AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-87%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
19.20 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 À masques tombés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: À masques tombés   À masques tombés EmptySam 1 Déc - 21:40


Livre III, Chapitre 6 • Puisse le sort vous être favorable
Agathe de Vigdir & Césaire Chesnenoir

À masques tombés

Une rencontre cette fois emplie de vérités



• Date : 17 septembre 1003
• Météo (optionnel) : Frais, c'est l'automne qui se pointe doucement
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Césaire est sur Lorgol pour quelques affaires à régler à la Cour, il croise Agathe, qu'il a vu la dernière au mariage de sa mère. Une petite introduction à masques tombés est bienvenue alors.
• Recensement :
Code:
• [b]17 septembre 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4321-a-masques-tombes#160194]À masques tombés[/url] - [i]Agathe de Vigdir & Césaire Chesnenoir[/i]
Césaire est sur Lorgol pour quelques affaires à régler à la Cour, il croise Agathe, qu'il a vu la dernière au mariage de sa mère. Une petite introduction à masques tombés est bienvenue alors.

Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: À masques tombés   À masques tombés EmptySam 1 Déc - 21:41

« Mademoiselle de Vigdir. » Il la reconnaît, de dos, ses cheveux blond, ses vêtements juste un peu moins formels que lorsqu’il l’avait croisé au dernier mariage des Sévérac. Lui-même est un peu différent. Ses habits sont toujours aussi propres, bien placés et soignés, mais un peu plus relaxés que ce qu’on pourrait s’attendre de la part du majordome d’un duc. Le temps est plus frais, aussi, et un grand foulard vient se nouer autour de son cou, le garder de l’air frais qui commence à balayer les ruelles de Lorgol et apporter l’automne sur les terres libres du continent.

Il est de nouveau de passage à la Cour. Deux petits jours seulement. Ses allers et venus sont presque incessants ces temps-ci, et le mage de portail qui se charge de le transporter lui est presque attitré à présent. Il ne rassure que ça ne durera pas, il l’espère du moins. Il ne pourra pas continuer ce rythme infernal bien longtemps sans mettre sa santé en jeu. Ses nuits de sommeil sont courtes, ses journées longues, et ses tâches se cumulent. Il doit rester l’esprit affutée, ne rien mélanger entre Sombreciel et Lorgol, et toujours porter son masque, cette identité qui a été presque unique si longtemps mais qu’il partage à présent avec son véritable lui. Son véritable lui qui parfois lui semble étrange, qui parfois lui semble être le costume plutôt que la vérité.

Ils se mêlent, un peu encore, ici. Le majordome et le maître espion. Sa posture et ses remarques, ses réflexes et ses habitudes. Il ne se surprend pas de déférence qu’on lui voue ; d’une certaine manière il s’était habitué à quelque chose du genre en ayant sous sa commande la petite armée de domestiques qui organisaient le bien vivre du palais ducal de Sombreciel. C’est un peu pareil, tout en étant à la fois totalement différent, d’avoir sous ses ordres cette fois une petite armée d’espion. Plus jeune, la tâche lui aurait été pesante. La responsabilité de cette dernière et le travail encouru. Les conséquences et les situations potentiellement dangereuses dans lesquelles pouvaient se trouver les enfants des miracles qu’il plaçait ici et là sur le continent. Aujourd’hui, il lui reste le poids des conséquences, mais l’expérience de ses années a bien contrebalancer les craintes. La responsabilité de ce nouveau rôle est moins prenante aussi. Peut-être est-ce la fin de ses jours qui allège ce fardeau. Il n’a plus vraiment rien à perdre, à présent.

Il attend qu’Agathe se retourne après qu’il l'ait interpellé. Il ne sait pas si elle le replacera aussitôt, mais il doute qu’elle cherche bien longtemps qui il est. « J’espère que vous n’avez pas été malmenée durant l’invasion des momies à Automnal. » Il avait quitté bien avant les événements étranges qui s’étaient déroulés sur place, mais il avait frissonné en apprenant la nouvelle. Tout s’était terminé relativement bien, outre les dégâts occasionnés, et les questions qui étaient restés. « Peut-être avez-vous pu profiter de la cacophonie pour dérober quelques parures royales erebiennes? » Petit clin d’oeil des circonstances de leur première vraie rencontre.


dialogue en #003366






À masques tombés ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: À masques tombés   À masques tombés EmptyDim 23 Déc - 19:03

Le bonheur était si grand, si immense, dans son coeur, qu’Agathe avait parfois l’envie toute cielsombroise de verser quelques larmes. Les petits allaient bien, chez les Sylvamir, Lancelot était charmant, son apprentissage avançait parfaitement auprès de sa tutrice. Lorgol était belle, magnifique, vivante et toute pleine de secrets et de rencontres surprenantes. La jeune femme avait appris à l’aimer, cette ville dangereuse et scandaleuse, depuis qu’elle y avait fait ses premiers pas. La peur était encore là, lors de ses promenades en solitaire, mais savoir la Ville Basse sous la protection de la Cour des Miracles l’avait rassurée. Pendant son petit séjour de quelques jours, à peine, Agathe avait été fort affairée. Bientôt, Lancelot fêterait son anniversaire. Date importante pour une jeune Belliférienne qui avait accepté de se fiancer à un Cielsombrois. Avec Mélusine, elle avait appris combien agréables pouvaient être les excès et la démesure, lors des festoiements, et elle comptait bien en faire profiter son promis. Les négociations avec Ygraine avaient débuté depuis l’été, déjà. Agathe désirait lui offrir une miniature d’elle-même et la peintre dévouée ne proposait que des postures suggestives et scandaleusement cielsombroises. La toute jeune avait accepté un compromis de tissu diaphane, au grand bonheur de l’artiste.

Et maintenant, elle errait dans ce lieu mythique qui appartenait à la Cour des Miracles, patientant sagement le retour de son promis qui lui avait permis l’accès, un peu plus tôt. Une voix, derrière elle, lui intima de se retourner. Un homme aux allures de chêne, sec et solide, se tenait devant elle.

- Monsieur Chesnenoir…

Et son sourire, de ravissement. Et son regard, d’émerveillement. Le vieil homme l’avait grandement séduite, lors de leurs brèves rencontres à son premier passage au palais ducal, et plus encore lors du mariage de Grâce et Melsant. Peut-être était-ce parce qu’ils partageaient des origines similaires, ou encore parce qu’une génération entière les séparaient, mais Agathe avait pour lui une affection profonde et un respect évident. Elle avait gloussé avant de l’approcher, toute guillerette de le retrouver dans un contexte beaucoup plus décontracté. Ici, sur les pavés des Miracles, entourés des leurs.

- J’aurais tant apprécié des ornements erebiens… Dans ma fuite, je n’ai pas songé à intégrer une chambre en particulier. Seulement celle de la vieille dame de Grisebrume.

Son adorable museau se plissait en une moue teintée d’amusement. Dérober quelques parures avait été d’une facilité déconcertante, même pour l’apprentie qu’elle était. Les mains pleines de ses trouvailles, elle avait trottiné à la suite de Lancelot jusqu’à sa propre chambre pour sa propre sécurité, mais également celle de son larcin. Les bijoux avaient été offerts à la Cour des Miracles, comme tout ce qu’elle volait, ou presque. Seule une bague sertie d’un grenat gros comme une phalange trônait dans sa propre boîte à bijoux, désormais. Elle l’offrirait, un jour. Le souvenir de la soirée lui revenait par vagues, alors qu’Agathe songeait à tout ce qui entourait ce vol fortuit. Les morts-vivants, le griffon décharné, les cris.

- Nous avons eu peur, mais la situation a été réglée avec efficacité. Les Erebiens et les adeptes de la Confrérie Noire ont ramené les morts dans les vallées funéraires.

Depuis qu’elle profitait de Sinsarelle et de ses bassins spectaculaires, la jeunette en avait appris beaucoup plus sur les affaires erebiennes. Elle trouvait à ce peuple un charme unique et restait pantoise devant leur impétuosité et la dorure de leur peau. Les gitans de passage ne la détestaient pas - elle avait eu si peur que ce soit le cas ! -, mais Agathe demeurait lucide. Sans doute la toléraient-ils parce qu’elle était pupille de la marquise de Sinsarelle et enfant de la Fleur des Sables. L’idée qu’elle soit simplement de bonne compagnie lui semblait impensable, tant les rumeurs sur la cruauté des Erebiens s’étaient ancrés à son esprit, depuis sa Bellifère natale.

- Dois-je comprendre que Castiel est de passage à Lorgol..? Ou Madeleine?

La brillance dans son regard laissait deviner combien il lui serait doux de rencontrer à nouveau cette grande dame à qui tout réussissait.


À masques tombés 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Césaire Chesnenoir
Césaire Chesnenoir

Messages : 693
J'ai : 68 ans.
Je suis : Maître Espion en Infiltration à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer // Soltana Kamar
Message Sujet: Re: À masques tombés   À masques tombés EmptyVen 11 Jan - 17:13

Quand la toute jolie jeune femme se retourne alors que Césaire prononce son nom, il ne peut que sourire devant le l’air de ravissement qui se lit si bien sur le visage de la petite. Il n’aurait pas pensé déclencher telle réaction, suscité telle attitude ; ils ne s’étaient vu réellement qu’une fois - si on excluait ces moments où ils s’étaient simplement croisés ici et là au palais ducal de Sombreciel quand Agathe était de visite - et c’était dans des circonstances bien particulières. Il était resté vague, l’aidant et la guidant un peu sans se dévoiler réellement mais laissant là des indices qui ne pouvaient pas mentir à une enfant des Miracles.

Son sourire se fait un peu amusé à sa réponse, où elle lui avoue ainsi avoir tout même profité de l’agitation pour se glisser dans une des chambres et, il devine, dérober quelques effets intéressants. Les coffres de la Cour s’en sont certainement vu remplis : c’est une règle des Voleurs, après tout. On volait et on espionnait pour la Cour, avant tout. Après, parfois, quelques objets ou quelques informations se voyaient conservées pour usage personnel, mais c’était toujours la Cour qui avait premier lieu d’être ; c’était elle que l’on servait, c’était elle qui nous protégeait aussi. Et cette protection n’était en soi pas gratuite. Elle se construisait de la confiance et de la participation de chacun. C’était une organisation qui de continuait dans une parfaite entente, et au sein de Lorgol comme partout sur Arven, les membres de la Cour des Miracles pouvaient ainsi compter les uns sur les autres.

« Oui, c’est ce que j’ai pu comprendre pour les momies. » Le mystère était encore là malgré tout, malgré les informations qui avaient coulés depuis, malgré ce qui s’était su, dans les murmures qui se propageait sur tout le continent mais aussi dans ceux couraient les pavés de la Cour. Tout s’était bien terminé, pour cette fois, oui, mais c’était là une démonstration de ce qui pourrait arriver. Et c’était aussi une inquiétude de plus qui occupait l’esprit de Césaire, alors que c’était là un danger de plus qui pouvait les mettre à mal. « Mais je suis bien heureux d’apprendre que vous vous en êtes sortie sans plus de dommage qu’une bonne frayeur. » Il aurait été fâcheux de perdre la petite lors de cette attaque ; elle était encore jeune, tout débutante dans les grands rouages de la Cour, mais c’était justement ce qui était une bonne qualité ; demain passerait par elle, et possiblement qu’un jour elle aurait un rôle important à y jouer.

Il sait que sa réponse quand aux Sombreflamme va la décevoir, il le voit dans l’éclat de son regard qui s’est animé à sa question. « Pas cette fois, non. Il vous faudra revenir en visite au palais, le duc en serait certainement ravi. » Une invitée et une occasion de plus d’organiser quelconque fête décadente, assurément. « Mon nouveau rôle de maître Espion me contraint à multiplier mes visites, seul. Heureusement que mon rôle de majordome me procure maintes excuses pour justifier ces courtes absences. » Pour l’heure, du moins. Il savait qu’un jour cela ne suffirait plus, qu’un jour il lui faudrait choisir. Choisir n’était pas vraiment le terme, puisque qu’il n’y avait pas de choix à faire, en fait. « Mais dites moi, comment se portent vos apprentissage au sein de la Cour? »


dialogue en #003366






À masques tombés ParrainsDenys
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: À masques tombés   À masques tombés EmptyDim 12 Mai - 0:24

Ô tristesse! Ô désespoir! N’y avait-il pas pire calamité que de ne point percevoir le duc Castiel et la douce magnificence de Madeleine de Sombreflamme alors que tout le laissait présager? Son minois, bien sûr, déchantait à vue d’oeil de voir cet espoir encore fragile se dissiper d’une simple phrase. Elle les retrouverait, bien sûr, tôt ou tard, à l’une ou l’autre des réceptions que le terrible Cielsombrois ordonnait sur ses terres, en son palais. Mais l’affaire était bien différente pour Agathe, de le voir là, intimidée par les excès d’une sauterie bien trop arrosée, et la douceur et la quiétude d’un salon ordonné où la petite Odette jouait sans l’ombre d’une menace.

- Mes visites ont palais se font bien rares, malheureusement... Je tenterai de suivre Mélusine ou Melsant, lors de la prochaine fête.

Son index tapotait ses lèvres alors qu’elle s’imaginait déjà traverser un portail accompagnée de la suite du frère ou de la soeur Séverac, les bras chargés de présents et Hallebarde niché dans la poche de sa mante. Qu’il était loin, le temps où elle logeait au palais de Sombreciel, fugitive craintive et apeurée du moindre bruit! Elle n’en avait pas profité comme elle aurait dû, encore encarcanée dans les valeurs rigides propres à Bellifère. Les choses changeraient, car déjà, au mariage de Castiel et d’Alméïde, Agathe s’était permise une robe des plus délicate où sa jeunesse irradiait sous la finesse des dentelles.

- Mon apprentissage est toujours aussi fascinant! Nous avons pu visiter l’Académie, ainsi que quelques tavernes, en compagnie de Merle. Je me sens plus… intégrée, à la famille, désormais. J’ai toujours hâte de revenir à Lorgol et de les voir, tous, de connaître les dernières nouvelles, les dernières manoeuvres.

Le grand Merle Consent avait visité quelques auberges en sa compagnie, durant l’été, et Agathe ne pouvait que se sentir terriblement flattée de l’attention du maître du Charme. Peut-être n’était-ce que par sympathie et affection pour Mélusine, qui lui avait été apprentie, mais flâner en sa compagnie était gratifiant et agréable. Elle apprenait vite, elle apprenait bien, Agathe, bien que sa timidité et ses manières encore un peu trop bellifériennes ne la freinent, et la prestance du voleur l’inspirait beaucoup. Elle comprenait sans mal combien douée pouvait être sa tutrice, en voyant la grandeur de son mentor. Mais ça, tout ça, Chesnenoir le savait très bien. Depuis combien de temps était-il intégré à la Cour des Miracles? Au moins depuis sa fondation, qu’elle se disait, la jeunette, en voyant le visage plissé - bien que charmant, eh! malgré l’âge qui gravait ses traits sérieux et indubitablement bellifériens - du majordome le plus patient d’Arven. Et de l’espion le plus assidu, très certainement. Cela expliquait largement son titre brillant et neuf de Maître.

- Dites-moi… Est-ce parce que vous prendrez prochainement une nouvelle apprentie, que vous vous éloignez ainsi de Sombreciel? Il me semble avoir entendu qu’une jeune femme, une connaissance de Mélodie, avait passé les épreuves du solstice avec brio…

Elle avait au minois ce sourire un peu incertain mais tout à fait charmant. Celui qu’elle employait sans réellement se rendre compte, inconsciemment, alors qu’elle baratinait allègrement. S’il était vrai que le vieil homme affectionnait les jouvencelles, il était bien peu probable que Mélodie puisse avoir des amies…!


À masques tombés 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: À masques tombés   À masques tombés Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
À masques tombés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Archives Pré-reboot :: Territoires Libres :: Lorgol aux Mille Tours :: La Cour des Miracles-
Sauter vers: