AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -25%
Nouveaux écouteurs Apple AirPods 2 au meilleur ...
Voir le deal
133.90 €

Partagez
 

 Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMar 16 Mai - 16:43


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Marjolaine du Lierre-Réal & Serenus Dardalion

Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles

Les bulles qui entrecoupent les mots



• Date : 4 mars 1002
• Météo : Il fait frais, le ciel est clairsemé de nuages paresseux qui oscillent devant le soleil.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Marjolaine se rend en compagnie de deux gardes dans une herboristerie pour acheter une potion purificatrice pour regénérer son organisme.  Peu après avoir consommé la potion, elle se retrouve à l'écart de la garde qui l'accompagnait dans sa sortie pour découvrir qu'elle ne peut plus qu'expulser des bulles par la bouche et n'arrive plus à prononcer le moindre mot.  Serenus tombe sur la duchesse éplorée alors qu'elle touche le fond de son désespoir.
• Recensement :
Code:
• [b]4 mars 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2155-tout-ce-qui-sortira-de-ta-bouche-sera-de-jolies-bulles#65312]Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles[/url] - [i]Marjolaine du Lierre-Réal & Serenus Dardalion[/i]
Marjolaine se rend en compagnie de deux gardes dans une herboristerie pour acheter une potion purificatrice pour regénérer son organisme.  Peu après avoir consommé la potion, elle se retrouve à l'écart de la garde qui l'accompagnait dans sa sortie pour découvrir qu'elle ne peut plus qu'expulser des bulles par la bouche et n'arrive plus à prononcer le moindre mot.  Serenus tombe sur la duchesse éplorée alors qu'elle touche le fond de son désespoir.

Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMar 16 Mai - 16:44

Avec les préparatifs d'Ostara qui commençaient doucement à prendre forme et les démarches de la duchesse auprès des autres nobles du duché pour financer des œuvres de charité sur les frontières entre Sombreciel et Lagrance, cette dernière n'était pas au meilleur de sa forme, elle qui portait en son sein depuis six mois déjà un petit être. Elle commençait à s'épuiser plus rapidement, mais ce n'était pas ce qui l'arrêtait dans l'accomplissement de ses fonctions de duchesse. Néanmoins, à ce stade de la grossesse, elle devait faire plus attention à sa santé si elle voulait être certaine que tout se passe sans complication pour la venue au monde de ce petit garçon qu'elle attendait tant. Ce n'était pas chose aisée pour elle de procréer, depuis toute jeune quelque chose clochait chez elle, à son plus grand désarroi. Pendant longtemps, cela l'avait empêché de croire à tout bonheur domestique, qu'elle aurait jamais un jour une famille. Puis les choses avaient pris un autre tournant quand elle avait épousé Denys et que sa belle-mère avait usé de la magie du sang sur elle pour lui permettre d'enfanter. Le premier enfant du couple ducal, Rose, était venu au monde sans trop de difficultés et si à elle seule elle suffisait à combler de bonheur ses parents, Marjolaine comptait bien lui rajouter un petit frère pour compléter le portrait de famille. Et qui sait, peut-être plus tard une petite sœur ou un autre petit frère? Même si avoir des enfants représentait pour elle une difficulté supplémentaires comparée à d'autres femmes, elle avait la fibre maternelle extrêmement développée et elle croyait fermement qu'une famille étendue lierait les liens retenant Denys à elle et aux enfants. D'autre part, elle avait grandi dans une nombreuse famille, un peu l'écart étant la seule enfant issue d'un premier mariage. Elle qui pendant longtemps avait cru qu'elle ne connaîtrait jamais les joies de diriger sa propre maisonnée, non seulement avait-elle étendu son champ d'action en devenant la duchesse du Duché des Jardins, faisant de chaque Lagrans un membre de sa famille éloignée, mais elle avait aussi un homme à chérir, une petite fille merveilleuse, un petit bébé à venir. Elle se sentait choyée de tout ce bonheur, mais elle devait aussi le protéger en prenant soin d'elle. C'est pour cela qu'en prévision de tout le travail qui l'attendait, elle désirait acquérir une potion purificatrice destinée à regénérer son organisme pour être de meilleure forme.

La sortie hors du palais se déroula parfaitement bien. Encadrée de sa garde rapprochée, constituée de deux gaillards pour être plus discrète, mais aussi pour que le peuple évite de croire qu'elle le craignait, elle avait pu faire l'achat de sa potion et l'avait consommée sur place. C'est sur le chemin du retour au palais que les choses se compliquèrent. La carriole qui la portait pour la sortie, d'une distance un peu trop loin pour qu'elle la parcoure à pied, se brisa. Ou plutôt, l'un des essieux qui supportait les roues se bloqua. Tandis qu'un des gardes courait à la recherche d'un forgeron pour venir réparer la voiture, Marjolaine descendait de son siège pour attendre auprès du garde restant. Les choses auraient pu en rester si là si un homme n'avait pas dérobé sous les yeux de la duchesse au cœur généraux la bourse d'un honnête marchand. Sans réfléchir, elle ordonna à son escorte de poursuivre le malfrat et de l'arrêter. Si une hésitation marqua la décision de partir du garde, le ton impératif de la jeune femme lorsqu'elle lui répéta de partir ne laissait pas place à la discussion.

Laissée à elle même, la future mère attendit quelques minutes au près du carrosse avant de commencer à ressentir une grande fatigue : il fallait qu'elle s'assoit un instant quelque part. Elle s'éloigna donc en quête d'un endroit où se reposer. Elle le trouva après quelques instants, ce siège qui lui aurait semblé si loin du trône en temps normal, mais le besoin de repos l'emportait sur le désir du confort.

Lorsqu'elle se sentit suffisamment revigorée, elle voulut se relever seulement pour réaliser qu'elle n'avait aucune idée de la rue où elle se trouvait, ni comment elle était arrivée là. Elle se rendit compte alors de la grave erreur qu'elle avait fait de se séparer de son escorte au complet. Plongée dans les regrets et l'inquiétude, elle se mit en recherche de la route qui avait porté ses pas jusque là, mais en vain. Le temps passais et elle avait l'impression de tourner en rond sans jamais s'approcher du but. Fatiguée à nouveau par tant de marche, elle s'appuya contre un mur, cherchant à soulager ce lourd poids qui écrasait ses pieds. Mais qu'est-ce qu'elle allait devenir?





Marjolaine parle en mistyrose
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMar 16 Mai - 19:54

Lui qui pensait s'ennuyer à mourir en Outrevent, le voilà en Lagrance, à profiter d'un temps libre bien mérité. Ils étaient arrivés un peu plus tôt et son employeur, tout en suivant un de ses amis de longue date, laissa le Guerrier sur le seuil. Pour Serenus, cela voulait dire : J'ai pas besoin d'un ours en guise de garde du corps pour le moment, arrange toi pour disparaître." Serenus n'était que trop content d'obéir et il s'était élancé dans les rues d'Edenia. Il connaissait suffisamment la ville pour connaitre les meilleures tavernes, les endroits où l'on servait les meilleures spécialités locales et surtout, l'antenne. Si Serenus ne connaissait pas tous les Guerriers Lagrans, il s'était rendu suffisamment de fois dans l'antenne pour qu'on l'accueille chaleureusement avec des claques dans le dos et une choppe d'hydromel. Il laissa sa jument dans une écurie où il savait d'avance qu'elle serait traitée comme une reine, puis il se rendit dans une de ses tavernes préférée et dégusta un bon plat de viande et de légumes cuits au feu de bois.

Le ventre plein et l'esprit tranquille, Serenus décida de laisser ses jambes décider elles mêmes du chemin qu'elles emprunteraient. Il avait gardé son armure sur le dos, épée à la ceinture, mais il avait aujourd'hui l'impression qu'elle était aussi légère qu'une tunique. C'était peut être ça, la liberté. Serenus laissa échapper un soupir de soulagement, passa une main sur sa balafre et bailla. Son employeur n'allait pas le rappeler avant un bon moment. Il avait encore le temps de déambuler encore un peu avant de rentrer. Il se dit même, avec un certain plaisir, que l'homme avait du carrément oublier son existence, et qu'il devait encore être plongé dans ce jeu de hasard qu'il affectionnait tant. Serenus ne comprenait pas tellement l'intérêt de ce genre de jeu. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il tenait suffisamment à son argent pour ne pas le gaspiller là dedans.

Un gamin passa en courant et manqua de le percuter. Les yeux ronds qu'il fit en voyant l'armure et l'épée fit sourire le Guerrier. Il s'écarta et reprit son chemin tout en laissant le gamin reprendre sa folle course. Cela lui fit penser à son enfance, où il courrait avec ses amis dans les rues et qu'ils s'imaginaient être de puissants dragons. Ces temps étaient bien loin maintenant, mais les jeux et les rêves d'enfants ne changeaient jamais. C'est donc avec ces pensées nostalgiques dans la tête, que Serenus emprunta une petite ruelle. C'est là qu'il rencontra la dame.

La jeune femme était courbée, s'appuyant contre le mur, l'air épuisée. Serenus, instinctivement, s'approcha et remarqua immédiatement le ventre rond qu'elle supportait. Mais que faisait une femme enceinte ici, seule ? Ses habits la désignaient comme quelqu'un d'important et Serenus se devait de l'aider. Il arriva à sa hauteur et n'eut pas besoin de toussoter pour signaler sa présence. Son armure faisait assez de bruit avec ses cliquetis pour qu'on l'entende approcher à une bonne dizaine de mètres à la ronde. Il posa un genou à terre et s'inclina respectueusement. Quand il se releva, il posa la main sur son arme et dit :

"- Bonjour ma dame. Je me nomme Serenus Dardalion, Guerrier à l'antenne de la Volte. Puis je vous prêter mon bras pour vous aider à marcher ? Sans vouloir être indiscret, vous avez l'air épuisée."



Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyDim 21 Mai - 11:07

Ce fut le cliquetis d'une armure qui tira Marjolaine de son désespoir.  Elle releva péniblement le visage pour voir approcher, puis s'incliner devant elle un fier guerrier.  L'homme ne semblait pas savoir qui elle était, ce qui était probablement imputable au fait qu'il était basé en Cibella.  Peut-être ne l'avait-il tout simplement pas reconnue au premier coup d'oeil.  Néanmoins, cela lui importait peu, la présence d'un sauveur en la personne de ce combattant la rassurait et elle voyait l'occasion de retrouver son équipage.  Ou d'être ramenée au palais ducal.  Elle supposait l'homme faire partie de la guilde des guerriers et s'il avait un tant soit peu d'honneur, ce dont elle ne doutait pas devant ses salutations respectueuses, il l'aiderait à se rendre chez elle.  Et elle se promit intérieurement de le récompenser généreusement pour son aide une fois sur place.  C'est avec plaisir et soulagement qu'elle accepta le bras de l'homme pour l'aider à se déplacer : elle en avait bien besoin.  Ses jambes et ses pieds avaient enflés sous le coup de la fatigue et elle avait l'impression que ses escarpins étaient devenus beaucoup trop petits pour les contenir désormais.  Puis, faire quelques pas la rapprocherait désormais de son but final.

« Je vous remercie infiniment de votre aide, je me suis écartée de ma voiture en quête d'un endroit où m'asseoir et me reposer, mais je ne la retrouve plus. »

Elle aurait plutôt du y rester assise en toute sécurité, là où on la retrouverait facilement.  Elle n'expliquait pas pourquoi elle avait ressenti le besoin de s'éloigner ainsi.  Ce n'était pas là faire preuve de la vive intelligence qu'on s'attendrait à voir manifester une dame de son rang.  Il était vrai qu'elle s'était sentie un peu étrange après avoir ingurgité la décoction qu'on lui avait préparée.

Elle leva les yeux vers l'homme, qui la regardait étonné.  Elle ne s'expliquait la raison de ces prunelles si remplies de surprise : elle était bien certaine de ne point connaître ce soldat, il ne s'agissait sûrement pas de la stupéfaction de retrouver une vieille connaissance, d'ailleurs rien dans son visage n'indiquait qu'il eut quelque idée de son identité.  Pourquoi semblait-il si perplexe en la dévisageant?

« Monsieur?  Mais qu'avez-vous… »

Et elle réalisa l'entièreté de sa misère : elle n'arrivait qu'à produire des bulles lorsqu'elle ouvrait la bouche.  Aucun son ne sortait de sa gorge, sa jolie voix posée étant masquée par les bulles qui flottaient encore devant eux, montant lentement de plus en plus haut vers le ciel ennuagé, formant de nouvelles formes pour accompagner les flocons cotonneux qui valsaient avec élégance dans le ciel.  C'était impossible, elle devait rêver, elle avait pris un coup de chaleur à la tête.  Pourtant, la  température était agréable et douce, rien de trop frais, mais sans être extrêmement chaud.  Elle essaya à nouveau.

« Pardonnez-moi, je… »  Les bulles se mirent à nouveau à déferler sans qu'elle ne puisse en contrôler le flot.  Elle porta sa main libre à son front alors qu'elle sentait ses jambes défaillir, prêtes à la laisser tomber.  Elle leva un regard implorant vers son sauver : qu'il ne la quitte pas, elle n'avait personne sur qui se reposer dans ces rues désertées et s'il la laissait là, comment expliquerait-elle ce qui lui était arrivé, alors qu'elle était incapable de prononcer la moindre parole.  Elle avait peut-être tort de faire confiance à cet étranger, alors qu'elle serait incapable d'appeler au secours s'il venait à se montrer malveillant, mais avait-elle vraiment le choix de toute façon?
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyDim 21 Mai - 16:39

La jeune femme enceinte accepta l'aide avec gratitude. Serenus, en bon guerrier, noble serviteur de ces dames, tendit son bras et la laissa s'appuyer dessus. Ils marchèrent ensuite dans la direction qu'elle lui indiqua. Serenus se demanda comment elle faisait pour arriver à marcher avec des chevilles aussi enflées et avec des chaussures aussi inconfortables. Lui ne comprenait pas ce désir des femmes de souffrir autant pour être belle. Quand il avait connu Elena, elle ne portait pas de tels artifices, son sourire avait suffi à faire fondre le cœur du guerrier. Mais il garda le silence. Ce n'était pas le moment de faire un commentaire qui pourrait déplaire à cette pauvre dame épuisée. Serenus se demanda où avaient bien pu passer sa garde, ou au moins les gens qui l'accompagnaient. C'était indigne de leur part de laisser une dame de haut rang, enceinte qui plus est, toute seule alors que les dangers rodent dans la ville. Un voleur, un assassin et hop ! A plus la dame.

La jeune femme voulut parler et, à la place des mots, ce furent des bulles roses qui s'échappèrent de sa bouche. Serenus ouvrit grand les yeux. Des... Bulles ? Sérieusement ? Des bulles roses, et qui sentaient le lys en plus ? Etait-ce encore une nouvelle mode au sein de la noblesse ? Ou une maladie ? Est ce que ça faisait mal ? Tant de questions qui se bousculaient dans la tête du guerrier. Il mourrait d'envie de rire, mais se retint. Cela serait inconvenant de sa part de se moquer. La jeune femme remarqua son regard perplexe et voulut lui demander ce qu'il lui arrivait, mais ce fut encore un flot de bulles qui s'envolèrent sous leurs yeux. Elle les remarqua enfin, essaya à nouveau, et porta la main à son front. Serenus sentit qu'elle n'allait pas bien et il passa son bras derrière son dos, la main sous son aisselle, pour la soutenir. Malgré le poids supplémentaire qu'elle avait à supporter, elle était bien légère pour le guerrier. Tandis qu'il la conduisait vers un petit muret où elle pourrait s'asseoir, une hypothèse, tellement absurde, perça dans son esprit.

Si ça se trouve, c'était pas un bébé qu'elle avait dans le ventre, mais un réservoir à bulles. Elle aurait surement avalé un peu trop de savon au lys quand elle était enfant, et voilà le résultat. Il se rappela, qu'étant tout petit, sa mère lui disait toujours de ne pas manger le savon, car il se mettrait à cracher des bulles. Elle avait l'air sérieuse quand elle disait ça, mais Serenus avait trouvé cela amusant. Il avait donc mangé du savon en secret, et tout ce qui était sorti, c'était son repas du matin. Il avait non seulement découvert que sa mère pouvait mentir, mais qu'aussi le savon, ça ne faisait pas de bulles une fois dans l'estomac. Non, ça tenait pas debout. Cette femme n'avait surement pas mangé du savon. Serenus maudit, l'espace d'un instant, son immaturité. La jeune femme devait être mage, et avait du un peu trop jouer avec la magie, et ça s'était retournée contre elle, c'est tout. Ou alors elle avait mangé ou bu quelque chose de magique qui donnait ce résultat.

Serenus croisa le regard apeuré de la jeune femme. Il fut tenté de la laisser là pour aller chercher de l'aide, mais ça serait une très mauvaise idée. De plus, vu son regard implorant, elle ne voulait pas qu'il la laisse seule. Serenus lui dit alors, sur un ton qui se voulait rassurant

"- Ne vous inquiétez pas. Je reste avec vous. Reposez vous quelques instants et je vous ramènerais chez vous. Vous ne craignez rien tant que je suis là."

Il n'avait pas évoqué les bulles, même si cela le perturbait autant qu'elle. Comment allaient ils faire pour communiquer si elle ne pouvait parler qu'en bulles ? Serenus ne parlait pas les bulles. Ils pourraient le faire en écrivant, ou avec les mains. Ou alors ils marcheraient en silence jusqu'à chez elle. Serenus se redressa, observa les alentours et attendit sa décision.



Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMar 23 Mai - 9:51

La duchesse n'avait jamais vraiment fait face à de situations aussi terrifiantes auparavant.  C'était une chose que d'être égarée, mais c'était pire lorsqu'on n'arrivait pas s'exprimer dans un langage compréhensible.  Si expulser des bulles de savon était considéré comme étant un langage, ce dont elle doutait fortement.  Elle savait écrire : Marjolaine n'avait pas été élevée pour devenir un pot de fleurs qui servait à rien d'autre qu'être beau et améliorer la décoration.  Après tout, elle venait d'une bonne famille et désignée tout d'abord comme héritière du comté de son père, elle ne pouvait pas rester dans une ignorance parfaite.  Puis, sans être particulièrement douée, elle était vive et intelligente, ça aurait été du gâchis de laisser pourrir un tel cerveau, encrassé par les idées de robes et de bal.  En fait, le soucis ne venait réellement pas d'un manque irrémédiable du côté des capacités de communication de la jeune femme, celle-ci était tout simplement très handicapée par la situation : d'un côté, elle n'arrivait pas à prononcer le moindre son, de l'autre elle n'avait ni parchemin, ni plume pour coucher les mots qu'elle n'arrivait pas à faire sortir de sa gorge.  Et à l'inquiétude de ne point arriver à échanger avec celui qui lui était apparu comme un sauveur s'ajoutait celle de faire du mal à son enfant.  Par Osir, faites que l'enfant n'aie rien, se répétait-elle à l'infini.  Cet enfant qu'elle attendait tant, qu'elle désirait tant, l'idée d'avoir mis en danger sa santé en avalant cette potion lui brisait le cœur.  Elle se traitait de  tous les noms, se promettait de ne plus jamais se procurer quelque potion qui soit.  Promesse qu'elle briserait probablement, elle qui était si encline à se laisser convaincre sur les bienfaits de ceci et cela pour sa santé.  Mais peut-être seulement après la naissance du bébé.  Elle était si inquiète, elle devrait contacter ses mages du sang dès son retour au palais, pour être certaine que rien n'était arrivé au petit.  Le guerrier n'avait pas seulement devant lui une femme apeurée d'être perdue, mais une mère en détresse pour son enfant à venir.

Pourtant, celui ne se décomposa pas et sembla comprendre la requête muette de la jeune femme : elle pouvait au moins reposer sur ses yeux et leur expression pour s'exprimer en partie et c'était rassurant.  Le jeune homme était doux et délicat à son égard, plein d'attention.  Il était forcément choqué par l'usine à bulle qu'était devenu le corps de Marjolaine, mais il n'en fit point mention, se contentant d'essayer de la rassurer au mieux que possible alors qu'il l'avait fait s'asseoir sur un petit muret après l'avoir rattrapée, alors que ses jambes avaient presque cédé sous son poids, probablement à cause du choc de cette découverte.

Elle le regarda se relever et observer les alentours.  Il n'y avait personne pour leur venir en aide, décidément.  Marjolaine en profita pour essayer de se calmer et de penser rationnellement.  Il fallait qu'elle trouve un moyen de dire à cette homme qu'elle était la dame du château ducal et que c'était là qu'elle devait se rendre.  Elle jeta un œil au sol sous ses pieds : il s'agissait de pavés, elle ne pourrait y inscrire quoi que ce soit.  Elle se sentit un peu découragée et poussa un soupir qui se transforma en une bulle qui flotta dans le ciel.  Puis, elle eut l'illumination, ou du moins un semblant d'illumination.  L'idée était un peu folle, mais il fallait essayer.

« Sir! » projeta-t-elle en bulles.  Il n'y avait pas de son, mais trois bulles flottèrent devant elle.  Elle espérait que cela suffirait à attirer l'attention de son compagne de fortune.  Elle s'agita un peu et usa du talon de sa chaussure pour faire un peu de bruit et accompagner l'interjection bullique.

Et cela fonctionna plutôt correctement.

Elle fit d'abord à l'intention de l'homme un signe en levant un doigt, prononçant le chiffre en même temps.  C'était toujours les bubulles.  Elle leva ensuite un deuxième doigt en faisant un mouvement de la main, espérant qu'il comprenne qu'elle voulait jouer aux charades avec lui.  Elle répéta la séquence deux fois, par sécurité et commença la charade, indiquant qu'il s'agissait de la première syllabe.  Elle se leva péniblement et fit un premier pas.  Elle recula et recommença à nouveau.  Elle n'était pas certaine que ce soit très convaincant, mais elle n'avait pas vraiment d'autre choix.  Elle indiqua qu'elle commençait à mimer la seconde syllabe.  Et elle tenta de déformer ses beaux traits en un horrible grimace.  Elle était jolie la duchesse et on ne lui avait jamais appris à grimacer comme les enfants du peuple.  Il était toujours préférable pour une jeune fille de la noblesse de ne point être laide.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyJeu 25 Mai - 21:42

Non mais vraiment. Des bulles. Il y avait rien de plus grotesque. Comment allaient ils faire pour communiquer ? Car, les bulles c’est bien, mais l’ennui, c’est que ça couvre la voix de la jeune femme. Serenus n’avait jamais côtoyé de personne muette, et n’avait jamais été confronté à ce genre de situation. Le Guerrier laissa la dame se reposer quelques instants, tout en réfléchissant à un moyen qui pourrait arranger leur situation. Il passa ses mains dans ses cheveux et soupira. Elle pourrait faire un truc du genre une bulle pour oui, deux bulles pour non. Mais cela ne marchait que pour ces mots-là, et Serenus doutait qu’elle puisse contrôler le flot de bulles qui sortaient de sa bouche. Autrement, ils pourraient s’inventer un langage des signes, mais ni l’un ni l’autre n’avaient le temps pour ça. De plus, ils ne se connaissaient pas et risquaient de ne plus jamais se revoir après cette journée.

Serenus était en train de se remuer les méninges quand des bulles vinrent flotter devant son nez. Par réflexe, il les fit exploser du bout de l’index et tourna son attention vers la jeune femme qui, visiblement, venait de l’appeler. En plus des bulles, elle tapa du talon et s’agita un peu. Cela fonctionna, elle avait maintenant toute l’attention du Guerrier, qui gardait les yeux rivés sur elle. Peut-être avait-elle trouvé un moyen ? Elle leva un doigt, prononça un mot qui sortit en bulles, et agita la main. Elle répéta la séquence deux fois. Serenus leva un sourcil. Mais qu’est ce qu’elle essayait de lui faire comprendre ? Serenus n’avait jamais été doué aux devinettes. Le Guerrier croisa les bras et fit une petite moue tout en secouant la tête. Ça, il ne comprenait pas.

Mais la jeune femme n’en resta pas là. Elle se leva péniblement et fit un pas. Elle recula et recommença à nouveau. Un pas. D’accord. Elle voulait aller quelque part, et il fallait marcher. Serenus le savait Elle refit le mouvement de la main, et se mit à faire une horrible grimace. Grimace pour laquelle Serenus, s’il en avait les moyens, aurait tiré son chapeau. Comment une aussi jolie demoiselle pouvait elle arriver à déformer ses traits à ce point ? C’était… Moche. C’était laid. Soudain il comprit. Le doigt levé, c’était pour la première partie d’un mot, et le mouvement, pour la seconde. Il n’était pas aussi bête que ça finalement ! Quoique, là c’était facile. Il se rappelait encore de ce qu’il avait fait au Tournoi, pendant la deuxième épreuve, il avait bien prouvé à tous qu’il était la définition même de l’idiotie. Serenus réfléchit rapidement, le pas pour la syllabe « pa ». D’accord. Mais la grimace ? Il n’y avait pas qu’une syllabe pour grimace. Pagrimace ? Serenus eut envie de se frapper le front. Parfois, il comprenait sa mère quand celle-ci lui disait qu’il n’avait rien dans le crâne. Malgré son incompréhension, elle continua de faire cette grimace qui la rendait si laide. Mais… Laide… Laid, Palais ! Oui c’est ça ! Serenus fit un grand sourire et s’inclina légèrement, puis tout en se redressant, il tendit à nouveau son bras. Il dit :

« - Je vais vous conduire au palais ma dame. »

Quand elle s’appuya à nouveau sur son bras, ils se remirent en route, en direction du palais. Serenus était content d’avoir trouvé la réponse, même si c’était facile. Il n’aurait peut-être pas autant de chance avec la prochaine charade. Soudain il eut une idée. Les écuries n’étaient pas très loin. La jeune femme pourrait peut-être monter sur sa jument si elle se sentait trop fatiguée pour marcher. Mais, pour le moment, ils n’y étaient pas encore.




Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyDim 28 Mai - 9:14

Ce fut une joie enfantine qui enveloppa Marjolaine lorsque le jeune homme compris le sens de sa charade.  Un premier pas vers la victoire.  Il ne semblait toujours pas faire le lien entre elle et la duchesse, mais cela était d'une moindre importance puisqu'au moins, elle serait de retour à bon port, ce qui était une nouvelle plutôt réjouissante.  Elle accepta avec beaucoup de reconnaissance le bras du jeune homme et s'y appuya avec soulagement : ses pieds avaient commencé à enfler et la faisaient atrocement souffrir.  Elle avait oublié à quel point ses jambes pouvaient être encombrantes quand elle était enceinte de Rose.  Son ventre était encore plus rond qu'alors, le poids l'écrasait de façon plus accablante.  Mais elle le supportait avec une patience angélique, convaincue que ce giron bien gros était le signe qu'elle mettrait au monde un fils.  Rien que la pensée suffisait à accrocher un énorme sourire sur son visage, qui paraissait alors beaucoup plus serein.  Même si elle savait qu'elle n'arriverait qu'à produire des bulles, elle articula un merci au parfum de lys à l'égard de celui qui lui venait si galamment en aide.  Elle avait un peu honte de ne point se retrouver dans sa propre ville, au contraire qu'un étranger à celui-ci, d'autant plus un Cibellan.  Mais sa simplicité devait prouver que ce n'était pas son duché d'origine, n'est-ce pas?  La duchesse avait toujours entendu parler des habitants de Cibella comme étant des êtres trop fiers de leurs talents en magie.

Marcher en silence avait quelque chose d'un peu triste, songeait-elle.  Elle aurait voulu engager la conversation avec son accompagnateur de fortune, mais elle était en bien mauvaise posture pour ce faire.  Elle pourrait peut-être tenter avec une nouvelle charade?  Mais c'était un peu épuisant pour entretenir une conversation?  Elle n'avait pas vraiment d'autres solutions non plus.  Si elle avait eu une plume et du parchemin, les choses auraient été plus simples.  Elle poussa un long soupir, découragée, laissant échapper une nuée de bulles.  Peut-être cela avait-il inquiété son escorte puisqu'il la regarda et elle baissa les yeux, timide.  Marjolaine avait toujours été d'un caractère plutôt effacé et dans une situation comme celle-ci, elle était particulièrement indisposée, incapable de s'exprimer correctement.  Elle se voyait placée dans le plus grand embarras.  Alors elle décida d'engager la prochaine devinette.

Elle répéta le même manège que précédemment, utilisant ses doigts pour indiquer qu'il s'agissait d'un mot de trois syllabes.  Elle engagea la première syllabe en présentant ses deux mains aux doigts levés.  Dix doigts.  Dix le nombre.  Elle répéta deux fois, pour être certaine qu'il ait compris son geste.  Puis elle réalisa qu'elle avait mal choisi son mot.  Elle avait beau réfléchir quant à la façon d'exprimer la seconde syllabe et elle n'en voyait qu'une, très gênante.  Après tous, elle était une grande dame, bien placée dans la société, ce genre de vocabulaire ne devait point faire partie du sien.  Pourtant, elle ne voyait pas d'autre choix, il serait trop compliqué d'expliquer qu'elle voulait changer de mot.  Alors, elle pointa timidement et rapidement son derrière.  Elle ne répéta point ce mouvement, espérant que l'homme aurait compris et ne lui demanderait pas de répéter.  Son malaise était palpable.  Finalement, elle pouvait passer à la dernière syllabe.  Elle mima l'acte de boire à l'aide d'une petite tasse.  Le petit doigt en l'air pour souligner qu'il s'agissait du thé.  Il ne restait qu'à espérer qu'avec la première et la dernière syllabe il serait capable de deviner ce qu'elle voulait lui dire.  Elle croisa les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyJeu 1 Juin - 20:26

Elle lui fit un grand sourire. Il avait donc tapé juste, elle voulait vraiment se rendre au palais. Ce n'était pas la porte à côté, mais ils s'en sortiraient. Serenus, tandis qu'elle attrapait son bras, observa discrètement le visage de cette belle et noble dame. Il l'avait vu quelque part. Il en était maintenant certain. Soudain, un gros doute l'envahit. Etait il en train d'escorter la duchesse de Lagrance ? Epouse de Denys du Lierre-Réal ? Non. C'était impossible. La duchesse aurait eu toute une foule de gardes à ses côtés si elle sortait se promener en ville. Et cette dame était toute seule. Elle avait peut être perdu son escorte, mais il faudrait que celle ci soit maigre pour que cela arrive.

Pendant qu'il se démenait pour se rappeler l'identité de la jeune femme, celle ci attira de nouveau son attention. Mais elle l'avait déjà depuis le début, il avait suffit qu'une bulle, issue d'un soupir désespéré, vienne flotter sous son nez pour que le Guerrier baisse les yeux vers la dame. Elle se mit alors à répéter le même procédé que pour la première devinette. Serenus hocha la tête, pour lui dire qu'il était prêt. Elle lui présenta ses mains aux doigts tous levés. Main, doigts, non, un nombre. Dix. Dix doigts. Très bien, il avait la première partie. Il fit un petit sourire pour indiquer à la jeune femme qu'il avait compris, et qu'elle pouvait passer à la suite. Ce qu'elle fit alors ne manqua pas de l'étonner. Elle lui montra, du bout du doigt, son propre derrière. Serenus leva un sourcil. Voilà qui n'était pas très élégant. Mais, quand on était dans ce genre de situation, on pouvait passer sur ce genre de détails. Et puis, Serenus n'était pas du genre à s'attarder sur les manières des autres. Certes, quand on ne lui disait pas bonjour, il n'hésitait pas à faire savoir que cela lui déplaisait. Mais pour le reste... Cela n'avait pas d'importance pour lui. Cela dit, il savait être poli, méticuleux et aussi serviable et docile qu'un domestique devant les classes supérieures. Sauf quand on l'énervait. La preuve, il avait bien failli finir au fond d'un puits pour avoir été impoli envers un Duc qu'il trouvait bien trop imbu de sa personne.

Il se força à sortir de ses pensées pour se concentrer. Elle désignait son derrière. Dix fesses ? Non. Bien sur que non. Elle voulait peut être s'asseoir, mais sur quoi ? Et pourquoi dix ? Serenus doutait d'avoir une dizaine de chaises sous la main. C'est donc sans avoir compris la deuxième partie du mot qu'il la regarda s'attaquer à la troisième. Là, ce fut plus facile, et ce fut sans doute ce qui le sauva. Elle mima l'acte de boire avec une petite tasse, comme le font si bien les nobles et surtout son employeur d'Outrevent. Il prenait toujours sa tasse du bout des doigts pour boire son thé du bout des lèvres. Un geste bien ridicule selon Serenus. Une pichenette et la tasse finissait par terre. Donc, tout naturellement, Serenus supposa que le mot qu'elle cherchait à mimer était thé, puisque les nobles en étaient friand. Dix et thé. Dix Cul Thé. Discuter. Bon. Serenus comprenait maintenant le malaise de la jeune femme, mais il se contenta de faire un sourire et de hocher la tête en disant :

"- Oh, oui, bien sur ma dame. Vous voulez qu'on discute sur quel sujet ? Quelque chose qui soit facile à mimer, pour vous. "

Ils approchèrent de l'écurie, et Serenus sentait bien que la jeune femme était épuisée par sa grossesse, qui, de toute évidence, approchait dangereusement du terme. Serenus l'enviait. Elle, au moins, pourrait élever son enfant. Il ne naitrait pas bâtard, et n'aurait pas à souffrir toute sa vie de l'erreur de ses parents. Ses parents allaient tous les deux l'aimer et le chérir, et il grandirait heureux, et ne manquant de rien. Serenus soupira et montra l'écurie du doigt. Il dit :

"- Ma Dame, ma jument se trouve dans cette écurie. Si vous voulez, je peux vous l'amener, ce sera moins fatiguant pour vous de chevaucher. Qu'en pensez vous ?"



Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyLun 5 Juin - 12:54

La honte d'avoir formuler une telle charade continuait de rougir les joues de la pauvre duchesse un peu malmenée par la situation.  L'essentiel, c'était que le message était passé et le jeune homme semblait disposé à faire la conversation, aussi pénible cela pouvait-il être compte tenant l'impossibilité de la jeune femme de prononcer le moindre son.  Elle était bien embarrassée, mais elle trouvait le silence qui s'était installé entre eux un peu inconfortable.  Néanmoins, elle-même était quelque peu confuse à savoir de quoi elle pourrait bien converser avec son accompagnateur.  Formuler des phrases seraient beaucoup trop fastidieux pour elle, et discuter seulement par idée, c'était quelque chose de complètement… ce serait saccadé.  Puis elle était limitée par ce qu'elle pouvait transformer en devinette pour s'exprimer, ce qui était gênant.  Elle soupira de nouveau : cette condition la déprimait quelque peu et la vue de la flotte de bulles qui en résulta la découragea encore plus.  Elle n'avait jamais rencontré de situation aussi pénible de toute son existence, ou presque, croyait-elle.  Elle se retrouvait dans la peu d'une enfant, incapable de s'exprimer sauf par petites idées.  Dire qu'elle était la duchesse de Lagrance, dans cet état, qui l'aurait cru.  Elle s'efforça tout de même à sourire, pour ne pas affliger son compagnon de route qui avait la gentillesse de l'aider sans même savoir qui elle était.

Elle était toujours en quête d'un sujet de conversation lorsque celui-ci lui proposa de monter sa jument.  Marjolaine était effectivement bien fatiguée, ses jambes enflées la faisaient souffrir et elle regrettait son carrosse.  Néanmoins, elle n'était pas certaine de pouvoir chevaucher.  D'une part, elle craignait que les à coups de la monture ne nuisent au bébé, d'autre part elle s'imaginait très mal se hisser en selle avec ce gros ventre.  Elle sourit tristement et hocha de gauche à droite la tête.

« Je ne crois pas être capable de monter sur votre cheval, » dit-elle dans un flots de bulles de roses qui ne devaient probablement ne rien vouloir dire aux yeux de ce jeune homme.  Lasse, elle désigna son ventre d'un geste, et secoua de nouveau la tête.  À dire vrai, elle avait peur de monter.  Elle savait bien, sûr mais ce n'était pas une activité qu'elle pratiquait souvent.  Puis, s'il s'agissait là de la bête d'un guerrier, celle-ci devait être plutôt costaude et elle ne se voyait pas du tout en mesure de se monter au dessus de celle-ci, même avec tout la bonne volonté que pourrait montrer le guerrier.  Elle aurait voulu le remercier de cette aimable attention, mais elle n'arrivait pas à trouver les syllabes qu'elle pourrait mimer pour ce faire.

Elle repéra un endroit où s'asseoir peu loin de là où ils se trouvaient et elle le désigna du doigt : il était vrai qu'elle était trop fatiguée pour avancer plus loin pour le moment.  Elle pourrait s'y reposer un instant le temps de reprendre la route.  Au passage, peut-être le guerrier pourrait-il prendre des nouvelles de sa jument et lui offrir un peu d'avoine ou quelque chose comme cela.  Elle sourit d'un sourire tendre et sans trop y songer posa la main sur son ventre pour le caresser avec une affection débordante.  Son fils qui grandissait dans ses entrailles serait si beau, il ressemblerait à son père, elle en était sûre.  Rien que pour lui, elle était prête à endurer beaucoup plus et rentrer à petit pas chez elle si cela pouvait lui permettre de le mettre au monde en bonne santé.  Marjolaine était une femme plus forte qu'elle-même ne le croyait.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMer 7 Juin - 22:02

La jeune femme était très gênée d'avoir du recourir à un tel geste pour exprimer son désir d'une simple discussion, mais Serenus ne voyait pas pourquoi. Lui n'aurait pas hésité à le faire, qu'il soit noble ou pas, s'il se mettait à cracher des bulles. Tout en marchant, Serenus essayait d'imaginer la réaction de ses collègues s'il se mettait à parler avec des bulles. Ils seraient pliés de rire, et certains n'hésiteraient pas à mettre Cibella tout entier au courant. Criminels et bandits craignez le Guerrier Serenus Dardalion, le Veilleur du Sacrifice, éminent cracheur de bulles ! Serenus trouvait cela tellement ridicule qu'il ne put s'empêcher de sourire. Heureusement que cela ne lui était pas tombé dessus.

Pendant que la jeune femme réfléchissait à un sujet de conversation, Serenus proposa d'aller lui chercher sa jument, histoire qu'elle puisse se déplacer sans s'épuiser. Sa jument était forte, elle arrivait sans peine à supporter le poids de Serenus, ainsi que celle de son armure et de ses armes. Alors ce n'était pas une femme enceinte qui allait lui faire peur. Mais, contrairement à ce qu'il pensait, la dame refusa. Elle lâcha un flot de bulles dont la douce odeur chatouillèrent les narines du guerrier, puis elle désigna son ventre. Alors comme ça, chevaucher pourrait faire du mal au bébé ? Serenus avait du mal à le croire. Mais il n'était pas une femme, il ne connaissait pas ces choses là. Il abdiqua et dit en souriant :

"- Comme vous voudrez ma Dame, reposez vous et prenons notre temps. "

Elle désigna un endroit où s'asseoir et il l'aida à marcher et à s'installer. Voilà, comme ça, elle pourrait souffler un peu. Le Guerrier se redressa et décida de laisser sa jument profiter encore du confort de cette écurie. La paille propre, l'avoine et l'odeur des autres chevaux, elle en avait de la chance. Serenus avait droit au même confort, en remplaçant la paille par un lit, l'avoine par de la soupe et les chevaux par ses frères d'armes. Grâce aux antennes de la Guilde, il était partout chez lui et cela lui permettait de se loger gratuitement dans les grandes villes. Il y avait toujours cette ambiance et cette cohésion qui plaisait à Serenus. Le Guerrier baissa la tête vers la jeune femme qui caressait son ventre en souriant. Elle se languissait de le voir naitre et, vu l'énergie qu'il soutirait à sa mère, il naitrait en bonne santé. Cet enfant était très attendu visiblement. Serenus pencha la tête, sourit et demanda sur un ton doux :

"- Si je puis me permettre ma Dame, est ce votre premier enfant ? Le papa doit être au comble du bonheur..."

Il les enviait. Lui ne pourrait pas connaitre cette joie, cette attente paisible, il ne pourrait pas poser la main sur le ventre de la mère pour sentir les coups de son enfant. Il ne pouvait même pas voir la grossesse avancer, sinon de loin. La jeune femme qui portait son enfant refusait de le voir et s'arrangeait tout le temps pour ne jamais se retrouver en sa présence. Il ne le verrait pas naitre. Il n'entendrait pas ses premiers cris. Peut être même qu'il ne fera jamais sa connaissance. Oui, il les enviait. Il leur enviait cette normalité, ce bonheur que tout parent avait lors de la grossesse et de la naissance d'un enfant. Mais il n'avait ni le droit de se plaindre, ni le droit de se confier. Il avait choisi cette vie là, cette vie de voyages, d'incertitudes et de combats, et ce qu'il avait fait restait immoral. Il ne pouvait en parler à personne, sous peine de s'attirer de graves problèmes. Il tourna la tête vers le palais et soupira, le regard dans le vide, puis s'efforça de chasser une nouvelle fois ces pensées.
Il se tourna de nouveau vers elle et sourit. Il n'était pas pressé. Elle pouvait prendre le temps de se reposer, le temps était plutôt doux et il était agréable d'être là, même s'il faisait un peu frais.



Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyVen 9 Juin - 15:12

Marjolaine fut soulagée en voyant que le galant homme n'insistait pas pour la faire monter à cheval.  Elle aurait été très mal à l'aise de devoir refuser de nouveau une délicatesse extrêmement bienvenue, bien qu'elle ne pouvait l'accepter au vu de sa condition.  C'était dommage, mais la bête pourrait se reposer plus longtemps et la duchesse pouvait bien croire que par les temps de guerre qui sévissaient sur le continent, elle devait être bien fatiguée.  Enfin, le guerrier ne semblait pas vraiment être de ceux envoyé au front, mais nulle part n'était plus sécuritaire qu'une autre et cela expliquait probablement son déplacement jusqu'en Lagrance, au service de quelque noble famille désirant protection dans ses pérégrinations.  Elle se réjouissait pour cette personne d'avoir trouvé pareil garde, prévenant et bien élevé.  Ce devait être une bénédiction pour celui-ci et il devait être très satisfait de son homme.  Qui aurait cru qu'il s'agissait-là d'un Cibellan, il ne faisait montre d'aucune prétention.  C'était surprenant, mais agréable.  Elle le laissa l'aider la conduire à ce petit banc sur lequel elle s'assit avec beaucoup de lassitude.  Elle était sortie tôt ce matin-là et les émotions de la journée ne contribuaient point à lui donner quelque vigueur.  Dire que c'était pour cela qu'elle était sortie acheter cette potion, qui désormais se révélait être un vrai désastre.  Une ironie du sort bien embêtante pour la pauvre noble dame qui se retrouvait bien au dépourvue.  Une fois de plus, elle remercia Cerah d'avoir mis sur son chemin un homme à l'âme aussi charitable.  Elle aurait bien voulu retirer ses chaussures, mais cela aurait été inconvenant, puis elle aurait eu toutes les difficultés du monde à les chausser de nouveau, ce qui l'aurait laissée pieds nus pour rentrer et sa délicate plante n'aurait supporté un tel châtiment, elle qui était habituée à la douceur de ses pantoufles.  Elle devait endurer cet inconfort.

Concentrée sur ses pauvres extrémités torturées, elle fut vite tirée de ses réflexions par Serenus qui lui demanda si c'était la première fois qu'elle était enceinte.  Un sourire lumineux éclaira son visage lorsqu'elle hocha la tête pour signifier que ce n'était point la première fois.  Elle leva deux doigts pour indiquer que c'était la seconde fois, avec beaucoup d'entrain.  Les grossesses de Marjolaine était un sujet qu'elle affectionnait particulièrement.  D'une part, parce que c'était quelque chose qu'aucune de toutes ces femmes qui passaient dans le lit de Denys ne pourraient partager avec elle.  D'autre part parce que c'était difficile pour elle d'enfanter, que selon toute logique de la nature, elle ne devrait même pas pouvoir porter d'enfant.  Tout ce bonheur, cela venait de la magie du sang.  Une magie bannie, proscrite.  Une magie qu'elle protégeait comme elle le pouvait, à sa manière.  Elle était connue pour cela, même si cela déplaisait à certaines autres figures politiques.  Ou tout simplement quelques Faës qui ne désiraient point revoir ces mages revenir sur le continent.  Fille de deux de leur représentant, dont la mère était décédée pour suivre les restrictions, tout incitait Marjolaine à faire d'eux ses protégés.  Mais ça, elle n'en dirait pas un mot à son protecteur.

Elle s'apprêtait à chercher une rose du regard pour dire le nom de sa petite fille au guerrier lorsqu'une voix l'interpella et l'appela.  Elle tourna la tête pour retrouver un des membres de sa garde rapprochée courir dans leur direction.

« Votre Altesse!  Vous voilà enfin! »  Il s'approcha pour prêter son bras à la duchesse afin de la conduire au carrosse qui finalement n'était pas bien loin de l'endroit où ils se trouvaient.  Il avisa alors le compagnon de sa duchesse et posa instinctivement la main sur la garde de son épée.  « Déclinez votre identité!  Que faisiez-vous avec la duchesse du Lierre-Réal! » ordonna-t-il d'une voix autoritaire.  Marjolaine n'avait pas besoin d'une grosse escorte pour quitter le palais, car les membres de celles-ci étaient efficaces et prenaient leur travail à cœur.  Elle se savait en sécurité avec eux.  Néanmoins, là, il était dans la méprise, M de Dardalion lui était venu en aide et il lui était bien pénible qu'on l'inculpe de mauvaises intentions alors qu'il avait été plein d'attentions pour elle.  Elle ouvrit la bouche pour expliquer, oubliant qu'elle ne pouvait que s'exprimer par bulles, ce qui causa une surprise plus grande de l'escorte qui devint un peu plus menaçant.  « Qu'avez-vous fait à la duchesse! »  Dans l'effarement du moment, il tira son épée de son fourreau, prêt à défendre sa noble dame.  Ce qui alarma la duchesse et dans sa panique de se lever trébucha avant de tomber sur les genoux, échappant un hoquet de stupeur et de douleur accompagné d'un flots de bulles supplémentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMer 21 Juin - 21:46

La jeune femme était au comble du bonheur. Elle était une jeune femme heureuse et impatiente de donner la vie. Son large sourire et son regard lumineux firent sourire le Guerrier qui hocha la tête quand elle lui dit, en levant deux doigts, qu'elle attendait en vérité son deuxième enfant. Elle avait donc déjà mis au monde un premier bébé. Serenus sourit et baissa les yeux, se demandant s'il arriverait un jour à ce stade. Oh, il le pourrait, mais cela serait non seulement périlleux mais également suicidaire. Sa carrière serait réduite à néant et il finirait sans doute ses jours dans un cachot ou en exil, suivant le duché, voire même pire. Pour le moment, il n'avait pas envie de se retrouver encore plus dans le pétrin. Pour le moment, il n'était qu'en sursit. Ce n'était qu'une question de semaines avant que son employeur découvre la vérité. Qu'arriverait-il alors ? Allait il pourchasser le père de l'enfant pour lui faire payer son erreur ? Ou allait-il le trainer devant le Duc pour que celui-ci décide d'une sanction ? Serenus pourrait fuir, mais il se condamnerait lui-même à ne jamais voir ou rencontrer son enfant. La fuite était plus sûre, mais Serenus, depuis tout petit, n'avait jamais été un exemple de prudence. Il agissait selon son instinct, et cela le mettait souvent dans des situations catastrophiques. Le Guerrier sortit de ses pensées et dit en souriant :

« - J’espère que tout se passera bien pour vous. Votre ainé doit être impatient de rencontrer son frère ou sa sœur. »

Il la regarda tourner la tête, comme si elle cherchait quelque chose, quand une voix et des bruits de pas précipités le firent se retourner. Un groupe de gardes arrivaient en courant. Serenus recula pour leur laisser la place et fut très surpris quand ils appelèrent la jeune femme « Votre Altesse ». Il comprit aussitôt qu’il avait affaire à la Duchesse du Lierre-Réal, l’épouse du Duc de Lagrance. Instinctivement, il mit un genou à terre et s’inclina. Il avait escorté la Duchesse, et il ne s’en était même pas rendu compte ! Mais quel abruti ! En même temps, il était cibellan, et n’avait jamais rencontré la Duchesse. Son erreur était tout à fait excusable. Il se releva quand le garde, un jeunot, lui ordonna de décliner son identité. Il fit face au garde quand la Duchesse laissa échapper un flot de bulles. Tout le monde se tourna vers elle, sauf Serenus qui restait méfiant, prêt à bondir. Il n’aimait pas le ton qu’avait pris ce gamin avec lui, et s’il continuait comme ça, il allait surement se mettre en colère. Il n’avait rien fait à la Duchesse, à part se montrer gentil et serviable. Le jeune garde reporta son attention sur le Guerrier et dégaina son arme, tout en lui demandant ce qu’il avait fait à la Duchesse pour qu’elle se mette à parler avec des bulles. Serenus inspira et posa la main sur le manche de sa propre épée. Ce garde lui faisait penser à ces chiens de manchons qui aboyaient fort mais qui ne mordaient pas. Les Lagrans avaient des épées, mais ils ne savaient pas s’en servir. Il dit d’une voix forte, sans la dégainer :

« - Je suis Serenus Dardalion, Guerrier de l’antenne de la Volte. Son Altesse était en difficulté, elle était perdue et avait du mal à marcher. Je l’ai aidé à rejoindre cet endroit. Quant aux bulles, je n’y suis pour rien, j’ai même été aussi surpris que vous. »

La Duchesse, alarmée par le geste de son garde, s’avança et trébucha. Elle tomba sur les genoux, et laissa échapper un hoquet de bulles de douleur. Serenus, saisi par la peur qu’elle se soit fait mal, fit un pas vers elle. L’épée du toutou lui barra presque aussitôt le passage. Le Guerrier serra les dents et l’écarta avec son bras, protégé par son gantelet, avant de se précipiter sur la Duchesse qu’il releva doucement et délicatement. Il demanda, inquiet :

« - Votre Altesse ! Vous allez bien ? »



Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptySam 24 Juin - 17:31

Ce que Marjolaine craignait plus que tout de cette chute maladroite, c'était d'avoir porté préjudice à l'enfant qu'elle portait.  Ses genoux étaient douloureux et peu confortables, mais ce n'était pas sa priorité.  Bien ronde, elle n'arrivait pas à se relever et le malentendu semblait s'aggraver alors que son sauveur se précipitait à son secours tandis que son garde tentait de l'arrêter avec son épée.  La duchesse pouvait imaginer comment cela se finirait.  Mal.  Très mal.  Elle se devait d'intervenir, mais avec ce flot de bulles qui lui sortait de la bouche chaque fois qu'elle l'ouvrait, les choses étaient compliquées.  Les Lagrans n'étaient pas d'excellents guerriers, mais on pouvait toujours s'attendre à ce qu'un garde de la famille ducale soit un peu plus doué que la majorité, n'est-ce pas?  Mais comme Serenus la relevait, écartant l'arme, le vigile semblait réaliser que sa première tâche aurait dû d'aider sa duchesse à se relever.  Confus, il regardait le guerrier assister Marjolaine tandis qu'elle se remettait debout, celle-ci affichant un maigre sourire pour le remercier de sa gentillesse.  Sans se préoccuper de ses jupes poussiéreuses, elle leva une main pour s'interposer entre les deux hommes, le Lagran n'ayant toujours pas remis son arme dans son fourreau.  Il n'était pas question de faire une scène, déjà que les badauds commençaient à s'attrouper, les habitants reconnaissants leur duchesse et les visiteurs n'éprouvant que de la curiosité pour cet événement incongru.  Après tout, on ne voyait pas de scène de bataille tous les jours en plein après-midi.  En tout cas, pas dans le Duché des Jardins.

Puisqu'elle n'avait pas les moyens de la parole et qu'elle était pressée de quitter cet endroit où s'exprimer par charade la rendrait ridicule, elle devait réussir à réconcilier les deux hommes, rapidement.  Puis elle était exténuée, elle voulait rentrer, prendre des rafraîchissements.  Et si le guerrier de la guilde en avait le temps, elle lui en offrirait un aussi, pour le remercier officiellement de son aide précieuse.  S'il ne l'avait pas accompagnée jusque là, ses gardes ne l'auraient peut-être pas trouvée de sitôt.  Elle fit signe au Cibellan de lui prêter son bras pour qu'elle s'y appuie : c'était un étranger, mais le geste visait à faire comprendre qu'elle lui faisait confiance.  Et d'un autre geste, elle ordonna du mieux qu'elle le put que le garde les mène au carrosse qu'elle avait quitté plutôt et qu'elle espérait retrouver réparer maintenant.

« La voiture a été réparée votre Altesse, si vous voulez bien me suivre, » déclara le garde qui n'avait pas d'autre choix.  Il n'était toujours pas rassuré par la présence de l'étranger – un Cibellan qui plus est – mais il rangea tout de même son arme pour guider sa duchesse au carrosse et la ramener saine et sauve au palais.  Il avait remarqué la foule qui commençait à s'attrouper et savait très bien que sa punition ne serait guère clémente si quelque chose arrivait à la jeune femme alors qu'elle était à sa charge.

Marjolaine, quant à elle, gardait un calme serein et s'appuyait élégamment au bras du guerrier, saluant le peuple avec amabilité.  Certes, il y avait ces rumeurs, comme quoi l'enfant n'était réellement celui de Denys et s'afficher en public au bras d'un homme pourrait empirer les choses, mais elle comptait sur son ouverture de la chose, pour que les racontars ne forment qu'une petite vague.  Elle n'avait rien à cacher, ni rien à se reprocher dans cette histoire, si ce n'était d'avoir quitté la sécurité que représentait le périmètre autour de son attelage.
Revenir en haut Aller en bas
Absence
Absence
Serenus Dardalion
Serenus Dardalion

Messages : 1253
J'ai : 36 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptySam 24 Juin - 23:27

Serenus n'oublierait jamais l'expression du garde quand il était allé relever la Duchesse. Il était tout simplement confus, perdu et déconfit. Et c'était un réel plaisir pour le Guerrier Cibellan. Le toutou allait retourner à sa niche la queue entre les pattes ! Ah les Lagrans... Serenus aida la Duchesse à se relever, tout en usant de gestes délicats pour ne pas la blesser. Elle le remercia du regard, et il lui répondit d'un sourire. Le toutou n'avait pas rangé son arme, mais il la baissa quand la Duchesse leva la main pour le calmer. De plus, une troupe de personnes s'était amassée autour d'eux, curieux et espérant peut être voir un peu de violence. Dommage pour eux, ils allaient être déçus. Si Serenus était d'humeur à se battre pour défendre son honneur et la Duchesse, il savait qu'il risquerait beaucoup s'il le faisait. Quoiqu'un bon coup sur le crâne ne ferait pas de mal à ce jeune garde.

Le garde, comme s'il avait lu dans ses pensées, lui lança un regard noir, que Serenus lui rendit bien volontiers. Les deux hommes finirent par cesser quand la Duchesse demanda le bras de Serenus pour qu'elle puisse s'y appuyer. Le Guerrier accepta et le lui tendit aussitôt. Sentir le bras de la Duchesse sur le sien et savoir qu'elle s'y appuyait l'emplissait de fierté. Il savait qu'il avait mérité un tel honneur, mais il avait encore du mal à y croire. La troupe de badauds les observait avec curiosité, et Serenus entendit très bien les mots "étranger", "Cibellan", "Duchesse" et "Bulles" sortir de leurs bouches. Si son employeur avait été là, il serait sans doute très fier lui aussi d'avoir embauché un Guerrier aussi soucieux de son prochain. Peut-être était il dans la foule, à expliquer aux gens qu'il était à l'origine de toute cette histoire, car, s'il n'était pas venu en Lagrance, Serenus n'aurait jamais rencontré la Duchesse, et celle-ci se serait retrouvée en mauvaise posture. Quoiqu'il en soit, il serait très vite au courant. Le garde, maintenant remis à sa place, pour le plus grand bonheur du Guerrier, leur annonça que le carrosse avait été réparé, et il les invita à le suivre. Serenus se redressa et soutint la Duchesse jusqu'à son moyen de transport, un magnifique carrosse fleuri. Les Lagrans et les fleurs... Le Guerrier adopta une posture digne et parvint à la conserver tout en aidant la jeune femme à marcher.

Lorsque celle-ci arriva à hauteur du carrosse, Serenus décida de faire cesser les hostilités avec le jeune garde, et il lui confia la Duchesse pour qu'il puisse l'aider à monter dans le carrosse. Le garde le remercia du regard, et Serenus recula d'un pas. Il aurait bien aimé les suivre, pour s'assurer du bien être de la Duchesse. Mais ça serait inconvenant de sa part. Il ne devait pas se mêler de ça. De plus, les gardes se faisaient plus pressants et avaient hâte de reprendre la route pour ramener la jeune femme enceinte au palais ducal. Serenus s'inclina respectueusement et dit d'une voix claire :

"- Je vous souhaite un bon retour Votre Altesse, ainsi que tout mes vœux de bonheur pour la naissance à venir."

Quand le carrosse, escorté de sa troupe de gardes, commença à bouger pour prendre la route du palais, Serenus se redressa. Il resta là encore un moment, à le regarder s'éloigner, puis il reprit la route de l'écurie. Il avait envie de voir sa jument, de sentir sa présence rassurante, et surtout d'avoir une oreille attentive qui l'écouterait pendant qu'il parlerait de ce qu'il s'était passé, et de ce qu'il en avait personnellement ressenti. Après cela... Et bien... Il n'avait plus qu'à rejoindre son employeur, et reprendre son travail si celui-ci avait besoin de lui.



Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles IO7uWYOn_o







Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Marjolaine du Lierre-Réal
Marjolaine du Lierre-Réal

Messages : 984
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles EmptyMar 27 Juin - 15:46

Ce n'est qu'une fois au carrosse que Serenus retira son bras à la duchesse pour qu'elle accepte celui de son garde.  Elle remercia d'une révérence le jeune homme.  À l'aide de son escorte, elle prit place dans la voiture et ressentit un soulagement fort bienvenu sur ses pauvres pieds qui n'arrivaient vraiment plus à la supporter, elle et son énorme appendice ventral.  Le temps qu'elle s'installe confortablement, dans un flot de jolies bulles, le guerrier tirait déjà sa révérence sans qu'elle n'aie le temps de l'inviter à la rejoindre au palais pour le remercier.  Elle ne put qu'émettre de nouvelles bulles qui interpréta peut-être pour ses adieux puisqu'après un salut empli de respect, il s'éloigna, tandis que les chevaux s'élançaient au petit trot pour ramener les participants de l'excursion ducal au palais où ils méritaient tous un bon repos : après tout, il y avait tout de même une certaine anxiété à l'idée de devoir retourner au bercail sans avoir la duchesse qui leur avait été confiée avec eux.  Et puis Marjolaine était bien lasse de tous ces rebondissements et ne rêvait qu'à un bon fauteuil et à la tranquillité.

Bien évidemment, ce soir-là ne put être d'un calme remarquable.  Les bulles produites par sa mère amusaient follement Rose qui courait partout dans le salon pour les attraper, sa mère ouvrant la bouche pour lui dire d'arrêter ne faisant qu'augmenter le nombre de proies à capturer, l'enfant n'arrêta qu'après des heures de plaisir, terrassée par la fatigue de s'être autant démenée.  Et si désormais armée de parchemin et plume la duchesse avait pu raconter son histoire, elle n'en avait pas moins remarqué les sourires amusés de Faustine et de Denys quand elle leur raconta toute l'affaire.  Avec un peu de chance, cette malédiction prendrait fin avant son réveil le lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles   Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout ce qui sortira de ta bouche sera de jolies bulles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Une nouvelle vie [PV Yuko][Hentaï]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: