AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -25%
Microsoft Manette Xbox One sans Fil + Câble pour ...
Voir le deal
44.99 €

Partagez
 

 Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyVen 27 Oct - 22:58

Quelqu'un est parvenu à ménager une ouverture et les gens se précipitent vers la sortie. Mayeul est assez dubitatif sur la façon de faire : ils étaient retranché en relative sécurité, et devoir traverser l'Académie avec des blessés et une chose inconnue dans le couloir ne lui semble pas être une stratégie viable. Mais puisque la brèche est ouverte, ils n'ont plus plus guère le choix. Une forte odeur de souffre pique la gorge dès que les rescapés pénètrent dans le couloir et puisque quelqu'un s'occupe d'aider Sylvain, Mayeul aide les blessés à se rassembler jusqu'à ce qu'une forme surgisse soudain dans les couloirs, bloquant leur chemin de sortie. Ce n'est pourtant pas ce qui terrifie le plus le Voltigeur. Sigvald murmure un mot, un seul, avant de se retrancher et de fermer obstinément sa conscience. C'est quoi, ça ? Il est furieux Mayeul, de se retrouver ainsi mis à l'écart. La morale que l'ancien souverain de Valkyrion lui a fait à propos de Reja et de la traque des mages n'était donc que des paroles en l'air ? Sauver le plus grand nombre, protéger Arven ... ce n'est donc plus rien face aux secrets de la Rose ? Mayeul ne peut s'empêcher de se sentir floué. Déçu aussi, surtout. Il n'y a rien de protecteur, seulement de l'égoïsme, et c'est plus difficile à avaler qu'il ne l'aurait cru.

Oh, il saute peut-être un peu trop vite à cette conclusion Mayeul, mais cela fait longtemps que l'idée fait son chemin. Ce n'est pas le moment de hurler sa rage contre un esprit qui refuse de lui parler pourtant : le cri de détresse d’une petite fille résonne soudain, bien trop tard pour arrêter le massacre de la Banshee. Trois cadavres jonchent désormais leur chemin de sortie et c’est la panique, la débandade pour fuir dans l’autre sens quand le monstre se rapproche. La petite rouquine reconnaît pourtant les lieux, et Mayeul serait enclin à la croire : elle est toute nouvelle ici, et ses souvenirs sont sûrement plus frais que nombre d’anciens étudiants. Il assure l’arrière-garde le Voltigeur, l’esprit du Cavalier Noir refusant toujours de répondre à ses questions. La petite les dirige vers un endroit sauf, leur expliquant la philosophie de l’endroit. Personne ne semble croire qu’elle ment, et pour cause : tous les étudiants ont eu affaire à la magie étrange de l'Académie.

Sylvain le hèle : il est en piteux état le conteur, et le Voltigeur prend un moment pour démêler ses propres angoisses de celles de Nuage. C’est Gabrielle qui répond en premier, assurant le conteur qu’il ne va pas mourir, tendant à Mayeul quelques bandages. A-t-il seulement une tête de médecin ? “Elle a raison, tu vivras bien assez longtemps pour raconter nos exploits à cette soirée.” Affirme Mayeul, avant qu’une damoiselle à l’accent grossier vienne brailler pour qu’il se taise. “Je vous le confie quelques minutes, d’accord ?” Demande-t-il à Gabrielle, certain que Sylvain, au moins, sera d’accord. A l’attention du jeune homme, il ajoute : “Je vais voir s’il y a une sortie, et je reviens. Tu m’as aidé à rejoindre l’Académie quand j’étais ivre mort, je devrais bien pourvoir te porter quelques centaines de mètres.” Le ton est léger, le sourire également, mais Mayeul est inquiet pour son ami. Ses doigts effleurent le front de Sylvain, promesse d’un retour rapide, avant qu’il ne se lève et rejoigne la dame mal-éduquée. Ilienne, certainement, vu son accent épouvantable. Ou pirate.

“Vous braillez plus fort que lui.” Affirme Mayeul en s’engageant à la suite de Liry, sa main recherchant désespérément une arme qui n’a pas. Cessez-le-feu éphémère, école, pas de guerre… quelle idée stupide ! “Peut-être que le feu fera fuir cette chose.” Chuchote Mayeul en avançant de quelques pas pour percer les ténèbres, la torche de Liry éclairant le couloir. Où leur guide a-t-il bien pu disparaître ?

Spoiler:
 


Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptySam 28 Oct - 13:51

Quitterie ne comprend pas vraiment ce qui se passe – les cris, les appels, les gémissements – tout s’entrecroise dans une cacophonie indescriptible, et les seules constantes sont la main d’Éponine cramponnée à la sienne, et les murmures inquiets de Sayam et Serment au fond de son esprit. Dans ces moments-là, la vue lui manque bien plus cruellement que dans son quotidien ; oh, comme il est angoissant d’être ainsi réduite à l’impuissance, et de dépendre entièrement des autres pour survivre ! Docile, elle suit Éponine qui l’entraîne en avant, trébuchant ici et là sur des débris, se prenant les pieds dans un tapis mal tiré.

Elle a bien compris, que des gens étaient morts – la chose qui gémit lugubrement derrière eux en est responsable, et la Chevaucheuse n’a pas la moindre idée de ce dont il pourrait s’agir. Elle sait juste que la plainte inarticulée lui a semblé plus triste et résignée, que réellement menaçante – mais sans le secours de ses yeux, sûrement fait-elle mieux de s’en remettre à ceux qui voient, et qui savent. Machinalement, elle palpe les épaules et le visage la petite une fois réfugiée dans la salle où sa nièce les a emmenés, inquiète pour sa sécurité. « Ça va, tu n’as rien ? »

Elle avance à tâtons, passant d’une personne à l’autre, suivant la voix de Rackham pour le rejoindre. Elle entend Liry, elle entend Marianne plus loin ; elle croit reconnaître également le timbre de Mayeul contre un mur de l’autre côté. Le Capitaine de Rivepierre, aussi – son accent rude d’Outrevent prononce quelques paroles inintelligibles. Bien. Sesamis et proches semblent en sécurité. Mais c’est son mari qu’elle cherche ; aussi isole-t-elle son accent chantant caractéristique pour se diriger vers lui, Éponine toujours à ses côtés.

Rackham venait visiblement vers elles, car elle l’atteint rapidement ; et sans honte, elle s’accroche à lui, se glissant sous son bras pour se blottir contre sa silhouette familière et ô combien rassurante. Pas longtemps, juste quelques secondes, elle n’en demande pas plus – juste le temps de se rasséréner et de retrouver son calme. Le nez enfoui contre son pourpoint, elle murmure sa question. « Qu’est-ce que tu as vu, là-bas, dans le couloir ? Décris-moi. Je veux comprendre ce qui se passe. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptySam 28 Oct - 15:23

J'hésite, tout de même, à vraiment y entrer dans ce couloir sombre. J'ai une torche et y a la loutre et tout plein de monde. Mais... mais ce que j'ai vu. Ces choses... je sais pas ce qu'elles sont ces choses mais... elles ont tué... les... j'étouffe un hoquet terrorisé. Je sais pas c'est quoi le pire. L'avant ou l'arrière. Mais je dois pas y penser. Non je dois pas y penser... Je sursaute lorsque quelqu'un me passe devant. Je la reconnais, c'est celle qui discute avec le mari de tante Quittou. Elle est de sa famille je crois. Puis elle est rejointe par celui qui m'a tapoté la tête. J'ai presque envie de les serrer tous les deux contre moi en pleurant de soulagement. Au moins je suis pas toute seule. Moi aussi, j'ai peur. Très peur. Alors moi aussi je les suis, essayant que tout le monde vienne avec nous mais sans oser me retourner parce que tout ce monde... Agrippant ma torche comme si seul le feu peut nous sauver, je suis la loutre dans un dédale de quelques tunnels sombres. La loutre nous précède et disparaît parfois dans la pénombre mais nous finissons toujours pas la retrouver quelques mètres plus loin, assise et immobile. Puis elle se redresse en nous apercevant et reprend sa route. Nous finissons par arriver dans une sorte de puits, comme si nous étions tout en bas et en levant les yeux, nous ne voyons que du noir. La loutre est là, toujours, immobile. Je me suis encore jamais retrouvée ici mais j'ai confiance en la loutre. Tout le monde est là, les torches sont allumées, éclairant des visages différents. Certains ont l'air bien nobles et je me sens toute petite face à tout ces gens importants. J'espère vraiment pas me tromper. Et que nous allons atterrir dans un endroit sûr. Quand tout le monde est là, la plaque se met soudain en mouvement et nous tombons. Doucement. Je sais pas où. Mais la plaque descend, comme si elles s'enfoncent dans les entrailles de l'Académie. Pas très longtemps, à peine quelques minutes. Mais la lueur des torches me permet de distinguer l'entrée de nombreux couloirs, telles les racines même de l'Académie.

Et puis elle s'arrête et nous entrons encore un couloir. Couloir qui nous mène dans une autre pièce, très semblable à la première, mais sans porte et sans statue. La loutre me regarde et, une fois encore, je m'incline devant elle. Elle reste immobile quelques secondes puis disparaît. Je sais pas du tout où la loutre nous a amené. On est descendu en tout cas, mais c'est tellement étrange ici que j'en suis même pas sûre. Il faut sortir mais je sais pas non plus si j'ai très envie de ça. Alors je regarde tante Quittou, puisant mon courage dans sa propre force. J'ai toujours voulu ressembler à ma tante si forte et courageuse. En réalité, c'est tellement plus compliqué. Il serait plus facile pour moi de rester dans mon coin en attendant que les choses passent. J'espère juste que la loutre nous a bien guidé. Heureusement, toutes les façons de sortir d'ici sont similaires. Alors je me dirige vers une sorte de globe, représentant des gravures de griffons et de dragons. Je le tourne trois quart de tours à droite et deux quarts à gauche. Et, aussitôt, les murs se mettent à trembler. Et les pierres roulent sur elles-mêmes libérant un espace suffisamment large pour qu'on puisse passer. Dehors, un couloir de l'Académie, illuminé par quelques torches. Pas de plaintes lugubres. Pas de gémissements sourds. Pas d'odeur nauséabonde. Mais un silence calme. Un silence presque... inquiétant. Et cette fois, j'hésite vraiment. Parce que je sais pas ce qui m'attend dehors et que je préfère cent fois rester là plutôt que de retrouver ces créatures de cauchemar. Et, une fois encore, je me rabats sur tante Quittou et m'accroche à son bras.

-On... on doit vraiment y retourner ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Marianne d'Orsang
Marianne d'Orsang

Messages : 1217
J'ai : 44 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 2:33

Marianne se retrouve dans le couloir, à peine plus éclairé que la salle qu’elle vient de quitter. Un coup d’œil à son épaule lui confirme que sa blessure est superficielle, et elle est soulagée de voir que sa belle-famille au complet va bien. Mais pour combien de temps ?L’odeur de soufre, malsaine, qui embaume le couloir ne lui dit rien qui vaille. Elle se colle à Quitterie et Éponine, contente de passer le relai à Rackham et Mayeul qui ont plus de légitimité à donner des ordres.
Presque tous les convives sont sortis et le groupe s’apprête à se diriger vers l’étage des commerces. Mais les cris et les plaintes entendus plus tôt se font à nouveau entendre, déclenchant des frissons incontrôlables à la Voltigeuse. Puis une créature désincarnée apparaît face à eux, entourée d’un halo luminescent.
Par Valda, quelle est cette… horreur ! L’angoisse l’étreint avec un horrible sentiment d’impuissance et d’abandon face à cette apparition terrible, à peine humaine. D’autres sont moins ébranlés face à la banshee et lorsque trois jeunes s’élancent vers elle…
Des bruits abominables. Plusieurs hurlements. Marianne retient d’une main un cri d’horreur devant la mort violente des trois élèves. La scène lui soulève le cœur, en quelques secondes ils ne reste plus rien d’eux que des corps démembrés. Et la banshee s’avance à nouveau, suivie par deux autres.
Comment de telles choses peuvent se retrouver à semer la mort dans l’Académie ? Le seul lieu de tout Arven qu’elle considérait comme un sanctuaire inviolable.
« Vite ! Fuyez ! De l’autre côté ! »
Marianne sent un sentiment de révolte l’envahir. Abandon. Déception. Elle ignore tout de ces spectres et elle doit se résigner à suivre le mouvement, s’enfuir par l’autre côté. Quand Éponine propose un chemin elle la suit sans rien remettre en question : il y a des passages secrets partout, mais seuls les élèves actuels peuvent les trouver aussi. La médecin exhorte les convives à les suivre à corps et à cris devant la tapisserie, foudroyant du regard tous ceux qui osent émettre une réflexion. Ils sont tous anciens élèves, ils ont qu’à trouver eux-même une solution miracle pour échapper aux monstres derrière eux ! Une fois tout le monde entré la porte est refermée d’un coup sec et les plaintes s’évanouissent.

Marianne reprend son souffle, la tête vide – trop à son goût. Elle rattrape Quitterie et Éponine, cette dernière continuant de les diriger en réveillant une des statues de la salle où ils ont débarqué. Dégourdie, la petite. Elle mérite bien des encouragements.
« - Euh... elle veut qu'on la suive, elle connaît le chemin. Vous... vous devriez prendre des torches parce qu'il fait noir.
- Beau boulot Éponine, tu nous sauve la mise. »
La soigneuse prend une des torches mais quand la petite ouvre la porte, elle se permet de l’arrêter d’une main sur son épaule. Courageuse oui, mais ce n’est pas à une enfant de risquer sa vie. « Tiens-toi d'rière moi p'tite! » Elle laisse l’Îlienne et Mayeul passer devant la jeune Aubenacre, pendant que la petite foule s’astreint au silence. Puis Marianne les suit, tout près de sa nièce, guidés par la loutre en bronze dans un dédale de corridors. La statue les emmène loin, à priori très bas dans l’Académie. Encore une salle, une dernière énigme, et une sortie s’ouvre devant eux. Le silence est épais.
« On... on doit vraiment y retourner ? » Elle hésite à répondre Marianne. Le danger a l’air loin, mais ils ne savent toujours pas ce qu’ils fuient exactement. Si le groupe se décide à avancer, elle continuera à aller à l’avant et jouer les éclaireurs. Peut-être qu’elle pourra forcer les choses pour obtenir plus d’informations sur ces étranges spectres d’épouvante.

Spoiler:
 







J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.


Marianne • #006666
Iode • #663300
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 2:41

Elle n’avait pas dit oui. Elle n’avait pas accepté. Elle n’était pas consentante, Gabrielle, lorsque Mayeul abandonna Sylvain à ses bons soins. Les bandages de fortune, déposés sur les genoux du blessé, pendouillaient tristement, et la princesse avait senti un sang chaud et chargé d’une sensibilité mauvaise courir dans ses veines. Oh..! Si la situation n’était pas si catastrophique, si une entité maléfique ne patientait pas de l’autre côté du couloir, comme il aurait entendu son ressentiment, le Sire de Vifesprit! Plutôt que de se laisser aller à une sensibilité exacerbée par toutes ses émotions, Gabrielle releva la tête vers la dame d’Orsang. N’avait-elle pas donné des conseils médicaux, dans la salle de réception, plus tôt? Elle allait parler, elle allait demander, jusqu’à ce que la femme ne file à la suite des autres dans ce passage. Dans l’obscurité ambiante, la médecin ne l’avait sans doute pas vue alors qu’elle était agenouillée dans l’un des coins, auprès du blessé.

- Vous voilà dans une bien mauvaise posture, Sylvain Belle-Histoire, à vous faire soigner par une outremarcheuse.

Elle tentait d’en rire, le coeur battant et l’esprit encore engourdi d’une colère bien présente. Elle comprenait mieux la franche camaraderie, l’amitié virile qui liait Mayeul au comte de Rivepierre. Gabrielle rapprocha la chandelle de la plaie. Ohlala, que c’était vilain! Elle pâlit considérablement en voyant l’éclat de verre encore coincé dans son ventre. Dans. Son. Ventre. À chacun des gémissements du conteur, il lui semblait que le verre tanguait mais s’obstinait, fièrement dressé, à garder sa position.

- Sylvain… Je…

Elle déglutit à plusieurs reprises tout en cherchant à calmer la nausée qui l’envahissait. Heureusement pour elle, une étudiante prit place à ses côtés et empoigna les pansements qui pendaient toujours sur le corps souffrant de Sylvain. D’un hochement de tête, la rouquine lui fit comprendre qu’elle avait la situation bien en main. Bien mieux qu’elle, en fait. Alors la Cibellane renonça et s’éloigna du blessé pour éviter de faire une scène de son probable malaise. L’envie était tentante, de s’engager dans ce couloir, d’aller voir ce qu’il y avait, de l’autre côté, d’accompagner l’enfant, la petite rouquine, et de la protéger de son mieux. De tendre l’oreille, également, et de ramener les informations à la Rose, en cas de besoin. Mais l’Épine hésitait… Elle s’était figée sous la peur, dans le couloir, devant l’entité. Elle avait cru défaillir en voyant la plaie de son précieux ami, Sylvain Belle-Histoire. Que pouvait-elle faire sans nuire aux véritables héros?

Gabrielle s’aventura d’un pas, puis d’un deuxième, dans ce passage, les sourcils froncés par la crainte et l’incertitude. Lionel était-il là-bas, avec les autres? Avait-il rentré dans la pièce avec elle? Peut-être qu’à ses côtés… Peut-être se sentirait-elle à nouveau courageuse?

Comme il était douloureux de se sentir si insipide, en pareille situation! Et sa magie, sa précieuse magie qu’elle avait enfin accepté d’embrasser, qui ne revenait pas…

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 9:16

Mayeul n'a pas vraiment le temps de tergiverser sur la façon bien cavalière qu'il a eu d'abandonner Sylvain aux mains de Gabrielle : s'ils veulent se sortir de là en un seul morceau, il lui appartient bien de ne pas laisser l'exploration aux mains d'une enfant, non ? Eponine pourtant continue de les guider dans le dédale sombre ouvert par le passage secret, et le Voltigeur fait demi-tour pour revenir auprès de Sylvain. Le conteur est mal en point, et Mayeul sait bien que sa seule chance de s'en sortir est de sortir de l'Académie.

Le lieu n'a jamais représenté une menace pourtant, et Mayeul se sent tout aussi trahi de cet état de fait que de l'abandon de Sigvald. Ces murs ont abrité ses premiers pas avec Mathilde loin de la maison, loin de l'influence néfaste de leurs parents et de la consommation des drogues cielsombroises. C'est… c'était leur maison. Leur havre de paix. Le voir ainsi, craindre ce qui se cache en ses murs est un coup de poignard en plein cœur. Il ne prend pas le temps de s'y attarder Mayeul, ayant pratiqué depuis des années la politique de fuir ses propres sentiments quand ils deviennent dérangeants. Il s'active auprès de Sylvain, le hissant sur ses pieds avec précautions. Un des invités imite le mouvement et à eux deux, ainsi qu'avec un luxe de précautions, les deux hommes entraînent le conteur dans les couloirs sombres. Le Voltigeur n'est pas réellement sûr que Sylvain soit conscient et heureusement, d'un côté : il a vu, et entendu, la douleur que doit causer les blessures de son ami. Peut-être vaut-il mieux l'inconscience, oui, surtout qu'ils ne savent pas vers où, ou quoi, ils vont.

Le chemin descend, vraisemblablement, les entraînant vers les profondeurs de l'Académie. C'est la bonne route, à priori, et de toute façon ils n'ont guère le choix. Mayeul croise une Gabrielle hésitante et ne peut s'empêcher de prendre la parole. "Vous voyez finalement, que la soirée n'est pas si ennuyante que ça malgré la présence de votre Chevaucheur !" Le ton est léger, amusé, à mille lieux du sérieux attendu alors que la situation est critique. Mais il le sait Mayeul, il l'a compris depuis un moment : si lui cède à la panique, major, Voltigeur et habitué à gérer les crises, il risque fort d'entraîner les autres. A l'adresse du conteur, bien plus bas, il adresse: "je t'ai offert un moment en tête à tête avec Gabrielle, tu as intérêt à vite guérir pour que je puisse t'en reparler pendant très longtemps !" La voix du Voltigeur n'est pas aussi légère pourtant, son inquiétude y transparaissant sans peine. Il sait l'affection de Sylvain pour Gabrielle et s'il ne donne pas de titre à la jeune femme, il n'ignore pas qui elle est. Elle est princesse de Faërie, il est Voltigeur Ibéen, il ne va pas lui faire des courbettes, non plus !

Leur progression ne tarde pas à s'arrêter, et la petite fille qui les guide semble hésiter. Confiant le conteur à l'homme qui l'a aidé à le porter, Mayeul s'avance pour se retrouver aux côtés de Marianne. Les choses sont presque apaisées entre la médecin et lui, et la situation est suffisamment grave pour mettre de côté le ressentiment qui pourrait subsister. "Nous n'avons pas tellement le choix non ?" Répond-t-il à la petite rouquine avant de prendre une torche et de l'agiter dans le couloir, espérant percer les ténèbres. "Sans magie et sans dragon, ce n'est plus pareil n'est-ce pas ?" Provoque le Voltigeur en s'avançant vers la sortie des tunnels pour essayer de s'orienter. Ce n'est pas contre les Faës qu'il est en colère en vérité, mais c'est plus simple de passer sa colère sur eux, sans aucun doute.

Spoiler:
 


Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 9:54

Que… comment?  Quel est cet énergunomanie qui ose te dire que tu brailles?  Oh mais n'est-ce pas la caresse d'une chevelure soyeuse que tu sens passer sur ta joue?  Tu tends ta torche devant toi, non plus pour regarder ce qui se passe devant mais pour détailler l'homme bougon à la crinière lustrée.  Quel visage agréable!  Quelle virilité attrayante!  Mais qu'est-ce qui te passe par la tête Liry Mac Lir!  Il y a des monstres qui courent les couloirs et tu fais ta coquette juste parce qu'un monsieur te traite avec un peu de rudesse?  Un peu de tenue.  « J'braille gross' bête v'lue, » marmonnes-tu en pointant ta torche dans une autre direction, pour masquer la rougeur de tes joues.  Si ça se trouve, c'est le coup de foudre grâce à cette phrase de drague inouïe.  Tu avances encore de quelques pas comme tu vois la loutre invoquée par la gamine s'avancer devant.  Paraît que c'est le chemin à suivre donc.  « J'pense qu'ya rien d'vant.  C'est okay.  Rackham, t'viens? » appelles-tu ton cousin sans attendre toutefois sa réponse avant de t'avancer parmi les premiers derrière la statue animée : si tu ne le fais pas, peut-être que personne ne le fera et il faut toujours quelqu'un pour passer en tête.  Tu es un peu déçu de voir repartir à l'arrière l'homme à chevelure moirée, mais tu te remettras de ce cœur brisé bien rapidement.

Les dédales sont sans fin dirait-on et il se passe ce qui a tes yeux paraît être une éternité avant que votre guide ne vous amène à une autre pièce semblable à la première.  Rien ne s'est produit en chemin à ton grand soulagement.  Tu ne l'admettrais jamais, mais tu préférerais ne pas revoir ces créatures monstrueuses qui vous sont tombées dessus à la salle des banquets.  Tu te sentiras plus en sécurité quand tu auras mis une bonne distance entre l'Académie et toi-même.  Dès que la voie sera ouvert, tu vas mettre les voiles, en tentant de traîner ton cousin et sa suite avec si possible.  Les autres, tu t'en moques un peu.  C'est pendant que tu t'abandonnes à ces réflexions que la petite prend son courage à deux mains et pousse la porte bien qu'elle n'ose pas en passer le cadre.  Cette enfant a plus de bravoure en elle que tous les membres de cette équipée.  Tu t'approches d'elle, heureuse de constater que l'homme des publicités pour herbes dédiées à laver les cheveux est de nouveau à l'avant, soutenant le blessé que tu as traîné avec la femme à la peau soyeuse jusqu'à la cachette.  Tes joues rougissent un peu.  De ta main libre, tu caches ton embarras et ébouriffes les cheveux de la fillette qui s'accroche au bras de la femme de Rackham.  « T'une brave 'tite fille, t'as plus d'c'rage qu'la moitié d'ent'nous!  lâches-tu à voix haute avant d'ajouter, Ça serait idiot de se jeter dehors sans savoir c'qui a d'rière ste porte.  Rien dit qu'y a pas d'aut' cré'tures h'rlantes.  'fin, moins là c's'lencieux, mais ç'm'rassure pas. »

Tu t'approches du Voltigeur et passe aussi ta torche devant question de voir si à deux, vous n'y verriez peut-être pas un peu mieux.  Puis timidement tu proposes : « P't'ête qu'pourrait y aller d'bord en éclaireurs? »  Juste toi et lui.  Puis si la voie est libre, tu reviens chercher la famille et sauve qui peut.  Tu pourrais peut-être l'emmener lui aussi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 11:40

Il est satisfait, Rackham, de voir qu’une bonne partie des invités et victimes ait réussi à suivre le rythme de la course dans les couloirs et se soit réfugiée avec les autres dans la salle qu’avait ouverte Eponine. Et s’il était rassuré de ce point de vue là, il l’était surtout en voyant Quitterie indemne. Lorsque celle-ci sembla chercher à s’approcher de lui, il tendit le bras pour la guider en attrapant le sien. Bien vite, elle vint se blottir contre lui et il lui rendit sans honte l’étreinte puissante et un peu bourrue dont il était coutumier. Mais il préférait l’avoir à ses côtés qu’avec une autre personne pour veiller sur elle… il savait que si ce n’était lui – ou au mieux Lionel – il n’aurait pu avoir les idées claires en l’imaginant à chaque instant en danger. Il l’avait déjà perdue une fois, il ne comptait pas revivre une fois encore cette douloureuse expérience. Même Calico glissa de son épaule pour venir sur celle de Quittou et poser ses petites mains tremblantes sur les joues de la jeune femme, se calant bien contre son cou.

Impossible d’oublier que Quitterie était aveugle, et hélas, dans la confusion et l’attaque qu’ils venaient de subir, personne n’avait pu vraiment lui expliquer ce qui venait d’arriver. Ceci dit, lorsque la question tomba, l’îlien ne sut pas réellement quoi répondre sur le coup. Il n’avait jamais vu une telle chose dans sa vie et bien qu’il fût courageux et téméraire, la chose qui les avait poursuivie ne lui inspirait que peur et crainte.

« J’sais pas trop c’qu’on a vu là bas Quittou. J’ai… C’la première fois qu’j’voyais une chose d’ce genre. Un p’tain d’monstre, avec d’bras longs et d’griffes au bout des doigts. C’tait elle qui hurlait. Elle a tué des gamins qu’ont essayé d’la retarder… Ils sont passés au travers, comme si c’tait un fantôme. »

Il n’avait jamais été très doué pour décrire les choses, le Rackham, et surtout pas quand la chose en question était déjà compliquée à comprendre à la base. Une fois cet échange à voix basse terminé, Eponine avait déjà pris les devants timidement en appelant une… loutre en pierre. Cela restait particulièrement surprenant mais pas pour l’îlien qui avait déjà vu pas mal de chose lors de ses pérégrinations passées entre les murs de l’Académie. Il prit une torche, garda Quitterie à son bras et avança non loin de la petite nièce de sa femme, observant Liry prendre la tête du groupe. « J’te suis. » Qu’il lui lance, même si elle n’attend pas vraiment de réponse. Il la remercia intérieurement de protéger ainsi Eponine. Même si elle était leur guide, d’une certaine manière, elle restait une gamine qu’il fallait protéger.

Après avoir longuement marché à la suite de la loutre, descendu les dieux savent combien d’étage, ils arrivèrent devant une nouvelle porte. Et le moins que l’on puisse dire c’est que personne n’était réellement rassuré à l’idée de sortir à nouveau dans les couloirs de l’Académie. Pas particulièrement l’îlien, qui observe silencieusement Liry et Mayeul tenter de percer les ténèbres avec leurs torches, et grommelant dans sa barbe un « J’pas b’soin d’magie ou d'dragon pour t’exploser la tronch’, Voltigeur. » que Quitterie seule pu entendre. Mais il se garda bien de l’adresser au dit Voltigeur. Si ce n’était pas l’envie qui lui manquait à cet instant, il avait bien conscience des priorités, et que leurs vies à tous nécessitaient leur coopération plutôt que se taper dessus. Enfin... qu'il sorte, si un danger devait arriver, au moins, ce serait pour sa gueule !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Lionel de Rivepierre
Lionel de Rivepierre

Messages : 894
J'ai : 35 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction) et comte de Rivepierre.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 17:00

Ils ont fait ce qu’ils ont pu, les sauveurs, mais pour les cadavres empalés sous le lustre, ils ne peuvent rien faire. Ils doivent quitter, pour sauver leur propre peau, et l’idée de laisser ces corps sans sépulture révulse profondément Lionel. Les laisser à la merci de peu importe ce qui rôde dans les couloirs, ce qui annule ainsi la magie d’une institution millénaire. « Venez Lionel ! Sortons de là. Gabrielle nous rejoindra. » Ses choix sont plus que limités. Docilement, il se relève et d’un pas prudent, un peu vacillant, il suit Gaëtane hors de la salle, où quelques-uns déjà s’organisent afin de rejoindre les étages les plus bas pour évacuer les lieux. Une riche idée, à son sens, qu’il ne peut qu’approuver, et qu’il suivra avec le plus grand des plaisirs.

Dans le couloir, une odeur de soufre le prend au nez et un violent haut-le-cœur le prend, de justesse contenu (car ce serait très peu digne de rendre tout son souper sur les chaussures de sa duchesse de belle-sœur, voyez-vous). S’il n’y avait que cela ! Que cette odeur étrange ! Il y a aussi les choses. Tout se glace, en lui – sang, organe, souffle. Braise, aux abords de l’Académie, et Harald, tout au fond de la lande, se taisent, dans le silence le plus profond et le plus parfait dans son esprit confus. Subitement affiné, aigu, devant ces choses qu’il ne connaît pas. Qu’aucune légende, aucune histoire, de son duché n’a raconté. Qu’aucun livre lui a parlé. Spectres horrifiques qui hurlent, qui brisent ses tympans, qui tuent et qui déchirent sans se soucier de qui se trouve devant elles. Ce sont des enfants !
La main de Gaëtane le tire dans le sens de la course, dès l’ordre de Rackham beuglé, et il suit au meilleur de ses capacités. Au meilleur de son souffle qu’il tente si mal de retrouver, au meilleur des étourdissements violents qui mettent à mal son équilibre, au meilleur du mal de crâne qui n’est jamais disparu.

Il pense seulement aux choses, aux choses terribles qui sentent le soufre.

Dans la pièce ouverte par Éponine (la nièce de Louison, la nièce de Géralt, feu follet qui les mène en sécurité, qui les mène dans un piège, will o’ the wisp), le Chevaucheur s’appuie contre un des murs. Utilité restreinte, à cet instant, et cela le fâche grandement. Il n’a pourtant pas peur de laisser la jeune étudiante les mener et s’émerveille, une seconde, de cette magie profonde qui régit chaque part de l’Académie et leur permet donc à tous de survivre. Cette statue, comme… comme leur salut. Il n’en sait rien. « Gabrielle ? Elle est bien entrée, Gaëtane, rassure le Chevaucheur, les yeux mi-clos. Il a l’a vue, agenouillée non loin de son ami conteur, il en est persuadé. Suivez-les sans crainte, mon amie. J’attendrai Gabrielle afin qu’elle ne soit pas seule dans ce couloir. » Puis, il pressent déjà que l’espace clos, calme, sombre, lui fera un bien fou. Alors il laisse passer tous les autres rescapés devant, il a confiance en ses meneurs, et attend bien patiemment, quelques pieds plus loin dans le couloir, que la princesse de Cibella y entre. De longues minutes passent et il sent que son mal de crâne s’améliore sensiblement. Un sourire pour la belle, lorsqu’elle entre. Un souffle presque tendre. « Gaëtane est partie devant. Je vous attendais. »

Spoiler:
 



One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 TitreLionel1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 RandomLionelDeni
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 RandomWikiFredia
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 RoueBriseeKilt
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 29 Oct - 23:15




Chroniques d'Arven

Intrigue 2.6

La Chasse Sauvage

27 novembre 1002


Intrigue animée par Aura·



L'Aile Ouest








Pas à pas, après une fuite effrénée, les rescapés sortent du recoin caché où la sagacité d'Éponine les avait dissimulés. Dans le couloir où ils débouchent, un peu plus près de la sortie mais pas encore à proximité, les gémissements lugubres résonnent toujours… De plus en plus forts, de plus en plus intenses, ils escaladent leur portée dans un crescendo oppressant, tant il véhicule d’inquiétude et d’angoisse. Lorsque le petit groupe sort de son abri, une banshee se trouve là, comme si elle les attendait ; et d’un geste solennel, elle tend vers eux ses mains crochues, dans un geste presque suppliant.

Pas le temps de réagir, toutefois – dans une secousse puissante qui ébranle les murs, l’Académie tremble une troisième fois, jusque dans ses fondations. Tous tombent à genoux, vacillent et basculent ; sauf les banshees qui renversent toutes la tête en arrière, hurlant à la mort à l’unisson. Puis le séisme s’arrête, et le silence qui retombe soudain est si épais qu’il en serait presque étouffant. Cela dure quelques secondes ; bref laps de temps, mais suffisant pour comprendre qu’à présent, tout a changé. Certains remarquent, pendant ces quelques battements de cœur, que des aboiements furieux se font entendre dans le lointain ; d’autres relèvent les yeux et s’aperçoivent que les banshees, désormais muettes, se contentent de flotter là, silencieuses et désolées, et que par un étrange miracle elles ne semblent plus si effrayantes.



« Il est trop tard à présent, » murmurent-elles d’une étrange voix chorale qui semble résonner de mille timbres différents, « la Chasse est libre. »

Ici, un mage s’exclame que sa magie est revenue ; là, un autre qui regarde par une fenêtre indique qu’il aperçoit d’autres groupes égarés. Toujours de ce chœur surnaturel, presque mélodique, les banshees entonnent alors une mélopée pleine de tristesse qui glace les veines de ceux qui l’écoutent assez pour en comprendre les mots. « D’abord viendra l’avertissement du sang que l’on croyait perdu et qui sera retrouvé ; et si le présage est compris, alors le premier sceau tiendra. Mais s’il rompt, viendra ensuite l’oracle d’un passé perdu mais qui n’est point révolu ; et si l’augure est entendu, alors le second sceau tiendra. Mais s’il rompt, viendra enfin la supplique des gardiennes sacrées ; et si leur prière est exaucée, le troisième sceau tiendra. Mais s’il rompt, alors viendront les mâtins des ténèbres, les chiens maudits, la meute assoiffée du sang des innocents – et lorsqu’ils se seront repus d’une vie fauchée, lorsque le sacrifice sera consommé, et que tout aura échoué… Alors les chaînes se briseront, et la Chasse Sauvage règnera de nouveau sur l’Humanité. »

Oui, quelques secondes à peine, suffisantes aux mages pour activer leurs magies ; et à d’autres pour réaliser que les aboiements se sont faits de plus en plus forts… et qu’une meute vient d’apparaître, cavalant à toute vitesse, déchaînée et impitoyable. Dans un fol tourbillon de voiles, lumière et obscurité s’entremêlent tandis que surgissent soudain la Tour Blanche et le Cavalier Noir. Les pièces ont instantanément réagi à la fin de la triste mélopée des bean sidhe – les esprits ont pris le contrôle de leurs écrins sans vraiment leur demander leur avis, prêts à s’interposer pour combattre les fauves menaçants.



Hélas !

Alors que les redoutables cerbères s’avancent, le groupe réalise avec angoisse et horreur que l’un d’eux traîne avec lui le cadavre désarticulé de Cassandre de Faërie, professeur de l’Académie et ancienne princesse de Faërie.

C’est le moment que choisissent les pièces pour disparaître : leurs voiles frémissent, et leur silhouette semble absorbée par le néant, sans laisser aucune trace de leur écrin.
La Rose Écarlate vient-elle de… prendre la fuite, laissant un groupe d’innocents devoir lutter pour sa survie ?
C’est le moment que choisissent les banshees pour psalmodier une autre mélopée.

« Viendra le cheval blanc, l’arc et la couronne, le vainqueur qui remporte la victoire. Viendra le cheval roux et la grande épée, pour celui qui attise la guerre et dresse l’ami contre le frère. Viendra le cheval noir, portant la balance qui décide la faim. Viendra le cheval pâle, et la faux dans la main de celui qui commande au Destin. Viendra le Chasseur qui les mènera tous, et les cohortes de ceux qui les suivront. Libres, libres sont les sombres cavaliers, libre est la Chasse Sauvage de chevaucher sur les nuées. »

Point de cavaliers en vue pour le moment, mais peut-être le groupe devrait-il faire quelque chose pour ces chiens… ?






Tour 4

Consignes


IRL : du 30 octobre au 12 novembre (18h).
IRP : 27 novembre 1002, 23h30.

• Ce topic concerne les personnages suivants, inscrits à l’intrigue au préalable : Éponine, Gabrielle, Gaëtane, Lionel, Liry, Marianne, Mayeul, Quitterie, Rackham et Sylvain.

• Ce tour couvre le temps qu'il faudra aux agents de la Rose Écarlate pour revenir vous sauver, vraisemblablement une heure ou deux. Survivez jusque-là. :green:

• Tout le monde est susceptible d'avoir vu Marianne et Mayeul prendre leur forme de pièce - et se carapater.  :han:

• Les chiens de la Meute peuvent être blessés, mais ils se régénèrent en tuant quelqu'un. Ils ne peuvent pas être tués.

• Pour info concernant les sceaux.
- Chaque secousse correspond à la rupture d'un sceau.
- L'avertissement du sang retrouvé, c'est le retour des Amoureux du Vent sur le continent. Le sceau s'est brisé quand un mage du Sang a pris place à l'Académie comme s'il était en droit de le faire naturellement (Tristan, prenant place au dîner).
- L'avertissement du temps révolu, c'était la Roue Brisée, quand la grande horloge comtoise s'est brisée puis réparée. Le second sceau s'est brisé au moment où un agent de l'Ordre infiltré a volé son balancier, juste après la rupture du premier.
- L'avertissement des gardiennes, c'était l'arrivée des banshees, qui n'ont tué que lorsqu'elles ont été agressées. Le sceau s'est brisé lorsqu'elles ont été fuies au lieu d'être écoutées.

• Pièces de la Rose : une mission vous attend. Vous pouvez poster ici quand même si vous le souhaitez également, jusqu'au moment où votre pièce vous embarque.

• La limite de mots pour ce quatrième tour est fixée à 700.

• Il va durer DEUX SEMAINES.

• Vous pouvez poster autant de fois que vous le souhaitez, tant que trois autres personnes au moins passent entre deux de vos messages. Si vous repostez avant, votre RP sera supprimé.




♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyLun 30 Oct - 22:14

Le changement d'attitude de la jeune femme à l'accent presque incompréhensible est visible, et Mayeul a bien assez flirté dans sa vie pour comprendre qu'il ne la laisse pas indifférent. Il s'en amuse le Voltigeur, laissant sa main sur son dos un peu trop longtemps pour lui indiquer de passer devant, une main trainant sur son poignet pour lui signifier de s'arrêter… Il a besoin de décompresser Mayeul, et c'est un moyen comme un autre ! L'état de Sylvain l'inquiète et si le major de Svaljärd se trouve devant, cela ne l'empêche pas de vérifier que son ami respire toujours. Ils sont presque dehors – optimisme !- quand les bruits reprennent, et une banshee leur barre soudain la route. Un violent tremblement de terre les jettent soudain au sol, rendant impossible toute action.

Mais quand le sol arrête de trembler, laissant la possibilité aux rescapés de se relever, quelque chose dans l'air semble avoir changé. Le monstre d'il y a quelques minutes semble s'être métamorphosé en une jeune femme désolée qui murmure, dans un étrange écho, un effrayant présage. La Chasse ? Le Voltigeur se relève rapidement, mais la mélopée qu'entonnent les Banshees l'empêche de faire quoi que ce soit. La mélopée est funeste, et la dernière partie devient brusquement réel lorsque retentissent les grognements et les aboiements.

Une meute apparaît, et Mayeul a à peine le temps de penser réagir qu'il n'est déjà plus aux commandes de son propre corps. Le Cavalier Noir surgit brusquement, le poids de Mande-Etoile familier dans sa main. C'est Sigvald de Valkyrion qui est aux commandes mais empli de soulagement, Mayeul ne pense guère à protester. Il est plutôt sous le choc, en vérité. Marianne ! La Tour Blanche ! Et qu'est-ce que cette histoire de Chasse ? Les questions s'arrètent net pourtant, quand le Cavalier Noir réalise que les mâtins traînent un cadavre avec eux. La mélopée des Banshees… Une sensation Familière, celle de Chevaucher les Ombres, et le Cavalier Noir disparaît soudain, laissant le groupe de rescapés aux prises avec la dangereuse meute.

Autre salle, autre lieu, et Mayeul a beau hurler, tempêter et menacer, il n'est pas en mesure de faire quoi que ce soit. Retournes là-haut ! On ne peut pas les abandonner ! Il ressent la crainte de Sigvald, son amertume, mais la voix du souverain de Valkyrion est maîtrisée quand il calme son écrin. Je le sais, mais nous serons plus utiles ici. La réponse n'est pas suffisante pour Mayeul, mais il doit clairement s'en contenter pour le moment. Le Cavalier Noir, digne et fier, a une mission bien plus capitale à remplir.

Spoiler:
 


Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyMar 31 Oct - 8:20

Quelle était l'idée déjà de passer à l'avant pour jouer les éclaireurs?  Ah oui.  Fuir au plus vite cet endroit maudit.  Bien sûr.  Et aussi faire les yeux doux à l'homme à la chevelure soyeuse qui a une main chaleureuse posée dans ton dos par-là, une autre fois attrapant ton poignet pour ralentir ta course.  Tu en oublierais presque ce qui se passe si ce n'est des hurlements qui se font entendre de nouveau et d'une de ces créatures effrayantes qui se présentent devant vous à nouveau.  Continuer sur cette voie ne servirait à rien, sauf à te faire déchiqueter, mais en même temps, retourner en arrière ne paraît pas être une option plus pertinente.  Peut-être que si tu réussissais à t'armer d'un peu de courage et à leur demander pourquoi elles se lamentent ainsi alors qu'elles sont capables de vous déchiqueter, elles te répondraient?  Tu n'as pas le temps de réfléchir plus longuement à cette idée – probablement très stupide, considérant ta tendance un peu suicidaire cherchant à établir le dialogue avec les êtres dangereux, même si ça avait plus ou moins réussi avec Justice – que le sol se remet à trembler.  Si fort que tu en tombes sur les fesses et que tu en as le souffle couper.  La banshee flotte devant toi, la tête renversée et hurlant à la mort.  À bien y penser, elle te fait un peu penser à la tête de ta mère quand elle a appris que ton père ne reviendrait pas.  Qu'avait donc perdu ces créatures?

C'est quand elles se mettent à psalmodier en choeur leur message qu'elles t'apparaissent subitement plus humaine et beaucoup moins terrifiantes.  Bien que le message dont elles sont les porteuses ne te rassurent pas du tout.  Ça et les bruits d'aboiements qui entravent ta compréhension de leur mélopée.  Les mots en étaient déjà compliqué pour toi à comprendre, mais avec la distraction qu'apporte le bruit des canidés, c'est de plus en plus difficile.  Tu te remets debout d'un bond, cherchant l'arrivée des animaux, prête à te défendre à main nue, faute d'avoir une meilleure arme.  La meute arrive, l'une des bêtes traînant le cadavre d'un des professeurs de l'Académie.  Par tous les tentacules du Kraken!  Ce n'était pas un petit os qui régalerait ces monstres là.

Tu veux joindre tes forces à l'homme à la chevelure soyeuse, mais à sa place près de toi, tu retrouves le Cavalier noir!  Béate de surprise devant ce changement brusque, aussi très peu familière avec les histoires de la Rose écarlate, tu recules d'un pas, craignant une nouvelle menace.  Mais il disparaît subitement sans laisser de trace ce qui semble abattre le moral du reste du groupe.  Et les femmes flottantes qui se remettent à chanter des histoires que tu ne comprends pas.

« Mais qu'est-ce qu'on doit faire? » leur demandes-tu prise, au désespoir.  Peuvent-elles seulement te répondre?  Tu n'as pas le temp d'attendre.  Il faut que tu sauves ta peau.  Et tu sais que face à cette meute sauvage, ce n'est pas en prenant la fuite que ça fonctionnera.  Tu cherches du regard ton cousin et te rapproche de lui dès que tu le trouves.  Avec Rackham, vous sauriez vous défendre, quitte à être un peu handicapée par sa femme et la petite.  Brandissant la torche que tu n'avais pas encore laissée, tu rejoins ton cousin, un peu en panique.

« Merde Rackham.  On est vr'ment dans merde.  C'mment qu'va r'pousser tout ça? »

Tu n'as pas le temps de réfléchir à une stratégie que déjà, les bêtes déferlent sur vous, prêtes à vous transformer en casse-croûte de neuf heures.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyMer 1 Nov - 15:10

Je veux pas sortir. J'ai un mauvais pressentiment. Je pense qu'on serait mieux tous ici, en sécurité, à attendre que ça se passe. Mais ce n'est pas l'avis des autres. Et effectivement. A peine sortie, de lugubres plaintes se font entendre de nouveaux. Des gémissements qui me font frissonner de partout. Je jette un regard apeuré derrière moi pour voir le passage se fermer sur la dernière personne sortante. On ne peut plus faire marche arrière maintenant. Et elle est là. L'horrible créature qui a assassiné les élèves. Comme si... comme si elle nous attendait. Je tremble violemment et je me sens tellement découragée que j'ai envie de pleurer. J'ai sauvé personne. Tout ce que j'ai fait, c'est retarder l'inévitable. On va mourir ici.
Maman...

Un nouveau tremblement, une secousse tellement puissante que je me retrouve au sol avant de m'en rendre compte, les mains sur mes oreilles pour atténuer le bruit de la plainte déchirante qui s'élève de la créature, rejointes par d'autres plaintes, comme si plusieurs voix sortent d'elle. Puis c'est le silence. Un silence inquiétant. Tellement pesant, tellement oppressant que je sens que quelque chose ne va pas. Je reste là, par terre, incapable de me relever de peur de déclencher quelque chose en le faisant. Puis, d'un coup, je perçois des aboiements furieux, semblant venir de partout. De nouveau je me mets à trembler. Et plus aucun geste de la créature. Jusqu'à ce que, leurs voix se mêlent de nouveau pour psalmodier une terrible mélopée. Une mélopée qui ne fait qu'accentuer ma peur, alors que les aboiements semblent se rapprocher. Je comprends pas tout. J'ai l'esprit vide, je les écoute mais ce qu'elles disent... ça n'a pas de sens. La... la Chasse Sauvage ?

Et puis tout s'accélère et je comprends encore moins. Je sens la magie couler à nouveau en moi, vibrant au rythme mélodieux de l'Académie. Avec stupeur et incrédulité, je vois ma nouvelle tante prendre l’apparence de la Tour Blanche alors qu'un autre devient le Cavalier Noir. Je vois une meute de chien droit sorti du purgatoire de Sithis se précipiter vers nous, l'écume aux lèvres et ma bouche s'ouvrir en un cri silencieux mais terrifié. Et, traînant avec eux, le corps inerte d'un professeur de l'Académie. J'ai soudain vraiment peur sans toutefois parvenir à me relever. Faut faire quelque chose. Fuir. Loin. La créature fantomatique rajoute quelque chose mais, cette fois, je n'entends vraiment rien, incapable de détacher mes yeux de l'horreur qui s'approche assez vite pour bientôt écourter nos vies. Je ne remarque même pas que la Rose disparaît. Qu'elle nous laisse, seuls. Je n'arrive plus à rien.
Je ne peux plus bouger. Je ferme les yeux. Osir, Valda...faites que ça aille vite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyVen 3 Nov - 0:16

La créature semblait les attendre, alors qu’ils sortaient du couloir, blessés et apeurés. À voir cette main crochue et tendue en leur direction, Gabrielle avait cessé son mouvement, aux aguets. Derrière eux, quelques blessés avaient également ralenti le pas. Si certains avaient fait demi-tour, il fallait bien avouer que la fuite fut anéantie par une secousse sourde et profonde qui semblait venir des fondations mêmes de l’Académie. En une respiration, à peine, Gabrielle avait senti ses genoux heurter durement le sol, comme tant d’autres. Puis quelque chose avait changé, ou s’était brisé. Il fallut quelques instants à la Cibellane pour comprendre que la créature, devant elle, relevait plus d’une âme en peine que d’une engeance.

Les paroles obscures et chargées de mystère qu’elle prononçait… La Chasse est libre? Gabrielle ressentait cette magie, elle aussi, courir à nouveau dans ses veines, l’envahir, mais son attention demeurait fixement posée sur la créature et son chant. Elle n’était pas certaine de bien comprendre, mais bientôt, les aboiements diffus devinrent bien réels. Devant elle, non loin, deux silhouettes se transformèrent en Pièce de la Rose.

En voyant Mayeul de Vifesprit emprunter la forme du Cavalier Noir, une vague de remord l’avait envahie et se mêlait désormais avec une peur sourde. Il était le Cavalier Noir. Cet homme qu’elle aurait méprisé, si la situation l’avait permis, cet homme qu’elle croyait dénué de bonté et d’altruisme pour son prochain, avait été choisi par une entité plus grande qu’eux tous, une entité millénaire qui oeuvrait pour la lumière. Elle avait confondu une volonté de trouver un chemin sécuritaire avec une fuite lâche, une volonté d’éloigner les gens de ce lustre avec celle de venir en aide aux blessés. Une Épine exécrable. Elle se jura de se le rappeler et d’y remédier.

Si elle survivait.

Son premier mouvement, en entendant les chiens hurler, fut de reculer et de tirer le bras de Lionel, par la même occasion. Cet homme était blessé et encore décontenancé par la structure massive qui l’avait englouti. Comment faisaient-ils, ces chevaucheurs, ces voltigeurs, ces hommes d’armes et ces mages de bataille, à ne pas se soumettre à cet instinct primitif de fuir devant le danger? Ils allaient au-delà, ils se mettaient volontairement à l’avant, ils étaient des héros. Gabrielle s’efforçait de ne pas détaler à toutes jambes, car peut-être, peut-être, ses talents seraient utiles. Elle réfléchissait rapidement, alors que les aboiements s’intensifiaient. Aurait-elle le temps de fuir avec les blessés, de s’enfermer dans l’une des nombreuses pièces et d’invoquer un portail qui les sauverait?

La créature psalmodiait son chant sinistre, parlant de chevaux et d’armes assassines. Gabrielle avait saisi l’élément le plus important, selon elle : ils viendraient les tuer, tous. Était-ce une métaphore pour ces molosses? Lorsqu’elle comprit enfin ce que l’un d’eux tenait dans sa gueule, la princesse hoqueta. Cassandre de Faërie. Ils… Ils…

- Lionel…

Voix blanche. Teint pâle. Ils avaient tué, déchiqueté, mis en lambeaux et en sang la très honorable Cassandre de Faërie. Les événements pouvaient-ils être encore pire, désormais? En entendant les aboiements, l'Épine savait que oui.

Elle agrippa le bras de Lionel de sa main droite, le poignet d’un autre convive de sa main gauche, et, à moins qu’on ne lui résiste, elle comptait bien courir le plus loin et le plus vite possible, la jolie princesse de Cibella. Cette nuit, aucune distinction entre Faërie et Ibélène. Tous, ils étaient tous d’un seul groupe uni vibrant d'une même aspiration : celle de survivre.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyVen 3 Nov - 22:48

Ballotée dans le flot de réfugiés, Quitterie a cessé de chercher à comprendre ce qui se passe. Il y a des cris, autour d’elle, une frénésie de mouvement qui ressemble à une fuite tutoyant presque la panique, et la petite Chevaucheuse se trouve singulièrement heureuse d’être aveugle, pour une fois. Cramponnée d’une main aux épaules d’Éponine qui lui broie les doigts, son autre main happée dans la grosse poigne de son mari qui l’entraîne en avant, elle se laisse emporter et suit le mouvement pour émerger du couloir secret où ils s’étaient dissimulés. Elle entend la complainte grimper toujours plus haut, jusqu’à dresser les petits cheveux de sa nuque ; et lorsque la secousse ébranle toute la structure de l’Académie, elle tombe à genoux avec sa nièce.

Délibérément, elle refuse de s’appesantir sur les révélations des banshees – sa magie est revenue, elle perçoit à nouveau l’Hiver salvateur couler dans ses veines, et c’est sans attendre qu’elle éveille son pouvoir de guérison. Elle vérifie d’abord qu’Éponine va bien, guérissant sans ciller ses contusions avant de la relever, puis passe à Rackham et vérifie que son époux est globalement intact. Pas le temps de s’attarder – ses sens lui indiquent une personne en détresse à proximité. Tant pis pour les chiens désormais à portée d’attaque, leur groupe regorge d’hommes forts et de mages puissantes, qu’ils fassent leur office ! Son travail à elle est de veiller qu’ils n’en meurent pas, et c’est donc avec l’autorité toute modeste des guérisseurs que Quitterie décroche avec autorité la petite main de la princesse de Cibella pour prendre entre les siennes le poignet du Capitaine d’Outrevent. C’est lui, la priorité : une fois remis, il pourra aller prêter main-forte à Rackham et augmentera les chances de la mage de revoir son époux en vie. L’instinct de Quitterie lui souffle que les affreux mâtins dont elle entend les grognements ne vont pas tarder à charger, même si les combattants du groupe tentent de les retenir ; alors, elle tire fermement sur le bras du Chevaucheur.

« Vous avez une commotion, sire de Rivepierre – mettez donc genou à terre, que je vous soigne prestement. » Impatiemment, elle tire sur le bras de l’Outreventois pour mieux véhiculer son ordre. Le mouvement qu’elle perçoit devant elle lui indique que l’intéressé obtempère, sûrement un peu trop sonné pour complètement comprendre ce qui se passe, et c’est avec grande détermination qu’elle place les mains sur le crâne malmené, palpant délicatement pour mieux comprendre la formation des dégâts, avant de déployer un flot de magie concentré, faisant confiance à l’organisme de l’imposant soldat pour guérir en priorité les zones les plus urgentes. Sans vraiment y réfléchir, elle déplace une de ses mains, enfonçant un index explorateur dans la bouche de Lionel, sentant les contours de la lèvre déchirée là où les dents ont mordu, déployant une étincelle de magie pour réparer les chairs malmenés. C’est sur le manteau de l’homme qu’elle essuie ensuite son doigt, lui indiquant d’une légère bourrade de se relever. « On y est presque. Ne bougez plus. » Glissant la main sous sa chemise, elle suit du bout des doigts les contours des côtes et repère les deux brisées, appuyant légèrement pour guider la magie et l’aider à redresser les os abîmés. Enfin, elle récupère la main de la petite princesse et la remet dans celle du Chevaucheur. « Voilà, vous n’êtes pas tout à fait comme neuf, mais cela suffira. »

Quelques pas de côté, et elle se rapproche d’une autre source de douleur. Féminine, à en juger par les atours qu’elle sent sous ses mains lorsqu’elle cherche à palper les blessures. « Madame, je suis guérisseuse. Laissez-moi faire et restez tranquille. » D’un mouvement assuré, elle relève ce qui ressemble à une quantité invraisemblable de jupes, accédant à une cuisse lisse et douce dont elle répare lestement la déchirure, avant de glisser deux doigts dans le décolleté de la dame pour redresser une côte fendue et calmer les élancements de douleur qui devaient sûrement ponctuer les respirations de sa patiente improvisée. « Je ne peux pas faire plus pour le moment, soyez prudente ! »

Non, pas le temps d’en faire plus – non loin, elle entend déjà charger les chiens.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptySam 4 Nov - 0:48

Ce qui attend à l’extérieur du couloir ne manque pas de surprendre ni d’effrayer les fuyards. Une fois encore, les monstrueuses créatures qui hantaient les couloirs de l’Académie leur firent face, entonnant un chant qui n’avait rien de rassurant. Comme des milliers d’échos, c’était tout le château qui semblait résonner cette mélopée incompréhensible. Ou tout du moins, l’îlien n’était pas certain pour sa part de comprendre la totalité du message. Si ce n’était qu’un danger encore plus grand allait leur tomber sur le coin de la gueule et que rien ne pourrait l’arrêter. Ou presque. Et ça n’y manqua pas. S’il tenta de serrer Quitterie pour la protéger, Rackham ne pu immédiatement réprimer le frisson qui s’empara de tout son corps, remontant le long de son dos jusqu’à sa nuque, hérissant sur celle-ci quelques cheveux. Il avait peur, il ne pouvait le nier et le sentait dans tout son être. Pourtant, il fit face aux chiens qui s’avançaient dans les sombres couloirs, grognant comme s’ils avaient la rage et trainant dans leur gueule ce qui ne pouvait être qu’un cadavre.

Il y avait beaucoup de blessés. Trop, en étant honnête, pour que la défense puisse se faire naturellement. Et trop peu, en vérité, de main armée pour combattre. Lui, Liry. Lionel s’il était un peu réparé. Quelques autres personnes dont il n’avait nullement connaissance du potentiel martial mais c’était toujours ça de pris. Et… Mayeul ? Où était le voltigeur ? Dans la cohue, la venue de ces chiens monstrueux et les cris incessants des Banshees, le capitaine d’Ansemer n’avait pas remarqué que lui et Marianne s’étaient volatilisés. Il remarqua seulement leur absence et pesta de celle du voltigeur qui leur aurait été bien utile. Tant pis.

« Ceux qui peuvent pas s’battre restent derrière ! »

Gronda-t-il avec autorité sans quitter du regard les molosses énormes qui n’avaient pas encore décidés d’attaquer mais dont le regard ne pressentait nullement la cessation des hostilités. Il fut confiant néanmoins et retrouva son courage habituel, quand il sentit la magie glisser de nouveau dans ses veines.

« J’sais pas c’qu’on peut faire Liry. Seul’ment s’battre, ‘ssayer tuer ces salop’ries. » Même si vu tout ce que disaient les Banshees sur la Chasse Sauvage, ça n’allait pas s’arrêter si simplement. « R’cule. » Dit-il à sa cousine en laissant couler le flot de la magie de l’Hiver dans ses veines. Autour de lui, le froid se matérialisa en une brume gelée et un sol peu à peu glacé à ses pieds. Puis alors que les chiens lançaient leur attaque, deux immenses colosses de glace jaillir grâce à sa magie. Deux élémentaires qui frappèrent avant que les bêtes n’atteignent leurs cibles. Le coup de l’un d’eux propulsa la bête contre un mur, et s’il y eut un craquement sinistre, celle-ci se releva comme si nulle blessure ne pouvait réellement l’arrêter. « Est-c’que ces salop’ries peuvent crever ? » Il en savait rien. Et il eut pas le temps de se poser la question que l’autre passa la barrière de son élémentaire, légèrement plus agile, et fonça directement sur lui.

Le cri qui sorti de sa gorge ne lui sembla pas être le sien et pourtant, lorsque le chien attrapa sa jambe de sa gueule immense et planta ses crocs brulants dans sa chair, il sentit clairement la douleur le traverser tout entier. En tombant à terre, son sang envahit la gueule du molosse, peu décidé à le lâcher et faire de son membre un tas de charpie. « Laisse le ! Laisse le ! » Foutue élan de courage de Calico, la petite Loris tenta de descendre de l’épaule de Rackham pour aller frapper le nez du chien sortit des pires cauchemars de l’humanité. « NON ! » L’îlien ne laissa nullement son Familier prendre un tel risque et l’attrapa par la peau du cou avant de la balancer sans viser vers l’arrière, là où elle serait en sécurité. C’est sur la tête de la pauvre Eponine qu’elle finirait par atterrir.

« Bordel, lâche moi ! »


Et d’un violent coup de pied – de sa jambe indemne – il frappa le chien en pleine tête pour lui faire lâcher prise.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptySam 4 Nov - 12:40

Tu as à peine le temps de comprendre ce qui se passe que déjà les chiens sont à la charge.  Vers toi et Rackham et tous les autres.  Même si les autres ne comptent pas à tes yeux.  Il ne faut pas te le dire deux fois de reculer quand ton cousin se met à utiliser sa magie.  C'est pas un spectacle que tu peux voir tous les jours et honnêtement, si les circonstances étaient moins macabres, tu aimerais sûrement la prestation et tu taperais probablement même des mains.  Les continentaux sont de sales bestioles, mais certains spécimens d'entre eux sont capables de véritables prodiges au-delà de l'entendement.  Ça les rend un peu plus adorables que les sales cabots qui vous foncent dessus.  D'ailleurs tu espères bien que peu importe ce que va faire ton cousin, ça en tuera bien un ou deux.  Tu n'oses pas espérer plus. Il y a toujours des limites à ce qui est possible de faire.  Tu ne te fais pas d'illusions.  Si plutôt que de brailler ces bonnes femmes pleureuses pouvaient vous donner un coup de main, ce serait pas de refus.  Tu risques un coup d'oeil derrière toi, seulement pour la voir flotter derrière vous.  Vieille chose inutile!  Sauf pour lancer des prophéties incompréhensibles.  Tu te détournes d'elle pour te concentrer sur l'action.

Les trucs que Rackham a invoqué n'ont pas servi à grand-chose, sauf ralentir – espérons mettre hors-course – un seul des animaux enragés.  Pas le temps de réagir plus que déjà un autre se projette vers l'avant et se met à mordre avec appétit la jambe du capitaine de vol.  Tu pousses un cri de guerre aigu en espérant que ça fasse quelque chose de positif.  Après tout, par le passé ça avait été plutôt utile pour faire fuir d'horribles harpies.  Malheureusement, l'effet est moindre et le chien ne te jette même pas un coup d'oeil : apparemment le mollet de ton cousin était particulièrement délicieux.  Il ne semble toutefois pas capable de se défaire de cette sangsue d'origine canine.  Or il serait temps que tu entres en jeu.  Tu te tires de derrière le dos de ton cousin pour assener un gros coup de torche sur la tête du clébard, évitant par tu ne sais trop quelle agilité la jambe malmenée.

Tu vas mettre un nouveau coup sur le crâne de la créature quand une autre bondit et happe ton bâton entre ses crocs. Tu tiens bon et ne lâche pas ton arme : tu n'es pas mage et sans celle-ci tu te retrouves à mains nues contre les monstres ce qui est plutôt inutile.  Tu n'es pas une guerrière, juste une fille qui se battait avec les garçons quand tu étais jeune.  Ça ne fait pas de toi une combattante très émérite, ni très efficace.

« Lâche ça 'spèce d'sale bête!  Va voir c'qui l'plus têtu d'nous deux! » grognes-tu contre la créature.  Tu plonges ton regard dans le sien et un lourd frisson te parcours.  Cette chose, ce n'est pas qu'un chien enragé.  Il y a quelque chose de plus encore et ça te terrifie.  Seulement, tu n'as pas le temps d'avoir peur.  Un seul instant d'inattention et pouf!  C'est la mort qui t'attend.  Tu n'es pas prête de mourir.  Il faut que tu retrouves ce lâche d'homme à la chevelure douce pour lui mettre raclée d'être parti sans prévenir et en vous laissant à la mort.

Tu secoues à mort ton bras, déterminée à le remporter sur l'animal.  Il finit par lâcher par miracle et tu pousses un cri de joie.  Seulement, sa bave dégoulinante a éteint la flamme et tu y perds une arme de plus contre la menace.  Tu profites d'un moment de répit de ton ennemi pour le frapper un bon coup sur le cabochon.  L'effort t'a demandé toutefois beaucoup d'énergie, tu ne te sens plus aussi fraîche.  « Rackham?  Ç'crève 'lors c'trucs? »  Ta vois est inquiète : tu commences à douter que ça ne meurt pas non.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Lionel de Rivepierre
Lionel de Rivepierre

Messages : 894
J'ai : 35 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction) et comte de Rivepierre.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyMar 7 Nov - 5:41

La princesse et lui rattrapent rapidement le reste du groupe et s’ils se pensent un instant sauvés, il n’en est rien. Une secousse et les piètres aventuriers qu’ils forment sont expédiés au sol, dans une chute qui n’est pas tendre pour le Chevaucheur. À genoux, Lionel est incapable de lever les yeux sur les banshees - à peine de leur porter une quelconque oreille, incapable de faire autre chose de faire autre chose que de regarder ses mains, afin de se concentrer à se relever. Même cela lui semble trop difficile, pour sa tête qui tourne et qui cogne, pour son cerveau qui semble chauffé à blanc à chaque pensée, à chaque son, à chaque mot. C’est la douleur qui lui lève le coeur, alors qu’il réussit à se remettre sur ses pieds, et la peur qui l’empêche de détacher ses yeux de ces horribles chiens et du corps désarticulé qu’ils traînent dans leur sillage. Une chevelure rousse, un visage qui a déjà été gracieux. Vivant. « Lionel… » On attrape son bras et on l’entraîne à l’opposé des terribles créatures, mais l’homme se braque. « Je ne peux pas partir. Je ne peux pas. » Il doit se battre ! Qu’importe la peur qui le glace et qui fait arrêter son sang, il a prêté serment, et devant le danger Lionel a appris à ne jamais reculer.

Louison les arrête dans leur course, autoritaire : « Vous avez une commotion, sire de Rivepierre – mettez donc genou à terre, que je vous soigne prestement. » Il ne lui viendrait pas à l’idée de s’opposer. Genou en terre, comme il le serait devant son duc. La timide et souriante Louison a dans l’urgence une adresse assurée et toute la gêne qu’il a pu avoir envers lui auparavant s’est dissipée, alors qu’elle enfonce un doigt explorateur dans sa bouche. Il retient à peine un rire tant la scène est irréelle, mais chaque acte de magie lui redonne de la vigueur. Merveilleuse magie. Une bourrade lui indique de se relever et lui si pudique habituellement ne bronche pas un seul instant lorsqu’elle glisse les mains sous sa chemise. « Voilà, vous n’êtes pas tout à fait comme neuf, mais cela suffira. Merci Louison. » L’Ansemarienne remet dans sa main celle de Gabrielle. Elle lui semble si menue, encore plus qu’à l’habitude, alors qu’il s’apprête à courir vers le danger sans même un regard en arrière. S’il lâche sa main, ce n’est que pour prendre son visage entre les siennes, penché à sa hauteur afin de la regarder dans les yeux. « Emmenez les plus blessés avec vous. Si vous réussissez à faire un portail, partez en lieu sûr, et prévenez les Voltigeurs et Chevaucheurs en charge de Lorgol. » Ce qu’il leur faut, c’est contenir cette menace. À tout prix. Un baiser sur son front.
Un autre, plus bref encore, sur ses lèvres.
Juste au moment où les mâtins se déchaînent.

Un fracas de glace et de pierre le fait accourir jusqu’aux côtés de son ami et de sa cousine, qui déjà tentent d’empêcher les chiens d’avancer davantage. « Non ! » Le cri est un glapissement horrifié et la magie jaillit, furieuse, se concentre en un point - une dalle de pierre qui explose juste sous les pattes du molosse. Ses crocs se desserrent enfin de la jambe de Rackham et la tête menaçante cherche le responsable de l’attaque, avant que d’autres dalles explosent sous ses pattes et le forcent à reculer, comme un danseur sur des charbons ardents. Lionel attrape son ami sous les bras et l’éloigne de la menace. « Rackham?  Ç'crève 'lors c'trucs? Je ne sais pas », répond-il à la place de l’Îlien, la voix étranglée. Il ne veut pas dire non, mais ça augure mal. Il est pourtant prêt. Un élémentaire de métal se matérialise et va se fracasser sur le chien le plus proche, celui frappé par Liry, afin de le faire reculer encore et encore. Il ne faut absolument pas qu’ils se rapprochent de leur groupe. Doux dieux.

Spoiler:
 



One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 TitreLionel1
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 RandomLionelDeni
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 RandomWikiFredia
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 RoueBriseeKilt
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyMer 8 Nov - 15:07

Quelqu'un me relève mais je sais pas qui exactement. En fait, je comprends plus rien de ce qu'il se passe. Je sais pas non plus quoi faire. Les chiens se jettent sur nous et c'est une pluie de magie et de combat qui surgit d'un coup autour de moi. Je cherche autour de moi des visages connus mais tout me paraît flou. J'ai la vague image de moi, droite et immobile au milieu du chaos, incapable de faire quoique ce soit. Jusqu'à ce je reçoive une chose poilue, vivante et douce sur moi. Je pousse un cri terrifié, totalement paniquée à l'idée d'être la proie des chiens, tentent vaguement de me libérer et sent un flot étrange m'envahir aussitôt. Deux secondes plus tard, je me rends compte que je suis trempée et que les poils de la chose dégoulinent d'eau. Deux autre secondes plus tard, je me retrouve devant un air de reproche de la part... du Familier du mari de tante Quittou. Oh ! Mon pouvoir s'est déclenché par ma peur et je viens d'arroser involontaire ce Familier et moi-même. Totalement embarrassée, je me répands en excuse bredouillante. Oh mais qu'est-ce que je suis maladroite ! Je suis presque interrompue aussitôt par des cris et je tourne la tête à temps pour voir le mari de tante Quittou, la jambe en sang. Et ces chiens qui continuent de nous harceler. Je me retourne d'un coup vers ma tante qui s'occupe de soigner des blessés. J'aimerai l'aider mais je sais pas quoi faire. Même en magie... j'ai appris la théorie, voilà. Même le début. Et ici, à l'Académie, il n'y a pas de vague que je peux soulever pour l'abattre sur quelqu'un. Et soigner des gens sans magie... je sais pas non plus. Je me demande où est Sybille parce qu'elle, elle le saura peut-être. J'espère juste qu'elle est en sécurité. Tout comme Lena. Qu'elles ne vont pas finir de plat pour ces chiens enragés.

-Tante Quittou, tante Quittou, y a ton mari qui est blessé à la jambe.

Je.... je... oh par Osir et Valda, je sers vraiment à rien, si ce n'est de faire des bêtises. J'ai jamais été aussi inutile qu'à ce moment précis où tout le monde semble trouver une chose à faire, alors que je suis derrière une sorte de barrière humaine qui tente de nous défendre de monstres qui ne semblent pas pouvoir mourir. L'unique chose que je trouve à faire c'est me précipiter vers ma tante pour l'amener à son mari, manquant de glisser à chaque pas parce que je dégouline d'eau que je me suis moi-même versée inconsciemment dessus. Vraiment l'image idéale.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyMer 8 Nov - 23:58

Le tumulte est intense, et Quitterie tente de ne se trouver dans le chemin de personne. Elle sait que les valides sont partis affronter les chiens, elle entend les bruits de bataille et le tintamarre confus des armes et des cris. Elle perçoit la magie qui frémit dans l’air, tout autant défensive qu’offensive, et devine que les autres mages sont venus en renfort des combattants. Elle capte du mouvement à proximité, devine la fuite de ceux qui ne peuvent ou ne savent combattre, s’aplatit contre un mur pour ne pas bloquer le passage. La raison lui souffle qu’elle devrait les suivre, que sa grossesse et sa cécité la placent d’office dans la catégorie des poids morts au combat ; mais tel n’est pas l’avis de l’Hiver salvateur qui frissonne dans ses veines, et la petite mage préfère laisser parler son instinct guérisseur.

La voix un peu paniquée d’Éponine la conforte dans cette impression, et elle repousse fermement l’angoisse qui menace de lui étreindre le cœur. Rackham, blessé ? Callia soit avec elle, Aura guide son bras – il est hors de question que cet enfant naisse orphelin !  « D’accord, on va le rejoindre, ma Popo. Il va falloir être courageuse, tu seras mes yeux, emmène-moi près de lui ; et si un chien s’approche, tu te mets derrière moi ! » Daisy va me tuer quand elle apprendra que j’ai mis Éponine en danger. « Et quand je te le dirai, tu t’enfuiras en courant sans m’attendre, Éponine, c’est compris ? Si je te dis de partir, tu pars, sans discuter. » Et Rackham achèvera les morceaux qu’elle aura oubliés. « En avant, Popo. On y va. »

Et au mépris du danger, sans écouter le plus élémentaire instinct de survie, Quitterie se jette dans la mêlée, avec comme seul guide sa frêle nièce d’à peine onze ans.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyJeu 9 Nov - 10:46

Ce n'est pas Rackham qui te répond.  La panique t'envahit rapidement : lui est-il arrivé malheur?  La famille, c'est la famille et tu ne voudrais pas que quelque chose n'arrive à ton cousin.  En plus, il vient tout juste de se marier et il va être papa.  Tu veux le voir avec un bébé dans les bras.  Sûrement, ça sera bien amusant à voir, non?  Tu n'as pas le temps de te retourner pour jeter un œil à l'autre Îlien, si tu laisses ton attention s'éloigner du canidé, tu vas y laisser un membre.  Il s'attaque avec férocité à toi et tu peines à le tenir éloigné avec ton petit bout de bois.  Ses crocs y laissent des marques profondes, tout comme ses griffes.  Tu commences à craindre que celui-ci ne tienne pas la route et que tu te retrouves à te battre à main nue contre ces monstres.  Dans ce cas-là, tu serais vraiment dans une mauvaise position.  Un peu de magie ne te ferait pas de tort.  Comme tu te fais cette réflexion, quelqu'un vient te sauver.  Tu profites de ce répit pour te replier vers l'homme qui t'a parlé tout à l'heur et ton cousin.  Il a une sale plaie à la jambe.  Comme quoi les vieilles grands-mère ont raison de craindre pour leurs mollets.

« Z'ont pas m'gés d'puis d'siècles c'monstres.  Rackham, ç'va? »

La question est stupide, mais ça te rassure de la poser.  Tu soupires et montre ton bâton à l'homme qui vous a sauvé, toi et ton cousin.  Il est tout abîmé, sur le point de rendre l'âme.  Tu ne pourras repousser les sales bêtes très longtemps encore avec ça.  Tu ne manques pas de courage, ni même d'audace.  Tu étais la championne de l'imprudence dans ta jeunesse.  Toutefois, tu ne comptes pas mourir si jeune.  Pas assez d'altruisme pour sacrifier tes fesses pour le bien être de l'humanité.

« J'p'rai pas l'r'p'sser l'temps.  M'bâton va s'briser pour b'tôt v'yez.  M'sœur et l'cousin, s'mages, mais p'moi.  Sans c'truc j'vous suis pas ben 'tile, v'yez? »

Tu n'as pas besoin de montrer tes bras aux muscles allongés : tu as de la force, mais pas de celle pour frapper à mains nues sur de méchants cabots.  Au moins, tu peux espérer que la torche et son métal leur fera un peu mal.  Tu remarques pas loin de vous deux têtes rousses avancer à tâtons vers vous.  C'est pas une excellente idée que la petite femme aveugle de Rackham ne vienne se mettre au premier rang avec une fillette, peu importe si son courage dépasse sa taille.

« Rackham, t'femme 'rive.  C'vous m'sieur qui a fait 'ploser mon chien? Ç'rait pl'vite si v'm'piquiez pas m'ennemis v'yez?  Pas l'temps d'rester là, y reviennent ses monstres! »

On peut entendre un brin de panique dans ta voix.  Ton cousin dans cet état ça t'inquiète, vous avez besoin de ses gros bras et de sa magie.  Mais déjà, une sale bestiole bondit vers vous, probablement pour s'en prendre à la proie faible.  Sans réfléchir, tu te jettes sur elle en poussant un hurlement qui ressemble à un cri d'alligator imité par un perroquet enroué – c'est ce qui ressemble le plus à un cri de guerre – et tu engages le combat avec l'ennemi.  Tu roules avec le chien dont tu as dévié la course et qui te griffe quand il le peut.  Tu éloignes sa gueule béante aux dents pointues comme tu peux avec ton bâton.  Tu ne pourras pas leur venir en aide à nouveau ceux-là là-bas et tu ne peux compter que sur toi-même désormais : ils sont cernés eux si pendant que ton combat personnel t'éloigne du groupe.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Gabrielle de Faërie
Gabrielle de Faërie

Messages : 1665
J'ai : 29 ans
Je suis : Princesse impériale, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et son peuple
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyJeu 9 Nov - 16:18

On l’avait déracinée de son but, on l’en avait détournée en retirant sa main de sur celle de Lionel. La mage l’avait soigné avec célérité. Jamais Gabrielle n’aurait pu, même dans ses rêves les plus fous, façonner sa magie avec autant de rapidité. Puis, comme si jamais on ne l’avait arrêtée en plein élan, on avait reposé sa main sur celle du chevaucheur. Encore secouée par l’apparition de la créature, par son chant déchirant et par la venue des cerbères, Gabrielle sursauta presque en voyant le comte de Rivepierre se tenir devant elle, engaillardi, et glisser ses mains à son visage. Lionel lui dicta quelques ordres et elle sut alors qu’il avait endossé son rôle de capitaine de Vol. ...Ou à moitié, car ses lèvres se posèrent sur son front, rassurantes. Et sur ses lèvres.

Les souvenirs de sa conversation avec le prince héritier se mêlaient à la chaleur de leurs lèvres liées. Agissait-il par tendresse ou par désespoir devant une situation périlleuse? Gabrielle chassa ses pensées alors qu’elle mettait fin à cette marque évidente d’attachement, aux yeux de tous. Elle ne se risqua pas à balayer du regard la petite foule les entourant pour voir si on les avait remarqués ou non. Il y avait plus important à faire, pour le moment!

Avec instinct, elle laissa la magie du Printemps courir dans ses veines jusqu’à créer un élémentaire de pierre. Déjà, elle l’entendait racler les couloirs, près d’elle, en patientant d’agir selon sa volonté. Non loin, Gabrielle entendait les chiens immenses se rapprocher des premiers chevaucheurs qui tentaient de faire barrage.

- Les petits! Les blessés! Venez avec moi!

Sa voix portait bien peu, dans le chaos ambiant, mais quelques uns des blessés et des plus jeunes s’étaient tournées vers l’ancienne étudiante désormais Épine. Elle avait frappé un coup sec de ses mains, autant pour recouvrer son énergie et se dégourdir que pour attirer un peu plus l’attention des plus jeunes à travers leur peur évidente. Son mouvement lui avait arraché une grimace légère ; sa blessure pulsait encore et toujours à son épaule et la princesse sentait le tissu poisseux de sang coller sa plaie.

Elle s’élançait malgré tout en direction opposée du couloir, une tribu de quatre ou cinq adolescents et éclopés sur ses talons. Son but était simple : trouver une porte déverrouillée pour s’y cacher, faire tenir son élémentaire et les leur le plus longtemps possible afin de créer un portail vers l’entrée de Lorgol. Là-bas, des voltigeurs et chevaucheurs défendant la ville écouteraient ces convives blessés et en sang. Elle l’espérait très fort, Gabrielle, alors qu’elle testait une porte, puis une autre. Ils trouveraient les mots les meilleurs, ils se feraient entendre et dépeindraient la situation catastrophique dans laquelle ils se trouvaient avec justesse.

C’est un adolescent maigrichon qui trouva la solution : reprendre le couloir qui les avait menés jusqu’ici. Le petit groupe s’y engouffra en espérant ne pas trouver pire en retrouvant la pièce qu’ils avaient quittée. Il faisait sombre, par ici. Et froid. Les vitraux avaient éclaté en raison des secousses, et d’où ils étaient, le froid automnal avait désormais investi les lieux.

- Ceux qui en sont capables, laissez vos élémentaires surveiller la porte. Nous avons besoin de temps! Si vous réussissez à partir, il faudra chercher de l'aide.

Le sien, lourd de pierre, s’immobilisa contre les tentures de bois. Un deuxième, de métal, plus petit, s’arrêta non loin. Au loin, les aboiements continuaient, ainsi que les hurlements de leurs amis. Ça se rapprochait. Du moins, elle le croyait, Gabrielle, alors qu’elle tentait de se concentrer.

Du temps, c’est tout ce qu’elle demandait. Tout ce qu’elle espérait.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptySam 11 Nov - 15:02

Tout autour de lui s’était mis à tourner. La peur, le sang perdu, les pulsations rapide de son cœur, tout cela commençait à se faire ressentir de façon alarmante. Gabrielle. il avait cru entendre Gabrielle. Mais dans la brume qui commençait à l’engloutir, il n’en était pas certain. Il tentait, en vain, de lutter contre le vertige qui le prenait. Même la douleur sourde qui pulsait dans son flan se faisait lointaine maintenant, atténuée par la perte de connaissance.
 
Et il sombra.
 
Quand il reprit conscience, il était toujours dans le couloir. Tous semblaient paniqués. Mayeul avait disparu constata-t-il comme sortant d’un rêve. Il mit quelques instants à se souvenir de l’endroit où il se trouvait, de la situation. Tout était confus, s’emmêlait dans son esprit et il avait l’impression d’avancer au sein d’une mélasse poisseuse qui retenait ses pensées. Les voix lui parvenaient, lointaines, et il n’arrivait pas à fixer son attention dessus. Chaque effort lui semblait soudain incommensurable, une montagne à gravir pour garder les paupières ouvertes. Pourtant, sans savoir réellement pourquoi, il savait qu’il ne devait pas resombrer, que cela aurait des conséquences dramatiques.
 
Il luttait contre lui-même.
 
Peu à peu, il se tira de sa torpeur, le monde reprenant consistance, au moment même où la princesse ordonnait aux plus jeunes et aux blessés de la suivre. Soudain deux mains de fer l’empoignèrent, lui arrachant une plainte, pour le remettre sur ses jambes. Deux solides gaillards, adolescents, l’encadraient pour l’aider à se mouvoir. D’un mouvement de tête, il les remercia, tentant du mieux qu’il pouvait d’avancer, de leur faciliter la tâche. Mais chaque mouvement semblait plus douloureux que le précédent. Des larmes perlaient aux coins de ses yeux, réflexe malheureux de son corps mais aussi de son système nerveux qui commençaient à céder face à la peur constante, à la panique qui ne cessait d’enfler dans sa poitrine.
 
Comment faisaient-ils les autres pour garder leur calme ? Pour passer par-dessus la peur et la douleur ? Où se cachait leur courage ? Il resserra sa prise autour des épaules des jeunes hommes, serrant les dents alors que la princesse donnait de nouveaux ordres. Elle ne semblait même pas l’avoir remarqué au milieu de ceux qui l’avaient suivie.
 
« Déposez-moi là les garçons, vous serez plus utiles au combat… Grogna-t-il, se faisant abandonner à même le sol. »
 

Il aurait voulu prendre la parole, réussir à motiver les troupes, trouver les mots pour que tous reprennent courage mais déjà sa tête se remettait à tourner. 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptySam 11 Nov - 21:12

Gaëtane partit devant, mais ce fut avec stupeur qu'elle découvrit le spectacle macabre et lugubre qui se jouait devant ses yeux, le chant des banshees, une meute de chiens tout droit sortie du fin fond de l'enfer... Gaëtane retrouvait, peu à peu, toutes ses facultés magiques – elle savait qu’elle pourrait entraver l’une des bêtes, mais uniquement pour quelques instants… Cela ne suffirait pas à les aider. Peut-être à éviter pendant un instant qu’une de ces créatures attaquent l’un des membres du groupe.

Un petit bout de femme s’approcha d’elle, c’était bien le moment… «  Mais… Que… » balbutia Gaëtane, un peu choquée par les agissements de Quitterie. La Duchesse s’apprêtait à hausser le ton, que ce n’était pas des manières d’agir, mais elle se ravisa aussitôt lorsque sa déchirure à la jambe disparut ou encore lorsqu’elle sentit son souffle reprendre de manière normale après l’intervention de la guérisseuse. Raclement de gorge de la part de Gaëtane pour ravaler des paroles qu’elle aurait certainement regretté. « Je vous remercie. » ton un peu hautain, mais il fallait bien avouer que Quitterie l’avait soulagée. Dans d’autres circonstances, Gaëtane aurait certainement pesté qu’elle en avait assez fait, mais là c’était un mal nécessaire au vu de la situation catastrophique.

Gaëtane ne se mit pas en première ligne, mais elle restait attentive à ce qu’il se passait prête à entraver un chien enragé qui aurait l’idée de s’abattre sur elle, entre autres. À l’affut, elle eut un mouvement de recul lorsque l’un des chiens s’élança vers Rackam, Lionel et Liry, la jeune femme prenant les devants et engagea le combat avec l’animal. Un air de surprise se dessina sur le visage de Gaëtane face à la témérité de Liry.

Dans un tel moment, c’est sa sœur que Gaëtane chercha du regard, mais elle avait disparu au loin entraînant à sa suite quelques blessés et des adolescents sur les bons conseils de Lionel… Il ne fallait pas se séparer, Gaëtane comprenait, malgré elle, l’attention de Lionel de mettre en « sécurité » sa fiancée, mais la laisser partir seule était de la folie ! Qu’est-ce qui nous assurait que derrière nous la menace n’était plus là ? Une autre horde de chiens ? Des banshees ? D’autres créatures encore plus horribles… ? Ils étaient à la merci du danger, ce n’était pas quelques élémentaires qui allaient les sauver. Elle abandonna le groupe, entravant brièvement l’un des chiens au passage qu’elle jugea trop près de Quitterie et de la jeune enfant qu’elle avait sous sa protection. Et couru en direction de sa sœur…  

Lorsque Gaëtane s’engouffra dans le couloir et la pièce quittait légèrement plus tôt, le faible portail que Gabrielle avait réussi à ouvrir après quelques minutes d’invocation venait de se refermer sur Sylvain Belle-Histoire qui, trop affaibli, n’avait pas pu l’emprunter. C’était un miracle que Gabrielle ait pu suffisamment se concentrer pour créer un portail et sauver quelques personnes avec une horde de chiens au-dehors. L’arrivée de Gaëtane avait dû la déconcentrer et maintenant, ils ne restaient plus qu’eux dont Sylvain dans un sale état.  L’intention était là. lança Éole, conscient de la situation qui était restée auprès de Gaëtane pendant tout ce temps. Si j’avais su…

«  Venez ! Vous ne pouvez pas rester là ! Il faut rejoindre les autres ! Tu as fait ce que tu as pu, Gabrielle. Ils sont saufs. »

Gaëtane ne comptait pas mourir ici, l’espace d’un instant elle pensa abandonner Sylvain là… mais… elle ne pouvait pas, il y aurait très certainement une levée de boucliers de la part de Gabrielle, une dispute, des tensions et ce n’était guère le moment. Elle passa sa tête sous l’un des bras du conteur et le souleva comme ça pour l’aider à marcher.   «  Aide-moi Gabrielle ! Je ne peux pas le soutenir seule. La guérisseuse s’occupera de lui, il faut y retourner. Nous n’avons pas le choix. Essayez de marcher, sinon je vous abandonne ici est-ce que c’est clair ?! »

Gaëtane repartit, donc, en direction des combats avec Sylvain et Gabrielle. C’était la première et dernière fois qu’elle sauvait son prochain… Quelle idée… mais quelle idée…


Spoiler:
 


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 620681ChienDeBerger
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 Z6jWz9PB_o
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Liry Mac Lir
Liry Mac Lir

Messages : 703
J'ai : 24 ans
Je suis : cartographe sur le Borée

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Pénélope de Bellancre
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 EmptyDim 12 Nov - 4:03

Tandis que tu roules avec le colosse, beaucoup plus costaud et fort que toi, t'éloignant encore plus de ton groupe, tu te prends à songer que c'était une très mauvaise idée que de te jeter comme ça à la tête de la bête.  L'autre monsieur qui s'était gentiment occupé de ton cousin aurait pu utiliser un peu de sa magie pour faire reculer la chose peut-être.  Il est toutefois trop tard pour se laisser aller aux regrets.  Du moins, si tu tiens toujours à la vie, parce qu'un seul instant de déconcentration et ta tête serait avalée par la gueule du molosse en une seule bouchée.  C'est pour ta vie maintenant que tu luttes de toutes tes forces.  Et malheureusement, celles-ci s'amenuisent bien trop rapidement.  Tu ne sais combien de temps encore pourras-tu tenir  tête à la bête avant qu'elle ne te dévore de ses crocs aiguisés.  Tu es terrifiée.  Ça n'a rien à voir avec les alligators et les crocodiles que ce monstre-là.  Ses griffes lacèrent ta chair tendre de jeune fille : ça te laissera d'horribles cicatrices.  Si tu t'en sors, tu te promets de les porter fièrement comme une preuve de ta bravoure face au danger.  Si tu en meurs, eh bien elles témoigneront de ta stupidité de croire que tu pourrais vaincre pareil adversaire.  C'était la règle du plus fort sur ton île, la même chose contre les créatures maléfiques qui s'en prenaient à vous en ce moment.

Un moment d'inattention permis au chien de t'arracher des mains ton précieux bâton, ta torche qui t'a si fidèlement défendue dans les moments difficiles.  Tu te retrouves sans protection face à l'horrible monstre et celui-ci en profite bien pour planter ses crocs avec férocité dans ton épaule.  Tu lâches un cri plaintif, sentant la douleur se propage lentement dans tout ton bras.  L'espace d'un court instant, tu songes à abandonner et baisser les bras, tu ne peux rien contre ce gros clébards, mais tu te reprends assez rapidement.  Malgré les spasmes de douleur qui te parcourent, tu serres les dents et cesses de hurler comme un blessé avant l'amputation.  Il faut que tu lui fasses lâcher ton épaule pronto.  Et tu as une magnifique idée pour ce faire.

De ton bras libre, tu profites du fait que la bête ne puisse plus bouger aussi aisément sans te lâcher pour lui planter avec vigueur tes doigts dans son œil droit.  Le bruit de celui-ci, quand le globe oculaire éclate sous la pression exercée par tes doigts est répugnant, un liquide visqueux coule sur la peau de ta main, mais ça a le mérite de faire lâcher sa prise au mâtin qui hurle de douleur.  Ou pour appeler ses camarades à son secours pour en finir avec toi.  Tu ne restes pas là à ne rien faire.  Libérée du poids du poitrail de l'animal, tu te lèves en tenant ton bras droit salement amoché et te mets à courir aussi vite que possible pour t'éloigner de l'animal.  Une pensée pour remercier Tim qui t'avait enseigné que les yeux sont un point faible te traverse l'esprit.  Ce n'est pas tout à fait l'homme que tu as d'abord cru qu'il est, mais il est plutôt malin.

Beaucoup de sang coule le long de ton bras, tu commences à te sentir un peu étourdie, mais le bruit des griffes qui frottent le plancher derrière toi te dissuades d'arrêter de courir.  Tu vois les autres se battre devant toi et tu t'en veux de leur apporter un ennemi de plus avec qui en démordre, mais tu es complètement hors de combat.  Ou presque.  D'un geste leste tu attrapes une de tes chaussures, de plutôt jolies offertes par Pénélope, et la jette à la tête du molosse.  Ça le ralentira peut-être un peu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest   Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 2.6 • La Chasse Sauvage ▬ L'Aile Ouest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Oies sauvages [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: