AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 Intérieur Noir
4.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Un grade de perdu pour un de gagné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyMer 2 Jan - 13:04




Livre IV, Chapitre 1 • Les Labyrinthes de Sithis
Sifaï Sinhaj & Richard le Harnois

Un grade de perdu pour un de gagné

& des questions à poser




• Date : le 12 août 1003
• Météo (optionnel) : il fait chaud patate
• Statut du RP : en cours - privé
• Résumé : Entre deux soins visant à le retaper, Richard croise la route de Sifaï. Une deuxième rencontre, cette fois, bien différente, tant dans son contexte que dans les grades des deux personnes.
• Recensement :
Code:
• [b]Le 12 août 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t4425-un-grade-de-perdu-pour-un-de-gagne]Un grade de perdu pour un de gagné[/url] - [i]Sifaï Sinhaj & Richard le Harnois[/i]
Entre deux soins visant à le retaper, Richard croise la route de Sifaï. Une deuxième rencontre, cette fois, bien différente, tant dans son contexte que dans les grades des deux personnes.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyMer 2 Jan - 13:11

Il était esseulé Richard alors qu'il marchait le long d'un couloir de pierre de taille. Une couleur de sable prédominante et une variété d'autres chatouillaient ses mirettes fatiguées de splendeur et d'exotisme. Ce n'était pas dans la capitale de l'Empire d'Ibélène que l'on pouvait contempler pareil décor et pourtant, malgré tout, ce n'était pas ce paysage qui serait gravé dans son esprit en quittant Erebor. Ce n'était pas non plus les senteurs des bains à renverser ses sens qui l'avaient nettoyé de la souillure des voyages qui marqueraient son nez. Ni les mets rares qui avaient pu traverser ses lèvres qui épanouiraient son sens du goût. Encore moins le toucher des tissus sur sa peau après un bain. Quant aux chants à la langue des dunes invitant l’ouïe à s'abandonner, s'ils étaient presque magiques et transcendants, ce ne seraient pas les joyeux qu'il retiendrait. D'Erebor, en cet instant, et pour les années à venir, jusqu'à la dernière assurément, Richard ne se souviendrait que de ce qui avait mené à la perte de sa partenaire de vol, de la cérémonie qui avait conclue cette vie sage, et de tout les détails de la fin d'Adamante qu'auront su traduire ses cinq sens. L'homme le savait, l'homme en était convaincu, Sithis approchait aussi rapidement que la Chasse sauvage s'était autrefois invité au palais – et s'inviterait encore. Ce n'était qu'une question de temps.

Une question de temps qu'il passa un moment à le rendre présentable et entre les mains de soigneurs avisés. Une question de temps, ensuite, à la sortie d'une salle, encadré et mené à une autre, qui passa dans la rencontre d'un visage familier de ses souvenirs. Et une question de grade qui sembla se perdre alors qu'il posait son regard sur elle.

« Sifaï Sinhaj. »

Un ton presque sec pour une gorge encore irritée depuis son 'atterrissage' en plein désert. Un nom plus chevroté que sifflé par la fatigue. La mélancolie d'un tintement d'ordre alors qu'il n'était plus Maréchal et qu'elle arborait l'insigne d'un grade plus élevé qu'à leur première rencontre. Un arrêt hésitant avant de voir d'autres soigneurs, avant de retrouver Adamante. Et pas de traducteur cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyMer 16 Jan - 15:43

Pauvre Simoun.

Sifaï avait ressenti toute la souffrance et la solitude d’Amarante par son griffon. Il vibrait sur les mêmes émotions, sur les mêmes craintes que l’une des siennes, alors que le drame circulait entre les griffons. Elle était déjà à Vivedune, lorsque Simoun avait rapporté la fin imminente d’Adamante et l’absence de Richard le Harnois. La petite Voltigeuse n’avait pu que lui souffler sa compassion la plus complète, alors qu’il rendait un dernier hommage à la combattante épuisée. Sifaï savait qu’elle vivrait la même perte, qu’elle rencontrerait le même gouffre, et que la fin de Simoun, bien plus âgé qu’elle, soulignerait la fin de sa vie. Elle espérait tomber au combat avec lui, que le deuil et la souffrance ne les terrassent pas. Ces pensées, elle s’efforçait de les dissimuler à son griffon.

C’est dans ce tourbillon de grisaille, malgré le soleil radieux, que l’Erebienne planifiait son départ prochain pour Lorgol. La permission avait été accordée, dernier entracte avant que ne débute sa nouvelle vie en tant que Voltigeuse, et la jeune femme laissait encore un jour à Simoun pour accompagner la vétérante Adamante vers sa dernière envolée. Il lui avait transmis la vision de sa cousine auprès de la mourante et Sifaï s’était sentie fière mais également reconnaissante de savoir Rejwaïde au bon endroit, au bon moment. La nouvelle du retour de Richard le Harnois ne lui avait pas fait une aussi grande impression, toutefois. Elle se souvenait bien de leur seule conversation, à Roc-Épine, et de son dédain à peine voilé pour la volonté de Reja à quitter cette vie. On murmurait qu’il avait le droit de séjour dans la capitale et l’Erebienne comptait bien partir pour Lorgol sans devoir respirer le même air que lui.

- Sifaï Sinhaj.

Trop tard. Cette voix, elle l’aurait reconnue entre mille. Plus fatiguée et tremblante que dans son souvenir, mais laissant deviner de nombreuses années à diriger, à mener, à se faire obéir. Alors elle lui avait fait face, car on ne faisait jamais dos à un adversaire, dans les dunes d’Erebor.

- Richard le Harnois.

Il lui semblait si… Si piteux. Si faible, désormais qu’il avait quitté la Chasse Sauvage. Un vieil homme démuni de ses titres, de sa prestance et de son griffon. Un reflet de ce que tout homme deviendrait, tôt ou tard, lorsque le temps faisait son oeuvre.

- Simoun m’a appris.

Elle avait parlé lentement, dans des mots simples, afin que l’ancien Maréchal puisse la comprendre. Quoi dire de plus? Simoun lui avait partagé la souffrance et le chagrin d’Adamante. Il lui avait montré la présence de Rejwaïde et de Richard, désormais libre de la Chasse. Dans son silence, dans son regard qui cherchait le sien pour mieux fuir, il y avait quelques fragments de sa compassion, perceptibles même pour un œil étranger. Car au-delà de leurs mésententes, il demeurait un Voltigeur vivant la perte de sa compagne ailée.


Un grade de perdu pour un de gagné TitreSifai1
Un grade de perdu pour un de gagné RandomDescartes
Un grade de perdu pour un de gagné LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyLun 21 Jan - 18:59

- Richard le Harnois. 

Le choc fut rude, telle une gifle qui laisse des marques. Comme si la froideur des glaciers de Valkyrion avait soudain remplacé l'étouffante chaleur des dunes d'Erebor. Il avait l'impression d'une insulte en entendant son nom sortir ainsi de sa bouche. Juste son nom. Pas de titre. Douloureuse acceptation qui toucha la tranquillité et le repos de sa griffonne. *Calme.*

Pas de titre. Plus de titre. Juste Richard le Harnois. Il aurait pu vomir du sang s'il n'avait pas été aussi épuisé. Il aurait pu s'empourprer, s'emporter, si sa teinte n'avait pas été aussi livide et son énergie aussi drainée. Il aurait pu tellement faire si il avait été encore Maréchal, si Adamante volait d'une toute nouvelle jeunesse, si Erebor n'avait pas fait sécession. Si, si, et encore des si qui ne résolvaient rien à l'heure actuelle. Tout avait changé et ce n'était pas de son seul fait ou de son seul choix. La roue du Destin avait décidé de tourner d'une manière qui le dépassait complètement. Avec ou sans lui. Imperceptible et imprévisible destinée tant redoutée. Et il la redoutait plus encore aujourd'hui qu'hier. Plus que jamais. Que lui réservait l'avenir ? Il n'était plus rien. Juste Richard. Simplement le Harnois.  *Calme*

L'homme reprit son souffle calmement, bien décidé à suivre les sages instructions, les dernières sans doute, de sa griffonne. Bien décidé, aussi, à faire abstraction du regard de l'Erebienne posé sur lui et doté d'une pointe de compassion qui aurait pu le faire flancher. Quelques images défilèrent doucement dans ses pensées. Des images de force. Des images de lui, homme tant intransigeant dans ses propos que dans ses expressions. Des images d’antan. Elles s'estompèrent ensuite, laissant l'homme presque nu mais d'une flammèche toute renaissante ne demandant qu'à prendre vigueur, à s'embraser de nouveau. Il devait se reprendre ! On ne l'avait pas surnommé le dur à cuire pour rien. Quand bien même les circonstances s'y prêtaient, ce n'était pas son genre d'être abattu de la sorte !

À sa phrase exotique sur son griffon et enrobée d'une certaine douceur, il ne répondit qu'un signe de tête. Simoun savait, elle savait, beaucoup de monde savait et, quelque part, il était fier de savoir que l'étincelle d'Adamante ne s'évanouirait pas seule. Elle était entourée. Elle était aimée. Bien plus que lui à dire vrai et il en était bien conscient. L'homme se racla un instant la gorge, comblant le silence du non retour de réponse de sa part, puis reprit d'un erebien maladroit dont il avait su maîtriser des bases solides au fil des années – contrairement au reste :

« Vous avez progressé, se limita t-il dans un premier temps sans faire exploser une seule note de joie... remarquer sa progression était assez pénible comme ça, il ne fallait pas trop lui en demander. Et Rejwaïde Sinhaj a retrouvé son poste... encore un complément à demi-mot qui se passa de tout commentaire et dont il parvint à cacher non pas l'étonnement mais plutôt un doux agacement. *Amusement* Au moins cela plaisait-il à quelqu'un. Beaucoup de chose ont changé, concéda t-il d'un regard un peu lointain, loin d'en être ravi, avant de revenir à elle. Et les momies ? »

La question finale était hasardeuse et le mot même semblait le troubler. Adamante lui avait bien fait part d'une image de descente, mais elle n'avait pas été plus loin, Richard refusant de l'épuiser davantage. Il était donc bien soucieux sur la question. Sur le pourquoi, sur le comment tout en passant par le qui et le quand.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyLun 18 Fév - 22:44

Elle demeurait muette, l'Erebienne, alors que Richard le Harnois soulignait qu'elle avait progressé. Entre ses lèvres fines et pâles, les mots ne ressemblaient aucunement à un compliment. Était-elle la plus jeune cadette à avoir gagné ses ailes, à dix-neuf ans à peine? Sifaï l'ignorait, même si elle espérait être l'une des plus jeunes. Elle avait bien conscience que la guerre avait facilité sa progression. La solitude aussi. Toutes ces journées à s'entraîner sans relâche, emprisonnée dans sa timidité et limitée par la barrière des langues. Il n'y avait eu que quelques Erebiens, à la caserne de Serres, avec qui elle se sentait à l'aise d'échanger et de baisser sa garde. Les autres cadets ne lui avaient pas fait de cadeaux, mais elle avait au gagner leur respect par son acharnement.

Lorsqu'il s'était aventuré à parler de Rejwaide, la jeune Voltigeuse ne comprit pas immédiatement de qui il s'agissait, tant l'accent du vieil homme était grossier. Lorsqu'enfin les mots prirent sens, elle hocha la tête gravement. Oui, sa cousine avait retrouvé ses ailes après avoir prouvé sa valeur dans une mission. Une mission avec les momies, Richard devait sans doute le savoir pour enchaîner sa question. Les détestait-il, les cousines Sinhaj, d'être considérées pour ce qu'elles valaient? D'être fortes devant la dureté du monde, devant la mort prochaine d'Adamante? Elle se doutait que oui. Il était méprisant et insensible, et les enfants du désert relevaient ce défi de valoir mieux que lui, l'ancien maréchal qui m'aurait montré aucune compassion pour eux.

- Grâce est major.

Dernière petite précision, pour Sifaï. Son ancienne titulaire avait progressé, elle aussi, et Richard ne devait pas l'ignorer. Encore moins car leurs origines étaient les mêmes, tous deux Belliferiens de naissance. Elle se doutait que ce commentaire ne plairait pas au vieil homme, mais le manque de considération pour cette femme forte qui l'avait accueillie avec chaleur, à ses balbutiements, lui semblait intolérable.

- Des morts sont revenus à la vie, par une magie oubliée. Des morts reposent à nouveau en paix, par les gestes des Voltigeurs d'Erebor et de la Confrérie.

Grâce à Reja et elle, seules Voltigeuses mandatées d'escorter les membres de la Confrérie Noire jusqu’à Automnal. Une poignée de valeureux avait accepté cette mission avec honneur, et le roi des gitans s'était montré juste dans sa considération. Elle haussait un sourcil, la petite Erebienne, en observant la réaction de Richard. Si elle ne se sentait pas d'attaque de le narguer d'un regard, trop timide pour confronter un monument sur son déclin, il fallait bien avouer qu'elle était curieuse de sa réaction. Oserait-il insulter les siens et leur rejeter la faute?


Un grade de perdu pour un de gagné TitreSifai1
Un grade de perdu pour un de gagné RandomDescartes
Un grade de perdu pour un de gagné LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyDim 10 Mar - 11:05

Que de mépris, derrière son regard ayant perdu toute vitalité et derrière ses mots ayant perdu de leurs mordants. Il méprisait la situation, c'était certain. Il méprisait à vrai dire beaucoup de choses, surtout en cet instant. Surtout, depuis qu'il était sorti de la Chasse pour se retrouver, ô joie tant dégoûtante que déroutante, devant celle qu'il avait autrefois viré pour comportement indigne d'appartenir à la Voltige. Et voilà qu'il se trouvait à présent devant une autre femme-Voltigeuse portant le même nom et ayant pris du grade depuis leur dernière rencontre. Comme si la Voltige, depuis son retour, avait soudain décidé de lui faire passer le message qu'elle appartenait tant aux femmes qu'aux hommes. Fadaises. Amusement. Au moins cela amusait Adamante.

- Grâce est major.

Richard retroussa le nez légèrement en guise de réponse, s’empêchant de cracher par terre en se sentant doucement plus vivace. Il n'y avait bien que là qu'elle aurait pu le devenir, cette espèce de cactus du désert qui n'avait guère pu trouver sa place en Bellifère. À défaut de gratter quoique ce soit en Ibélène, elle avait été forcé de dandiner du cul ailleurs pour montrer ce qu'elle valait. C'était à dire : rien ou pas grand chose, de son avis le plus objectif possible, naturellement. Femmes Voltigeuses. Victoire. Richard en colère. Et devant le doux agacement dans les sentiments de Richard, d'Adamante de lui partager son amusement, encore une fois.

Il avait au final terminé sur une question au sujet des momies. Il avait encore du mal à s'imaginer la situation, ce qu'il avait manqué, et seule Adamante avait partagé un semblant de réponse avec lui. Un fragment, tout au plus un éclat de fragment, issu d'une image étrange. D'une scène qui dépassait son imagination. Et pourtant, il n'avait jamais cru en manquer, contrairement à son ouverture d'esprit. La réponse qu'elle lui donna, le fit plisser les yeux légèrement. Il lui fallu un léger moment pour faire la traduction dans sa tête, encore un de plus à cause de sa migraine. En tout cas, il avait d'instinct réagi aux mots 'magie oubliée'. L'apparition de la Confrérie, à côté, restait un mystère dont il tenterait de trouver les réponses plus tard, quand il serait plus apte à assimiler plus d'une information à la fois. Quant aux Voltigeurs, s'il considérait l'ensemble, soit la Voltige, il ne pouvait qu'éprouver de la fierté, au fond, pour leurs agissements.

« Du bon travail. Il ne pouvait que supposer. Ces mages, ont-ils été arrêtés et jugés ? » Demanda t-il désireux, entre les lignes, de découvrir leurs sorts. Désireux, quelque part, qu'on lui réponde qu'ils avaient été tués. Désireux, au fond et aussi, qu'on lui indique qu'il avait bien eu raison d'ouvrir une chasse à leur encontre l'an dernier. Jouer avec les morts, méritait la peine de mort. Un mage, méritait d'être jugé pour ce qu'il était réellement : une potentielle menace. Quant à cette magie oubliée, elle devait le rester à jamais. Ces défunts, s'étaient-ils relevé comme Octave ? Cette magie oubliée puisait-elle son savoir d'une découverte sur la Chasse ? La chose le fit frissonner. Mieux valait-il qu'il arrête de penser pour aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Sifaï Sinhaj
Sifaï Sinhaj

Messages : 630
J'ai : 20 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Soltana Kamar
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné EmptyMar 16 Avr - 1:45

Ses mots innocents lancés dans les airs avaient atteint Richard le Harnois. Sifaï le voyait bien, dans le pli de ses lèvres, sur les ailes de son nez qui semblaient soudainement chercher un peu d’air. Elle était fière, l’Erebienne, de prouver aussi aisément combien grandes et farouches étaient les femmes de son peuple, combien les bassesses d’un Maréchal ne les atteignaient pas. Dociles et tranquilles, comme le sable d’Erebor, et prêtes à se soulever et se faire tempête, lorsque le vent était mauvais. Puis l’écho de chagrin de Simoun traversa ses pensées, et Sifaï contempla le silence du vieil homme. Échangeait-il ses dernières pensées avec Adamante? Sans doute. La jeune Voltigeuse patienta qu’il reprenne parole pour se prononcer, n’osant pas interrompre quelque chose de précieux qui existait encore. Qui n’existerait peut-être plus à la prochaine aube.

- Ces mages, ont-ils été arrêtés et jugés ?
- Morts. Ils sont aussi morts que les dépouilles des sultans et des émirs qu’ils ont tourmentés.

Cet éclat, dans son regard. Elle ne souriait pas, alors qu'elle expliquait la conclusion des mages ayant souillés le repos des rois de jadis. Elle ne souriait pas, mais sa satisfaction se ressentait. La mort appelait la mort. Personne ne pouvait s’aventurer impunément dans les vallées funéraires, défier le repos des défunts et s’approprier leurs parures sans subir le courroux des dieux. Personne. La magie des morts inquiétaient la jeune Sinhaj, et le souvenir inquiétant d’Octave d’Ibélène, le jour de son couronnement, revenait la hanter, parfois. En ce moment, aussi. Anthim d’Erebor était grand, d’avoir préservé Erebor de cet homme qui avait cessé de vivre et respiré à nouveau. Il était désormais le problème d’Ibélène.

- Il y aura une vie, après.

Une vie courte, elle n’en doutait pas, pour cet homme marqué par les âges et le temps. Mais il y en aurait une, tout de même. Une vie sans la Voltige. Une vie sans Adamante. L’idée que Simoun puisse la quitter la tourmentait, depuis qu’Adamante se mourrait. Ce n’était pas la première griffonne à perdre la vie, depuis qu’elle s’était liée à son roi d’ébène, mais il s’agissait d’une doyenne respectée de tous. Ce qu’elle espérait, c’était de s’éteindre au même moment, au même battement de coeur que son griffon, qu’ils tombent au combat, armes et serres tendues, pour défendre tout ce qu’ils aimaient. Sa vie à elle, sans la Voltige, n’en serait pas une. Elle n’était rien avant;  elle ne serait rien après.

- Simoun m’attend. Nous volerons pour Adamante, ce soir. Nous toucherons les étoiles de Valda.

Elle avait incliné la tête avec le respect que l’on devait à un ancien maréchal puis s’était détachée de lui, l’âme en peine et le coeur encore incertain de ce qu’il devait ressentir. De la fierté et de l’orgueil, d’avoir su se tenir debout devant lui, de ne pas s’être écrasée comme un chat sauvage apeuré. De la tristesse, de savoir trop bien toute la souffrance qui le taraudait. De la paix, aussi, de dédier son envolé entre ciel et terre à une griffonne qui méritait tous les respects et son humain qui en méritait si peu.


Un grade de perdu pour un de gagné TitreSifai1
Un grade de perdu pour un de gagné RandomDescartes
Un grade de perdu pour un de gagné LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Un grade de perdu pour un de gagné   Un grade de perdu pour un de gagné Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un grade de perdu pour un de gagné
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP-
Sauter vers: