AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Nike : jusqu’à 50% de remise sur le ...
Voir le deal

Partagez
 

 Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre EmptySam 11 Fév - 11:21


Livre II, Chapitre 2 • La Fortune des Flots
Chimène & Cassandre

Entends tu parfois les murmures ?

Quand une soeur ignore comment l'être




• Date : 7 janvier 1002
• Météo : Temps clair, températures basses
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Après son entrevue avec Liam, Chimène s'entretient avec sa soeur qui a bien voulu accueillir sa rencontre avec le Duc.
• Recensement :
Code:
• [b]Date :[/b]7 janvier 1002 [url=http://arven.forumactif.org/t1774-entends-tu-parfois-les-murmures-cassandre]Entends tu parfois les murmures[/url] - [i]Chimène & Cassandre[/i]
Après son entrevue avec Liam, Chimène s'entretient avec sa soeur qui a bien voulu accueillir sa rencontre avec le Duc.



La chute fut si douce.

Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre TitreChimene1


Dernière édition par Chimène de Faërie le Lun 20 Fév - 20:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre EmptySam 11 Fév - 11:27


Chimène & Cassandre

Entends tu parfois les murmures ?




Je cherche au milieu de ses traits gracieux la ressemblance qu'il existe toujours entre même fratrie. Cela me laisse une étrange impression. La sensation de voir son reflet biaisé et étranger. Mes sœurs étaient déjà agées lorsque je suis née. Le petit miracle, la petite dernière. Toujours laissée derrière, traitée avec quelque chose d'absent et de tendre. Je ne saurais dire ce que je ressens devant mon aînée. Sans doute un tourbillon de sentiments que lesquels je peine à mettre un nom. La visite de Liam, son sourire si triste et l'éclat de perle d'océan de ses iris m'ont rassérénée, réconfortée, entourée d'une chaleur que je croyais à jamais perdue. Ma peau garde l'empreinte de son étreinte chaste, mes oreilles résonnent encore de sa voix, basse, rauque. Assise face à ma sœur, je croise mes mains sur mes genoux. Toujours cette impression d'être une enfant sur le point d'être punie, dans l’expectative. L'attente est parfois insupportable, mais que devient elle lorsque l'on ne sait quoi dire ?  Le malaise est palpable, comme une brume invisible qui assourdit l'air. La vérité étant que nous ne nous connaissons pas malgré le même sang de nos veines. Elle était déjà partie lorsque Chrysolde est morte. Elle n'était pas là durant mon court règne, ni même a mon couronnement. Aurais je aimé la présence d'un visage familier ? Je ne le sais pas vraiment.

Doucement, mon index frotte un pli inexistant sur ma robe :

« Merci d'avoir accueillit mon entretient avec Liam, ma sœur. Cela compte beaucoup pour moi. »

Que sait elle de mon exil ? Qu'a-t-elle pensé de ma mort orchestrée par un homme qui se veut notre frère ? Je n'ose réellement poser cette question. La peur absurde d'une réponse sans aucun doute. Plus tôt j'avais juré à Liam de ne plus me dissimuler par lâcheté et cette promesse était bien plus difficile a tenir que je ne l'aurais songé pourtant j'avais encore en tête son sourire louant mon courage.

« Il m'est difficile de me déplacer depuis le palais de notre sœur mais je suis heureuse de l'avoir fait, Gustave ne cherchera pas a m'atteindre dans les Cités Libres. »

Attendra-t-il que je suis rentrée dans le giron impérial ? D'ailleurs, sait il seulement qui j'ai vu et ce que je fais ? Ma discussion avec Liam m'a ouvert les yeux, la trahison de mes Ducs a épuisé ma naïveté, ma mort, presque tuée mes rêves. Il ne reste qu'une terrifiante vérité, la confiance se meurt et est plus si tant qu'elle eut été d'ailleurs. Je ne pouvais faire confiance à mon sang, telle est la dure leçon infligée par notre frère.

« Peut être devrais je rester ici, la guerre qui couve rend ma position difficile auprès de l'Empereur Augustus, je suis une carte dont il peut user à sa guise et abattre quand bon lui semblera, mais...Même ici l'Ordre peut m'atteindre. »


Parce que même ici, il est à l'oeuvre, recrutant sans vergogne parmi les jeunes esprits, déversant ses mensonges et ses perversions. Ici je ne possédais aucun pouvoir, mais il me semblait juste d'en informer ma sœur.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre EmptySam 11 Fév - 19:19

Face à face, enfin. Seules, aussi. D’un rapide coup d’oeil, Cassandre détailla sa soeur; celle-ci ne semblait nullement avoir souffert physiquement. Pour ce qui était de son esprit par contre… La complexité de la situation ne devait pas être simple à gérer. Pourtant Chimène demeurait là, comme elle avait toujours été : hésitante, jeune. Cassandre inclina la tête suite aux remerciements. Cela n’était rien, vraiment. Enfin! Pas vraiment. Découvrir qu’un’entretien entre le Duc d’Outrevent et l’ancienne Impératrice avait eu lieu au sein de l’Académie pourrait porter à mal l’ambition de la Mage à devenir Archimage. Oui, elle y pensait. Non, elle ne culpabilisait pas. Avec plus de pouvoir, elle pourrait faire toute la différence.

Cassandre prit place sur un canapé, écoutant cette voix et observant ce corps frêle, toujours en danger. Elle s’était servie un verre d’alcool sans être coutumière du fait. Elle en avait tendue un autre à Chimène avant de s’installer. Assise avec droiture, elle ne devait pas avoir l’air touchée par ce que lui disait sa plus jeune soeur et pourtant :

« Je suis heureuse que tu sois en vie. »

Elle avait dit cela presque trop calmement, mais en plongeant son regard dans celui de son interlocutrice et en esquissa un doux sourire. Elle sentait que cela devait être dit, une bonne fois pour toutes. Les messages qui avaient précédées l’arrivée de sa cadette lui avaient arrachées quelques larmes. Le flot de celles-ci avait rapidement été interrompu et tue. L’espoir est une bien mince chose, quand on y pense. C’est délicat, léger, sans réelle substance en-dehors de celle que l’on veut bien lui donner.

Par contre, Cassandre voyait-elle vraiment Chimène demeurer en ces lieux et être la montrée du doigt de l’Académie ? Mais la Mage lui devait bien une chose : c’était une idée qui n’était pas mauvaise et sa soeur semblait de mieux en mieux comprendre les enjeux politiques. Elle prit donc le temps de reprendre l’entièreté de ce que lui avait dit Chimène.

« Pour que tu restes, il faudrait non seulement l’aval de l’Archimage mais également celui du Recteur. »

A demander, donc. Mais à obtenir ? Cassandre pourrait bien tenter de manoeuvrer pour aider sa cadette, à voir si cela n’entrait pas en contradiction avec ses propres envies…

« Oui… Même ici l’Ordre pourrait t’atteindre. »

Mais l’avis de Cassandre était divisé sur la question. Sur la question de la légalité de l’Ordre, bien entendu, pas sur celui d’une possible mise à mal de Chimène par celui-ci.

« Avez-vous convenus de quelque chose avec le Duc d’Outrevent ? »

La question pouvait se montrer purement issue de la curiosité, mais il n’en était rien. Cassandre n’était pas du genre à écouter aux portes et ne l’avait pas fait.

Pendant tout ce temps, la Mage s’était tenue à distance de sa soeur, comme on s’éloigne d’une source potentielle de tristesse et de regrets. Elle ne s’en rendait pas forcément pleinement compte, mais… Elle sentait que le fossé qu’avaient creusés les années et les situations était bien là, entre elles. Il faudrait qu’elles se réapprennent, voire qu’elles commencent réellement, à se comporter comme des soeurs. Etait-il trop tard ? Entre elles, il y avait également la mort… De leurs parents, de Chrysolde et de sa famille, celle mise en scène autour de Chimène. Ô jeu cruel du Destin ! Cassandre avala une lampée d'alcool. Elle n'était pas foncièrement à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre EmptyMer 15 Fév - 6:36


Chimène & Cassandre

Entends tu parfois les murmures ?



Je ne sais que faire du verre qu’elle me sert. L’alcool miroite doucement sous les lueurs du jour et pourtant il ne me fait nulle envie. Je n’aime guère boire, ma vie s’effile déjà tel un vieux vêtement fripé dans que je ne doive y ajouter l’ivresse, pourtant, je ne le refuse pas. Par politesse ? Ou bien plutôt dans l’espoir d’atténuer les tremblements de mes mains en serrant les doigts autour d’une coupe de cristal.

Ma sœur, cette presque inconnue. Douze années nous séparent. Garde-t-elle de moi l’image de l’enfant pâlotte ? Est-ce préférable à celle d’une impératrice fragile ? A vrai dire, je ne le sais guère. Elevée à l’ombre de mes ainées, même encore maintenant, il me parait presque impossible de ne pas me noyer dans leur éclat et cela me semble pathétique soudainement. M’imposer fut toujours un combat difficile, même au sein de ma propre famille, même dans le sein de ce petit salon. Un sourire étrange joue un instant sur mes lèvres. Heureuse de me savoir en vie. Je ne sais quel crédit je peux accorder à ses paroles, néanmoins, elles me réchauffent la poitrine. Combien m’ont-ils dis ces mêmes mots ? Très peu en vérité.

« Merci »

Le mot vibre d’une sincérité certaine, sans doute est-elle le premier membre de ma famille à m’avouer cela. Catarine demeure circonspecte mais j’ose espérer qu’elle partage cette joie, même si elle demeure muette. Cassandre est très différente, affranchie très tôt des chaines familiales lorsque moi-même je m’y complaisais. J’envie sans aucun doute cette indépendance affichée, aurait elle fait une souveraine plus capable ? La question en elle-même ne mérite aucune réponse et ne fait que me conforter dans mes sombres pensées. De noire pensée que la visite de Liam a repoussée, presque noyée même sous l’avalanche de son soutient et je me prends à rêver d’avenir dorénavant. De désirer entretenir l’étincelle si frêle qui s’est allumée dans mes iris durant un moment gracieux. Elle ne refuse pas. Ni n’accepte d’ailleurs mais je comprends ses réserves. Je suis une bombe à retardement qui ne dépend pas de sa propre volonté. Je soupire doucement :

« Sans doute, oui, néanmoins il va me falloir envisager de quitter Ibélène. Lorgol serait idéale de par son statut mais elle n’est pas la seule solution. Si cela te déplait ou te gêne, je peux chercher une autre échappatoire. J’ai bien conscience de ma position. »

Trop cruellement sans aucun doute et sans doute est-ce insolent que de quémander de l’aide à Cassandre quand elle-même demeure sous l’autorité d’autrui et je ne suis guère naïve, l’Académie en elle-même ne serait qu’un refuge temporaire, l’Ordre y a déjà planté ses racines immondes. J’inspire doucement, scrutant un instant le visage délicat de ma sœur :

« Je ne sais à quel point les paroles de Gustave peuvent être prises au sérieux, néanmoins je me dois tout de même de t’en informer, tu en feras ce que tu veux par la suite mais il semblerait que l’Ordre recrute auprès des étudiants de l’Académie. Sans doute pas ouvertement, sans doute recherche-t-il ces fameux Mage du Sang. Je ne sais pas exactement mais il me parait juste de t’en informer. J’ignore ton sentiment concernant cette engeance mais il me parait dangereux de les voir pulluler au cœur de cette Ecole, au cœur de ce seul territoire indépendant. Je n’ose imaginer ce qu’il se passerait si jamais ils venaient à mettre la main sur cette institution. »

Et je refuse de les voir essayer. Ma haine pour eux ne semble vouloir s’éteindre. L’on dit que le temps apaise tout, érode même les sentiments les plus virulents et pourtant, mon cœur brule encore et toujours, avec tant de force que parfois, je crains d’étouffer. Penser Faërie victime de ces assassins me répugne et me transporte de rage. Las, pour l’heure, je n’y puis rien y faire. Perdue dans mes songes, je sursaute légèrement à la question soudaine de mon ainée. Quelques gouttes d’alcool viennent mourir sur ma main.

« De rester en contact et, peut-être, de négocier mon retour en Faërie. A vrai dire, je ne sais si Hugues a bien fait de le placer dans la confidence de ma survie, mais…Il est un ami précieux et solide et j’en manque cruellement dorénavant. »

Dois-je lui confier l’accord de nos fiançailles ? Je ne sais plus guère à qui me fier et si Cassandre est demeurée depuis longtemps hors du pouvoir et de la politique de Faërie, je ne sais jusqu’à quel point Gustave a rallié mes proches à sa cause. Cela me blesse d’une certaine façon alors que la famille devrait être ce qu’il y a de plus fort, je la découvre chaque jour un peu plus fragile, un peu plus traitre.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre EmptyDim 19 Fév - 20:58

C’est toujours par un silence que Cassandre accueille les mots de la benjamine de la famille impériale. Le temps de les peser, d’analyser ce qu’il pourrait s’y cacher et d’observer ! Observer une attitude et surtout la comprendre. Même si elles n’ont pas passé beaucoup de temps ensemble, Cassandre a apprit à discerner lorsque son interlocuteur est désarçonné. Là, Chimène ne l’est pas lorsqu’elle parle de quitter Ibélène. Oui, il va falloir trouver une solution. Mais non, Chimène, tu ne seras jamais en paix. Plus maintenant que tu pourrais encore avoir des prétentions au trône de Faërie. T’en rends-tu compte ?

Cassandre posa sa coupe sur une table. L’intérieur de ses appartements était luxueux mais ses vrais trésors s’y cachaient encore et ne se dévoilaient pas devant tout le monde. Et, au regret de la principale intéressée, même pas devant sa propre soeur, son sang, sa famille.
Lorsque l’on établit un mur entre soi et les autres, le plus dur est de le mettre en place. Une fois posé, élevé, on perd l’habitude, avec l’âge, de vraiment se laisser aller. En tout cas, c’est la problématique de Cassandre, bien à l’abri quelque part, dans son esprit.

Le « Merci » de Chimène n’a pas semblé pas l’émouvoir, mais il résonne en elle, comme un coup de tonnerre. Cassandre savait, au fond, que son inquiétude était normale. Pourtant, elle ne jugeait pas vraiment pertinent d’en accabler sa soeur. Chimène risquait de continuer à être une monnaie, pouvant être transmise lors d’un échange… La faire vivre avec elle, à l’Académie ? Lui dévoiler ses ambitions ? Cassandre eut un doute, l’espace d’un instant, avant de se reprendre en attendant les avertissements de Gustave. A ce moment encore, Chimène ne tergiverse pas, elle ne tressaillit pas. Elle est claire et retransmet limpidement les propos du nouveau Empereur de Faërie. Si des rumeurs se sont belles et bien élevées à ce propos, Chimène confirma alors tous les oui-dires qu’avaient pu entendre Cassandre.

Droite, et en apparence détachée. C’est ainsi que Cassandre reçut la réponse à sa question. Elle sentit que quelque chose lui était caché. Elle était incapable de mettre le doigt sur ce que c’était car c’est à ce moment que le masque de Chimène fût réellement bousculé. Qu’y avait-il entre le Duc d’Outrevent et elle ? Cassandre n’avait suivi cette histoire que de loin…

Sa voix, si ce n’est calme, devint douce.

« Merci, Chimène, pour tes propos concernant l’Ordre. Je vais m’entretenir avec l’Archimage à ce sujet et un ou deux professeurs de ma connaissance. Même si ce que t’a dit Gustave n’est qu’à moitié vrai, cela vaut la peine de mener une petite enquête… Je ne mets pas en doute la véracité de tes mots, mais des siens. »

L’Ordre assurera peut être un équilibre inattendu sur Arven.

« Si je puis me permettre un conseil, un retour en Faërie serait peut être précipité pour le moment… Sans protection, que serais-tu à la Cour de Gustave ? Et où logerais-tu si ce n'est sous son toit ? »

En même temps, à part tout quitter pour aller vivre dans les îles, le sort de Chimène était sans nul doute complexe à appréhender.

« J’ai mis de l’argent de côté. J’ai toujours une bonne partie de celui de notre héritage. Il y a plusieurs auberges dans la Ville Haute, mais je t’indiquerai celle où j’avais l’habitude d’aller avant de devenir professeur à l’Académie. »

Cassandre, dans un mouvement lent, prit sa robe en main et en souleva légèrement les pans afin de se lever. Elle s’avança vers celle qui restait sa soeur, posant une main sur son épaule.

« Cela est une solution, il y en a d’autres. Promets moi simplement de prendre soin de toi. »

Bien avant de faire au mieux. Bien avant de penser à la tradition qui veut qu’une femme soit sur le trône de Faërie. Bien avant de penser à ce que voudrait Chrysolde. Bien avant de penser à ce qu’un homme voudrait. Bien avant de penser à l’Ordre ou à la Rose. Bien avant de penser à quoi que ce soit qui n’est pas son propre corps, son propre esprit, et bien sûr, son coeur.

Cassandre déposa un baiser sur le front de sa soeur, se permettant une intimité qu’elles n’avaient pas eu depuis l’enfance.

Puis, elle s’effaça du champ de vision de Chimène pour rejoindre un coin plus sombre de la pièce, quelque endroit où la lumière se retrouvait extraite.

« J’ai bien conscience des zones d’ombres me concernant. », finit par dire Cassandre.

« Je sais que tu cherches vers qui te tourner, que quelques amitiés antérieures à ton couronnement pourraient sembler un idéal de relation. Mais, pour ce que je connais de la vie, je peux te dire ceci : comptes avant tout sur toi et sur ceux qui te veulent vraiment du bien. Ils sont peu nombreux mais cela… tu en as déjà pleinement conscience. Aussi, laisses moi être une soeur pour toi, Chimène. N’hésites pas à te tourner vers moi, quoiqu’il arrive. Et puis, qui sait ? Nous aurons peut être prochainement besoin l’une de l’autre. Alors, ne sois pas méfiante, surtout pas avec moi. »

Tandis qu’une sorte d’alliage de métaux commençait vaguement à prendre forme au-dessus du lit de Cassandre, cet amas brumeux disparut aussitôt qu'elle se retourna pour regarder son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Chimène d'Outrevent
Chimène d'Outrevent

Messages : 171
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse impériale de Faërie. Duchesse d'Outrevent.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Cassiopée Avirel
Message Sujet: Re: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre EmptyVen 10 Mar - 15:59


Chimène & Cassandre

Entends tu parfois les murmures ?



Il m'est difficile de deviner les pensées qui agitent ma sœur. L'éclat de ses iris me demeure inconnu. Aurais je sans doute beau les scruter, aussi profondément que je le voudrais, il en restera qu'une curiosité étrange. Je n'ai jamais été habile pour deviner ce que cache les ombres et les sourires factices. Cela fait un an que chaque jour apporte une nouvelle preuve de ce fait. La naïveté voile certainement encore mon regard, combien de fois ais je été blessée, je ne sais encore deviner qui me hait. Mais est ce réellement ce que je cherche dans les yeux qui me font face ? Ou ne suis je finalement qu'une petite sœur recherchant l'aval de son ainée ? Sans doute y a-t-il de ces deux penchants. Pour autant, je lui cache les vérités de ma rencontre avec Liam. Au delà de m'avoir meurtrie, Gustave a détruit la confiance que je portais au monde. Même envers ma propre famille. Une confiance aveugle et fragile piétinée aussi facilement qu'un cristal ne se brise par erreur. L'illusion d'une conviction inébranlable aussi facilement brisé qu'une aile de papillon. Je ne sais si je saurais la reconstruire, la bâtir plus intensément encore qu'elle ne le fut. Je ne suis que doute et suspicion. Je n'aime pas cela de moi. Pas vraiment. Ce reflet que me renvoi un miroir biaisé et déformé par trop d'épreuve. Combien de femme se seraient relevées, plus forte et plus braves ? Suis je de celles là ?

Je ferme un instant les yeux. Je veux tellement croire en ces mots qui pourtant ne sont rien. Cassandre n'image sans doute pas ce qui m'anime, ce combat qui me semble perdu d'avance. Se réjouir d'être crue...C'est aussi pathétique qu'important pour moi. Je souris légèrement :

« Tu me vois rassurée. Je ne sais jusqu'où se portera l'ambition de Gustave, mais nuls ne peut entraver la liberté de cette Académie. »

Je ne suis plus reine. Abandonnée par des soutiens auxquels j'ai cru naïvement, mais une part de moi jubile, mauvaise ombre qui existante en chacun. Elle jubile d'une insignifiante victoire, d'un espoir peut être vain de s'élever contre cet Ordre putride. Aimerais je se que je deviendrais ? Je ne le sais guère.

Je trésaille aux question de mon aînée. Elles sont si justes, si parfaites qu'un instant je rougis. Y aurais je pensé si je n'avais débuté par une semi vérité ?

« Je doute que Gustave m’accueille si ouvertement, après tout ce serait mettre au jour son mensonge et réveiller la colère du peu de partisans qu'il me reste...Néanmoins, je ne peux imaginer mon avenir ailleurs qu'en Faërie...A vrai dire, je ne sais guère ce qui m'attend et j'en suis réduite a me débattre avec des hypothétiques dénouements. »


Aveu d'une impuissance certaine, porté par un regard absent sur l'horizon que m'offre une verrière. Puis la voix de ma sœur me rappelle au présent. Ces mots sont autant d'espoir que de peur. Ils sont concrets. Ils ne sont pas un rêve à jamais intouchable. Et lorsque l'on se trouve au bord d'un gouffre, c'est la peur qui étend ses griffes sur l'âme. J'ai presque envie de revenir sur mes propres paroles. Par peur. Par lâcheté. Mes doigts se crispent sur la jupe qui repose sur mes genoux, étouffant le tremblement qui les agite. Non. J'ai promis. Je serais plus forte.

« Merci. Je dois encore m'acquitter de mes obligations envers notre sœur, mais je n'ignorerais pas ta main tendue... »

Parce qu'elle apparaît comme un mirage, parce qu'il faut que je la saisisse au risque qu'elle ne disparaisse. Je lève les yeux au rythme des pas de Cassandre vers moi. Sa main est légère sur mon épaule et je me demande un instant qui m'a touchée ainsi pour la dernière fois. Sans force. Sans violence. Juste une paume qui réchauffe une épaule froide. Légère et chaude. Et mon cœur se serre, presque douloureusement :

« Je te le promets. »

Ce n'est qu'un murmure et l'ombre de mes cils cache la lueur tremblante de mes iris. Jamais je n'ai autant hait Gustave, sans lui, jamais je n'aurais douté des paroles de ma propre sœur. Ni de la chaleur de son baiser. Suis je condamnée a douter de tout ?

« C'est vrai. Tu es pétrie d'ombre. Mais je crois que nous le sommes tous...C'est une leçon cruelle que j'ai apprise récemment... »

La suite m'arrache de la surprise et ma poitrine se serre. Ces mots là...Cette voix là...Je ne saurais dire avec précision ce qui me chamboule car il y a tant de mots mais pourtant...

« J'ai cru en beaucoup de mots et la réalité n'en a été que plus cruelle. Je peux être jugée faible, cela est vrai, il ne servirait a rien de le nier. »

Je soupire doucement :

« Je croirais en toi, Cassandre. Parce que qu'importe ce qui fut brisé, il n'y a rien d'irréparable. J'étais jeune lorsque tu as quitté Faërie, je me suis souvent demandé pourquoi tu l'avais fait... Es tu heureuse ici ?»
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre   Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Entends tu parfois les murmures ? | Cassandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: