AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -52%
-52% sur la machine à pain Moulinex PAIN ...
Voir le deal
76.99 €

Partagez
 

 Femmes atypiques pour cas atypique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Femmes atypiques pour cas atypique.   Femmes atypiques pour cas atypique. EmptyDim 7 Fév - 11:41


Livre I, Chapitre 2 • Le Carnaval des Miracles
Lucille Sombrefiole & Eo Fane-Etoile

Femmes atypiques pour cas atypique

Suspendue au bout de ses lèvres.




• Date : 1er mars 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Eo a quelques soucis de fertilité et cherche depuis des années quelqu'un pour lui dire que l'on peut arranger cela. On a sous-entendu que Lucille Sombrefiole pourrait lui être d'une aide fortuite. Eo se rend donc à sa boutique au sein de l'Académie pour en avoir le cœur net.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Femmes atypiques pour cas atypique.   Femmes atypiques pour cas atypique. EmptyDim 7 Fév - 11:44

L’académie. L’étage dédié aux commerces. C’était la première fois pour Eo. Elle avait enfin l’occasion de fouler le sol de ce qu’elle considérait comme l’une des plus merveilleuses inventions que le genre humain ait pu porter à terme. L’osmose parfaite entre savoir et magie, le cœur de Lorgol presque, qui battait doucement sous les rayons assassins d’un soleil d’hiver timide. Ses gigantesques tours semblaient s’envoler au creux des nuages, encore plus majestueusement que la ville de Lorgol. Eo avait toujours été impressionnée par les prouesses techniques de sa race ; la bouche toujours grande ouverte d’un émerveillement presque enfantin, elle s’était toujours demandé comment leur petit cerveau et leurs petites mimines étaient capables de si grande chose. L’harmonie entre un dragon et un homme, l’entente décalée d’un griffon et d’une femme, ces magnifiques palais qui rivalisaient tous de beauté. Et puis les serres, les serres de l’Académie ! Il fallait voir ça au moins une fois dans sa vie, au risque de passer pour le plus ténu des gueux. La jeune femme aurait donné tout ce qu’elle avait pour intégrer ce genre de bâtiment, ce genre de communauté même. Mages et savants, peut-être pas mains dans la main tout de même, mais s’entraidant, mêlant toutes leurs connaissances pour en faire le temple de la compréhension, et de l’intelligence… Eo ne pouvait que trouver ce qu’elle cherchait en tapant à cette porte. C’était son plus grand espoir, qu’elle nourrissait depuis qu’elle savait qu’elle était plus ou moins stérile. Portant ce rêve comme guide de ses nuits, poussant sa barque vers les couloirs ignobles de beauté de l’Académie ; c’était nue qu’elle venait se présenter ici, en dernier recours, en dernier désespoir car c’était maintenant ça qui la poussait si insidieusement dans ses plus profonds retranchements. La petite bourse tintait à ses côtés alors qu’elle se perdait consciencieusement dans les dédales de l’école. N’étant pas certaine de pouvoir y revenir de sitôt, elle voulait profiter de chacun des rayons de soleil, de chacun des tintements qu’elle entendait, de tous les pas qui glissaient sur les larges escaliers de pierre.

L’étage dédié aux commerces. Elle y était arrivée, finalement, après moult tours et détours, après des arrêts devant les luxueuses fenêtres pour dévorer du regard une Lorgol qui sommeillait encore, comme le ronflement d’un dragon un peu trop paresseux. Il était encore tôt, pourtant, l’inconnue des lieux sentait qu’elle n’avait que perdu trop de temps éblouie par ce monstre d’architecture.

Elle laissa ses rêves au placard, et se rendit dans l’aile qui lui convenait le mieux. Une boutique tout ce qu’il y avait de plus normale détenait peut-être les clefs de son cœur, les clefs de son lourd secret qu’elle ne voulait plus porter depuis longtemps. Il lui fallait trouver Lucille Sombrefiole, une savante atypique, qui s’adonnait même parfois à la vente de contraceptifs, de manière si officieuse qu’en découvrir la teneur lui avait pris longtemps, très longtemps. Eo ne pouvait pas croire que personne à l’Académie ne s’intéressait aux soucis féminins. Ils étaient savants, après tout ; n’étaient-ils pas curieux de trouver des remèdes, de comprendre encore mieux comment un corps pouvait fonctionner – ou non ? Après avoir cherché, tourné en rond, suivit des pistes plus fumeuses les unes que les autres, un nom était tombé dans son oreille, chuchoté au creux de la nuit, car la contraception n’était pas bien vue partout. Eo était partie en quête de cette femme qui sauverait peut-être son cœur, et son futur mariage. Elle se doutait bien qu’elle allait lui présenter un cas atypique et qu’elle n’aurait certainement pas de réponse dans l’instant ; peut-être même que ce qu’on lui avait dit était faux, et qu’elle n’aurait même jamais de réponse du tout. Lucille Sombrefiole pouvait être une impasse comme tous les autres avant elle. Mais il y avait l’Académie, l’Académie et ses savants, et cette auréole de savoirs, de connaissances, de curiosités, d’avancées et de prouesses technologiques comme métaphysiques, qu’elle rêvait d’aborder. Peut-être que son cas pouvait être élucidé. Il ne pouvait en aller autrement.

Après avoir hésité un long moment sur le pas de la porte, elle prit une grande inspiration, et passa le pas de la boutique. Il n’y avait personne encore, dans ce silence étonnant d’un bon matin hivernal, et la fraîcheur de la pièce la surprit un instant. Elle n’avait pas eu de description précise et exacte de la femme qu’elle cherchait, alors Naïve s’attendait presque à tomber sur une vieille femme aigrie perdue dans ses propres élucubrations. Et puis elle l’aperçue, touchée par le feu lors de sa naissance, une chevelure rousse et bouclée, un visage presque enfantin, et pourtant si concentré. Cela lui inspira confiance. « Bonjour, » commença-t-elle d’une voix si enfantine qu’elle se reprit rapidement, un peu intimidée par la situation. Elles viendraient peut-être à parler de choses si personnelles qu’Eo se sentait déjà mal à l’aise avant même de commencer. « Êtes-vous bien Lucille Sombrefiole ? Je viens pour un cas un peu… spécial. Auriez-vous un instant à m’accorder ? Si tel n’est pas le cas, indiquez-moi vos disponibilités, je me ferai un plaisir de revenir plus tard. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Femmes atypiques pour cas atypique.   Femmes atypiques pour cas atypique. EmptyMar 9 Fév - 13:28

Allez, salut, je m'en vais à la foire aux vins d'Euphoria !
C'est plus ou moins ce que j'ai dit à mon remplaçant il y a quelques jours avant de m'en retourner vers mon duché natal. Heureusement pour lui, je suis une fille de parole, je lui dit que je serais de retour au début du mois et c'était chose faite, grâce à, je le regrette, une once de magie pour me faire traverser le monde aussi vite. Mes déboires de janvier dernier m'ont suffi et j'ai pris une décision : pas celle d'arrêter de voyager à pied ou en charrette, ça non – quoi que, je ne ferai plus confiance au premier transporteur bon-marché, c'est dit – mais celle de ne plus partir à l'aventure quand j'ai un impératif à respecter. Puis celle de ne plus avoir d'impératifs, d'ailleurs ! C'est la dernière fois que je donne à mon employé une date de retour. S'il avait envie d'horaires stables et de patronne fiable, il n'avait qu'à se faire embaucher aux cuisines ! Je n'ai pas ouvert MA boutique pour avoir des comptes à rendre à tout le monde.

Je suis donc de retour depuis ce matin à peine et déjà je m'affaire à expérimenter de nouvelles idées qui me sont venues pendant mes vadrouilles dans l'ailleurs. Même si goûter quelques boissons est toujours très distrayant, je ne parle pas de cet ailleurs-là. Je parle de celui qui n'est ni ma petite chambre, ni mon atelier, ni ma boutique. Chaque nouvelle promenade, même si elle ne me mène presque jamais à un élément inconnu à expérimenter, mélange mes idées et en concocte de nouvelles. Je ne peux, certes, pas emporter tout mon stock et mon laboratoire avec moi, mais j'ai ma tête, mes souvenirs et ma réflexion et c'est amplement suffisant pour rentrer inspirée de mes nombreuses escapades. C'est peut-être pour cette raison qu'elles sont si nombreuses. Enfin, pour aller taper dans la réserve d'alcool de la princesse ou goûter les breuvages les plus exquis et les plus originaux d'Euphoria, je n'ai pas besoin de raison.

Les nouvelles circulent vite dans cette école. Une de mes petites cobayes fraîchement recrutée cette année a eu vent de mon retour et s'est ruée dans mon échoppe à une heure bien matinale. Elle tombe bien, cette gamine, elle est pleine de boutons et j'ai justement sous la main quelque chose que j'avais laissé reposer le temps de mon séjour en Sombreciel. Je la fais patienter dans l'arrière boutique et je récupère une échelle pour aller le lui chercher. C'est au moment où je lutte pour atteindre le sommet de mon étagère que j'entends une petite voix féminine m'interpeller. Je sursaute et manque de perdre l'équilibre, j'ai heureusement bien en main la fiole que j'ai voulu récupérer et l'autre main est fermement accrochée à mon échelle. Encore un peu surprise et sous le coup de la chute que j'ai manqué de faire, je descends de mon support avec peu d'assurance.

C'est une nouvelle cliente, je ne l'ai jamais vue mais c'est surtout elle qui ne m'a jamais vue. Je suis bien Lucille Sombrefiole et peut-être qu'elle s'attendait à voir quelqu'un de plus... adulte ? Ou de plus coiffé. Elle m'intrigue, ceci dit, elle veut quelque chose de spécial, c'est rare tout de même, que des nouveaux veuillent quelque chose de... spécial. Je la regarde très sérieusement, faisant tourner ma fiole dans ma main avant de lui sourire. Ma curiosité attendra, il faut que je fasse dégager la petite.

« Bonjour. Oui oui c'est bien moi ! J'ai un instant... dans un instant ! Je reviens tout de suite ! »

Je la laisse au milieu des immenses meubles remplis de bouteilles de toute forme. C'est quelque chose qui attire bien les regards, les différences de forme et de couleurs, car en vérité, j'ai beaucoup de potions et de lotions différentes mais pas autant que pourrait le laisser croire la variété de leurs apparences. Ma cobaye m'attend sagement et sans faire un bruit, c'est une vraie perle cette enfant, parfois un peu trop tranquille, mais étant donné les désastres que m'ont provoqué certains, je ne vais pas m'en plaindre. Je lui confie ma préparation en prenant bien soin de lui préciser et d'insister, pour que ça rentre bien dans sa petite tête :

« Deux gouttes, à diluer avec de l'eau, PAS PLUS. Matin et soir, PAS PLUS. Note tout ce qui t'arrive, ne prends RIEN d'autre pour le moment, reviens dans une semaine, on avisera.  T'as compris ?»

Après avoir affirmé d'un hochement de tête et de ce regard impressionné qui est collé en permanence sur sa face, elle s'échappe par l'entrée et je la suis de près, à un rythme un peu plus tranquille. Ma nouvelle cliente n'a pas l'air d'avoir pris peur par cette scène absurde, mais je tente quand même tant bien que mal de la rassurer :

« Faut pas croire que je les torture, mes petits cobayes ! Elle, elle est juste super timide. Bon, on s'en fiche. Je suis à vous maintenant, parlez moi de ce cas...»

Ma curiosité me fait prendre une petite pause, alors que j'essaie d'imaginer ce que mon interlocutrice peut bien avoir à me dire, tout en gardant ce sourire malicieux auquel je suis habituée.

« ...spécial.  Vous pouvez vous asseoir si vous voulez.»

Je lui indique ensuite un fauteuil installé dans le coin de deux étagères, près du comptoir qui me sert aussi de bureau, quand je ne me rends pas dans mon atelier derrière. D'ordinaire, il y a un désordre fou sur ce meuble mais mon remplaçant est plus soigné que moi, ainsi, outre la caisse qui contient les paiements, seul le livre de comptes est sorti, et encore, c'est seulement parce que je l'ai consulté en arrivant. Je pose mes coudes dessus sans ménagement et j'attends de savoir ce que la jeune femme en face de moi, tout en jouant avec une de mes boucles rebelles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Femmes atypiques pour cas atypique.   Femmes atypiques pour cas atypique. EmptySam 13 Fév - 12:58

Lucille Sombrefiole. Si on avait demandé à Eo à quoi elle s’attendait avant d’entrer dans cette pièce, jamais elle ne l’aurait décrite ainsi. Elle s’attendait plus à voir quelqu’un d’âgé, qui aurait acquis une expérience au gré des années, et au fil d’études secondaires. Mais non. Lucille semblait même plus jeune qu’Eo, ce qui la surprit mais ne fit que renforcer son sentiment de confiance. Si elle avait déjà une boutique à son jeune âge, c’est qu’elle devait être vraiment douée. Perchée au sommet d’une échelle, elle manqua de lâcher sa fiole quand la voix d’Eo retentit. De ses cheveux crépus s’éleva une petite voix guillerette. « Bonjour. Oui oui, c’est bien moi ! J’ai un instant… dans un instant ! Je reviens tout de suite. » Eo hocha distraitement la tête tandis que la mage descendait de son échafaud.

Une petite fille attendait sur le côté, peut-être une future mage entre les murs de l’Académie. Lucille Sombrefiole lui indiqua la marche à suivre par rapport à la fiole, insistant extrêmement lourdement. La cliente ne put s’empêcher de sourire en entendant la conversation, utilisant ce temps pour dévisager les lieux ; sur les étagères, armoires et promontoires, des bouteilles de toutes les formes, de toutes les couleurs qu’elles faisaient ployer. Des potions, des lotions, des herbes même, certains livres qui n’étaient certainement pas à vendre, mais qui devaient aiguiller la jeune femme lors de ses recherches. Elle revint après avoir renvoyé la gamine, un peu gênée qu’Eo ait assisté à leur échange, et cherchant même à se justifier un peu en lui assénant qu’elle ne les torturait pas. « Vous faites bien ce que vous voulez dans vos locaux… » la rassura sa cliente. C’était la vérité, en plus ; si elle pouvait la soigner, Eo se moquait bien de ce qui pourrait arriver ensuite, même si elle n’était pas certaine de vouloir le savoir d’une femme qui maltraitait des enfants… MAIS, apparemment la gamine n’avait pas l’air traumatisée, et Lucille Sombrefiole semblait bien trop sympathique pour cela. « Je suis à vous maintenant, parlez-moi de ce cas… spécial », dit-elle accompagnée d’un petit sourire. « Vous pouvez vous asseoir si vous voulez. » Elle lui indiqua un fauteuil lové entre deux étagères, près d’un comptoir ressemblant vaguement à un bureau. Elle s’accoude au bureau, écrasant d’ailleurs un livre au passage tandis qu’Eo s’enfonce dans le fauteuil. Elle ne savait pas vraiment comment amener le sujet, ni même si Lucile était compétente pour ce genre de soucis. Mais elle n’était pas venue ici pour se rebiffer maintenant. En plus, elle avait la chance d’être seule dans la boutique pour le moment, alors autant se jeter à l’eau. « Je ne sais pas si vous traitez de ce genre de cas « spécial », donc, mais je viens ici car vous êtes un peu mon dernier recours. J’ai quelques soucis d’ordre de fertilité, et malgré la visite de nombreux connaisseurs, savants, médecins, et toutes les professions que vous pouvez imaginé mon problème reste… insoluble. » Autant lui donner un peu envie de s’atteler à la tâche, elle semblait aimer les problèmes impossibles. La timidité prit Eo d'assaut et elle prit un moment avant de trouver les mots qu'il fallait pour exprimer son soucis. Elle ne savait pas trop à quoi s'attendre en débarquant ici... « J’ai bien mes sangs, mais ils sont extrêmement irréguliers ; certains savants m’ont affirmé que je serai infertile toute ma vie. Je viens ici pour quérir votre avis sur la question. » Eo n’avait pas encore eu l’occasion de perdre sa virginité, et donc elle n’avait pas non plus eu l’occasion de travailler à la fécondation d’un enfant et à la procréation. Beaucoup de haut bourgeois avaient demandé à prouver la fertilité de leur future épouse avant d’en accepter la main, chose qui avait été impossible à faire étant donné de ses sangs irréguliers. Peut-être que Lucille Sombrefiole trouverait une solution à ce problème. « Bien entendu, vos services et votre temps seront rémunérés. » La jeune mage ne semblait pas motivée par l’appât du gain ; mais quelques piécettes en plus ne rebutait personne, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Mélusine de Sylvamir
Mélusine de Sylvamir

Messages : 5854
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Femmes atypiques pour cas atypique.   Femmes atypiques pour cas atypique. EmptyVen 1 Avr - 16:57

- Archivé suite à l'absence de Lucille, me faire signe si vous souhaitez reprendre ce RP :cute: -










Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Femmes atypiques pour cas atypique.   Femmes atypiques pour cas atypique. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Femmes atypiques pour cas atypique.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: