellement. Pas nécessairement pour avoir l’impression de maîtriser son Destin, mais simplement pour elle. Et puis… Il y a Taliésin. Et même si elle ne lui a prêté qu’une attention toute relative durant le rêve, même si elle n’a parlé avec lui que quelques instants… Il a l’air d’être un homme charmant, et qui s’intéresse à elle, en plus. Et l’idée qu’il puisse, à nouveau, l’appeler « ma princesse » et lui sourire… Elle a beau clamer à qui veut l’entendre qu’elle ne se mariera pas avant longtemps et qu’elle est et restera libre et fière toute sa vie, elle reste une jeune femme, Aubrée, et elle ne peut rester insensible aux charmes qu’on lui porte. Et elle n’a rien contre le fait de se sentir appréciée, même par un inconnu à qui seule une petite poupée la lie. Cependant, ce sont ses raisons à elle, et jamais elle ne les avouera à voix haute. Pas devant Shahryar, en tout cas. Il n’a pas besoin de savoir tout ça.

Elle accueille sa déclaration à propos de son devoir envers la Confrérie en acquiesçant encore silencieusement. Elle sait qu’il a raison. La Confrérie est la voie qu’il a choisi, qu’ils ont choisi tous les deux, et elle ne peut s’en détourner. Elle ne peut même le vouloir. Et il faudra qu’elle soit capable, elle aussi, de mettre cette route de côté et de rebrousser chemin si tout cela venait à mettre en péril son serment auprès de la Confrérie. « D’accord. Merci. » Elle se tait quelques instants, méditant encore sur les paroles de l’Erebien, qui ajoute qu’elle doit faire son choix en accord avec elle-même. Il lui laisse la possibilité de choisir, et elle comprend qu’il ne jugera pas sa décision, quelle qu’elle soit. Baissant les yeux sur la poupée, elle reprend, d’une voix à peu près assurée. « Je crois que je vais aller voir au port. J’ai envie de savoir, et de comprendre pourquoi… Pourquoi moi. » Elle sourit légèrement, convaincue par ses propres mots. Mais il lui reste une question, une interrogation, à laquelle elle ne sait pas répondre seule. Elle relève le menton et baissant instinctivement le ton de sa voix, elle questionne. « Shahryar, est-ce qu’il vaut mieux tout garder secret ? » Ou peut-elle en parler aux autres – à Sigrid, à Lia ? Elle n’est pas certaine de pouvoir garder totalement le silence sur son rêve ou sur sa future virée au port pirate, mais y a-t-il des pans de vérité à dissimuler aux oreilles du monde, d’après lui ?

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 278
J'ai : 33 ans
Je suis : Assassin de la Confrérie Noire et Adepte de la Corde

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, Solal, l'Ecoutant de la Corde et Anthim, le duc d'Erebor
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres et Joséphine Siguardent
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Ven 18 Mai 2018 - 2:52

L’avis de Shahryar était certes tranché, mais il n’était certainement pas à prendre comme une généralité. Lui même n’aurait pas été juge de ceux qui auraient eu un avis différent, des motivations différentes. Comme il l’avait proposé à Aubrée, il pouvait comprendre que certains préfèrent choisir l’oubli ou le déni, de ne pas s’intéresser à ce qui pouvait révéler des choses plus profondes et plus compliquées. L’Adepte était de ceux à ne pas accepter que la destinée soit si simplement contrôlée et préférait, si l’occasion lui était laissée, d’emprunter une autre route que celle toute tracée, si d’aventure elle ne lui convenait pas. Le champ des possibles, il le croyait, n’était pas limitée à la vision d’un seul, et la réalité étrange qu’ils avaient vécu il y a quelques mois de cela lui prouvait bien qu’il n’y avait pas qu’une seule route sur laquelle marcher. En tous les cas, savoir dans quoi il s’engager lui donner les cartes en main pour décider en son âme et conscience. Cela lui convenait. Et il sentait, en observant la jeune femme, qu’elle était plutôt de ce genre là, elle aussi. Pourtant, il semblait y déceler autre chose, qu’il identifia d’abord comme de la curiosité. Chose compréhensible aussi, quoique parfois dangereuse. Mais il ne creusa pas vraiment plus la question et attendit de la part de la Belliférienne une réponse ou quelque chose. Cela vient d’abord par un merci, auquel il répond d’un simple hochement de tête, puis la confirmation de ce qu’il avait déjà supposé. Oui, aller voir le Symphonie au port était sans doute la meilleure chose à faire. Pourtant, elle semblait encore prise de doute et il comprit vite pourquoi, lorsqu’elle lui demanda.

A vrai dire, il ne savait pas trop quoi dire. Après tout, du moment que cela ne contrecarrait en rien les plans de la Confrérie, il ne voyait pas d’inconvénient à ce qu’elle garde pour elle ce secret, si tel était son désir. Les assassins, bien que frères et sœurs travaillant sous la bannière de Lida n’étaient pas tous forcément proches ni ne se confiaient tout. Bien des gens ignoraient les origines ou le passé de chacun, ou bien entendu les raisons qui les avaient poussés à offrir leurs cœurs et leurs âmes à la Sombre Mère. Aussi, après un instant de réflexion, il haussa les épaules.

« C’est comme tu veux. Nous avons chacun nos petits secrets tu sais, si tu ne veux pour l’instant pas le partager aux autres, alors garde le pour toi. » Il songea un instant cependant au maître de Aubrée. Lia qu’il connaissait au final bien peu. Accepterait-elle le silence et le secret de son apprenti à propos d’une chose aussi surprenante ? Une fois encore, du moment que cela n’allait pas contre la Confrérie... Cela, il n’avait pas besoin de le répéter à Aubrée, elle le savait sans doute pertinemment. « Tu en parleras quand tu seras prête. » Conclut-t-il. Il n’était pas du genre, Shahryar, à creuser le secret de chacun. Tous autant qu’ils étaient avaient des choses qu’ils préféraient ne pas confier, lui le premier.

« Veux-tu que je t’accompagne au port, lorsque tu décideras d’y aller ? »

Simple proposition, quoique sincère, lorsque l’erebien leva son regard sombre vers la jeune femme. Elle qui semblait pleine de doutes malgré sa conviction d’aller trouver des réponses, il pouvait comprendre qu’elle ne souhaite pas forcément être accompagnée dans cette quête, mais il ne l’aurait pas laissé seule pour autant si elle voulait du soutien. Après tout, elle s’était confiée à lui ce soir sur ce secret. Tous deux étaient dans cette confidence bien étrange et pleine de mystère.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 1680
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Jeu 7 Juin 2018 - 21:23

Depuis combien de temps ne s’est-elle pas fiée aussi réellement à un homme et son avis ? En y réfléchissant un peu, elle se rend vite compte que c’est peut-être la première fois depuis son départ de Brumecor. La première fois tout cours peut-être, même. Elle n’avait pas le choix, en Bellifère, et son père avait de toute façon toujours le dernier mot. C’est sûrement pour se libérer de cette emprise masculine qu’Aubrée s’est reconstruite en prenant pour modèle des femmes fortes, uniquement. Grâce. Lia. Sigrid, même. Et aujourd’hui, elle place toute sa confiance en un homme qu’elle connaît à peine. Enfin, il a le net avantage sur tous les autres d’appartenir à la Confrérie Noire, et il faut dire que cela facilite les choses. Mais même. Ce rêve a sûrement changé des choses, en elle.

Un hochement de tête. Oui, elle sait que chacun cache des choses, ici. Que rares sont les enfants de Lida connaissant la véritable identité de Lia, encore moins à savoir pour la magie maudite qui coule dans ses veines. Qu’elle-même dissimule au fond d’un coffre un étrange pendentif en forme de sablier dont elle n’a parlé à personne. Mais tout cela lui paraît… Bien trop gros, comme chose à taire. Elle n’est pas du tout en maîtrise de quoi que ce soit, là. En même temps, elle se voit mal glisser à la blonde Ecoutante, au détour d’une discussion, qu’elle a bu une potion de sommeil, croisé la Chasse dans un rêve et retrouvé dans sa chambre – sur son lit – un ménestrel Lagran à la magie étrange et une poupée mystérieuse qu’elle conserve précieusement parce que ce cadeau lui a fait plaisir. Non, décidément, elle n’a pas envie d’éveiller plus que nécessaire la méfiance de son mentor. Elle s’en veut un peu de devoir lui dissimuler des choses, alors qu’elle lui a promis. Mais encore une fois, Shahryar trouve la solution. Quand elle sera prête. Si elle l’est un jour. « Quand je serai prête. » Elle répète ses mots, comme un accord, une conclusion. Elle a eu la réponse à sa question.

L’assassin croise franchement son regard et lui propose de l’accompagner au port. Un brin surprise au premier abord, la blondine s’empresse d’acquiescer. « Oui, je veux bien. » Après tout, être accompagnée l’empêchera de se défiler, de faire demi-tour au dernier moment et de se trouver mille et une excuses en se jurant de revenir le lendemain. Et puis, il doit peut-être vouloir savoir, lui aussi, de quoi il retourne exactement. « Et Victorine, aussi, si elle le veut. Elle voudra peut-être comprendre, elle aussi. » En plus, la blonde apprentie a bien plus d’affinités avec elle. Elle sait qu’elle pourra trouver un appui en sa personne. Et si jamais Victorine décide elle aussi de taire ce détail de leur existence, Aubrée ne sera pas l’unique personne à dissimuler quelque chose à leur Ecoutante. « Est-ce que tu sais où je peux la trouver ? » Elle a envie d’aller la trouver, pour lui raconter. Et après, promis, elle ira se changer et s’habiller décemment.

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 278
J'ai : 33 ans
Je suis : Assassin de la Confrérie Noire et Adepte de la Corde

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, Solal, l'Ecoutant de la Corde et Anthim, le duc d'Erebor
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres et Joséphine Siguardent
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   Mar 26 Juin 2018 - 17:31

Les secrets, ils étaient monnaie courante au sein de la Confrérie Noire. Vestiges du passé, culpabilité enfouie, tourments d’un autre temps, chaque Lame avait son histoire, sans que forcément tous les frères et sœurs soient au courant. Ils étaient après tout nombreux, éparpillés aux quatre coin d’Arven pour remplir la mission sacrée qui était la leur, donnée par Lida elle même. Du moment que tous agissaient pour la Sombre Mère, sans jamais trahir les préceptes et règles de leur ordre, alors les secrets pouvaient être gardés, à jamais passés sous silence. Si Aubrée avait ce désir de le partager, alors soit, mais comme il l’avait justement dit – ou avait simplement partagé son point de vue – elle le ferait lorsqu’il serait temps. Toute parole n’était pas forcément bonne à dire, et parfois, il fallait aussi attendre le bon moment. Il ignorait comment agissait Lia réellement et ce qu’elle pourrait penser de cette nouvelle Magie et de cet homme qui avait choisi son apprenti, mais il ne doutait pas qu’Aubrée, elle, savait comment son mentor réagirait.

En attendant, puisqu’ils n’étaient que deux à savoir à propos de cette poupée – presque trois avec Victorine qui avait aussi vécu ce rêve, la proposition de Shahryar fusa naturellement, sans pour autant s’imposer. Une fois encore, c’était là la décision de la jeune femme, bien qu’il surpris dans son regard un léger étonnement, avant son acceptation. Il ne fut pas surpris, lui, qu’elle propose que l’Adepte de la Lame les accompagne. Il l’aurait fait à son tour ensuite, car ils avaient partagés tous trois quelque chose de fort et d’étrange dans ce rêve. La blonde Belliférienne pourrait peut-être apporter aussi un regard neuf, moins froid et carré que celui de l’erebien.

« Je pense que oui. Elle doit être dans sa chambre. » Si eux s’étaient réveillés dans la leur, alors il semblait logique qu’il en soit de même pour Victorine. S’ils avaient tous trois pris cette potion de sommeil qui les avait mené au plus profond de ce rêve, alors comme eux, à l’heure qu’il était, elle devait être réveillé. Peut-être était-elle sortie aussi de ses appartements désormais, mais le plus simple était d’y aller. Le jour cependant pointait désormais bien trop le bout de son nez pour qu’il l’ignore, et il reprit : « Je te laisse aller la prévenir, je dois retourner à mes devoirs. Tiens moi au courant pour Victorine, et si tu souhaites aller au port. » Au sein de la tour, elle n’aurait pas trop de mal à le trouver, lui l’Adepte de la Corde qui quittait moins que les autres assassins l’enceinte sacrée du domaine de la Confrérie. Il la salua rapidement avant de finalement la quitter dans le couloir, et retourner à ses appartements pour s’habiller. La journée serait longue, avec cette nuit peu reposante.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Entre cauchemar et réalité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre cauchemar et réalité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre cauchemar et réalité (prio' Howahkan)
» Cauchemar ou réalité ?
» Intrigue | Quand le cauchemar deviens réalité | feat. Sophitia & Amethyst
» [1748 - 1754] Ω Entre mythes et réalité Ω (Icarus)
» Entre Illusion et Réalité.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Tour de la Confrérie Noire-
Sauter vers: